Mercredi 25 juin 2008 à 17:42

Absence et retour

Jeudi 26 juin 9h....

    Ce matin je suis à la bourre.

    Je pars tout à l'heure en Bretagne : la voiture à charger, voir si on n'a rien oublié, tout fermer, et partir.... en retard!
Déjeuner près de Rennes vers 13h30. Arrivée à Saint Colomban vers 16h30.
Ouvrir la maison, décharger la voiture, tout nettoyer, faire les courses du dîner.
    Demain faucher l'herbe qui doit avoir 60 cm de haut !!

    Je viens de poster l'article sur l'utilité du bac, mais pour celui sur l'orientation, vous devrez attendre un peu !!

    Ma ligne téléphonique devrait être rétablie et j'espère que j'aurai internet lundi. Mais en basse vitesse : rapport avec l'adsl 1000. Alors pas question de photos ou très dégradées
     Pour le texte des articles et ma messagerie, cela suffit.



    Bonne vacances à tous et à toutes, mais vous pouvez continuer à m'écrire. Je répondrai.



Mercredi 25 juin 2008 à 17:20

Enseignement, école, fac




    Dans mon précédent article, j'ai comparé l'enseignement aujourd'hui à celui d'autrefois, chacun ayant avantages et inconvénients.
    Il me semble que le fait de former beaucoup plus de jeunes est aujourd'hui, un avantage certain, le problème étant plutôt de gommer un peu les inconvénients actuels


    Je ne crois pas, à titre personnel, que la suppression du bac apporte un avantage quelconque.

    - Les différences d'un lycée à l'autre sont trop grandes pour qu'on puisse instituer un contrôle continu.
    - Il est plus simple (et moins dangereux !), d'avoir dans son curriculum vis à vis de l'employeur futur, un diplôme plutôt qu'un carnet scolaire.
    - la perspective de l'examen oblige à travailler.
    - le hasard jour peu. Le cas des élèves “à la limite” est examiné pour éviter des injustices ou une trop grande malchance.
    - Il faut quand même habituer à une certaine sélection, car la vie se chargera ensuite de vous rappeler cette obligation. De même si les timides et stressés sont désavantagé, il faut qu'ils luttent contre ce handicap, qui sera plus tard bien plus pénalisant dans la vie professionnelle.

    Je pense par contre que l'on rentre trop facilement dans le secondaire.
Certains élèves rentrent dans le secondaire avec de telles lacunes qu'on ne voit pas comment ils peuvent suivre ensuite.
    Il y a même des lacunes assez générales comme la manipulation des fractions (pourtant bien utile dans la vie courante) et l'usage d'un minimum de calcul mental et écrit, sans calculette. (je connais quelqu'un qui prend sa calculette pour calculer 12 X 40 !!).
    Sans rétablir l'examen drastique d'autrefois, je pense qu'un contrôle de connaissances et savoir-faire serait nécessaire avant d'être admis au collège.
    Il n'est quand même pas honteux de redoubler une classe de CM !!

    Je me demande si le nombre d'options ne serait pas à restreindre de façon importante.
    Dans le secondaire l'apprentissage de l'anglais et d'une autre langue serait suffisant, cette dernière étant choisie parmi des langues européennes.
Les langues réginales ou orientales pourraient être du ressort de la fac.
    Quant aux options proches d'un métier, elles pourraient être réservées à l'enseignement professionnel.
    On pourrait ainsi consacrer plus de temps à l'enseignement général.
   

    Je crois nécessaire une réhabilitation de l'enseignement professionnel et des emplois correspondants. J'ai fait de l'orientation et je suis navré de voir beaucoup de jeunes, pas trop doués pour le théorie, préférer devenir cols blancs, au SMIC alors qu'un emploi manuel leur permettrait de gagner deux fois mieux leur vie, dans des conditions de travail qui ne sont pas si pénibles qu'ils le croient..
    Je ne vois pas ce qu'il y a de déshonorant à se servir de ses mains. Personnellement j'aime bricoler sur toutes sortes de choses et un chirurgien ou un dentiste doit utiliser parfaitement ses mains.

    Je constate la difficulté que rencontrent les jeunes à leur entrée dans l'enseignement supérieur, facs, prépas scientifiques ou littéraires, droit, .....
ceci pour deux raisons : manque d'habitude de fournir assez de travail, et possession insuffisante des applications des connaissances acquises.

    Mais je le répète, ce n'est que l'avis d'un grand père qui suit les études de ses petits enfants et a a vu travailler de jeunes collaborateurs. L'avis d'un professeur du secondaire serait plus pertinent.

    A mon arrivée en Bretagne, je ferai un article sur l'orientation professionnelle.

Mercredi 25 juin 2008 à 8:53

Enseignement, école, fac

   

    J'ai reçu plusieurs mails ou commentaires qui me demandaient ce que je pensais du bac aujourd'hui, en quoi le bac général était il différent d'autrefois et devait il être supprimé.


    Je voudrais d'abord faire remarquer que je ne suis pas professeur et donc comme ce n'est pas mon métier, je ne suis pas très qualifié pour parler de cela de façon probante.
    Je n'exposerai donc que mon point de vue personnel, à la lumière des études de mes petits enfants, et des discussions que j'ai avec mes “guenons”, notamment celles que j'aide parfois en maths, physique ou SVT, et les jeunes que j'ai eus comme collaborateurs dans mon travail.

    Contrairement à ce que vous pourriez penser il n'y a pas une si grande différence entre les bacs généralistes d''il y a 60 ans et ceux d'aujourd'hui !

    Certes les épreuves n'étaient pas les mêmes :
    Il y avait un "premier bac" éliminatoire en première avec toutes les metières dont les principales à l'écrit et à l'oral, qui portait sur tout l'enseignement depuis la sixième, et un "second bac" qui ne portait que sur l'enseignement de terminale.
    On ne rentrait en terminale que si on avait été reçu au premier bac. Certains d'ailleurs s'arrêtaient là.
    Surtout il y avait un examen drastique pour entrer en sixième : problèmes d'arithmétique assez difficiles, une rédaction et surtout une dictée à 4 points par faute et 2 pour les accents, 1 pour les virgules oubliées. 5 fautes éliminatoires !!
    Les élèves nombreux, qui ne réussissaient pas, ou redoublaient ou étaient orientés vers le certificat d'études et l'apprntissage professionnel.
    En outre le brevet en fin de troisième était un examen sérieux et nombre d'élèves s'orientaient à nouveau vers le professionnel.

    Les “sections” étaient voisines de celles d'aujourd'hui, même si collège et lycées étaient confondus et par contre il y avait lycée de garçons et celui de filles, sauf parfois en première et terminale S où il n'y avait pas assez d'élèves :
    En sixième tout le monde faisait du latin et une première langue vivante, fançais, maths et sciences naturelles (le SVT).
    Une première orientation se faisait en 4ème :
    - A était équivalent de L : on faisait davantage de français, moins de sciences et le grec s'ajoutait au latin.
    - B : on faisait du français, du latin, des sciences et une deuxième langue.
    - M pour ceux rétifs au latin; les élèves faisaient un peu de technologie à la place.
    En seconde les élèves pouvaient poursuivre en A et B ou choisir une  nouvelle orientation C qui était l'équivalent de S : davantage de maths et de physique-chimie.
    En terminale on n'avait plus de latin et seulement trois options “maths-élem”, l'équivalent de S, “philo” l'équivalent de L et “langues” qui était la suite des sections B. (l'économie n'était pas enseignée; elle était aux programmes des enseignements supérieurs.)

    Entre le bac d'alors et celui de maintenant il y avait deux différences importantes :
    - toutes les options diverses qui existent et permettent d'obtenir des “points de rab”, n'existaient pas sauf deux heures de musique et dessin obligatoires, mais épreuve facultative au bac, et la gym.
    Les enseignements correspondants aux options actuelles étaient faits, en plus complet, dans le cadre de la fac (langues, sciences) ou de l'enseignement professionnel (musique, ciné, arts, danse, sports...)
    Cela permettait de consacrer tout notre temps aux matières principales.

    - le nombre d'élèves qui passaient le bac était réduit car la sélection se faisait à l'entrée en sixième et à celle en seconde. A peine 20% des élèves entrés dans le secondaire réussissaient les deux bacs.
    Le niveau était donc différent.

    Alors qu'est ce qui était mieux en ce temps là et qu'est ce qui est mieux
aujourd'hui.
   
    Il est certain que l'enseignement général est donné aujourd'hui à un plus grand nombre de jeunes, ce qui est une très bonne chose, même si évidemment le niveau moyen a baissé. De mon temps c'était réservé à un petit nombre et l'orientation professionnelle se faisait beaucoup plus tôt.

    Par contre les métiers manuels n'étaient pas dévalorisés et il n'y avait pas de chômage. Quand on ne mordait pas aux études, il n'y avait aucune honte à aller dans l'enseignement professionnel qui était aussi coté que l'enseignement général, mais dans une orientation différente. Tout le monde ne voulait pas devenir col-blanc et l'ordinateur n'existait pas.
    Malgré les bourses c'était difficile à quelqu'un de famille modeste de percer.

    Si l'on compare les 20% meilleurs élèves qui réussissent le bac aujourd'hui, je ne crois pas qu'ils soient d'un niveau inférieur à celui de ma jeunesse.
C'est le niveau moyen qui a baissé par augmentation du nombre de candidats.
    Simplement on obtient plus facilement une mention. Il y a 60 ans, il y avait trois ou quatre mentions TB par académie et quand un élève l'obtenait dans un lycée, les profs faisaient une fête en son honneur. Même bien (14/20) n'était pas facile à obtenir.
    Mais les matières enseignées et leur contenu étaient à peu près les mêmes.etl les bons élèves ont le même niveau : trois de mes correspondantes ont été reçues avec mention TB au bac l'an dernier et on fait brillamment, cette année, leurs prépas de sciences et de médecine et leur niveau est celui des bons élèves de mon temps.

    Une grande différence existe aussi au niveau du travail à la maison après les cours. Nous avions des leçons à apprendre, agrémentées d'exercices d'application et des devoirs plus conséquents tels que compostions françaises ou problèmes de maths.
    En général deux heures minimum dans le primaire et 6 et 5ème, 3 heures jusqu'en seconde et 4 heures tous les soirs les années des bacs;
    C'était sans doute une contrainte assez grande, mais je constate aujourd'hui que la plupart des élèves, s'ils connaissent leur cours, ont bien du mal à l'appliquer en pratique, par manque d'exercices.

    Là où par contre il y a une forte différence c'est au niveau de l'entrée en sixième et des classes de 5ème et 4ème.
    Le niveau en français et orthographe est très bas et le niveau de maths faible
    Je constate qu'un nombre non négligeable d'élèves comprennent mal ce qu'ils lisent et que certains ne savent pas leurs tables de multiplications ou les surfaces et volumes de solides élémetaires.
    Autrefois on les aurait fait redoubler dans le primaire jusqu'à ce qu'ils aient appris ce minimum, qui est fort utile dans la vie de tous les jours;.

    Voilà donc ce que je constate à titre personnel.
    Demain j'aborderai la question : doit on supprimer le bac.?
    Personnellement je ne crois pas que ce serait une bonne chose.

    Je parlerai ensuite d'orientation professionnelle, car j'ai été amené à en faire à plusieurs reprises.



Mardi 24 juin 2008 à 8:25

Biologie, santé.


    Je vous ai dit hier que je n'avais pas trouvé d'explication concernant les lapins verts fluorescents et que ce n'était peut être pas sérieux..

    Et bien non, ce n'est pas une blague !!!
    Grâce à Kaa qui m'a indiqué qu'il avait vu un reportage sur des cochons fluorescents, j'ai pu progresser un peu.
    Je vous en fait le point.



    Début 2006, les taiwanais expliquaient qu'ils avaient créé des cochons phosphorescents en insérant de l'ADN de méduse dans des embryons de porcs.
    Il y a de quoi être médusé !!!
    L'ADN de méduse a été inséré chez 265 embryons inséminés dans 8 truies. 4 petits cochons sont nés.
     A la lumière du jour, les yeux, dents, pieds et ongles des mutants sont teintés de vert. Dans l'obscurité, une faible lumière verdâtre fait briller les cochons. A part cela, les animaux restent complètement normaux.
    Début 2008, l'agence de presse Xinhua indique qu'une des truie qui était devenue fluorescente en décembre 2006 a eu des porcelets. Le papa était normal, la maman brillait sous les ultra-violets. 11 progénitures ont vu le jour et parmi celles-ci, 2 ont acquis la caractéristique brillante de leur maman. Le gêne a donc été transmis.
    Les cochons sont des animaux intéressants car les manipulations faites sur eux peuvent donner une bonne idée du résultat de ces mêmes manipulations sur l'homme...

    Evidément comme Kââ, je ne suis pas complètement rassuré.

    Même si cela pourrait avoir certains avantages comme par exemple pouvoir manger des pieds de cochons au restaurant sans éclairage (quoique verts ce ne serait pas très engageant !), ou retrouver dans le noir mon saucisson fluorescent.
    Mais il ne semble pas qu'on en soit encore à de telles applications IooI


    J'ai trouvé ensuite que les taïwannais n'étaient pas les premiers, mais c'était un professeur chinois, le professeur Wu Shinn-Chih, dont voici la photo, qui avait réalisé les premières expérience à l'université d'Agriculture de Harbin en Chine du Nord.
    J'ai consulté le site de son université où l'on trouve des documents ... en chinois.... et je n'ai aucune notion de cette langue.
    J'ai trouvé quelques indications (un résumé), en anglais.



    M. Wu espère que la technologie mise au point puisse être en particulier utilisée pour suivre le développement de tissus quand des cellules souches sont employées pour générer de nouveaux organes humains destinés à en remplacer d'autres déficients.
     "Il n'y aucune raison de s'inquiéter car les cochonsverts ne peuvent pas être croisées avec des espèces sauvages et produire des Franken-cochons", a assuré le chercheur.
     L'article disait que “ les petits gorets, qui ont été mis au monde par voie de parturition naturelle, pesaient respectivement 1.270, 1.130 et 1.230 grammes à leur naissance. Puis on les a mis dans des salles thermiques spéciales pour observation et jusqu'à présent toutes les normes physiologiques sont excellentes.
    Cette nouvelle technologie revêt une belle perspective d'application en ce qui concerne l'élevage des cochons domestiques transgéniques, l'établissement de modèles porcin pour soigner et traiter les maladies humaines et la reproduction de porcs domestiques particuliers pour la fourniture d'organes nécessaires à la transplantation organique humaine.”

    J'ai continué un peu à farfouiller et j'ai enfin trouvé des articles scientifiques français, mais plus généraux.

    Finalement créer des cochons fluorescents n'était pas un but en soi.

    Il existe des protéines fluorescentes de diverses sortes, constituées d'environ 250 acides aminés. Un peu comme sur votre imprimante, il y en a en particulier des vertes, cyan, jaune, bleue et rouge.
    Elles servent de marqueurs.
    La protéine verte d'une méduse, est issue d'un gêne particulier que l'on peut prélever.
    Si on fusionne ce gêne in vitro avec un gêne que l'on veut étudier, on peut ensuite introduire le gène résultant de cette fusion dans des cellules ou dans un embryon d'animal qui va alors synthétiser la protéine de fusion, alors fluorescente. On pourra alors l'observer à l'aide d'un microscope à fluorescence, par exemple.        
    Cette méthode permet d'étudier les protéines dans leur environnement naturel : la cellule vivante et donc de faire des études sur le développement de cellules particulières.


    La encore les journaliste ont recherché le sensationnel : les cochons verts fluorescents;
    Ils ne se sont pas préoccupés du but réel : suivre des études de développement cellulaire et notamment de clonage de cochons et du développement de leurs organes à des fins thérapeutiues.

    Si vous avez du courage je vous donne l'adresse d' articles, qui expliquent ce qu'est la “protéine verte”. http://mozaica.afmb.univ-mrs.fr/mozaica.php?article17   et
“http://ead.univ-angers.fr/~jaspard/Page2/TexteTD/5TDBioCellL1/2TDMethodEtudCell/3Figures/3Fluorescence/1Fluorescence.htm”

    Ces recherches sont très intéressantes et utiles, mais on peut s'inquiéter cependant de l'usage qui pourrait ensuite être faits par des équipes malveillantes qui pourraient les appliquer à “l'amélioration du génome humain”

    Je ne sais pas si vous avez lu le “meilleur des mondes” d'Huxley ou “un bonheur insoutenable” d'Ira Levin.
Cela ne traite pas de ce sujet, mais ces livres, faciles à lire, font un peu peur sur les conséquences éventuelles de recherche biologique, orientée à de mauvaises fins.

    Bien sûr, ce n'est pas une raison pour interdire la recherche qui est source de progrès, mais pour contrôler qu'elle ne dévie pas.

    Au fait, moi aussi je suis un grand biologiste ! je sais faire des cochonnets fluos :
Je prends un
cochonnet de pétanque, je le peins en vert fluo  et je crée ainsi un cochonnet fluorescent !  Et économique et écologique : il ne mange pas et ne pollue pas !
Vive la science.

.

Lundi 23 juin 2008 à 8:01

Animaux




    J'ai entendu la semaine dernière au journal télévisé une information qui m'a intrigué.


    Des chercheurs biologistes auraient modifié génétiquement un lapin, avec des morceaux d'ADN de pieuvre.

    Le lapin serait vert fluorescent !!!





    Je ne sais pas si cette information est vraie ou si c'est un canular.;
 J'ai vainement cherché sur les sites scientifiques et revues que je connais, mais sans succès.

    Bizarre quand même qu'un gêne de méduse, mollusque des mers, modifie la kératine des poils de lapin.
    Le journaliste avait l'air d'y croire, mais je me demande s'il avait bien compris.
    J'espère que ce n'est pas un gêne de martien !!!

    Dommage d'ailleurs. Si on nous modifiait ainsi, nous n'aurions plus besoin de mettre dans notre voiture des gilets fluorescents au premier juillet !


Dimanche 22 juin 2008 à 8:59

Histoires drôles





    Pas eu le temps de faire un article sérieux.


    Alors quelques dernières aventures tirées de VDM.








                                                        Les jeunes enfants :

    Mon fils de 10 ans parle à une coccinelle... "Hummm, tu es belle ! Tu as quel âge ? Tu as MSN ?

    J'habite dans une ville où les noms de rue ont été donnés par des enfants de l'école primaire. Résultat : j'habite rue du lapin vert*, près de l'allée du méchant loup et de l'allée des arbres perdus...

    Je fais du baby-sitting chez 4 petits garçons remuants. Au bout de 2 heures de combat acharné, j'arrive enfin à les mettre au lit.
    Je leur demande ce qu'ils veulent avant de s'endormir et l'ainé me répond "Tu peux raconter une histoire où tu meurs à la fin ?"

    J'ai demandé à mes enfants pourquoi ils croyaient au père Noël. Ils m'ont répondu : "C'est pas toi qui nous offrirait des cadeaux aussi bien !"

    J'ai six ans. J'étais chez mes grand parents.
    Je n'ai pas pu y regarder mon dessin animé préféré à la télé parce que mon grand-père de 70 ans regardait “Elle est plus belle la vie”
Quelle honte, à son âge, alors qu'il va bientôt mourir. !


    Ma fille de 10 ans a voulu me faire plaisir en lavant l'extérieur de ma voiture... avec le  grattoir éponge vert pour les casseroles!

    C'est dur d'être ado.
    Mes parents m'ont vivement sermonné. Non, je n'ai pas pris de drogues. Non, je n'ai pas fumé. Non, je n'ai pas eu de relations sexuelles. Non, je n'ai pas pris d'alcool.
     J'ai juste un peu tiré sur la nappe en m'asseyant à table, pour le souper et toutes les assiettes et la soupière sont allées par terre !.

    Mes parents étaient sortis et je surveillais mon petit frère. Je l'ai mis devant notre tout nouvel aquarium et je suis allée sur l'ordi.
    Quand je suis revenue, il était devant la télé avec tous les poissons alignés sur le canapé.
    "Les poissons regardent la télé avec moi."  m'a t'il dit.

    Ma mère m'a cassée ma règle en plastique sur la tête parce que je ne voulais pas apprendre mes leçons.
    En plus, prise de remord, elle m'en a rachetée une en fer. J'ai peur.

    J'ai montré à ma "petite mamie" comment marchait mon PC.
    Elle a donné une pichenette dans l'écran pour "chasser la mouche qui se promène". C'était le curseur de la souris.

    Un ballon arrive à mes pieds, je le ramasse et le relance par dessus la barrière de l'école.
    Un petit garçon, qui était derrière moi, me demande que je lui rende sa balle. On est samedi et l'école est fermée.

    Je suis en 6ème au collège et les copains ne sont pas gentil avec moi. Je suis leur “chèvre et mistère” comme dit maman.
    La classe est allée visiter un zoo et devant les cages d'oiseaux, j'arrive devant un “Mainate Religieux” et là, l'oiseau dit un très joli "Bonjour".
    Tous les copains et le prof s'arrêtent, je rigole et l'oiseau reproduit exactement mon rire.
    Même les oiseaux se foutent de ma gueule.!

    Pour mon anniversaire, ma grand mère m'a acheté une Barbie. Sympa pour mes 16 ans.!

   

* Nota : j'ai entendu à la télé un truc extra su un lapin vert, je vous le raconte demain !

Samedi 21 juin 2008 à 7:22

Informatique, médias, internet




Il y a quelques jours, à propos de mon article sur la presse, “Fleur de curiosité” écrivait ce commentaire :


    “...Je rejoins certains de tes constats sur les médias, l'information présentée passe parfois d'abord par l'émotion plus que par la raison. Quant à évoquer la véracité des informations, on se plongerait presque dans un abîme sans fin! ¨^^. Il y a des enjeux qui nous dépassent parfois.
    Mais ce que m'évoque vraiment ton article, ce n'est pas tant les médias organisés et les plus influents sur les télés ou journaux, mais c'est la place des nouveaux médias, et par là j'entends les blogs. Ils ne sont pas tous concernés, bien que chacun à sa manière, véhicule des informations, parfois fausses, parfois simplement orientées selon sa propre opinion.
     Et là aussi, on retrouve parfois cette logique du sensationnel et de l'émotionnel avec les coups de gueule, et une relative absence de documentation. Bien sûr, pas de généralité absolue.
     Mais ton blog en est un certain exemple: il constitue un média dans le sens où il est un relais d'information pour un nombre de personnes, tes lecteurs. Tout tes articles ne sont pas du même ordre, (du moins ce que j'en ai vu, je vais de temps en temps regarder les anciens articles), certains plus légers que d'autres, certains plus informationnels que d'autre, certains où il s'agit de ton opinion argumentée clairement identifiée comme telle et d'autres où il s'agit de connaissances.
    Est-ce que je suis claire quand je dis qu'un blog est aussi un média, à son échelle ?
   J'ai pris l'exemple du tien, mais il est loin d'être le seul....”


    Je suis en grande partie d'accord avec toi.
    Aujourd'hui les moyens d'information fourmillent : télé, radio, journaux, internet et les blogs, (google et tous les auteurs qu'il fiche), CD et DVD, les livres, les portables, MSN parfois, plus les discussions avec les profs, les collègues, les copains et même les parents etc....
    Ils sont tous partiels et orientés en fonction des sujets qu'ils traitent, de l'effort de documentation fait par les “auteurs”, de leurs idées personnelles, parfois de ceux qui les influencent ou les dirigent, et en plus de la logique économique qui fait rechercher l'audimat, donc le sensationnel et le voyeurisme.
    Les blogs n'échappent pas à la règle.

    Je pense qu'on ne peut être parfait et que dans la mesure où on n'écrit pas pour soi-même mais pour d'autres, on traite de sujets que l'on pense intéresser les lecteurs et donc en partie à partir de leurs demandes.
    Cela dit on peut cependant penser que certaines règles déontologiques si j'ose dire, devraient tout de même s'appliquer.

    Puisque tu as pris mon blog pour exemple, je vais essayer d'exposer les règles que j'essaie de m'imposer.

    J'ai expliqué dans un des articles “qui suis-je” que j'avais commencé un blog sur Tchatcheblog, il y a 3 ans et demi, à la suite d'un drame d'ado dans ma famille, pour essayer d'aider des jeunes qui avaient de gros problèmes d'origines diverses.
    Mon blog traitait certains de ces problèmes mais son but était de permettre à des ados en difficulté de m'écrire et d'essayer de les aider à remonter la pente,
dans notre correspondance par mail
    Tchatche ayant été envahi par la publicité et par des audimats divers, je l'ai presque quitté pour cowblog.
    J'ai continué à aider des jeunes, mais j'ai eu d'autres correspondant(e)s qui m'écrivaient, non pas pour que je les aide, mais pour me poser des questions et notamment  dans le domaine de la SVT et de la psychologie.
    Et puis certain(e)s se plaignant qu'il y avait trop d'articles “sérieux et longs",  j'ai essayé d'alterner avec des photos un peu originales ou des photos et textes d'humour.
    Donc effectivement, j'ai cédé là à la tentation de satisfaire mes lecteurs, et bien que ce ne soit pas ma motivation principale, je ne cache pas que je suis content d'avoir une centaine de visite et une quinzaine de mails par jour.
    Mais tout est relatif, Kaa a par exemple dix fois plus de visites et son blog est bien plus beau que le mien : c'est normal et je ne saurais faire aussi bien que lui en dessin notamment.

    Donc j'avoue, oui je suis en partie sensible à “l'audimat”, mais j'essaie quand même d'appliquer ensuite quelques règles :
   
    - Il m'arrive de traiter, à la demande de mes lecteurs et lectrices des sujets d'actualité.         Mais je n'essaierai jamais de faire du sensationnel.
    De l'humour, je veux bien, quelquefois de l'original dans mes photos.
    Peut être quelques titres qui intriguent le lecteur ou l'amuse.

    - Quand on me demande mon avis sur un sujet un peu polémique, j'essaie toujours de bien différencier l'aspect factuel, logique ou scientifique, ce que j'emprunte à d'autres, ce qui est incertain ou inconnu, et surtout ce qui n'est qu'une opinion personnelle, contestable et contestée, et les limites de ma compétence (par exemple dans le juridique).
   
    - Sur toute information qui ne me paraît pas probante, et surtout s'il s'agit d'un sujet ayant des aspects scinetifiques que je peux comprendre, j'essaie de compléter mes informations et de faire de la “doc”  comme on en fait en recherche, pour tâcher de rassembler données et avis divers (si possibles contradictoires). Cela dit on ne peut pas réunir “toute la doc” et donc je peux passer aussi à coté de certaines données.

    - Je m'efforcerai toujours de citer le pour et le contre de thèses discutables, et  de ne jamais juger une personne quelle qu'elle soit.
    Mais je reconnais que ce n'est pas facile d'être parfaitement objectif et je n'ai pas cette prétention.
   
    - Je ne suis pas susceptible; j'admets les critiques et les avis contraires car ce sont eux qui font progresser les problèmes. Cela dit j'explique alors mes points de vue (c'est quelquefois une question d'angle de vue); j'essaie de lever les malentendus et je suis content quand l'avis d'un lecteur complète le mien sur un aspect que je n'avais pas vu ou sur lequel je n'était pas compétent.

    Je sais que mes articles sont incomplets et pas assez objectifs, mais je pense que ces quelques règles, qu'il n'est pas difficile de s'imposer, permettent cependant d'éviter les plus grosses erreurs d'information.
    J'appellerai cela de “l'honnêteté intellectuelle” vis à vis des lecteurs.

    Un dernier point cependant : quand je traite un problème qui nécessite des connaissances que j'essaie donc d'exposer, je ne m'adresse pas aux spécialistes qui les connaissent déjà.
    J'essaie donc de résumer l'essentiel, d'expliquer le plus simplement possible (par exemple en matière de psy et de cerveau).
    Il est certain qu'aux yeux des spécialistes qui me lisent, cette simplification paraît laisser des “vides” énormes et donc ne pas traiter le sujet suffisament.
    Mais si je le faisais alors, ce serait tellement long et compliqué que personne ne lirait  (même pas les spécialistes puisque eux connaissent déjà !!)

    Finalement, Fleur de curiosité, tu as raison, l'information c'est bien compliqué !!

Vendredi 20 juin 2008 à 9:03

Histoires drôles




    Dernier jour d'examen pour beaucoup.
    Je publie donc encore quelques histoires drôles sélectionnées sur VDM et parfois un peu arrangées.

  Demain je referai un article sérieux.











            Nous sommes tous parfois distraits :

    J'étais à la bibliothèque pour bosser, j'enlève mes tongs pour être plus à l'aise et je les mets dans mon sac pour pour ne pas les perdre.
    En fait, ce n'était pas mon sac mais celui de mon voisin de table qui est parti avant moi.
    Dans le métro et les rues, les gens m'ont pris pour une folle. !

    Il pleuvait à verse. Je rentre dans un supermarché, tout le monde me regarde d'un air insistant.
    Au bout de 10 minutes, je me suis rendu compte que je n'avais pas fermé mon parapluie.

    Je me suis tellement ennuyée, que j'ai enlevé toutes les touches de mon clavier d'ordinateur pour les nettoyer une par une. Le pire c'est que ça m'a presque amusé de retrouver la place de chacune.


            Regrettables incidents :

    Je dois imprimer un CV. Juste assez d'encre pour 2 ou 3 feuilles.    
    Un moustique est allé agoniser sur les têtes d'impression. J'ai le cadavre incrusté sur mes compétences.

    L'ascenseur de mon immeuble est en panne. Je dois donc me taper 7 étages à pied.
    Arrivé tout en haut, essoufflé, je sors mes clefs un peu brusquement qui méchappent des mains dans l'escalier. Elle sont tombée jusqu'au rez-de-chaussée

    Je suis très retard, mes copains m'attendent depuis un moment. Tant pis, je changerai de débardeur sur la route.
    Allez expliquer à deux gendarmes pourquoi vous étiez en soutien gorge au feu rouge.!

    Je passais mon entretien pour un stage d'été Tout allait bien jusqu'à ce que le manager me demande de cacher ce "vilain" piercing au niveau de l'arcade sourcilière.
    Je ne pensais pas que mon grain de beauté ferait un tel effet

    Je me demande quelle était la probabilité pour qu'en me couchant au soleil dans l'herbe, un oiseau se soulage pile dans mon œil droit au seul moment où je l'ouvrais... Une sur des millions, ai-je calculé.
    Alors on peut dire que j'ai beaucoup de chance !

    Mon chéri doit venir me voir. Je m'enduis donc les jambes de crème dépilatoire quand mon chat, super affectueux, vient se frotter à moi.
    Les moumoutes pour chat exsitent elles ?

    Je suis allée à la poste pour affranchir une lettre. Pour me débarrasser de mes petites pièces, j'utilise la machine.            
    Malheureusement, il me manque 1 centime et je suis obligée de mettre la plus petite pièce qu'il me reste : 50 centimes. La machine me rend la monnaie en pièces de 1 centime. Grrrrrr.

Jeudi 19 juin 2008 à 8:09

Chevaux, âne, (gi) vache



Biche, oh ma Biche,

Lorsque tu soulignes

Au crayon noir tes jolis yeux,

Biche, oh ma Biche,

Moi je m'imagine

Que ce sont deux papillons bleus.

                                C.Jérome.
















    Emma, ma correspondante dont j'ai déjà publié des photos d'un ours, vient de m'envoyer une photo extraordinaire d'un petit faon qui lui rend visite dans son jardin entre Toulouse et les Pyrénées.

    Il vient manger l'herbe de son jardin et s'habitue petit à petit aux humains quand ils déjeunent dehors.
    Il cohabite même avec avec les chats de la maison.

    Ne trouvez vous pas à la fois mignonne et superbe une telle petite bête.?

    Chez ma soeur à coté de Brive, nous avons déjà vu dans le jardin en pleine campagne, des biches et des faons, mais ils ne se sont pas approchés aussi près et je n'avais jamais mon appareil photo sous la main.

    Comme tu me le dis Emma, “...enfin, je l'ai eu...”

    Bravo pour la photo et merci de me permettre de la publier sur mon blog.



Mercredi 18 juin 2008 à 8:20

Histoires drôles








    De nouveau quelques histoires qui m'ont fait sourire sur le site "aujourd'hui vdm", en espèr&nt qu'en période de bac, elles vous feront sourire aussi.
































                        Le lycée et le bac.


    TP BAC de Physique/Chimie. N'étant pas en avance, j'attrape vite fait ma blouse pour la mettre dans mon sac.
    Arrivée dans la salle, je m'installe sur la paillasse et sort trousse, calculette, convocation et... mon peignoir.

    Je reçois mon bulletin du lycée. Je le lis lentement, tout va bien pour l'instant ... J'arrive a mon appréciation d'histoire : "C'est un vrai plaisir de travailler avec une telle élève. Elle ferait une bonne archéologue, non ?? Quand elle touche le fond, elle creuse encore. "
    Merci, madame

    J'ai passé un oral et à la fin, l'examinateur m'a tendu la main. Je la lui serre en retour avec un grand sourire, satisfait de tant de politesse.
    C'est alors qu'il me dit "Heu... Je voulais juste récupérer mon document."

    Lors d'un oral blanc de français, j'essayais de faire des phrases complexes pour étonner l'examinatrice sur mes connaissances
    Elle m'a demandé si j'étais français.

    Ma mère est venue me réveiller. Elle avait comme moi activé le réveil de son portable pour être sure que je me lève à l'heure pour mon bac.
    Il était 3 heures du mat, elle avait simplement reçu un texto

    Partiel de physique. Manque de pot ma calculatrice est restée chez moi sur mon bureau. Avant la distribution des sujets je repère un mec qui a trois calculatrices sur sa table.
    Je lui en demande une, et il me dit " Et si les deux autres ne marchent pas, comment je vais faire?".

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast