Vendredi 21 août 2009 à 8:05

Paysages

    Je voudrais achever la visite commencée de Josselin que j'avais commencée avec vous..

    On ne peut pas parler du château de Josselin sans évoquer aussi la ville et sa superbe basilique.
    Fondée au XIème siècle, à l'endroit où aurait été découverte par un payson sous Charlemagne, une statue de la Vierge Marie, il ne reste, dans l'édifice actuel de la Basilique Notre Dame du Roncier, que quelques vestiges du sanctuaire roman et la majeure partie est de style gothique flamboyant.
    Malheureusement la place devant l’église, n’est pas assez grande et  il n’y a pas assez de recul  permettant de photographier l’église toute entière, qui est très large et très haute !

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/portailJosselin.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/clocherJosselin-copie-1.jpg


















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060271.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060254.jpg








et des gargouilles extraordinaires


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060263.jpg






























http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060262.jpg






L’intérieur est imposant













http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/vitrail1.jpg










De superbes vitraux éclairent la nef.




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/vitrail2.jpg



























http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060255.jpg




























de vieilles maisons bretonnes 265 266 255


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060265.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060266.jpg

Jeudi 20 août 2009 à 9:58

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/P1010103.jpg

J’avais fait un article sur les divers “métiers” des psychologues et je n’avais pas été assez précis sur certains points.


“Plaiethore” notamment me rappelle mardi dans un com que :

    “ Le terme que tu utilises “Psychologues thérapeutes" ne veut absolument rien dire et n'est absolument pas répertorié dans les métiers de la psychologie et encore moins de la médecine (aussi parallèle soit-elle !).
Je pense que tu fais allusion aux "psychothérapeutes", terme "professionnel" ou plutôt terme praticien fourre-tout, qui peut désigner tant une personne qui a vaguement étudié par lui-même (lisant des cours et se documentant à droite et à gauche), comme une personne qui se sent le don inné d'aider psychologiquement les gens en détresse, comme un charlatan qui use et abuse de son titre non officiel pour inventer des techniques thérapeutiques.


Trois termes sont officialisés et seuls reconnus par des études suivies en faculté, en milieu hospitalier et sur divers terrains professionnels et éprouvées par des examens finaux et enfin des diplômes d'état :
1. Le psychiatre (qui est une spécialité de la médecine) ;
2. Le psychologue (dont l'exercice est issu d'une ramification universitaire) ;
3. Le psychanalyste (qui peut préalablement avoir suivi des études de psychologie ou de psychiatrie et qui honore son titre en ayant suivi lui-même une psychanalyse).”

    J’aurais dû effectivement évoquer cette classification officielle, que je connais, mais que je n’ai pas utilisée sciemment car elle est très ambigüe et trompeuse pour les clients de ces professions.

    Pas de problème pour le psychiatre qui est un médecin spécialiste : il est médecin à part entière et est compétent notamment pour soigner toutes les maladies mentales et les dépressions graves qui peuvent être assimilées à des maladies temporaires, car elles résultent de déséquilibres des neurotransmetteurs. Je regrette seulement que la plupart des psychiatres soient en France, encore trop formés aux théories de Freud, connaissent peu celles de Jung, et n’ont pas des cours de recyclage sur les progrès récents en matière de fonctionnement du cerveau.

    Pour le psychologue qui a un diplôme universitaire, je reconnais sa compétence, mais les formations sont très diverses selon les universités et les unités de valeurs ou crédits choisis pendant les 3 années de licence (ou de mastère, ex DESS) et on trouve des spécialités très différentes comme psychologie cognitive, sociale, du développement, clinique et psychophysiologie. Des matières telles que les méthodes et concepts de la sociologie, de la philosophie, de la linguistique sont assez éloignées de la formation d’un psy classique.
    En principe le titre de psychologue est réservé aux titulaires d’un mastère, mais sauf dans les emplois publics, le diplôme est rarement vérifié.
    Dans ces mastères, l’orientation est plus claire et bien que je n’aie pas suivi les évolutions récentes, elle doit être à peu près partagée entre :
    - Psycho du travail et des entreprises ou organisations.    
    - Psychologie scolaire et d’orientation professionnelle.
    (j’ai eu pour collaboratrices d’excellentes psychologues dans ces domaines)
    - Psychoilogie sociale et de la santé (j’ai connu des éducatrices et des professionnelles qui aidaient les personnes ayant subi des traumatismes - agressions, accidents... - qui étaient rémarquables).
    - L’ergonomie mais dans cette branche j’ai préfèré utiliser des physiciens qui ont fait une unité de valeur de psycho cognitive.
    - Divers domaines de la psychologie clinique, des pathologies et de la psychanalyse..
    Ce sont ces derniers que j’appelle “psychologues thérapeutes” et que je critique parfois parce que j’ai vu des personnes peu douées, mais je n’ai pas vérifié leurs diplômes.
    Par contre je suis d’accord avec Plaithore que certaines personnes n’ayant pas de diplôme se font appeler psychothérapeute sur une plaque et une carte de visite, et là je les mets dans le même sac que les psychanalystes du paragraphe suivant : je pense que l’activité professionnelle de psys devrait leur être interdite.
    C’est pour cela que je n’employais pas ce terme, car il ne correspond à aucun diplôme.
    Pour moi, psychologue veut dire : titulaire d’un mastère de psychologie.
Ce qui ne veut pas dire que ce soit forcément un bon psy d’ailleurs.

    Quant au terme de psychanalyste, venu des USA, je ne l’utilise pas et je le déplore, car il suffit d’avoir fait une psychanalyse sur soi-même pour pouvoir le porter, quelque soit le diplôme que l’on ait, (ou n’ait pas) et n’importe quel imbécile peut faire faire sa propre analyse s’il paye le patricien qui l’aide dans cette tâche.
    Je trouve déplorable cette appellation trompeuse et je trouve que l’on devrait interdire à ces personnes l’exercice de la profession.
    De plus si j’allais chez un psychiatre, je rechercherai un “bon médecin psychiatre”, sur recommandation et je me ficherait totalement du fait qu’il ait ou non fait sa propre analyse. Je ne vois pas en quoi cela augmente ses capacités professionnelles.

    Même si j’ai certaines connaissances en psychologie et en neuropsycho, et que je sache écouter et comprendre les gens, voire analyser certains de leurs problèmes, mais logiquement comme un ingénieur, il ne me viendrait jamais à l’idée de m’installer comme psychothérapeute !! LOL

   

Mercredi 19 août 2009 à 8:24

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/P6140224.jpg


    J’ai fait il y a trois jours, un article sur la jalousie et l’amour, dans lequel j’avaisdit que tout humain était jaloux et que l’amour et la jalousie allaient de pair, avec évidemment des différences importantes d’une personne à l’autre et  d’une civilisation locale à l’autre.
    J’ai même laissé entendre que la jalousie était utile à l’entretien de l’amour dans un couple.
    Un commentaire et plusieurs mails soit contestent cette affirmation, soit demandent des explications complémentaires.
    Je n’ai pas dit cela à la légère, mais je m’appuie d’une part sur mon expérience et surtout sur des études scientifiques nombreuses que l’on trouve facilement dans la littérature de psychologie ou neuropsychologie. Je vais donc vous en dire quelques mots.

    Dans mon travail autrefois j’ai toujours encadré des équipes d’hommes et de femmes et beaucoup de mes collaborateuirs me parlaient de leurs problèmes personnels, très souvent concernant leur couple. Depuis que je suis en retraite, je me suis occupé ou j’ai correspondu, par l’intermédiaire des blogs, avec de nombreux jeunes, et là encore on me parlait souvent de chagrins d’amour.
    Je peux vous dire que je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui ne soit pas jaloux, ne serait ce qu’un peu, du moins s’ils aimaient vraiment la personne sentimentalement.
    «Celui qui n'est pas jaloux n'est pas amoureux » aimait à dire saint Augustin.

    Les études faites par des scientifiques sur la jalousie montrent qu’un peu de jalousie n'est pas obligatoirement néfaste et font apparaître l'importance de ce sentiment dans l'attachement et dans la pérennité du couple. Toutefois, de la passion à la destruction, il n'y a qu'un pas, et c'est ce pas qu'il ne faut pas franchir.

  
  Les émotions universelles sont supposées avoir rempli dans un lointain passé (et peut-être encore aujourd'hui) une fonction importante pour la survie de notre espèce. C'est parce qu'elles ont été nécessaires à la survie, qu'elles se manifestent chez tout un chacun.
    La jalousie apparaît comme l’un des sentiments les plus universels, que ce soit au cours des temps, ou dans les diverses parties du monde, comme le montrent des études d'ethnologues.
    Il semble toutefois que, d’une culture à l’autre, on ne se montre pas jaloux dans les mêmes proportions et pour les mêmes faits.

    De nombreuses études de psychologie ont montré que les hommes et les femmes réagissaient différemment en matière de jalousie. Si les hommes sont plus regardants sur les aventures sexuelles de leur conjointe, les femmes sont plus inquiètes des sentiments que leur partenaire pourrait vouer à une autre.
    Correlativement les femmes en moyenne (2/3 environ) pardonnent davantage une aventure sexuelle passagère de leur conjoint avec une étrangère qu’il n’aime pas, qu’un attachement à une amie qui pourrait être une rivale. A l’inverse, les hommes (2/3 environ) pardonnent difficilement une incartade sexuelle d’un soir de leur femme.
    Les neurophysiologues estiment que ce comportement a plusieurs causes.
    Une différence de comportement dans l’acte sexuel, certes contrôlé par l’hypothalamus, mais beaucoup plus lié au cerveau émotionnel chez les femmes, ce qui se traduit dans le fait que 77% des hommes déclarent que ce n’est pas un problème pour eux d’avoir des relations sexuelles suivies avec quelqu’un qu’ils n’aiment pas, alors que 70% des femmes disent que cela est impossible pour elles. (Etudes d’Eugène Mathès de l’université d’Illinois).
    Une attente différente dans le couple due à “l’évolution” , les hommes ayant tendance à perpétuer l’espèce et donc à avoir le maximum de rapports, alors que la femme recherche la sécurité pour elle et ses enfants et donc un protecteur stable qui ne la quitte pas.
    Les questions que se posent les deux partenaires en cas de soupçon d’infidélité sont d’ailleurs très différentes, les hommes se posant plutôt et plus rapidement des questions de rapports sexuels et les femmes de rapports sentimentaux. Il semble ainsi que les réactions du cerveau aient été ainsi “cablées” par l’évolution.
   
    Ces études montrent également que la jalousie, si elle n’est pas exagérée est bénéfique à la stabilité du couple.
    Des personnes amoureuses mais ne vivant pas en couple avaient rempli un questionnaire permettant d’évaluer leur degré de jalousie.
    Sept ans plus tard, il s’est avéré que 25% de ces personnes vivaient encore en couple et que c’étaient celles qui avaient eu un score assez élevé dans le precédent questionnaire, alors que les 75 % de personnes qui n’avaient pas poursuivi leur relation ou avaient divorcé avaient des scores de jalousie plus faibles, sauf quelques unes qui avaient au contraire des scores très forts.
    Les études ont également montré une certaine corrélation entre la stabilité du couple et la confaince en son partenaire, et également que les personnes ayant confiance en elles-mêmes étaient moins jalouses.
    Cela ne paraît pas anormal, car si la jalousie est une interrogation sur la conduite de l’autre, c’est surtout un doute sur le sentiment que l’autre porte sur soi. Et ce doute remet en question l’idée que nous nous faisons de nous.
    Il semble que les personnes ont d’autant plus de jalousie vis à vis du partenaire qu’isl sentent leur estime de soi menacée.   


    Enfin, il ne faut pas que la jalousie dépasse toutefois certaines limites.
    Quiconque a traversé les affres de la jalousie sait que si elle est exagérée, elle détruit tout sur son passage, et cause une souffrance indicible, aiguisant les soupçons et sapant la confiance en l'autre. Toute la difficulté consiste à la maintenir dans des limites raisonnables, à contenir ses assauts pour qu'elle ne se transforme pas en un ouragan dévastateur.



Mardi 18 août 2009 à 10:01

Paysages

Les jardins du château de Josselin ne sont pas très grands, mais très bien entretenus

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060212.jpg





    Voici d’abord l’entrée du château coté ville et coté jardins




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060249.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060246.jpg

























http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/251entreeJosselin.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060247.jpg

 



































   Un joli pont  et un méchant lion qui le garde












http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060252.jpg


















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060241.jpg












        Des mosaîques de plantes




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060242.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/donjon234.jpg



















    Et une des tours qui n’a pas été détruite et dans laquelle on visite des cachots.
    A voir leur étroitesse, ce ne devait pas être agréable d’être enfermé là dedans !!



Lundi 17 août 2009 à 10:35

Paysages



    A 60 km de Carnac en allant vers Ploermel et Rennes, au bord de la rivière Oust, un superbe château qui appartient depuis dix siècles à la famille des ducs de Rohan.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/800pxJosselin.jpg

    Il fut édifié aux environs de l'an 1 000 par Guéthenoc, le Vicomte de Porhoët, et achevé par son fils Josselin
    Forteresse médiévale il protégea la ville lors de la guerre de Cent Ans.
    Au 16ème siècle, les Ducs De Rohan transformèrent cette forteresse en une demeure seigneuriale et décorèrent la façade intérieure d'une splendide dentelle de pierre,   
    À l'origine, le château de Josselin possédait neuf tours. De nos jours, il n'en reste que quatre, les autres ayant été démolies, ainsi que le donjon en 1629 par l’artillerie royale sur ordre du Cardinal Richelieu, qui considérait que la puissance du duc de Rohan était trop importante.   

   Il est difficile de prendre des photos à partir de de la route en bas du château tellement il est haut et large :


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060200.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060203.jpg
















































Les façades intérieures du château sont superbes : dentelle autour des fenêtres, gouttières sculptées :

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060215.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060238.jpg
















































http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060217.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060226.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P7060227.jpg





























  



















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/gouttiere.jpg
































































    Dans mes prochains articles, je vous montrerai les jardins du château, puis la ville avec sa très belle église.


Dimanche 16 août 2009 à 11:37

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/P6140223.jpg

    Comme je le disais dans mon article d’hier j’ai reçu aussi des commentaires et mails sur les articles sur l’amitié et l’amour. et je voudrais y répondre succinctement.

    “Invidia” écrit
    “...par rapport à la fin de cet article : " “être en couple” signifie seulement sortir avec quelqu’un ou coucher avec lui," ; personnellement je considère que des gens qui ne font que coucher ensemble ne forment pas un couple à proprement parler....”

    Je suis exactement de ton avis, mais je dois constater que certains jeunes pensent ainsi et  je crois que c’est une évolution des mentalités sous la pression médiatique et donc j’en prends acte. Mais je suis content que certain(e)s pensent encore comme moi !

    Par ailleurs les mails posent la question de la jalousie que je n’ai pas traitée ici, mais je l’avais fait dans un article ancien.
    Deux amis peuvent être jaloux comme deux amoureux, mais la jalousie d’amour est en général plus forte - et aussi plus dévastatrice !.
    Tout être humain a tendance à être jaloux plus ou moins. C’est lié à l’existence du “moi” et à un certain égoïsme qui fait partie de l’héritage séculaire de la lutte pour la vie.
    Ce n’est pas spécifique de l’homme, les animaux le sont aussi, certes pour des raisons sexuelles à l’état sauvage mais aussi sentimentales pour les bêtes apprivoisées.
    Quand je prenais un de mes petits-enfants sur les genoux, mon petit York, Truffe, venait gratter mes jambes avec sa patte, puis il montait aussi sur mes genoux,; il ne chassait pas l’enfant car il l’aimait aussi, mais il fallait que je caresse les deux à la fois. Comme cela l’enfant tolérait aussi le chien. C’était plutôt jaloux ---> “pas de jaloux”.

    La jalousie est plus forte en général en amour car un véritable amour est accompagné d’un sentiment d’appartenance mutuelle, de possession, qui fait partie de la sensation de couple.
    Chacun a un rapport privilégié à l’être aimé par rapport aux autres personnes et donc demande la réciprocité et est donc malheureux ou irrité si cette réciprocité n’est pas totale.
    Cela dit j’ai connu de simples amis qui étaient jaloux, mais en général à un degré moindre.
    Il faut dire que le sentiment de jalousie pour un même fait ou comportement, est d’une intensité très différente d’une personne à l’autre.

    Comme je le disais une des différence entre amitié et amour est  le désir et les projets d’avenir de vivre ensemble. C’est ce que confirme “Vivant Poème” :

    “...La seule différence entre mon amour et mon ami, c'est que je désire le premier physiquement, et que j'ai envie de vivre avec lui au quotidien. Je ne me vois pas vraiment m'installer avec mon ami... Il y a une proximité, une complicité supplémentaire avec mon amoureux que je ne parviens pas à décrire......”

    C’est vrai que la complicité, le fusionnement entre deux personnes qui s’aiment est difficile à décrire. Il est d’ailleurs propre à chaque couple. On le vit, on le voit, il se traduit par une multitude de petits faits. Cela va parfois jusqu’à terminer la phrase commencé par l’autre !
 

Samedi 15 août 2009 à 8:22

Divers


http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/P1010118.jpg

Les articles que j’ai faits sur Freud, puis sur l’amitié et l’amour m’ont valu divers commentaires et mails. Je ne pense pas que mes lecteurs aillent lire les commentaires et je vais donc reprendre certaines questions ou réflexions et y répondre.
    Aujourd’hui je traiterais des psys.
    Certaines de mes jeunes correspondantes semblent  ignorer qu’il existe des métiers très différents suite à des études de psychologie et je voudrais préciser cela.

  Je suis d’accord avec la remarque d’Invidia :

    ...”C'est dingue quand même de voir que tous les psys suivent les idées développées par Freud, toujours liées à la sexualité alors que les 3/4 du temps ça n'a strictement rien à voir (enfin sauf dans le dernier cas mais la conclusion du psy est vraiment "foireuse").
Tout ceci ne donne vraiment pas envie d'aller se faire psychanaliser. Finalement trouver quelqu'un d'ouvert avec qui l'on peut parler librement semble aider plus que d'aller voir un "professionnel". ..."


mais je voudrais cependant qu’on ne généralise pas.

    Il existe diverses sortes de psys et divers niveaux de “dommages “chez leurs patients.

    Les médecins psychiatres qui exercent en hôpital ou en privé, qui sont des médecins à part entière ayant fait une spécialité de psychiatrie et  souvent un internat dans ce domaine en hôpital. Ce sont les seuls qui ont le droit de prescrire des médicaments, notamment psychotropes.
    Ils soignent surtout les malades mentaux qui sont des cas relevant de la médecine, ou les personnes en dépression sévère et notamment celles qui ont fait des tentatives de suicide, car elles ont en général besoin de médicaments pour les aider à surmonter leur état provisoire.
    En général ils ne s’occupent pas d’autres patients par faute de temps et donc pour des questions de priorité.

    Les psychologues thérapeutes, qui ont fait des études de psychologie et des options particulières. ils traitent les personnes précédentes quand le médecin estime que leur état s’est beaucoup amélioré. Ils soignent également des personnes moins touchées qui ont simplement des mini-dépressions ou même des problèmes plus ou moins graves.
    Ils sont formés pour la plupart aux théories de Freud et utilisent souvent les méthodes de la psychanalyse. Ce sont de tels psys dont j’ai parlé et qui ont suscité la réflexion d’Invidia.
    C’est dans cette catégorie que j’ai relevé des diagnostics pour le moins bizarres et étonnants.
    Mais j’ai connu lors de conférences, deux psys Jungiens, qui étaient d’excellents thérapeutes et étaient à l’écoute de leurs patients avec une analyse des faits réels, logique et objective.

    Les psychologues qui viennent en soutien de personnes ayant subi des traumatismes : agression, viol, accident, catastrophe naturelle, maladie ...
    Ces professionnels n’utilisent pas les méthodes de la psychanalyse, mais sont formés aux méthodes de soutien d’une personne traumatisée et à avoir une grande écoute vis à vis d’elles. Bien entendu, il y en a de bons et de moins doués, et ils sont plus ou moins efficaces,mais ils ne font pas de diagnostics “foireux” .

    Les psychologues qui font de l’orientation professionnelle en établissement scolaire ou dans les entreprises.
    Là aussi il y a sans doute aussi des personnes plus ou moins qualifiées, mais personnellement j’ai eu deux collaboratrices qui avaient fait des études de psychologie et avaient un  DESS de “Ressources Humaines”  et étaient des professionnelles remarquables et qui m’ont aidé à faire de nombreuses reconversions.

    Je ferai une dernière remarque : quand j’étais jeune, il existait peu de psys autres que les psychiatres et on n’allait consulter qu’en cas de problèmes graves. La plupart des problèmes bénins étaient résolus par la personne elle même, plus ou moins aidée par des proches et notamment les parents, avec lesquels il y avait un dialogue réel.
    Puis les parents se sont éloignés de leurs enfants, faute de temps principalement, et la mode des psys est venue des USA, les parents trouvant très commode de se défausser des petits problèmes de leurs enfants sur les psys.
    Il est certain qu’utiliser les méthodes de la psychanalyse pour aider à résoudre les soucis et le stress quotidien et les problèmes classiques familiaux, c’est prendre un marteau-pilon pour écraser une mouche. Rien d’étonnant que cela aboutisse à des résultats assez médiocres.

    Je rajoute à mon article cette réflexion de Paskale, pour dire combien je suis d'accord avec elle :

    "....Je pense à tout ces gens sortis d’une guerre, d’un attentat, d’un viol, d’une agression verbale ou physique et qui n’ont malheureusement pas bénéficié d’une thérapie !
Je crois que cela devient un effet de mode et une question d’argent !
Avoir une harmonie familiale, conjugale ou sociale est le plus important si ça n’est pas le cas on  trouve une main et on serre…"

 

Vendredi 14 août 2009 à 8:24

Paysages


    Aujourd’hui je suis parti très tôt en excursion vers l’île d’Hoedic, en passant par celle d’’Houat où nous ne débarquerons pas et nous rentrerons peu avant la nuit. C’est une île très sauvage dont je publierai des photos.

    N’ayant pas la possibilité de faire un article, j’ai programmé la parution de quelques photos de bateaux

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080129.jpg








    Bateaux de pêche dans la région du Guilvinec



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080134.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080135.jpg

































http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/sinagot.jpg







    Vieux Sinagot, bateau traditionnel du golfe du Morbihan.








http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/quillards.jpg







    Quillards de plaisance dans la rivière d’Auray.






http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/auray.jpg

   










http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/ArzJPG.jpg




















    Et gros bateaux pour transporter les touristes dans les îles.

       







    Mais la semaine prochaine, je commencerai à publier des articles sur l’intelligence, qui répondront à certaines questions de mes correspondant(e)s.


Mercredi 12 août 2009 à 22:07

Paysages

    La Bretagne est un pays très catholique et de très nombreuses cathédrales, églises et chapelles constituent un patrimoine irremplaçable.
    Quelle que soit sa religion, et même si l’on est athée, on ne peut s’empêcher d’admirer leur beauté et l’oeuvre de ceux qui les ont construites.
    Les photos que je publie ici ont été prises à Penmarch.

        Ces égliss sont belles, que ce soit l’extérieur de pierre avec ses sculptures ajourées ou symboliques, et les calvaires.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080136.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080138.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080141.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080145.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080137.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080142.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080148.jpg






































































    Ou l’intérieur, les plafonds de bois, les poutres sculptées avec des têtes de dragon, les statues de bois.


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6070116.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6070117.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080151.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages1/P6080154.jpg

Mercredi 12 août 2009 à 12:11

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/ZFleurs2/Copiede1001411.jpg

    Tous les commentaires et les mails que j’ai reçus depuis mon article d’hier me disent la difficulté de définir ce qu’est amitié et amour.
    Je suis d’accord avec vous, même si j’ai écrit de nombreux articles sur ce sujet que vous pouvez trouver sur ce blog.

    Je voudrais d’abord vous faire lire ce poème qui a été écrit il y a quelques années, par une très jeune fille de 14 ans et que, le trouvant remarquable de sensibilité, j’avais déjà publié sur ce blog, avec son accord.

         AMOUR

 Aimer c'est vouloir le bonheur         
 De celui qu'on aime avant le sien;              
 Aujourd'hui je t'offre ce coeur                     
 Qui t'aime encore en vain.

 Aimer c'est souffrir en silence  
 Du vide et de l'absence,                          
 Que tu laisses derrière toi                   
 Chaque fois que tu t'en vas.                 
                               
 Aimer c'est laisser les larmes couler          
 Quand tu n'es pas là pour les voir,            
 Pour ne pas ternir tes moments passés        
 Près d'une autre certains soirs.                      
                               
 Aimer c'est tolérer tes différences     
 Qui nous éloignent peu à peu,     
 Ne plus avoir d'exigences .
 Pour que se rallume le feu. 
                               
 Aimer c'est donner sans rien demander,  
 C'est prendre l'autre tel qu'il est      
 Sans attendre en retour de recevoir
 Et pas tel qu'on aimerait le voir. 
                         
 Aujourd'hui je sais ce que veut dire aimer
 Et je n'ai jamais aimé quelqu'un si fort.
 Même s'il est trop tard, même si j'ai tort,
 Je ne regrette pas d'encore aimer.



    Je crois d’ailleurs que chacun a sa propre conception de l’amour et puis, chacun ne fait pas correspondre la même chose avec ce mot (c’est d’ailleurs la source de la plupart des malentendus).
    Quelle est donc “ma” conception du sentiment d’amour ?

    Pour moi, une très grande amitié comme un amour, c’est d’abord une connivence, une certaine communauté d’idées, de goûts, une compréhension mutuelle; à la limite on devine les pensées de l’autre.. Les psys appellent cela un “fusionnement”.
    C’est aussi admirer l’autre, car l’amour comme l’amitié ne peut exister sans estime. Mais c’est aussi ne pas se montrer trop aveugle (et c’est très difficile), être conscientdes défauts de l’autre, et les accepter, au lieu de souhaiter que l’être aimé soit l’idéal de vos désirs.
    C’est respecter l’ami ou l’être aimé, essayer de se connaître mutuellement mais écouter et essayer de comprendre l’autre, respecter les idées chacun de l'autre, tout en essayant d’évoluer l’un vers l’autre. C’est traiter l’autre comme on souhaite qu’il vous traite. Ce n’est pas l’asservir, mais essayer de combler ses désirs comme il doit essayer de satisfaire les vôtres, ce qui veut dire qu’il faut se trouver le maximum de souhaits communs.
    C’est ensuite souffrir de l’absence de l’autre, vouloir être avec lui et partager le maximum d’instants heureux. Mais être là aussi dans les instants de peine pour se soutenir.
    Sans doute dans tous ces domaines, l’amour est plus fort que l’amitié, mais ce n’est pas touours le cas.

    Mais aimer d’amour va plus loin. C’est à mon avis avoir une intention plus vaste et à plus long terme : c’est espérer vivre avec l’autre, partager sa vie future (et présente). C’est pour cela que cette communauté de pensée, que cette connaissance de l’autre est nécessaire car sinon la vie en commun sera difficile.
    C’est donc faire des projets et pour moi, le sentiment d’amour n’est pas réciproque si on n’a pas fait ensemble des projets d’avenir.
    Aimer l’autre c’est le privilégier, c’est former avec lui un couple, face aux autres personnes (c’est d’ailleurs la base de la fidélité).
    Je sais qu’aujourd’hui “être en couple” signifie seulement sortir avec quelqu’un ou coucher avec lui, mais pas forcément l’aimer, et finalement ne pas s’ennuyer tout(e) seul(e).
    Pour moi ce n’est pas cela : c’est se sentir mieux avec l’autre, ne former qu’un avec lui face à l’extérieur, c’est partager les idées, les joies, les peines, c’est  voir ensemble l’avenir.

    Je sais que c’est une conception un peu archaïque et pourtant je connais pas mal de jeunes filles qui ont encore cette approche un peu romantique et qui voudraient bien trouver un garçon qui la partage.
    Mais c’est vrai que les médias ont rendu le monde moins altruiste et plus égoïste et que donc la notion d’amour évolue, alors je ne m’étonnerai pas si vous ne partagez pas la mienne.
    Mais une chose que je constate c’est que toutes les ruptures que je vois résultent de deux causes : d’une part l’un des deux aimait beaucoup moins que l’autre, et d’autre part cette notion de couple, si tant est qu’elle ait existé, s’est peu à peu détériorée et les deux personnes au lieu de se rapprocher, se sont progressivement éloignées l’une de l’autre.

   


 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast