Mercredi 17 mai 2017 à 9:06

Notre cerveau : plaisir et apprentissage

   Les journalistes aiment bien appeler le système d’apprentissage et de récompense du cerveau, le « circuit du plaisir » et le neurotransmetteur dopamine, la « molécule du plaisir ». Cela fait plus sensationnel pour impressionner les foules. Mais c’est faux !

    Je rappelle ci dessous le fonctionnement du système d’apprentissage et de récompense:
   
    Lorsque nous naissons le cerveau central nous maintient en vie et le nouveau-né peut percevoir images, sons, odeurs, saveur et toucher, sans d’ailleurs en connaître la signification.
Il va étant enfant apprendre à connaître son corps, ses parents, son environnement, puis à utiliser ses membres, à marcher, puis à parler. Plus tard il apprendra à lire et à écrire.
C’est grâce à des centres d’apprentissage qu’il va ainsi réussir à progresser, à condition d’avoir l’aide de ses parents, puis d’éducateurs et de professeurs.
Mais il connaîtra aussi des instants, des situations et des actions agréables, qui lui apporteront du plaisir et c’est grâce à ce même système qu’il va reconnaître ces événements.
Il existe dans notre cerveau, dès la naissance, des centres d'apprentissage et du désir. 
Ce sont des régions du cerveau, interconnectées entre elles, qui forment ce que l’on appelle aussi le “circuit de la récompense”.
            L’absence de mise en œuvre du circuit de la récompense, va au contraire donner une connotation négative à nos actes et il y a donc corrélativement un “circuit de la punition” constitué par les mêmes centres, et on peut dire que le circuit de la récompense, ainsi que celui de la punition, fournissent la motivation nécessaire à la plupart de nos comportements.
          Les centres principaux de ce circuit sont représentés sur le schéma ci-dessous :
 http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau2/circuitrecompenseinter.jpg

      L’aire tegmentale ventrale (ATV), reçoit de l’information de plusieurs autres régions qui lui indiquent le niveau de satisfaction des besoins fondamentaux physiologiques, en provenance de l’hypothalamus, ou plus spécifiquement humains transmis par le cerveau émotionnel, ou bien relatifs à une action donnée de nos membres, (liés à l’observation par notre vue, notre toucher et notre ouïe et donc grâce à la coordination de nos sens par le thalamus).
Elle reçoit aussi des informations des neurones qui nous renseignent en permanence, de façon inconsciente, sur la position et l'état de contraction de nos muscles ou les sensations au niveau des viscères (par exemple la douleur, la faim, la soif, une anomalie cardiaque ou de respiration qui nous oppresse…). Eventuellement des signaux de non satisfaction des centres amygdaliens, qui gèrent nos peurs, notre stress, et nos prises de risque.  
         L’aire tegmentale ventrale analyse et transmet ensuite cette information de satisfaction grâce à un neuromédiateur chimique particulier, la dopamine,  au noyau accumbens , au septum, aux centres amygdaliens et au cortex préfrontal. 
         

Le septum va évaluer la valeur hédoniste de ce que lui transmet l'ATV, ou dans le cas d'essais d'apprentissage le taux de réussite ou d'échec, et il envoie l'information au cortex préfrontal, le chef d'orchestre du cerveau.
         

Le cortex préfrontal va étudier la situation, réfléchir, prévoir une nouvelle action, après avoir consulté les centres amygdaliens sur les risques encourus; il consulte aussi la mémoire sur les événements passés analogues, en s'adressant au bibliothécaire de la mémoire, l'hippocampe. Il transmet l'information au noyau accumbens
           
Le noyau accumbens évalue la valeur hédoniste de l'action ou le risque d'échec et de réussite dans le cas d’essais d'apprentissage, puis il agit sur le striatum qui commande nos mouvements en liaison avec le cortex moteur, qui commande alors l'action, via le tronc cérébral de nos muscles et de nos membres.

 Tous ces échanges se font grâce à la dopamine, tous les neurones de ce circuit possédant des récepteurs sensibles à ce neuromédiateur. Cette action de la dopamine n’est connue que depuis les années 90 et a donc un effet de renforcement sur des comportements permettant de satisfaire nos désirs et souhaits.
C'est la libération de plus ou moins de dopamine qui semble correspondre à la sensation de satisfaction (la récompense), mais aussi de renforcement des désirs et de la motivation, qui pousse à renouveler les essais.
Dans l'apprentissage, la réussite d'un essai entraine la libération de dopamine qui est la « satisfaction » de la réussite, et dans le cas d'un échec, la diminution de dopamine est la "punition" qui incite à recommencer autrement, en recherchant des améliorations.
         
 La dopamine serait alors responsable d'un ensemble de comportements destinés à atteindre la récompense.
Contrairement à ce que les journalistes disent (par recherche du sensationnel), la dopamine n’est pas le neurotransmetteur du « plaisir ». En fait elle contrôle plutôt le désir et la motivation, le système de récompense évaluant le gain prévisible d’une action et réagissant si le gain réel est supérieur ou inférieur à celui attendu.
Entre 7 et 10 ans, la moitié des neurones du système d’apprentissage disparaissent, car l’apprentissage physiologique est presque terminé, et le système de récompense guide alors davantage ce qui nous est profitable et agréable, les désirs, et inversement, les déconvenues.

         J’ai essayé de simplifier au maximum mes explications. Les phénomènes chimiques et de liaison entre neurones sont plus complexes que ne le laisse supposer cet article. L’ATV  par exemple, utilise la dopamine pour moduler l’activité du noyau accumbens, mais d’autres neurotransmetteurs comme la sérotonine, les endorphines et le GABA sont aussi utilisés dans d’autres parties du circuit de la récompense pour renforcer certains comportements. (le Gaba ayant un rôle inhibiteur).
    Mais la dopamine a d’autres actions sur l’organisme : en excès elle favorise toutes les addictions, lorsqu’elle est insuffisante, elle perturbe, voire empêche, les mouvements des membres. (maladie de Parkinson). Elle agit sur le sommeil et l’éveil, l’attention, la mémoire à court terme, l’humeur, les comportements compulsifs, la paranoïa, la perception de la douleur….

Samedi 13 mai 2017 à 9:03

Notre cerveau : intelligence; langage

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/bossedesmaths.jpg

     J’ai souvent entendu dire à quelqu’un ayant de bons résultats au lycée en mathématiques qu’il avait la « bosse des maths » et que les filles n’en avait pas : ces affirmations sont absurde.
   

    C’est un psychologue allemand François Joseph Gall, qui étudiait la phrénologie, une pseudo-science du XIXème siècle, qui établit des relations entre la forme du cerveau et les capacités intellectuelles, qui croyait avoir remarqué que les élèves forts en maths, avaient les yeux proéminents et une bosse plus prononcée sur le front. 
    En fait, on peut l'observer chez presque tout le monde au niveau de la voûte crânienne frontale. Elle apparait généralement au cours de la petite enfance et est due à la manière dont l'enfant a été couché : si la tête du nourrisson est toujours posée de la même manière dans son lit, la pression exercée entraine une déformation des cartilages osseux du crâne.

    Physiquement nous avons tous les mêmes aptitudes aux maths, qu’on soit homme ou femme. La différence se joue simplement dans l'intérêt qu'on leur porte au cours de l'enfance, du travail dans les études, de l'entrainement et de la mémorisation.

    Deux chercheurs de l’unité CEA/INSERM de Neurospin, à Saclay, ont comparé sous IRM les zones du cerveau activées par la résolution de problèmes mathématiques et celles utilisées dans une réflexion plus générale, sur des problèmes historiques.
    Les zones activées par les mathématiques sont en bleu et celle par l’histoire en vert. Ces dernières mettent en jeu la partie avant du cortex préfrontal qui comprend, réfléchit et planifie, ainsi que des aires afférentes à la mémoire du langage.
    Au contraire les problèmes mathématiques mettent en jeu le cortex préfrontal dorsal qui traite de logique et d’abstraction, et les centres des cortex pariétal et temporal qui s’occupent de la représentation, de la reconnaissance et de la mémorisation des formes et de l’espace; (voir schéma ci-dessous).

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/cerveaumathszonesactivees.jpg
    Il est normal que ces centres qui gèrent les représentations spatiales soient concernés. Ce sont les dimensions qui donnent au nourrisson lla notion de quantité. Par la suite les représentations comme le positionnement sur une ligne, est associé aux nombres négatifs, et celui des parts de gâteau aux fractions.
    Le réseau d’aires cérébrales mis au jour dans cette étude n’est pas seulement impliqué dans les mathématiques de très haut niveau, mais également dans le traitement du nombre et du calcul mental. Les chercheurs ont d’ailleurs pu observer que ce réseau s’activait également en réponse à la simple vue de nombres ou de formules mathématiques chez les mathématiciens professionnels comme chez les non-mathématiciens (des chercheurs de même niveau universitaire, mais sans formation scientifique) qui avaient participé à cette expérience.
    Les études du CEA en 2016 suggèrent que ce réseau est déjà impliqué dans l’identification du nombre chez les jeunes enfants non encore scolarisés, et qu’il est très ancien dans l’évolution car il est présent lorsque des singes macaques reconnaissent des objets concrets. Cela suppose que ce réseau d’aires cérébrales préexiste à l’apprentissage des mathématiques à l’école, et qu’il se développe ensuite avec l’éducation que l’on reçoit.

    Il existe donc un « réseau mathématique » dans le cerveau, qui n’est pas celui du langage, mais qui se sert surtout de signes et d’images et de la représentation spatiale. D’ailleurs certains patients aphasiques  peuvent encore faire du calcul et de l’algèbre, alors qu’ils ne peuvent plus parler.

    Quant aux prodiges de calcul mental que l’on montre dans les spectacles, ils ont une particularité du cerveau : celle de pouvoir basculer plus facilement des mémoires tampons du cerveau, qui servent à garder pendant des temps courts un nombre restreint d’informations vers le cortex frontal, vers la mémoire épisodique à moyen terme, de telle sorte qu’ils peuvent stocker temporairement un grand nombre de données. Ils ont aussi des méthodes de calcul qui ressemblent à des algorithmes d’ordinateur.

Mercredi 10 mai 2017 à 16:33

J'ai trouvé sur internet des photos de fabrication de leur nid par un couple d'oiseaux. Elles m'ont paru intéressantes, notamment de voir le soin qu'ils y apportent. J'ai sélectionné quelques unes d'entre elles.

http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive02.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive03-copie-1.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive05.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive06.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive08-copie-3.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive14-copie-1.jpg
































































http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive19.jpg





































http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive27.jpg

























http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive29.jpg




























http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive31.jpg




















http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive32-copie-1.jpg


























http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive40-copie-1.jpg

Samedi 6 mai 2017 à 9:04

Sciences et techniques

 Dans mon dernier article, nous avons vu les avantages et inconvénients d’une voiture électrique, parlons maintenant des voitures hybrides.
    En fait les voitures hybrides ne sont pas des voitures électriques, ce sont des voitures à moteur thermique, dans lesquelles un petit moteur électrique vient assister le moteur thermiques dans certains cas et si l’on voulait circuler en tout électrique, on ne ferait que quelques kilomètres. D’ailleurs elles ne se rechargent pas pour la plupart.
    Comment cela fonctionne t’il. ? Disposant du schéma d’une BMW, c’est à partir de là que je décrirai un fonctionnement qui toutefois n’est pas général.

    D’abord quel est le but poursuivi : pas de se propulser à l’électricité, mais d’éviter de faire fonctionner le moteur thermique de la voiture dans des plages où son rendement n’est pas bon (à basse vitesse principalement),  et d’autre part de récupérer de l’énergie au freinage au lieu de la dissiper en chaleur dans les freins.
    On peut ainsi diminuer la consommation d’essence, et donc la production de CO2, voire se contenter d’un moteur un peu moins puissant car quand son rendement est trop faible le moteur électrique l’assiste.

    Dans certaines voitures un moteur électrique est intégré dans la boîte de vitesse du moteur thermique, et fournit la propulsion quand la demande de puissance est faible, (et que le rendement du moteur thermique est mauvais), ou ajoute son énergie quand le demande est importante mais la vitesse de la voiture faible (démarrage, côte..).
    L’énergie électrique est fournie par une batterie et un ordinateur gère la contribution de la batterie à la propulsion
    Lorsque la puissance demandée est inférieure à celle fournie par le moteur thermique (vitesse constante sur route) ou que le moteur freine la voiture, un alternateur charge alors la batterie, en récupérant l’énergie superflue du moteur thermique ou celle de freinage. La batterie est relativement modeste en coût et en poids.
    C’est donc un système complexe et cher, en espérant qu’il soit fiable et en tout électrique on ne fait que 2 ou 3 km..

    Mais on peut faire mieux et plus cher comme « usine à gaz », si on veut faire une voiture hybride « rechargeable qui ait une autonomie électrique de 20 ou 30 km.

    On peut d’abord augmenter les batteries, mais cela augment le poids et le coût.
    Mais c’est trop simple et c’est tellement mieux de faire compliqué.
    Alors on propulse la voiture séparément par un moteur thermique et un moteur électrique. Le moteur thermique est, à l’avant, relié normalement au train avant et le moteur électrique est sur l’essieu arrière (voir schéma ci-dessous).
On peut fonctionner avec un seul moteur ou avec les deux, l’ordinateur gérant alors la contribution de chacun.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/coverr4x3w1000578e85a1c5ddavolkswagenpassatgte20150.jpg
    Les gains en carburant sont plus importants, on peut se servir en ville du tout électrique et de ses avantages, mais le coût de la voiture est notablement plus élevé.
    C’est ce que l’on appelle une « hybride parallèle ».
    Le moteur thermique recharge les batteries, mais lentement et donc si l’on fait beaucoup de tout électrique, il faut recharger la batterie la nuit.

    On aurait pu faire plus simple, ce que l’on appelle les « hybrides série », mais pour le moment, les constructeurs n’utilisent pas cette technique, sauf exception dans des voitures de luxe très chères 
    Là c’est simple : c’est une voiture électrique avec des batteries très importantes lourdes et chères, et deux moteurs électriques sur les roues.
    En plus on a un petit moteur thermique qui fonctionne à vitesse constante et recharge les batteries, comme si on avait un groupe électrogène à bord.
    Là c’est simple, c’est une vraie voiture électrique, qui peut rouler en électrique en ville et faire des centaines de kilomètres sur route à condition de mettre de l’essence dans le réservoir. Malheureusement cette voiture n’existe pratiquement pas et elle est hors de prix. On espère tout de même que ce sera l’hybride de demain à un prix plus raisonnable.
    Mais actuellement son poids et son prix ne la rendent pas rentable par rapport à une voiture à essence.

    La voiture hybride est donc un engin compliqué, extrêmement cher, pour personnes riches passionnées d’écologie.
    Demain si les voitures hybrides parallèles se développent, elles seront techniquement bien plus intéressantes, mais le problème du prix reste pour le moment entier.
    Tout dépend aussi de l’autonomie que pourront avoir des voitures entièrement électriques avec de futures batteries et moteurs, et de leur prix
    Mais actuellement aucune hybride n’est rentable par rapport à une voiture à essence, en raison de son  prix. Il faut faire plus de 15 000 km de ville par an pour la rentabiliser et encore, ce n'est pas sûr, car les consommations réelles sont deux fois supérieures à celles annoncées dans des tests normalisés absurdes et non représentatifs de la réalité.

    Alors il ne faut pas s'étonner si elles n'ont guère de succès. 
    Personnellement je n'achèterai une hybride que lorsque ce sera une voiture électrique avec un générateur électrogène associé et qu'elle soit à un prix abordable. Mais je crois que je serai mort avant.


.

Mercredi 3 mai 2017 à 8:22

Sciences et techniques

      Il y a quatre ou cinq ans, on, nous prédisait un essor important de la voiture électrique, puis des voitures « hybrides ». En fait on s’aperçoit qu’il n’en est rien et que si les voitures électriques en location en ville sont relativement utilisées, les acheteurs de voitures électriques sont peu nombreux et ceux de voitures hybrides ne le sont pas plus.
    En fait la voiture électrique n’a qu’une autonomie très limitée et ne peut servir qu’en ville, et la voiture hybride n’est pour le moment qu’un gadget qui n’a rien d’une voiture électrique et est d’un coût prohibitif, donc pas rentable.
    Je vais d’abord parler de la voiture électrique puis dans un prochain article, des hybrides.
    Je ne vous parlerai pas des divers modèles, vous pouvez les trouver sur internet.

    En fait le moteur électrique est très supérieur au moteur thermique car il a un bien meilleur rendement aux basses vitesses et peut fournir un  couple important.; un stator fixe produit un champ magnétique fixe piloté par le courant continu qui le traverse, et un rotor va subir une force sous l’effet de ce champ magnétique, qui le fait tourner quand on le fait traverser par un courant. On maîtrise le couple fourni par le moteur en maîtrisant les deux courants de l’inducteur (stator) et de l’induit (rotor).
    On n’a donc pas besoin d’un changement de vitesse, et de plus en inversant le courant on peut freiner la machine et récupérer de l’énergie.
    On sait faire maintenant des moteurs relativement petits au rendement supérieur à 90 %, à comparer à des rendements des moteurs thermiques de l’ordre de 40 %.
    Ce ne sont plus des moteurs à courant continu, mais des moteurs asynchrones car on s le courant continu en alternatif grâce à un onduleur. Le stator est souvent un aimant permanent.
    Actuellement les moteurs sont assez volumineux et sont placés soit à l’avant du véhicule avec une transmission aux essieux, soit sur l’essieu arrière. Il est probable que dans le futur des moteurs plus petits seront implantés dans les roues.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/vwegolf20170002657x420-copie-1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/differentielvoitureelectrique-copie-1.jpg
 









    J’ai eu l’occasion de conduire une voiture électrique.
    Quand vous entrez dans l’habitacle, ce n’est pas différent d’une voiture normale, si ce n’est qu’il n’y a pas de changement de vitesse.
    Quand vous démarrez l’absence de bruit est bizarre car on est tellement habitué à surveiller le moteur à son bruit.
    Mais l’accélération est rapide et la voiture est souple Tout va bien.
    Par contre la première fois où vous vous arrêtez, vous avez intérêt à le faire dans un endroit sans autre voiture ! Il faut perdre l’habitude de lâcher l’accélérateur d’un coup pour passer sur la pédale de frein.  Dès que vous lâchez l’accélérateur, le moteur freine énormément. Sauf freinage d’urgence, vous n’avez presque pas besoin de vous servir du frein : un peu en fin de course pour s’arrêter. Et si vous freinez comme sur une voiture normale, on risque de vous renter dans l’arrière. Mais on s’habitue vite.
    Bref en ville c’est aussi agréable qu’une voiture normale. Il faut simplement faire attention car piétons et cyclistes ne vous entendent pas arriver.
    Sur autoroute on peut atteindre sans problème les 130kmh.

    Mais le problème est l’autonomie. En ville c’est de l’ordre de 70/80 km, mais sans chauffage, radio, essuie-glaces et autres accessoires.
    Sur autoroute à 130, je ne sais pas mais plus de moitié moins.
    On peut charger la batterie en 6h sur une prise 16A domestique et sur les prises spéciales disponibles da,s les rues en 2h environ.
    Pour une voiture de ville notamment pour son travail c’est vraiment très commode.
    Mais évidement pas question d’aller en vacances avec !!

    Le prix est très cher, même avec les aides actuelles et ce n’est rentable que si l’on fait à peu près 15 à 20 000 km par an en ville.
    Que se passera t’il dans les prochaines années ? On annonce des voitures à plus grande autonomie; mais les chiffres annoncés résultent de tests standardisés en laboratoire. En fait la pratique semble assez différente d’après les journaux d’automobiles.
    Les 300 ou 400 km annoncés se réduisent à moins de 100 si vous roulez à 130 sur autoroute, en utilisant quelques accessoires.
    Le poids des voiture a augmenté, (batteries) le prix aussi. Plus de 25000 € pour une petite voiture.
    Surtout vous ne pouvez plus recharger totalement la batterie en une nuit chez vous, sauf achat d’une borne et installation d’un compteur 36 kVA, ce qui est fort onéreux : de l’ordre de 3000 € en plus. Donc il faut utiliser les bornes des villes et des routes et pour le moment, le réseau n’est pas suffisant.

    Finalement bien que la voiture électrique soit très agréable à conduire, elle reste aujourd’hui, très chère avec une autonomie limitée. C’est donc soit une très bonne voiture de ville pour des riches, soit une voiture rentable en ville pour une société ou une personne qui fait plus de 20 000 km par an en ville, ce qui reste assez rare, et sans faire plus de 50/70 km par jour.
    Pas étonnant que les ventes ne dépassent pas 0,5% des ventes de voitures neuves.

    Dans le prochain article, je parlerai des voitures hybrides
  

Samedi 29 avril 2017 à 10:07

Le manoir d'Erignac n'est pas à mon avis, le plus beau château de Dordogne, mais ses jardins à la française sont renommés et j'admire les jardiniers qui savent ainsi tailler buissons et arbustes.

Voici quelques photos de leurs œuvres.

http://lancien.cowblog.fr/images/Dordogne/Diapositive10.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Dordogne/Diapositive16.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Dordogne/Diapositive17.jpg


















http://lancien.cowblog.fr/images/Dordogne/Diapositive21.jpg


















http://lancien.cowblog.fr/images/Dordogne/Diapositive22.jpg


















http://lancien.cowblog.fr/images/Dordogne/Diapositive23.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Dordogne/Diapositive25.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Dordogne/Diapositive26.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Dordogne/Diapositive29.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Dordogne/Diapositive31.jpg

Mercredi 26 avril 2017 à 10:09

Psychologie, comportement

   

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/concentretomate-copie-1.jpg

   
  Un des grands problèmes des jeunes aujourd’hui, harcelés par les SMS sur leur téléphone portable, les réseaux sociaux sur leur ordinateur et la télévision, c’est d’arriver à penser à autre chose et à se concentrer sur certaines tâches.

 

Qu’est ce que la concentration ?

 

C’est différent de l’attention. Notre attention est attirée par un objet, par quelque chose qui se passe dans l’environnement.

La concentration est consacrée à une tâche : si on lit un livre la concentration n’est pas sur le livre, mais sur la lecture et sa compréhension.

 

La concentration a au départ un but, un objectif, une tâche à accomplir. Certes elle mobilise notre attention sur des perceptions : vue, sons, toucher… Mais elle sélectionne parmi ceux-ci, ceux qui sont utiles à la tâche projetée et élimine les autres. 

Par ailleurs elle nous pousse à réagir aux variations possible de l’objet de notre attention : s’il se passe quelque chose, on agit (le joueur de tennis concentré court vers le filet si l’adversaire fait une amortie. Le spectateur par contre fait attention à la balle, mais il n’est pas concentré sur son jeu, puisqu’il ne joue pas. 

Finalement, se concentrer c’est privilégier trois façons de réagir : se fixer un objectif et les tâches correspondantes, focaliser l’attention et percevoir de façon orientée en vue d’une tâche, et réagir selon les circonstances pour continuer à exécuter la tâche au mieux.

 

 

Les enfants de moins de 7 ans ont du mal à suivre un objectif et ils se laissent mener par leurs diverses perceptions. A partir de sept ans environ, le cortex préfrontal prend les commandes, peut fixer un objectif et concentrer l’attention et l’action su les tâches correspondantes.

On peut réaliser en laboratoire des tests de concentration. On constate alors que à l’extrême vous avez des individus qui restent imperturbablement concentrés sur leur objectif et leurs tâches pendant des périodes longues et, au contraire, d’autres qui ne peuvent rester concentrés plus de quelques secondes et se laissent distraire en permanence de leur objectif.

En général les capacités de concentration sont maximales entre 20 et 30 ans, mais on trouvera chez des jeunes comme chez des adultes, des personnes pour lesquelles la concentration est difficile. Le plus souvent elles sont distraites par les perceptions extérieures ou par l’attente d’événement qui les détournent de l’objectif.

Quelles parties du cerveau interviennent dans ces processus ?

 

On distinguera les centres qui aident à la concentration et ceux qui au contraire poussent à la distraction.

Ces derniers sont essentiellement les centres de récompense (la recherche de plaisirs autres que l’objectif), et les centres amygdaliens (la peur, le stress) ainsi que les centres émotionnels qui font sortir de l’organisation nécessaires des actes en vue de l’objectif. Mais également les aires associatives et l’insula.

En faveur de la concentration, c’est évidemment le cortex préfrontal qui est le chef d’orchestre et régule les circuits de distraction. Le cortex cingulaire antérieur intervient dans l’attention.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/concentration.jpg

 

Comment favoriser la concentration

 

D’abord avoir des objectifs clairs et précis et ce d’autant plus que la tâche est complexe et demande de réfléchir et n’est pas partiellement automatique, comme lire.

Ensuite fragmenter l’objectif et les tâches pour se concentrer sur un problème plus simple et plus précis à chaque étape. Des tâches de quelques minutes permettent un léger repos entre chaque effort de concentration.

Identifier toutes les tentations de distraction et les ramener à leur juste valeur et leur utilité et leur urgence, par rapport à l’objectif fixé. Il faut les détecter assez tôt, ne pas laisser envahir l’esprit. La plupart peuvent être remises à plus tard sans conséquence.

Ne pas faire deux choses en même temps : le multitâches diminue l’afficacité. On peut poursuivre deux objectifs dans certains cas, mais il faut alterner leur exécution dans le temps.

Prendre une certaine satisfaction, un certain plaisir à avoir réussi les tâches projetées grâce à la concentration que l’on a su garder.

 

Cela dit je constate que beaucoup de jeunes (dont certains de mes petits enfants), ont beaucoup de mal à se concentrer.

     Rester attentif au prof, à la lecture d’un texte, à l’apprentissage d’une leçon, vous demande énormément d’efforts.

    Je crois surtout que c’est parce que le travail sur lequel ils devraient le faire ne les intéresse pas vraiment, ou parce qu’ils préfèrent penser à d’autres occupations plus ludiques, ou même parfois ne penser à rien du tout, comme me le disait une de mes correspondantes.

    Une heure de cours, c’est long... très long, surtout quand la matière vous plaît peu. Et le soir, bosser ses cours et préparer l’interrogation du lendemain, alors qu’une foule d’idées et d’images défilent dans la tête, ce n'est guère tentant !..

    Que ce soit en cours ou à la maison, à votre distraction naturelle, se rajoutent des facteurs plus ou moins maîtrisables : la faim, la fatigue, le stress, l’anxiété, les bouleversements liés à la puberté, le manque de motivation pour la matière étudiée, les prises de tête d’ordre familial, sentimental... 

    Cela fait beaucoup, et il est normal que vous ayez du mal à réagir, surtout à un âge où, justement, on n’a pas forcément envie de changer, mais plutôt que ce soit le monde qui change...Illusions de jeunesse !

Samedi 22 avril 2017 à 9:13

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/images-copie-5.jpg

Les élections présidentielles cette année m’auront laissé perplexe.


    Les deux extrêmes d’abord :
    J’aime bien Mélenchon; Son déplacement en péniche et ses hologrammes : au moins il est créatif. Et c’est un excellent tribun, clair, avec humour et réparties. Mais son programme ne me plaît pas. Dommage, cela aurait été intéressant de voir ce qu’il aurait fait comme président, s’il avait eu un programme raisonnable, tant sur le plan européen que financier.

    Marine Le Pen a souvent des critiques justes de la situation actuelle. Mais entre sa xénophobie et ses idées vis à vis de l’Europe, elle n’est guère réaliste. Et elle n’a pas renié les idées de son père et, pour moi qui ai connu la guerre, on a assez supporté avec le régime de Vichy.

    Hamon est gentil, tout mignon, tout droit sorti de mai 68, bien qu’il n’ait eu qu’un an à cette date. Programme très boy-scout. Il me fait penser à Tintin. Je ne le vois guère président au plan international. Juste sur une bande dessinée.

    Je me demande comment des gens peuvent encore voter pour Fillon.
    Au départ il m’était assez sympathique, mais je trouvais son programme catastrophique : tout le monde sait que le changement doit être progressif, et que si on casse tout, en général on n’arrive pas à reconstruire. Et puis il n’a rien compris au monde actuel (c’était déjà le cas quand il était premier ministre). Les entreprises délocalisent et se robotisent. Donc elles ne créeront pas beaucoup d’emplois et s’il diminue leurs impôts, se contenteront d’augmenter leurs bénéfices; par contre s’il ne renouvelle pas 500 000 fonctionnaires, cela fait autant de chômeurs en plus. Avec lui ce sera la casse de la justice, de la police, de l’armée, des hôpitaux, de l’enseignement, comme l’avait fait Sarkozy (et lui avec).
    Alors je n’aurais pas voté pour lui, mais comment peut on encore voter pour un malhonnête homme qui enrichit sa famille avec l’argent de l’Etat. Et il n’a aucune stature présidentielle. Le voyez vous président, n’ayant pas réussi à convaincre Merkel et geignant « j’ai été victime d’un complot et des journalistes ! ».

    Quant aux petits candidats, leurs propos sont intéressants, mais leur candidature n’est ni sérieuse, ni destinée à dépasser les 5%.

    Alors il ne me reste plus qu’un choix, le moins mauvais; j’espère qu’il sera quand même à la hauteur de nos espérances déçues.


Mercredi 19 avril 2017 à 16:34

En intermède, suite des photos d'oiseaux bizarres :

http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive23-copie-1.jpg































http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive24.jpg




























http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive25.jpg






















http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive35.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive37.jpg



































http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive38.jpg

































http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive41.jpg
































http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive48.jpg























http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Diapositive51-copie-1.jpg





Samedi 15 avril 2017 à 11:11

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/Unknown-copie-1.jpg

         Les américains ont peut être élu un fou comme président; je ne suis pas psychiatre et je ne peux l’affirmer. Mais en tout cas ils est certain que c’est un homme grossier et ignare.

Il affirme sans sourciller, au mépris de tous les scientifiques américains, que le changement climatique a été inventé par les chinois pour empêcher l’Amérique de consommer de l’énergie, et que par ailleurs l’évolution darwinienne n’existe pas et que les études sur l’origine de la terre, du monde et de l’homme sont des balivernes.

Il nie en particulier le calendrier suivant que l’on trouve souvent, avec des chiffres voisins dans des publications scientifiques :


http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/formationuniversdates-copie-2.jpg
Ce qui est frappant dans ce calendrier, c’est l’accélération de l’évolution. 15 milliards d’années pour la formation de notre environnement, et 5 millions pour passer des grands singes à l’homme moderne.

Et cent ans de l’ère industrielle pour accumuler le CO2 et déclencher le changement climatique.
L’homme serait il à la fin de l’existence de la vie sur la Terre ?


<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast