Samedi 17 août 2019 à 16:01

Ecologie, Changement climatique

http://lancien.cowblog.fr/images/Santebiologie2/P883E1.gif
       Je regarde tous les jours le journal télévisé pour savoir un peu ce qui se passe en France et dans le monde. On nous montre malheureusement souvent la pollution, qui sévit chez nous, mais encore plus en Inde ou en Chine et on voit de nombreuses personnes qui circulent, un masque antipollution blanc sur le nez.
      C’est vrai aussi dès qu’on parle d’épidémie de grippe ou autre maladie respiratoire .
     Cela me laisse perplexe, car j’ai travaillé autrefois dans un labo où l’on étudiait la protection des voies respiratoires et je crains que ces précautions soient malheureusement souvent plus nocives qu’efficace.
    En effet tout dépend contre quoi on veut se protéger.

    En matière de protection des voies respiratoires, on trouve divers matériels d’efficacité croissante :
        - de simples masques de tissus qu’on met devant le nez et la bouche, attachés par un élastique derrière la nuque. C’est ce que portent les personnes vues à la télévision. C’est évidemment bon marché.
        - des masques plus élaborés de chirurgiens, qui épousent davantage les formes du visage et dont le tissus est spécifique.
        - les masques de peintre, destinés à ne pas respirer la peinture dans une cabine de pistolage.
        - les masques à gaz que l’on portait pendant la guerre (ou en service dans l’armée)
        - les respirateurs à bouteille des pompiers.
    Tout dépend contre quoi on veut se protéger.

    Je rappelle d’abord que 1 micromètre (µm) = 1/1000ème de millimètre et 1 nanomètre (nm) = un millionième de millimètre.
    A titre de comparaison un globule rouge mesure 7µm, une bactérie environ 1µm.

    Lorsque nous respirons, nous aspirons environ 1/2 litre d’air pour en absorber l’oxyg§ne et rejeter ensuite du gaz carbonique (CO2). Nous respirons en même temps des particules et gouttelettes qui flottent dans l’air, et divers polluants gazeux, provenant des activités industrielles du chauffage, et surtout des rejets des moteurs de voiture : oxydes d’azote (NO et NO2), dioxyde de soufre (SO2), ozone (O3).
    Il peut y avoir évidemment des polluants autres : oxyde de carbone (CO), lors de combustions, produits chimiques lors d’épandages… dont certains peuvent être dangereux.

    Parlons d’abord des particules qui constituent la pollution la plus courante et la plus dangereuse.
    Les pics de pollution en France peuvent aller jusqu’à plusieurs millions de particules de particules fines par litre d’air que nous respirons toutes les deux inspirations, voire à chaque respiration si nous sommes en train de faire un effort physique.
    Les particules dans l’atmosphère se classent en quatre principales catégories, vis à vis de notre respiration :
        - Les particules les moins fines de diamètre supérieur à 10 µm.
    Ce ne sont pas les plus dangereuses car elles sont pour la plupart arrêtées par le nez et la gorge où elles se déposent. D’autre part, comme elles sont lourdes elles tombent et de déposent sur le sol.
    Les particules de diamètre inférieur à 10 µm. sont appelées PM10
        - Les particules de diamètre compris entre 2,5 et 10 µm.
    Ce sont elles les plus dangereuses, car elles pénètrent dans les poumons, et constituent la majeure partie en masse. Certaines en ressortent, mais d’autres s’y accumulent et encombrent les alvéoles pulmonaires en perturbant la respiration
    Les particules de diamètre inférieur à 2,5 µm. sont appelées PM2,5
        - Les particules de diamètre compris entre 2,5 et 0,1 µm.
    Elles sont également dangereuses car elles ont tendance à rester en suspension dans les poumons sans en ressortir et surtout leur concentration correspond en général au maximum de la pollution et donc au maximum d’absorption possible.
    Elles encombrent les alvéoles pulmonaires et les plus fines traversent les parois des vaisseaux sanguins.
        - Les particules de diamètre inférieur à  0,1µm.  (100 nm : PM0,1).
    Elles ne représentent qu’une faible masse, mais sont très nombreuses et peuvent franchir la paroi des vaisseaux sanguins du poumon et donc circuler ensuite en même temps que le sang dans l’organisme. Mais on ne sait pas quel est exactement leur comportement, car à cette taille, les matériaux ont des comportements particuliers.

    L’organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que la pollution entraîne la mort prématurée de 7 millions d’e personnes dans le monde dont 48 000 en France.
    Les dangers sont les suivants :
        - Des réactions inflammatoires des poumons
        - Des symptômes respiratoires : difficultés à respirer.
        - Des effets néfastes sur le système cardiovasculaire.
        - Un risque de cancer au moins pour certains produits
        - L’accroissement de la prise de médicaments, de l'hospitalisation et de la mortalité des personnes souffrant de problèmes respiratoires, étant cardiaques ou asthmatiques (et considérées comme les groupes à risques).
        - Les personnes âgées et les enfants sont également considérées comme les groupes à risques

    Malheureusement tous les masques que l’on porte sont inefficaces, que ce soit de simples tissus jusqu’au 215 références de marques, vendues en France, et tant pour les particules fines que pour la pollution gazeuse.
L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation de l’environnement et du travail (ANSES) a étudié ces masques et dénonce leur inefficacité.
    Les masques ne sont conçus que pour filtrer les particules fines et n’ont aucun effet sur les gaz. Leur adhérence au visage est souvent mauvaise et donc leur étanchéité n’est pas bonne. La filtration dans les conditions d’usage est très inférieure à celle mesurée en laboratoire. Si la filtration des particule de diamètre supérieure à 10 µm est bonne (mais de peu d’intérêt, celle des particules autour de 2,5 µm est moyenne et celle des particules PM0,1 est pratiquement nulle.
    En outre ces masques sont conçus pour des personnes normales au repos et non pour des personnes à risue ou faisant un effort physique.
    Les masques de chirurgien n’ont pas une efficacité beaucoup plus grande : ils sont destinés à empêcher les particules liquides issues de la bouche et du nez du chirurgien d’aller sur le champ opératoire.
    Les masques militaires sont plus efficaces, mais d’un port pénible et inconfortable, que ne supporteraient pas les personnes non entraînées.
    A noter qu’aucun masque n’arrête les molécule gazeuses de petite taille telles que CO, O3 ou NO. Seul le scaphandre des pompiers, complètement étanche et alimenté en oxygène, est efficace dans ce cas.

    Contre cette pollution, le seule solution est de diminuer son intensité, et ensuite de réduire l’activité des personnes pour moins respirer, mais les masques sont inefficaces et, si l’on reste chez soi, il est cependant nécessaire d’aérer pour éviter des accumulations de produits dans les pièces.

Samedi 10 août 2019 à 14:20

Animaux

      Bien que n’étant pas breton d’origine, je suis très attaché à ma Bretagne où je vais en vacances depuis 70 ans tous les étés.
     J’ai donc flâné sur toutes les plages de la côte et des îles à la recherche de coquillages, et je me suis demandé souvent comment ils arrivaient à faire ces coquilles harmonieuses, aux formes géométriques compliquées.
    Je viens de trouver un article dans la revue « Pour la Science », dans lequel des mathématiciens d’Oxford expliquent, comment, grâce à des modélisations mathématiques, ils ont reconstitué ces processus de croissance des coquilles.
    Rassurez vous, je ne vous parlerai pas maths ou modélisations, mais je vais seulement essayer de résumer avec quelques photos et schémas, ce que j’ai appris.

    Evidemment il s’agit de mollusques qui ont une coquille, et le mollusque grandissant, il doit aussi augmenter le volume de son appartement et l’extrémité de sa coquille s’étend en permanence vers l’extérieur.
    C’est le manteau fin et mou du mollusque qui construit sa coquille, en sécrétant en permanence une substance riche en carbonate de calcium, au niveau de l’ouverture du coquillage et en déposant ce matériaux selon certaines règles propres à l’espèce, qui régissent la forme de cette coquille..

Les coquillages en forme de spirale

    Par exemple sur les photos ci-dessous les turitelles, ou les nautiles:
http://lancien.cowblog.fr/images/images.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Unknown1-copie-1.jpg










   

     Le processus est schématisé sur les dessins ci dessous :

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux6/coquillesspiralees.jpg
    1) . L’expansion est croissante : à chaque couche successive de matériau pour construire sa coquille, le mollusque dépose uniformément davantage de matériaux, et ainsi l’ouverture devient de plus en plus large.
    2) . Rotation : en déposant un peu plus de matériau d’un coté de l’ouverture, le plan de celle-ci tourne et une forme torique est constituée.
    3) . Torsion : Les points où se dépose le matériau tournent le long du contour de l’ouverture, d’où une torsion du dépôt.

    Ces trois processus peuvent avoir plus ou moins d’importance, voire ne pas être tous utilisés, ce qui donne des formes différentes, comme dans le cas de la turitelle et du nautile. (cf.ci-dessus)

Les coquillages à côtes

http://lancien.cowblog.fr/images/images3.jpg
    Le processus est schématisé sur les dessins ci dessous :

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux6/coquillescotes.jpg
    Ce motif d’ornementation est le résultat des forces qu’exercent le manteau et la zone générative de matériau, (en jaune et bleu sur le schéma ci-dessus), qui forment un système oscillatoire de tensions et de compressions successives.
    Une lente expansion du manteau conduit à des cotes denses (à droite) tandis q’une expansion rapide conduit à des coquilles presque lisses. On a ainsi des aspects différents d’ammonites.

Les coquillages à épines

    Le processus est schématisé sur les dessins ci dessous :

http://lancien.cowblog.fr/images/epines1.jpg    Le manteau est lié à la coquille au niveau de la zone générative du matériau, mais il n’est pas encore durci. A divers endroits, le matériau est déposé localement sur le manteau et entraîne sa déformation et donc celle de la zone générative de la coquille. Cette déformation est donc communiquées à la couche suivante de croissance et le phénomène est amplifié au fur et à mesure de la croissance. (schéma ci-contre).
    La forme de l’épine dépend de la rapidité de la croissance et de l rigidité plus ou moins élevée du manteau (voir le schéma ci-dessous).

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux6/epine2.jpg


   http://lancien.cowblog.fr/images/images1.jpg
  
Maintenant vous savez, comme moi, comment les mollusques fabriquent des coquillages bien divers.

   Il y a longtemps que cela m’intriguait : je mourrai moins bête !


Samedi 3 août 2019 à 10:05

Drogue, alcool, addictions

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau2/circuitrecompenseinter.jpg
     J’ai fait plusieurs articles sur les addictions, en expliquant comment certains produits, notamment des drogues, agissaient sur le cerveau.
    C’est le système de récompense qui est principalement en cause et une étude récente en donne un début d’explication.
    Mais elle résulte d’essais sur des souris et l’extrapolation à l’homme n’est pas encore faite.

    Une équipe de neuro-scientifiques, dirigée par Christian Lüscher à l’Université de Genève, a implanté une petite électrode dans le cerveau de souris, (génétiquement identiques, et élevées de la même façon), électrode reliée à un petit levier que les souris peuvent actionner. Lorsque les souris appuient sur le levier, elles activent les neurones de leur circuit de récompense, ce qui stimule leur plaisir.
    Evidemment ces souris s’en donnent à cœur-joie, et ont ainsi une espèce de dépendance et d’addiction.
    Les chercheurs ont alors modifié le dispositif pour que l’action du levier, au lieu de donner du plaisir, délivre un choc électrique désagréable.
    Ils ont alors constaté que 40% des souris reprenaient alors le contrôle de leur dépendance et cessaient d’activer le levier.
    Mais 60% d’entre elles ont continué à s’auto-stimuler en ignorant le stimulus répulsif. Elles sont devenues compulsives comme quelqu’un qui ne peut abandonner la drogue, malgré toutes les catastrophes que cela lui a amené.

    Les scientifique ont alors cherché ce qui pouvait être responsable de ces phénomènes. Chez les souris compulsives deux secteurs du cerveau avaient une plus forte activité : d’une part le cortex orbito-frontal, (au dessus des yeux), qui est responsable des prises de décisions.
    D’autre part le striatum, qui intervient chez les humains dans le ressenti des plaisirs physiques (nourriture, sexe, notamment), et qui est la voie d’entrée vers les noyaux gris centraux, en particulier les centres qui interviennent dans le circuit de récompense et dans la réalisation des actions motrices spécifiques et complexes.
http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/Capturedecran20190503a084118.png

    Ils ont alors augmenté l’activité de ces centres chez une souris qui avait repris le contrôle de son activité et elle et rapidement retombé dans l’auto_stimulation.
    A l’inverse, ils ont diminué l’activité de ces centres chez une souris compulsive, et elle a cessé d’activer le levier.
    ces centres sont donc bien à l’origine de l’addiction et de la compulsion.

    Pourquoi l’attitude des souris n’était pas la même pour toutes, puisqu’elle ne pouvait venir de leur génétique initiale.?  Les chercheurs pensent qu’il doit y avoir eu des modifications épigénétiques dues à l’environnement. C’est ensuite une certaine plasticité neuronale qui a modifié les centres nerveux initiaux.

    Cette étude est évidemment très limitée puisque effectuée uniquement sur l’animal. Mais elle doit permettre de montrer les circuits neuronaux responsables des addictions.
    Il faudra ensuite trouver des moyens d’agir sur eux, autres que des implantations d’électrodes dans le cerveau, puis extrapoler les résultats aux humains.
   
   Beaucoup de travail reste encore à faire.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures2/6a00d8341c5dd653ef0120a625232e970b800wi.jpg

Samedi 27 juillet 2019 à 19:22

Sciences et techniques

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/orageportable.png

    Un lecteur m’a demandé si porter un téléphone mobile sur soi était dangereux par temps d’orage, si la probabilité de recevoir la foudre était plus grande et si cela en aggravait les dégâts.
    Une correspondante me demande aussi si elle peut vérifier le fonctionnement de son micro-onde en utilisant un portable à l’intérieur et en l’appelant.

    Je ne suis pas particulièrement compétent en la matière, mais je vais essayer de répondre à ces questions.

Portable et foudre

    Effectivement on cite plusieurs cas particuliers de foudroiement de personnes ayant un portable, mais ils ne sont pas très probants.
    D’abord le cas d’une jeune fille de 15 ans, foudroyée alors qu’elle téléphonait avec son mobile dans un parc londonien. Certes elle a survécu, mais continue à avoir de graves problèmes cognitifs et une forte perte d’audition, un an après les faits. Les médecins attribuent ces symptômes au fait qu’elle téléphonait lors de l’incident. Le côté du cerveau où elle tenait le portable a été plus affecté que celui de victimes classiques de la foudre.
    On cite plusieurs cas mortels de personnes frappées par la foudre en téléphonant, en Chine ou en Corée, mais elles seraient sans doute mortes même sans portable.

    Un portable émet des ondes électromagnétiques, mais il est peu probable qu’elles attirent la foudre. Si c’était le cas, les antennes relais qui émettent un champ notablement plus fort seraient souvent frappées, ce qui n’est pas le cas. Pour qu’un équipement attire la foudre il faut qu’il y ait une forte ionisation aurour de lui, principe exploité notamment par les paratonnerres. Or, un mobile a une très faible ionisation, donc le risque qu’il attire la foudre est très faible.
    Par contre tout objet métallique (bague par exemple) peut aggraver les brûlures si l’on est frappé par la foudre (sans que cet objet l’ait attirée). En effet la haute résistance de la peau humaine fait que la foudre circule le long du corps sans y entrer, et es matériaux plus conductibles en contact direct avec la peau tels que des objets métalliques perturbent le phénomène et chauffent fortement.

    Par contre un téléphone portable comporte des puces, circuits électroniques intégrés qui ne supportent pas de faibles pics de tension. Il est évident que frappés par la foudre, ils seront HS, de même que si vous les mettez dans un micro-onde et que vous allumiez ce four.

Portable et four à micro-ondes

    Peut on tester l’étanchéité aux ondes d’un four à icro-ondes éteint, en appelant un téléphone portable que l’on a mis dedans ? (information qui circule sur le Net)
    Cela ne me paraît guère probant.
    D’abord les fours à micro-ondes ne sont pas parfaitement étanches, car il faudrait que toutes les faces métalliques de l’enveloppe soient soudées parfaitement; il y a seulement une atténuation.
Mais les puissances étant très faibles il sort très peu d’un micro-onde, qui est sans danger à l’extérieur.
    Mais un minimum d’ondes du téléphone portable peuvent peut être passer par ces « trous » entre parois métalliques, surtout que leur puissance est très supérieure à celle du micro-onde.
    Sur la porte en verre, , pour empêcher les micro-ondes ed sortir, il y a un grillage métallique. Les fréquence étant de 2,450 GHz, la longueur d’onde , qui est inversement proportionnelle à la fréquence est petite, et les mailles pour être efficaces, doivent être très petites.
    La fréquence des portables étant de 900 ou 1800 hz, la longueur d »onde est mille fois plus grande. Les ondes d’un portable ne passeront pas à travers la grille de la porte.
    On peut tester avec la commande bluetooth du téléphone dont les fréquences sont proches de celles du microonde. En principe le portable ne devrait pas recevoir ces micro-ondes.

    Et ne vous inquiétez pas, vous ne risquez rien du fait des micro-ondes de votre four. Par contre attention de ne pas vous brûler avec les plats que vous avez chauffés à l’intérieur.

Samedi 20 juillet 2019 à 16:04

Psychologie, comportement

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/Insolitepourquoilesfemmessontbavardes.jpg
     J’ai lu un article d’une revue, qui affirmait que les femmes étaient plus bavardes que les hommes, parce qu’elles possédaient une quantité plus grande de protéine FoxP2, et le journaliste citait des essais biologique sur des souris comme exemple (des souris de laboratoire à 4 pattes deux oreilles et une grande queue !)
    J’avoue que cela m’a fait rire et je pense que le journaliste, ou n’a rien compris à ce qui était exlpiqué dans ces essais, ou a voulu faire du sensationnel, sans vérifier ces dires.

    D’abord qu’est ce que cette protéine FOXP2
    La protéine « Forkhead-box P2 » (FOXP2) est une grosse protéine, qui contient 715 acides aminés.  Présente dans un gène du chromosome 7 chez les humains, dès le foetus, elle a un rôle de transcription dans la formation des centres du cerveau qui commandent les mouvements, notamment l’aire de mouvements complexe qui participe à l’articulation du langage et surtout les ganglions de la base  (notamment le noyau caudé), et du cervelet, qui jouent un grand rôle dans l'apprentissage des capacités motrices complexes, elle joue peut être un rôle dans la formation d’une partie du centre de Broca
    Les modifications de cette protéine peuvent entraîner une inaptitude à prononcer les mots, et à utiliser syntaxe et grammaire et des difficultés dans l’apprentissage d’automatismes. Il s’ensuit des troubles de l’expression orale qui peuvent être très importants, voire une difficulté d’apprentissage du langage écrit et donc des difficultés de communication.
    Chez la souris, la quantité de FoxP2 est plus forte dans le cerveau des souriceaux mâles que des femelles, or ceux-ci interagissent plus avec leur mère par ultrasons.
    Chez les oiseaux sa présence augmente en phase d’apprentissage du chant dans l’équivalent du striatum humain, qui intervient dans la gestion des mouvements et surtout dans la motivation sexuelle et alimentaire et les circuits du plaisir. En la réduisant, on perturbe cet apprentissage en diminuant la coordination motrice du chant.
    Chez l’être humain, la présence de FoxP2 s’est avérée plus importante à l’autopsie dans le cerveau gauche de filles que de garçons, âgés de 4 ans, ce qui a été rapproché de la meilleure maîtrise verbale observée à cet âge chez les filles. Mais il n’y a aucune preuve de cause à effet.

    Les femmes sont elles plus bavardes que les hommes ?
    C’est une idée assez répandue, mais la réalité est différente.
    D’abord cela dépend des individus, qu’ils soient homme ou femme.
    Les extravertis, qui tirent leur motivation du contact aux autres, parlent beaucoup plus que les introvertis, qui sont à l’aise dans leur univers intérieur. Il leur arrive même de parler sans réfléchir, alors que les introvertis réfléchissent d’abord, mais en oublient parfois de parler.
    Ensuite la formation des personnes à l’expression orale joue. Quelqu’un habitué à intervenir en public, bien qu’introverti, parlera probablement plus facilement.
    Et le sujet est important : la plupart du temps, les hommes seront plus bavards à propos de football, et les femmes sur la mode ou la beauté. Un ingénieur parlera plus technique et un artiste de son art.
    En moyenne et à priori avant éducation, il y a peu de différence entre les capacités d’un homme et d’une femme. De même pour une formation identique, chez les adultes.
    Par contre la formation du cerveau n’est pas aussi rapide pour les hommes et les femmes, sur certains points.
    On admet que chez le enfants, les filles sont meilleures en expression orale et les hommes en orientation spatiale. Mais ensuite les différences s’atténuent chez les adolescents.
     Il est possible que la protéine Fox soit pour une part responsable de la meilleure performance des petites filles en communication orale, mais rien ne le prouve, et l’éducation et le rôle des parents doit probablement être aussi influents.

    Je pense donc qu’il n’est pas judicieux de tirer de conclusion générale hâtive, et que dans ce domaine de facilité de discussion, a protéine FOXP2 n’est pas l’essentiel.
   


Samedi 13 juillet 2019 à 11:09

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Santebiologie2/lesplaquettescellulessanguines.jpg
    Les « thrombocytes » ou plaquettes sanguines, sont des cellules sans noyau, formées dans la moelle osseuse. Elles jouent un rôle essentiel dans la coagulation car elles forment des agrégats qui vont "boucher" une blessure (coupure, plaie) juste après qu'elle se produise, et avant que les autres facteurs de la coagulation ne se déclenchent.
    Les plaquettes permettent donc d’éviter un saignement à l’intérieur du corps.

    Elles  sont de forme lenticulaire, en disque biconvexe, et mesurent entre 1.5 et 3.5 µm de diamètre. Les plaquettes sont présentes à raison de 150 000 à 400 000/µL de sang. Leur durée de vie moyenne est de 9 jours.
    Les thrombocytes sont formés par fragmentation des méga-caryocytes, grandes cellules contenues dans la moelle osseuse. Ils ne sont donc en fait pas des cellules complètes mais uniquement de petits fragment de cellules.
    Un méga-caryocyte produit environ à lui seul 1 000 à 10 000 plaquettes, en environ 5 jours, le temps nécessaire au mégacaryocyte immature de se remplir de protéine, de cyto-squelette et de granules que chaque plaquette emportera.

    Des cellules souches de la moelle osseuse donnent naissance à des méga-caryoblastes qui possèdent une potentialité de différenciation et vont devenir des "méga-caryocytes". Ceux-ci subissent plusieurs cycles de division cellulaire durant lesquels ils répliquent leurn ADN. Cependant, aucune n'étant menée à son terme, le noyau double sa quantité d'ADN à chaque division. La cellule mesure alors de 100 à 150 micromètres (les mégacaryocytes sont les plus grosses cellules de la moelle osseuse, mais aussi les plus rares) et le noyau comporte jusqu'à 128 fois la quantité normale d'ADN ..
 Le mégacaryocyte va alors se diviser en « proplaquettes » (5 à 7), qui vont être libérées, et « exploser » pour donner naissance à 1 000 voire 1 500 plaquettes chacune, conférant un pouvoir de production de l'ordre de 10 000. plaquettes par méga-caryocyte, ce qui se justifie par la courte durée de vie (9 à 10 jours chez l'humain) des plaquettes dans le sang (environ 10puissance11 plaquettes sont produites chaque jour pour garder le taux constant dans le sang humain). Les plaquettes sont alors libérées dans le sang, afin qu'elles puissent remplir le rôle fondamental dans la survie du corps.

    Aujourd’hui, pour éviter les hémorragies, lorsqu’il y a carence naturelle des plaquettes, la seule source existante est la transfusion de plaquettes provenant de dons du sang, dont les besoins continuent d’augmenter, ce qui encourage les chercheurs à envisager des sources complémentaires au don du sang, d’autant plus que les plaquettes sont aussi difficiles à conserver, contrairement aux globules rouges, ce qui nécessite qu’elles soient transfusées dans les 5 jours après le don du sang..
    Une équipe associant physico-chimistes, biologistes médecins des Universités de Paris Descartes et Diderot, du CNRS, de l’Ecole supérieure de Chimie de Paris, de l’Inserm et la start-up PlatOD a développé un dispositif microfluidique (une sorte de « puce »), qui produit en quelques heures une grande quantité de plaquettes sanguines. (la figure ci-dessous est empruntée à leur compte-rendu d’étude)

http://lancien.cowblog.fr/images/Santebiologie2/reyssatfig1bis.jpg
    Le puce est constituée d’un canal, encombré par de nombreux « micropiliers », dans lequel on injecte des mégacaryocytes (schéma a). Ceux-ci adhèrent aux piliers grâce à une protéine identique à celles de la paroi du vaisseau sanguin, qui recouvre la surface des micropilliers et qui reconnaît spécifiquement la membrane des mégacaryocytes (schéma b).
    Les mégacaryocytes subissent les cycles de transformations qui donnent naissance aux plaquettes, qui sont emportées par le flux qui traverse la puce, (photo c), et peuvent être recueillies, et sont, après une activation chimique, capables de remplir leur fonction anti-hémorragique chez un receveur.
    Avec une source plus importante de mégacaryocytes et une puce de plus grande capacité, une production de plaquettes sanguines in vitro à grande échelle sera possible.
    Le procédé est actuellement validé, il faut le redimensionner, faire des essais sur des animaux, puis, dans quelques années, passer à l’expérimentation clinique.

Samedi 6 juillet 2019 à 10:30

Notre cerveau; nos sens; système nerveux

http://lancien.cowblog.fr/images/P1020830.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux6/maxresdefaultlive.jpg










 

   J’ai un assez bon sens de l’orientation, en ce sens que j’ai une bonne mémoire cartographique des lieux où je suis déjà passé et je trouve donc assez facilement mon chemin, au moins de jour et quand les lieux n’ont pas trop changé.
    Dans la campagne, je peux toujours me guider sur le soleil quand il y en a, et en partie sur la luminosité du ciel, s’il n’y a pas trop de nuages. Cela me permet de savoir où est le nord. Mais cela m’est déjà arrivé de me perdre, et j’ai toujours dans ma voiture une boussole, qui sert parfois.
Evidemment avec les GPS, on ne se perd plus, mais je n’en n’ai pas, car je ne m’en servirais pas assez.
    Mais j’aimerais bien avoir, comme les pigeons voyageurs, un circuit de mon cerveau qui m’indique la direction à suivre.
 
    En fait de nombreux animaux (pigeons, tortues, poissons…) ont « une boussole » dans leur cerveau et ont ainsi un sens de « magnéto-perception ».
    On sait que cette faculté est due à des complexes moléculaires constitués de deux protéines particulières :
        - l’une le cryptochrome fait réagir l’organisme à la lumière;
        - l’autre, qui comporte un atome de fer et un atome de soufre en son centre, qui est sensible aux champs magnétiques.
    Le complexe est formé d’une chaine de ces protéines magnétiques, autour de laquelle s’enroulent des cryptochromes de façon hélicoïdale. L’ensemble forme un tube magnéto-sensible, qui se comporte comme une aiguille de boussole.
    Si on isole ces tubes et qu’on les fait flotter dans un liquide, ils s’orientent selon l’axe nord-sud du champ magnétique terrestre.
    Présents dans le corps de certains animaux, ils doivent donner à certains neurones spécialisés des indications sur la nature ambiante de ce champ, leur permettant de s’orienter. On en a repéré par exemple dans la rétine des pigeons et il semblerait que ce complexe moléculaire leur donne des renseignements sur le champ magnétique et la position du soleil, grâce à des échanges d’électrons entre les deux protéines. On ne sait pas encore comment se fait ensuite la transmission nerveuse.
 
    Comme toutes les protéines, elles sont codées par des gènes, qui, lorsqu’ils s’expriment, entrainent leur fabrication.
    Or les gènes de ces protéines sont présents chez l’être humain, mais ils ne s’expriment pas, du moins de façon générale et nous ne sommes donc pas (ou plus ?) sensibles au champ magnétique terrestre.
    Mais ces découvertes sont toutes récentes, et dues notamment à de chercheurs chinois, et rien ne prouve que ces gènes ne s’expriment pas parfois chez quelques hommes dans le monde.
    De plus des études très récentes faites par l’institut technologique de Californie, ont montré une certaine sensibilité de l’homme aux champs magnétiques, que l’on ne soupçonnait pas.
    Des patients ont été placés yeux bandés dans une cage de Faraday, entourés de bobines qui pouvaient produire des champs variables en direction et en intensité. un casque permettait de relever des électroencéphalogrammes de leur cerveau.
    Les patients n’ont pas eu l’impression de percevoir, de sentir ces champs électromagnétiques.
    Mais les électroencéphalogrammes ont relevé une diminution importante des ondes lentes « alpha », qui sont habituellement présente quand le cerveau est relaxé et ne ne fait rien en apparence.
    On pourrait penser à des courants induits dans le cerveau, ou à des cryptochromes comme pour les animaux, mais ces processus ne sont pas sensible à la polarisation du champ, alors que cette sensibilité existe dans cette expérience.
    Les chercheurs pensent que ces champs agiraient sur des particules de magnétite, tout petits grains existant dans les membranes des neurones, qui seraient alors agités de mouvements et laisseraient entrer des ions, qui modifieraient l’état électrique du neurone.
    Cette perception n’a lieu que lorsque le champ magnétique est orienté vers le bas, ce qui est le cas pour le champ magnétique terrestre.
    On peut se demander si Homo spiens, qui a effectué de nombreuses migrations, était sensible au champ magnétique, et que l’homme en évoluant, aurait perdu cette capacité, devenue peu utile.
    Il y a un an, des chercheurs de Munich ont découvert dans des cerveaux (postmortem évidemment), la présence de magnétite, principalement dans le cervelet qui contrôle notre marche debout.

    Je ne sais pas si la génétique permettra, un jour, de restaurer cette expression du gène cher un grand nombre de personnes, mais il serait sûrement intéressant d’étudier si cela n’arrive pas chez certaines personnes qui ont des aptitudes particulières (les sourciers par exemple), enfin quand ces aptitudes sont relativement avérées et où il ne s’agit pas de charlatans.

Samedi 29 juin 2019 à 8:37

Notre cerveau : intelligence; langage

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau2/les3systemescognitifs1255.jpg
         La science formule des hypothèses, les vérifie en partie, mais ensuite les connaissances progressent et on remet en cause ce qui a été dit, sans forcément le renier, mais en le complétant, en le précisant.
Le psychologue suisse Jean Piaget (1896-1980)  a observé et enseigné la psychologie des enfants et a défini 4 stades dans le développement de leur mental.

 

Le stade sensori-moteur (de la naissance à environ 2 ans)

Il correspond au développement et à la coordination des capacités sensorielles et motrices du bébé.
L’intelligence du bébé est pratique et liée à l’action, à ses gestes, à faire la différence entre son corps et les objets externes.

Il finit par avoir des représentations mentales, c’est à dire pouvoir se représenter une personne, un objet, en son absence.

Sa famille est là pour le servir, notamment sa mère. Marcher lui donne une certaine indépendance.

 

Le stade pré-opératoire (de 2 à 7 ans)

 

A ce stade, les acquisitions de l’enfant au niveau de la fonction symbolique sont nombreuses (notamment l’acquisition du langage).

L’enfant peut penser à ses actions sans les réaliser et il devient peu à peu indépendant dans ses actions.

Il apprend à définir sa pensée par le langage.

L’enfant est encore décrit comme « égocentrique ». Il a du mal à comprendre que d’autres puissent ne pas avoir les mêmes pensées que lui.

Il va peu à peu acquérir ce que l’on appelle la  "théorie de l’esprit", c’est à dire avoir une idée de ce que l’autre pense. Des comportements comme garder un secret, mentir, dissimuler vont peu à peu apparaître.

 

Le stade opératoire concret (7 – 12 ans)


A ce stade, l’enfant acquiert une « mobilité croissante au niveau de ses structures mentales » et de ses réflexions. Ses théories de l’esprit deviennent plus subtiles, plus concrètes et plus prédictives.  iI peut envisager d’autres points de vue que les siens.

Peu à peu il peut avoir des représentations mentales, c’est à dire faire certaines actions dans sa tête sans forcément un support concret.

Le stade formel (12 – 16 ans)

 

Il s’agit pour Piaget, du dernier stade. Par la suite, l'adolescent ou l’adulte pourra continuer à acquérir des connaissances mais il ne changera plus radicalement de vision du monde.

L’adolescent manie des opérations mentales de plus en plus complexes, parce qu’il commence à raisonner sur de l’abstrait, sans être obligé de passer par le concret. Il peut réfléchir sur des notions existentielles : (le bien et le mal, l’infini, la mort etc.).

 

Cette théorie reste en partie admise, mais elle est aujourd’hui complété par les neuropsychologues.

 

D’abord il semble que chez le bébé, certaines aptitudes sont déjà programmées : par exemple le sens des nombres, le bébé évaluant visuellement une quantité approximative, ou la longueur d’une série d’objets (qu’il confond d’ailleurs avec le nombre jusqu’à ce qu’il apprenne à compter).

L’adulte, bien que parvenu au stade formel, commet des erreurs de logique et de raisonnement. En fait notre inconscient est sollicité sur toute résolution de problème, avec le concours de la mémoire, et il suggère des solutions rapidement, mais qui sont en quelque sorte des intuitions, basées sur des analogies et comparaisons. Certaines de ces solutions peuvent être satisfaisantes, d’autres erronées.

 

Certains psychologues, comme Olivier Houdé, estiment que si l’on veut ne pas céder top facilement à ces suggestions et intuitions, et parvenir à une étude logique, il faut que le cerveau ait une capacité d’inhibition, qui empêche de retenir trop hâtivement une solution basée sur des intuitions notamment à partir de perceptions visuelles, auditives iou tactiles.
        Ce processus demande évidemment un certain temps (quelques dizaines de millisecondes).

L’IRM permet de voir que pendant ce délai c’est le cortex préfrontal qui est sollicité, et c’est une zone dont les neurones ont pour action d’inhiber une première réponse, qui est celle délivrée par l’automatisme, l’habitude et l’intuition, et d' obliger le cortex préfrontal à reconsidérer la question, à réfléchir et à appliquer une autre stratégie.

L’enfant naît avec un cortex préfrontal capable de remplir cette mission, mais qui n’est pas mature, et qui doit apprendre ce processus d’inhibition du réflexe initial de ne pas faire confiance absolue aux sensations, et de reconsidérer le problème.

Cette capacité d’inhibition peut être mise en lumière par des exercices ou des jeux, (par exemple « Jacques a dit » ou le « jeu du balai »). Elle se manifeste aussi lors de l’apprentissage de la lecture, car le cerveau ne différencie pas l’orientation droite ou gauche pour la reconnaissance des visages et objets, alors qu’il devra le faire pour des lettres telles que b et d.

De nombreux exercices permettent de jauger la capacité d’inhibition des sujets, qui est une forme d'intelligence.

 

En définitive, se développer c’est non seulement construire et activer des stratégies cognitives, comme le pensait Piaget, mais c’est aussi apprendre à inhiber des stratégies qui entrent en compétition dans le cerveau, et dont certaines peuvent être erronées;

Le développement de l’enfant passe d’abord par celui de ses sens, d’abord apprendre à manipuler des objets et ensuite faire des opérations plus abstraites, à partir des perceptions, et les mécanismes mis en place par l’apprentissage sont très puissants, de telle sorte qu’ils peuvent induire en erreur le cerveau.

Il faut donc que le cortex préfrontal apprenne à inhiber ces réflexes intuitifs pour se demander s’ils sont corrects et éventuellement rechercher une autre stratégie. Notre cortex préfrontal va ainsi mettre, peu à peu, depuis la naissance, de l’ordre de 20 ans à devenir mature.

Vendredi 21 juin 2019 à 17:21

Enseignement, école, fac

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/11425540.jpg

Suite de mes réflexions sur les sujets de philo du bac 2019.


Sujets de la filière S
• La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain?
Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté?

La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain?

    Il est certain que les diverses parties du monde peuvent abriter des peuples aux cultures très différentes, et donc à des manières de vivre différentes, mais aussi à des règles morales, législatives et économiques spécifiques, des croyances, des connaissances, des émotions artistiques, voire une morphologie et des personnalités différentes.
    Autrefois les conséquences étaient mineures, car les rapports entre personnes de cultures différentes avaient lieu, soit lors de rapports commerciaux (et cela en compliquait souvent l) soit du fait du tourisme, mais qui ne touchait qu’une élite aisée.
    Aujourd’hui, il en est tout autrement; il y a la mondialisation et l’information mondiale possible d’internet, les voyages virtuels, mais aussi un grand essor du tourisme, des études à l’étranger, et beaucoup de voyages des jeunes.
    Il y a donc de plus en plus de confrontation des cultures.
    Mais à l’inverse il y a une réaction,: la montée des nationalismes de toutes sortes, mais ils sont certes plutôt politique plutôt que culturels. Mais on voit aussi un engouement pour les langues locales et les cultures spécifiques d’une province.

    Faire obstacle à l’unité du genre humain, qu’est ce ? C’est assez vague. C’est empêcher que les hommes se reconnaissent comme êtres humains semblables, comme participant, au delà de nos différences à une même humanité.
    Avoir une certaine culture apporte un lien dans la mesure où les personnes ont conscience d’appartenir à cette culture, et donc des cultures très différentes peuvent donc rendre plus difficile le lien entre des personnes de ces cultures.
    Cela dit, à mon avis il y a des problèmes beaucoup plus graves que les différences de culture pour faire obstacle à l’unité du genre humain : rivalités de peuples ancestrales, guerres ou dominations anciennes, régimes politiques différents, rivalité personnelle d’hommes politiques, problèmes économiques et commerciaux …

    Je me rappelle que certains philosophes prônaient une culture universelle qui remplacerait peu à peu les diverses cultures. il ne semble pas que leurs thèses soient suivies d’effets. A vrai dire je ne vois pas ce que serait cette culture, d’autant plus qu’on a tendance à confondre la culture avec tous les étroits particularismes locaux.
    Et culture commune veut elle dire humanité commune, unique?
    Cela dit, il y a une nation France et des cultures locales très vives, auxquelles les gens issus de la région, sont attachés.

    J’ai toujours trouvé que les discussions, quand on n’a pas le même avis, mais qu’on est tolérant, font progresser les idées, et que chacun en tire quelque chose.
    Peut être peut on aussi tirer des enseignements d’une confrontation des cultures. Chacune a sûrement ses bons et ses mauvais aspects. Le difficile , c’est qu’ensuite on ne sait guère en tirer de leçon pratique.
    Il y a dans les diverses cultures des principes communs, des comportements humains, même si ensuite le contenu diverge : c’est la survie de l’homme, de l’espèce, la famille, le couple et les enfants, le travail, les besoins de nourriture et de logement, l’innovation et la recherche de progrès, le goût de la réflexion, des arts et des sciences, la recherche d’une organisation politique et de règles, d’une justice et d’une équité, mais aussi une certaine empathie et une certaine solidarité devant le malheur. J’en oublie surement maintes autres actions.
    Et à l’inverse, rester enfermé dans sa culture, c’est vivre éternellement das son coin, comme si l’on était aveugle, sans se remettre en question, en profitant de l’avis des autres.

    Et, au delà des cultures n’y a t’il pas quelque chose de commun en l’homme : son cerveau.
    Ce qui distingue l’homme des animaux, c’est son cerveau, principalement son cortex. C’est son système d’apprentissage qui lui permettra d’apprendre ‘abord à commander son corps, puis à marcher, parler, lire écrire, compter, puis à faire des études. C’est sa capacité à raisonner à résoudre inconsciemment des problèmes, à avoir de grandes émotions, des sentiments. C’est la possibilité de communiquer avec ses semblables, de comprendre leurs pensées.
    Ce cerveau il est différent d’un homme à l’autre, mais ses capacités générales sont les mêmes quelle que soit la culture originelle.
    Et l’usage de ce cerveau nous confère une personnalité, qui dépend de nos préférences cérébrales, dont les définitions générales sont les mêmes pour tous les hommes.
    Et c’est ce cerveau qui est à l’origine des cultures. C’est un même outil, mais il a produit des oeuvres différentes. ALors pourquoi vouloir les uniformiser. Il suffirait que l’on fasse effort pour une compréhension mutuelle, ce qui est possible avec nos cerveaux qui se ressemblent.


Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté?

    Bien sûr chacun tient à sa liberté, mais il faut des limites à tout, y compris à sa liberté. On a coutume de dire que « sa liberté s’arrête là où commence celle de son voisin ».
    Actuellement chacun n’a qu’un mot à la bouche « nos droits »
    Sans doute en partie parce qu’il y a trop de différences entre les plus riches et les plus pauvre, entre ceux qui n’ont que peu de soucis et les malheureux. Parce qu’aussi c’est une mode en France de toujours râler et ne pas être satisfaits. Parce qu’aussi normes et règles se multiplient, souvent établies de façon technocratique et sans concertation.
    Mais on se garde bien de parler de « nos devoirs » (je ne parle pas des devoirs de classe, bien sûr LOL)
    C’est pourtant la contrepartie des droits : la communauté nous apportes certains avantages, il est normal qu’en échange, nous lui apportions aussi quelque chose, et par ailleurs il est aussi nécessaire que nous respections certaines règles et lois, qui permettent la vie en commun. Il y a en quelque sorte une « morale sociale ».
    Certes les devoirs imposent des frontières, obligent à se conformer aux règles et c’est effectivement une limitation de la liberté individuelle, mais limiter n’est pas renoncer ou supprimer. Il n’y a qu’à comparer la vie en France avec celle dans des pays totalitaires.

    Il ne faut pas je pense confondre liberté et anarchie, ou liberté et droit de faire ce que l’on veut, sans se soucier des autres.
    Les règles existent chez l’animal, et plus il est évolué, plus il y a une organisation de la société. L’homme est-du moins le pense t’il - un animal supérieur civilisé. Il est normal qu’il y ait une protection de la liberté de chacun par une limitation collective de cette liberté pour qu’elle ne nuise pas à autrui.
    Un exemple flagrant est, de nos jours, internet, où au départ la liberté est totale, et où peu à peu apparaissent maintes nuisances (escroqueries, arnaques, abus de la crédulité, harcèlement, fausses nouvelles, apologies diverses, prosélytisme…). On sera de plus en plus amené à règlementer (et ce n’est pas facile) pour protéger l’internaute.
    Evidemment certaines règles peuvent elles être erronées, injustes, avantageuses pour certains. La perfection n’est pas de ce monde, mais il vaut mieux quelques erreurs que pas de règles du tout. C’est principalement vrai pour l’éducation des enfants.
    Dans la pyramide de Maslow, dont j’ai parlé dans un article, le stade ultime est l’accomplissement de soi. Ce n’est pas un problème de règles, mais d’action orienté.
Etre heureux de s’étre accompli, n’est ce pas une liberté intérieure?

Jeudi 20 juin 2019 à 11:41

Enseignement, école, fac

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/5d073352e8f51ebc518b456e.jpg

Suite de mes réflexions sur les sujets de philo du bac 2019.


Sujets de la filière ES:
• La morale est-elle la meilleure des politiques?
Le travail divise-t-il les hommes?

La morale est-elle la meilleure des politiques?


    Ce sujet ne me plaît pas du tout du fait de son imprécision et par ailleurs je pense dangereux d’aborder un sujet politique au bac, car il est difficile tant pour l’élève que pour le correcteur, de faire abstraction de ses opinions.
    Par ailleurs il y a certainement de très nombreuses paroles d’e philosophes (à commencer par Platon et Machiavel) et d’hommes politiques sur cette question, mais je ne les ai pas en mémoire.
    D’abord je ne sais pas quels sens donner aux mots « morale », et « politique ».

    La morale d’abord : le bien et le mal; l’esprit et les règles du bien. Celles aussi souhaitées et plus ou moins imposées par la société (civilisations, coutumes, religions, castes, partis politiques, groupes divers.…) ou même la mode !
    Politique, est ce seulement la politique au niveau de la ou des nations, des collectivités, mais on peut aussi parler d’une politique pour une entreprise; ou de la politique d’une personne, par exemple pour mener sa carrière. C’est assez ambigu, parce que le niveau de conséquences collectives et les acteurs ne sont pas les mêmes.
    En fait morale comme politique ne sont pas des données qui existent en elle mêmes. Elles sont bâties par des hommes, qui , à un moment donné en ont la responsabilité.

    La morale est quand même une affaire très individuelle. Au départ ses règles nous sont enseignées par nos parents; puis par des professeurs d’origines diverses : enseignement, religion, partis politiques…
    Ces personnes ont évidement une culture, des archétypes, des préjugés, des opinions et sont sensibles aux autres, à l’environnement, à la mode, à leurs intérêts ou à celui d’entités supérieures.
    Ensuite il faut que ces règles soient assimilées et ait notre accord : c’est le « surmoi » dont parle Freud.
   
    Alors quelle morale faut il retenir si l’on veut y associer une politique?
    Les chinois n’ont probablement pas les mêmes règles que les occidentaux. A Tahiti où il y a chez les autochtones une certaine communauté de bien, emprunter - sans lui dire - la voiture ou un bien du voisin, n’est pas immoral. Les terroristes ont ils une morale ?
    Les règles morales d’une secte sont elles acceptables? Et même à l’intérieur d’une religion, il y a des libéraux et des intégristes. Certains peuvent être homophobes, contre la PMA, l’IVG ou la contraception.
    Alors que doit retenir le politique parmi ces données contradictoires, alors qu’il a sa propre morale à lui-même.?
    La guerre, où l’on a le droit et même le devoir de tuer son adversaire, est elle conforme à la morale? La religion du fric des GAFA et le mépris de l’homme et de la vie humaine de certaines entreprises, mais aussi de certains pays totalitaires sont elles des politiques morales?
    La démocratie est elle plus morale qu’un régime dictatorial? En démocratie le moteur des hommes politiques est le plus souvent leur réélection et par ailleurs les sont monnaie courante. Les régimes dictatoriaux bafouent en général les droits de l’hommes, mais si on aavit comme dictateur un saint ?
    
    Par ailleurs que se passe t’il en politique : c’est la gestion de certains problèmes, de certaines affaires au niveau de collectivités, mondiales, nationales, locales, industrielles familiales.
    Si le problème est simple, et qu’il ne choque ni ne nuit à personne, c’est assez facile de se conformer à une certaine morale. C’est rarement le cas.
    Ces problèmes sont le plus souvent contradictoires : faut il par exemple accepter sans limite toute forme d’immigration, aux dépens des pauvres et des chômeurs français?
La morale voudrait qu’on aide les deux parties, mais on n’en a pas les moyens financiers et en matière de formation et d’emplois. Alors comment choisir?
    On trouverait des centaines d’exemples de ce type.

    En fait je crois que l’on voit dans le monde trop d’actes politiques qui choquent nos convictions. Alors on pense que la morale serait la meilleure des politiques mais en réalité le politique ne sait quelle morale choisir et par ailleurs la plupart des décisions qu’il doit prendre sont telles que les deux choix contradictoires qu’il doit prendre sont tous les deux moraux et que l’un des choix conforme à la morale entrainera le refus de l’autre choix qui lui sera immoral (quelque soit le choix effectué).

    Alors si le politique veut être honnête et le plus moral possible, il se dira qui’l faut choisir la solution qui agrée ou qui profite au plus grand nombre, mais d’une part elle peut être catastrophique pour le plus petit nombre et d’autre part le politique n’est pas devin et les conséquences de son choix ne sont pas toujours celles prévues et de plus la nature du profit en cause peut avoir aussi un aspect moral.
    Personnellement tout ce que je regrette, c’est ce qu’exprimait très clairement un des- lecteurs de mes blogs quand il disait :
« Une question qui n'est jamais abordée en politique : on fait le choix de se cacher derrière des chiffres, des statistiques... J'aimerais juste que, pour chaque décision prise, on se demande si cela va rendre le plus grand nombre de citoyens un peu plus heureux.
La notion du bonheur collectif devrait être aussi importante que celle de l'effort collectif. »
    Le bonheur collectif est il une notion morale ?
   
   
Le travail divise-t-il les hommes?

    C’est un sujet qui a toujours passionné les philosophes, depuis Rousseau qui pensait que l’homme était bon par nature mais estimait qu’il était très paresseux, Kant qui estimait que le travail est le moyen de se libérer, jusqu’à Carl Marx et la lutte des classes.
    Sans parler de la chanson qui dit effectivement que « le travail c’est la santé, mais ne rien faire c’est la conserver » et de la légende d’Adam et Eve chassés du paradis, à qui Dieu dit « tu travailleras à la sueur de ton front ».
    J’avoue que les idées très théoriques des philosophes à ce sujet ne me passionnent pas, d’une part parce qu’elles sont souvent très utopiques et loin des réalités, et d’autre part parce que la société et les techniques associées au travail évoluent, de même que les acteurs économiques et que les données valables un jour ne le sont plus tellement le lendemain (par exemple la lutte des classes et le collectivisme d’Etat aujourd’hui).
    Mais le travail a des aspects multiples : techniques, économiques, humains, qui sont extrêmement pratiques et concrets.
    Et si on cherche la motivation première du travail, c’est quand même au niveau individuel de gagner sa vie, c’est à dire, que ce soit par un salaire ou tout autre intermédiaire, manger et acquérir les objets et services dont on a besoin.
    Au plan collectif, c’est produire des biens, des services, des innovations.

    Au plan technique, avec l’apparition du chômage, on constate que ceux qui ont le plus de mal à trouver du travail sont ceux qui ont fait peu d’études et que d’autre part ceux qui n’ont qu’un bagage général (le bac par exemple) ont beaucoup plus de difficultés que ceux qui ont un diplôme technique, (BTS-DUT) ou ceux qui ont appris dans un lycée technique un métier manuel.
    Il y a donc une grande inégalité des hommes face au travail, en fonction de leur formation et de leurs aptitudes techniques.
    Les nouvelles technologies ont bouleversé le travail quotidien et l’adaptation des séniors n’est pas facile. Comme leurs salaires sont pus élevés que ceux des débutants, les entreprises ont tendance à s’en débarrasser et ils ont du mal à retrouver du travail.
    La robotique et l’intelligence artificielle risquent d’accroître ces inégalités.   
    La technique est donc plutôt une source de division.`

    Au plan économique, le constat est voisin : les mêmes différences apparaissent aussi au niveau des rémunérations. Le salaire des femmes, à poste et responsabilité identique est inférieur à celui des hommes.
    Le chômage est sans doute le fléau le plus important de l’époque actuelle en France, car sans lui la pauvreté serait moins fréquente, les SDF seraient moins nombreux.
    Ce chômage est la source de divergence s et d’incompréhension avec les non-français. Il est certain que le fait que des travailleurs étrangers aient, quand ils travaillent en France des salaires plus bas pour des horaires plus élevés, que leurs sociétés paient moins de charges, est forcément une concurrence déloyale.
    Et s’il apparaît normal d’accueillir des immigrants qui connaissent la guerre, les exactions et la famine dans leur pays d’origine, on comprend aussi le mécontentement des chômeurs ou des SDF auxquels on n’accorde pas toujours les mêmes avantages.
    De plus les salaires de certains, grands patrons, footballeurs… sont démesurés par rapport à celui des ouvriers et employés qui font le travail pénible, et c’est un fossé supplémentaire qui engendre, à juste titre, le mécontentement.

     Très souvent le travail sépare les hommes au plan des relations humaines.
    Avec la généralisation des smartphones, le travail vous poursuit plus qu’autrefois dans votre vie privée, l’avalanche des SMS et autres messages fait vivre dans une fébrilité permanente, et le fossé s’est creusé dans la hiérarchie, car des relais intermédiaires tels les chefs d’équipes ont été supprimé pour des raisons économiques, les niveaux hiérarchiques ont été réduits et le supérieur n’a plus assez de temps pour être sur le terrain au contact de ses collaborateurs et de ceux qui font le travail sous leurs ordres.
    Les patrons comme les politiques sont coupés des préoccupations et des problèmes de la base, et les décisions prises n’en tiennent pas compte et sont donc contestées. Le climat dans les grandes entreprises est parfois devenu délétère, entrainant des arrêts de travail, des burn-out, voire des suicides, compte tenu de l’incompréhension de la hiérarchie et des méthodes de management qui ont mal évolué.

    Cependant il ne faut pas non plus tout noircir. Si le travail dicise effectivement les hommes, il  quand même certains avantages et certains apports.
    D’abord, le travail apporte liberté. Il permet de vivre de son salaire (si celui-ci est suffisant)
    Il y a ensuite l’intérêt du travail que l’on fait, de son métier, des succès et des tâches accomplies. Beaucoup de gens que je connais sont heureux dans leur travail et pas seulement des cadres et des ingénieurs ou des médecins.
    J’ai connu des ouvriers fiers d’avoir réalisé des pièces très complexes, d’avoir monté des matériels performants, des infirmières qui se dévouaient corps et âme à leur soins, des artisans et cultivateurs fiers de leurs réalisation, de leur boutique ou de leur domaine.
    Le travail peut contribuer au bonheur.
    Enfin le travail peut être l’occasion d’une aventure humaine, diriger, faire partie d’une équipe développe un esprit et une cohésion particuliers, il se crée des liens humains au travail, qui souvent se prolongent dans la vie privée.
    Il y a bien des cas où le travail divise les hommes, mais il y a aussi des circonstances où il les rapproche.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast