Mardi 31 mai 2011 à 8:36

Souris écureuils marmotte

Quelques autres images de repas d'écureuils, mais en compagnie de l'homme :

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive08-copie-2.jpg







Veux tu à manger ?
Oui, bien sûr,
Donne.










http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive02-copie-1.jpg
















Alors, voilà, Prends !








http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive04.jpg









J'emmène la noix











http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive20-copie-2.jpg













Je la casse et je mange l'intérieur









http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive17-copie-3.jpg










Mais j'aime aussi les baies












http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive26.jpg











Et noiraud mange même des gâteaux secs.












http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/images-copie-2.jpg

     J’ai lu une étude d’Andrea Caria et Niels Bribaumer de l'Université de Tübingen, qui m’a intéressé mais aussi un peu inquiété car, comme beaucoup d’avancées dans le domaine des sciences, on peut ensuite s’en servir  à des fins diverses dont certaines peuvent être néfastes.
    Contrôler l'activité de son cerveau pour maîtriser ses émotions ou décupler ses capacités intellectuelles : ce ne sera peut-être plus longtemps un fantasme.


    Le procédé se nomme “neurofeedback” et consiste à observer en temps réel pendant que l’on pense et réfléchit, l'activité de son cerveau à l'aide d'un scanner, pour tenter d'amplifier ou de réduire cette activité.

    Par exemple, une personne voit s'afficher sur un écran l'activité du cortex insulaire de son cerveau émotionnel, (appelé aussi “insula”), des centres très importants en matière d’émotion et de créativité. (voir schéma ci-dessous)
     En s'entraînant devant l’écran du scanner, à faire baisser l'activité de cette zone émotionnelle, le sujet agit sur son cerveau et sur sa sensibilité aux situations émotionnelles ou stressantes.
    On constate que des personnes ayant subi cinq séances d'entraînement de 30 secondes ressentent ensuite moins d'émotions négatives à la vue d'images pénibles, qu'il s'agisse de visages agressifs ou de photos d'accidents ou d'attentats. La zone du cerveau concernée, après avoir été « calmée » par l'introspection, est moins alarmée par les stimuli pénibles qu'on lui propose.
    L’inverse est également vrai.
    Un court entraînement où le sujet s'efforce de renforcer l'activité de son insula rend le sujet plus sensible aux émotions et stimulations hostiles.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/scancopie1.jpg

    Le cerveau apparaît comme un miroir de l'activité mentale, et il peut la moduler.
    Tout le monde n'exerce pas un contrôle efficace sur ces états émotifs : les psychopathes n'arrivent pas à activer leur insula à la vue de la détresse d'autrui, ce qui entraîne une forme d'insensibilité pouvant favoriser les comportements immoraux. Leur apprendre à restaurer l'activité de cette zone cérébrale par des méthodes de neurofeedback serait d'un grand intérêt thérapeutique.
    De même, les personnes sujettes à des phobies sociales présentent une hyperactivité de cette zone cérébrale qui les rend d'une émotivité excessive dès qu'elles sont en public. Des exercices visant à minimiser l'activité de l'insula en temps réel seraient alors bénéfiques.
http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau2/insula.jpg
    Des exemples similaires sont cités à propos de l'anxiété. De façon générale, le suivi en direct de l'activité du cerveau offre un moyen au sujet lui-même de moduler son fonctionnement, sans implantation d'électrodes ni administration de médicaments. Une forme d'introspection par scanner interposé.

    Je suis conscient que cette étude a une portée importante au plan de la thérapie médicale et elle me paraît très intéressante dans la mesure où elle reste sous le contrôle de médecins.
    Par contre la généralisation de cette méthode et la mise à la portée de tous me paraitrait inquiétante, un peu comme si on mettait à la disposition des gens les médicaments d’une pharmacie (avec leur notice).

    De même que l’utilisation de médicaments psychotropes est loin d’être sans danger et sans risque à moyen terme, je pense  que l’utilisation anarchique et intensive de telles méthodes pourarit avoir des conséquences que nous ne soupçonnons pas.
    Heureusement le scanner cérébral n’est pas un outil pour le moment bon marché et facile à utiliser, mais il en était ainsi il y a trente ans pour bien des appareils électroniques.
    De telles méthodes devraient à mon avis rester sous le contrôle de médecins ou de chercheurs en neurobiologie.

Dimanche 29 mai 2011 à 8:08

Informatique, médias, internet

http://lancien.cowblog.fr/images/images/images-copie-4.jpg     Plusieurs d’entre vous m’ont demandé ce que je pensais du retrait des panneaux de signalisation des radars sur les routes.
Je vous répondrai en généralisant un peu le sujet, mais il ne s’agira que d’une opinion personnelle.


    Je voudrais d’abord préciser deux choses :
        - j’avais autrefois l’habitude de conduire vite, mais je n’ai jamais eu d’accident ni même d’accrochage important en 60 ans de conduite et plus d’un million de kilomètres.
        - depuis que les vitesses sont limitées, comme je suis discipliné,  j’ai toujours essayé de les respecter, mais je me suis fait prendre une fois par un radar mobile, sur l’autoroute vers la Bretagne à 137 km/h et cela m’a valu pendant 18 mois un point de moins sur mon permis. Maintenant je risque moins cet incident car j’ai un régulateur de vitesse que j’utilise.
    Je ne suis un inconditionnel, ni de la voiture, ni de la vitesse.


    Le gouvernement cherche toujours à faire de la pub pour ses actions.
    Pour lui, la responsable des accidents de la route c’est la vitesse,
car c’est facile de la limiter, de mettre des contrôles, de verbaliser et de faire ainsi rentrer de l’argent avec une bonne conscience : diminuer le nombre de morts.
    En fait si on regarde les statistiques, on s’aperçoit que si le nombre de morts a été divisé par deux, le total morts + blessés graves, n’a presque pas varié. En fait je suis persuadé que ce qui a sauvé des vies, ce sont peu les mesures de sanction contre la vitesse, mais surtout les progrès que les constructeurs ont fait dans la construction des voitures : contrôle électronique des trajectoires, freinage progressif, airbags, déformation de carrosseries en cas de gros choc, ainsi que l'habitude du port des ceintures à l'arrière....

    La vitesse peut être la cause d’accidents à certains endroits : si on aborde trop vite un virage ou un croisement. Je suis tout à fait d’accord avec la limitation à 90km/h sur les routes à deux voies, qui de plus sont virageuses.
    Je suis d’accord aussi pour réduire la vitesse quand il pleut et même, quand il pleut à verse et qu’on y voit peu, il m’arrive sur autoroute de rouler à 70 km/h au lieu des 110 autorisés. Mais je vois beaucoup de gens continuer à rouler à 110, inconscients du danger.
    Je pense que dans des rues étroites en ville, où un enfant risque de surgir entre deux voitures arrêtées, le long du trottoir, rouler à 50 km/h peut être imprudent.
    Par contre je pense que si je roule pendant quelques instants à 140km/h sur une autoroute dégagée et sèche au lieu de 130, je ne risque absolument pas plus d’accident.
http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/00731funnycartoonsspeedlimit.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/h224985081305703559.jpg















    L’essentiel quand on conduit est d’abord de regarder la route devant soi, et cela d’autant plus qu’il y a de circulation et des voitures devant vous. On ne peut regarder tout le temps son compteur.
    En l’absence de régulateur, entre deux coups d’oeil sur le compteur, vous estimez votre vitesse. Personnellement je ne sais pas estimer ma vitesse à mieux que 10 km:h et quand je crois être à 130, je peux être un peu au dessus de 120 comme un peu au dessous de 140 km/h.
    Je pense donc que verbaliser quelqu’un parce qu’il a fait quelques kilomètres de trop pendant quelques dizaines de secondes est idiot.
    En Italie les pouvoirs publics sont plus intelligents : les radars certes ne sont pas annoncés mais il y a simplement deux prises de temps (avec reconnaissance de la voiture) à un ou deux kilomètres de distance et on mesure la vitesse moyenne et on sanctionne si elle est au dessus des limites imposées.

    Depuis que je conduis avec mon régulateur, je m’aperçois que c’est dangereux : vous êtes à 130 dans une file de voitures qui roulent à la même vitesse. Mais si l’un roule un peu moins régulièrement parce qu’il n’a pas de régulateur, vous vous rapprochez de lui. Alors pour ne pas être trop près, vous désenclenchez votre régulateur et vous ralentissez et augmentez un peu la distance vous séparant de l’auto devant vous. Mais aussitôt quelqu’un vous double,pendant au moins 30 secondes car il ne va guère plus vite que vous,
et, dès qu’il vous a doublé, il fait une queue de poisson et vient se mettre entre vous et le suivant, évidemment trop près de vous.
    Il m’arrive dans des cas de ce type, d’être indiscipliné, de rouler pendant une minute à 140 pour doubler la file et me trouver dans un endroit où l’on ne roule pas les uns sur les autres.

    Ce que je pense de la suppression des panneaux indicateurs de radars ? La même chose que de toutes les réformes Sarkozy .
    Au départ la motivation est bonne  : sauver des vies. Mais Sarkozy ne cherche que les effets d’annonce et choisit mal ses collaborateurs : le gouvernement propose les mauvaises mesures (comme lorsqu’il augmente l’âge de la retraite alors que plus de la moitié des plus de 55 ans sont mis au chômage par les entreprises).
    Les radars étaient mis à des endroits dangereux. Le panneau faisait automatiquement ralentir et les gens en le voyant freinaient doucement.
    A l’avenir, ou les gens ne ralentiront pas et se feront piéger et Sarkozy sera content car les finances de l’Etat récolteront quelques millions supplémentaires, où les gens voyant le radar mettront un méga coup de frein.
    Dans les deux cas le risque d’accident sera accru.
    Quant aux radars pédagogiques, du gaspillage alors que nous n’avons pas d’argent ! Les gens en tiendront peu compte puisqu’il n’y a pas de sanctions derrière : pas plus efficace et bien plus cher qu’un panneau !
Il est bien plus simple de regarder son compteur qui donne la même indication.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/H.jpg
    Bref ce que je pense c’est qu’il faudrait apprendre aux gens à être prudents, et notamment qu’ils doivent adapter leur vitesse à l’environnement géographique, climatique et d’encombrement.des routes.
    Quand je vois quelqu’un rouler à 110 par pluie battante et qu’on ne voit rien, à 90 par brouillard où la visibilité est de 50 m, à 50 dans une rue à une voie avec des voitures arrêtées le long du trottoir, je pense que ces automobilistes qui respectent les limites de vitesse, sont bien plus dangereux que celui qui roulera quelques instants à 140 sur une autoroute.
    Et que dire de ceux qui roulent en ayant bu de l’alcool ou fumé du cannabis : des meurtriers potentiels !.
    Une fois de plus le gouvernement de Sarkozy qui ne pense que sanction au lieu de formation et prévention, s’est trompé de combat, car tout ce qui l’intéresse, ce n’est pas de résoudre les problèmes, mais de faire parler de lui.
    Avec les panneaux de radars il y a réussi, mais est ce en bien ?

    Et il paraît que, pour diminuer le trop grand nombre d'accidents des motards et des cyclistes, la prochaine mesure du gouvernement leur imposera de porter sur leur casques, un gyrophare à leds, ainsi qu'une combinaison vert épinard.

Samedi 28 mai 2011 à 8:32

Photos, photos comiques

      J'ai eu l'occasion de voir des photographies quand ils étaient jeunes et qu'on ne les connaissait pas encore, d'hommes qui ont joué un rôle dans le monde.
     J'ai pensé que cela vous amuserait peut être et je vais y conscrere quelques intermèdes, intercalés avec d'autres sur les animaux ou sur des paysages.
 
    Aujourd'hui des hommes qui n'ont en général pas laissé un très bon souvenir. 

http://lancien.cowblog.fr/images/Photosactualite1/Hitler.jpg






Ce soldat engagé volontaire de l'armée allemande, fils de douanier autrichien, aimant les aquarelles, bien noté et décoré c'est...

.... Adolf Hitler de sinistre mémoire !!












http://lancien.cowblog.fr/images/Photosactualite1/Lenine.jpg








Ce mignon petit enfant, fils à papa, inspecteur académique impérial, chouchou de ses soeurs et de ses profs, c'est...

... Valdimir Oulianov, dit "Lénine"










http://lancien.cowblog.fr/images/Photosactualite1/Staline.jpg





Ce séminariste, qui, défroqué, est devenu braqueur de banques et indic de la police, c'est...


.... Joseph Djougashvili, dit "Staline"







http://lancien.cowblog.fr/images/Photosactualite1/FidelCastro.jpg






     Fils d'un riche ranchéro et de sa cuisinière, élevé par les jésuites, ce jeune et brillant avocat démocrate, qui sombattit la dictature de Batista, c'est....

 ......Fidel Castro











http://lancien.cowblog.fr/images/Photosactualite1/Khomeini.jpg












Ce jeune révolutionnaire, qui a lutté contre la dictature du Shah, c'est ...

....
Ruhollah Khomeini




http://lancien.cowblog.fr/images/Photosactualite1/kadafi.jpg








Ce bel officier, laïc et socialiste, qui a renversé le roi corrompu, c'est ....

.... Mouammar Kadhafi

Vendredi 27 mai 2011 à 8:09

Notre cerveau; nos sens; système nerveux

      Souvent mes correspondantes ados m’écrivent : “les garçons de ma classe sont complètement idiots” (cela ne les empêche pas de rechercher leur compagnie !), “et nous les filles, notre cerveau est mieux fait que celui des garçons ! “ (évidemment étant un garçon je ne veux pas polémiquer à ce sujet ! ).
        Voilà ce que disent les américains à ce sujet !!

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/935520345.jpg

       Quand même, je crois que je dois faire le point de façon plus sérieuse ! .

Que disent les neurobiologistes ?

A l'adolescence, les comportements changent. On dit souvent les filles plus mûres que les garçons, et ces derniers plus turbulents. Ces croyances sont elles vraies et des différences cérébrales en sont elles responsables ? 

 

Effectivement, sous l'effet des hormones, le cerveau évolue différemment chez les filles et les garçons, conférant des capacités cognitives provisoirement différentes.

J Giedd, du Centre américain de la santé de Bethesda, a établi le « film » de la maturation cérébrale de 284 adolescents, filles et garçons, âgés de 9 à 22 ans, en rassemblant des clichés IRM de leur cerveau. Chaque cerveau a été analysé en plus de 40 000 points permettant de mesurer l'évolution de l'épaisseur du cortex à une échelle inférieure au dixième de millimètre. 

Ces données montrent que le cortex des filles s'épaissit comparativement à celui des garçons dans certaines zones clés intervenant dans le langage et le contrôle des émotions. 

Le cortex des garçons devient plus épais que celui des filles dans des zones dédiées à la visualisation tridimensionnelle et aux opérations mentales, telles les rotations virtuelles d'objets complexes.

Si les garçons adoptent plus de comportements à risques que les filles à l'adolescence, c'est que les parties du cerveau contrôlant la maîtrise des émotions et des impulsions se développent moins. 

Les différences de comportement observées dans les groupes d'adolescents, où les garçons se défient dans des simulacres de combat ou font des acrobaties à moto pendant que les filles font mine de les ignorer et sont davantage préoccupées par l'échange verbal, ne sont donc pas des clichés. Elles reflètent l'évolution du cerveau sur des voies développementales différant selon le sexe.

L’étude de J. Giedd a en outre permis d'établir que le degré de maturation de ces zones dépend de l'action des hormones androgènes. (je rappelle que les hormones androgène sont des hormones stéroïdiennes, qui stimulent ou contrôlent le développement et le maintien des caractères masculins chez les vertébrés en se liant aux récepteurs androgènes, la plus connue étant la testostérone).

Des variantes génétiques font intervenir deux types de récepteurs cérébraux des hormones androgènes, c'est-à-dire deux molécules qui permettent aux androgènes d'agir sur le développement du cerveau. Les personnes ayant la version de récepteurs « à forte activité » présentent une maturation plus accentuée des zones cérébrales de la visualisation spatiale, et chez celles ayant la version de récepteurs « à faible activité », les zones cérébrales de contrôle émotionnel et de langage se développent davantage. 


         Les neurobiologistes ont donc montré que l’action des hormones sur le cerveau est directement observable, et que l'acquisition d'un «sexe» par le cerveau est une réalité de l’adolescence. Cette différence s'atténue par la suite.
        Donc finalement, mesdemoiselles,
en moyenne, vous n'êtes pas plus intelligentes que les garçon, pas moins non plus, mais vous n'avez pas, ado, la même forme d'intelligence et de capacités.
        Cela dit , il n'y a pas que l'intelligence qui compte et,
en moyenne, je crois que chez les jeunes, hélas, les filles travaillent beaucoup plus que les garçons, sont plus motivées et volontaristes. Elles réussiront alors mieux que les garçons.

Jeudi 26 mai 2011 à 7:58

Notre cerveau : émotions

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1002142.jpg

    On m’a posé plusieurs questions qui méritent que j’en parle sur le blog, car elles peuvent intéresser certains lecteurs ou certaines lectrices
    Donc aujourd’hui les sujets seront divers


    Après l’article dans lequel je niais toute communication physique entre cerveaux, “LE PENSEUR DU JOUR”  me demandait :
“Mais comment expliquer pour des vrais jumeaux, cette sorte de relation à distance qui est souvent mise en avant par ces derniers?”

      Les cerveaux de jumeaux, même homozygotes, ne sont pas identiques, car si le début de formation des neurones dans les divers centres est identique, les jonctions finales entre dendrites et axones avec formation de la synapse, se font au hasard. Mais évidemment ils ont beaucoup de points communs et en général, les mêmes préférences cérébrales.
    Dès lors, tout dépend de leur éducation. Si on les sépare dès la naissance, ils n’auront guère plus de ressemblances intellectuelles que deux frères non jumeaux ayant les mêmes préférences.
    Par contre si on les élève ensemble de façon identique, alors leurs cerveaux prennent les mêmes habitudes, les mêmes apprentissages et ils finissent, face à une même situation, par avoir des réactions très voisines, voire identiques.
    Comme je le disais ce n’est pas de la communication de pensée, mais de la “conception simultanée”, qui peut même se produire à distance si on leur donne les mêmes hypothèses des problèmes et situations.

    Terre-Terre, dont je n’ai pu retrouver ni l’adresse, ni le blog (l’annuaire de Cow est mal fait !), me demandait :
“Un ami m'a parlé d'une étude récente en neurologie qui montrerait qu'il faut quatre souvenirs positifs pour contrer un souvenir négatif (en effet on retiendrait 4 fois mieux ces derniers). Avez-vous des infos là-dessus ?

    L’énoncé et l’interprétation de ce problème me semblent bizarres.
    Une émotion positive peut à la rigueur contrebalancer une émotion négative, si elles se produisent en même temps, encore que ce soit contestable.
    Par contre souvenirs positifs et négatifs ne se compensent pas. Ils sont dans notre mémoire sans interférer l’un sur l’autre et ce n’est que l’émotion qui intervient. quand on les rappelle à notre conscience.
    Par ailleurs les souvenirs sont plus profondément ancrés dans notre mémoire s’ils ont une connotation émotionnelle, mais un souvenir malheureux n’est pas forcément plus fortement mémorisé qu’un souvenir heureux, si ce n’est qu’il peut nous traumatiser. Je n’ai jamais vu citer de proportion 4/1.
    Une autre approche intéressante est celle qui consite à considérer les émotions comme des signaux provenant de la satisfaction ou de l’insatisfaction de nos besoins.
    Il faut évidemment prendre les besoins au sens large, comme dans la pyramide de Maslow.

    Mais ce n'est pas parce qu'un voyant vous avertit que vous allez tomber en panne d'essence que c'est un voyant négatif, au contraire. Malheureusement, nous essayons souvent de conserver nos émotions agréables et rejetons nos émotions désagréables alors qu'elles sont soit utiles toutes les deux, soit inutiles.
    Nous pouvons ressentir de la joie d'avoir aidé quelqu'un, et, si nous nous sentons bien, nous allons faire des choses agréables et attirer des gens qui apprécient notre bien-être. Donc, les émotions positives nous font nous sentir bien et attirent bien souvent des choses positives.
    Nous pouvons être triste parce que nous voyons souffrir quelqu’un que nous aimons, parce que notre besoin de la voir heureuse n’est pas satisfait. Mais nous pouvons également être triste parce que nous avons perdu une vieille photo que nous regardions rarement, mais nous "aimions bien savoir qu'elle était là".
    Et même bien souvent, nous ne savons même pas pourquoi nous sommes triste. Parce qu'il y a moins de soleil qu'hier, ou qu'on se sent seul, et on cherche désespérément une cause quelconque ... Si nous nous sentons mal, nous risquons de prendre de mauvaises décisions et/ou de faire les choses de travers. Les émotions négatives nous empêchent de nous sentir bien et attirent bien souvent des choses négatives.
    Alors le pessimiste qui voit le verre à moitié vide, aura davantage d’émotions négatives que l’optimiste qui voit le verre à moitié plein
     Tout peut apporter quelque chose, tout dépend de la façon dont on le regarde

    Si vous avez une référence de l’étude en cause, cela m’intéresserait de la rechercher pour la lire. Merci

    Une de mes correspondantes se plaignait du coût des communications téléphoniques sur les numéros surtaxés en 0892, 0820, etc. qui permettent de joindre votre banque, assurance, etc. et qui, scandale, rapportent non seulement à l’opérateur, mais à ces organismes qui ont leur part, et tous font exprès de faire durer la communication par des artifices honteux.
     Or chacun de ces numéros possède son équivalent en numéro de téléphone "normal", c'est à dire non surtaxé., et plus pour ceux qui ont une livebox, freebox, ou autre IPbox le numéro "normal"  appelé est gratuit !
  Rendez-vous sur ce site  
http://www.geonumbers.com/fr/search.php
et entrez un numéro surtaxé , puis cliquez sur "envoyer" et vous obtiendrez le numéro normal.
      Vous pourrez dorénavant parler des heures et casser les pieds à votre banquier ou  à votre assureur sans que ça vous coûte un centime. lol


    Enfin je vous recommande d’aller voir un site de cow :
le blog d’un chat  :  http://bonjourlegros.cowblog.fr
    qui raconte sa vie et il y a de superbes photos


       Mais même si ce chat sait taper sur un clavier, il ne sait pas se prendre en photo lui même; alors il lui fallait des “nègres”.
       Si j’ai bien compris, ce sont Tonin-de-Jardin et Crys.

       Voici une photo de son blog : je trouve ces yeux extraordinaires. Il faudrait qu'il m'aide pour mes articles!!

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Chatonin.jpg

Mercredi 25 mai 2011 à 8:35

Souris écureuils marmotte

  Quand je suis dans ma Bretagne, une famille d'écureuils vient me voir dans mes pins : papa queue noire, maman queue rouge et le jeune ado queue noire et rouge.
    Malheureusement, je n'ai pas mon appareil photo quand il le faudrait, et le temps de zoomer et mettre au point l'écureuil est ailleurs.

    J'ai donc pris très peu de "photos de famille", mais j'en ai déjà publié quelques unes pendant les étés.

    Alors, comme je voudrais de temps en temps vous montrer des photos d'écureuil, j'ai aussi été en chercher sur internet.

    En voici quelques unes, de repas de ces mignonnes petites bêtes :


http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive30.jpg










Les noix, c'est bon.!

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive05.jpg




































http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive11.jpg










Mais on aime aussi la chair blanche des noisettes :




http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive31.jpg

























http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive33.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive21.jpg



































Mais les graines des plantes sont bonnes aussi

Mardi 24 mai 2011 à 7:38

Libertés et règles

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/NigeriaGlez.jpg

    Les articles que j’ai écrits à propos de Ben Laden m’ont valu  un certain nombre de mails et diverses questions.
    J’ai répondu personnellement à certaines mais d’autres méritent peut être un article.
    Une question difficile m’a été posée, mais à propos de laquelle j’avais lu des études psychologiques : “La violence est elle inhérente à la religion ?”.
    Alors malgré ma réticence à parler de religion, car je respecte toute croyance dans ce domaine, et je ne voudrais pas choquer par mes propos, je pense que ce sujet vaut quand même la peine d’être soumis à la discussion.


    Dans la Bible, la violence est exercée au nom de Dieu. Il suffit d’ouvrir le livre de Josué pour voir mis en oeuvre, au nom de Dieu, ce qui est un génocide. N’échappent à la mort que ceux qui savent ruser ou qui sont assez forts pour résister à la conquête.
    Ayant comme vous appris l’histoire de France en classe, j’ai effectivement constaté que la religion pouvait engendrer la violence : persécution des premiers chrétiens, croisades contre les infidèles, guerre et tueries entre catholiques et protestants, mise à l’index de savants qui avaient des idées trop révolutionnaires par rapport à l’Eglise (Galilée, Darwin...).
    L’histoire des pays étrangers n’est pas plus sereine : Inquisition en Espagne, persécution des juifs en Allemagne...
    L’actualité est presque pire : extrémistes arabes, conflit israélo-palestinien, génocides en Afrique, oppositions chiites-sunnites au Moyen orient....
    C’est vrai que la religion semble susciter bien des catastrophes.
    On peut tout de même se demander si elle ne sert pas de prétexte. Dans la plupart des cas, il s’agit de luttes pour le pouvoir ou pour l’appropriation de richesses. Souvent une partie de la population, une ethnie, les pratiquants d’une variante de la religion, sont opprimés par ceux qui détiennent le pouvoir.
    La religion est alors soit un prétexte pour avoir bonne conscience et ne pas encourir les reproches pour des motivations beaucoup moins nobles, soit un moyen de fanatiser des combattants.

    Cependant j’ai lu quelques études où la question était posée de savoir si de vrais croyants religieux pouvaient devenir suffisamment fanatiques pour en arriver à l’utilisation de la violence. Je vais essayer de résumer ce que je crois avoir compris.

        Religion et autoritarisme :

    La prétention de toute religion à être la seule à détenir la vérité,  l'idée d'une supériorité par rapport aux autres religions sont des élémentsqui peuvent entraîner la présence, au sein des religions, d'une violence au moins symbolique, par exemple un discours dévalorisant envers les « infidèles », qui peut le cas échéant se traduire en actes (discrimination, exclusion), voire en violence physique (vandalisme, assassinats).
    Plusieurs études ont montré que la tendance à être fondamentaliste dans sa foi s'accompagne souvent d'attitudes discriminatoires telles que le racisme, la xénophobie, l'homophobie, le sexisme et l'hostilité symbolique envers des personnes ne partageant pas les mêmes valeurs  ou qui diffèrent dans leurs convictions religieuses, qu'il s'agisse d'adeptes d'une autre religion ou de non-croyants.
    Dans plusieurs de ces études, les chercheurs ont tenté de comprendre si l'effet observé était dû à la tendance fondamentaliste des participants, ou à leur structure de personnalité dite « de type autoritariste ».
    Ces études ont montré que si l'on isole altemativement I'effet de l'autoritarisme et l'effet du fondamentalisme sur les préjugés et la discrimination, c'est Ia structure autoritaire qui se révèle être Ia cause des attitudes discriminatoires et non le fondamentalisme. Certains résultats laissent même penser que la religiosité des fondamentalistes serait même un
frein aux conséquences de leur autoritarisme.
    Il ne faut pas conclure trop vite que la religion en soi n'y est pour rien et que Ia vraie cause de la violence se situe au niveau de la personnalité et du profil autoritariste. Des personnes avec une structure autoritaire semblent trouver leur compte au sein d'une religion, trouvant là des idées, des croyances, des rites, des règles morales et une dyramique commu nautaire qui semblent correspondre à leurs besoins et leurs attentes.
    La personne autoritaire n’est d’ailleurs pas forcément agressive : I'agression autoritaire ne se dirige vers des  cibles externes lorsque celles-ci sont signalées comme dangereuses par les autorités reconnues du sujet autoritariste. 0n peut ainsi comprendre comment des croyants (quelle que soit leur religion) se trouvent un jour mêlés à des actes de violence, y compris physique, dès lors que des autorités (leader, prêtre, textes, théologies) leur assure une légitimité morale, d’autant plus que la plupart des religions ont aussi, en général, un message d’amour envers les autres hommes et une interdiction de la violence..

        Religion et altruisme

    A l’inverse, de nombreuses recherches montrent que l’idée selon laquelle Ia religion favoriserait l’altruisme et la préoccupation du sort des autres est relativement vraie : les croyants tendent à se percevoir comme étant altruistes, prêts à aider, chaleureux et peu distants, et à donner une grande importance à la bienveillance, et leur entourage valide ce jugement.
    On constate d’ailleurs que ce n’est pas une simple apparence mais qu’ils mettent en pratique des comportements prosociaux
    Certains pour expliquer si la religion est facteur d'amour ou de haine, de paix ou de guerre distinguent croyants fondamentalistes et croyants ouverts: les uns seraient des durs dangereux, les autres des modérés, flexibles et amoureux de la paix sociale.
    Les études ne confirment pas cette thèse et les psychologues se sont plutôt orientés vers la recherche de ce qui, au sein même de la religion, représente une logique commune aux deux réalités, prosocialité et violence.
    L'impact positif de la religion sur la qualité prosociale des personnes est plus grand lorsque les bénéficiaires de Ieur aide sont des proches ou des semblables ; il devient quasi inexistant lorsqu'il s'agit d'inconnus ; et iI se transforme en discrimination et en violence dès qu'il s'agit d'interagir avec une personne perçue comme menaçant ses valeurs et ses convictions.

    Finalement les psychologues pensent que la religion (quelle qu’elle soit), est au sein de ses membres un facteur important de coopération, d’aide, d’altruisme et donc de cohésion . Mais cet aspect qu’ils dénomment “coalitionnel”
devient alors, aux frontières avec d’autres “entités de coalition (autres religions, civilisations, ethnies...et athéisme) un facteur de séparation, d’exclusion, voire de violence et de persécution.
    C’est en définitive l’intransigeance des croyances et des valeurs, associée à la forte cohésion au sein des fidèles du fait de leur altruisme, qui pourrait être à l’origine de la violence.

Lundi 23 mai 2011 à 8:09

Inné et acquis

  A la suite de mes articles sur Ben Laden et sur le bien et le mal, j’ai évidemment eu un certain nombre de mails qui m’ont demandé si, à mon avis l’homme était naturellement bon ou mauvais.
    C’est un sujet de dissertation bateau que beaucoup d’entre vous ont sûrement eu et que j’ai traité aussi dans mon enfance.
    Rappelez vous, en première où Jean Jacques Rousseau se faisait le chantre de la bonté innée de l’homme.
    Et en philo, Kant qui affirmait que l’homme était un “animal” comme les autres, avec ses instincts, et qu’il ne devenait un être moral que lorsque sa raison s'élevait jusqu'aux concepts du devoir et de la loi", ce qui signifie que l'homme peut devenir moral grâce aux sociétés qu'il a  mises en place et aux cultures qu'elles partagent.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/Angeoudemon4.jpg
    Il y a ceux qui croient que l’homme est naturellement bon et que le système le pervertit, et ceux qui croient que l’homme est naturellement mauvais et que le système, notamment éducatif,  doit le recadrer.
    Rassurez vous, je ne vais pas me lancer dans la philosophie; certaines de mes correspondantes sont plus douées que moi à ce sujet.
    Je vais vous faire part de certains résultats de recherches de biologistes concernant l’altruisme et le dévouement vis à vis d’autrui.



    Tania Singer et ses collègues de l'Université de Zurich, ont demandé à des supporters de football d’observer un supporter de la même équipe, ou de l'équipe adverse, en train de recevoir une décharge électrique. Les supporters avaient la possibilité d'aider la personne souffrante en déviant une partie de la décharge sur eux-mêmes, ou bien de ne rien faire et, dans ce cas, ils pouvaient soit regarder ailleurs, soit observer la scène.
    La plupart des supporters compatissaient avec une personne arborant les couleurs de la même équipe et prenaient sur eux une partie de sa douleur physique, mais préféraient regarder souffrir une personne soutenant l'équipe adverse

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/Naccumbens.jpg

    Dans leur cerveau, deux zones très différentes s'activaient :
        -dans la situation de compassion, le cortex insulaire antérieur du cerveau émotionnel ;
        - dans la situation de cruauté, c'était le noyau accumbens, généralement impliqué dans les sensations de plaisir.
    La “zone de la cruauté” (le noyau accumbens) est un générateur de plaisir, activé aussi bien par la nourriture que par l'alcool, les drogues ou le sexe.
    Son implication dans des situations analogues à celle de l’expérimentation laisse penser que la cruauté à l'égard des groupes externes est un comportement profondément ancré. Elle aurait rempli une fonction de survie au cours de l’évolution.
    Le psychologue turc Muzafer Sherif a observé, dans les années 1960, que des individus normaux placés en situation de pénurie formaient rapide- ment des groupes antagonistes qui s'affrontaient pour l'accès aux ressources.
    La sélection naturelle aurait ainsi privilégié la capacité d'aider et celle de tuer.


http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/97816260184883angeetdemonamourH092402L.jpg
L’existence de structures cérébrales différentes, dédiées à des manifestations d'altruisme envers les personnes affichant la même appartenance identitaire que lui, et d'hostilité vis-à-vis des membres de groupes externes,suggère que l'être humain est double vis-à-vis des thématiques altruistes. Il n'est ni bon ni mauvais, mais exprime ses tendances compassionnelles ou cruelles selon l'identité de la victime.
    Mais pour expliquer l'existence de sentiments universels d'altruisme, non cantonnés à des groupes d'appartenance il ne faut plus se référer à la théorie de l'évolution, mais à l'influence des cultures.


   
Ce n'est pas l'homme qui est bon ou mauvais, mais les messages culturels qu'il produit collectivement et qui agissent en retour sur lui, dans l’un ou l’autre sens.

Au fond les biologistes donnent plutôt raison à Kant !


Nota : vous remarquerez que sur les images ce sont toujours les filles qui sont les anges et les garçons les démons : je proteste vivement auprès de l'Eternel et je lui demande l'égalité des sexes, et des quotas d'admission dans la cohorte des anges, avec une discrimination positive provisoire pour réparer cette injustice!!

Dimanche 22 mai 2011 à 8:13

Animaux

    Mon petit film sur le lion reconnaissant et ses baisers m'ayant valu quelques mails étonnés, j'ai pensé aujourd'hui publier quelques photos de ces bêtes superbes et de leur belle fourrure, mais aussi de leurs compagnes lionnes.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lions002.jpg







Le roi des animaux; il lui arrive de courir, mais rarement.
http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lions008.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lions004.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lions005.jpg









Sa femme, la belle lionne


http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lions006.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/lions007.jpg










Un beau couple !

















La smala dort en tas !













Un bond spectaculaire, à la chasse


















Maman lionne et bébé admirent le paysage.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast