Mercredi 27 juin 2007 à 22:34

Absence et retour



    Je pars demain pour la Bretagne jusqu'aux premiers jours de septembre.


    Les autres années, mon blog s'arrêtait car je n'avais là bas qu'un ordinateur qui avait plus de 15 ans d'âge et pouvait à peine lire ma messagerie

    Cette année j'emmène mon avant dernier Mac qui n'a que sept ans, alors je peux espérer un meilleur accès, mais en basse vitesse, et donc sans image.

    Vous pouvez donc continuer à m'écrire, car ma messagerie fonctionnera correctement, avec toutefois une petite interruption entre ce soir et les premiers jours de juillet (le temps d'avoir ma connection)

    ;J'essaierai de faire quelques articles sur mes blogs mais sans images. Je rajouterai les images en septembre, lorsque j'aurais retrouvé l'adsl en région parisienne..

    Bonnes vacances à tous et à toutes.

    Je voudrais également remercier tous mes lecteurs et lectrices de cowblog, puisque depuis le début de mon blog en octobre 2006, j'ai déjà eu plus de 5 000 visites.
    J'espère que vous continuerez à me dire dans vos commentaires et vos mails, quels sont les sujets qui vous intéressent et que je pourrais traiter.



Mercredi 27 juin 2007 à 19:54

Préférences cérébrales

    Dans un précédent article, j'ai expliqué que notre première perception était d'abord une perception émotonnelle, qui était plus ou moins intense et durait plus ou moins longtemps selon les individus
    Quelles en sont les conséquences pratiques.

    D'abord cela intervient dans la vie de tous les jours : vous regardez la télé et l'on vous montre des images, vous lisez un récit dans un livre, vous écoutez une musique.
    Certain(e)s d'entre vous regardent, lisent, écoutent, cela leur plaît, mais ils s‘intéressent surtout au pourquoi de ce qu'ils voient, aux problèmes que pose le récit, à la mélodie musicale.
    D'autres au contraire vont être très ému(e)s parfois jusqu'aux larmes.et parfois sans même savoir pourquoi. Cela vous prend là, immédiatement de façon presque inconsciente.et c'est difficile d'empêcher cette réaction
    Les premiers sont  de préférence “O”, les seconds sont de préférence  “A”.

    Une deuxième conséquence dans vos rapports avec autrui.
    Lorsque quelqu'un vient vous voir et vous fait une demande par exemple ou vous pose une question, les uns voient ce problème en lui même,de façon objective, la personne étant au second plan. (les “O”)
    D”autres au contraire (les “A”), auront d'abord une réaction altruiste vis à vis de la personne (ce que l'on appelle de l'empathie) et verront dans les problèmes posés d'abord l'aspect émotionnel ou sentimental avant d'en aborder ensuite les aspects rationnels et logiques.

    Une troisième conséquence est une confusion possible entre les diverses préférences d'une personne si l'on ne sépare pas soigneusement les préférences A/O de perception immédiate, et les préférence de décision : “L”, logique, ou “V”, valeurs. (cf. schéma ci-dessous)
    Il n'y a pas de lien entre la sensibilité A/O, la préférence G:/S et la préférence V/L
    Mais il peut y avoir confusion, chez une personne non avertie, entre sensibilité affective A et décision V ou entre sensibilité orientée O et décision L.
    Des erreurs  sont dues à ces confusions et sont schématisées ci-dessous.        Par ailleurs une personne A V paraîtra souvent comme extrèmement altruiste et empathique, alors qu'une personne O L comme particulièrement insensible.



    Enfin une quatrième conséquence : la personne de préférence A est sujette à des émotions immédiates qui peuvent s'avérer violentes pendant quelques secondes. Si elle est de tempérament pessimiste ( nous verrons dans un prochain article cette préférence optimiste-pessimiste), ou pire si elle traverse une phase difficile de tristesse ou de stress, la préférence A renforcera cet aspect, et donnera des occasions d'aggraver cette tristesse ou ce stress  ainsi que leurs manifestations comme par exemple les crises de larmes.
    Au contraire une personne L, O, optimiste, sera difficilement déstabilisée.

    Cette sensibilité immédiate émotionnelle et ses deux aspects opposés sont malheureusement très peu connus des psychologues.



Samedi 23 juin 2007 à 17:34

Divers

    Il parait que je dois révéler à la grande cow-presse sept secrets me concernant :

       1 - Je suis trop gentil et je ne sais jamais refuser quelque chose à une mignonne petite guenon. Alors encore plus quand c'est un méchant petit diable et un petit dragon facétieux qui me le demandent. Vous pourrez aller contempler la queue pointue du diable sur http://angel.or-and.demon.cowblog.fr/ et un dragon qui aime les fraises (un comble, un dragon ça doit cracher du feu!) sur http://petit-dragon.cowblog.fr/.
Aussi ai-je accepté de faire ce jeu à la c... (pardon je ne suis pas très poli non plus) ce jeu débile.

    2. - J'ai eu une éducation soignée comme on la faisait il y a 70 ans, alors je suis discipliné et j'ai l'habitude d'obéir. Alors, comme vous me le demandez, je vais recopier votre règlement à la gomme malgré toutes ses imperfections.
    Seulement j'avoue: je suis aussi très flemmard, alors je ne le tape pas j'ai pris l'image du règlement sur le blog d'une camomille, qui s'était fait piéger, elle aussi, la pauvre, et qui s'est aussitôt vengée en refilant le bébé à mon ange et démon.



        3 - J'aime beaucoup les chats et ceux du blog de miss Camomille me plaisent beaucoup Allez les admirer sur http://memecamouille.cowblog.fr/. Vous y trouverez aussi la petite fourmi que voici.
J'aime bien embêter un peu mes correspondantes et je suis très critique vis à vis des contrats.
Ce règlement est idiot : il ne prévoit pas qu'on ne peut pas taguer quelqu'un qui a déjà subi ce calvaire.
Je devrais donc le renvoyer à sept personnes qui ont déjà été piègées et si chacune fait ainsi, alors le temps s'arrêtera et on tournera en rond
Je crois que j'ai trouvé là, le secret de l'éternité.!

    4 - Je suis curieux de nature et comme tout scientifique, je veux comprendre. Alors j'ai essayé de remonter la filière pour trouver quel était le premier andouille qui avait inventé ce jeu. J'ai remonté une dizaine de générations, mais toujours rien.
J'ai essayé de consulter Google et Wilkipédia, mais ils sont trop sérieux pour me trouver cela. Je vais demander à l'équipe de cow de faire un programme pour que cet imbécile d'ordinateur cherche cela tout seul.
    On récompensera cet inventeur en lui attribuant la palme du cowbloggeur le plus em...bêtant et le plus néfaste en 2007, mais en lui donnant aussi une récompense pour avoir ainsi piégé quelques centaines de gogos un peu simples d'esprit (révélation : vous savez, j'en fais partie!!!)

    5 - Comme on va me reprocher de ne pas assez raconter ma vie, je vais vous faire trois révélations :
    Je n'aime pas les choux-fleurs. J'ai trop peur que comme le décrivait Boris Vian dans l'Ecume des Jours, ils ne se mettent à pousser dans mes poumons.

    6 - Autre révélation, je n'aime pas les carottes et donc depuis quelques années, j'y vois moins bien, alors que les lapins, qui en mangent beaucoup gardent une très bonne vue en vieillissant.
    Savez vous comment les scientifiques ont découvert cela ? * (voir à la fin)

    7 - Ouf j'y suis arrivé quand même ! Alors dernière révélation : mes petits enfants disent que leur papy n'est pas très sérieux et qu'il raconte souvent des bêtises.
    La jeunesse d'aujourd'hui n'a plus aucun respect pour les vieilles personnes !!!
    Et puis je suis poli alors mille excuses aux pauvres petites martyres auxquelles je vais envoyer ce tag.
    Je ne veux pas être indiscret et citer des noms de mes guenons, alors je les appellerai par des surnoms bien à moi : Ikéa, Falbala, Périphérique, Calamité (pas Jane), Myosotis (ne m'oublie pas surtout), Toison d'Or (ne jasons pas trop) et à ma petite moustique rose  Chikungunya (ne pique pas je t'en prie!)
    J'avais bien envie aussi de l'envoyer au Chat de Chester,  à Pacahontas, à une grande plume toute claire et à quelques unes de mes "petites filles virtuelles, ainsi qu'à ma muse des Balkans, mais je n'ai pas osé.

    Bon je sais encore compter jusqu'à sept, (cela c'est la huitième révélation!)
    Et pour ceux qui ont lu ces âneries, j'implore un grand pardon

    Là, mon ange, tu es contente et tu ne relanceras plus le vieux singe ! LooL

* Réponse pour celles qui ont réfléchi mais pas trouvé : les scientifiques ont remarqué après maintes vérification qu'aucun lapin âgé ne portait de lunettes !

Jeudi 21 juin 2007 à 16:46

Préférences cérébrales

    Nous avons examiné dans un des précédents articles les préférences cérébrales de perception “S” ou “G”, qui orientaient la prise d'information consciente et réfléchie par notre cerveau.
    Mais il existe une autre forme de prise d'information, plus inconsciente et surtout extrèmement rapide qui a la caractéristique d'être “émotive”.
    Là encore intervient une préférence de notre cerveau car nous sommes plus ou moins sensibles et cette perception est plus ou moins longue et tenace.
    Elle précède la prise d'information consciente et rationelle et objective qui met en jeu les préférences S et G.
    Dans un premier temps nous expliquerons le phénomène et dans deux prochains articles nous en décrirons les conséquences.

- Les temps de réaction cérébrale.

    Le cerveau a des temps de réaction très variables.
    Un signal émotionnel inconscient est transmis par nos sens, via une plaque tournante que l'on appelle le “thalamus”, à des centres nerveux particuliers du cerveau (les centres amygdaliens) qui sont responsables des réactions de peur, de colère et de déclenchement d'émotions, et des réactions physiologiques correspondantes notamment de sauvegarde de l'individu.Cette transmission est faite en quelques millisecondes.

    Au contraire une réaction logique et sensée de la pensée n'est possible qu'au bout de quelques secondes.
    Il est donc normal qu'en matière de perception notre cerveau ait d'abord une perception immédiate instantanée d'ordre affectif, et que ce ne soit qu'ensuite, qu'il puisse analyser et interpréter logiquement les sensations.
    Toutefois cette sensibilité de perception instantanée émotive est variable en durée et en intensité selon les individus.


- Cycle "perception, décision, action" de Plutchik (voir schéma)

    Plutchik est un neuropsychologue américain qui a étudié tout particulièrement les émotions et leurs implications cérébrales.
    La première réaction que nous avons face à une perception (image, son, toucher, discours, lecture), est émotionnelle et affective et en grande partie inconsciente, ou du moins, qui intervient sans que nous puissions agir dessus dans un premier temps, car elle provient des centres amygdaliens et notre cortex n'en est pas encore averti..
    Ce n'est que dans un deuxième temps que l'on commence à réfléchir, à avoir un comportement rationnel et à prendre une décision, qui entraîne l'action.

    Le déroulement courant du cycle est celui représenté par les grandes flèches (C) :
    émotion -> perception rationnelle -> décision rationnelle ->action
    Mais on peut obliger un individu ou un groupe à passer directement de la perception affective à l'action, en suivant un processus en sens inverse de la flèche. On obtient alors des comportements violents ou émeutiers (V). Un individu peut, dans certaines circonstances, inverser lui même le sens du cycle.
    émotion --> passage direct à l'action
    Il est arrivé que des meneurs reçoivent une formation spéciale pour leur enseigner à inverser le sens du cycle et donc du comportement d'un groupe, en le "gavant" d'affectif" et en l'empêchant de réfléchir. De tels meneurs sont dangereux car capables de manipuler un groupe ou une foule pour les conduire à la violence.
    Pour contrer leur action, il faut arriver à ramener le groupe sur le chemin du rationnel.



- Lien entre le cycle de Plutchik et les préférences cérébrales :


    On notera « A » la tendance à une grande sensibilité de longue durée, (A comme altruiste) et « O » la tendance à une faible sensibilité émotive et de courte durée, qui cèdera le pas à la perception contrôlée par notre cortex et orientée par notre cerveau frontal, qui réfléchit et pense.
    Le schéma ci-dessus représente le cycle de Plutchik, complété par le processus des préférences cérébrales de perception S et G puis de décision L et V, avec également l'intervention de notre préférence J ou P.

    Nous avons chacun une sensibilité A ou O, plus ou moins grande : on ressent plus ou moins l'émotion initiale et on passe plus ou moins vite à la perception orientée.
    La succession dans le temps est donc la suivante :
    - Nous avons d'abord une perception émotionnelle de l'environnement (image, son, conversations, lectures....) et nous ressentons d'autant plus cette émotions que nous avons une préférence “A” et cette émotion dure d'autant plus longtemps
    Au contraire elle est moins forte et plus courte chez une personne de préférence “O”.
    - Puis nous passons à une perception rationnelle orientée par notre cortex et là interviennent nos préférences de perception “S” et”G”.
    - La durée du stade 'perception orientée” par rapport à celui de “décision” dépend de notre préférence J ou P. Une personne de préférence J passera plus vite à la décision qu'une personne de préférence P qui cherche à accumuler les informations avant de décider.
    - Les critères de décision dépendent ensuite de notre préférence L ou V.
    - Puis une fois la décision prise nous passons à l'action.
    Ces phases de perception orientée et de décision peuvent durer plusieurs secondes voire plusieurs minutes.

    Nous examinerons dans le prochain article les conséquences pratiques de ce processus.

Lundi 18 juin 2007 à 18:53

Chats

    Je vais bientôt partir en Bretagne pour deux mois.
    Alors ma fille et ma petite-fille dressent l'un des chats à être un bon Breton.
    Il dort dans la bannière aux hermines.
    A l'origine l'hermine, la bête, était appelée le "rat d'Arménie" d'où armin, puis hermine.



Samedi 16 juin 2007 à 22:37

Relations avec nos parents, famille

  
     Vous me parlez souvent des problèmes que vous avez avec vos parents.

     Alors je propose à ceux qui me demandent de les aider, de rechercher vos préférences cérébrales et d'essayer de trouver ensemble, celles de vos parents. Cela peut paraître bizarre qu'un ingénieur fasse cela.
     Pourtant, pas besoin d'être psy pour tirer quelques conclusions.
     Bien sûr les exemples qui suivent sont outrés et ne ressemblent à aucune de mes “grenouilles”, mais peut être allez vous y trouver tout de même quelques souvenirs !
    Je vais prendre quelques exemples et je ferai parler tantôt les parents, tantôt les jeunes !

   
    
      Mes parents sont extravertis et moi introverti, est ce grave? (docteur LoL).

     Ils ont leurs amis, toi tes copains, eux leurs métiers, toi tes études. la plupart du temps vous évoluez dans des mondes différents. Donc il y a peu d'interférences.
     Ils parlent beaucoup et toi tu laisses dire, tu réfléchis.
     Le seul problème, c'est qu'ils t'emmènent tout le temps dans des réunions de famille, alors que tu aimerais mieux rester dans ta chambre, à lire, écouter de la musique, faire de l'ordi, ou même (parfois), faire ton travail de classe.

     Ikéa est “Perception” (P) et ses parents sont “Jugement” (J).

    Il y a des moments difficiles : son père l'attend dans la voiture pour aller à son travail et, sur le chemin la laisser au lycée. Ikéa s'est levée comme d'habitude, au dernier moment; d'une main elle tient la tasse de chocolat de son petit déjeuner qu'elle s'efforce de boire, et de l'autre, essaie désespérément de lacer un de ses baskets.
     Coups de klaxon, on s'énerve. Il y a intérêt à se dépêcher, sinon le père va partir tout seul ! On sera en retard au lycée! Bof !!!

     Falbala est “J” et ses parents sont “P”.

    Falbala va s'acheter des vêtements avec sa mère. On a fait six boutiques, Falbala essayé 19 robes et 17 pantalons, mais il y a toujours quelque chose qui ne plait pas à maman, qui n'arrive pas à se décider. Par contre ce petit ensemble qui lui plaisait beaucoup dans la première boutique, et qu'elle aurait bien acheté tout de suite, et qui n'était pas cher, elle n'a même pas pu l'essayer !
     Et puis les vacances cela compte quand même. Alors Falbala aimerait bien savoir où elle va aller cet été, ne serait ce que pour en parler aux copains (faut bien  ne pas être la seule à ne pas épater les autres !). Mais pas moyen que les parents se décident. Ils ne savent pas, on verra bien, on a tout le temps, demain est aussi un jour !
     Et cela finira comme l'année dernière, à force d'attendre, toutes les bonnes locations seront déjà retenues et on sera à deux kilomètres de la plage et à trois des commerces; l'horreur ! Sans parler de l'année où j'allais en Angleterre et où mes parents, qui m'accompagnaient chez mon correspondant  n'ont pas pu prendre le ferry, parce que leurs passeports n'étaient plus valables!
 Sauf le mien que j'avais fait renouveler à temps. J'ai dû y aller toute seule et les laisser sur le quai ! Bien fait, gouverner c'est prévoir !

     Ikéa est “Globale” (G) et ses parents sont “Sensitifs” (S).

    Ils ne la comprennent pas, ils la trouvent rêveuse. Elle n'a pas assez les pieds sur terre comme eux. Quelle manie de lire en diagonale puis de revenir ensute sur certains passages du livre, quelqu'un de sérieux lit tout soigneusement, paragraphe par paragraphe, du début à la fin, sans sauter une ligne !
     Et puis quel comportement bizarre, quand une nouvelle machine arrive à la maison, ou que l'ordinateur a trop avalé et a des bugs, Ikéa veut comprendre pourquoi, comment cela marche. La théorie c'est bien joli, mais c'est tellement mieux de faire plein d'essais et de constater ce qui arrive pas à pas.
     Et quelle mouche pique Ikéa de penser à son métier futur, d'aller à la fac chercher de la doc, elle ferait mieux de réviser le français de son bac, de penser au présent, de tirer les leçons du passé, cette rêveuse qui ne pense qu'à demain!
     Sa chambre n'est jamais bien rangée, c'est le bazar, alors que chaque chose devrait être toujours à sa place, et quand elle se sert de l'ordinateur, elle ne range pas ses icones comme les nôtres, c'est agaçant.
     En plus quand on lui explique soigneusement comment elle doit nous retrouver pour dîner en ville, on a cité toutes les rues par lesquelles elle doit passer, tourner, les distances, tout quoi, et elle ne comprend rien! Il lui faut un plan, un schéma, un dessin; comment diable est fait son cerveau ?
     Et puis Ikéa est accroc de toutes les choses nouvelles, les idées originales, alors que seul ce qui est éprouvé et expérimenté est certain et sûr !
     Décidément Papa et maman ne comprendront jamais comment ils ont pu engendrer une fille pareille. !

     Falbala est “S” et ses parents sont “G”
    
     Mes parents m'agacent. avec leurs prévisions, à toujours me demander ce que je vais faire demain. Moi je vis au jour le jour, chaque chose en son temps et à faire une par une. C'est idiot de passer à quelque chose d'autre, tant qu'on n'a pas compris et fini l'étape d'avant.
     Et puis quand je leur parle d'un copain, ils ne se rappelent pas ou vaguement; moi je peux décrire son visage, ses yeux, son allure, tous ses faits et gestes; à croire qu'ils ne s'intéressent pas à mes fréquentations.
     Toujours de grandes théories, des idées abstraites, de grands schémas. Je n'arrive pas à suivre leurs conversations, leurs explications. moi il me faut du concret, de la pratique.
     Et puis papa n'est même pas fichu de remplacer une lampe ou un fusible, de planter un clou. Il faut que ce soit moi qui le fasse. Et quand il faut peindre la cuisine, ils ne sont pas soigneux, cela les barbe. C'est encore à moi de le faire et je le fais mieux que le peintre du coin et c'est dégoûtant, ils me paient bien moins que lui !
     Par contre, mes parents, ils s'entichent de toutes les nouveautés, maman se croirait déshonorée si elle ne suivait pas la mode, et papa les dernières nouveautés du management. pffft.
 Moi, tout nouveau, tout pasbeau, les solutions éprouvées sont les plus sûres

Samedi 16 juin 2007 à 22:27

Relations avec nos parents, famille



     Ikéa est “Logique” (L) et ses parents sont “Valeurs” (V) :

    Notre fille est agaçante, elle doit sûrement faire sa crise d'ado !.
     Dès qu'on lui dit quelque chose, elle se met à argumenter à raisonner, comme si ce qu'on lui disait était des mathématiques. Certes, elle est raisonnable, mais on dirait qu'elle n'a aucun principe en dehors de sa raison. A t'elle donc oublié toutes les valeurs morales que nous lui avons enseignées.?
     Et puis on dirait qu'elle nous nargue, qu'elle nous brave : elle est là à nous considérer comme un spectateur regarde un film, comme si elle était entomologiste et nous des bêtes de zoo.
     Elle ne tient pas compte de nos souhaits, ne semble pas nous écouter, ne se rends pas compte que parfois elle heurte nos sentiments.
     Elle ne comprend pas que nous ayons des goûts et que nous agissions selon eux, que nous ayons des principes et elle ne veut pas s'y plier, car elle ne les trouve pas logiques et raisonnés; et elle crie à l'injustice quand nous la punissons !
     Quand elle a décidé selon sa logique, pas moyen de lui faire changer d'avis, personne ne peut l'influencer, têtue comme une mule !
     Et même on se demande si elle a des sentiments; si nous lui disons que nous l'aimons, que nous la cajolons, cela semble l'ennuyer, et pas moyen de savoir ce qu'elle pense, si elle a des problèmes.
  A t'elle seulement des émotions ?

     Falbala est “V” et ses parents sont “L”.

    Mes parents me cassent les pieds, moi je voudrais faire ce qui me plait.
 Il faut toujours qu'ils raisonnent et me raisonnent ! Ils m'agacent à me dire que je suis influençable, que je devrais réfléchir, au lieu de me laisser guider par mes amitiés et mes aversions. Ils passent leur temps à me faire des remarques et de façon pas agréable.
     Et puis ils sont insensibles : ils ne font pas attention aux autres, ils ne font pas attention à moi ! Tout ce qu'ils savent faire, c'est assurer ma vie, m'acheter des choses (c'est déjà pas mal !), mais pas un mot gentil, pas de geste d'amour; je suis pourtant leur fille ! Ils ne savent pas ce que c'est qu'aider les autres, que de faire plaisir aux gens !
     En plus ils s'engueulent sur des trucs idiots, où il suffit d'y croire et d'aimer; eux il faut qu'ils discutent, qu'ils soient logiques, qu'ils comparent leurs arguments. Comment voulez vous qu'ils soient d'accord.
     Moi j'ai horreur des discussions, je ne peux pas dire des choses désagréables, je ne veux pas juger.
     Quand je serai maman, je ne punirai jamais mes enfants !!
     Mes parents sont même ridicules quand ils vont voter : ils lisent les promesses électorales, les examinent et les décortiquent, puis ils font un beau tableau; ils notent les candidats et leurs programmes et votent pour celui qui a obtenu la meilleure note. Quel travail pour pas grand chose, ils ne tiendront jamais leurs promesses !. Moi, si j'avais à voter, je choisirais monsieur X..., au moins il a une gueule qui me plait !


     Ce ne sont, bien sûr, que des caricatures. Chaque cas est spécifique et il ne faudrait pas tirer de ces anecdotes de lois générales.
     Mais il faut être conscient que beaucoup des incompréhensions entre parents et enfants ne sont pas voulues, ne sont pas dues à la mauvaise volonté, mais sont simplement la conséquence de personnalités différentes, voire opposées, c'est à dire de préférences cérébrales dissemblables.

     Mais ces incompréhensions sont peut être aussi aggravées par une certaine dose d'intolérance et, lorsqu'on commence à se "friter", par une fierté mal placée et la volonté d'avoir raison, voire même ce qui est pire, par le plaisir dangereux de la polémique.
     Si c'est vous qui avez un sale caractère, vous courez à la claque. lool
     Si ce sont vos parents, évitez de croiser le fer.
     Si vous êtes tous comme cela c'est explosif !!!!
     Parmi mes correspondantes, j'ai quelques “cocottes minutes”. Je leur conseille toujours d'ouvrir la soupape pour faire baisser la pression.

Samedi 16 juin 2007 à 12:18

Préférences cérébrales

     

        Vos examens sont terminés et je vais donc pouvoir reprendre des articles sérieux.
        Les prochains seront consacrés à des applications de la connaissance de vos préférences cérébrales et de celles de vos prôches.

         Dans vos mails vous me demandez souvent : “comment savoir si je m'entendra avec mon petit ami ?”
         Certes cela fait partie des choses impossibles à prévoir avec certitude, mais on peut cependant faire quelques remarques, basées sur la comparaison de vos préférences cérébrales .

         Pour s'entendre avec quelqu'un il ne suffit pas de l'aimer et qu'il vous aime; le grand amour ne dure que quelques mois, le temps de l'euphorie, de la découverte de l'autre, mais ensuite il faut l'accepter tel qu'il est, et partager des instants nombreux avec lui, sans que l'attrait ne décline, sans qu'il se lasse ou que tout à coup, un autre garçon vous plaise davantage.
         Et par la suite, si vous vivez vraiment avec lui , il faudra se supporter chaque jour l'un l'autre et beaucoup de couples ne survivent pas à cette épreuve.
         Alors y a t'il des facteurs favorables et d'autres défavorables.?

         Examinons d'abord les deux préférences “E” et “I”; supposons que votre ami soit extraverti et vous introvertie. (l'inverse donnerait une situation analogue, inversée)
         Il va aimer être très souvent avec ses copains, ses amis, parler beaucoup, faire le boute-en-train. Vous allez le suivre pour lui faire plaisir, mais vous aimeriez mieux rester chez vous avec lui; les conversations vous agacent, vous ne vous intéressez pas particulièrement à ces discussions, vous êtes en retrait.
         Bref au bout de quelques mois, cela vous “barbe” et vous préférez rester dans vos bouquins, votre musique, vos activités préférées. Certes il restera un peu près de vous, mais à contre-coeur.
         Si vous avez les mêmes goûts (cinéma, lectures, musique, préoccupations et sujets de conversation), les concessions seront plus faciles à supporter, mais si vos goûts sont très différents, la rupture risque fort d'intervenir un jour, lorsque l'un d'entre vous en aura assez.

         Regardons aussi les préférences “J “et ”P”.et supposons que vous êtes “J “ (vous privilégiez la décision) et lui “P” (il privilégie l'information, mais cela pourrait être l'inverse).
         Quand vous allez à un rendez vous, vous voulez partir tôt, être à l'abri des impondérables. Lui, il traîne et il faut que vous attendiez son bon vouloir et finalement il faut se presser, ce dont vous avez horreur (vous stressez d'arriver en retard) . Si vous prenez le train ou l'avion, vous avez beau lui avoir donné un horaire inexact (une heure plus tôt!) vous avez failli rater votre départ !
         Quand vous devez prévoir ce que vous ferez le week-end prochain, une sortie, pas moyen de le décider; Il ne veut rien entendre : il sera toujours temps demain. Et il ne comprend pas que vous vouliez faire votre travail à l'avance : “tu as bien le temps !” dit il. Ce jour là il a envie de sortir tout de suite.
         Et si vous voulez l'aider à acheter un pantalon, une paire de chaussures, la galère. Il va visiter six magasins, se fera présenter des tas de modèles, hésitera et ne choisira pas. Honteuse de monopoliser ainsi les vendeuse, vous finissez par choisir à sa place et bien sûr... vous vous faites engueuler, parce que ce n'était pas ce qu'il voulait.......
         Et puis vous aimeriez parler de l'avenir, de ce que vous ferez plus tard, de vos méters futurs, de votre appartement..... mais pas moyen, demain on aura toujours le temps, rien n'est pressé, à croire qu'il ne s'intéresse pas à vous, qu'il n'a pas envie de vivre avec vous.
         Non, il est simplement “P” et vous “J” : vous voulez maitriser les évènements, lui s'en moque, il s'adaptera !

         Voyons maintenant les préférences de perception “S” et “G”  et de décision”L” et “V”.
         Là ce n'est plus vos comportements dans la vie qui sont en cause, mais la manière dont vos cerveaux prennent de l'information et décident à chaque instant.
         Vous avez des façons différentes de “voir les choses” (perception) et ensuite d'en tirer des conclusions pour agir (décision). Donc vous risquez fortement, si vos préférences sont opposées, de ne pas percevoir la même chose, d'avoir des critères de décision différents et donc, dans les mêmes circonstances, de décider des actions très différentes, d'où un risque de conflit;
         Si d'une part vous discutez beaucoup, si la communication est bonne entre vous, et que par ailleurs vous êtes tous deux tolérants, avant de prendre une décisoin importante pour vous deux, vous arriverez à un certan consensus et les “accrochages “ ne seront pas triop fréquents.
         Mais si l'un de vous ne tolère pas qu'on ne soit pas de son avis (ou pire les deux LoL !), si vous aimez la polémique, la vie va vite devenir un enfer
         Si vous êtes tolérant, mais que vous ne discutez pas entre vous, vous risquez de découvrir trop tard que vous n'avez pas le même avis et l'un de vous sera frustré car il devra suivre la décision de celui de vous deux qui a choisi le premier (en général le “J”).

         En résumé, des personnes qui ont des préférences de comportement, de style de vie, différentes (les attitudes “E” et “I” ou “J” et “P”), devront faire de très gros efforts pour se supporter et ce d'autant plus que leurs goûts diffèreront.
     Les personnes dont les “fonctions cérébrales” (“S” et “G ou “L” et “V”) sont différentes et qui ont l'habitude de communiquer et d'admettre l'opinion des autres (tolérance), auront un comportement de couple en général harmonieux, car s'ils mettent en commun leurs perceptions et leurs critères de décision, ils auront beaucoup plus de chance de prendre les bonnes décisions en se complétant mutuellement.
     Mais si chacun reste dans sa tout d'ivoire, ou s'il y a intolérance, le risque de conflit sera alors élevé

     Cet examen que je fais rapidement, pour ne pas vous raser par un trop long article, peut être fait de façon plus approfondie, d'une part en examinant les “sous-préférences de chacun (voir les tableaux que j'ai déjà publiés à la place d'images dans mes précédents articles), et en examinant également les préférences e(t sous-préférence de tolérance et de résistance au stress de chacun dont nous parlerons par la suite..




Jeudi 14 juin 2007 à 8:46

Chats

             Demain le bac sera fini, vous pourrez à nouveau réfléchir à autre chose;  alors je reprendrai mes articles sérieux.
             J'ai trouvé sur internet cette autre photo d'une rencontre insolite et j'ai pensé qu' elle pourrait compléter ma collection de photos de chats !






Lundi 11 juin 2007 à 7:49

Chats

        Beaucoup de mes correspondant(e)s passent leur bac à partir d'aujourdhui ou bien, les épreuves  de 1ère, notamment en français.
       Je voulais leur dire que je pense beaucoup à elles et à eux et que j'espère une grande réussite pour tous.
       Je remercie toutes celles qui m'ont écrit pour me montrer leurs sujets et me donner de leurs nouvelles. Je vais bien sûr leur répondre.



<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast