http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/21portable.jpg

    Les textos ne sont pas sans danger : une femme voulant composer un message en conduisant à 170 kilomètres à l'heure sur l'autoroute, a causé la mort de deux personnes.!
    Le portable est devenu presque indispensable et les adolescents n'en possédant pas se sentent exclus.
    Je connais beaucoup d’adultes qui, ayant un téléphone fixe, n’ont pas de portable, mais, parmi mes correspondant(e)s, bien peu n’ont pas de tels engins.
     Pourquoi les jeunes sont-ils aussi « dépendants » de leurs portables ?    

    Selon Olivier Coppin, qui étudie le comportement des jeunes à l'Institut des études sociales de Genève, le texto procure le sentiment d'une relation instantanée avec ses amis et permet de transgresser les interdits parentaux : les jeunes mentent souvent sur le lieu où ils se trouvent et sur les personnes qu'ils fréquentent.
     Les adolescents, habitués à envoyer et recevoir des messages à toute heure du jour et de la nuit, ont peur de ne plus exister pour autrui si leur téléphone est éteint.

     Une étude scientifique récemment publiée dans la revue "journal of Sleep Research", montre que les textos perturbent le sommeil des enfants et des adolescents.
    Jan van den Bulck,à l'Université de Louvain en Belgique, a recensé les troubles du sommeil chez 2 500 adolescents d'âges compris entre 13 et 16 ans, qui laissent leur portable allumé pendant la nuit, craignant de rater un message. Il a constaté que 2% des enfants sont réveillés par des textos chaque nuit, que 6% sont réveillés plusieurs fois par semaine, et 20% au moins deux fois par mois.
    Il a comparé ces jeunes à d’autres adolescents ne pouvant pas communiquer par des textos. Il leur a demandé de décrire leur fatigue au réveil, à l'école, après une journée de classe et juste après le week-end.   
    Le degré de fatigue est proportionnel à la fréquence des réveils par textos en pleine nuit. Cela n’a rien d’étonnant, l’effet réparateur du sommeil étant interrompu par ces messages nocturnes.
    Les téléphones portables diminuent les capacités d'attention, et les chiffres indiquent que leurs effets néfastes sont plus importants que ceux de la télévision, laquelle retarde l'heure du coucher, mais n'interrompt pas le sommeil.


    Je crains que internet avec ses relations sur MSN ou Facebook ait aussi un effet intermédiaire entre le télévision et le téléphone, car les conversations se poursuivent tard dans la nuit.
    Les moyens multimédias ont des propriétés assez extraordinaires, mais comme toutes les avancées technologiques, ont aussi leurs inconvénients.
    Un emploi modéré a bien des avantages, mais l’utilisation excessive comme dans presque tous les domaines, est dommageable.

     Les sociologues parlent de « dépendance sans drogue ».
    Paradoxalement certains psychiatres pensent que cette dépendance peut empêcher les adolescents de ressentir certaines phases de tristesse ou de petites dépressions, qu'ils doivent affronter pour devenir adultes