Jeudi 31 janvier 2008 à 17:49

Chats


C'est l'hiver, bientôt les vacances de février et beaucoup de mes guenons rêvent d'aller au ski !

Leur chat aussi.

L'emmènerez vous ? Il est si mignon !


Mercredi 30 janvier 2008 à 19:50

Photos, photos comiques

Quand il n'y a pas de vent, il faut utiliser ses muscles

Une photo de René Maltête prise sur le vif

J'ai eu une 2cv quand j'étais jeune (elle s'appelait "oualou"), mais je n'ai jamais fait tourner un autre moulin que celui qu'elle avait sous le capot !


Mardi 29 janvier 2008 à 9:28

Souris écureuils marmotte

Je vous critique souvent, mes correspondantes, parce que vous aimez la nutella et que vous faites la "course au petit ami".

Mais je dois dire que les écureuils font la même chose !

Toutefois je ne crois pas que vous montiez aux arbres aussi bien qu'eux ! lol

En tout cas ceux là s'aiment !!!

Dimanche 27 janvier 2008 à 19:33

Préférences cérébrales

    Dans un précédent article nous avions examiné les problèmes que pouvait poser dans un couple le fait qu'un des partenaires soit extraverti et l'autre introverti.
    Nous avions dit qu'une autre préférence importante était notre tendance à vouloir maitriser les évènements ou au contraire laisser faire et s'adapter.
    Dans le premier cas, nous privilégions la “décision” et nous appelerons cette préférence “J” comme “Jugement” et dans l'autre cas nous privilégions la prise d'information et nous l'appellerons “P” comme “Perception”.
     Ces appellations ont été imaginées par deux psychologues américaines, mesdames Myers et Briggs qui s'inspiraient des travaux sur les types psychologiques du psychiatre allemand C.G. Jung.

    Les grandes tendances antagonistes d'un “J” et d'un “P” sont résumées par le schéma ci-dessous. Ce sont en quelque sorte des sous-préférences et elles n'ont pas toutes la même intensité, et il peut même arriver que sur l'une d'entre elle particulière un “J” se comporte plus souvent s'il était “P” ou vice-versa. Evidemment sur l'ensemble il se comporte plus souvent comme l'indique sa préférence innée.



    Comment reconnaître quelle est sa préférence ou celle des autres :

    Cette préférence influe beaucoup sur notre comportement dans la vie courante :

    Une personne de préférence “J” préfére anticiper sur les événements, essayer d'avoir barre sur eux, concevoir des projets qui soient réalisables et les réaliser conformément à ses prévisions : ceci implique certes de percevoir les faits, d'avoir de l'information, mais encore plus de faire au préalable des prévisions et en permanence des choix.
    Une personne qui a ainsi une préférence “jugement”, passe plus de temps, dans le monde extérieur, à décider qu'à percevoir.

    Une personne de préférence “P”  préfère s' adapter aux événements, en faisant évoluer ses projets en fonction des réactions extérieures, afin d'avoir plus de chance de les réaliser ensuite : ceci implique beaucoup mois de prévisions et de choix, mais par contre une collecte permanente de l'information pour adapter ses attitudes et ses actions.
Une personne qui a ainsi une préférence “perçeption”, passe plus de temps, dans le monde extérieur, à percevoir qu'à décider.

    En général, une personne de préférence Jugement (J) :
- est toujours à l'heure ou même en avance quitte à perdre du temps à attendre.
- travaille mieux quand elle peut planifier son travail et suivre un plan; prend souvent "de l'avance" dans son travail;
- ne remet pas à plus tard les choses déplaisantes à faire;
- n'aime pas s'interrompre pour faire une chose plus urgente;
- aime mener les choses à bien;
- peut prendre trop rapidement des décisions;
- n'a besoin, pour débuter un travail, que des choses essentielles;
- est satisfaite lorsqu'elle s'est forgé un jugement sur une chose, une situation ou une personne.
- est très prudente et ne prend que des risques calculés.

En général, une personne de préférence Perception (P) :
- est le plus souvent en retard car elle est partie à la dernière minute.
- n'aime pas prévoir et planifier ses occupations; elle fait toujours son travail au dernier moment (quand ce n'est pas le lendemain pour la veille !)
- peut remettre à plus tard les choses déplaisantes à faire;
- s'adapte bien aux changements de situations;
- a quelques difficultés à prendre des décisions;
- peut laisser les choses à moitié finies;
- peut commencer plusieurs choses à la fois, et avoir du mal à terminer;
- veut tout connaître d'un nouveau travail;
- ne tire pas particulièrement de satisfaction d'avoir terminé un travail ou pris une décision.
- est curieuse et ouverte à toute nouvelle opinion sur une chose, une situation ou une personne.
- n'est pas très consciente des risques qu'elle prend.

    Vous et votre petit ami

    Alors supposons que vous soyez “J” (jugement) et que lui soit “P” (perception). Vous imaginerez l'inverse à titre d'exercice à la maison ! lol.
    J'écoute vos doléances :

    Nous avions prévu d'aller en ville au cinéma à la séance de 14h30 et nous devions prendre le bus à 14h. J'étais à la station à moins dix (en vance comme toute “J”) et j'ai attendu mon petit ami “Folklo”.
    Il est arrivé, comme zorro, sans se presser, à 14h20 et bien sûr on n'a eu que le bus de 14h30 et on a dû aller à la séance de 17h du ciné.
    J'en ai marre c'est chaque fois pareil.
   
    L'autre jour nous étions allé dans les magasins. J'avais besoin d'une paire de chaussures, mais je savais ce que je voulais et en un quart d'heure c'était fini.
Après j'ai suivi monsieur, qui avait besoin de vêtements. On a fait six boutiques, Folklo a essayé 19 pulls et 11 pantalons, mais il y a toujours quelque chose qui ne lui plait pas et il n'arrive pas à se décider, retourne à la précédente boutique pour finalement revenir à la suivante.

    Après mûre réflexion au bout de 2 heures, il a acheté, mais aujourd'hui, il voudrait changer son achat. Je n'irai pas avec lui, je ne veux pas avoir honte !!.
    Et il lui a fallu un quart d'heure pour acheter 3 slips blancs, taille M !

    Les grandes vacances, parlons en. Moi j'aimerais bien savoir où je vais aller car il faut que j'en parle assez tôt à mes parents.
    Mais pas moyen que Folklo se décide. Il ne sait pas, on verra bien, on a tout le temps, demain est aussi un jour !
     Et cela finira comme l'année dernière, à force d'attendre, mes parents avaient décidé et je n'ai pas pu aller avec Folklo au bord de la mer chez son oncle!
     Sans parler de Pâques où j'allais en Angleterre avec le lycée et où Folklo n'a pas pu prendre le ferry, parce que son passeport n'était plus valable!
Le mien je l'avais fait renouveler à temps. J'ai pu y aller avec les autres élèves  et le laisser lui sur le quai ! Bien fait, gouverner c'est prévoir !

    Et puis j'aimerais bien parfois parler de nous de notre avenir, de ce que nous ferons plus trad. Mais il ne veut pas : l'avenir ne l'intéresse pas. Pourquoi faire des projets, on ne les réalise jamais, dit il. Je finis par croire qu'il ne m'aime pas.

    Il ne se rends pas compte du risque. Il veut faire du saut à l'élastique et du parapente en montagne alors qu' il n'y connait rien. Il me fera mourir de peur qu'il ne lui arrive un accident.
   
    Et puis c'est pénible, il ne décide jamais rien, c'est toujours à moi de le faire... et de me faire engueuler si je n'ai pas pris la bonne décison. C'est trop facile.
    Comment ai je pu aimer un zigoto pareil !
    Ou si vous préférez un”zig-homard” ! lool



Samedi 26 janvier 2008 à 19:35

Photos, photos comiques

    J'ai un peu trop travaillé alors je voudrais me détendre et vous reposer de mes articles sérieux.

    Je dédie cette photo à une de mes lectrices, qui est une brillante cavalière et a de très beaux chevaux que j'aime beaucoup.

    Cette photo va l'horrifier, car cela m"étonnerait qu'elle mange de la viande de cheval !! (pas plus que je ne mange du chien, ni du chat, enfin sauf si on m'en fait en civet de lapin sans me le dire !! lol).

    C'est justement ce caractère un peu horrible qui est humoristique.
    Pardonne moi !


Samedi 26 janvier 2008 à 10:20

Préférences cérébrales

    Dans la vie de tous les jours le comportement des personnes est très influencé par deux sortes de préférences cérébrales, l'une étant relative au milieu qui nous motive, l'autre, notre tendance à vouloir maitriser les evénements ou au contraire laisser faire et s'adapter.

    Dans cet article nous nous intéresserons à la première préférence et nous avions dit que les  “extravertis” privilégiaient le "milieu extérieur", le contact avec les autres hommes, et  les“introvertis” le plus souvent le "milieu intérieur" de leur pensée, de leur intelligence, de la réflexion.
Pour simplifier nous appellerons leurs préférences “E” et “I”
     
    On n'agit pas tout le temps en extraverti ou en introverti, mais le plus souvent selon sa préférence innée. Toutefois l'éducation, le métier, l'influence d'autrui peuvent amener une personne à évoluer et à apprendre à utiliser les deux modes et non utiquement celui qui correspond à sa préférence naturelle.
    Un introverti ne se comportera jamais comme un extraverti, mais il pourra se montrer beaucoup plus sociable et altruiste avec un groupe restreint, et l'extraverti pourra apprendre à se passer parfois de compagnie et à se trouver des occupations seul ou avec sa dulcinée.
    Vous pouvez par exemple être relativement introvertie en famille ou en société, et par contre être presque extravertie à votre travail car ayant un poste de responsabilité et d'encadrement. De même vous pouvez être très réservée en société et être très à l'aise en famille ou avec un groupe d'amis que vous connaissez bien.
    On peut donc être plus ou moins extraverti ou introverti.

    Les grands tendances antagonistes d'un extraverti et d'un introverti sont résumées par le schéma ci-dessous. Ce sont en quelque sorte des sous-préférences et elles n'ont pas toutes la même intensité, et il peut même arriver que sur l'une d'entre elle particulière un extraverti se comporte plus souvent en introverti ou vice-versa.




Comment reconnaitre quelle est sa préférence ou celle des autres :

     L'extraverti a besoin de s'exprimer et comme il est impatient de le faire,  Il parle donc d'abord et réfléchit ensuite. Il préfère évidement l'expression orale à l'écrit. Il communique facilement, parle avec tout le monde, se mèle de toutes les conversations, et est capable d'improviser en public, mais, par contre il peut lui arriver de faire des erreurs.
    L'introverti réfléchit d'abord longuement et il ne parle qu'ensuite, quand il est certain de ce qu'il va dire. Aussi souvent lorsqu'il se décide enfin à parler, les autres ont déjà dit ce qui était sa pensée. Mais en revanche, il se trompe rarement.
 Quelqu'un de très introverti peut dans certains cas, avoir du mal à communiquer avec les autres. Habituellement il converse sans problème, mais avec quelques personnes seulement.

    L'extraverti est expansif, il se livre facilement, il fait part de ses étatsd'âme et raconte sa vie et il a tendance à avoir confiance en tout le monde. Il adore les réunions et participe activement à un jeu de rôles.
    L'introverti est réservé et timide; il a horreur de parler de lui sauf avec quelques personnes en qui il a confiance, et il se montre relativement méfiant.
 Il préfère les jeux de réflexion.et reste en retrait lorsque sa personnalité risque d'être dévoilée.

    L'extraverti aime s'occuper d'autrui,. Il se sent au service des autres et les écoute, sauf s'il est tellement bavard qu'il ne peut écouter que lui même. Les gens se confient facilement à lui. et il étudie avec eux leurs problèmes.
Lorsqu'il a une décision à prendre, il n'hésite pas à consulter les autres, puis à commenter largement sa décision. Il aime l'autorité sur un groupe.
    L'introverti a tendance à rester dans sa pensée et à étudier plutôt les cas individuels sur dossiers. Il ne recherche pas les confidences d'autrui, sauf celles de ses amis. Ses décisions restent discrètes et personnelles.

    Alors quelle est votre préférence et celle de votre candidat à la “petite amitié”.


    Vous et votre petit ami

    Alors supposons que vous soyez “I” (introvertie) et que lui soit “E” (extraverti). Vous imaginerez l'inverse à titre d'exercice à la maison ! lol.
    J'écoute vos doléances :

    “Mamour ne peut pas se passer des autres, de discuter, de briller devant eux et même Il se sent bien écrasé dans le métro, car il a tout simplement besoin de n'être pas seul mais avec beaucoup de monde.
    Il me tanne pour sortir, voir ses copains, aller à une teuf, sortir en groupe. Moi, j'ai du travail, je voudrais lire le dernier roman de Werber, regarder un film, écouter le dernier CD que j'ai acheté, en vain. Il faut encore l'accompagner dans ces soirées où je ne participe pas, jouer à ces jeux idiots, résister aux gens qui veulent que je raconte ma vie, ou des histoires drôles, et qui n'arrêtent pas de me raser.
    Parfois, lassée, je lui dis d'y aller seul, mais il va en prendre l'habitude de sortir avec ses amis et il veut maintenant toujours être fourré avec eux. Je ne déteste pas être seule, mais quand même j'aimerais qu'il s'occupe de moi de temps en temps.
   
    Et Mamour n'arrête pas de parler, même s'il n'a rien à dire. Par contre il ne m'écoute pas, je ne peux placer un mot, même quand c'est important. Par contre il y a tout un groupe d'amis dont il s'occupe et là il connaît tous leurs états d'âme. Il leur raconte aussi sa vie, notre vie, y compris des détails que je préférerais garder pour nous deux, dans notre jardin secret. C'est horripilant.
    Et puis ce besoin qu'il a de tout vouloir diriger, de tout régenter, y compris ma vie à moi. Il ne se préoccupe pas beaucoup de mes désirs, il dit ce que l'on va faire (avec les autres), et il faut suivre. Et ma liberté, où est elle? On dirait mes parents !

    Justement aujourd'hui, je voulais lui dire que j'étais malheureuse et que j'en avais marre, mais il ne m'a pas écouté, il m'a vanté les charmes de notre prochiane sortie à vélo, avec les copains.

    Alors je me demande si à la longue, je ne vais pas changer de petit ami et en choisir un qui soit “I” comme moi.
     Eh oui, j'en ai repéré un, discret, qui lit souvent, qui réfléchit avant de parler, qui m'écoute et n'a pas beaucoup de copains. Juste un ou deux amis. Et en plus il a une mignonne gueule !! lol De toutes façons cela ne pourra être pire !   

Jeudi 24 janvier 2008 à 19:41

Photos, photos comiques


    Comme les "préférences cérébrales" c'est un peu abstrait et cela vous rappelle les cours de SVT, je vais entrecouper mes articles avec des photos humoristiques de René Maltête
    J'en ai encore quelques unes à vous montrer, même en faisant un tri

    Quelle belle porte (au plan architectural, bien sûr) !

    Mais je trouve qu'ils auraient dû rajouter
"ne pas déranger".

Alors allons nous visiter ?






 Pourquoi certains franchissent ils cette porte.?

 
Sûrement s'ils agressent un gendarme à main armée !!

 Haut les mains !!!

Jeudi 24 janvier 2008 à 9:23

Photos, photos comiques


Je vous rase un peu parfois en écrivant des articles genre SVT.

je vous ai expliqué pourquoi nos yeux étaient d'une certaine couleur

René Maltête a, lui, une conception originale de j'hérédité !



Mercredi 23 janvier 2008 à 12:30

Préférences cérébrales


    A la suite de mes articles sur les ruptures j'ai reçu divers mails et en particulier, certaines d'entre vous ont relevé que j'avais écrit qu'on pouvait , grâce à l'analyse des  “préférences cérébrales” prévoir les divergences que l'on risquait d'avoir avec un futur petit ami et elles me demandent d'expliquer comment on peut le faire.
    Certaines ont été voir l'article que j'avais fait le 16 juin 2007 dans la catégorie “notre personnalité”, mais il ne dit pas comment faire pour connaître la personnalité du petit ami.
    Alors je vais essayer de  faire plusieurs articles sur ce sujet, car c'est assez complexe et je ne veux pas faire des articles trop longs que vous ne lirez pas..

    Aujourd'hui nous allons uniquement regarder ce que sont les préférences cérébrales, car pour utiliser une méthode il faut d'abord la comprendre.

    Nous avons tous des préférences innées : vous êtes droitière ou gauchère, l'un n'est pas meilleur que l'autre et nous avons tous besoin de nos deux mains.(par exemple pour applaudir ! ) C'est une préférence de notre cerveau qui commande nos gestes des mains.

         Mais notre cerveau a bien d'autres préférences et nous allons en faire un rapide examen.
    Il n'y a pas de "bonnes" ni de "mauvaises préférences" Chaque préférence a des avantages et des inconvénients. (un gaucher sait autant se servir de ses mains qu'un droitier, sauf si “l'outil” est fait pour un droitier, comme l'écriture ou certaines paires de ciseaux !)
    Il n'y a donc aucune honte, aucun complexe à avoir, parce qu'on a telle ou telle préférence, alors que le voisin (parents, amis...) en a d'autres.

        Le schéma ci dessous va nous permettre de comprendre ce que sont ces préférences et de nous familiariser avec le vocabulaire correspondant.



    1 - Nous vivons dans un environnement au milieu d'autres hommes. Et pour vivre, il nous faut une motivation, un moteur de nos actes.
          Pour certains, ce sera plutôt le "milieu extérieur", le contact avec les autres hommes et pour d'autres, ce sera plus souvent le "milieu intérieur" de leur pensée, de leur intelligence.
         Si nous préférons le milieu extérieur, au contact des autres personnes, on dira que nous sommes “extraverti”.
         Si nous préférons le milieu intérieur, celui de notre pensée, on dira que nous sommes “introverti.”

          2 - Mais ce milieu extérieur, les personnes que nous cotoyons, les soucis, tous nos problèmes, nous traumatisent plus où moins car nous avons chacun un sensibilité plus ou moins grande au stress.
        Nous sommes naturellement “optimistes” ou “pessimistes” et cette préférence cérébrale réagit fortement sur notre humeur de tous les jours et sur notre état psychologique.
   
          3 - Dans notre vie courante, notre cerveau fonctionne et principalement :
         - prend des informations dans le monde extérieur et en nous même. En particulier des “perceptions” grâce à nos cinq sens.

         - prend des “décisions”, fait des choix, qui conditionnent ensuite nos actes.
          Dans ces deux processus, des préférences cérébrales particulières interviennent aussi.

          4 - La première réaction initiale de notre cerveau devant un événement, une image, une conversation, un son, une sensation, est une “réaction émotionnelle immédiate, sentimentale,  altruiste,” qui intervient en moins d'une seconde.
          Nous y sommes plus ou moins sensibles et cette préférence agit aussi sur notre moral.

          5 - Puis nous agissons dans notre vie de tous les jours et là une nouvelle préférence intervient : soit nous voulons agir sur les événements, les prévoir, prévoir notre conduite et essayer de "forcer le destin", soit au contraire nous ne somme pas pressées d'agir et de décider, et nous essaierons de nous adapter aux événements au dernier moment.
     Dans le premier cas nous privilégions la décision, et dans le second la prise d'information.

          6 - Enfin nous sommes au contact des autres, qui interviennent aussi dans notre vie, et nous admettons plus ou moins cette intervention, nous "tolérons" plus ou moins les idées et les réactions d'autrui.


      Ces sept types de préférences cérébrales guident notre vie. Elles sont innées, mais l'instruction, l'éducation, la culture modifient l'usage que nous en faisons, et donc leurs importances relatives.

    Dans les prochains articles nous apprendrons à reconnaître certaines d'entre elles et à appliquer cela à un “éventuel petit ami”.

Mardi 22 janvier 2008 à 8:52

Chiens



Faut apprendre à lire à votre chien


C'est une photo comique de René Maltête

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast