Vendredi 27 mars 2020 à 9:53

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/images-copie-14.jpg
         La crise du coronavirus nous amène à réfléchir sur l’évolution de notre société et ses carences. 

Dans ma ville, les queues s’allongent devant les magasins, et me rappellent la guerre de 40 lorsque j’étais enfant. Mais ce n’est pas parce que les magasins manquent de nourriture, mais parce qu’il faut se protéger du voisin et rester à au moins un mètre de distance. Alors on ne rentre dans les magasins que par paquets de dix, quand dix autres personnes en sont sorties.
Ce n’est qu’une image banale, mais elle est le reflet d’une situation soudaine qui nous fait réfléchir sur nous mêmes mais aussi sur l’évolution de notre société, du rôle des entreprises et de l’Etat.

 

Nous sommes tous bloqués chez nous : en soi ce n’est pas si grave que cela. On a de quoi manger, on peut ouvrir la fenêtre quand il fait beau, on peut lire, écouter des CD ou voir des DVD,  regarder la télé ou aller sur internet, et on ne risque pas, comme pendant la guerre, qu’une bombe vienne exploser sur la maison. 

Certes on est isolé, mais on peut communiquer avec sa famille : il y a le téléphone, skype, les réseaux sociaux, la messagerie sur internet.

En fait ceux qui souffrent de la situation actuelle, et risquent leur santé, ce sont ceux qui sont obligés de continuer à travailler dans leur entreprise ou commerce, et surtout ceux qui soignent ceux qui sont malades, dans le cabinets médicaux, les hôpitaux, les EPADS, ou les infirmières libérales, et sont donc en contact avec eux.

Pourtant beaucoup de gens ont peur et certains se promènent dans la rue avec un masque plus une écharpe par dessus, ce qui ne sert strictement à rien, (sauf s’ils sont malades et alors ils devraient rester chez eux) car le masque ne sert qu’arrêter les postillons et gouttes expulsées par la toux ou un éternuement et nous ne risquons rien à un mètre les uns des autres (et encore moins si, dans une queue ils nous tournent le dos).

Du jour au lendemain le monde est devenu inquiétant, vidé d’humanité, et les gestes réconfortants - manger ensemble, s’embrasser, se serrer la main, discuter - sont maintenant interdits, par précaution tout à fait nécessaire, mais qui bouleverse nos attitudes et nos émotions.

La peur nous guette, car dans notre société et surtout en France, la santé était considérée comme une chose acquise, d’une part par notre système de protection sociale et d’autre part parce que nos médecins étaient compétents et notre personnel soignant dévoué et efficace. Certes on savait que nos politiques négligeaient les hôpitaux publics, mais les conséquences, on ne les voyait pas. Cent mille lits d’hôpitaux ont été supprimés ces vingt dernières années  et les soins à domicile ne sauraient compenser des lits en unités de soins intensifs, et depuis un an, médecins et infirmières manifestent pour dénoncer les coupes budgétaires qui détruisent peu à peu nos hôpitaux.

Les crédits de recherche - médicale et autre - ont été réduits au minimum, et les stocks de sécurité ont diminué, comme les masques, les médicaments, les vaccins.
Mais il n’y avait pas de crise, alors on ne s’en souciait pas tellement !

 

Certes on sait que la mondialisation existe, mais on en connaissait que les méfaits économiques et les exils de ceux qui étaient confrontés à des situations dramatiques.

        L’Etat était censé garantir notre sécurité, mais il y a eu le terrorisme et les guerres du Moyen Orient, qui sont venu entamer cette certitude.

Certes il y a le chômage qui est au dessus de nous comme une épée de Damoclès, les faillites, les délocalisations, le manque d’emploi, surtout pour les moins qualifiés. Mais on voyait une lueur d’espoir, l’emploi allait un peu mieux.

En janvier on  a entendu parler de ce nouveau virus en Chine, mais la Chine c’est loin. Des cas au Japon, en Corée. Puis une alerte en France mais très bien maîtrisée.

Puis tout à coup l’Italie contaminée, la réunion des évangélistes à Mulhouse, des aviateurs d’une base militaire revenant de Chine et c’est brutalement l’explosion de la maladie en France. On s’aperçoit que la mondialisation, c’est aussi celle du virus, et que les frontières n’existent pas pour lui.

Et l’on découvre tout d’un coup , que l’on ne fabrique plus en grande quantité les masques et les respirateurs en France, qu’on manque de lits de réanimation et que les médicament sont fabriqués à l’étranger, notamment en Chine.

On prend tout à coup conscience que les personnels soignants ne peuvent être efficaces, malgré leur savoir et leur dévouement, que s’ils disposent du matériel nécessaire.

 

La crise actuelle est certes gérée au mieux par les pouvoir publics des pays, mais avec un mélange de gravité et d’hystérie, qui cache en réalité une énorme impréparation, et une évolution du rôle de l’Etat, qui lui a fait négliger la santé au profit de la politique et de l’économie. Et là, tout à coup, on s’aperçoit que, sans la santé, il n’y a plus ni économie, ni politique.

Quand j’étais jeune ingénieur, c’étaient mes anciens, ingénieurs eux aussi, qui dirigeaient les entreprises et ils avaient le souci de ceux qui travaillaient: certes l’entreprise ne devait pas faire de perte, et devait rémunérer ceux qui lui donnaient des fonds, mais son rôle était aussi de procurer du travail pour que les gens puissent survenir à la vie de leur famille. Certains de mes camarades, dans le Ministère de l’Industrie, avaient la tâche de « l’organisation du territoire », c’est à dire de faire en sorte qu’il y ait des entreprises qui distribuent du travail et qui par ailleurs, produisent en France, les produits et denrées stratégiques, nécessaires à la poursuite de notre activité, même si un de nos partenaires étrangers faisait faux bond.

Maintenant tout cela n’existe plus, les sociétés sont dirigées par des financiers, l’Etat devient libéral et mondialiste et ne pense que finances et à réduire ses dépenses, ainsi que le coût du travail. L’entreprise doit « produire des richesses » et faire le maximum de profit et ne se sent plus responsable de fournir des emplois. Donc les salaires doivent être au plus bas et on délocalise là où ils le sont. Les états sont aux mains des investisseurs financiers, donc préoccupés par leurs dettes et accaparés par la sécurité et les relations internationales gangrénées par les guerres entre religions et ethnies, qui se disputent le pouvoir politique.

La politique et le goût du pouvoir rendent aveugle. Plutôt que prendre tout de suite les mesures pour endiguer la dissémination du virus, on a attendu car on voulait maintenir les élections municipales. On a attendu de se rendre compte de la pénurie des moyens de soins pour essayer d’y faire face et de passer les commandes nécessaires. Certes les mesures prises sont bonnes, mais très tardives. On aurait notamment pu se rendre compte, début janvier, par exemple, du faible niveau des stocks de masques.

Finalement la crise sanitaire était aussi impréparée et mal réfléchie de la réforme des retraites absurde et l’économie est à l’arrêt.

Mais seul l’Etat a pu gérer cette crise. Les GAFA sont impuissants vis à vis d’un virus et Amazon ne peut qu’expédier des colis. Peut être que Google devrait se demander si des recherches médicales ne sont pas plus utiles qu’une voiture robot sans chauffeur.

Cette épidémie va causer des dommages économiques importants, des faillites et du chômage en résulteront, une croissance négative, et cela affectera le monde entier, les économies asiatiques ayant des chances d’en sortir les plus fortes. 

Les banques, les entreprises et les sociétés financières vont devoir en supporter les charges, aux côtés de l’Etat, une fois cette crise terminée. Elles devront porter le fardeau de la reconstruction économique, même si cet effort collectif ne génére que peu de profits.

L’Etat devra tirer les leçons de la crise. Il devra se demander si notre société n’est pas trop occupée à réaliser des bénéfices, et à exploiter la terre et la main d’œuvre, sans se soucier des conséquences. La crise a montré que l’économie n’existe pas si la sécurité et la santé des personnes n’est pas assurée. 

La mondialisation et le capitalisme tel que nous l’avons connu doivent changer car ils profitent de la garantie de sécurité, santé et éducation qui est fournie par les Etats, et si seuls les Etats peuvent gérer une crise d’une telle ampleur, ils ne pourront pas nous faire sortir à eux seuls de cette crise : il faudra que les entreprises contribuent au maintien des biens publics, dont elles ont tant bénéficié.

Le retour en France de certaines fabrications stratégiques  devra en particulier être envisagé, malgré son coût plus élevé qu’une fabrication dans les pays à bas coûts.

Et quand je vois l’envoi de masque par la Chine à l’Italie récupéré par la République Tchèque - puis rendus heureusement - je me pose des questions sur l’avenir de l’Europe et je continue de penser qu’on aurait dû rester dans une Europe limitée de 17 membres, sans un certain nombre de pays, qui égoïstement ne pensent qu’à eux mêmes.


Vendredi 20 mars 2020 à 16:58

Notre cerveau : intelligence; langage

 Comment notre cerveau prend-il des décisions ? (1)

         Comment notre cerveau prend-il des décisions ?  

           Ce n’est que récemment que l’on commence à comprendre ce problème.
           En 1976, le psychologue Roger Ratcliff suggère que le cerveau  a besoin d’une accumulation de preuves pour prendre ses décisions.

           En 1996 des chercheurs ont commencé à étudier ce qu’il se passait dans le cortex pariétal (sur le dessus du crâne, les centres moteurs et les centres de mémoire associative), lorsqu’ils avaient des décisions simples à prendre.
           En 2002 un physicien chinois a émis l’hypothèse, en simulant informatiquement le flux neuronal, que la décision était prise lorsqu’il y avait un cumul suffisant dans le cerveau se traduisant par une activité croissante.
           En 2005 des neuroscientifiques mettent en évidence que la prise de décision s’accompagne de libération de noradrénaline par le tronc cérébral (un centre situé à la jonction de la colonne vertébrale et du cerveau).
           En 2012-14 d’autres chercheurs constatent par des mesures électriques encéphalographiques sur des animaux et sur l’homme, que la décision n’intervient que lorsque les signaux neuronaux se sont accumulés dans le cerveau jusqu’à un certain niveau

            Je vais essayer de faire un résumé en deux articles, à partir de lectures faites sur des revues de neuroscience, notamment du professeur Philippe Damier, professeur de neurologie au CHU de Nantes.

            Le chef d’orchestre, c’est, comme d’habitude le cortex préfrontal. C’est lui qui doit décider, et il appelle à l’aide le reste du cerveau.
           Il commence  (voir le schéma) par demander à un centre du tronc cérébral, le locus coeruléus, de contacter des centres dans lesquels il y a des neurones utilisant la noradrénaline comme neurotransmetteur et de libérer des quantités importante de ce produit, pour activer les récepteurs correspondants.
           L’activité du tronc cérébral est difficile à détecter car le le locus coeruléus est un tout petit centre, (quelques mm), à coté de vaisseaux sanguins, qui le font bouger à chaque pulsion cardiaque, et rendent impossibles les IRM. Heureusement la noradrénaline fait dilater les pupilles des yeux et cela permet de suivre de façon précise la libération de ce neurotransmetteur, qui intervient une centaine de millisecondes après la demande du cortex préfrontal.
            Cette libération augmente d’activité de centres du cortex qui vont fournir des informations : les centres d’interprétation de la vision (ou des autres sens) et les centres de mémoire associative du cortex pariétal postérieur, de même que les centres amygdaliens au niveau du cerveau émotionnel.

 Comment notre cerveau prend-il des décisions ? (1)

 Comment notre cerveau prend-il des décisions ? (1)            On peut suivre électriquement l’activité du cerveau et notamment du cortex préfrontal et la traduire par une « variable de décision, qui cumule la quantité d’information retenue pour la décision.
           Cette variable va mettre un certain temps pendant lequel l’activité du cerveau va augmenter, devenir de plus en plus importante, jusqu’à dépasser un seuil, ce qui déclenche la décision oui. Cela peut prendre plusieurs secondes, voire plusieurs minutes. Cela dépend des personnes et de la complexité du problème. L’action est alors lancée notamment vers les centres moteurs, en quelques centaines de millisecondes.
            A l’inverse l’activité cérébrale peut diminuer jusqu’à atteindre un seuil où la réponse est non et évidemment, il ne se passe rien ensuite.
           La variation de cette activité montre que le cerveau, consciemment ou non rassemble de nombreux éléments qu’il analyse, avant de prendre la décision oui ou non, l’activation oui entrainant une analyse plus poussée; ces éléments peuvent être des sensations diverses qui renseignent sur l’extérieur, des raisonnements logiques internes, des mémorisations de faits voisin anciens, des éléments plus subjectifs, émotions et sentiments, provenant du cerveau émotionnel, notamment centres amygdaliens. 

           Ces temps de décision varient selon les personnes, car étant optimistes ou pessimistes, plus ou moins confiantes ou méfiantes, elles ont tendance habituellement à dire plus fréquemment oui ou non. On constate par exemple que, pour la même décision à prndre,  des personnes habituées à dire non, vont mettre nettement plus de temps à prendre une décision favorable, que des personnes habituées à des décisions positives. 

           En outre le circuit de décision que nous venons de décrire est voisin de celui qui intervient lorsque nous sommes soumis à du stress ou de l'anxiété.
           Dans ces derniers cas il y a un équilibre permanent à conserver entre les centres amygdaliens et l'insula d'une part, qui gèrent nos craintes, notre stress , notre angoisse et les font remonter vers le cortex préfrontal, et plus précisément le cortex préfrontal ventromédian gauche,  qui essaye de les contenir d'autre part. 
          Si ce dernier est dépassé, c'est le stress et si cette impuissance devient plus grande, l'anxiété puis l'angoisse. Si le cortex préfrontal est mis hors jeu, ce peut être la dépression.
           Alors qu'un peu de stress peut être salutaire en stimulants les centres de l'attention, un stress plus important ou une anxiété qui dure peut perturber totalement notre système de prise de décision.
           Je reviendrai sur ce point dans l'article de demain. 

 Comment notre cerveau prend-il des décisions ? (1)

Vendredi 13 mars 2020 à 13:45

Biologie, santé.

Grippe et coronavirus Càvi-19 : comparaison.

           Quelques lectrices et lecteurs m’ont demandé de comparer la grippe et le Covi-19.

Mais c’’est un peu comme comparer des choux et des carottes qui sont tous deux des légumes, mais ont bien des différences.

 

Mortalité :

 

           Ce qui est évident et bizarre, c’est que l’épidémie actuelle de corona-virus, qui affole la population, est, pour le moment un tout petit événement, par rapport aux épidémies de grippe qui sévissent tous les ans, dont on parle peu et qui n’affolent personne.

           Pourtant dans le monde entier, alors que le corona-virus a fait actuellement un peu plus de 3 000 morts et de 100 000 malades, la grippe contamine chaque année plusieurs centaines de millions de personnes et fait entre 300 000 et 650 000 morts.

           En France lors de l’hiver 2018-19, l’épidémie d’environ 8 semaines, de virulence plutôt moyenne, a engendré 1,8 millions de consultations, 44 750 séjours hospitaliers, et 8 117 décès dont 84% de personnes âgées de plus de 75 ans.

           Les létalités (le nombre de morts par rapport à la population infectée), des deux virus sont différentes. Sur l(ensemble de la population, la grippe a un taux qui varie selon les années de 0,2 à 0,5 %, tandis que celle du coronavirus est de 2,3% (si l’on ne compte que les cas confirmés par des tests de l’ARN viral prélevés), et de 2,6% si l’on compte tous les cas de personnes contaminées. Dix fois plus environ que la grippe saisonnière en France. 

          La létalité du coronavirus est certes plus à craindre, mais le nombre de décès imputables à la grippe est beaucoup plus important vu le grand nombre de personnes contaminées. Et pourtant les pouvoirs publics ne prennent pas des mesures aussi sévères lors des épidémies de grippe ! 

           En fait, alors que les médias et les réseaux sociaux ne se soucient pas de la grippe, ce sont eux qui affolent la population à propos du coronavirus. mais évidemment, c’est le « péril jaune », alors c’est plus extraordinaire !

 

           Cependant les deux maladies ne touchent pas les mêmes personnes. 

           La grippe saisonnière touche beaucoup les enfants, mais avec un très faible taux de mortalité, alors que les personnes âgées, moins touchées, ont le plus fort taux de mortalité. 

          Pour le coronavirus, selon les statistiques chinoises, les enfants ne sont pas du tout touchés par le Covid-19. Les moins de 10 ans représentent moins de 1% des personnes contaminées. On observe des formes graves de Covid-19 chez des adultes de moins de 65 ans, ce qui est rare pour la grippe. Mais les vieillards sont aussi les plus touchés : la létalité des personnes âgées de plus de 80 ans est de 14,8%. Elle est de 8% pour les 70 à 79 ans, de 3,6% pour les 60-69 ans, 1,3% pour les 50-59 ans, 0,4% pour les 40-49 ans, et 0,2% pour les 10-39 ans. Les femmes meurent moins que les hommes : 1,7% de létalité contre 2,8%. 

           Les patients déjà atteints de maladies cardiovasculaires sont les plus menacés (10,5%) devant les diabétiques (7,3%) ou les personnes souffrant de maladies respiratoires chroniques (6,3%) ou d’hypertension (6%). Au total, 80% des cas de Covid-19 sont bénins.

           Toutefois les calculs de létalité ne sont pas faits de la même façon pour les deux maladies; pour le coronavirus, on compare les décès au nombre de personnes porteurs du virus. Pour la grippe, on met en place un système de surveillance auprès des acteurs médicaux et on calcule un nombre de cas probables de malades.

 

Symptômes et période d’incubation :

 

          Les symptômes des deux maladies sont comparables : écoulement nasal, fièvre, toux, courbature, céphalée, fatigue; les formes sévères sont analogues (difficultés respiratoires, pleurésies, détresse respiratoire…) mais elles sont plus fréquentes pour le Covi-19. En outre celui-ci peut provoquer une insuffisance rénale aiguë voire une défaillance multi-viscérale souvent mortelles. Une proportion plus importante de patients risque d’aller en réanimation.

           La période d'incubation du Covid-19 est plus longue que celle de la grippe, puisqu'elle peut aller jusqu'à 12/14 jours contre 3/6 jours pour la grippe.

On ne connait pas bien la durée minimale d’incubation du Covi-19; elle semble être de 6 jours environ. On ne sait pas encore à partir de quand un malade est contagieux et s’il y a des porteurs sains, mais la contagion est peu probable tant que le malade ne tousse pas et n’a pas d’écoulement nasal.

           Le fait que les symptômes des deux maladies soient très proches, explique pourquoi les chinois ont mis plus d’un mois à s’apercevoir de l’existence du coronavirus COVI-19, ce qui a entraîné des contagions nombreuses. En fait il a fallu des cas très graves différents de ceux de la grippe pour donner l’alerte.

 

Transmission et contagiosité; diagnostic :

 

           Le mode de transmission est le même pour les deux maladies : transmission par voie aérienne en toussant ou éternuant, par contact rapproché entre deux personnes, ou par l'intermédiaire d'un objet ou d'une surface, préalablement touché par un malade.

           Dans les deux cas, le risque de contagion respiratoire est limité à moins de deux mètres environ.

           La contagiosité du Covid-19 est légèrement supérieure à celle de la grippe saisonnière. Le « taux de reproduction de base » - RO (nombre moyen de personnes auxquelles un malade risque de transmettre la maladie) se situe entre 2 et 3, quand il n'est que d’1,5 pour la grippe saisonnière. Toutefois ce facteur n’est pas constant et il varie avec l’environnement et la météorologie.

           Le diagnostic du covi-19 se fait par prélèvement de mucus nasal et salivaire et recherche de l’ARN du virus.

           En période de circulation du virus de la grippe, le tableau clinique par observation des symptômes est suffisant pour poser le diagnostic. La détection du virus n'est, pour l'instant, pas réalisée en pratique courante.

 En dehors d'une période épidémique déclarée, les syndromes grippaux peuvent avoir d'autres origines, virus divers, voire bactéries.

 

           En définitive, les conséquences des épidémies annuelles de grippe sont pour le moment, sans commune mesure avec celle du coronavirus chinois, mais évidemment on ne sait pas ce que serait une épidémie importante et ses conséquences. Les chinois semblent avoir enrayé cette épidémie.

           Le fait que ce nouveau virus soit inconnu a sûrement contribué à l’affolement actuel, alors qu’on est habitué à la grippe, et que l’on a un vaccin pour celle-ci, que la plupart des gens n’utilisent malheureusement pas, par négligence..
           Mais il est quand même anormal qu’on ne se préoccupe pas des nombreuses victimes de la grippe, alors que les médias consacrent la moitié d’un journal télévisé à l’annonce de tous les nouveaux cas de covi-19, que certaines mesures contradictoires sont prises, sans toujours en prévoir les conséquences économiques, que les renseignements donnés à la télévision sur les masques et les solutions hydroalcooliques et les savons tout aussi efficaces, ne sont pas assez précis.

           Il est étonnant que l’on insiste autant sur les désinfections, alors que le virus ne peut subsister en dehors de l’homme plus de quelques heures.

 Les réseaux sociaux par ailleurs diffusent des âneries notoires et certaines personnes spéculent sur cette crise (notamment les masques et les désinfectants).
           Il s’ensuit un affolement assez anormal et il est curieux de voir par exemple les « droits de retrait » qui sont invoqués dans des régions où il n’y a pas de foyer de contagion, alors que personne ne songe à cela en période d’épidémie grippale où le risque de contamination est des milliers de fois plus grand, vu le nombre de porteurs du virus.


Nota : Les statistiques sur la grippe 2018/19 sont tirées du rapport de surveillance de la grippe en France de la Santé publique http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2019/28/pdf/2019_28_1.pdf

 

Grippe et coronavirus Càvi-19 : comparaison.

Vendredi 6 mars 2020 à 9:52

Biologie, santé.

Un point rapide sur le coronavirus chinois Covid 19


          On en parle tellement partout, radio, télévision, journaux, réseau sociaux, et l'on dit tellement de bêtises que cela m'a semblé utile de revenir sur ce sujet, maintenant que l'on a davantage de renseignements sur le coronavirus chinois Covid.19.

         J'ai déjà fait un article le 30/01/2020,  sur ce virus, où je rappelais ce qu'était un virus, et notamment qu'il ne pouvait pas se reproduire, ni vivre longtemps à l'extérieur de cellules animales qu'il infectait, et je disais que l'infection se propageait essentiellement par voie respiratoire ou cutanée, soit que nous respirions ou que nous touchions des gouttelettes expulsées par des personnes porteuses du virus, en toussant ou éternuant, présentes dans l'air jusqu'à un à deux mètres maximum de la personne, ou déposés sur des objets. Ces gouttes contenant du virus et déposées sont appelées "fomites" et deviennent inactives au bout de quelques heures.
         Je vais dans cet article, donner plus d'information sur le virus

Les divers coronavirus :

         On connait les coronavirus depuis de nombreuses années et il y en avait 4 principaux, dénommés ainsi à cause de leur forme circulaire et de leurs protubérances (qui leur permettent de s'attacher aux cellules pour les infecter, et qui font penser à une couronne, ou à la couronne solaire lors d'une éclipse). Mais ces 4 types de virus, lorsqu'ils infectaient l'homme, ne produisaient que des rhumes relativement bénins, sauf complications par des infections bactériennes.
         Le principal réservoir de ces virus est la chauve-souris, qui est insensible à son action. Pour qu'il infecte l'homme, il faut en général qu'un mammifère intermédiaire soit infecté.
         La chauve souris est aussi porteuse du virus Ebola, qui a sévit fortement en Afrique (et sévit encore), mais ce n'est pas un coronavirus.
         Les coronavirus provoquant des pneumonies graves et pouvant être mortels sont apparus en 2002 et sont au nombre de 3 : 
                  - le syndrome respiratoire aigu sévère ou SRAS-cov-1, qui a sévi en 2002/2003,  principalement dans les pays asiatiques, pendant 7 mois, avec 8346 cas dénombrés et 646 décès.
                  -  le syndrome respiratoire du Moyen Orient ou MERS, avec 2374 cas et 823 décès, qui sévit encore depuis 2012.
                  - Le SRAS-cov-2 ou covid 19 actuellement en cours et qui a touché environ 90.000 personnes, principalementt en Chine, et provoqué environ 3.000 décès.
         On peut penser que la chute-souris est l'animal initial (souche connue de coronavirus RaTG13), mais il faut un intermédiaire pour le passage à l'homme. Il semble que pour le SRAS, ce fut une civette et pour le MERS, le dromadaire. Pour le virus chinois, on soupçonne un pangolin, animaux vendus sur le marché de Wuhan.

Un point rapide sur le coronavirus chinois Covid 19
 
                       SRAS - COV1                       MERS                SRAS  COV2 ou Covid 19

Structure des coronavirus COV   

Un point rapide sur le coronavirus chinois Covid 19     Ces virus comportent une enveloppe, une capside, et un matériel génomique constitué d'ARN. Cet ARN monobrin, est l'un des plus gros qui existe parmi les virus, compor-tant de l'ordre de 30 000 bases puriques (en N sur le schéma ci-contre.
    Les protéines S réagissent avec des protéines des membranes cellulaire un peu comme une colle, pour arrimer le virus à la cellule. Les protéines M et E vont ensuite percer la membrane cellulaire et injecter l'ARN du virus dans la cellule. Le matériel cellulaire de la cellule, au lieu de la reproduirere identique à elle même produira à la place l'ARN du virus, qui se reproduira et se multipliera .       

Les symptômes provoqués par le Covid-19

          Le plus souvent, le Covid-19 provoque des symptômes proches de ceux d’une grippe: de la fièvre, de la toux, des maux de gorge, des difficultés respiratoires, des douleurs musculaires et de la fatigue. Une pneumonie sévère, un syndrome de détresse respiratoire aiguë ou encore un choc septique peuvent intervenir dans les cas les plus graves et conduire au décès. On constate également des insuffisances rénales.
          Tous les malades ne sont pas réceptifs de la même façon : les enfants, qui ont un bon système immunitaire sont peu touchés. La maladie est rarement mortelle au dessous de 40 ans. Par contre la mortalité est beaucoup plus forte chez les vieillards ou chez les personnes déjà atteintes d'une maladie respiratoire ou cardiovasculaire, ou souffrant de diabète.

Les dangers du Covid-19, par rapport à d'autres virus : 

        Trois paramètres permettent de caractériser rapidement un virus par rapport à d'autres :

La contagiosité
         On donne en général deux paramètres importants : la distance de contamination et le nombre de personnes contaminées en moyenne par une personne porteuse du virus/

         L'un des virus les plus contagieux est celui de la rougeole, pour lequel une personne peut en moyenne en contaminer 18 et cela jusqu'à 30 mètres de la personne contaminée. Pour le Covi-19, la distance n'est que de 2 mètres et le nombre de personnes de 3, comme le SRAS. Toutefois il semble que le virus chinois ait dix fois plus d'affinité pour les cellules humaines que celui du SRAS.

La durée d'incubation :
        Elle a été estimés pour le Covi-19 à environ 12 jours maximum, ce qui détermine les durées de quarantaine de 14 jours.

        L'exemple le plus extrême est le VIH qui peut déclencher le sida entre quelques mois et 7 à 10 ans après la contamination : sauf dépistage un individu peut donc transmettre la maladie pendant des années sans qu'on s'en aperçoive : il est provisoirement "porteur sain". C'est ce qui a permis la dissémination mondiale du sida.
       L'autre problème est de savoir à partir de quand une personne peut transmettre le virus et si cela intervient avant qu'elle ne présente des symptômes de la maladie.
       Ce paramètre semble encore mal connu pour le Covi-19; les premier cas en Chine semblaient montrer que l'on avait des symptômes lorsque l'on était contagieux, mais des cas plus récents, notamment en France, semblent montrer qu'on peut être porteur sain dans un premier temps. Cela veut dire qu'on a déjà un infection suffisante pour transmettre le virus, avant d'avoir les symptômes de la maladie. Mais cela n'est sans doute vrai pour toutes les personne.

La létalité :
       Le virus le plus mortel est le virus Ebola, qui peut tuer jusqu'à 90% des malades. Le virus de la grippe aviaire bien que peu transmis à l'homme, est mortel à environ 60%Les coronavirus MERS et SRAS étaient très dangereux avec 35% et 10% de mortalité.

        Bien qu'on n'ait pas encore des chiffres bien établis, car en début d'épidémie, les personnes peu atteinte n'ont sans doute pas été détectées en Chine, le Covi-19 ne semble pas avoir une létalité supérieure à 2 à 3 %.
        Le virus de la grippe a une létalité au moins 10 fois moindre, 1 à 2 pour mille, mais comme il y a chaque année des millions de personnes contaminées, il y a des milliers de morts.

La psychose actuelle.

        C'est un peu paradoxal que ce virus chinois suscite une telle pd-sychose, alors que la grippe annuelle contamine et tue beaucoup plus et qu'il existe un vaccin efficace, mais que la plupart des gens ne se font pas vacciner.
        J'ai été témoin  ou j'ai vu à la télévision des choses aberrantes, qui me font douter de l'intelligence de certaines personnes :
        J'ai vu, dans une queue du dimanche chez le boucher, des gens laisser un vide de deux places derrière une dame chinoise, qui ne revenait pas de voyage, ne toussait et n'éternuait pas. J'ai vu des gens porter des masques dans la rue, alors qu'il n'y a pas de personne contaminée dans le secteur, et que de toute façon ces masques ne protègent pas contre le virus qui est trop petit.
        Les autorités ont annulé le marché du dimanche de Creil, ce qui est pénalisant pour les agriculteurs qui vendent leur production, alors que, en plein air on ne risque pas de contamination si on est à plus d'un mètre face à une personne qui tousse ou éternue, et qu'on ne touche pas des objets de l'environnement. Mais la grande surface voisine était restée ouverte, alors que c'est un lieu clos, où il vaut mieux rester à plus de deux mètres d'une autre personne. C'est absurde.
       Au lycée Lakanal à Sceaux, 12 élèves venant d'Italie, sont en quarantaine de 14 jours, mais par pure précaution. D'autres élèves disent sur les réseaux sociaux, qu'il y a 12 élèves du lycée atteints par le corona virus. On s'étonnera ensuite si les gens s'affolent quand on voit de pareilles inepties.

      Les pharmacies n'ont plus de masques et là encore cela montre le manque d'information. La plupart des masques vendus ne protègent pas des virus, car ils ne filtrent que les poussières supérieures à 50 µ, alors que les virus ne font que quelques microns, et d'autre part n'adhèrent pas aux joues sur le coté. Par contre ils arrêtent les postillons et gouttes d'éternuement et isolent correctement une personne porteuse du virus.
       Les seuls masques efficaces sont les "masques chirurgicaux coques" FFP2 et FFP3.
Ces masques se colmatent peu à peu et leur durée de vie maximale est de 6 heures et ils doivent ensuite être jetés à la poubelle. Dans certaines conditions, cette durée peut même être abaissée à 3 heures et ces masques, potentiellement contaminés ne sont,en aucun cas, lavables. En fait ils sont réservés aux personnels médicaux, amenés à soigner les malades contaminés.
      En fait, porter un masque en prévention pour aller faire ses courses, n'a de sens que lors d'une épidémie véritablement présente dans le secteur où l'on se trouve, et les masques n'ont aucun sens si on ne se lave pas les mains puisqu'en pratique on touche des surfaces contaminées.

       On ne trouve plus de solution hydroalcoolique dans les pharmacies. Certes cela permet une désinfection si on est loin de tout lavabo et robinet, mais faut il, comme le font certaines personnes s’en appliquer sur les mains avant chaque repas.
          Les gels hydroalcooliques ont des propriétés bactéricides, virucides et fongicides (tuant les bactéries, les virus et autres champignons) sans avoir aucun effet nettoyant : les bactéries meurent, évitant ainsi toute propagation vers d’autres personnes, mais elles restent sur vos mains. 

         Les solutions hydroalcooliques ne remplacent donc pas le lavage des mains. D’ailleurs, celles-ci doivent être propres et sèches avant toute utilisation de ce gel. et les effets de ces gels sur le long terme sont mal connus. 
        Les bactéries contenues sur nos paumes ne sont pas toutes mauvaises et certaines d’entre elles nous permettent de combattre les autres, plus mauvaises, notamment les souches plus résistantes aux antibiotiques. À force de tout aseptiser en voulant se protéger, on perd également notre meilleure défense immunitaire.
       Le savon de Marseille de ma grand mère est tout aussi efficace si on se lave bien les mains !         
 
     Enfin j'ai été étonné du manque de logique d'un propos de notre premier ministre, qui recommandait à la télé de se laver les mains toutes les heures. Cette fréquence imposée est absurde.
       Si on n'a touché aucune surface susceptible d'être contaminée pendant une heure, pourquoi se relaver les mains. Et par contre si on vient de sortir à l'extérieur et que l'on a touché des surfaces inconnues, il faut alors se laver les mains, car on pourrait les avoir contaminées.

     Mais virus ou pas virus, mes parents m'ont toujours dit qu'il fallait se passer les mains à l'eau et au savon avant de manger. Où est passé le bon sens d'autrefois ?

Les Tests :

          Et j'ai entendu certaine personnes avoir peur des tests, peur d'avoir mal. C'est absurde.
          Le test ressemble à un test d'ADN, sauf qu'on ne vous prend pas que de la salive mais aussi un peu de mucus nasal, avec des espèces de coton-tiges. Ils sont ensuite soigneusement scellés dans un tube car ces prélèvement peuvent contenir des virus.
          Le test en labo ressemble à un test d'ADN. Mais on le fait après une culture rapide du prélèvement pour multiplier le nombre de virus et donc être plus sensible. Puis on fait le séquençage, et on regarde si'il contient l'ARN caractéristique du Covi-19.
          Ce test en labo dure environ 3 heures.

 Nota : La plupart des virus ont besoin d'être dans le corps d'un animal pour vivre et se reproduire. Mais il existe aussi des virus qui peuvent vivre dans des plantes en se servant de leurs cellules pour se reproduire. C'est le cas par exemple du virus de la tomate qui sévit actuellement. Mais ces virus ne sont alors pas nocifs pour l'homme et les animaux dans les cellules duquel ils ne peuvent se reproduire.
Mais il y a aussi des virus de bactéries et des virus de virus, qui vivent au détriment de leur hôte.

 

Vendredi 28 février 2020 à 15:40

Enseignement, école, fac

  

La méthode Freinet

La méthode Freinet      J'ai parlé ils a huit jours de la méthode Montessori; il me parait normal de parler d'une autre méthode connue d'enseignement, la méthode Freinet, du nom d'un enseignant qui a créé une école à Vence.

          Sa méthode est moins développée que la méthode Montessori, mais elle a le mérite de ne pas demander des investissements aussi importants et donc de pouvoir s'adresser à des parents aux ressources plus modestes.
          Par contre, je n'ai lu que des articles faits par les professeurs qui emploient cette méthode et non par des chercheurs critiques indépendants.

         Comme la méthode Montessori, la méthode Freinet est basée sur la motivation des enfants d'âges différents, pour un travail qui les intéresse, et sur un travail individuel ou en groupe choisi par le ou les enfants, à l'intérieur d'un programme guidé par l'enseignant pour atteindre les objectifs d'enseigne-ment fixés par l'Education Nationale en français, sciences, maths .... L'enfant qui se passionne se discipline automatiquement et ne rechigne pas au travail.

         Mais les moyens pour les atteindre sont différents : 
                  - les sujets d'étude sont choses tous les matins en écoutant toutes les suggestions des enfants qui évoquent leur vie de tous les jours. Mais évidemment, c'est l'enseignant qui définit ensuite la façon de mener le travail pour que l'enseignement soit efficace.
                  - les travaux se font par atelier et sont des "travaux pratique", mettant en jeu la réflexion, le travail intellectuel, mais aussi le travail manuel pour que tous les sens coopèrent à la mémorisation. En outre les enfants ont la satisfaction de la "chose réalisée". 
         Il ne s'git pas de jeu, mais d'activités partant de situations réelles - cela peut être du bricolage, de la peinture, de la menuiserie, du jardinage, la comptabilité de l'école ... mais ce sont des cadres pratiques, issus de l'environnement quotidien des enfants, pour ensuite acquérir des notions demandées par les programmes scolaires.
                  - les travaux se font par "tâtonnement expérimental", pour respecter le rôle de nos centres d'apprentissage : il faut plusieurs essais après des échecs partiels pour arriver au but satisfaisant. chaque élève dispose d'un plan individuel de travail - même s'il est fait en équipe - avec des objectifs  et des tâches à accomplir. Des fiches permettent à l'élève de comparer ses réalisations à ses objectifs et l'enseignant l'aide au besoin à détecter et corriger ses erreurs. Eventuellement un camarade peut aussi en aider un autre.
          Les sécrétions dopaminergiques des neurones des centres d'apprentissage entraîne le plaisir de l'enfant suite à la réussite de son action.
                  - ces travaux souvent manuels sont le prétexte pour apprendre des notions par exemple de mathématiques, de sciences ou même de technologie. Mais la rédaction de journaux de classe, d'échanges avec d'autres ateliers ou d'autres écoles, de documents sur les réalisations faites sont l'occasion d'apprendre le français, l'orthographe, la rédaction, la description .... Certaines de ces documents sont envoyés aux parents, qui encouragent le travail de leurs enfants.
                  - le travail en groupe et les échanges sont l'occasion de s'entraîner à la communication et aux contacts sociaux.

         Je cirerai un exemple cité dans un article d'Olivier Houdé, , ancien instituteur Freinet et professeur de psychologie à l'université Paris : le "projet bouclier" effectué dans une classe d'élèves de 5 à 8 ans, dont l'un d'entre eux s'était passionné pour les boucliers des chevaliers et avait motivé toute la classe. Le professeur a alors organisé un atelier de fabrications de boucliers, pendant une partie du temps de deux semaines.
         La décoration a été l'occasion d'étudier des figures géométriques, de calculer des dimensions, des surfaces, de calculer le prix d'achat des fournitures (carton, colle...). Il y a un travail manuel, mais aussi une organisation : atelier de découpe, de collage, de dessin, de décoration... Puis les élèves ont rédigé un document sur l'emploi du bouclier par les chevalier. Ils ont mimé des combats et ont dû les raconter. Un petit document  été publié et envoyé aux parents.
         C'est évidemment à l'enseignant à harmoniser des actions pour qu'elles cadrent avec les programmes officiels de connaissances;

         Comme pour la méthode Montessori les résultats en sciences sont équivalents à ceux obtenus par les méthodes classiques, mais par contre les résultats en français et expression écrite et orale sont meilleurs. Par ailleurs les violences et les d'incivilités ont disparu et l'attention et la motivation des élèves est beaucoup plus grande.

         L'un des points que j'ai retenu est le rôle du "tuteur" assuré par l'enseignant, mai aussi par un camarade vis à vis d'un autre, et qui est aussi un facteur d'apprentissage pour l'élève qui aide l'autre (et cela je l'ai expérimenté moi-même quand, enfant, j'étais en classe, car à l'époque c'était une règle que suivaient les professeurs).
         Ce rôle introduit un sentiment de confiance entre élève et tuteur, très différent pour l'enseignent de celui qu'il peut inspirer dans un discours magistral pédagogique collectif depuis son bureau et le tableau noir ou blanc.
         Mais il est sans doute plus difficile pour lui, car il doit sans cesse inventer des sujets et des tâches nouvelles. il lui faut susciter le concours de l'enfant à la pêche demandée, lui préciser, la simplifier éventuellement, détecter ses erreurs, l'aider à se mettre sur la voie des solutions, lui éviter un sentiment d'échec, mais l'aider à se réorienter, à mesurer ce qui lui reste à faire pour atteindre l'objectif. Lui faire aussi percevoir l'organisation et l'enchaînement des tâches.
         C'est sûrement passionnant, mais cela demande beaucoup plus de travail et d'engagement de la part de l'enseignant.

         Enfin, alors que la méthode Montessori  est surtout utilisée en maternelles, CP et CE1, la méthode freiner est tout à fait utilisable dans tout le primaire et même en 6ème et 5ème et semble y donner les mêmes bons résultats.
        Je n'ai pas trouvé d'article sur son emploi dans les lycées techniques où elle devrait aussi donner de bons résultats. 

La méthode Freinet

Vendredi 21 février 2020 à 15:43

Enseignement, école, fac

  La méthode Montessori

 La méthode Montessori

             Quand j'étais gosse et que j'avais des tentations de flemme, ma grand-mère, qui avait été institutrice dans sa jeunesse, me disait : "Rappelle toi que quand tu es né, tu n'avais rien dans le cerveau, seulement un énorme potentiel d'apprentissage; alors rappelle toi aussi que c'est en écoutant tes parents et tes professeurs que tu deviendras intelligent."

         Je n'ai jamais oublié ces paroles et j'ai, tout au long de mes études, puis en écoutant tous ceux qui m'ont appris de nouvelles choses, essayé de devenir plus intelligent.
         Alors je suis inquiet quand je vois certaines statistiques concernant les 12 millions de cerveaux qui font leurs études, qui passent en moyenne 4 heures par jour devant un écran - télévision, tablette ou ordinateur - et de plus consultent deux milliards de fois leur smartphone grâce à une connexion sur internet.
         Les rapports de l'Education Nationale évoquent une baisse de 40 % des performances de lecture et de calcul, et je constate qu'une jeune de 30 ans de mon entourage, qui a toujours eu en main une calculette, et a des diplômes de bac +3, ne sait plus faire, à la main, une division avec décimales.
         Je suis aussi souvent en contact, par mes blogs, avec des jeunes et je constate que la pensée critique, le bon sens, la confiance en soi et la capacité à se motiver et à soutenir son attention, et à résoudre des problèmes de manière simple et flexible, sont souvent faibles.
         La société a terriblement évolué depuis la jeunesse de ma grand mère (un peu plus de 100 ans) et on peut se demander si les méthodes d'enseignement, notamment primaires, sont encore adaptées à notre évolution.

         J'ai déjà lu des article sur une méthode innovante d'enseignement, la méthode Montessori, mais je ne trouvais pas d'avis très pertinent, d'une part parce que c'était le plus souvent les personnes qui mettaient en œuvre la méthode, qui la jugeaient, et d'autre part parce que les comparaisons avec l'enseignement classique étaient biaisées, car l'échantillon de population était particulier, cette méthode n'étant pratiquée que dans des écoles privées, d'un coût élevé, et donc fréquentées par des enfants de parents très aisés, ou faisant un énorme effort financier pour leur éducation.
         Pour la première fois, je viens de lire un article sur une étude faite sur 200 élèves d'une école publique, par un chercheur en neurosciences au CNRS, Jérome Prado et sa doctorante Philippine Courtier, en collaboration avec Alexis Gascher, enseignant à la maternelle Ambroise Croizat.
          A titre d'information, on compte en France presque 200 écoles utilisant cette méthodes, 115 maternelles regroupant 455 professeurs, 64 écoles primaires et 4 collèges, la plupart privées.   

         En quoi consiste la méthode Montessori et pourquoi a t'elle été utilisée ?

         Les neuro-scientifiques ont attiré l'attention sur le fait que la capacité d'apprentissage et le rythme de travail est très variable d'un enfant à l'autre. L'âge n'est pas un critère absolu, surtout pour la maternelle et les écoles primaires, car la capacité d'éveil et son développement sont  très variables selon les structures des cerveaux et l'environnement familial.
        La méthode actuelle, qui consiste à classer les enfants par classes de même âge et faire un enseignement collectif groupé, n'est peut être pas la mieux adaptée (j'ai déjà fait un article à ce sujet le 05/05/2019). L'enseignant qui fait des cours derrière un bureau, face aux élèves, n'est peut être plus adaptée et la motivation et l'initiative des élèves sont faibles, et cela se ressent au collège où les élèves ne sont pas assez attentifs et où le professeur passe une partie du temps à imposer la discipline et à essayer d'appeler l'attention de ses élèves. De plus le système de concurrence engendré par la notation ne motive pas énormément les meilleurs et dégoûte les moins bons.

         La méthode Montessori veut réagir face à cette constatation en laissant aux enfants beaucoup de libertés pour choisir ce qu'ils vont étudier - en apparence seulement car un matériel pédagogique très élaboré et l'aide de l'enseignant qui va de l'un à l'autre, assure cependant un programme précis.(malheureusement ce matériel pédagogique et cher et rend la méthode onéreuse).
         Dans une école Montessori, les enfants sont groupés par tranches d'âges d'au moins 3 ans et ils étudient selon les moments et leur envie, seul ou avec un autre qui peut être plus ou moins âgé. Les tables sont rangées de façon à favoriser le travail individuel et par secteur (mathématique, lecture, français, arts..), avec à chaque fois des matériels adaptés à plusieurs niveaux d'apprentissage, ces matériels comportant une reconnaissance d'erreur pour indiquer à l'enfant qu'il doit refaire l'essai (c'est le principe de base de l'apprentissage du cerveau). Il n'y a ni punition ni notes, mais l'enseignant évalue en permanence les progrès des élèves.
         L'enfant a une grande liberté de choix de son emploi du temps et de son choix de travail, progressant à son rythme, guidé bien sûr par le professeur.
        Il en résulte un enseignement très individualisé où l'enfant est censé s'engager pleinement, suit ses motivations et collabore éventuellement avec d'autres, mais évidemment guidé par l'enseignant.
(en particulier pour qu'il varie ses activités et ne se consacre pas à une matière unique)

        A vrai dire cela ne m'apparait pas si nouveau que cela, car, il y a 80 ans certaines méthodes analogues existaient déjà.
        Je n'ai pas connu la maternelle car mes grand parents m'avaient appris à lire écrire et calculer et je suis entré directement en CE2, mais dans l'école où j'étais les enfants de la maternelle n'étaient pas séparés par âge et CP et CE1 étaient ensemble, les tables étaient disposées en demi cercle autour de celle du professeur derrière laquelle était le tableau noir, et les instits, après un cours commun,  allaient d'un  élève à l'autre pour l'aider. Tout au long de mes études secondaires les professeurs demandaient aux élèves qui comprenaient plus vite, d'expliquer à ceux dont l'apprentissage était moins rapide, et j'ai compris et appris au moins autant les cours en essayant de les expliquer aux autres qu'en écoutant le professeur. Mais bien sûr celui-ci surveillait ce que nous faisions et rectifiait si nous faisions une erreur d'explication.
       Par contre les emplois du temps étaient plus rigides que dans la méthode montessori et tous les élèves (sauf en maternelle) faisaient le même genre d'activité à un moment donné. Mais les exercices étaient adaptés à chacun, suivant ce qu'il avait déjà compris et était capable de faire et le professeur passait plus de temps à aider ceux qui avaient le plus de mal à suivre, mais ceux qui avaient compris plus vite ne s'ennuyaient pas et ne consultaient pas leur smartphone (qui n'existait pas encore), car on leur donnait des exercices plus nombreux et plus difficiles à faire.

      Revenons à la méthode Montessori : que dit l'étude qui a été faite pendant 3 ans, dans cet établissement public d'un secteur prioritaire de Vaux-en-Velin, donc dans un quartier où les difficultés sociales compliquent la réussite scolaire ? Dans cette école la moitié des élève a suivi une formation classique tandis que l'autre moitié une scolarité inspirée des méthodes Montessori, 
      Que dire des enfants de cette seconde moitié.?

      D'abord les élèves semblent motivés et content de ce qu'ils font; bien que très actifs ils sont calme, ne chahutent jamais, même s'il travaillent plusieurs ensemble, et le professeur peut se consacrer entièrement ) l'enseignement sans être obligé de maintenir en permanence la discipline.
Ils s'engageaient plus facilement dans l'apprentissage et avaient autant de maîtrise de soi et de capacités sociales que les élèves du système classique, et par contre les conflits étaient moins fréquents.
     Les résultats calcul se sont avérés équivalents dans les deux types d'enseignement.
     Par contre les enfants des classes de maternelle Montessori sont beaucoup plus performants en lecture, et en maîtrise du vocabulaire et cela pour l'ensemble des élèves, ce qui est important puisque tout enseignement est basé sur le langage et la consultation de textes écrits.
    Ce meilleur résultat semble dû à la méthode utilisée par le matériel pédagogique : elle n'essaie pas au départ de reconnaître des mots associés à des objets, ni même d'assembler des syllabes, mais elle apprend initialement à associer les "phonèmes "- les sons, la prononciation, et les "graphèmes" :- la façon dont ils s'écrivent -. Ce n'est que lorsque ce mécanisme sera acquis que l'on passera aux syllabes, puis aux mots. Et cet apprentissage est fait uniquement en lettre cursives : l'enfant apprend à écrire en même temps et par ailleurs l mémorisation est meilleure car les centres de commande des mouvements de la main y participent. On construit les mots avec la vue, l'ouïe et le mouvement de la main.

     Par contre l'inconvénient de la méthode Montessori est d'être chère en investissements de matériel pédagogique.

     Les résultats de cette étude sur la méthode Montessori sont très encourageant, mais ils ne portent que sur des élèves de maternelle. Personnellement je voudras bien voir une études jusqu'en CM2 . Par ailleurs il est très difficile de différencier l'apport de l'organisation de la classe, de celui du matériel pédagogique et des méthodes pédagogiques elles mêmes telle que celle de la lecture, qui tiennent effectivement davantage compte du fonctionnement de notre cerveau.
    Mais certaines parties de la méthode mériteraient sûrement d'être généralisées.
    

La méthode Montessori

 

 


Jeudi 13 février 2020 à 16:02

Eveil, sommeil, rêves

 http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/Unknown1-copie-3.jpg
Je savais que les dauphins ne dormaient pas vraiment car la moitié de leur cerveau restait éveille, mais je n’avais pas de renseignement particulier. Mais j’ai trouvé un article donnat des explications sur la revue « Pour la Science » de décembre 2019.

Chez les animaux comme chez l’homme les rythmes circsdiens existent et ils commandent éveil et sommeil et certaines manifestations physiologiques. Normalement les sensations ne sont lus transmises au cortex frontal et restent donc inconscientes, et les muscles sont mis au repos, les mouvements ne se faisant presque plus (sauf les mouvements oculaires).

Dans le cerveau, l’éveil correspond à des oscillations rapides de faible amplitude, alors que le sommeil profond engendre au contraire des ondes lentes de grande amplitude.

Il est certain que la période de sommeil expose les animaux aux prédateurs et de plus , pour les mammifères marins, il faut respirer et maintenir la température de leur corps, puisqu’ils ont hérité ces caractéristiques de leurs ancêtres lointains qui étaient des animaux terrestres, dont descendent aussi les hippopotames.

Pour résoudre ce problème, l’évolution a conditionné certains de ces animaux pour qu’ils ne dorment pas complètement, la moitié de leur cerveau restant éveillé. toutefois si nécessaire ils peuvent mettre en sommeil leur cerveau tout entier.

On a trouvé ces particularités chez les mammifères marins, mais aussi chez certains oiseaux et serpents. On a même découvert récemment cette forme de sommeils chez certains humains. Les chercheurs s’intéressent à ce problème, notamment pour des raisons thérapeutiques, l’étude du sommeil unihémisphérique ayant débuté en 1964..

 

En 1970, des chercheurs russes ont constaté à partir d’encéphalogrammes de dauphins que la moitié de leur cerveau était en sommeil profond en ondes lentes, alors que l’autre hémisphère était éveillé. Par contre le sommeil paradoxal n’existait pas  durant ces phases de repos.

Le dauphin garde un œil ouvert (coté opposé à l’hémisphère éveillé, afin de détecter des danger et de continuer à nage dans le groupe, et cet hémisphère contrôle respiration et température, notamment en commandant les mouvements de la queue pour pouvoir remonter nager en surface.

Des otaries à fourrure gardent une nageoire dans l’eau qui s’gite en permanence et permettent de les maintenir en surface, les narines hors de l’eau, les trois ures nageoires étant dans l’air pour réduire les pertes de chaleur. Mais ces otaries sont capables d’un sommeil normal qui comporte alors des épisodes paradoxaux.

Ce type de sommeil aussi été retrouvé chez des oiseaux, notamment migrateurs durant leurs longs vols sans escale. Les oiseaux en périphérie du groupe gardent l’oeil ouvert du coté extérieur au groupe, pour surveiller l’espace, et les oiseaux ayant une position centrale ont moins souvent recours à ce type de sommeil, mais l’oeil ouvert observe alors quelle est la direction du groupe.

Toutefois l’hémisphère endormi ne paralyse pas les mouvement des ailes opposées, pour que l’oiseau puisse continuer à voler.

Les animaux qui ont recours à ce type de sommeil semblent dormir moins longtemps et les deux hémisphère échangent leurs temps de sommeil. Chez les migrateurs, les oiseaux échangent leurs positions centrale et latérales.

Chez l’homme on ne constate pas de vrai sommeil unihémisphérique, mais toutefois une différence apparaît lorsqu’on dors en un endroit inconnu, la première nuit, et disparait ensuite. Alors que l’hémisphère droit est en sommeil profond à ondes lentes, l’hémisphère gauche, plus sensible aux stimuli extérieurs, ne présente que des ondes lentes superficielles et est donc plus vigilant.

On constate également que les jeunes animaux réagissent différemment des adultes. De jeunes poussins doement plus avec l’hémisphère gauche pendant la première semaine après l’éclosion, cet hémisphère étant plus utilisé à l’éveil pour l’apprentissage..

Par la suite c’était l’hémisphère droit qui dormait davantage, lorsque les apprentissages étaient d’ordre spatiotemporel, pour lesquels il était davantage sollicité à l’éveil.

Pendant ces périodes de sommeil unilatéral l’oeil opposé surveillait l’environnement.

Les études faites sur le cerveau des dauphins a montré que les mêmes centres du cerveau intervenaient, comme chez l’homme dans la succession éveil sommeil, notamment le tronc cérébral, les centres préoptiques de l’hypothalamus qui sont responsables des cycles circadiens et le téléencéphale basal.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/Numeriser-copie-2.jpg

Jeudi 6 février 2020 à 17:55

Notre cerveau; nos sens; système nerveux

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/undispositifantioublidebebedesormaisobligatoireenitalie1354825.jpg 
          Je me suis souvent demandé, ayant regardé un fait divers relaté par le journal télévisé comment une mère de famille, intelligente et cultivée si l’on considère son métier, pouvait avoir oublié son bébé dans sa voiture, où il avait failli mourir de chaleur, si un passant n’avait pas signalé sa présence anormale à la police.

J’ai trouvé récemment un article de Daniela Ovadia, du laboratoire Neurosciences de Pavie, qui expliquait, ce qu’elle appelle une « cécité d’attention ».

 

La chercheuse faisait d’abord allusion à une expérience très connue, menée en 1999 auprès d’étudiant de l’université d’Illinois. 

On leur avait demande de regarder une vidéo d’un match opposant deux équipes de basket et de compter le nombre de passes des joueurs en maillot blanc, ce qui nécessitait une très grande attention et concentration.
On leur a demandé ensuite ce qu’il pansait du gorille, ce qui les a plongé dans la plus grande perplexité. Ils ont alors regardé à nouveau la vidéo et ont vu un homme déguisé en gorille qui venait sur le terrain, se frappait le torse  et repartir de l’autre coté. Aucun étudiant ne l’avait remarqué lors de la première vision du film.

Les chercheurs ont ensuite fait l’expérience avec de nombreuses personnes, dont plus de la moitié n’ont pas non plus remarqué le gorille.

Cette cécité d’inattention est donc le fait de ne pas remarquer quelque chose dans l’environnement, parce que son attention est concentré sur une autre tâche précise et prenante. Elle peut aussi intervenir lorsque l‘attention est prise par une tâche manuelle difficile à mener. 

 

Mais mener une tâche qui mobilise votre attention n’est pas le seul phénomène. Les chercheurs ont mis en évidence ce qu’ils appellent un « tunnel d’attention », qui fait qu’une personne absorbée par ses pensées ne remarque plus ce qui se passe dans son environnement, même si cela la concerne.

J’ai déjà en partie abordé ce problème dans des articles où je décrivais les rapports entre les centres d’interprétation des perception, le thalamus qui sert d’intermédiaire et de coordonnateur, et le cortex préfrontal qui analyse les informations qu’on lui envoie, réfléchit et décide des actions à mener. Le thalamus fait un pré-tri, mais le cortex préfrontal sélectionne ensuite les informations pertinentes qui méritent des décisions urgentes. Mais pour être traitées, les informations, même si elles ont été parfaitement traitées par exemple par les centres d’interprétation de la vision, doivent arriver au cortex préfrontal, c’est à dire à notre conscience.

Il peut arriver que le stimulus initial ne soit pas transmis. Il arrive aussi qu’il soit trop faible et qu’il n’arrive pas à la conscience : c’est le cas des images subliminales. Enfin il est possible que si ce stimulus s’intègre dans une tâche automatique que nous effectuons de façon quasi automatique (sous le contrôle du cervelet) et que la mémoire de situations voisine interfère avec la perception d’un évènement inattendu et bloque sa transmission au cortex préfrontal. C’est ce qui se passe par exemple lorsque nous parlons en conduisant et que nous nous retrouvons sur le chemin de notre travail ou de notre domicile, alors que nous allions ailleurs. Nous n’avons pas remarqué que l’environnement était légèrement différent.

Lorsque nous observons un objet, les divers centres d’interprétation de la vue analysent la forme, la texture, les couleurs, la distance, le déplacement et une intégration de ce éléments se fait, si nous faisons attention. Son et odeurs peuvent se mêler à ces perceptions visuelles. Si nous ne faisons pas attention cette intégration peut ne pas se faire et l’information n’est alors pas suffisamment précise pour être identifiée et transmise à la conscience. Cette analyse prend une ou deux centaines de millisecondes et si deus-x stilulus sont très rapprochés, alors que l’analyse du premier n’est pas terminée, il peut alors ne pas être détecté.

 

Enfin les centres amygdaliens qui gèrent en partie nos émotions peuvent interférer sur nos perceptions, le cortex préfrontal facilitant en général la synchronisation des neurones et les centres amygdaliens la ralentissant.

Un stimulus auquel on s’attend peut être renforcé, de même qu’un stimulus faisant craindre un danger. Par contre un stimulus anormal, mais anodin, sera plus facilement écarté.

Cortex préfrontal et centres amygdaliens influent beaucoup sur le rappel d’informations en mémoire, par l’intermédiaire de l’hippocampe. Un souvenir de situation habituelle peut empêcher la remontée du souvenir actuel d’une situation exceptionnelle.

C’est probablement ce qui était arrivé à cette maman qui en général n’allait pas au travail avec son enfant qui était habituellement en crèche, et qui, ce jour là, préoccupée par des problèmes professionnels, n’avait pas eu une remontée à la conscience que son bébé était dans son berceau, sur la banquette arrière de son véhicule.

Vendredi 31 janvier 2020 à 10:11

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/Unknown2-copie-2.jpg
                Des pestes antiques et du Moyen Age aux virus modernes,  Ebola et Zika ou du SRAS (le syndrome respiratoire aigu sévère), l’humanité a peur des épidémies depuis des millénaires, car autrefois, virus et bactéries ont décimé des populations entières, car la médecine embryonnaire de l’époque n’arrivait pas à les contenir. 

           Alors, à chaque apparition d’une nouvelle menace, même minime, l’opinion imagine des conséquences apocalyptiques, plausibles ou non, en oubliant que la médecine a fait des progrès.
          C’est bien le cas actuellement pour le coronavirus chinois (qui n’est pas jaune et n’a pas les yeux bridés !).
          Je voudrais essayer de ramener les craintes actuelles dans le domaine du raisonnable.

           J’ai déjà fait un article sur les virus, que vous pouvez consulter en cliquant dans la rubrique Accueil / Santé au 1/8/2019.

 « Qu’est ce qu’un virus ».

          J’y rappelais que ce n’est pas un être vivant C’est une “entité biologique” qui nécessite une cellule hôte d’un homme ou d’un animal, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Il ne peut se multiplier seul, ni subsister longtemps à l’extérieur.
         Il est composé d'une molécule d'acide nucléique (soit d'ADN soit d'ARN), entourée d'une coque de protéines appelée "capside" et parfois d'une enveloppe. Il ne possède en général aucun enzyme pouvant produire de l'énergie. Les virus sont le plus souvent de très petite taille, comparée à celle d'une bactérie, comprise entre 10 et 250 nanomètres. ( nanomètre = un millionième de mm).

 Ci-dessous le virus de la grippe.

Il ne faut pas avoir peur du coronavirus chinois

 Qu’est ce qu’un coronavirus

           Les coronavirus forment une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer des maladies très diverses chez l’homme, allant du rhume banal au SRAS, et qui causent également un certain nombre de maladies chez l’animal (principalement des mammifères et des oiseaux) 
 Il ne faut pas avoir peur du coronavirus chinois          Ce sont virus constitués d'une enveloppe entourant une capside à symétrie hélicoïdale. Leur génome est d’environ 30 00 bases puriques, , valeur très élevée pour un virus è ARN. Le terme coronavirusprovient de l'apparence au microscope électronique, caractérisée par une frange de grandes protubérances entourant l'enveloppe avec l'apparence d'une couronne, par analogie avec la couronne solaire.

          La plupart de ces virus déclenchent, chez l’homme comme chez l’animal, des syndromes respiratoires analogues à des pneumonies.
          Une nouvelle forme de syndrome respiratoire, analogue au SRAS, est apparue à Wuhan (en Chine) début décembre 2019. La pneumonie de Wuhan est due à un nouveau coronavirus, dont six génomes ont été communiqués à la communauté scientifique internationale. En janvier 2020, le virus a été nommé 2019-nCoV.
           La maladie est apparue chez des clients du marché aux poissons de Wuhan (où l'on vend aussi des oiseaux, des serpents et des lapins). Elle est d'origine animale et se transmet entre êtres humains. elle peut avoir été transmise dans ce marché par un animal ou par un homme qui avait été Au 26 janvier 2020, 56 décès ont été recensés sur environ 2 000 personnes infectées.

          Dans l’article du 3/8/2019, je parlais des conditions de contagion et j’expliquais que, pour les virus, ils se propageaient surtout soit par les voies respiratoires, (par exemple grippe), soit par contact avec des liquides du corps humain (Ebola).          
           Le virus chinois, comme celui de la grippe, se propage principalement par respiration de gouttelettes contenant des virus, expectorées par les malades (ou les porteurs sains) et par absorption des virus lorsque les gouttelettes se déposent sur des surfaces (ou y sont déposées par des objets contaminés, les mains en particulier), et nous touchons ces surfaces avec nos mains que nous portons ensuite à la bouche, au nez ou aux yeux. Les virus passent alors par les muqueuses de ces organes.
           Ces dépôts de gouttelettes infectées sur des surfaces où elles sèchent et qu’elles contaminent avec des bactéries ou des virus ont reçu un nom bizarre et peu connu : des “fomites”. Elles sèchent plus vite en été et la chaleur et les rayons UV du soleil, tuent les virus en quelques heures. En hiver, la contamination peut être active plusieurs jours.
(Pour votre culture générale, Wikipédia indique que “fomite était le nom autrefois donné aux éclats de bois se détachant des arbres lorsqu'on les abattait à la hache et désignait également les étincelles du silex ou que le marteau fait surgir lorsqu'il frappe le fer chauffé au rouge sur l'enclume.”.)
          Le virus peut également se transmettre par la salive et donc une contamination des lèvres et des mains du malade.

Dans l’article du 4 août je parlais de la lutte contre les virus.

          
 Il n’y a pas de médicament général très efficace pour lutter contre les virus. Les antibiotiques sont sans effets, mais peuvent éviter que le malade affaibli par le virus, ne succombe ensuite à une infection par des bactéries diverses.

           Il existe des médicaments antiviraux spécifiques d’un virus donné.  mais ils ne ne tuent pas les virus. Ils les empêchent de se multiplier, pour permettre à l’organisme de les éliminer plus facilement. Un des principaux moyens de suivre l’efficacité d’un traitement antiviral est d’ailleurs de mesurer la charge virale, c’est-à-dire le nombre de virus présents dans le sang.  
           Il existe aussi des vaccins pour atténuer préventivement l’effet du virus comme c’est le cas pour la grippe.

           Donc, dans la cas d’un virus nouveau, comme le virus chinois, on n’a pas de médicament spécifique.
     
    Alors que faire ?

           La première chose à faire c’est que les personnes atteintes contaminent le moins possible les autres. Il faut donc les mettre à l’écart et rechercher toutes les personnes qu’elles ont pu rencontrer pour examiner leur état de santé et éventuellement les isoler également.
           En Chine il a fallu d’abord qu’ils identifient le virus en cause, lequel était inconnu. Pendant  pus d'un mois il y a pu avoir contamination, et fialement le nombre de malades actuels (environ 2000) n’est pas très grand, vi à vis de ce délai
           Maintenant les chinois ont pris des mesures drastiques et la propagation est beaucoup mieux contrôlée.
            En France on sait la nature du virus et ses effets. Donc dès l’apparition des 3 cas, les personnes ont été mises en chambres stériles et leurs contacts éventuels ont été recherchés pour examiner leur état de santé. Le risque de propagation est donc très faible.

            Par ailleurs lLes études ont montré que la contagion était très peu probable en plein air, même sans masque, si on se maintient à plus de 2 mètres des autres personnes. car la dilution dans l’air des gouttelettes est très rapide et les UV jouent leur rôle protecteur.
            Par contre la contagion est plus probable dès que l’on séjourne nombreux dans des locaux peu ventilés, comme les bureaux, le métro, les classes, les magasins…
            Les études des dépôts de particules dans les diverses parties du système respiratoire ont montré que le risque principal était dû aux particules de 1 à 10 μm. Or les masques en tissus des pharmacies arrêtent les particules à partir de 50 μm, et donc sont peu utiles, car ils n’arrêtent pas les particules les plus fines, qui sont pourtant les plus disséminées et les plus dangereuses, 
Les personnels sanitaires qui utilisent des masques de chirurgien sont mieux protégées, car ils arrêtent mieux les particules fines..
            Les études ont également montré que la contamination par les surfaces sur lesquelles s’étaient déposées les gouttelettes contenant des virus (les “fomites”) était aussi importante que la transmission dans l’air dans le cas de la grippe et du SRAS et il est presque certain qu’il en est de même pour le nouveau virus. Porter des gants dans le métro et se laver souvent les mains avec du savon est donc une précaution utile.

            Lors de l’épidémie de Stras en Chine, virus de virulrnce analogue à l’actuel et alors tout aussi inconnu, il y a eu 300 morts, ce qui est 5 à di fois inférieur aux victimes annuelles de la grippe en France. C’est très regrettable, mais ne parlons pas de cataclysme !
           Certains français s’indignet qu’in ne prenne pas la température des passagers d’avions venat de Chine. Ce serait une mesure parfaitement inutile et inefficace. On peut être proteur qain du virus (on ne connait pas exactement le temps d’incubation du virus, mais ilest compris entre 2 et 12 jours, et par ailleurs il suffit d’avoir pris une aspirine ou du paracétamol pour ne pas avoir de fièvre.
           Mais actuellement le danger encouru en France face à ce nouveau virus est bien inférieur à celui du virus grippal (qui a fait l’an dernier plus de 1200 morts et plus de 100 000 malades). Il est peu probable, vu les précautions peises que l’on ait plus de quelques dizaine de cas sévères. 
           
Alors ne nous affolons pas et gardons nous de jouer les augures de scènes apocalyptiques qui risquent d’affoler les personnes peu informées. 

Samedi 25 janvier 2020 à 9:09

Actualité

 http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/PkzJdjMSfYLzFw8T04aGo1tae0381x381.jpg

            J’ai déjà fait deux articles sur la réforme des retraites et les grèves et j’étais assez critique tant envers le projet du gouvernement, que je considère comme un modèle de technocratie utopique, irréaliste et injuste, que vis à vis des grèves menées par les syndicats, car, si elles sont longues et paralysent les transports, ce n’est pas le moyen d’obtenir des modifications des textes de loi, et par contre cela pénalise les usagers et l’économie.
          Tout le monde n’a pas le même avis, c’est normal et un lecteur m’a envoyé un mail me disant  «  tu critiques beaucoup, mais puisque tu es aussi malin, qu’aurais tu fait de mieux à la place d’une part du gouvernement et d’autre part des syndicats.

           A la place des syndicats, devant le texte actuel, j’aurais eu la même réaction de rejet, mais je n’aurais pas déclenché une grève longue qui a de gros inconvénients : 
          D’une part elle pénalise énormément les usagers et l’économie et l’opinion publique, plutôt favorable au début aux revendications syndicales, s’est peu à peu détournée d’eux, notamment face aux difficultés de déplacement pendant les vacances de fin d’année et en région parisienne
          D’autre part les jours de grève ne sont pas payés et les grévistes ont, comme nous tous, besoin d’argent pour vivre, et ne peuvent tenir indéfiniment sans salaire. Le gouvernement laisse donc pourrir la situation, et attend que la reprise du travail devienne indispensable, faute d’argent, même si l’on n’a rien obtenu.
           Les ministres habitent en général dans leur ministère et ils ont une voiture avec chauffeur, alors la grève des transports ne les perturbe pas beaucoup.
           L’attitude des syndicats (CGT et FO principalement) est donc une erreur, ce que confirme bien la réalité, puisqu’ils n’ont rien obtenu alors que tous, grévistes comme usagers, commerçants et entreprises ont été tous pénalisés. Et les conséquences sur l’économie sont désastreuses, par le manque à gagner et la désaffection des clients.

           A la place des syndicats, j’aurais organisé deux ou trois journées de grèves et de défilé, pour montrer l’importance des mécontents hostiles au projet, mais j’aurais limité les perturbations à ces trois jours, et en dehors des fêtes de fin d’année. J’aurais ainsi préservé l’appui de l’opinion publique et les finances de mes adhérents.
          Par contre, pour agir sur le gouvernement, et surtout sur les députés et candidats LRM, j’aurais utilisé les quelques fonds dont je dispose à imprimer de nombreux tracs et j’aurais multiplié les interviews et articles sur les journaux et les médias, internet et télévision, en dénonçant tous les défauts du texte de loi, notamment son caractère imprécis quant au futur niveau des retraites, et en appelant tous les français qui n’approuvaient pas ce projet de loi, à voter pout d’autres candidats que ceux du LRM, aux élections municipales, puis aux législatives et à rechercher un autre candidat aux futures élections du Président en 2022
          Tout politique n’a qu’une hantise, celle de ne pas être réélu, et la menace d’une telle campagne de communication aurait bien plus d’influence sur le gouvernement et les députés que les grèves et l’opinion publique lui serait en majorité favorable, si cette communication était bien faite.

           A la place du gouvernement je n’aurais jamais imaginé ce sytème de retraite universel qui forcément heurte la majorité du fait que tous les métiers sont différentset que l'on porte atteinte à toutes les habitudes et les avantages acquis depuis des années.
          En ce qui concerne la SNCF, la dernière réforme de 201! prévoyait la mise en concurrence européenne et la fin du statut pour les nouveaux embauchés. C’était l’équivalent de la « clause du grand-père ». Alors pourquoi vouloir aller plus loin : c’était de la provocation !
           Et pourquoi se presser tant, sans presque aucune discussion et sans même avoir étudié la situation de nombreux métiers et l’état d’esprit correspondant.
           Certes il faut atteindre un équilibre financier, mais cela tout le monde en est conscient, et tout le monde sait que la longévité augmente et que le rapport actifs/retraités diminue. L’opinion publique comprend qu’il faut modifier certaines choses, mais imposer le même âge de départ en retraite est absurde, les métiers ayant une pénibilité différente.

           Le président Macron avait dit un jour qu’il préférait augmenter le nombre de trimestres nécessaires pour avoir une retraite à taux plein, plutôt que de fixer un âge légal. Pourquoi diable a t’il changé d’avis ?. Certes cela augmente le nombre d’années de travail, donc l’âge de départ, s’il faut plus de trimestres, mais cela se module de façon beaucoup plus souple. D’une part ceux qui ont commencé à travailler jeune peuvent partir plus tôt, et d’autre part on peut accorder des bonifications de trimestres dans certaines circonstances : pénibilité, grossesse, chômage…ce qui permet de rendre le système plus juste. Et on peut choisir de partir plus tôt avec une retraite inféreure au taux plein.

          Dès lors il n’aurait pas fallu tout de suite faire une loi sur un système complet, mais lancer des études et discussions par secteur, par métier, qui examineraient les règles actuelles et les modifications possibles et raisonnables et notamment les problèmes d’évolution des carrières et des métiers en fonction de la pénibilité et donc les aménagements à apporter aux différents régimes. 
          En particulier face à des régimes spéciaux qui fonctionnaient bien (comme par exemple la plupart des professions libérales et n’étaient pas en déficit, pourquoi les modifier. Tout au plus pouvait on regarder s’il n’y avait pas quelques règles abusives. Et leur confisquer leurs réserves qu'on versé leurs adhérents est une véritable spoliation. 
          
En fait Jean-Paul Delevoye, outre qu’il avait peu de scrupules à cumuler sa rémunération de ministre avec des émoluments privés, a bâclé son travail, qui n’était qu’un projet technocratique sans étude sérieuse de la multitude des cas. Son projet aboutit parfois à des situations grotesques : par exemple l’application du projet aux infirmières libérales qui doublerait leurs cotisations, sans augmentation de leur retraite et sans qu’elles puissent augmenter leurs tarifs règlementés par la Sécurité sociale.

           Le régime par points a un gros inconvénient : le montant de la retraite dépend de la valeur du point, et celle-ci est à la merci des gouvernants. Et par ailleurs c’est difficile d’estimer les points du début de carrière, et les études étant plus longues en moyenne, on entre plus tard dans la vie active. Il était plus simple pour les travailleurs du privé de ne tenir compte que des 25 dernières années.
          Quant aux fonctionnaires il est à peu près impossible  de savoir ce qu’entraînera le sytème par point, même avec l’intégration des primes, par rapport au système actuel de 70% du salaire des six derniers mois, sans les primes. (qui sont très variables).  Je crains en particulier que pour les enseignants, le nouveau système n’entraine, malgré l’augmentation de salaires qui va coûter cher à l'Etat à court terme, (et donc aux contribuables), et en définitive, une baisse du niveau des retraites;

           Finalement le projet actuel va aboutir, vu les contestations et pour sortir de la crise, à un système bancal où l’on n’aura plus aucun idée du montant de sa retraite future, et donc où tous craindront d’avoir des retraites plus faibles
           Par ailleurs de nombreuses catégories de métiers auront obtenu des dérogations diverses et on aura de nouveau affaire à des systèmes divers. Mais certains n’auront rien obtenu et se sentiront oubliés et lésés, notamment ceux dont la pénibilité du travail ne sera pas reconnue.
           Et, en fait d’économies, on se rend compte de plus en plus que ce projet d’unification univer-selle, va finalement coûter plusieurs milliards chaque année à l’Etat par rapport à la situation actuelle, et finalement ce sera la contribuable qui va payer cet excédent, alors que l’on aura fait un maximum de mécontents.

           Je pense que c’est ce qu’on m’a toujours appris à éviter en management : la solution « perdant - perdant ». Je pense que ces erreurs vont coûter cher au LRM et à Messieurs Macron et Phiilippe.
          Monsieur Macron aurait mieux fait de s’occuper de nos hôpitaux que des retraites et, s’il avait dirigé du personnel en entreprise, il aurait su que, plus un projet et important et délicat, plus il faut en étudier tous les aspects et plus il faut une communication précise, objective, pragmatique et compréhensible par tous.









 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast