Mardi 11 octobre 2011 à 8:27

Chiens

Aujourd'hui, repos et je vous propose des images de notre meilleur ami, le chien.

http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/Diapositive38-copie-1.jpg








Ce husky a l'air bien heureux de tirer le traineau.








http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/Diapositive39-copie-2.jpg









Et ce petit chien s'en donne à coeur joie,






http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/Diapositive36.jpg









Cet autre a l'air bien malheureux en attendant son maître sur le parking,






http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/Diapositive18-copie-1.jpg








Quelle est cette drôle de bête qui sent le poisson ?






http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/Diapositive20.jpg








Il y aussi parfois des chiens facétieux !









http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/Diapositive10.jpg












Et enfin, ne trouvez vous pas adorable ce bébé chien ?






















Lundi 10 octobre 2011 à 7:59

Amour et peines de coeur

  http://lancien.cowblog.fr/images/images/photo59289557small1.jpg  Je vous parlais hier des chagrins d’amour liés à des amourettes  et je disais qu’il fallait vite s’en remettre car c’était chose courante.
    Mais je connais aussi des ruptures et des chagrins plus graves, qui concernent en général des jeunes filles ayant plus de 20 ans, et qui avaient un compagnon avec lequel elles vivaient depuis un à trois ans, et qui pensaient qu’elles resteraient au moins une partie de leur vie avec lui.
    Cela arrive sûrement aussi à des garçons, mais c’est peut être moins fréquent et ils se confient moins à moi.
    Je ne peux donc parler que de ce que je connais et là depuis un mois, j’ai de nombreux exemples de telles ruptures, hélas..
    Je ne suis pas trop étonné que cela arrive.
Il est certain que les moeurs ont changé, par rapport au temps où j’étais jeune, et quand on voit que pour des adultes, presque la moitié des mariages récents finissent par un divorce, il n’y a pas de raison que cela n’arrive pas à des jeunes qui ont eu la sagesse de ne pas se marier officiellement.


    Ce qui m’inquiète et que je ne comprends pas, c’est la façon dont cela se passe.
    J’ai bien connu certains de ces couples, parfois même les deux partenaires. Ils étaient bien assortis, ils s’étaient connu un certain temps avant de vivre ensemble, ils avaient des goûts voisins, des éducations et des niveaux de formation voisins, les deux familles avaient adopté l’autre jeune, et il n’y avait pas de gros problème matériel, même si la vie était parfois difficile.
    Bref ils s’aimaient, s’entendaient bien et avaient même fait des projets d’un avenir commun. Il n’y avait pas de tierce personne (amant ou maîtresse) dans le couple. Rien ne laissait prévoir une catastrophe.
    La vie en commun peut devenir monotone, l’amour peut diminuer peu à peu et les personnes d’un couple diverger. On le sent venir, il n’y a plus le même accord, le même entrain, des heurts et des discussions apparaissent. Il n’y a plus la joie d’antan.
    Mais là rien de cela :  tout à coup, soit avant, soit après les vacances, le garçon dit à la fille que tout est fini entre eux.

    Les raisons invoquées ?

http://lancien.cowblog.fr/images/images/400F2068826236AScQj3AwnVVoRS86yyANDB4mQMWdWP.jpg    Pour certains que le courage n’étouffe pas, aucune raison n’est donnée ; le garçon évite la discussion, il s’est contenté d’un coup de téléphone ou d’un mail.
    Pour d’autres, ils déclarent à leur amie qu’ils ne l’aiment plus, sans autre explication valable. Pourtant l’amour ne disparaît pas comme cela, sans raison, brutalement.
    D’autres évoquent un besoin de liberté, de retrouver une vie qui n’est plus prévue, d’être maître de leur destinée. Là d’ailleurs ils font une grosse erreur; toute vie à deux implique que l’on choisisse ensemble sa vie.
    Certains qui ont été en voyage ou en stage pendant les vacances, disent qu’ils ont découvert une vie différente et que la contrainte du couple leur pèse maintenant.
    Pour certains qui finissaient leurs études, les possibilités d’emploi ont séparé géographiquement les deux partenaires, encore que le garçon n’ait guère fait d’effort.
    Enfin peut être y en a t’il qui ont “pété les plombs”   

    Je ne m’inquiète guère quand je vois finir des amourettes.
    Mais quand je vois  rompre tout à coup, un garçon de plus de 20 ans qui semblait amoureux d’une fille depuis plusieurs années et que tout semblait pour le mieux, leur couple étant bien assorti,, là je me dis que je suis vieux et que je ne comprends plus la mentalité des garçons actuels.

Dimanche 9 octobre 2011 à 8:13

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/images/Lespeinesdecaeur.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/1589811.jpg    "L'Amour... L'Amour... On nous dit que c'est la plus belle chose au monde mais aussi celle qui fait le plus souffrir... Pourquoi une chose si agréable quand on l’a, doit forcément repartir et nous laisser dans un état de désespoir?”



        Je reçois souvent des mails de jeunes adolescentes, me demandant : comment éviter les peines de coeur ?
Il est bien difficile de répondre à une telle question car elle dépend beaucoup de votre personnalité et de celui ou celle que vous aimez ou aimeriez.

        Je crois d’abord qu’à votre âge, (13 à 18 ans) il faut être raisonnable et ne pas céder à la mode et ne pas croire qu’on est anormal parce qu’on n’a pas de petit ami et donc qu'il ne faut pas rechercher fébrilement et sans réfléchir le compagnon de son coeur.

        Je sais que beaucoup d’entre vous se sentent seules et même sentimentalement abandonnées parce que les adultes ne sont pas de votre âge et ceux de votre âge sont de simples copains avec lesquels vous vous amusez bien, mais cela ne comble pas ce “vide sentimental”.

        Parmi celles qui m’écrivent, il semble que les plus raisonnables (et les moins malheureuses), soient celles qui ont de “vrais amis”, cette amitié leur permettant de combler ce vide et leurs sentiments, en attendant “le véritable amour”, plus tard quand elles seront plus adultes.

        Peu d’entre vous ont la lucidité de se rendre compte que déjà le choix de l’être aimé est très difficile pour un adulte qui a l’expérience de la vie, mais qu’à votre âge, où de plus votre personnalité est encore inachevée, ce choix est impossible, du moins pour un amour durable.
    Il faut vous dire que si deux ados s’aiment, ce sera dans la plupart des cas, un amour "éphémère “.
    Le grand amour cela se vit, mais tant qu’on ne l’a pas trouvé, il vaut parfois mieux en rêver qu’en vivre un trop éphémère.

        Je suis un peu effaré aussi de la jalousie qui torture la plupart des ados qui m’écrivent et la fâcheuse tendance à la course à la séduction, par vantardise auprès des copains pour les garçons, par jalousie de la copine, chez les filles.
        Qu’à votre âge vous testiez votre pouvoir de séduction, même inconsciemment, c’est normal pour un(e) ado qui sort de sa chrysalide, mais je trouve anormal que cela se fasse sans envisager les conséquences que cela peut avoir sur les autres (quand ce n’est pas aller jusqu’à se moquer de leur défaveur et de leur peine).

        Mais je comprends aussi votre besoin d’amour. Dans cette atmosphère de tristesse (voire pour certains de désespoir) où certain(e)s se trouvent (et il faudrait essayer de comprendre pourquoi ?), l’amour d’une autre personne est l’élément salvateur, la chaleur d’être aimée est la bouée à laquelle vous vous raccrochez!
        Ce n’est pas vrai que pour les ados,, car, pour un adulte aussi, l’existence devient bien vide s’il n’y a plus amour ou espoir d’aimer et d’être aimé.

    Et en cas de chagrin d’amour, je crois qu’il faut penser à ce conseil :
“Pour oublier un amour il faut : beaucoup s'occuper pour ne pas trop y penser, laisser le temps passer, ne pas trop regretter, se rappeler ses beaux instants et rêver d'un autre amour, jusqu'à ce qu'on le trouve.”

Samedi 8 octobre 2011 à 8:19

Chats

http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/3941528.jpg

  Aujourd'hui, j'ai la flemme, des problèmes de fuites d'eau dans les immeubles et en plus du travail à faire sur mon mac !! En plus, après l'été indien de ces derniers jours, il fait froid, à ne pas mettre un chat dehors. On se croirait à Noël.
    Alors mon article sera des plus courts.
    Ma fille m'a envoyé une adresse internet qui correspond à une petite animation adorable, et je vous incite donc à aller la voir.

http://www.jacquielawson.com/viewcard.asp?code=1560479383964&source=jl999     (<--  cliquez ici)

    Une fois sur le site, vous cliquerez sur le manche du pinceau pour démarrer l'animation.

Vendredi 7 octobre 2011 à 8:39

Oiseaux

http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/article1221163.jpg

    Une de mes correspondantes a un perroquet depuis quelques mois et il paraît qu’il est jaloux de son petit ami et “l’engueule” chaque fois qu’il vient la voir. Celui-ci crie aussi et le perroquet crie plus fort. Elle envisage d’acheter des boules quies.
    Elle me demande si c’est vrai que les perroquets vivent très vieux et si je connais personnellement de tels oiseaux.
(J'avoue être un peu choqué qu'elle ne m'ait pas demandé si son petit ami pouvait aussi vivre longtemps !! lol ).

    Les perroquets peuvent dépassent 100 ans !. Le perroquet de Winston Churchill a vécu plus longtemps que son maître, et en 2006, d’après un journal anglais, elle avait 104 ans (c’était une femelle) et elle jurait encore en imitant la voix de son ancien maître “Putains de nazis !”
    Personnellement je connais dans un hôtel de Carnac, deux perroquets qui ont 90 ans, la patronne de l’hôtel les ayant eu quand elle était toute petite. Elle et son mari adoraient les opéras et ses deux perroquets ont encore un répertoire de ténors assez fourni.

    Ce sont des bêtes intelligentes. Une amie de ma grand mère avait, lorsque j’étais gosse, un perroquet vert et jaune, qui connaissait des airs de Mozart, qu’il chantait “la, la, la....”, probablement comme sa maitresse.
    Il avait un défaut, il n’aimait pas rester seul longtemps et au bout d’une heure environ, cela l’agaçait et il se mettait à crier “au secours”, et évidemment les voisins venaient voir. Un jour ce sont les pompiers qui sont venus et on sait ce qu’ils ont dit, car le perroquet, tout joyeux répétait ensuite “tais toi, coco, espèce d’imbécile”  !
    Ce perroquet adorait la compagnie et intéresser ses interlocuteurs. Il leur parlait et s’ils ne répondaient pas, il venait plus près et leur disait “alors, ça va, monsieur, (ou madame) “.
    Il se basait sur les vêtements portés pour le choix de monsieur ou madame et à l’époque les femmes ne portaient pas de pantalon, sauf une amie originale de ma grand mère (qui était artiste peintre), et le perroquet l’appelait toujours monsieur, ce qui la faisait beaucoup rire.

    J’ai vu aussi un perroquet d’une maison proche de la plage à Saint Colomban, voler jusqu’à la mer, plonger nager, repartir et finir par revenir avec un poisson dans le bec. Je ne sais pas ce qu’il en a fait ensuite. (et je vous assure ce n'était pas un pélican !)

    Et j’ai lu que des perroquets australiens qui avaient retenu un certain nombre d’expressions anglaises, les apprenaient à leur descendance !!

Jeudi 6 octobre 2011 à 7:47

Energie, nucléaire, économies

http://lancien.cowblog.fr/images/ZFleurs2/1002839.jpg

         Savez vous ce qu’est la DSM ?
    Je connaissais la “direction des sciences de la matière” du Centre de l’Energie Atomique à Saclay, qui fait des recherche notamment sur le climat et l’environnement, et sur les nanotechnologies. Cela désigne aussi le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders : DSM), publié par l'Association Américaine de Psychiatrie, qui classifie et catégorise les critères de troubles psychiatriques.
    Mais la DSM dont je vais vous parler est la Dutch State Mines), une entreprise des Pays-Bas, qui a pour activités  : nutrition, produits pharmaceutiques, matières performantes et chimie industrielle et se présente comme un géant des nouvelles technologies.
    Rassure toi Kaa, je ne vais pas faire de la pub pour cette société.
    J’ai simplement lu un article qui m’a amusé et je veux vous en parler.

    Les biocarburants n’ont pas un intérêt très grand au plan de l’écologie.
En effet, à rendement égal avec l’essence, les émissions de CO2 sont voisines, et le coût de la production est supérieur au coût actuel de l’essence.
    Surtout la première génération utilisait des produits dont la culture concurrençait celle de matières comestibles, ce qui est néfaste pour l’alimentation mondiale.
    Mais ils ont l'énorme avantage de nous rendre indépendants du pétrole et des pays qui le produisent.
    Les études s’orientent vers l’utilisation de matières non comestibles, comme les déchets de végétation, mais les procédés sont pour le moment onéreux et rien n’est industriellement en cours.

    DSM a signé des accords pour introduire une nouvelle technique de fermentation dans des usines tests en Europe et aux Etats-Unis. Un éthanol dérivé de déchets agricoles et de copeaux de bois pourrait ainsi être disponible à la pompe d'ici 2015.
    La synthèse de cet éthanol repose sur un catalyseur à base de d'enzymes et de micro-organismes qu'on trouve dans les excréments d'éléphant et dans les légumes en putréfaction, notamment dans un tas de compost suisse.
    Les chercheurs pensent être en mesure de mettre au point une méthode de production commercialement viable pour transformer en éthanol une matière végétale jugée jusqu'ici inutilisable.
    La technique est actuellement à l'essai dans des raffineries tests qui devraient se lancer dans la production de masse en 2014. Elle s'inspire des mécanismes permettant aux éléphants de digérer non seulement les sucres ordinaires comme le glucose, mais également d'autres sucres de la cellulose des cellules végétales. Des chercheurs américains ont également trouvé dans les crottes de panda des bactéries qui pourraient également permettre de produire du biocarburant. (mais la production des pandas est nettement moindre que celle des éléphants lol).
    Quand les enzymes des éléphants sont combinées avec une autre enzyme découverte dans un tas de compost en Suisse, et elles forment un cocktail qui peut transformer 90 % de la biomasse, soit le double de ce qu'on atteignait jusqu'à maintenant.
    Rares sont ceux qui auraient parié que notre indépendance énergétique vis à vis du pétrole pourrait un jour dépendre des effluves des crottes d'éléphant et d'un tas de compost suisse.
 (renseignements extraits du journal anglais “The Independent”)

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/images.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/accidentvoiture042.jpg

Mercredi 5 octobre 2011 à 8:14

Photos, photos comiques

  Aujourd'hui, repos de vos cerveaux ! lol

Quelques photos comiques ou bizarres en intermède :
http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive12-copie-2.jpg











Jouons d'abord avec le soleil et la lune :







http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive01-copie-2.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive29.jpg















Un bus aux portes originales en tags.












http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive14.jpg











Et sur la route des automobilistes inattendus .....










http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive25.jpg











..... qu'une famille regarde passer









http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive21.jpg








Et cet ours blanc curieux, qui cherche un gîte pour ses enfants (pour moi, c'est un montage photographique !! )

Mardi 4 octobre 2011 à 8:09

Notre cerveau : plaisir et apprentissage

http://lancien.cowblog.fr/images/images/Quecomprennentvraimentlesbebesimagedossierpaysage.jpg    http://lancien.cowblog.fr/images/images/bebepeople.jpg













Je voulais donc vous reparler du cerveau des bébés et de leurs apprentissages.
   
    Les neuroscientifiques commencent à mieux comprendre certains des mécanismes cérébraux qui permettent ces apprentissages.
    Le cerveau des enfants est beaucoup plus plastique que celui des adultes. Ils ont davantage de connexions inter-neuronales, aucune n étant particulièrement efficace, parce qu’elle n’a pas été utilisée dans un but précis, mais au cours du temps, les connexions inusitées sont élaguées et les connexions utiles renforcées.
    Le cortex préfrontal, qui - je vous en ai souvent parlé - contrôle les capacités de concentation, réflexion, prévision, organisation et planification nécessite,  chez les êtres humains, une durée particulièrement longue pour arriver à maturité, car il demande un long apprentissage et de l’expérience de la vie. Le “câblage” de cette région se prolonge jusque l'âge de 25 ans environ.
    On pourrait croire que l’absence de contrôle exercé par le cortex
préfrontal chez les jeunes enfants est un lourd handicap, mais elle estun avantage considérable pour l'apprentissage.
    L’aire préfrontale inhibe les pensées et les actions non pertinentes et donc empêcherait, si elle était totalement matûre, les bébés et les jeunes enfants d’explorer librement leur environnement.
    Il y a une grande différence entre explorer avec créativité, et apprendre avec flexibilité, comme un enfant, et  planifier et agir efficacement, comme un adulte. Les qualités requises pour agir efficacement - par exemple un traitement automatique rapide et un réseau cérébral élagué - sont sans doute incompatibles avec les qualités requises pour apprendre, notamment la flexibilité.

    Un bébé ou un jeune enfant apprennent de la même façon que l’on procède en sciences expérimentales, mis évidemment cette démarhe est partiellement inconsciente.
    Regardez un enfant de six mois qui, assis essaie de prendre un jouet devant lui, lequel comporte un anneau de préhension (un hochet par exemple).
    Il tend la main et vise trop court : il n’atteint pas l’objet.
    Alors il recommence, un peu plus loin et cette fois il va trop loin et la main ne se referme pas sur l’objet.
    Au bout de quelques essais la distance est la bonne, mais il a pris le hochet par le milieu et celui-ci lui échappe. Alors il va faire des essais jusqu’à ce qu’il trouve qu’il faut le prendre par la poignée.
    Pourquoi cette obstination, cette volonté de réussir : parce qu’un ensemble de centres du cerveau (voir mes articles de janvier 2009) vont à chaque essai délivrer un peu de dopamine chaque fois que la performance s’est améliorée et que certains des neurones, activés par cette dopamine, traduisent son arrivée comme un plaisir, une récompense, et au contraire l’absence de dopamine en cas d’échec, comme une sanction.
    Le cerveau se motive lui même en fonction de ses résultats !

    Mais ce système d’apprentissage a vite ses limites si l’enfant est seul.
Il continue  de motiver l’enfant pour l’action, mais celui-ci a besoin des parents pour lui montrer ce qu’il doit faire et pour veiller sur lui.
    Puis les professeurs viennent lui apporter des connaissances et des savoir-faire.
    Le système d’apprentissage est devenu un système de récompense, et d’ailleurs il perd un tiers de ses neurones vers six à huit ans, car son rôle est devenu moindre.
    Enfin, à l’âge adulte, ce système se transforme un peu car il devient la partie du cerveau qui nous incite à trouver une action, une situation agréable (toujours grâce à la dopamine). Ses centres sont devenus les centres du plaisir.

    D'un point de vue évolutionniste, l'une des caractéristiques de l'espèce humaine est sa longue période d'immaturité : nous avons une enfance bien plus longue que n'importe quelle autre espèce.
    Dans le règne animal, l'intelligence et la flexibilité des adultes sont directement liées à l'immaturité des bébés.
    Les espèces « précoces », telles que les poules, dépendent de capacités innées spécifique et elles deviennent donc rapidement matures
    Les espèces « altruistes » (celles dont le petits doivent être soignés et nourris par les parents), dépendent beaucoup plus de l'apprentissage prodigué par les adultes. Les corbeaux, par exemple savent fabriquer un outil avec un bout de fil de fer. mais les jeunes corbeaux dépendent de leurs parents bien plus longtemps que les poulets.

Lundi 3 octobre 2011 à 7:59

Notre cerveau : plaisir et apprentissage

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/1002804.jpg

    Mes articles sur l’éducation et l’instruction semblent avoir été beaucoup lus et m’ont valu pas mal de mails.
    J’aurais voulu corriger deux points que j’ai mal expliqués.


    Je n’ai pas dit qu’il fallait bannir télévision et ordinateurs.
    J’ai dit d’abord que les jeux et facebook ne développaient guère notre intelligence et que donc si on ne faisait que cela, notre cerveau en souffrait.
    Mais il est bien évident que jouer et converser sont utiles; le problème est de n’y consacrer qu’un temps raisonnable et de ne pas négliger le travail pour autant.
    J’ai dit aussi que la télévision et surtout l’ordinateur pouvaient être mieux utilisés et qu’on pouvait aussi s'en servir comme des outils pour développer son intelligence, pour apprendre, pour découvrir de nouvelles choses, ou pour alimenter une passion utile.
    En fait comme je vous l’ai dit, je m’adressais à vous, les jeunes en tant que futur parents. Une de mes filles travaille dans une crèche et je suis alarmé de voir que de jeunes parents se débarrassent de leur tout jeune enfant ele week-end en le mettant devant la télévision et l’ordinateur presque toute la journée. Cela c’est handicaper à vie son développement cérébral. La crèche ne peut se substituer entièrement à l’éducation que donnent les parents et l’enfant a besoin de leur amour et de leur attention.
http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/bebepense.jpg
    Pour que vous compreniez mieux je voudrais revenir en deux articles sur la façon de penser des tout-petits - jusqu’à 3/4 ans, - et sur leur apprentissage.

    Il y a 30 ans, la plupart des psychologues, philosophes et psychiatres pensaient que les bébés et les jeunes enfants étaient enfermés dans I'instant présent et qu'ils étaient incapables de comprendre les liens de cause à effet, d'imaginer les expériences d'autrui, ou d'apprécier la différence entre le réel et l'imaginaire. Même Jean Piaget, qui a pourtant fait beaucoup avancer les connaissances sur les enfants, disait que que la pensée des bébés était irrationnelle, illogique, et égocentrique.
    Depuis les années 2000,  les chercheurs ont commencé à comprendre les mécanismes des centres d’apprentissage du cerveau et ont compris que les enfants acquièrent leurs connaissances sur Ie monde de la même façon que les scientifiques, en réalisant des expériences, en faisant inconsciemment des statistiques, et en formulant des théories intuitives aussi bien en physique, (l’espace et le monde environnant), qu'en biologie (leur propre corps) ou en psychologie (le comportement des autres personnes) et qu’ils acquièrent très vite le concept de cause à effet.
    Les chercheurs ont observé ce à quoi s’intéressaient les bébés, on observé les réactions quand ils savaient comprendre une partie du langage et qu’on leur demandait une action, et ont écouté et questionné des enfants dès qu’ils savaient parler.
    Ils ont alors découvert que les bébés et les enfants de 3 à 4 ans ont acquis déjà beaucoup de connaissances sur le monde qui nous entoure et son fonctionnement, tant physique que psychologique. Cet acquis dépasse largement les sensations immédiates.

    Les bébés font plus attention aux choses et objets nouveaux et au contraire relâchent leur attention quand il s’agit d’un objet connu. En fait leur cerveau recherche inconsciemment ce qui leur apportera le maximum d’expériences nouvelles. A 3/4 ans ils manifestent leur étonnement pour les événements qui ne semblent pas être conformes aux principes de la physique quotidienne. (par exemple une petite voiture-jouet qui semblerait passer à travers un objet opaque).
    Ils acquièrent peu à peu des connaissances sur le maniement de leur corps, et à 3/4 ans ont des notion de croissance, de souffrance, de maladie...
    Pour les bébés et les jeunes enfants, la connaissance la plus importante est celle d'autrui. Plusieurs chercheurs ont montré que les nouveau-nés comprennent déjà que les personnes sont différentes les unes des autres et ils imitent leurs expressions faciales.
    Une expérimentatrice montrait à des enfants âgés de 14 à 18 mois, un bol contenant des légumes crus et un autre avec des petits gâteaux, goûtait un peu de chaque, faisant soit une grimace, soit un sourire et demandait qu’on lui en donne encore à goûter.
    Les bébés de 14 mois lui donnaient toujours des gâteaux, car c'est cela qu ils préféraient eux-mêmes. Les enfants de 18 mois lui donnaient des légumes crus, lorsqu'elle faisait comme si elle les aimait, même si ce n'est pas ce qu'ils auraient choisi pour eux-mêmes.
    A 4 ans, ils peuvent dire qu'une personne se comporte de façon bizarre parce qu'elle croit quelque chose qui n'est pas vrai. (C’est déjà un début d’abstraction).

    Les bébés peuvent même utiliser inconsciemment la relation entre un échantillon statistique et une population d’objets.
    A l'Université de Californie à Berkeley, on a montré une boîte pleine de balles de ping-pong à des bébés de huit mois : il y avait, 80 %de balles blanches et 20 % de rouges. On prenait ensuite cinq balles.  Les bébés étaient plus surpris (c'est-à-dire qu'ils regardaient la scène plus longtemps et plus intensément) quand on sortait quatre balles rouges et une blanche de la boîte - un résultat improbable - que quand on sortait quatre balles blanches et une rouge.
    Avec des enfants de 20 mois, on utilisait des grenouilles vertes et des canards jaunes, et il y avait dans la boite beaucoup plus de grenouilles vertes que de canards jaunes, on sortait 5 animaux et on demandait aux enfants de donner l’un d’entre eux à l’expérimentatrice.
    Les enfants choisissaient au hasard l'un ou l'autre des animaux quand elle sortait, par exemple, surtout des grenouilles de la boîte qui en contenait beaucoup, mais ils lui donnaient de préférence un canard si elle sortait surtout des canards de la boîte qui contenait beaucoup de grenouilles car, apparemment, les enfants pensaient que sa sélection improbable signifiait qu'elle devait préférer les canards.

    Les enfants de 3/4 ans peuvent également saisir le mécanisme de cause à effet.
    On allumait une lampe quand on posait à coté un cube de couleur, soit rouge, soit bleu. La lampe était allumée 2 sur 3 avec le cube bleu et 1 fois sur 3 avec le cube rouge.
    Quand on a donné les cubes aux enfants, ils les posaient près de la lampe pour la faire s’allumer et ils utilisaient beaucoup plus les cubes bleus que les rouges.
    Des enfants étaient devant une boite à musique comportant plusieurs boutons et leviers. Seul un levier et un bouton actionnés successivement pouvaient la mettre en marche.
    L’expérimentatrice faisait une vingtaine de démonstrations dont seule deux ne comportaient que l’usage de ces deux commandes, et dans les 18 autres actionnait avant des boutons et leviers inutiles.
    On demandait ensuite aux enfants de faire jouer la machine.
    La plupart des enfants n’utilisaient que la séquence courte levier bouton pour la faire démarrer.

   
Dans l’article de demain, je reparlerai de notre système d’apprentissage.

Dimanche 2 octobre 2011 à 9:09

Chats

    Intermède aujourd'hui, car j'ai des problèmes de fuites d'eau dans la copropriété et pas le temps d'écrire un aticle : ce sera pour demain !.
     Cela fait longtemps que je n'avais pas publié des photos de chats; en voici quelques unes :


http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/Diapositive33-copie-1.jpg









Chien et chat ne s'entendent pas toujours
















http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/Diapositive19-copie-1.jpg











ou au contraire s'adorent








http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/Diapositive05-copie-1.jpg











C'est mignon deux petits chats noirs





http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/Diapositive45.jpg














surtout si la famille vous regarde
















http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/Diapositive50.jpg











mais un chat n'aime pas que les chiens :







http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/Diapositive46-copie-1.jpg














Mais celui-ci préfèrerait nettement des souris d'ordinateur !




<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast