Mardi 9 septembre 2008 à 8:37

Chats


      J'ai souvent publié dans ce blog, des photos de la chatte SIRGA qui vient passer des vacances avec nous en Bretagne avec ma fille et mes petits-enfants.

      Avant Sirga, elle avait deux autres chattes, qui malheureusement ne sont plus de ce monde, la mère et la fille, qui avaient un pelage tigré.

      Elles étaient gentilles, se laissaient caresser et ronronnaient même de contentement, mais ce pelage leur conférait une allure un peu terrible et au premier abord inquiétant.
      J'avais déjà publié de l'une d'elle cette photo qui avait fait peur à certaines de mes lectrices !


      Mais une de mes lectrices m'a envoyé une photo encore plus terrifiante : il s'agit de MOUCHE, chat pourtant très gentil. Il est terrible n'est ce pas !!!














Lundi 8 septembre 2008 à 16:57

Relations avec nos parents, famille



    J'ai mis un peu d'ordre dans mes affaires et dans mon courrier et je peux donc faire à nouveau un article.


    Bien entendu, dans mon entourage c'est la rentrée, cela l'est aussi dans vos mails et je suis étonné d'entendre parler des achats “qui ne sauraient être que des produits de grandes marques”, pour être traité(e) par ses parents, “comme les copains”, qui ont déjà de tels produits.

    J'avoue que c'est une chose que je comprends mal.

    Certes il y a des cas où tous les produits sont de grandes marques, quand vous achetez une voiture ou un téléviseur par exemple.
    Mais il s'agit d'achats importants qu'on ne fait pas à la légère et on regarde alors les caractéristiques, les performances, les prix et on choisit alors en fonction de ce que l'on a besoin, le meilleur rapport qualité / prix.

    Là je parle des fournitures de classe ou des habits, chaussures .... bref de produits d'usage courant bien défini et pour lesquels on a une multitude de choix, dont certaines grandes marques, connues essentiellement parce qu'elles font beaucoup de publicité.
    Je constate d'abord que leurs produits sont 50% à deux fois plus chèrs que ceux d'autres marques ayant le même usage.
    Pour avoir discuté avec les usagers, il me semble que la qualité et les caractéristiques des produits de marque ne sont guère supérieures à celles des autres marques moins chères (ou du moins de certaines d'entre elles).
    Leur seule originalité est d'être d'un aspect assez agressif afin qu'on les remarque et d'avoir le nom de la marque écrit en gros sur les objet, afin qu'on sache bien de quoi il s'agit.
    Alors je me demande, “qu'est ce qui vous attire tant dans ces marques. ?

    Moi j'avoue que ma réaction est différente. J'avais au début de l'été besoin de chaussures de marche et j'ai été chez un marchand, en Bretagne.
    Lui a intérêt, je le sais, (il n'est pas philanthrope), à me vendre le plus cher possible, et il m'a donc proposé des chaussures d'une marque connue. J'ai essayé et je me suis trouvé très bien dedans (ce qui n'est pas toujours le cas même avec de grandes marques). Alors j'ai demandé le prix qui m'a paru bien élevé;
    J'ai regardé pourquoi j'étais bien dans ces chaussures : j'ai vu la semelle en forme, en mousse, à l'intérieur, et la semelle extérieure en trois parties : l'une très rigide sur les bords, pour résister à l'usure, et deux autres plus souples et élastiques sous le talon et la plante des pieds, pour amortir les chocs de la marche.
    J'ai alors cherché des chaussures ayant la même conception dans des marques peu connues (qui ne font pas de pub à la télé !).
    J'en ai trouvé deux l'une 30% moins chère et l'autre 80% de moins. J'ai essayé et je m'y sentais aussi bien; elles avaient l'air aussi solides, mais bien sûr, plus discrètes, moins “remarquables”.
    A qualité très proche, j'ai pris la moins chère des trois. Bien sûr il y en avait d'encore moins chères mais de moins bonne qualité.
    J'avoue à postériori et après utilisation tout l'été, être très content de mon choix.

    Alors j'ai l'impression que finalement les marques ne sont recherchées que parce qu'elles font remarquer l'acheteur, pour qu'il puisse se vanter auprès des copains d'avoir tel produit, et exciter un peu leur jalousie; dès lors le voisin veut la même chose.

    J'avoue que je trouve ce comportement aberrant de la part de l'utilisateur, mais je l'excuse car il est en général jeune et ne se rend pas bien compte de ce qu'est un rapport qualité / prix, mais je trouve surtout cela totalement absurde de la part des parents dont la motivation est souvent : “je veux faire plaisir à mon enfant parce qu'il a envie de la même chose que son copain et que j'ai peur que le copain ne se moque de lui”
    Je pense que les parents ne sont pas faits uniquement pour faire plaisir à leurs enfants quelle que soit leurs demandes, et que leur rôle est avant tout de les éduquer, de les préparer à leur vie d'adulte.
    Alors d'une part je pense qu'il faut leur inculquer le sens de l'économie, leur montrer comment comparer qualité et prix, et leur montrer que le plus clinquant et le plus connu n'est pas forcément le meilleur.
    Et d'autre part il faut leur montrer que le choix des copains et la mode ne sont pas forcément des critères de choix pertinents.
    Personnellement je préfèrerais encourir leurs moqueries parce que je n'ai pas un produit de marque, que de passer pour un imbécile parce que je me suis fait avoir en payant deux fois plus cher un produit qui n'a pas d'autre avantage que d'avoir eu son image sur maintes affiches et écrans de télévision.

    J'ai souvent comparé des produits ainsi dits “de marque” et à la mode, ils étaient toujours très chers et chaque fois j'ai trouvé un produit à peu de chose près équivalent ou même de meilleure qualité, mais qui évidemment ne me permettait pas de dire que j'étais un des moutons suivant la mode ou un dandy voulant paraître riche et dans le vent.

    Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ce qui me navre le plus c'est que souvent ce sont des enfants de ménages modestes qui  demandent le plus à leur parents de tels produits, alors que le budget familial aurait grand besoin d'être consacré à des choses moins futiles.
    Là encore on retrouve l'aspect nocif des médias et de la société de consommation. 
  

Samedi 6 septembre 2008 à 15:42

Le bonheur

    Je suis bien rentré en région parisienne, sous une pluie diluvienne, mais beaucoup de travail m'y attendait au détour du chemin.
Je n'ai donc pas eu encore le temps de cogiter un article.

    Mais j'ai trouvé en fin de vacances un blog avec de merveilleux écrits et poèmes d'une jeune fille très sensible,  sur la vie, l'amour, et la sensibilité
    Je vous en donne l'adresse   http://dalya.cowblog.fr

    Je vous parle souvent de cette chose mystérieuse que nous recherchons tous : le bonheur.
    Elle a écrit un poème que j'ai beaucoup aimé, qui représente bien ce que je pense du bonheur, mais si bien écrit, que je lui ai demandé la permission de le publier sur ce blog pour que vous le connaissiez, et que vous ayez envie d'aller lire ses autres oeuvres.

     Le voici, écrit  par Dalya en 2005, elle avait 15 ans :

         




Mercredi 3 septembre 2008 à 11:45

Absence et retour

    Vous n'aurez sans doute pas de nouvel article pendant deux ou trois jours.
    Je pensais rentrer de Bretagne dimanche (pour éviter les camions sur l'autoroute), mais comme il a fait beau ces derniers jours, (les premiers beaux jours chauds depuis deux mois !), j'ai accéléré mes rangements en prévision de la pluie future qui est arrivée hier mardi.
    Alors nous rentons vendredi et demain j'aurais surtout les derniers rangements, les valises, quelques courses, la voiture à préparer... et pas le temps de faire un article. Vendredi, voyage et samedi réapprovisionnement et remise en route en région parisienne.
    Alors un article samedi ou dimanche.... à condition que j'ai internet. En effet ma fille me dit que le téléphone ne fonctionne plus depuis le dernier orage. Ma “neuf-box” a dû probablement se mettre en sommeil.
    J'espère qu'il suffira de la réinitialiser.


    Pour mon dernier article de Bretagne, deux photos du “Bagad de Lann-Bihoué”.
    C'est un ensemble de musique bretonne (essentiellement des tambours et des “sonneurs” de bombardes et de binious), qui appartient à la base aéronavale de Lann-Bihoué près de Lorient, de la Marine Nationale.




    Ils sont venus à Carnac et après un défilé dans les rues, ont donné un concert, en jouant en particulier “Amazing Grace”, une musique du folklore irlandais, morceau auquel ils ont fait faire le tour du monde.
    Hélas le temps était gris comme tout cet été.
    Mon petit fils de 10 ans était heureux et admiratif de les voir et c'est lui qui a pris ces photos.

    A bientôt donc.

Mardi 2 septembre 2008 à 12:15

Préférences cérébrales



    Maintenant que vous avez une idée plus synthétique des diverses préférences cérébrales (et vous pourrez vous référer à cet article si vous voulez vérifier par la suite), je vais pouvoir essayer de répondre à vos questions : comment ces préférences peuvent elles influer si vous êtes introverti(e).?
    La questrion est assez compliquée car il y a beaucoup de préférences et l'intensité de chacune n'est pas la même selon les personnes.
    Je vais donc, pour que l'article ne soit pas trop compliqué ni trop long essayer de simplifier et de “caricaturer” un peu.
    En fait lorsque les préférences cérébrales d'une personne sont peu “marquées” (par exemple que vous êtes “I”, mais pas fortement), l'influence des préférences les unes sur les autres est moins forte.
    Alors pour être plus clair, je vais me placer dans le cas où, au contraire vous êtes fortement introverti(e) et où les autres préférences que je vais citer sont fortement privilégiées par rapport à la préférence antagoniste.
    C'est pour cela que je parle de caricature.

    Vous êtes fortement “I”, “S” et “J”.
    En tant qu'introverti(e) vous comptez plus sur vous même que sur les autres et vous réfléchissez facilement.
    Comme “J”, vous voulez agir sur les événements et donc maîtriser les situations futures en les prévoyant et en calculant votre action à l'avance.
    Si vous étiez “G”, vous vous projetteriez facilement dans le futur, mais comme “S” vous n'avez pas l'habitude de cet exercice. Ce que vous connaissez ce sont les événements factuels du présent
    Donc pour un “ISJ” la maîtrise des événements futurs va être un sujet de réflexion permanent et difficile et donc une préoccupation importante.

    Vous êtes fortement “I”, “A” et “Pessimiste”.
    Fortement pessimiste, vous voyez le “mauvais coté” des choses, le “verre à moitié vide” , les problèmes dans les situations.
    Si vous êtes fortement “I”, vous avez tendance, lorsque vous êtes dans vos appréhensions catastrophiques, à vous refermer sur vous même.
    Si de plus vous êtes très sensible “A”, vous allez réagir sur le plan émotionnel, à tout événement extérieur ayant une connotation altruiste et notamment au bonheur et surtout aux souffrances d'autrui ou de vous même.
    Vos préoccupations, les pensées tristes risquent de tourner en rond dans votre cerveau émotionnel, de le déconnecter de votre cortx frontal qui réfléchit. C'est alors le stress assuré.
    Un "I A pessimiste" risque donc d'être souvent stressé et triste.


    Vous êtes fortement “I”, “S”, “L”, “J”, “A” et “Pessimiste”.
    Vous allez cumuler les inconvénients des deux derniers cas et vous allez en permanence vouloir maîtriser un avenir qui s'annonce pour vous souvent catastrophique et que vous avez du mal à prévoir et de plus vous êtes logique et donc vous voulez décider de votre conduite future avec une précisison rationnelle.
    Ce sera le stress permanent car même dans une situation où vous devriez être heureuse, vous allez vouloir maîtriser tous les risuqes (qui n'existent probablement pas) d'atteinte de ce bonheur présent et vous sous torturerez inutilement l'esprit.
Un “I”, “S”, “L”, “J”, “A” et “Pessimiste” risque donc d'être un éternel anxieux stressé..

    Au contraire un “I”, “G”, “L”, “J”, “A” “Optimiste”.  (c'est mon cas), verra dans le passé et le présent le “verre à moitié plein” et aura une vue de l'avenir relativement sereine. Il ne sera donc pas anxieux dans sa maîtrise des événements futurs, d'autant plus que sa nature “G” le tourne vers l'avenir et vers une vue globale qui ne s'embarasse pas de détails difficiles à prévoir.


    Vous êtes fortement “I”, “V” et “Intolérant(e)”.
    Vous passez beaucoup de temps dans le monde des idées  et vous avez des valeurs auxquelles vous tenez tellement que vous n'admettez pas que les autres aient des goûts et valeurs différentes des vôtres
    C'est d'après eux que vous prenez toutes vos décisions.
    Vous risquez de vous enfermer sur vous même et de vous isoler des autres, qui vont avoir du mal à vous supporter, vous traitant d'intégriste, du fait que vous n'admettez aucune de leurs idées et que vous ne leur donnez guère d'explication sur les vôtres.


    Vous êtes fortement “I”, “S”, “O”, “L” , “J”, “Pessimiste” et “Intolérant(e)”.
    Là vous voyez tout en noir dès que quelque chose ne correspond pas à vos souhaits ou que quelqu'un n'a pas vos idées, notamment sur la façon de maitriser l'avenir et les événements.
    Vous êtes peu sensible et voyez les situations et les autres rationellement.
    Vous êtes peu altruiste et vous comprenez mal autrui; alors dans votre crainte de catastrophes et dans votre certitude logique sur la primauté de vos idées, vous allez passer par dessus votre introvertion naturelle et critiquer toutes les actions d'autrui non conformes à vos plans et donner des léçons à tous sur toutes choses et sur la façon de sy prendre, même parfois sur ce que vous connaissez mal.
    Vous allez faire de la ratiocination (pour ceux qui ne savent pas ce que cela veut dire, en langage “populaire” , vous allez être “l'enquiquineuse publique qui passe son temps à raisonner les autres et à couper les cheveux en quatre”.

    Cela dit, encore une fois j'ai fait des caricatures et j'ai donc insisté sur le “mauvais aspect” des associations de préférences.
    En fait il est rare qu'ont ait ainsi beaucoup de préférences très fortes.
    La plupart d'entre nous ont des préférences beaucoup plus atténuées et qui se complètent harmonieusement.
    Et si on est dans un des cas décrits ci dessus, la connaissance de ses préférences permet de comprendre ses défauts et de les corriger en essayant d'atténuer ses préférences exagérées, en cultivant la préférence antagoniste.

Lundi 1er septembre 2008 à 14:22

Préférences cérébrales



    J'ai eu beaucoup de mails qui me demandent : comment les autres préférences cérébrales peuvent elles agir sur l'introversion.

    Mais ces mails me montrent que vous n'avez pas encore bien assimilé ces préférences, ce qui est normal. il faut une longue habitude.
    Alors je ne traiterai ce problème que dans mon prochain article et je vais aujourd'hui essayer de résumer ce que sont les différentes préférences cérébrales que j'ai évoquées dans les articles précédents.
    Ce résumé et tableau d'ensemble vous permettra de faire le point.

- Préférence de milieu moteur, qui détermine notre motivation (attitude) :
    “E” “extraverti” - “I” “introverti. 
    J'en ai longuement parlé (articles des 22, 29 et 30 août), et je ne reviens pas sur ces préférences

- Préférence de prise d'information : (fonctionnement courant du cerveau)
    “S” “Sensitif” - “G” “Global”

J'en ai parlé dans mon aticle du 25 août :

    La personne de préférence “S” a un mécanisme de prise d'information et de perception séquentiel utilisant pas à pas, nos cinq sens. Elle est très observatrice, bonne analyste, concrète, factuelle, pragmatique effectuant des essais précis sans ressentir la lassitude des tâches répétitives,et utilise le langage pour décrire ce qu'elle constate, mais a peu d'intuition et de créativité.Elle vit dans le passé et le présent.
    La personne de préférence “G” a un mécanisme de prise d'information et de perception global et plus intuitif, qui utilise aussi nos sens, mais davantage sous forme d'images, de scènes, de compréhension des situations et des phénomènes.
    Moins bonne observatrice, moins concrète, elle aime l'abstraction et est sensible aux schémas, images et théories.
    Ayant beaucoup de curiosité intellectuelle et de créativité, elle est plutôt orientée vers l'avenir et vers les projets et préfère acquérir des compétences nouvelles plutôt que d'utiliser celles déjà acquises et se lasse de tâches routinière.

- Préférence de sensibilité : (fonctionnement courant du cerveau)
    “A” “Affectif” - “O” “Orienté”

J'en ai parlé dans mon aticle du 26 août :

     La personne de préférence “A” va être très sensible sur le plan émotionnel, à tout événement extérieur ayant une connotation altruiste et notamment au bonheur et surtout aux souffrances d'autrui.
Ses réactions immédiates sont donc émotionelles et subjectives et peuvent augmenter sa tristesse si ses préoccupations accaparent son cerveau émotionnel.
    La personne de préférence “O” ne ressentira, face à la même perception qu'une faible émotion de courte durée, et cherchera rapidement à analyser la situation, c'est à dire à parvenir à une perception objective des faits, peu chargée émotionnellement. Elle sera donc peu émotive et d'humeur plus stable.


- Préférence de prise de décision : (fonctionnement courant du cerveau)
    “L” “Logique” - “V” “Valeur”

J'en ai parlé dans mon aticle du 25 août :

 La préférence “L” “logique” et “V” “valeur”, concerne la façon dont nous choissons, la méthode en quelque sorte et plus précisément les critères que nous utilisons pour décider.
            - soit nous examinons logiquement les divers cas possibles, leurs conséquences et nous comparons les résultats avant de choisir, ce qui conduit à un choix relativement objectif; nous sommes “L”.
            - soit au contraire nous laissons nos valeurs morales ou altruistes ou nos goûts et nos sympathies, influencer notre choix qui est alors plus spontanné, mais aussi plus subjectif; nous sommes “V”.
    La personne “L” sera plus réfléchie, plus impartiale, et ne se laissera pas influencer.
    La personne “V” sera plus altruiste, mais plus impulsive et subjective, relativement influençable en voulant faire plaisir aux autres.

- Préférence d'attitude face aux événements :
“J” “jugement “ et “P” “perception”

J'en ai parlé dans mon aticle du 23 août :

    Une personne de préférence “J” préfére anticiper sur les événements, essayer d'avoir barre sur eux, concevoir des projets qui soient réalisables et les réaliser conformément à ses prévisions : ceci implique certes de percevoir les faits, d'avoir de l'information, mais encore plus de faire au préalable des prévisions et en permanence des choix.
    Elle est toujours à l'heure ou même en avance quitte à perdre du temps à attendre, fait son travail par avance, prend facilement des décisions et est très prudente et ne prend que des risques calculés.

   Une personne de préférence “P”  préfère s' adapter aux événements, en faisant évoluer ses projets en fonction des réactions extérieures, afin d'avoir plus de chance de les réaliser ensuite : ceci implique beaucoup mois de prévisions et de choix, mais par contre une collecte permanente de l'information pour adapter ses attitudes et ses actions.
    Elle n'aime pas prévoir et planifier ses occupations; elle fait toujours son travail au dernier moment (quand ce n'est pas le lendemain pour la veille !)est le plus souvent en retard car elle est partie à la dernière minute.et n'est pas très consciente des risques qu'elle prend.

- Préférence de sensibilité au stress :
“optimiste”  “pessimiste”

J'en ai parlé dans mon aticle du 26 août :

Ce qui différencie principalement l'optimiste du pessimiste, dans le présent, c'est leur réaction face au même évènement.
    L'un en voit surtout les bons cotés (“le verre à motié plein”), alors que l'autre en voit au contraire tous les inconvénients  (“le verre à motié vide”).
L'un va donc plutôt vers la joie et l'autre vers la tristesse.
    Donc face à la même situation, l'un sera serain et gai et l'autre soucieux et triste.

    L'autre caractéristique importante est l'attitude très différente vis à vis du passé.
    L'optimiste, lorsqu'il a fait une erreur, ou lorsque les événements se sont montrés défavorables, réfléchit aux causes, essaie de tirer les leçons pour ne pas refaire la même erreur, puis tourne la page et pense au futur.
    Le pessimiste ressent de nombreux regrets de ce qu'il n'a pas su ou osé faire, et remords de ce qu'il a fait de travers. Et ces remords et les regrets lui empoisonnent la vie. Il culpabilise sans cesse.
    Il résulte de ces attitudes que l'optimiste, après un problème qui l'a atteint émotionnellement revient assez vite à une vision plus rationnelle et objective, alors que pour le pessimiste, les émotions et pensées tristes tournent en rond dans son cerveau émotionnel, sans que son cortex frontal vienne y mettre de la raison.

    Du fait de ces deux attitudes le comportement est différent vis à vis du futur. L'optimiste a une certaine confiance en lui et une certaine assurance, alors que le pessimiste est inquiet et craintif du lendemain.
    Le pessimiste est par nature beaucoup plus stressé que le pessimiste.

- Préférence de tolérance d'autrui.
“tolérant “ intolérant”

J'en ai parlé dans mon aticle du 26 août :

    La personne tolérante a une certaine souplesse de ses opinions, écoute les autres, examine calmement les situations sans parti pris, est objective et pense à faire aussi des compliments.

    La personne intolérante écoute peu les autres et reste dans sa tour d'ivoire, est entétée dans ses idées, a la volonté d'avoir raison et aime polémiquer , a la critique facile et exagère les inconvénients des situations.

    Après ce rapide examen des diverses préférences, vous devriez avoir une idée plus claire de ce qu'elles réprésentent.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast