Jeudi 13 novembre 2008 à 9:44

Tristesse, désespoir

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/P8100296.jpg

    Beaucoup de mes correspondantes qui discutent avec moi de leurs problèmes ont une préférence cérébrale “pessimiste” très marquée. Cela semble être aujourd’hui une orientation fréquente chez les jeunes.
    Elles ont tendance à voir plutôt le “verre à motié vide” que le “verre à moitié plein” et donc à voir plutôt le mauvais côté des choses plutôt que les avantages de la situation.
    Elles amplifient tous les ennuis au dela de leur portée réelle raisonnable, et sont donc soucieuses et stressées, au lieu d’essayer d’être gaies et sereines.   
    Elles sont tournées vers le passé, ayant beaucoup de regrets de ce qu’elles n’ont pas su faire et de remords de ce qu’elles ont fait insuffisamment bien à leurs yeux.
    Lorsqu’elles traversent une crise, le retour à la normale et au rationnel est lent et difficile.
    Bref elles n’ont pas confiance en elles et sont perpétuellement inquiètes.

    Il faut savoir que c’est d’abord une orientation innée, qui vient du fonctionnement de son cerveau.
    Entre le cerveau émotionnel et le cortex qui réfléchit et anticipe les événements, existent deux circuits de transfert des émotions.
    Un réseau “positif”, qui relie le cortex préfrontal (qui entre autres prévoit et évalue les conséquences de nos actes et intervient rationnellement dans la régulation de notre psychisme) et un petit “centre du plaisir”, le noyau accumbens, qui suscite de “bonnes sensations”
    Un réseau négatif qui relie également le cortex préfrontal , mais aux centres amygdaliens qui interviennent dans la peur, l’angoisse, la colère...
    Devant des images, des écrits ou paroles,des événements, des sensations choquantes ou angoissantes, l’information passe par les deux circuits, mais l’un d’entre eux est davantage activé : le réseau positif pour les optimistes, le réseau négatif pour les pessimistes.
    Donc on nait plutôt optimiste ou pessimiste.

    Mais notre éducation et notre instruction influent fortement sur cette orientation originelle.
    L’éducation et le comportement des parents d’abord.
    Un enfant a besoin d’être aimé, consolé, encouragé, aidé quand il a des problèmes. Des parents qui ont une éducation purement répressive, critiquant sans cesse et punissant leur enfant à la moindre péccadille, vont détruire sa confiance en lui et lui donner un stress permanent qui risque de faire progresser fortement le réseau négatif.
    Le parcours scolaire et supérieur ensuite.
    Apprendre à maîtriser ses émotions passe d’une part par une connaissance et une appréciation de celles-ci, que la communication avec autrui et la lecture (ou le spectacle) d’épisodes de vie enseigne peu à peu, à coté de son expérience personnelle.
    Cette maîtrise passe aussi par le contrôle du cortex frontal qui réfléchit et anticipe sur le cerveau émotionnel, qui lui, reste très subjectif. En particulier, je vous l’ai déjà dit dans d'autres articles, les pensées tristes ont tendance à “tourner en rond” dans le cerveau émotionnel et “à chaque tour”, les centres amygdaliens rajoutent leur réaction négative (on appelle cela le circuit de Papez).
    Une instruction qui développe le rationnel et la logique, (scientifique en particulier), augmente donc les capacités du cortex à réagir dans une analyse objective des situations et des émotions.
    J’ai remarqué que les élèves de S et surtout de prépas scientifiques, réagissent souvent de façon plus optimiste que ceux des classes de L et de prépas littéraires. Cela dit ma statistique n’est pas assez nombreuse.

    Mais on peut diminuer un optimisme trop exagéré qui nous masque les difficultés et surtout un pessimisme qui empoisonne notre vie, par l’angoisse qu’il engendre.
    Pour lutter contre le pessimisme, il faut essayer de privilégier le circuit “positif” et d’empêcher les pensées tristes de tourner en rond dans notre cerveau émotionnel, sans communication avec le cortex.
    Ce n’est pas facile certes, même pour ceux de préférence cérébrale de décision “logique L” et à fortiori pour ceux qui font leurs choix de façon subjective en fonction de leurs valeurs et de leurs goûts (préférence “valeur V”).
    La première chose c’est de ne pas se laisser aller dans ces pensées tristes et négatives, mais de forcer le cortex à intervenir, en essayant d’analyser logiquement rationnellement, objectivement situations et émotions, en se forçant à recenser les bons cotés, les avantages présents et futurs.
    Peu à peu l’exercice va activer davantage le circuit positif et il faudra l’exercer en se forçant à voir “le verre à moitié plein”.
    Il faut ensuite se forcer à ne plus penser au passé et changer de sujet de pensée, chaque fois que l’on pense à un regret ou un remord. Il faut tirer les leçons du passé mais tourner ensuite la page. Il faut se forcer à se tourner vers l’avenir et vers l’espoir.
    Enfin comme je vous l’ai déjà dit souvent, il faut bannir tout environnement triste : écrits, images, lectures, l’apologie de la violence, du sang et de la mort.

   
Un très fort pessimiste ne deviendra pas un grand optimiste, mais il pourra dompter la plupart de ses tristesses et de ses angoisses. Il faut qu’il sache que le bonheur est fait d’une part de l’absence de gros soucis et d’autre part de toutes les petites joies de tous les jours; on en a tous, mais encore faut il les voir, les reconnaître, et les apprécier.

Mercredi 12 novembre 2008 à 12:29

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/P3170170.jpg

    Hier j’ai eu une grande discussion avec une jeune qui rentrant au lycée en septembre dernier, avait connu un garçon qui était devenu son petit ami.
    Et jeudi, au retour des vacances de la Toussaint, catastrophe, il a rompu, pour aller avec une autre fille. Courant et banal me direz vous!

    Oui mais voilà, la jeune guenon veut reprendre son petit babouin et pour cela elle allait lui dire que s’il ne revient pas, elle va se laisser mourir de faim ou se suicider.
    J’ai eu un peu de mal à lui montrer que ce n’était pas une bonne idée.

    D’abord faire croîre à un jeune garçon qu’on va se tuer pour lui par amour ne le fera jamais vous aimer à nouveau. Cela fait en général déjà peur à un homme adulte, mais cela fera encore plus fuir un jeune. Nous ne sommes plus en 1850 !
Tout au plus s’il a eu vraiment un sentiment pour vous et que c’est un gentil garçon, il essaiera de vous dissuader de votre acte, mais cette menace lui fera quand même peur et l’éloignera encore plus de vous.

    Ensuite aucun homme ne vaut la peine que l’on meurre pour lui, surtout lorsqu’il vous quitte pour une autre. A votre âge vous avez le temps de connaître un grand amour et cet échec ne sera pas le dernier.
    Certes c’est triste quand on ne vous aime pas ou plus, mais il faut se dire que la vie est pleine de rebondissements et de surprises et qu’il y aura d’autres garçons qui vous aimeront et que vous aimerez (ou d’ailleurs n’aimerez pas, leur faisant de la peine à votre tour)
    Alors l’espoir doit rester entier; quitter ou être quittée est triste et pénible, mais ce n’est pas la catastrophe, surtout à votre âge.

    Je pense qu’il faut aussi se poser la question : “était ce vraiment de l’amour?
    Je crains qu’aimer quelqu’un qu’on ne connaissait pas il y a deux mois, que l’on voit peu, avec lequel on discute peu et que finalement on ne connaît guère, avec lequel simplement on sort parfois et on échange quelques baisers ou même plus, ce n’est finalement qu’un passe-temps, une attirance, mais pas vraiment l’amour.
    C’est finalement sacrifier à la mode, à la société d’aujourd’hui qui veut faire croire qu’une jeune fille qui n’a pas de petit ami est forcément moche et peu attirante, alors que ce n’est pas vrai du tout.
    De plus l’amour fondé uniquement sur la beauté physique ne dure pas. On ne peurt vraiment aimer une femme, ou un homme que s’il a des qualités humaines que l’on apprécie, peut être différentes selon les valeurs et les goûts de chacun.
    De plus cette même mode, cette même influence de la société et de ses médias qui vous fait rechercher le petit ami, est celle qui prône aussi l’amour rapide et éphémère, qui montre partout les divorces et la valse des partenaires.
    Alors dans ce contexte, je dis toujours à mes jeunes correspondantes que de nos jours, même le grand amour n’est pas éternel, et il faut se préparer à une séparation possible, réussir vos études le mieux que vous pouvez, avoir un métier et le conserver au mieux, afin d’être infédépendante et de pouvoir assumer sa vie.

    Le problème, c’est que la société a changé, que l’amour est devenu une “denrée de consommation” (simplement il n’y a pas de date de péremption obligatoire comme sur les yaourts !), mais par contre mes guenons sont restées des jeunes romantiques, presque comme lorsque j’avais 20 ans, et  alors qu’elles s’enflamment trop vite, elles prennent une amourette pour le grand amour de leur vie et souffrent exagérément de ruptures presqu’inévitables.
    Certes ce romantisme est sympathique et il me plaît, mais je constate que déjà autrefois il était souvent déçu, mais qu’aujourd’hui il est dangereux car  il amène parfois, au moment d’une rupture, à douter de l’espoir et de la vie.
    Pour les âmes sensibles, rassurez vous, ma petite guenon est à nouveau en bonne santé et je veillerai encore quelques jours sur elle. C’est une dure leçon, mais c’est ainsi qu’on acquiert de l’expérience et qu’on va doucement vers l’âge adulte.

Lundi 10 novembre 2008 à 19:24

Absence et retour

    http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/1000942.jpg
     Je suis rentré de Bretagne mais le vent et la pluie me poursuivent et on annonce la tempête pour cette nuit en région parisienne.

     La maison s'est endormie pour l'hiver. Tout est bien calfeutré, les canalisations vidangées et le bois à l'abri pour le printemps prochain.
     Les gouttières sont nettoyées prêtes à se remplir à nouveau d'aiguilles de pin.

     Mon rouge gorge préféré, le couple de merles et la famille écureuil sont venus me voir couper l'herbe, tailler les buissons et arracher les mauvaises herbes. Les marmottes étaient endormies jusqu'au printemps.


http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux1/1000945.jpg

     Les plages étaient vides, juste quelques mordus de planche à voile, et un goéland esseulé.
La plupart des commerces fermés et je n'avais ni téléphone ni internet, mais seulement mon vieux mac pour travailler un peu le soir avant le dîner et la télé.

     Aujourd'hui j'ai retrouvé beaucoup de mails. Je vais essayer d'y répondre le plus vite possible. Je m'y mets dès demain !!!

Lundi 10 novembre 2008 à 8:33

Paysages


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/clipimage006006.jpg



     Notre Dame de Quelven a certes une belle architecture, mais on admire aussi la richesse de son mobilier et de ses statues de bois polychromes.

    Un magnifique buffet d'orgue du XVIIe siècle tout récemment restauré.

     Sur la photo, voyez aussi la voûte intérieure en bois comme dans beaucoup d'églises anciennes de Bretagne.





http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280181.jpg







    Une statue de bois polychrome de Saint-Georges terrassant le dragon , illustrant le Bien contre le Mal,



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/clipimage012003.jpg














     Remarquable par sa forme et sa rareté, la statue ouvrante de Notre-Dame de Quelven . La Vierge, assise, tient l'Enfant debout sur ses genoux. Le corps, telle une armoire, s'ouvre pour nous dévoiler un triptyque finement sculpté de 12 bas-reliefs illustrant la Passion du Christ.

    







  

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280169.jpg


     De nombreuses autres statues de bois représentent des saints et des paysans et villageoises.

     On peut aussi admirer, suspendue au plafond, dans le transept gauche de l’édifice, une très belle maquette d’un voilier ancien, un bas-relief en albâtre du XVe siècle, et des vitraux du XVe et du XVIe siècle dont le plus remarquable représente l'arbre de Jessé.
     Mais je n’ai pas la place pour toutes ces photos.



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/Quelven224a766.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280163-copie-1.jpg



Dimanche 9 novembre 2008 à 8:05

Paysages

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/Quelven.jpg


     La basilique Notre Dame de Quelven est , à mon avis, la plus belle église du Morbihan, architecture plus belle encore que la cathédrale de Quimper dans le FInistère, qui seule la dépasse en hauteur de la flèche.
    Elle se trouve sur la commune de Guern (Gwern veut dire aulne en breton), pas loin de Saint Nicolas des Eaux et de Pontivy.

      Bâtie au
XVe siècle au sommet d'une colline , elle domine du haut de son clocher-porche de 70 mètres ajouré d'une belle rosace flamboyante. La flèche de 16 mètres fut reconstruite au XIXe siècle, suite à l'effondrement de l'ancien clocher qui mesurait 83 mètres, le plus haut de la Bretagne de l’époque.






http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280151.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280150.jpg






L'édifice de style flamboyant a été construit sur un site plus ancien déjà très fréquenté par les pèlerins.



   










      Un curieux édifice juxtaposé à l’église permettait la célébration des messes en plein air lors des pélerinages;











http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280186.jpg






L'intérieur de l'église est magnifique et je vous en parlerai dans mon prochain article.


Samedi 8 novembre 2008 à 8:19

Paysages

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280140.jpg



      Outre de très belles gargouilles extérieures et un beau porche intérieur, l’église Saint Nicodème près de Saint Nicolas des Eaux sur la commune de Plumeliau, renferme de vieilles peintures et sculptures naïves.




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280136.jpg









      Des sculptures dans la pierre et dans le bois représentent les animaux que l'on amenait pour implorer leur guérison ainsi que les paysans qui venaient prier Saint Cornély pour la guérison de leur bétail ou de leurs chiens.

      Ce sont les habitants autour de l’église qui ont l’ont rénovée et l’entretiennent.







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280131.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280133.jpg

Vendredi 7 novembre 2008 à 7:54

Paysages



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/750stnicomde02-copie-1.jpg







Construite entre 1535 et 1550, l’une des plus belles chapelle rurale du Morbihan, Saint-Nicodème présente un porche à colonnes et un clocher étonnant qui monte très haut dans le ciel.



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280144.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280135.jpg

















    Juste à côté, une belle fontaine est dédiée à saint Cornely et les habitants croyaient autrefois que son eau guérissait les bêtes malades.

     Ci dessous deux détails de sculpture de cette fontaine qui évoquent les animaux que l'on y soignait.





http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280138.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280141.jpg













          Demain je vous montrerai l'intérieur et les détails de cette église.

Jeudi 6 novembre 2008 à 8:24

Paysages

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/SaintNicolasdesEaux56.jpg








     Saint Nicolas des Eaux attire les touristes par ses promenades pittoresques
     Le Balvet servait autrefois de canal pour le transport fluvial et de nombreuses écluses régulent son cours.
     Les chemins de halage des bateaux par des chevaux ou même à bras d’hommes, ont été convertis en sentiers de randonnée utilisables par des vélos.
   

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/750stnicolasdeseaux7100318.jpg











    




     Les berges sont boisées et ombrageuses et les promeneurs admirent les petites chutes d’eau et rapides que franchissent d’agiles canoës et les écluses qui laissent passer des bateaux de promenade.



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280192.jpg









    De grandes péniches construites et aménagées pour faire faire des promenades de deux heures sur le canal  font 20 centimètres de moins que l’écluse en largeur et 50 cm en longueur, et on admire l’adresse du conducteur, une toute jeune fille de 20 ans, fille de batelier.
   





http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280194.jpg








      Au cours de cette promenade on passe devant un petit ermitage (une toute petite chapelle et une chambre), où séjourna Saint Gildas, (Gweltaz en breton) vers les années 500, avant de fonder l’abbaye de Saint Gildas de Ruys.

Mercredi 5 novembre 2008 à 8:00

Paysages



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/morbihan.jpg
      Situé à flanc de coteaux dans la Vallée du Blavet,  petite rivière tranquille qui a servi autrefois de canal aux péniches), à mi chemin entre Pontivy et Baud dans la commune de Plumeliau du Morbihan, un petit village touristique, Saint Nicolas des Eaux, lieu de promenade agréable, dont les environs recèlent des trésors architecturaux.
    Pendant mon absence, je vais consacrer quelques articles à cette région que j'aime beaucoup.
.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/getatt.jpg


      

     
     D’abord le village lui même au bord du Blavet. Il n’est pas très grand, ni très pittoresque, mais il comporte de bons restaurants pas trop chers, et le bord de la rivière est très agréable.
    Les touristes viennent pour faire des promenades en bateau, en voiture et à vélos.
     Cette photo est malheureusement un peu floue parce que prise au maximum du téléobjectif.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6280148.jpg

     Ces deux photos ont été faites du haut de la colline où se dressait autrefois un oppidum romain, dont il ne reste malheureusement que le souvenir (ce n'est pas celui d'Astérix, il est trop loin de la mer).

     L'oppidum défendait la vallée du Blavet en contre bas. D'habitude l'eau du Blavet est limpide et claire, mais ce jour là il y avait eu un très violent orage le matin et elle charriait de l'argile orange !!!


     Je parlerai dans mon prochain article de ces promenades, puis je vous monterai deux très belles églises des environs : Saint Nicodème et Quelven.



Mardi 4 novembre 2008 à 8:05

Photos, photos comiques


http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/chaussmicroond.jpg


     Voilà le premier article pré-posté, une pub trouvée sur un catalogue.

    Je ne sais pas trop si ensuite on met ces chaussons aux pieds ou si on les mange bien chauds.

    Vous déciderez vous mêmes.
    Moi j’aime mieux les chaussons aux pommes  !
    Mais je suis un vieux gourmand qui ne fait pas attention à sa ligne, n’ayant plus de coeur à conquérir.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast