Samedi 20 novembre 2010 à 9:38

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/chatamourfreres.jpg
                                                                              Qui est le chat, qui est la chatte ?


    Parmi mes correspondantes, beaucoup ont eu des problèmes de coeur, de rupture avec leur petit ami, qui les laissaient très malheureuses.
    Heureusement réfléchir un peu pour arrêter les pensées tristes qui tournent en rond dans le cerveau émotionnel, quelques réaction de colère contre le méchant petit ami et surtout le temps apportent le réconfort.
   
    Mais dans les relations avec vos petits amis d’aujourd’hui, une chose m’étonne c’est que parfois certains d’entre eux disent beaucoup de mal de vous auprès de leurs camarades.
    Cela m’a étonné car autrefois, on avait plutôt tendance à avoir un amour aveugle et à vanter les qualités de sa dulcinée. Peut être tenait on davantage à elle ?
    Alors je me pose la question, est ce pareil pour les filles vis à vis de leur amoureux? l'amour serait-iI égoïste ?
     Cyrano de Bergerac prouve le contraire, mais iI semble que ce soit une exception.

    A l'université de Floride, B. Pontari et B. Schlenker ont demandé a 178 amoureux de décrire leur partenaire a une tierce personne.
    Tant que les sujets devaient décrire leur partenaire devant une personne du meme sexe que le ou la partenaire, ils étaient objectifs et avaient même tendance a augmenter les mérites de leur ami(e).
    En revanche, si un garçon devait décrire son amie a un autre garçon, deux situations se présentaient :
    - si I'autre garçon déclarait apprécier les filles extraverties, le premier garçon décrivait son amie comme une introvertie et peu communicative.
    - si, au contraire, I'interlocuteur déclarait aimer les filles calmes et réfléchies, le jeune homme décrivait son amie comme une personne bruyante, ne pensant qu'a sortir et a s'amuser.

     Adoptons-nous un point de vue égoÏste lorsque nous nous sentons menacés dans ce que nous aimons? Notre intêret prendrait il le pas sur celui de la personne dont nous croyons vouloir le bien?
    Heureusement, B. Pontari a aussi montré que les personnes les plus amoureuses de leur partenaire en parlent en des termes élogieux à condition que I'interlocuteur soit du même sexe.

    Alors je me demande, où est donc l’amour fou ?

Vendredi 19 novembre 2010 à 7:50

Animaux

Pour vous changer un peu de mes articles sérieux, les dernières photos que m'avaient envoyées une correspondante et je l'en remercie à nouveau.

    Cette fois ce sont des animaux un peu en dehors du commun :
http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lAncien32.jpg






     D'abord ce petit macaque un tout petit singe capucin

    J'en ai côtoyés autrefois dans une animalerie : il faut se méfier quand ils ont peur, ils mordent et ont des dents pointues !










http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lAncien19.jpg






Ce gentil koala en train de manger des feuilles. Je suis sûr que beaucoup d'entre vous aimeriez l'avoir dans votre lit, comme joujou en peluche !



http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lAncien4.jpg









Un petit hamster qui se tord de rire et fait le fou






http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lAncien28.jpg









Voyez vous un écureuil ou deux ?
Rassurez vous, vous n'avez pas bu trop de coca-cola ni mangé trop de nutella!
Et où sont passées ses oreilles ?






http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lAncien8.jpg


      Enfin cette photo assez touchante d'une petite biche et d'un petit renard.
   
  Si seulement les hommes de religions différentes se comportaient ainsi !!










Jeudi 18 novembre 2010 à 7:55

Notre cerveau; nos sens; système nerveux

 http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/cerclesillusion.jpg

  L’étude de la façon dont notre cerveau interprète les images que lui envoient notre oeil, à partir des neurones de la rétine et  via le nerf optique est passionnant. Et les illusions d’optique sont parfois de précieuses indications pour comprendre ce fonctionnement.

    En 1885, le psychologue allemand Hermann Ebbinghaus découvre une iIIusion aussi simple que saisissante.
    La figure ci-dessus comporte d’une part quatre cercles périphériques de un centimètre de diamètre entourant un cercle central de 5 millimètres et d’autre part le même cercle entouré de quatre cercles plus petits de 3 millimètres de diamètre.
    Paradoxalement, le cerveau juge plus grand le second cercle entouré de petits cercles que le premier entouré de grands cercles.

    Cette illusion est restée inexpliquée pendant un siècle, mais Catherine Howe et Dale Purves, à l'lnstitut de technologie du Massachusetts, nous livrent la solution.
    Pour évaluer la taille d' un objet, l'oeil se réfère à la taille moyenne des objets qu'iI voit dans son environnement. 
     Notre oeil est habitué à voir des scènes naturelles comportant, au milieu de formes complexes d'arbres, de rochers et de paysages, des motifs géométriques cachés. Lorsque I'oeil accommode sur un plan, les points lumineux situés dans ce plan se projettent sur sa rétine, de même que des objets de plans voisins devant et derrière le plan visualisé. 
    Les images de petits objets sont constituées de points, assimilables à de petits cercles qui se projettent inconsciemment sur la rétine et puis sont transmises au cerveau (à l’arrière de la tête au dessus de la nuque), sous la même forme de petits cercles, qui sont reconnus par des groupes des neurones qui interprètent les formes.

    Afin de comprendre pourquoi le cercle de gauche, large de cinq millimètres et entouré de cercles de un centimètre. paraît plus petit, les chercheurs ont recensé, au milieu de photographies en trois dimensions, des scènes naturelles. 
    Parmi les éléments du décor qui se projettent sur la rétine selon un cercle central entre quatre cercles périphériques de diamètre supérieur, iis ont observé que la situation la plus fréquente est celle où le cercle central est d’un diamètre supérieur à la moitié du diamètre des grands cercles.(donc dans notre cas, supérieur à 5mm)
    Ainsi, notre oeil rencontre dans son environnement une majorité de figures qui forment, sur la rétine, un cercle central de plus de 5mm au milieu de quatre cercles de diamètre 10 mm et le cerveau attend donc. par habitude, cette configuration.
    Quand le diamètre du cercle central n’est que de 5mm, le cerveau le juge trop petit (première figure). 

    Qu'en est-iI de la seconde figure? 
    Cette fois, C. Howe et D. Purves ont dénombré les éléments du décor se projetant sur la rétine selon quatre cercles larges de 3mm et un cercle central de diamètre inférieur,ou supérieur à 5 mm. La première situation  (cercle inférieur à 5mm) est plus fréquente que la seconde. 
    Ainsi notre rétine est habituée aux configurations de I'environnement se projetant selon un cercle central inférieur à 5 mm et quatre cerdes périphériques de 3 mm. Quand, dans cette configuration, le cercle central est égal à 5 mm, le cerveau le juge trop grand (seconde figure). 
    Ainsi, le cerveau tient compte de la majorité des situations rencontrées. pour établir une norme. A partir de cette norme, iI juge la taille des objets particuliers. 

    De façon plus générale, le cerveau évalue la taille des objets dont l’image lui est transmise par comparaison avec les images des objets voisins situés dans un même plan, en se référant à des “normes” conservées en mémoire et qui correspondent aux situations habituelles.
    Mais il “voit” aussi des objets situés dans des plans un peu plus éloignés (et donc “vus plus petits”) et des objets situés dans des plans un peu plus rapprochés (et donc “vus plus grands”), auxquels il applique les mêmes normes.
    Notre cerveau peut ainsi faire inconsciemment des erreurs d’évaluation de taille des objets que voient nos yeux.


Ci dessous l’image de l’activité vue en IRM, des neurones du cerveau d’un singe, chargés d’interpréter les formes d’une image vue par ses yeux et représentant une grille circulaire. Ces neurones (comme chez l'homme) sont à l'arrière du crâne.
On voit que l'image IRM (cerclée de rouge) des neurones en activité reproduit la forme de la grille.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/singeoeil.jpg

Mercredi 17 novembre 2010 à 8:31

Eveil, sommeil, rêves

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/magnifikepc7.png
    Vous avez sûrement constaté qu’après une bonne nuit, les idées éclosent comme par miracle. Le soir, vous vous couchez, I'esprit fatigué, cherchant en vain la solution d'un problème. Le lendemain matin, tout semble clair.
    Personnellement, en vieillissant on a moins besoin de dormir et on a le sommeil plus léger. Il m’arrive souvent de rester éveillé vers 3h du matin pendant une heure et demie (les 90 minutes de la durée d’un cycle de sommeil) et  quand je pense aux problèmes que je rencontre, soit  dans mon travail de syndic bénévole, soit d’organisation de conférences et visites techniques, soit aux problèmes de mes correspondant(e)s du blog, c’est souvent pendant cette insomnie que je trouve les solutions et elles viennent simplement à l’esprit et on ne comprend pas pourquoi on n’y avait pas pensé plus tôt..
    Que s'est-iI passé?

    Le cerveau a traité les informations pendant le sommeil, quand notre conscience était endormie.


    Ces vertus du sommeil ont été mises en évidence par des neurobiologistes de l'Uníversité de Lubeck.
Ullrich Wagner et ses collègues ont soumis des volontaires a des calculs mentaux, afin d'examiner s'ils trouvaient une règle simple permettant d'éviter les longues opérations fastieuses. Cette règle avait été établie, mais tue par les expérimentateurs.
    Les sujets, dans le meilleur des cas, en avaient '" I'intuition dans un éclair de lucidité.
    Les participants ont été dívisés en deux groupes : le premier calculait pendant une heure le matin, puis passait la journée à d'autres occupations, et reprenait les calculs le soir. Le second devait faire des calculs avant de s'endormir, puis recommencer le lendemain matin. Dans le premier groupe, 20 pour cent des sujets ont trouvé la règle qui évitait les calculs interminables. Dans le second groupe, ils ont été 60 pour cent.
    Que s' est-il passé pendant qu'ils dormaient?

    Je vous ai souvent parlé dans de précédents articles de l’hippocampe, le “professeur de la mémoire”  et des lobes frontaux qui réfléchissent, organisent et dirigent les centres cérébraux qui s’occupent notamment de la mémoire et des souvenirs.
    Pendant le sommeil, les lobes frontaux, l’hippocampe, les centres de la mémoire et  le centre de Broca (dans le cortex temporal gauche), qui gère l’expression écrite et orale mais aussi les calculs mathématiques, échangent des informations, et classent, éliminent le superflu de celles emmagasinées dans la journée. Celles qui semblent inutiles sont supprimées. Les autres sont mémorisées et reliées à l’existant de la mémoire par des liens logiques et hiérarchisés.
    Ainsi les règles de calcul mémorisées par I'hippocampe dans le cas de l’expérience précitées ont été transférées aux lobes frontaux, et là elles ont été associées a un « savoir-faire » mathématique acquis grâce aux expériences passées.
    Il en résulte par un mécanisme qui reste a élucider, une intuition de la solution, qui remonte alors au cortex frontal, et par la suite à la conscience, quand on se réveille.
    il est probable que le flot énorme d’informations empêchait les idées de découler les unes des autres.
    Les informations inutiles ayant été éliminées, les informations pertinentes ayant été rapprochées quand elles avaient une cohérence et des liens logiques, il en résulte des associations nouvelles qui ne pouvaient se produire auparavant.

    Et la créativité, c’est seulement le rapprochement d’idées, de données, que l’on ne faisait pas l’instant passé ou auquel d’autres n’ont pas pensé.

    Pour réussir, le travail est une chose essentielle, apprendre, mémoriser des connaissances, mais iI est également important de se reposer en dormant, pour avoir de bonnes idées. Ne vous couchez pas trop tard en trainant sur internet ! lol

Mardi 16 novembre 2010 à 8:34

Notre cerveau : émotions

http://lancien.cowblog.fr/images/images/un4ogne6.gif

    Moi même comme certaines de mes correspondantes il nous est arrivé d’être ému(es) par un morceau de musique, une chanson, un air que l’on entend jouer ou chanter, même parfois alors qu’on ne le connait pas, quon ne l’avait jamais entendu auparavant.
    A l’inverses certains autres airs, morceaux de partition, nous paraissent sans intérêt, voire peu agréables.

    Pourquoi la musique nous émeut-elle? Pourquoi tel accord parait-iI harmonieux. tel autre dissonant ?
    A I'Université de Durham, en Caroline du Nord, David Schwartz et ses collaborateurs ont découvert que la voix “contient”, en quelque sorte, les accords d'une sonate de Mozart ou de Beethoven.
   En étudiant 6300 voix ils ont observé qu'elles se composent toutes de neuf fréquences universelles, présentes chez tous les individus. Ce sont les “briques” constitutives de la voix.
    La première fréquence est la fréquence fondamentale, celle qui donne le ton de la voix, plutot grave pour un homme et plutot aigüe pour une femme ou un enfant. Puis viennent d'autres fréquences complémentaires, nommées harmoniques qui sont reliées el la fréquence fondamentale par un rapport fixe, indépendant des individus. (vous avez peut être étudié cela en physique ou en SVT - on vous a peut être parlé des harmoniques - voir à la fin de mon article.)

    Ces rapports universels expliqueraient-ils la beauté musicale ?
    Pour le savoir, D. Schwartz a fait écouter el des volontaires des accords de deux notes, et a constaté que les accords jugés les plus beaux sont composés de deux notes reliées par un des rapports présents dans la voix humaine. Ainsi, nous « vibrons »quand la musique contient des combinaisons de sons dissimulées dans la voix humaine.
    C’est logique que la voix humaine ait forgé notre goût musical. Une des principales contraintes ayant guidé le développement du cerveau, depuis des centaines de milliers d'années, est la capacité de distinguer le son de la voix humaine d'autres sons moins utiles ou plus menaçants car pour  nos ancêtres, cela pouvait être une question de survie.
    Les systemes cérébraux qui opèrent cette distinction analysent les fréquences :ils repèrent la signature harmonique des sons. lis connaissent parfaitement la composition et les rapports des harmoniques de la voix humaine.         Ainsi, nous avons en nous une réceptivité innée pour ces rapports de fréquences, que les compositeurs utilisent consciemment ou non, sans doute parce qu’ils ressentent la même chose et probablement de façon encore plus sensible.

    Comment la musique fait-elle naitre la nostalgie ou I'allégresse ? Souvent, les partitions des maitres contiennent des accords majeurs qui évoquent la joie et le bonheur, et des accords mineurs inspirant la tristesse.
    Ces derniers comportent des notes dont les harmoniques correspondantes sont les moins intenses des neuf répertoriées. Ainsi, en inscrivant ces notes sur sa partition,le compositeur crée des sons « moins humains », auxquels manquent des composantes essentielles de la voix.
    Au contraire, lorsqu'iI revient au mode majeur, I'auditeur se trouve rassuré par cet environnement familier. De célèbres compositeurs ont usé de cet artifice : Bach concluait très souvent de longs passages mineurs par un accord majeur. En voulant exprimer la gloire divine, il faisait vibrer la corde « humaine ».
    J’aime la musique classique, mais je n’ai malheureusement pas appris à jouer d’un instrument parce trop jeune, je n’ai pas voulu accepter l’effort du solfège.
    Parmi mes correspondantes, il y a une musicologue et je serais heureux de savoir ce qu’elle pense de cette question.

Nota : Pour celles qui ont oublié leur cours de physique, je rappelle ce que sont les harmoniques.
    Je prends pour exemple le la3 fondamental qui correspond à 440 hertz (vibrations par seconde)
    Les harmoniques du la3 correspondent à des sons ayant des fréquences multiples de cette note, (et donc sons plus aigus) soit :
        hf2  :    880 Hz
        hf3  :   1320 Hz
        hf4  :   1760 Hz  etc....
    Quand vous faites jouer un la à votre instrument, celui ci produit en réalité un son complexe qui n’est pas la simple sinusoïde à 440 hz, mais une addition de cette sonorité et d’une certaine proportion moindre des autres harmoniques
`    Cette sonorité résultante s’appelle le “timbre” de l’instrument.
    Quand vous prenez un piano, un violon, un alto, un violoncelle, un hautbois, un flute, un basson.... les proportions de ces harmoniques ne sont pas les mêmes et pour un même la, les instruments ont un timbre différents et votre oreille et votre cerveau peuvent les différencier.
    Mais comme ce sont les mêmes notes et les mêmes harmoniques, le son global de ces isntruments jouant ensemble, reste harmonieux et agréable à l’oreille.
    Quand deux instruments jouent en même temps des notes différentes, cela n’est agréable que si les deux notes comportent les mêmes harmoniques (à peu de chose près.
    Le tableau ci dessous emprunté à Wikipédia, compare les 12 premières harmoniques d’un do très grave  et donne les correspondances de la note la plus proche et l’écart en % d’un demi ton.
    On voit sur ce tableau qu’avec un do, on peut utiliser harmonieusement un mi (tierce) ou un sol (quinte) ou le do de l’octave supérieure. Les harmoniques 7 et 11 ne sont pas utilisées en musique occidentale.


http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/harmoniques.jpg

Lundi 15 novembre 2010 à 8:03

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/pluie.jpg

    Je suis rentré de Bretagne un jour avant celui prévu !
    Je n’avais jamais vu là bas un temps pareil en bord de mer : quatre jours ininterrompus de pluie et de vent violent; même si ce n’était pas la grosse tempête, je n’en ai jamais vu d’aussi longue en 70 ans.
    Alors à part bricoler un peu dans la maison, faire les courses (faut bien manger !), entretenir le feu dans la cheminée et regarder la télé, pas grand chose à faire, pas moyen de travailler dans le jardin. J'avais pourtant des buissons à couper, ils attendront le printemps !
    J’ai juste profité d’une petite accalmie pour enlever les tonnes d’aiguilles de pins des gouttières, et en haut d’une échelle, en ciré à capuche, ce n’est pas la joie.
    Quant au retour, 5 heures de voiture sous la pluie.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/8vKH4.jpg

    Je suis juste rentré pour apprendre que François Fillon gardait Sarkozy comme Président !
    Bof, je préfère encore Fillon à Borloo.

    Borloo me paraît bien prétentieux et content de lui alors que son bilan écologique est vraiment mauvais quant à ses choix (enfin si ce sont les siens et pas ceux du président ?).
    La taxe carbone , un impôt de plus, sans grande utilité au plan écologique.
    Les éoliennes, des tonnes de ferraille et de béton très coûteuses qui produisent un peu d’électricité quand il y a du vent et qu’on ne sait pas stocker. Par contre très juteuses financièrement pour les propriétaires des terrains et c'est nous qui payons.
    Les aides aux panneaux photovoltaïque, pour faire rembourser à un prix prohibitif, l’électricité produite, aux personnes aisées qui ont pu faire cet investissement très onéreux, alors qu’il vaudrait mieux consacrer ces crédits à la recherche de panneaux de nouvelle génération, moins chers et d’un meilleur rendement, qui puissent être mis sur beaucoup d'habitations à des prix raisonnables.
    Les normes d’isolation sur les logements anciens : irréalisables sauf à des coûts pharamineux et sans voir que cela nécessiterait des modifications de ventilation et de chauffage impossibles dans la plupart des immeubles actuels.
    Les études sur les logements neufs sans consommation, certes intéressantes au plan des principes, mais ce n’est pas cela qui réduira beaucoup notre consommation, car il faut 100 ans en France pour renouveler tout le parc d’habitations.
    Ce qu’il faudrait subventionner comme études : des techniques d’isolation autres et bons marché pour des immeubles anciens, des systèmes de ventilation efficaces mais beaucoup moins sophistiqués et des chauffages électriques d’un bon rendement, avec des régulations efficaces et évidemment une production électrique bas coût sans production de CO2 et donc seule possibilité : le nucléaire.
    Donc des études pour éliminer les déchets à vie longue, ce qui est possible dans des réacteurs à neutrons rapides.
    D’autres techniques encore plus prometteuses pourraient être mises au point si on voulait bien vraiment encourager la recherche en France. (réacteurs utilisant d'autres combustibles que l'uranium)
    Et surtout regarder la pollution engendrée par les usines chimiques qui se débarrassent de leurs déchets n’importe comment et dont le volume et le danger sont des centaines de milliers de fois supérieurs à celui des déchets nucléaires.
    Seulement on touche là à des lobbies influents qui ont beaucoup d’argent !
   
    Finalement nous avons toujours Fillon, mais à la tête d'un gouvernement peu remanié, avec quelques repris de justesse,  mais encore plus de droite, loin des préoccupations sociales et de la lutte contre le chômage et inféodé aux puissances financières, qui recule l'âge de la retraite mais ne se préoccupe pas de l'emploi des jeunes et des séniors qui est cependant lié, ni de la poursuite des emplois pénibles quand on est âgé.
    Mais surtout j’ai regardé avec pitié le remue-ménage et le panier de crabes de tous ces messieurs pour obtenir un portefeuille de ministre et les savants calculs électoraux du président dans ses choix.
    Je croyais que les ministres étaient là pour servir la France, mais là ce n'est qu'une équipe électorale pour 2012 !!

Dimanche 14 novembre 2010 à 8:12

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/ajoutsoja300x290.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/grainsdesoja940x705.jpg










Certaines de mes correspondantes mangent du soja sous diverses formes : pousses de soja !notamment les végétariennes car ce sont des protéines), ou du lait de soja (parce que c’est bon pour la santé, écologique et diététique ! ) .
    Est ce si bon que cela ?


    Il faut savoir que des études ont montré que les organismes asiatiques étaient habitués à digérer du soja et notamment le lait de soja. Leur système digestif contient des diastases qui permettent de l’assimiler, alors qu’au contraire ils ont du mal à le faire pour du lait de vache.
    Les occidentaux ont un système digestif différent adapté à la digestion du lait de vache, mais qui ne métabolise pas aussi bien la légumineuse soja, notamment sous forme de lait
    Et paradoxalement la consommation des occidentaux en matière de soja est parfois supérieure à celle des asiatiques.

    La mode est actuellement à la consommation de soja, mais les scientifiques ne savent pas bien les conséquences de consommations importantes de cette légumineuse, surtout en occident où elle est insuffisamment métabolisée par nos organismes.

    Il semble que le soja ait des qualités, mais que sa consommation présente aussi des risques. Je résume ci après un article paru dans le journal “Elle” :

     L’autorité sanitaire américaine, a reconnu qu une consommation régulière de soja aidait à diminuer le mauvais cholestérol et les triglycérides dans le sang.
     Il semble être antioxydant. La graine de soja contient de la vitamine E et des flavonoïdes, qui freinent le vieillissement cellulaire.    
    Il soulage certains effets de la rnénopouse (fatigue, troubles de l'humeur) et est donc à la mode chez les cinquantenaires féminines. Le soja améliorerait la forme physique, psychologique et sexuelle des femmes ménopausées selon une étude de 2009 dans le « Journal of  Endocrinology Investisment ».    
    Le soja contient 36 % de protéines, comparables aux protéines animales, mais très peu de mauvaises graisses. On y trouve aussi des vitamines A, B, E et K, ainsi que des minéraux (fer, calcium) .

    Mais ces qualités sont souvent surévaluées et il serait moins efficace qu'on ne le pensait... voire nocif.

    Sur les bouffées de chaleur. Quatre études ont montré que le soja n'était pas plus efficace qu'un placebo.
    Il était réputé pour prévenir l'ostéoporose et renforcer les os.  En 2009, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a conclu, au contraire, qu'il n'y avait aucun rapport entre la consommation de soja et le maintien de la densité osseuse.
    Les flavonoïdes de soja, les isoflavones, sont des phyto-estrogènes qui agissent sur l'organisme comme un surplus d'œstrogènes. Les scientifiques conseillent de ne pas trop en abuser.
    L'Agence francaise de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) recommande de ne pas surexposer les enfants aux phytoestrogènes, qui peuvent accélérer ou entraver leur développement sexuel.. Les femmes enceintes doivent être prudentes.
    Certaines études montrent que le soja limite le développement des cellules cancéreuses du sein, mais d'autres prouvent qu'il les favorise. Ce qui est certain, c'est qu'il ne faut pas en consommer trop si on a des antécédents familiaux de cancer du sein, notamment les compléments alimentaires, plus concentrés.
    Une étude parue en 2006 dans « Gynécologie obstétrique & fertilité » a confirmé que les œstrogènes végétaux ou chimiques étaient responsables de certains cancers des testicules, de malformations génitales et d'une baisse de la qualité du sperme des hommes.
    - Une étude de 2002, dans la revue « Environmental Health Perspectives », a montré que le soja aggraverait les problèrnes thyroïdiens.

    Alors il vaut mieux consommer du soja avec précaution.
    L'Agence francaise de sécurité sanitaire des aliments recommande de ne pas consommer par jour plus d’un milligramme par kilo de poids de l’individu d’isoflavones, avec un maximum de 60 mg.


    A titre d’information,
        - un verre de lait de soja de 100 ml = 10 mg d’isoflavones.
        - Yaourts de 100 g = 25 mg d’isoflavones.
        - 100g de haricots de soja = 20 mg d’isoflavones.


Nota : Finalement il a tellement plu en Bretagne que je suis rentré un jour plus tôt lol
J'avais programmé un article sur la course du Rhum le 11 novembre et pour une raison que j'ignore une grande partie de cet article n'a pas été publiée.

A mon retour je l'ai publié intégralement. Vous pouvez donc le lire à cette date

Nota 2 : Je souhaiterais correspondre avec Riru qui a mis un commentaire sur mon blog, mais ne m'a pas laissé l'adresse de son blog à elle. Est ce Shiriru ? Comment puis je la joindre ? Elle connaît DTN.

Samedi 13 novembre 2010 à 8:28

Chats

Aujourd'hui quelques images de chats et de chiens, envoyées par une de mes correspondantes et qui m'ont donné envie de caresser ces mignones petites bêtes :

http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/lAncien25.jpg











Petit chien songeur. A quoi pense t'il ?













http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/lAncien26.jpg







Bébé chat va t'il s'aventurer hors du panier ?



http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/lAncien12.jpg













Un peu de toilette avant de partir.





http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/lAncien16.jpg













Et ce petit chien paraît bien goguenard. De qui se moque t'il ?





http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/chatgrenouille.jpg
















Enfin cette photo de chat que j'aurais dû publier pour Halloween  Pauvre bête !











Vendredi 12 novembre 2010 à 7:45

Relations avec nos parents, famille

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/Ledivorcepourtous.jpg


    Je ne sais pas si vous avez vu cela à la télé ?

    Tout le monde connaît le salon de l’auto ou de de l’agriculture.
On connaissait un peu le salon des mariages, mais j’ai appris que maintenant il y a aussi le “salon des divorces” à l’Espace Champerret à Paris.
    Il est certain que dès qu’il y a du fric à gagner, que ne ferait on pas !
    Les divorces sont évidemment beaucoup plus fréquents.
    Quand je me suis marié en 1954, les statistiques comptaient 5 à 6% de divorces. Certes certains couples ne s’entendaient guère mais en général, ils se supportaient jusqu’à ce que les enfants soient élevés de telle sorte qu’ils ne souffrent pas trop de la séparation.
    En 1970 la proportion avait augmentée et était de 10% environ. Aujourd’hui elle est de 50% des mariages qui sont célébrés. Et bien entendu mes séparation de couples d’union libre ne sont pas comptés.
    Les enfants qui vivent dans des familles recomposées sont nombreux et c’est le cas de beaucoup de mes correspondant(e)s.
    Ces divorces se passent parfois bien, parfois au contraire font beaucoup souffrir parents et enfants quand les protagonistes s’affrontent et qu’ils prennet leurs enfant comme arbitres ou en otages.
    Je n’essaierai pas de rechercher les causes de ce phénomène : c’est une évolution de la société qu’il faut accepter.
    Personnellement je trouve qu’il vaut mieux se séparer quand on ne s’entend pas et qu’il n’y a pas d’enfant, et le faire dans le meilleur climat possible.
    Par contre les souffrances que je constate me font penser que les parents qui se disputent et pensent à divorcer ne font pas assez attention aux répercutions sur leurs enfants.
    Celles-ci peuvent être minimes, comme graves et il ne faut pas les ignorer, car j’ai constaté souvent des catastrophes dans ce domaine;

    Je voulais parler du salon du divorce. J’avoue que j’étais habitué à ce que les gens célèbre leur matiage par une fête où ils invitaient leurs amis mais je n’ai encore jamais assisté à la fête pour un divorce !
    Mais pourquoi pas après tout, cela vaut mieux que de s’engueuler !
    Ce que j’apprécie moins c’est le mercantilisme vu à la télévision autour de ces événements et du salon  intitulé “salon du divorce, de la séparation et du veuvage : nouveau départ”
    Si j’ai bien compris on peut même faire une fête pour se réjouir d’être débarrassé de son conjoint : je suis vieux jeu et cela me choque un peu !!
    Voilà des propos de personnes du salon :
    “ Il faut se prendre en main rapidement (car cela ne sert à rien de s’éterniser dans la douleur) et les « nouveaux (ou futurs) célibataires » trouveront sur place une soixantaine d’exposants : juristes (pour que la procédure se passe vite fait bien fait), médiateurs (pour éviter de se trucider devant les enfants), détectives privés (si s’en ai encore au stade mensonges et disputes), agences immobilières (pour changer de décor) et architectes d’intérieur (pour s’y sentir bien), psychologues et médecins (pour aider à digérer l’événement), tours opérateurs (pour tirer un trait et se changer les idées, voire songer à la prochaine lune de miel pour les pressés de se « recaser »), ainsi que coachs, clubs de remise en forme et instituts de beauté pour se refaire une jeunesse et aller de l’avant….”
    Il y avait aussi quelques exemples de tarifs et ce n’était pas donné, pour prendre tout en main et vous permettre de “repartir sur de nouvelles bases”.

    Comme il y avait des “coach de mariage” il y a maintenant des “coachs de divorce” et j’ai même appris dans ce reportage télévisé qu’il y avait des “coach d’amour”. Je me demande bien ce qu’ils peuvent apprendre aux participants.
    Je sais que dans ces périodes difficiles on a besoin d’aide et trouver des adresses de conseillers et de gens qui peuvent vous aider est utile et rassurant.
    Ce qui m’ennuie c’est le mélange entre gens sérieux et charlatans qui proposent leurs services et le caractère très prononcé et affiché aux yeux de tous, d’institution pour riches, alors que les pauvres qui divorcent ont sûrement autant de souffrance;
   
    Et je terminerai par cette remarque du sociologue Jean-Claude Kaufmann, auteur du livre “ L'Étrange Histoire de l'amour heureux” :
« Il y a quarante ans, le divorce était considéré comme une anomalie, un cataclysme. Aujourd'hui, même si cela reste un drame intime, il fait partie du paysage. L'objectif du mariage n'est plus de durer. C'est la qualité du lien qui compte. L'idée d'un “bon divorce” émerge depuis plusieurs années, indique Jean-Claude Kaufmann. On essaye de se séparer de la manière la moins destructrice possible pour préserver les enfants et le couple parental. Bien entendu, il n'est pas toujours aisé de dépasser la logique de guerre mais l'organisation d'un Salon du divorce est un indicateur de cette évolution en cours."

Jeudi 11 novembre 2010 à 7:30

http://lancien.cowblog.fr/images/images/47344LeGroupama3deCammasnirapasplusloin.jpgJ'avais programmé la parution de cet article, mais il n'a été publié qu'en partie. Je le publie à nouveau


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/departsables.jpg   Le vainqueur du Vent des Globes Franck Cammas est arrivé et tous les concurrents trimarans et monocoques, vont peu à peu terminer la course.


    J’ai eu l’occasion de voir, à la Trinité sur Mer qui est près de Carnac, les grands t trimarans de cette course, et quelques uns des monocoques..
    Pour moi, qui ai fait un peu de navigation de plaisance, ce sont des bateaux extraordinaires, qui m’impressionnent car je n’aurais pas assez de compétences pour mener de telles machines, (pas plus que pour conduire une voiture de formule 1), et bien que j’ai eu l’occasion d’essuyer quelques grosses mers, je pense que face aux tempêtes qu’ils osent affronter, j’aurais peur, car quand la mer est déechaînée, on a un grand sentiment d’impuissance et d’être un jouet du vent et des flots.

    Mais savez vous que vous pouvez affronter ces mauvais temps sans peur et sans risque, de la même façon que vous pouvez conduire une formule 1 dans un jeu vidéo ou piloter un  avion de ligne dans un simulateur de vol. ?
    Certes vous aurez peut être un accident ou ferez naufrage, maisvirtuellement, ce sera sans suite dommageable.
    Une société informatique a inventé un jeu, intitulé “Vendée globes”, et vous pouvez y choisir un bateau pour la course aux cotés des vrais skippers.
    Vous recevra les mêmes bulletins météo, les conseils de votre équipe à terre, les mesures de vos instruments de bord, et c’est à vous de prendre vos décison qu”nt à votre route et à votre voilure.
    Vous pouvez aussi dormir ou rester éveillé et certains de ces joueurs maritimes ont passé huit jours sans pratiquement dormir commeles vrais navigateurs de la course. (sans doute n’avaient ils pas d’autre travail à faire !).
    Certains tiennet à jour un journal de bord.
    La télé a indiqué qu’il y avait 250 000 joueurs, une bonne affaire pour la société puisque l’inscriprion au jeu est payante.
    Il y a des récompenses pour les vainqueurs et cela attire les passionnés!
    Et pour faire plus vrai il y a mmême une bande sonore qui simule le bruit du vent et des vagues. Mais vous n’aurez pas les chocs de la mer dans les coques !

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/VirtualRegattaDepassementBastien.png

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast