Samedi 12 mars 2011 à 8:02

Paysages

Pour en finir avec les topiaires, quelques unes assez originales : des têtes, un ours et .... la tour Eiffel.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/tete2.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/tete1.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/bonze.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/bouddha.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/ours.jpg






http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/toureiffel.jpg

Vendredi 11 mars 2011 à 8:17

Inné et acquis

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/seduction.jpg

    Une étude d’un chercheur de l’université de Binghampton en Grande-Bretagne , J Garcia, est récemment paru dans Plos ONE, sur le lien entre un gène codant un récepteur de la dopamine dans le cerveau et l’infidélité ou la fidélité conjugale.
    J’avoue avoir été surpris par le titre et je suis donc allé lire l’article.
   
    Je vous ai souvent parlé des centres d’apprentissage et de récompense du cerveau, dont les neurones utilisent la dopamine comme neurotransmetteur.
    Chaque fois que nous accomplissons une action qui nous semble bénéfique ou nous donne du plaisir, des récepteurs de dopamine nous donnent une impression de satisfaction.
    Or ces récepteurs sont sous l’influence d’un gêne dont il existe deux formes différentes allèles (qui occupent le même emplacement dans l’ADN, mais diffèrent par quelques nucléotypes - les séquences de bases puriques), l'une longue et l'autre courte.

    Les chercheurs ont recueilli des données en questionnant 63 hommes et 118 femmes sur leur vie sexuelle, ainsi que des échantillons de leur ADN.
    Ils ont établi que les détenteurs de la variante longue du gène sont deux fois plus nombreux à avoir eu des expériences sexuelles courtese (relation d'une nuit] que les porteurs de la variante courte.
    Cela voudrait il dire qu'il existe des tempéraments fidèles et d'autres infidèles et que nous sommes programmés pour la fidélité conjugale ou pour la tromperie ?
    Il y aurait donc des constituants biologiques du penchant fidèle ou infidèle et ces gènes constitueraient une prédisposition à partir de laquelle peuvent s'exercer le choix de l'individu et l'influence de la société.

    En fait le comportement sexuel humain est très variable à l'intérieur et entre les populations et on peut donc chercher à vérifier l’influence de cette différence génétique par rapport aux dispositions légales ou morales réprimant ou tolérant l'infidélité dont les sociétés se dotent et qui peubent aussi jouer le rôle d'un filtre de sélection génétique.
    On peut faire l’hypothèse que, dans les sociétés qui tolèrent l'infidélité, la variante longue du gène se propage plus facilement, car ses porteurs trouvent des partenaires et se reproduisent ; et que, dans les sociétés réprimant l'infidélité, c'est la variante courte qui est  au contraire sélectionnée et devrait être plus répandue.
    C'est ce qui est observé, d'une part, chez les Indiens Yanomamô d'Amérique du Sud qui tolèrent la promiscuité sexuelle et où s'observe une majorité de variantes longues et, d'autre part, chez les Kung d'Afrique du Sud où la tromperie est découragée, et où la variante courte est majoritaire.

    Où est la cause, et où est l'effet ?
    La donnée biologique génétique rétroagit probablement sur les lois sociales, si bien que les influences réciproques entre gènes et société ne peuvent plus vraiment être séparées.
    La morale est donc sauve, puisqu’elle garde une certaine influence et ne cherchez donc pas, vis à vis de votre partenaire, une excuse génétique à vos éventuelles turpitudes lol

Jeudi 10 mars 2011 à 7:54

Notre cerveau : intelligence; langage

http://lancien.cowblog.fr/images/images/5579761portraitd39unejeunefemmefaisantdesgestesaveclesmainssurlefondblanclavitesseconcept.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/4539315businessmanuneidegestesaveclesmainssurblanc.jpg





















    Dans mes article du 15/12/2007, du  27/2/2009 et du 23 décembre 2010, je vous ai parlé du thalamus, dont les neurones battaient la mesure à 40 Hz et coordonnaient nos sensations quand nous étions éveillés et  n’oscillaient plus qu’à environ 4 Hz quand nous dormions d’un sommeil profond, pour remonter un pau au dessus de 30Hz pendant le sommeil paradoxal et le rêves.
    Voici un autre exemple de l’activité “cadencée” des neurones cette fois ci dans le domaine de la parole et de nos gestes qui l’accompagnent

    Des neurobiologistes de l'INSERM et de l'École normale supérieure rue d’ULM, à Paris, Benjamin Morillon, Anne- Lise Giraud et leurs collègues, ont fait observer des films de personnes en train de parler, à leurs sujets en expérience,pendant que leur activité cérébrale était mesurée au moyen de  l'électro-encéphalogramme et l'imagerie cérébrale fonctionnelle (IRMf), ce qui permet d'observer à la fois les zones du cerveau actives et le rythme de l'activité électrique des neurones.
    Ils ont ainsi observé les différences entre l'activité du cerveau au repos et quand on entend quelqu'un parler.

    En l'absence de langage, le cerveau présente une activité asymétrique : le cortex auditif (la zone de perception des sons) de l'hémisphère gauche est le siège d'oscillations électriques rapides de l'ordre de 40 hertz, correspondant à la fréquence des sons élémentaires du langage, les phonèmes. Le cortex auditif droit est alors parcouru d'oscillations lentes de l'ordre de 4 hertz, soit à peu près le rythme des unités du langage correspondant aux syllabes.
    Cette différence d'activité résulterait d'une plus grande concentration dans le cortex auditif gauche, de « grandes cellules pyramidales », neurones qui auraient la propriété de décharger à la fréquence de 40 hertz.

    Lorsque les sujets entendent quelqu'un parler, des changements interviennent : le cortex auditif gauche commence à émettre lui aussi à une fréquence de 4 hertz (au lieu de 40 hertz), tout en continuant aussi à osciller à 40 hertz,
    Ce changement démontre un phénomène d'intégration du langage: le cerveau regroupe des phonèmes (environ 40 hertz] en syllabes (environ 4 hertz).
    Le langage est alors analysé et l'activité oscillatoire asymétrique s'étend aux zones environnantes, dont les aires du langage (aires de Broca et de Wernickel; voir les articles sur le langage).

    Par ailleurs, les neurobiologistes ont observé que l'activité au repos de la zone corticale commandant les mouvements des mains est égale à 4 hertz,  la fréquence oscillatoire lente du langage.
    Les oscillations dans le cortex auditif  seraient elles synchronisées avec celles du cortex moteur commandant les mouvements des mains.?
    D'après A.-L. Giraud, les mouvements de la main selon un rythme syllabique aident le cortex auditif à se mettre sur la longueur d'onde du langage. Les gestes des mains et les fonctions cérébrales associées au langage auraient évolué simultanément chez les hommes préhistoriques.
    La gestuelle met de la vie dans le langage, apporte du rythme, du mordant, de l'énergie.  Une telle synchronisation neuronale favoriserait l'analyse syllabique du langage et
personnes qui parlent avec les mains sont souvent plus faciles à comprendre parce que leurs gestes les conduisent à adopter un rythme syllabique voisin de 4 hertz, qui est plus facilement analysé    par le cerveau des auditeurs.
    Alors n’hésitez pas à parler avec vos mains. !!
    Mais ne faites pas comme ce prêtre italien qui conduisait une voiture sur les routes tortueuses des Apennins, suffisamment vite pour que je le suive pendant de nombreux kilomètres, et qui parlait à son voisin de l’autre siège, lâchant souvent son volant pour faire des gestes plus démonstratifs des deux mains.
    J’en étais presque angoissé, alors que j’aurais dû penser qu’il était protégé par le Seigneur !!

Mercredi 9 mars 2011 à 8:16

Photos, photos comiques

Après la laborieuse lecture des énnéatypes, je vous convie à contempler des photos de perspectives parfois comiques, trouvées sur internet :

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/centaure.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/fleur.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques1/baiser.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/cheval.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/kine.jpg

Mardi 8 mars 2011 à 8:22

Notre personnalité

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/eneagperso.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/ennetype7.jpg








Ennéatype 7 : Optimiste idéaliste “Je suis optimiste, je suis heureux”

    Ce type  a pour orientation la joie et l’optimiser, et préfère le centre mental vers l’intérieur. L’intempérance est son défaut et la tempérance, la vertu qu’il recherche.


    La personne de ce type, optimiste, cherche à planifier sa vie de manière plaisante à rester dans la joie et éviter la souffrance. Elle cherche plutôt le plaisir immédiat et à tout prix et s'arrange pour avoir en permanence les choix le plus ouverts possible.Dès qu'une option devient un tant soit peu déplaisante, elle peut l'abandonner pour une autre, et,  si quelque chose lui plaît, elle a tendance à en consommer sans modération. Sa passion, l'intempérance ou la gloutonnerie) concerne toute source de plaisir et pas seulement la nourriture ou la boisson.
    Elle a du mal à prendre des décisions, car décider c'est choisir et choisir c'est renoncer. Quand elle agit, c'est vite et avec beaucoup d'énergie, du moins tant que l'activité l'intéresse et l'amuse. Dans le cas contraire, elle freine et découvre ailleurs des activités plus plaisantes qu'elle estime soudain plus prioritaires.
    Elle a d'excellentes capacités de synthèse, de créativité et de planification, mais réaliser ses plans n'est pas sa principale préoccupation et elle adore mener plusieurs activités de front.
    La personne de ce type va au devant des autres et cherche à leur plaire par la gaieté, l'humour et par ses idées et ses plans plaisants et peut ainsi paraître chaleureuse, mais est beaucoup moins impliquée émotionnellement dans la relation qu'il n'y paraît.             Quand surviennent des émotions négatives elle a tendance à s'échapper. Cette difficulté à s'impliquer joue aussi dans ses relations intimes ; si elle la surmonte, elle est alorsun partenaire loyal.
    Elle supporte mal les contraintes, les règles et les procédures, sans pour autant s'y opposer ouvertement.
    Quand elle va bien, elle n'a plus besoin de fuir la souffrance pour être optimiste et devient capable de l'accepter quand elle est utile et/ou inévitable et s’efforce de découvrir la tempérance.


http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/ennetype8.jpg    Ennéatype 8 : Leader justicier “Je suis fort, je suis juste”

    Ce type  a pour orientation la puissance et le courage, et préfère le centre instinctif vers  l'extérieur. L’excès est son défaut et la simplicité, la vertu qu’il recherche.


    La personne de ce type veut avoir un impact sur le monde extérieur, et y consacre une énergie physique considérable. Elle considère que la vie est un combat et se bat pour la justice. Sa compulsion la pousse à éviter toute marque de faiblesse et elle a tendance à ce que la justice soit “sa” justice. Elle veut contrôler tous les détails du monde qui l'entoure. Dès que quelque chose lui échappe,elle en ressent une frustration insupportable à laquelle elle réagit par la colère.Elle cherche le pouvoir et est même prêt à utiliser les points faibles des autres pour y parvenir.
    La personne de ce type décide vite et agit de même. C'est une personne déterminée qui surmonte les obstacles. Elle croit à la nécessité d'un pouvoir fort, et peut et aime l'exercer. Elle sait reconnaître les véritables détenteurs du pouvoir, les respecte s'ils sont forts et sinon cherche à les remplacer. Elle édicte les règles et les transgresse quand elles ne le servent plus.
    Elle planifie et organise bien, mais les idées ne l'intéressent que si elles sont au service de l'action. Elle parle franchement et sait facilement dire "Non !" sans chercher à se justifier et a beaucoup de force de conviction. Elle est directe et a tendance à penser en termes manichéens (blanc ou noir, mais pas gris), notamment sur le plan relationnel car elle veut et obtient que les gens se positionnent avec ou contre lui. Si on est avec lui, elle protège ; sinon, il attaque et/ou se venge.
    Pour s'engager dans une relation, la personne de ce type a souvent besoin d'une longue phase pendant laquelle elle teste la personne concernée pour savoir si elle peut lui faire confiance et si elle réussit à en être convaincue, baisse la garde et devient alors très possessive et protège l'autre comme ellei-même.
    Quand elle va bien,elle admet sa vulnérabilité.met alors sa force au service de vraies causes et accepte les autres.


http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/enneatype9.jpg    Ennéatype 9 : Médiateur “Je suis bien, calme et facile à vivre”

    Ce type  a pour orientation la capacité d’acceptation et de soutien et préfère le centre instinctif vers l’intérieur et l'extérieur. La paresse est son défaut et l’activité, la vertu qu’il recherche.


    La personne de ce type  recherche la paix et l'harmonie. C'est un conciliateur habile, sa compulsion étant d'éviter les conflits.
    Elle réfléchit longtemps avant de prendre une décision. Il écoute toutes les opinions des gens concernés.   
    Elle évite les décisions et les actions qui pourraient provoquer le désaccord de ceux qui auraient préféré qu'elle fasse autre chose, et se réfugie dans la routine et dans des activités secondaires, ou remet les tâches au lendemain. Sa paresse est une paresse de soi. Ne pas se connaître, ne pas être conscient de ses besoins, de ses désirs et de ses qualités, cela permet de ne pas s'imposer et de ne pas provoquer de conflits.
    Le centre instinctif est paralysé par la recherche d'équilibre entre utilisation intérieure et extérieure, et la personne de ce type  a du mal à passer à l'action sans une impulsion extérieure., mais elle peut agir et travailler beaucoup, afin d'être bien intégré socialement.
    Elle ne veut pas affronter les conflits qu'impliquerait la marginalité et se montre alors compétente et professionnelle, avec malgré tout une difficulté à distinguer ce qui est important de ce qui ne l'est pas vraiment.
    Ayant l'instinctif pour centre préféré, elle sait très bien ce qu'elle ne veut pas faire ou vivre. Comme sa compulsion ne lui permet guère de dire "Non !", il manifeste son opposition par une gigantesque force d'inertie, et il n'y a rien de plus difficile à la faire bouger si elle ne le veut pas. Parfois cependant, elle réagit par une violente et brève colère qui l'effraye presque autant que son entourage.
    La personne de ce type est une compagne  agréable qui comprend les autres et les accepte sans les juger, sait  écouter, est confortable et apaisante. C'est un médiateur né, tant que les conflits ne sont pas trop violents ou ne s'éternisent pas.
    Elle attache énormément d'importance aux relations intimes et est alors très fusionnelle, peu exigeante et connaît l'autre mieux qu'il ne se connaît lui même. Les désirs de l'autre la poussent à l'action.
    Quand elle va bien, elle se découvreelle-même et toujours aussi tolérante, prend le risque d'utiliser sa force et se lance dans l'activité.

Lundi 7 mars 2011 à 7:54

Notre personnalité

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/enneatype4.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/eneagperso.jpg










Ennéatype 4 : Romantique individualiste “Je suis différent, je suis sensible”

    Ce type  a pour orientation le sens du beau, et préfère le centre émotionnel vers l’intérieur. L’envie est son défaut et le contentement, la vertu qu’il recherche.

   
    La personne de ce type est sensible et attachée à vivre des émotions intenses et authentiques et manifeste une volonté, pas toujours consciente, d'être différente.
    Sa compulsion est d'éviter la banalité et son désir d'être unique la rend artificielle et lui fait percevoir ce que les autres ont et qu'elle n'a pas.
    Elle a tendance à passer d'une émotion à une autre très rapidement. L'émotion la plus fréquente est une sorte de mélancolie à laquelle elle trouve une valeur esthétique. Elle aimerait faire comprendre ce qu'elle ressent, mais a l'impression que c'est une tâche insurmontable et elle peut avoir une communication hésitante, ou symbolique, ou encore répéter longuement dans sa tête ce qu'elle voudrait dire.
    La personne de ce type est perçue par les autres comme ayant du charme, mais beaucoup la trouvent un peu affectée ou hautaine, bien qu’elle ait une excellente qualité d'écoute. Bonne confidente pleine de compassion. elle accorde énormément d'importance aux relations intimes. Elle attend, parfois toute sa vie, l'âme sœur. Avec ses proches, elle a tendance à voir leurs défauts quand ils sont là, et leurs qualités quand ils sont loinetpeut alternativement les attirer et les repousser.
    La personne de ce type a une imagination vive trouve plus important etsupporte mal la banalité du quotidien. Souvent, elle agit peu, à moins que le travail à faire utilise son originalité et sa créativité, maisa souvent du mal à aller au bout de ses projets.
    Quand tout va bien,elle découvre  l'harmonie et le contentementet ce qu'il y a de beau dans le quotidien et essaie de le faire partager aux autres.


http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/enneatype5.jpg    Ennéatype 5 : Observateur “Je sais, je comprends”

    Ce type  a pour orientation la capacité à réaliser et à réussir, et préfère le centre mental vers l'extérieur. L’avarice est son défaut et le désintéressement, la vertu qu’il recherche.

    La personne de ce type veut omprendre le monde qui l'entoure et son souci est d'éviter le vide intérieur. Pour cela, elle cherche à absorber le plus d'informations possible et à l'inverse à en donner le moins possible. Le défaut du type est l'avarice, avarice d'informations bien sûr, mais surtout avarice de soi et de son temps.
    Elle vit détachée du monde extérieur qu'elle observe et a un besoin vital de moments de retrait et d'une séparation nette des divers contextes de sa vie (travail, amitié…), et estime important d'être autonome sur le plan mental.
    Elle a le plus souvent de très bonnes capacités d'analyse, de synthèse et de planification. Elle veut avoir un sujet de compétence dont elle soit l'expert et puisse créer. Il prend ses décisions sur la base de la logique.
    Avec les autres,la personne de ce type est le plus souvent en retrait et ne tient pas trop à être remarquée. Elle déteste les bavardages futiles et le plus souvent,s'exprime peu et il faut l'interroger avec précision pour obtenir une information. Parfois, elle se lance dans de longues conférences très structurées que ses interlocuteurs trouvent un peu ennuyeuses.
    Quand elle ressenit des émotions (cela lui est plus facile seule), elle ne les comprend guère et elles lui font un peu peur et en réprime l'expression.  Dans les relations intimes, elleexprime sa tendresse de manière non verbale.
    La personne de ce type n'est pas une passionnée de l'action sauf parfois quand cela lui permet de satisfaire sa quête intellectuelle. Elle réfléchit longuement avant de faire quoi que ce soit et préfère qu'une activité soit planifiée et structurée.
    Quand elle va bien, elle prend la mesure exacte de son savoir et peut se permettre alors d'accéder au désintéressement, et de diffuser et utiliser ses connaissances.


 http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/enneatype6-copie-1.jpg   Ennéatype 6 : Loyaliste “Je suis loyal et je fais mon devoir”

    Ce type  a pour orientation la loyauté, et préfère le centre mentall vers l’intérieur et l'extérieur. La peur est son défaut et le courage, la vertu qu’il recherche.


    La personne de ce type aime être intégré à un cadre stable et bien structuré, un groupe formel ou informel, une idée, un concept,  et souvent leur famille et/ou leur entreprise, et est alors totalement dévouée à ce groupe.
    Elle a peur, particulièrement de la déviance, et découpe le monde en deux : le groupe lui-même qui représente la référence absolue et la vérité, et l'extérieur du groupe qui est suspect et dangereux. Vis-à-vis du danger extérieur, elle dispose de deux stratégies : la fuite ou l'attaque. Il y a donc deux façons d'être : éviter le danger et être plutôt craintive  ou braver le danger et est plutôt agressive, à des moments différents ou dans des contextes différents de sa vie.
    Ellene se reconnaît que peu de qualités. Il se souvient peu de ses succès et de ses plaisirs. Il manque de confiance en lui.
    Avec les membres de son groupe, la personne de ce type a un engagement sans faille, est impliquée, disponible, responsable et aidante. Elle attend d'eux la même loyauté     Elle n'envisage les relations, surtout intimes, que comme durables, ùmais peut être indifférente, voire agressive avaec les autres.
    La personne de ce type a une relation particulière à l'autorité, s'y soumet  ou s'y oppose. Dans tous les cas, il est important qu'une autorité soit loyale, sinon il y a conflit éventuellement indirectement et si quelqu'un est victime d'une autorité injuste, elleest toujours prête à le soutenir. Elle se veut du côté des faibles et des opprimés et en est fière.
    Quand elle va bien elle devient autonome et confiante en soi et dans les autres cultive la vertu de son type qui est le courage.

Dimanche 6 mars 2011 à 7:38

Paysages

Pour faire diversion entre deux articles sur les types de personnalité de l'énnéagramme, quelques photos de topiaires pour vous reposer.
    J'en ai trouvé quelques nouvelles sur internet qui représentent des animaux
aquatiques
    Ne vous y méprenez pas,
des topiaires de poissons, ce ne sont pas des plats cuisinés !

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/poissons.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/phoque1.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/grenouille.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/phoque2.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/dragon.jpg

Samedi 5 mars 2011 à 8:18

Notre personnalité

    Dans cet article et les deux suivants, je vais vous décrire les neuf types de personnalité de l’énnéagramme, trois par trois.
    Ce ne sont que des résumés de la documentation qui est remise lors des stages qualifiants.


http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/eneagperso.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/eneatype1.jpg

 






   Ennéatype 1 : Perfectionniste “Je suis droit et travailleur”

    Ce type  a pour orientation la rigueur personnelle et les idéaux élevés et préfère le centre instinctif vers l'intérieur. La colère est  son défaut et la patience, la vertu qu’il recherche.

    La personne de ce type veut être quelqu'un de bien sur le plan moral et compare en permanence ses actions et celles des autres à ses standards intérieurs. Elle est persuadée qu'elle devrait être parfaite pour être acceptable et elle se reproche ses erreurs, même petites. Elle en ressent une forte colère après elle-même. Cette colère n'est pas acceptable non plus et elle fait tout pour l'éviter et la réprime.
     Son honnêteté et son intégrité en font quelqu'un de fiable et de responsable.
    La personne de ce type a une énorme capacité d'action, mais peut avoir des difficultés à démarrer, si cela implique de sa part un choix ou une décision. En effet, sa peur de faire des erreurs lui fait rechercher la meilleure décision, et elle a tendance à penser qu'il n'y en a qu'une. Par contre, une fois lancé, elle travaille beaucoup, avec sérieux et conscience et cherche la qualité, y compris dans les plus petits détails.
    Quand la personne de ce type vit des émotions, elle en réprime souvent l'expression qu'elle juge peu convenable et peut paraître froide même si elle est très sensible.
    Dans ses relations, elle essaye d'être un bon ami, un bon conjoint et peut faire beaucoup d'efforts pour cela.
    Elle se blâme de ne pas être suffisamment à la hauteur et se reproche ses imperfections, mais repère aussi ce qui est imparfait chez les autres et a tendance à leur donner de bons conseils pour s'améliorer ("Il faut…", "On doit…").
    Elle est souvent perçue comme rigide et critique, ce qui la surprend car elle est beaucoup moins exigeante avec les autres qu'avec elle-même.
    Plus elle est heureuse,plus elle accepte d'être faillible et que les autres le soient.  vertu du type, la patience.


http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/enneatype2.jpg    Ennéatype 2 : Altruiste “J’aime, j’aide”

    Ce type  a pour orientation l’amour de l’autre et préfère le centre émotionnel vers l'extérieur. L’orgueil est  son défaut et l’humilité, la vertu qu’il recherche.


    La personne de ce type cherche à aimer et souvent à aider concrètement les gens autour de lui. Elle perçoit intuitivement les qualités, les possibilités et les besoins des autres et a tendance à dire chaleureusement aux autres ce qu'il y a de bien en eux et à les aider à surmonter leurs problèmes. Elle est fière de cette image de personne aimante mais par contre ne veut pas reconnaître ses propres besoins et être aidée.
     Le souci de son image fait qu'elle veut que son aide soit acceptée, utile et efficace. Une telle personne affirme que son aide est désintéressée, mais aimerait bien que son rôle soit apprécié et surtout reconnu. Parfois, elle manipule les autres pour obtenir cette reconnaissance et se met en colère si elle ne l'obtient pas, Certaines n'aident que des gens susceptibles de réussir et sont souvent heureux dans le rôle d'éminence grise de quelqu'un d'important.
    En relation avec les autres,  la personne de ce type cherche à séduire les autres et sait bien les écouter et les comprendre. Avec elle, on a l'impression d'être la personne la plus importante du monde, tandis qu’elle-même ne se découvre que peu.
    La personne de ce type vit profondément dans le présent et peut passer très aisément d'une relation à une autre, toute aussi aimante. Elle fait souvent se rencontrer des gens qui pourraient s'apporter mutuellement quelque chose.
    Elle a du mal à rester inactive, si ce n'est à la rigueur pour récupérer de l'énergie afin de retourner aider. Elle prend ses décisions rapidement et sur la base de facteurs humains.
Plus elle progresse, plus elle est capable d'aider les autres sans en attendre un retour positif en termes d'image.


 http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/enneatype3.jpg   Ennéatype 3 : Battant “Je réussis, je suis efficace”

    Ce type  a pour orientation la capacité à réaliser et à réussir, et préfère le centre émotionnel vers l’intérieur et l'extérieur. Le mensonge est son défaut et la vérité, la vertu qu’il recherche.


    La personne de ce type a toujours un objectif en tête et quelque chose à faire. Ambitieuse,elle veut que ses projets aboutissent et que le succès soit reconnu et lui soit attribué.
    Pour éviter les échecs, elle peut se cantonner à des projets sans grands risques et à court terme, dont la réussite lui vaudra l'admiration des autres. Elle peut gonfler artificiellement l'ampleur de ses succès, et également s'identifier à ses projets au détriment de son être véritable qu'elle connaît mal (le centre émotionnel est paralysé par la recherche d'équilibre entre utilisation intérieure et extérieure).
    Préférant le centre émotionnel, la personne de ce type est très convaincante et très relationnelle (et non pas émotionnelle) ; elle s'adapte très facilement aux gens rencontrés. Elle peut dire ou faire ce qui lui parait nécessaire pour obtenir le résultat visé.
Elle cherche à plaire et à séduire.
    En même temps,elle est très compétitive et peut être très dure si les autres entravent sa réussite ou n'y contribuent pas assez.
    La personne de ce type st efficace. C'est un bon organisatrice et décide et agit rapidement, quitte à négliger un peu les : la quantité est souvent plus importante que la qualité. Focalisée sur l'aboutissement de la tâche, elle est très flexible et peut mener plusieurs projets de front.
    Le travail est souvent beaucoup plus important que ses autres activités ou que ses relations, intimes ou non et ellel peut avoir tendance à choisir ses amis ou son conjoint pour ce qu'ils lui apportent sur le plan social. Toutefois, si elle réussit à s'impliquer, elle est vraiment aidante.
    Quand tout va bien, cette personne découvre qui elle est et ce qu'elle désire et  y met alors toute son énergie et son efficacité. Elle cesse d'être opportuniste, pour être authentique, intègre et aimante.

Vendredi 4 mars 2011 à 8:59

Notre personnalité

Après vous avoir parlé de l’Analyse Transactionnelle et de la Programmation Neuro-Linguistique, je voudrais faire quelques articles sur l’Ennéagramme.

    L’AT et la PNL, avaient certes la prétention de fournir un modèle de fonctionnement psychique, mais leur but principal était cependant de donner des méthodes permettant de faciliter la communication entre les personnes, méthodes qui sont très intéressantes sur le plan théorique, mais qui, à mon avis, ne sont pas faciles à mettre en oeuvre dans la pratique   
    L’énnéagramme n’a pas cette prétention et il veut seulement être un modèle de la structure de la personne humaine, qui aboutit à  neuf manières de se définir,  neuf configurations différentes de la personnalité, qui apparaissent sur le schéma original ci dessous :

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/personnalites.jpg

    Chacun d'entre nous a tendance à donner dans sa vie la priorité à une de ces images de soi, et l'Ennéagramme donne une description de la personnalité humaine permettant d'expliquer et/ou de prévoir notre attitude face aux diverses circonstances de la vie ou vis à vis d’autres personnes
    En cela il ressemble aux préférences cérébrales que je vous ai abondamment décrites, et il est d’une application pratique plus facile.
    Comme les préférences cérébrales, il est présenté comme un outil de connaissance de soi et des autres, donc d’anticipation des réactions et comportements, d’acceptation de l’autre et de facilitation de la communication, mais aussi d’évolution et de transformation de soi.

    Aujourd’hui j’aborderai des généralités sur ces méthodes.

    L’Ennéagramme suppose que notre personnalité est constituée de 3 centres relativement distincts. et autonomes, qui peuvent être en concordance ou parfois aussi en désaccord.:

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/ene3centres.jpg

        - Le centre instinctif qui assure notre survie physique et psychologique dans le présent et agit en partie inconsciemment Il s’occupe de nos fonctions vitales, de la coordination physique et de nos actes spontannés.
    Il correspond en partie à notre cerveau central et aux cortex qui interprètent nos sensations ou gèrent nos mouvements.
        - Le centre émotionnel s'intéresse à nos désirs et à nos besoins et à ceux des autres et se préoccupe de nos relations aux autres. Il gère nos émotions et correspond en partie à notre cerveau émotionnel.
        - Le centre mental est le lieu du raisonnement, des choix, des décisions, des plans et des projets. Il raisonne par analyse et synthèse à partir d'informations se voulant objectives. Il est orienté vers le futur et il correspond en partie au cortex frontal et préfrontal.
    Selon  l'Ennéagramme, nous avons tous tendance à préférer un des trois centres : nous l'utilisons plus souvent que les autres ; quand il est en conflit avec un autre centre, c'est lui qui l'emporte ; face à une situation nouvelle ou à un stress, c'est lui qui est mis en œuvre le premier. Cela ressemble assez aux préférences cérébrales.

    Cette utilisation du centre préféré peut se faire dans trois directions différentes :
    - vers l’extérieur,
c’est à dire vers les autres personnes et l’environnement.
C’est un peu le mode de l’extraversion.
    - vers l’intérieur, c’est à dire soi-m^me, le monde de sa pensée notamment; c’est en partie le mode de l’introversion.
    - en recherchant un équilibre entre intérieur et extérieur, ce qui évite des situations psychiques extrèmes, mais peut aboutir aussi à un blocage du centre et donc des fonctions et actions correspondantes. (un blocage du centre instinctif bloquera l’action, du centre émotionnel empêchera de ressentir ses émotions, et du centre mental freinera les décisions par manque de confaince en soi).
    L’énnéagramme considère que nous privilégions une de ces trois orientations pour notre centre préféré.
    Les numéros des personnalités sur le diagramme correspondent aux trois orientations dans l’ordre extérieur, mixte et intérieur.


    L’énnéagramme distingue en nous trois couches psychiques :
    - notre “essence” qui est notre vraie personnalité, laquelle cherche à équilibrer les trois centres et les directions de leur utilisation.
    - “l’égo” qui est la distorsion introduite par notre personnalité, du fait que nous privilégions un centre et une direction pour ce centre.
    Cela va se traduire par des “évitements” (leur mécanisme est appelé compulsion) On retrouve là en partie les notions de blocage de la neurobiologie et de refoulement et la compulsion de Freud.
    - le “caractère”, qui est la manifestation pratique de ces deux sous-couches permanentes et qui varie selon les circonstances et notre humeur.

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/strates.jpg
    Les évitements sont résumés et schématisés sur le diagramme suivant, pour les neuf types de personnalités.

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/evitements.jpg

    Enfin on peut affiner les comportement en sachant que si nous avons un centre préféré, nous avons un deuxième centre en utilisation normale mais pour satisfaire les besoins du centre préféré, et nous réprimons le troisième en l’utilisant beaucoup moins, sans que nous en soyons forcément conscients.
    Son utilisation est perçue comme difficile, ou dangereuse, ou source potentielle de souffrance.
    Chacun d'entre nous est donc caractérisé par une hiérarchie de ses centres.
    Cette notion recoupe en partie les concepts des préférences cérébrales et du “chemin du serpent” de Jung.

    Dans les prochains articles, je passerai en revue les neuf types de personnalité de l’énnéagramme

Jeudi 3 mars 2011 à 8:15

Oiseaux

Quelques photos d'oiseau à nouveau pour trancher sur mes articles plutôt sinistres lol

Surtout des oiseau rouges, mais on commencera par un jaune huppé et on terminera par un bébé rouge-gorge affamé.


http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/huppejaunemarron.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/oiseaurougevert.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/oiseaurouge.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/oiseautresrouge.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/bebefaim.jpg

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast