Dimanche 12 juin 2011 à 14:17

Sciences et techniques

    Je vais terminer la description du synchrotron Soleil en vous parlant des élement magnétiques qui permettent à l’anneau de fonctionner et de produire la lumière appropriée et des emplacements de recherche.

        Les éléments magnétiques :

     A la sortie du booster, nous avons des “paquets d’électrons” d’énergie 2,75 Gev (on peut aussi les produire à 1,5 et 2,5 Gev), qui sont injectés dans l’anneau de stockage. Ces paquets ont une durée de 50 picosecondes (10-12s), toutes les 3 nanosecondes.
    Le faisceau d’électrons a une durée de vie théorique d’environ 40 heures, car les collisions des électrons entre eux et avec le gaz résiduel, malgré le vide très poussé, les font peu à peu disparaître. On réinjecte donc tous les jours une certaine quantité d’électrons dans l’anneau.

    Je rappelle d’abord la forme de l’anneau : un polygone de 32 cotés et le schéma ci dessous indique la position d’éléments magnétiques  :

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/plansynchrotron-copie-1.jpg

    Des dizaines d’éléments magnétiques sont en effet utilisés pour courber le faisceau d’électrons, le focaliser et assurer sa stabilité.
    Les électrons étant des particules possédant une charge électrique, un champ magnétique peut agir sur leur trajectoire en les courbant
    (Vous avez dû apprendre au lycée la “loi de Laplace” : la force exercée est perpendiculaire au champ magnétique et au courant électrique).
    Dans le synchrotron, on rencontre trois catégories d’électroaimants :

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/dipole.jpg
    Les dipôles ou aimants de courbure :
    Il y en a 32 disposés à l’extrémité de chaque ligne droite et leur rôle est de faire tourner  le faisceau de 11,5 degrés pour qu’il poursuive sa trajectoire dans le coté suivant du polygone. Leur longueur est de 2 mètres et ils sont courbes, constitués en fait de quatre éléments dipôles successifs, ayant chacun 25 bobines d’électroaimants.
    Le champ produit est extrêmement précis pour que le faisceau soit centré sur la nouvelle ligne droite.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/quadrupole.jpg






    Les quadrupôles ou focalisateurs :
    Au nombre de 20, ils ont une forme en 8 et une largeur de 30 à 40 cm.
    Ils assurent la focalisation périodique du faisceau pour empêcher les électrons de diverger et de toucher les parois. Ils pourraient si nécessaire produire aussi une petite défocalisation.
   

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/sextupole.jpg





   Les sextupôles ou correcteurs

    Longs de 20 cm environ, ils comportent six électroaimants et  sont fixés à l’extrémité des quadrupôles; ils apportent de petites corrections pour que le faisceau soit parfaitement aligné.

    Les bobinages des électroaimants sont construits de façon extrèmement soignée et précise et  alimentés par des courants dont la valeur est déterminée en permanence car il faut que le faisceau soit exactement dans l’axe des lignes droites et ne touche en aucun cas les parois.
.     La forme et les caractéristiques du faisceau sont constamment surveillées par des capteurs reliés à un ordinateur qui peut calculer en temps réel les corrections à effectuer.

    A la sortie du booster, pour “injecter les électrons dans l’anneau, un système électromagnétique spécial, de 42 mètres de long, comporte 3 dipôles et 7 quadrupôles. C’est lui qui donne au faisceau sa forme de départ.

        La “lumière synchrotron”

    Les lois de Maxwell nous apprennent qu’un électron qui subit une accélération émet alors de l’énergie sous forme de photons..
    Lorsqu’on courbe sa trajectoire avec un aimant, il subit l’accélération centrifuge et émet donc des photons lumineux, dont le spectre comprend toutes les longueurs d'onde depuis l'infrarouge jusqu'aux rayons X en passant par le visible et l'ultraviolet.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/spectreluminuex.jpg
    L’émission de lumière synchrotron obtenue dans un aimant de courbure peut être comparée à la lumière émise par des phares de voitures dans un virage, et reçue par un observateur immobile. Ce dernier voit une nappe de lumière de diverses longueurs d’ondes : les petites longueurs d’onde sont au centre et les grandes à la périphérie. On peut donc sélectionner une lumière de longueur d’onde particulière grâce à des collimateurs.

    En outre on peut modifier cette lumière émise avec des dispositifs magnétiques spéciaux placés en fin de ligne droite.
    Ils sont formés de deux mâchoires faites de petits aimants permanents juxtaposés qui obligent les électrons à suivre une trajectoire ondulée, un peu comme celle d’un skieur qui godille.
    A chaque ondulation, l’électron subit une accélération et émet de la lumière.
    La lumière émise dépend du type d’élément (onduleur ou wiggler) et de ses caractéristiques.
    Les onduleurs, font onduler les électrons ondulent en s’écartant très peu de leur trajectoire. C’est surtout la brillance du rayonnement émis qui est renforcée, mais certaines longueurs d’onde se trouvent « favorisées » et l’on obtient un spectre de raies.
    Les wigglers. L’amplitude des oscillations des électrons est plus grande et la lumière émise est de plus courte longueur d’onde que celle émise dans les aimants de courbure.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/7.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/onduleur.jpg










 

       Les Systèmes annexes :


    La propagation des électrons et la survie du faisceau nécessitent un vide poussé, qui élimine non seulement les gazs ontenus dans le tube de propagation du faisceau, mais également youtes les impuretés incles dans les matériaux constitutifs. Il en résulte un installation de pompage très sophistiquée.
    Le vide dans l’anneau est de l’ordre de 10-10 hPa plus faible qu’à 400 000 km de la terre, mais plus que dans le milieu interstellaire (10-15 hPa)

    Un second système essentiel est le système de capteurs de mesure et le système informatique associé, qui permettent de gérer le faisceau et le fonctionnement de l’installation.

   Par ailleurs, les réaction des électrons qui entrent en collision avec les parois créent des rayonnements gamma et par ailleurs on utilise des rayons X pour les expériences scientifiques. Il est donc nécessaire d’avoir en place un système de mesure pour assurer la protection radiologique des travailleurs.

   Enfin, il y a , bien entendu, une impressionnante salle de commande avec de nombreux appareils électroniques et écrans d'ordinateurs.
   

        Les laboratoires d’expériences :

    Les expériences se déroulent dans des “lignes de lumière”, qui sont des laboratoires d’une vingtaine de mètres de long en moyenne. Chaque ligne de lumière est spécialisée pour un domaine bien défini de longueur d’onde.
    Les lignes de lumière sont constituées de trois parties ou cabines :

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/experiences.jpg
   
    La cabine optique : C’est la première cabine où arrive, d’un aimant de courbure ou d’un élément d’insertion (onduleur ou wiggler), le faisceau de lumière.     Miroirs et monochromateurs sélectionnent la longueur d’onde nécessaire à l’expérience et focalisent le faisceau lumineux.

    La cabine expérience : L’échantillon à étudier, généralement très petit
(< mm), est positionné sur son support. Lorsqu’il reçoit la lumière incidente, il a une”réponse” qui est enregistrée par des détecteurs

    La station de travail : où chercheurs et ingénieurs interviennent sur certains paramètres de l’expérience (position de l’échantillon, focalisation, longueur d’onde, etc.) et suivent l’enregistrement des résultats des systèmes électroniques et informatiques.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/2001d01326.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/AcceuilWEB.jpg












Je ne vous parlerai pas des applications dans ces sites de recherches. Ce serait trop long et cela vous lasserait.

Mais si certains sont intéressés, ils peuvent aller consulter le site internet  http://www.synchrotron-soleil.fr/IndustrieValorisation/DomainesApplications


Samedi 11 juin 2011 à 8:28

Sciences et techniques

  En quoi consiste le synchrotron “Soleil” au plan technique?
    Nous allons le voir de façon simple en nous aidant du schéma ci-dessous.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/plansynchrotron.jpg
    La machine qui va permettre de fournir la “lumière” attendue pour les expériences scientifiques, est un anneau de 354 mètres de périmètre dans lequel on va faire tourner des électrons de grande énergie à une vitesse très proche de celle de la lumière : 300 000 km/s.
    Le diamètre de ce faisceau d’électrons est de l’épaisseur d’un cheveu : quelques dizaines de microns (le millième de mm)
    Donc les électrons en cause feront presque un million de fois le tour de l’anneau chaque seconde et ceci tant que le synchrotron est en fonctionnement
(jour et nuit, du mardi au samedi - chaque lundi étant réservé à la maintenance).
    Mais ces électrons il faut d’abord les créer et leur donner la vitesse et l’énergie nécessaire, (2 750 millions d’électron-volts), puis les conserver dans l’anneau. Nous allons voir comment.
    Dans tout le système, le faisceau d’électrons va se déplacer dans un vide extrèmement poussé, (10-8 à 10 -10 hPa), car s’il rencontraient de nombreuses molécules d’azote et d’oxygène de l’air, les électrons les ioniseraient, perdraient leur énergie et seraient déviés vers les parois créant alors dans les parois des rayonnements X et gamma.

          La rampe de lancement des électrons : un accélérateur linéaire :

    L’accélérateur linéaire, le “LINAC”, d’une longueur de 16 m, est le premier maillon de la chaîne. Son rôle est de fabriquer un faisceau d’électrons pulsés d’énergie de 100 MeV .

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/canonelectron.jpg    Le LINAC débute par un canon à électrons comparable à celui que l’on trouve dans les anciens téléviseurs à tube cathodique : un filament chauffé produit des électrons qu’un champ électrique regroupe en paquets de la taille d’un cheveu. La tension électrique tout ou rien de la grille d’or permet de pulser le faisceau d’électrons :. tension zéro volt : les électrons sont émis; tension –100 V : les électrons restent piégés.
    A titre de comparaison, dans les anciens téléviseurs la tension était de 20kv.
    A la sortie du canon, les électrons ont une vitesse moitié de celle de la lumière.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/linac.jpg
    Le faisceau va ensuite passer par une section accélératrice qui s’appelle le groupeur. Les paquets d’électrons vont être accélérés en voyageant sur une onde électromagnétique comme un surfeur sur la vague. On peut ainsi accélerer l’onde et porter la vitesse des électrons à une valeur voisine de celle de la lumière.

    Il faut ensuite donner plus d’énergie aux électrons
    Le LINAC comporte deux sections de 3 m delong et 42,5 MeV chacune. Dans chaque section, un générateur d’énergie, appelé klystron, injecte une onde électromagnétique de 3000 MHz. (Cette onde est dite « de très haute fréquence ». A titre de comparaison, la fréquence de l’onde utilisée dans les
téléphones portables est de 900 MHz et celle utilisée dans les fours à micro-ondes de 2500 MHz).
    Les paquets d’électrons, qui continuent de surfer sur cette onde, accumulent au total une énergie de 100 MeV .


http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Soleil1.jpg

           Donner de l’énergie aux électrons dans un “booster” :

    Un “aiguillage particulier va ajuster les paquets d’électrons sortant du linac pour qu’ils puissent être ensuite traités par le booster : 30 % des électrons
fabriqués par le LINAC sont injectés dans le booster ; les autres se perdent.
    Cette action ressemble à remplir un tuyau avec un arrosoir !
    Le booster est un petit synchrotron de 157 mètres de circonférence.
En environ une fraction de seconde, l’énergie des électrons va passer de 100 MeV à 2 750 MeV (ou 2,75 GeV) par une accélération due à un champ électrique, en faisant environ 300. 000 tours dans le booster circulaire, en 166 millisecondes.
    C’est pendant cette montée en énergie que les caractéristiques du faisceau vont être affinées : dimensions des paquets et dispersion en énergie par exemple.
    On va ensuite transférer les paquets d’électrons dans un “anneau de stockage” qui va permettre de produire les différentes lumières utilisées par les chercheurs, dont les laboratoires dont situés sur des “tangentes” à l’anneau.
   
           L’anneau de stockage et la ronde endiablée des électrons :

    70% environ des électrons relativistes du booster sont transférés dans l’anneau de stockage de 354 mètres de longueur,pour y tourner avec une énergie de 2,75 GeV pendant plusieurs heures.
    C’est un tube fermé d’environ 5 cm de diamètre constitué d’une succession de lignes droites et de virages (où se trouvent les éléments magnétiques de courbure appelés aussi dipôles ou aimants de courbure),
    Il a en fait la forme d’un polygone à 32 cotés, raccordés par de petits arcs de cercles dans les aimants de courbure.
    Dans les parties droites on trouvera des éléments magnétiques de réglage que nous examineront demain.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/SynchrotronSoleilVueInterieur.jpg
    C’est dans l’anneau de stockage où l’on trouve le vide le plus poussé (10-10 hPa), afin de conserver le plus d’énargie possible au faisceau.
    Pour fonctionner sous ultravide, les chambres qui sont assemblées pour constituer l’anneau subissent divers traitements au cours de leur fabrication afin d’éliminer toute trace de composés organiques et autres composés contaminants. Après ces traitements, le gaz résiduel est composéà 80 % d’hydrogène provenant de la vapeur d’eau contenue au sein même de l’acier inoxydable constituant la chambre à vide, du monoxyde de carbone, du dioxyde de carbone et de méthane.
    Dans l'anneau de stockage de SOLEIL, les électrons ont une durée de vie d’environ 18 heures et il faut donc en réinjecter pour conserver le faisceau..

   
Demain je vous parlerai des aimants situés sur cet anneau de stockage qui permettent de conserver le faisceau d’électrons et de la lumière qui va servir aux expérimentateurs.

Vendredi 10 juin 2011 à 8:06

Sciences et techniques

J’ai été amené à visiter à Saint Aubin sur le plateau de Saclay, à coté de Paris, le “synchrotron  SOLEIL”  et les laboratoires de recherche correspondants, installation extraordinaire qui a été mise en service en 2006 et j’ai pensé qu’un petit compte-rendu vous intéresserait peut être, à condition que je simplifie le plus possible les explications.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/synchrotronweb.jpg

    “Soleil” est un sigle qui veut dire “Source Optimisée de Lumière d'Énergie Intermédiaire du LURE”, le LURE étant le laboratoire de recherche qui a précédé Soleil, mais cela ne vous apprend pas grand chose.
    SOLEIL, son nom est évocateur, car c’est une source de lumière extrêmement puissante (ponctuellement 10 000 fois plus puissante que notre soleil), qui permet d’explorer la matière afin de mieux connaître sa structure et ses propriétés. Mais c’est non seulement de la lumière “visible”, mais surtout des ultraviolets et rayons X (donc plus énergiques).
    Plus concrètement, c’est un centre de recherche au service de nombreux chercheurs, mais aussi de l’industrie, dans de nombreux domaines.


    Dans un anneau d’un peu plus de 100 mètres de diamètre et 354 mètres de circonférence, des électrons de très haute énergie sont soumis à l’action de champs magnétiques pour courber leurs trajectoires. Ils perdent alors de leur énergie, libérée sous la forme d’un rayonnement lumineux, de l’infrarouge
aux rayons X, en passant par les ultraviolets et la lumière visible.
http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/DSCF0441.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/3179746395e136dfe87b.jpg
















    Dans les divers emplacements de recherche, les photons émis viennent frapper un échantillon (objet, matériau, cellules vivantes, surface…) et permettent ainsi d’étudier d’une part sa géométrie en surface ou en volume, et d’autre part ses propriétés physico-chimiques.
    Sonde exceptionnelle pour étudier la structure de matériaux, Soleil est notamment utilisé en physique, pour l’étude des propriétés électroniques et magnétiques,  et fait progresser les recherches fondamentales et appliquées, par exemple vers une nouvelle électronique et le stockage magnétique d’informations à ultra-haute densité.
    En médecine et en biologie, il est utilisé pour la recherche de nouveaux médicaments, l’imagerie des vaisseaux sanguins, des tissus osseux ou des constituants de la cellule.
    La chimie profite aussi de cette technologie de haut niveau : détection de substances polluantes dans l’environnement, optimisation du fonctionnement des pots catalytiques des voitures, élaboration de nouveaux matériaux.....
    La géophysique bénéficie également des performances de cet outil, pour approfondir la connaissance de la structure des matériaux du manteau terrestre.
    L’étude d’objets d’Art et du Patrimoine permet de caractériser leur composition et par exemple de vérifier l’authenticité de tableaux de maîtres.
    Dans le prochain article, je vous expliquerai comment on produit ces rayonnements.

    “Soleil” est une société civile, dont les deux actionnaires sont le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) et le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), mais elle est aussi aidée par la région Ile de France.
    Elle emploie 350 personnes dont 80% sont des personnels de haut niveau, chercheurs, ingénieurs et techniciens. et en outre une cinquantaine de doctorants ou post-doctorants.
    De plus, près de 2000 scientifiques extérieurs viennent chaque année faire des expérimentations, de France et de l’étranger, du monde de la recherche public et privé, et de l’industrie.

    Soleil a été implanté sur le plateau de Saclay car l’anneau du synchrotron doit être d’une stabilité exceptionnelle et la géologie du plateau permettait d’assurer cette stabilité (à grand renfort de béton et de piliers enfoncés dans le sol; la dalle de béton ne doit pas se déformer de plus de 0,1 mm dans le temps)..
    Il est implanté à coté du centre du CEA et près des grandes écoles regroupées sur le plateau et de la faculté d’Orsay, ce qui représente une concentration favorable au plan scientifique.
http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Synchromonde.jpg

    Il existe d’autres synchrotrons dans le monde et en Europe (cf la carte ci contre) et notamment à l’ERSF, en France à Grenoble, qui fonctionne depuis 1994.
    L’ESRF (European Synchrotron Radiation Facility), auquel la France contribue à hauteur de 25%, ne permettait malheureusement pas de couvrir l’ensemble des besoins de la communauté scientifique française.
    Le synchrotron SOLEIL apporte donc une seconde source de rayonnement synchrotron de très haute technologie.

    Je vais essayer de vous décrire l’installation dans mes prochains articles, le plus simplement possible, et avec des images, pour que, même si vous êtes au lycée, vous sachiez comment fonctionne ce synchrotron..

Jeudi 9 juin 2011 à 7:37

Souris écureuils marmotte

Je sais que les écureuils plaisent à beaucoup d'entre vous, alors voici une troisième séries de photos qui me rappelle ceux que j'observe en Bretagne,

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive15-copie-1.jpg





Celui là il ressemble à "Papa Queue Noire" de Saint Colomban : ventre blanc, dos roux, tête et queue noire.







http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive19-copie-2.jpg








et cette miss écureuil ressemble beaucoup à Maman Queue rousse, dont le panache flamboie dans la lumière.






http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive28.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive27.jpg





























D'ailleurs jugez en vous même, voici la vraie bretonne Maman Queue Rousse, descendant d'un de mes pins...








http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive22-copie-1.jpg







Causette sur un mur en famille; le petit de gauche ressemble beaucoup à celui que je vois dans les arbres de mon jardin, jouant avec ses parents.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive07-copie-3.jpg








Un saut superbe. Je n'ai jamais réussi à en cadrer un, cela va trop vite pour un appareil numérique surtout au téléobjectif !

Mercredi 8 juin 2011 à 8:32

Libertés et règles

    Beaucoup d’entre vous, probablement en raison du martelage médiatique d’avant-hier, me demandent ce que je pense de l’affaire DSK.
    Je n’ai jamais jugé autrui et sur l’affaire elle même, je me garderai bien de me prononcer, n’ayant pas les éléments quant à une culpabilité ou une innocence.


    Au plan politique, cette affaire me fait plutôt dire que nous n’avons pas besoin, après un Sarkozy, d’une part d’un président aux moeurs de Berlusconi,  et que je ne sais pas si un président aussi riche et louant pour une nuit une suite de 180m2 ou une villa aussi luxueuse, aurait été très conscient de la souffrance des chômeurs et des pauvres.. Finalement je préfère, chez les socialistes, une Martine Aubry ou un François Hollande, plus conscients de ce qui se passe en France.

    Sur le plan du traitement qui lui a été infligé, l’exhiber ainsi menotté, humilié et fatigué me choque comme étant l’épreuve du pilori, mais cela ne m’étonne pas de la justice américaine, et de leur opinion publique, très différentes des nôtres et j’ai fait des articles sur ce sujet, les 20 et 21 mai.
    La présomption d’innocence n’existe pas et les comportements ressemblent à une vengeance à priori, primaire et puritaine, qui souvent touche aussi la victime.
    Une personne qui est accusée devrait avoir droit à la protection de sa vie privée, or aux USA les coordonnées des accusés d’infractions sexuelles sont publiées pour que chacun sache qui habite dans son quartier et on peut trouver ces renseignements sur i-phone.
    Mais cette inhumanité concerne aussi la victime, car dans la confrontation accusation-défense, la défense va s’efforcer de salir par tous les moyens sa réputation, en fouillant sa vie pour savoir si elle n’a pas menti, commis une faute ou avoir connu une vie sentimentale tumultueuse.
    Ce sont des détectives privés qui vont faire ces enquêtes.
    Le procès est en fait la confrontation de l’équipe d’un procureur élu et d’un cabinet d’affaires d’avocats et il faut pour chacun gagner à tout prix, pour devenir influent et riche.
    Cette privatisation de la justice est, à mon avis, un danger immense.
    Pour la justice mais pour les citoyens aussi.


    http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/images-copie-6.jpgCar si cette privatisation et tous les arrangements plus ou moins magouilleux qui évitent d'en arriver au procès, épargne le budget de l’Etat américain, par contre, si le riche qui peut se payer des avocats prestigieux peut espérer semer un doute suffisant dans le jury pour ne pas être condamné, les prisons américaines sont bourrés de gens pauvres, issus des minorités ethniques (noirs hier, hispaniques aujourd’hui), mal défendus par des avocats commis d’office, et sans moyens financiers pour mener les investigations policières nécessaires pour prouver l’innocence ou la faible culpabilité de leur client, l’enquête à décharge leur incombant entièrement.
    En fait le système américain ne s’intéresse pas à la vérité.
    Le seul qui pourrait s’y intéresser, le juge, est souvent élu lui aussi, et il n’est que dans une position d’arbitre qui contrôle les débats, mais pas les faits. Le jury d’ailleurs débat tout seul, sans juge pour lui rappeler la loi, qui n’est aux USA qu’une jurisprudence.
    De plus le système américain vit dans la religion de l’aveu.
    Si vous êtes pauvre et que vous ne pouvez pas prouver votre innocence, mieux vaut avouer une faute mineure pour avoir une peine moindre, et pour le procureur qui n’a pas les preuves suffisantes pour faire condamner le coupable d’un crime, mieux vaut le faire condamner pour vol, que de perdre la face aux yeux de ses électeurs, dans un  verdict de relaxation. Où est la vérité dans tout cela?

    Ces événements sont très révélateurs de la différence entre la justice américaine, sécuritaire, violente et brutale comme la loi des colons de l’ouest.
    Mais ce qui me choque le plus, c’est que Sarkozy, admirateur fervent des USA, et certains élus qui partagent cet engouement retardataire, prennent la justice américaine comme modèle et voudraient transformer la justice française pour qu’elle lui ressemble.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/justicedemineurscopie2138a.jpg    Nous sommes face à un discours catastrophique qui monte en épingle les menaces criminelles et qui, alimenté en permanence par la télévision, est relayé au plus haut niveau de l’Etat.
    La nécessité d’une politique sécuritaire doit nous faire oublier l’absence de mesures contre le chômage.
    On généralise les contrôles, la surveillance, la mise sous tutelle de la population.
    On diabolise les monstres et prédateurs récidivistes.
    On nous dit que les enfants naissent criminels et qu’il faut détecter leurs mauvais instincts dès le berceau.
    On nous nourrit avec une psychologie de bazar, une psychiatrie douteuse, des délires sécuritaires et des notions inexactes de droit et de justice.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/sarkozydatipaternitejustice1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/sarkozyjugeinstructionjusticelefebvre1.jpg

    Le “plaider coupable” avec atténuation de peine a été introduit dans notre société par la loi “Pleyben” de 2004.
    On veut supprimer le juge d’instruction, qui instruit à charge et à décharge, contrôle l’enquête policière et dont le souci est la vérité.
    On veut instituer des jurys populaires en correctionnelle, en diminuant le nombre de juges, alors que dans ces délits, la loi est fondamentale mais très complexe, et les jurés ne la connaissent pas.
    On a même lancé l’idée de faire élire juges et procureurs !
    Le juge qui n’est pas assez sévère, parce qu’il veut donner une seconde chance,  inquiète la population et celui qui s’intéresse aux activités des puissants est dérangeant et il faut le muter ailleurs.
    Bien sûr un juge peut se tromper. L’erreur est humaine. Mais je crains que les politiciens ne se trompent encore plus souvent que lui !.

    Et si vous ne me croyez pas, lisez donc le livre du Président de la 12ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris, Serge Portelli :  “Juger”.




    Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer que la justice indienne a aussi des ratés.
    Elle a condamné le 20 mai 2011, Coca cola à verser 2000 roupies (100 €) d'indemnité à un commerçant dont les clients, qui lui avaient acheté des bouteilles de Coca Cola, avait trouvé une mouche morte dans l'une d'entre elle. La justice a estimé qu'il avait ainsi perdu la confiance de ses clients, par la faute de Coca Cola.
    Mais elle n'a pas demandé à la mouche si elle était consentante, et elle n'a pas fait faire d'autopsie pour savoir si la coca était la cause de la mort de la mouche et avait alors droit, elle aussi, à des indemnités.
     En Inde toutes les victimes ne sont pas traitées de la même façon en justice !!
    La mouche, désargentée, avait hélas un avocat commis d'office.! lol


http://lancien.cowblog.fr/images/images/mouchecoca.jpg

Mardi 7 juin 2011 à 8:13

Informatique, médias, internet

  L’affaire des colibacilles m’excède un peu.
    Une voisine vient de me dire qu’elle n’achetait pas de fruits espagnols par mesure de précaution, à cause du colibacille. Je lui ai demandé de m’expliquer comment les vaches pourrait mettre de la bouse contaminée sur les cerises, même en Allemagne, sans monter d’abord sur une échelle !!
    Aux dernières nouvelles des médias, il paraîtrait que le fautif serait le soja d'une ferme biologique allemande de la région. On a peur des produits chimiques, mais pas de la bouse de vache qui sert d'engrais biologique ! Ils n'ont pas encore inventé le sushi radioactif, mais cela va venir !  lol
    Cela c'était hier, et ce matin, la radio dément cette hypothèse. Le feuilleton continue !
    La bêtise humaine a fait de nets progrès.
    Le gavage permanent d'informations de la part des médias sature les cerveaux qui n'arrivent plus à faire la part des  choses...

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/plantecarnivore2-copie-1.png    Je me rappelle des caricatures de mon enfance.
    Un explorateur dans de lointaines contrées, tombait aux mains d’une tribu d’anthropophages.
    Ils commençaient  par le ficeler comme un saucisson  puis le mettaient dans une grande marmite d’eau froide. Il avait demandé pourquoi on le ficelait : la réponse avait été : “pour que tu tiennes dans la marmite qui est trop petite"
    A l’extérieur il faisait  très chaud et ce bain frais était agréable; dommage qu’être ficelé empêchait de nager.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/explorateur.jpgUn anthropophage aux sentiments humanitaires (eh oui cela existe ! ), dit “Vous allez voir, si on chauffe doucement, il ne s’apercevra de rien”
    Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe et elle est bientôt tiède.
    L’explorateur trouve cela plutôt agréable et continue à profiter de son bain en sifflant
    La température continue de monter. L'eau est maintenant chaude.
    C'est  un peu plus que n'apprécie l’explorateur, ça le fatigue un peu, mais  il ne s'affole pas pour autant..
    L'eau est cette fois vraiment chaude
    L’explorateur commence à trouver cela désagréable, mais il s'est affaibli,  alors il supporte et ne fait  rien.
http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/marmite.jpg













    Il reste perplexe quand on lui demande de bien remuer les pieds pour que les pommes de terre et les carottes n’attachent pas au fond de la marmite.
    La température continue à monter jusqu'au moment où l’explorateur va tout  simplement finir par cuire et mourir.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/indigenesbis.jpg

    Si le même explorateur avait été plongé directement dans l'eau à 50°, il aurait compris qu’il fallait réagir pour sa survie et aurait sans doute donné le coup de pied adéquat qui l'aurait peut être éjecté de la marmite et lui aurait permis de discuter du menu du repas..







    Ceci est bien connu des psychologues et des hommes politiques : lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du  temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte .
    Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques années, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons.
   


http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/marianne-copie-1.jpg


    De nombreuses choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées et nous dérangent faiblement à ce jour,  ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.

    Au nom du progrès et de la science, ou simplement en bourrant le crâne des gens d'idées fausses, les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité , à l'intégrité de la nature, à la beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et inexorablement avec la complicité constante des gouvernants et des victimes, ignorantes ou démunies.
   



http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/DownloadedFile-copie-2.jpg





    Alors si nous ne sommes pas déjà à moitié cuits,  il faudrait peut être le coup de patte salutaire avant qu'il ne soit trop tard, pour nous sortir de la marmite.

   
Je ne sais pas si c’est le temps orageux qui m’excite, mais j’aurais envie de faire des articles sur les choses qui m’énervent dans notre monde souvent absurde.

    PS : ne m'accusez pas de racisme : toutes les photos que j'ai trouvées représentent les cannibales en noir et les pots-au feu en blanc, mais je n'ai jamais dit qu'il n'y avait pas de cannibales blancs et d'explorateur noir !
    Et puis ne me jetez pas la pierre, ce n'est que de l'humour noir !.

Lundi 6 juin 2011 à 8:17

Animaux

Souvent une famille de hérissons se promène dans mon jardin en Bretagne, mais la nuit seulement, alors je n'en ai pas de photo.
On arrive à les voir au clair de lune, car ils communiquent en sifflant.
Une de mes correspondantes a eu la gentillesse de m'envoyer des photos de petits hérissons et je l'en remercie.
Voyez comme ils sont mignons !


http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/ATT000023.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/ATT000056.jpg
























http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/ATT000045.jpg
































http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/64653420.jpg













      Mais un petit hérisson devient un adulte aux multiples piquants




















http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/118223.jpg










    Et il lui arrive même de dormir

Dimanche 5 juin 2011 à 9:05

Notre cerveau : émotions

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1002431.jpg
    La plupart des textes philosophiques ou religieux affirment qu'il est plus difficile de régner sur soi-même que sur autrui. Le pouvoir exercé sur les autres serait une passion qui rend esclave.
    En observant nos gouvernants ou certains patrons d’entreprise, j’avais plutôt adhéré à cette assertion, mais je n’avais jamais cherché à l’expliquer    ;
    Je viens de trouver dans un article, un début d’explication que je vais essayer de vous résumer.


    Il faut d’abord expliquer ce que les psychologues appellent le phénomène de “rebond cognitif”.
    Si I'on vous demande de décrire votre travail sans prononcer les mots bureau, ordinateur, écran, souris, papier, stylo...., vous y arriverez sur le moment en faisant très attention, mais ces mots seront tellement présents ensuite dans votre cerveau qu’il auront tendance à vous revenir à I'esprit de façon plus insistante. Dès que votre exercice sera terminé, vous aurez du mal à empêcher leur retour.

    La psychologue Ana Guinote de I'Université du Kent, a montré que les individus puissants sont plus vulnérables au rebond cognitif et que les personnes dotées de pouvoirs importants éprouvent encore plus de difficultés à empêcher le retour des stéréotypes qu’ils ont occultés pendant une réunion ou une séance de communication.
    Elle a demandé à de telles personnes de parler des Noirs en évitant I'emploi de tout stéréotype racial. Elle a constaté que les stéréotypes revenaient de façon particulièrement insistante après la fin de I'exercice.            
    Elle pense que les individus puissants sont motivés pour réaliser des actions, réussir des projets lorsqu'ils peuvent trouver facilement des arguments en leur faveur de ce projet, peut-être parce qu'ils sont habitués à décider rapidement et en allant à l'essentiel, peut-être aussi parce qu'ils sont moins obligés de justifier leurs décisions par de nombreux arguments qu’il faut trouver et défendre contre les contradicteurs.
    Plus leurs pensées sont facilement accessibles plus les arguments leur viennent facilement à I'esprit, plus leur motivation est grande.
    Dès lors, quand ils doivent s’obliger à ne pas parler des Noirs de façon stéréotypée et raciale, les pensées “interdites” sont particulièrement accessibles, comme pour toute personne. Mais dans I'esprit des “puissants”, cette accessibilité est convertie en motivation : leur esprit est motivé pour utiliser ces stéréotypes et c'est ce qu'ils font dans la phase de rebond cognitif.
 
http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/images-copie-3.jpg
    Ce comportement a-t-il des conséquences sur l'exercice du pouvoir ?
    On peut se dire, pas très sérieusement, j’en conviens, que notre Président doit compte tenu de son langage peu châtié habituel, faire un tr!ès gros effort dans ses réunions officielles, ce qui expliquerait ensuite que lors de visite, certaines réactions spontanées et écarts de langage ressortent.



    Mais on peut trouver d’autres exemples de comportement plus sérieux.
    J’ai connu dans mon travail, un chef de service qui avait  plus de femmes que d’hommes dans ses bureaux, et il s’efforçait de rejeter tout.jugement stéréotypé à propos des femmes dans son travail normal.
    On était étonné ensuite quand on le côtoyait le soir, au sortir de l’entreprise,  de voir ressurgir ces stéréotypes encore plus fortement et de l’entendre tenir des propos désagréable sur ses collaboratrices et employées (peu compétitives, plus préoccupées par leur vie de famille que par leur travail, souvent absentes ....), alors que si l’on approfondissait la discussion, on s’apercevait que cela ne correspondait pas au fond de sa pensée.
    On est aussi étonné de voir combien nos politiques manient en public la langue de bois, et ensuite dans le privé, tiennent des propos très contradictoires par rapport à leur dires officiels.

  
  C’est I'effet rebond : on ne peut pas toujours être maître des autres et maître de soi...

Samedi 4 juin 2011 à 8:12

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/concombre.jpg

    Depuis quatre jours on n’entend plus parler que de concombre et de maladies et de morts, provoquées par la toxine d’une bactérie pourtant assez courante : le colibacille.
    Effectivement il y a dans la région de Hambourg en Allemagne plusieurs centaines de malades et on déplore 17 morts, les malades étrangers ayant voyagé dans cette région.
    On a accusé les importations espagnoles : c’est tellement mieux d’accuser les étrangers que d’avouer que cela peut venir de chez soi !
    Une fois de plus la presse a raconté n’importe quoi et a oublié comme les autorités d’ailleurs, que la présomption d’innocence ne s’applique pas qu’aux personnes mais aussi aux communautés de personnes.
    Certes il faut trouver d’où vient cette contamination, et il faut mettre en garde les personnes, mais les pouvoirs publics et les médias devraient se rappeler que toute action dans ce domaine provoque de nos jours une psychose et un affolement, les gens ne réfléchissant pas plus que les pouvoirs publics et les journalistes et s’affolant avec une facilité déconcertante.
    Il faudrait pourtant se rappeler l’affolement et les mesures intempestives prises lors de l’affaire de la “vache folle” et la faillite de tous les commerçants tripiers et de certains éleveurs qui en avait résulté, alors que le danger était minime et pouvait être enrayé par des mesures simples.
    Mais le “prion”  qui était à l’origine de la maladie de la vache folle (voir mon article “Prions mes frères” du 7 mars 2009) et de celle chez l’homme de Creutzfeldt -Jacob, était peu connu alors que le colibacille est lui étudié depuis plus d’un siècle.

    Je vais donc vous dire quelques mots sur cette bactérie dont nous abritons des milliards dans notre système digestif. le colibacille ou “escherichia coli”, qui est un “organisme modèle”  utilisé dans tous les cours et les laboratoires de biologie.
    Elle a été découverte en 1885 par Théodore Escherich, d’où son nom.
   
    http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/52265c0de3.jpgC’est une bactérie en forme de batonnets “procaryote”, (c’est à dire qui ne possède pas de noyau cellulaire, contrairement aux cellules “eucaryotes”).
L’ ADN du colibacille normal est à double brin circulaire et comprend 4,6 millions de paire de bases puriques (voir mes articles sur l’ADN début juillet 2010).
    Cette bactérie prolifère facilement à 37 d° , se répliquant toutes les 20 minutes (c’est pour cela qu’elle est beaucoup utilisée en laboratoire en lui rajoutant des morceaux d’ADN pour faire des recherches sur les protéines).

    C’est une bactérie communément trouvée dans les intestins de mammifères, humains compris, qui n’y est pas pathogène et a au contraire une grande utilité. I
    Mais il en existe différentes formes dont certaines sont pathogènes, provoquant des infections intestinales, urinaires ou génitales, voire des hémorragies. Les colibacilles pathogènes ont des ADN différents.

    Les E coli ET  (entéro-toxigénique) sont responsables des entérites infantiles ou chez les adultes notamment dans les pays en voie de développement  (la “turista” des voyageurs) ou chez de jeunes animaux. Symptômes : diarrhées, nausées, douleurs abdominales et peu de fièvre. Ils agitssent sur l’intestin grêle.
    Les E coli EI  (entéro-invasive)  sont responsables de syndromes dysentériques caractérisés par une forte fièvre, des crampes abdominales et des nausées, accompagnés d’une diarrhée aqueuse qui évolue rapidement en une dysenterie (selles contenant du sang et du mucus). Ils envahissent le colon.
    Les E coli EP  (entéro-pathogène) sont responsables de gastro-entérites infantiles, graves et épidémiques chez les nourrissons en bas âge
    Les E coli EH  (entéro-hémorragique) sont responsables de colites hémorragiques. Le principal réservoir de ces bactéries est le tube digestif des bovins; la contamination humaine se fait par l'intermédiaire d'aliments, principalement la viande de bœuf hachée et le lait cru.
    Il semble que la bactérie responsable des maladies en Allemagne soit de ce type. Elle serait issue du mixage génétique de deux sortes de ECEH et aurait pris à chacune d'elle ce qu'elles ont de pire : une résistance aux antibiotiques, et une toxine ultra virulente.
    Les E coli EAgg  (entéro-aggrégative) et E coli DA (à adhésion diffuse)  sont des sous classes qui diffèrent par leur ADN ou par leur action qui n’est pas due à une toxine mais par des aggrégations de ces cellules.
Les ECDA interviennent en particulier dans des infections extra-intestinales, par exemple des abcès.

   http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/2999106971.jpg Le colibacille ne vit pas à l'air libre ni sur les surfaces telles que des tables ou des comptoirs et n'est pas transmissible par la toux, un baiser ou l'interaction normale quotidienne avec les amis ou les voisins. Il ne se reproduit que dans le corps de l'homme et des mammifères ou en culture bactérienne.
    Les infections par le colibacille peuvent se transmettre par de nombreux aliments tels que le boeuf haché insuffisamment cuit, le jus de pomme et le lait non pasteurisés, le jambon, les viandes insuffisamment cuites, les sandwichs, les légumes crus, le fromage non pasteurisés et l'eau contaminée, dans la mesure où ces aliments ont été en contact avec des excréments ou avec des objets ayant été récemment en contact avec eux..
    Lorsque vous consommez des aliments ou de l'eau contaminés, cette infection peut se transmettre d'une personne à l'autre par contacts des mains à la bouche.
    La maladie ne peut se propager que si vous n'observez pas les règles d'hygiène concernant le lavage des mains ou la manipulation des aliments.
    Il faut à la bactérie le temps de se multiplier et donc la maladie n’apparait que quelques jours, voire deux semaines après la contamination.



    En définitive, je suis étonné de l’imprudence des pouvoirs publics.
    Des mesures simples et limitées à la région de Hambourg auraient suffit pour prévenir et lancer la lutte contre la maladie, sans accuser  inconsidérément n’importe quoi et n’importe qui.
    Bien préciser que seule la région de Hambourg était concernée, recommander dans cette région de s’abstenir pendant quelques jours de manger des légumes et fruits crus, le temps de déterminer l’origine de la maladie, bien préciser que tout ce qui est cuit à plus de 65 d° est inoffensif, et appeler l’attention sur le fait qu’il est toujours préférable de laver soigneusement les légumes et de se laver les mains après être allé au wc et également avant les repas ou toute préparation culinaire, quelque soit d’ailleurs le microbe concerné.
     Et je continue à manger légumes et fruits, même espagnols. Je n'habite pas la région d'Hambourg mais en France et il en faut plus pour que j'arrête de raisonner logiquement et que je panique !

    Recommandation des biologistes  pour prévenir les infections par le colibacille :

    - Cuisez bien le boeuf haché, jusqu'à ce que la température intérieure atteigne 70 °C ou jusqu'à ce que le jus soit clair et que la viande ne soit plus rose.
    - Ne buvez que le jus de pomme et le lait pasteurisés. Ne laissez jamais les enfants goûter le lait provenant directement de l'animal.
   -  Lavez tous les fruits et les légumes avant de les manger.
    - Prenez la bonne habitude de toujours vous laver les mains soigneusement.     Lavez-vous les mains à l'eau savonneuse après être allé aux toilettes, après avoir manipulé des couches, des animaux domestiques ou du bétail et avant de préparer les aliments.
   -  Lavez et désinfectez les comptoirs, tables et les ustensiles qui ont été en contact avec de la viande crue et de la volaille ou des légumes terreux.
    - Utilisez des surfaces de travail et des ustensiles distincts pour préparer les aliments crus et les aliments cuits.
    - Gardez les aliments froids à une température de 4 °C ou moins. Gardez les aliments chauds à 60°C ou plus.
    - Ne buvez que l'eau provenant d'une réserve destinée à la consommation humaine. Ne buvez pas dans les cours d'eau et les lacs ouverts.

Vendredi 3 juin 2011 à 8:40

Photos, photos comiques

Je publie à nouveau des photos trouvées sur internet, de personnages connus, lorsqu'ils étaient jeunes.
Les reconnaîtrez vous ?


http://lancien.cowblog.fr/images/images/obama.jpg








Celui là sûrement car il n'a pas tellement changé depuis qu'il était lycéen à Honolulu : c'est....

Barak OBAMA












http://lancien.cowblog.fr/images/Photosactualite1/clinton.jpg










Cela m'étonnerait que vous identifiez ce couple de hippies : ce sont ...


Bill et Hilary CLINTON





http://lancien.cowblog.fr/images/Photosactualite1/poutine.jpg







Ce petit mignon a l'air un peu faux jeton; il était détesté de ses camarades car il cafardait. Plus tard il sera le chef du KGB, c'est ...

Vladimir Poutine






http://lancien.cowblog.fr/images/Photosactualite1/degaulle.jpg












Ses professeurs jugeaient ce lycéen " turbulent,  batailleur,  désobéissant  et  insupportable " , et pourtant il est devenu un grand homme, c'est

le Général de GAULLE













http://lancien.cowblog.fr/images/Photosactualite1/Sarkozy.jpg








Cet étudiant criant sa colère contre les réformes augmentant la sélection dans l’enseignement (on le comprend, il a raté beaucoup de ses examens et n'a presque jamais fini ses cursus !!), vous ne le reconnaîtrez pas , c'est...

........ Nicolas SARKOZY

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast