Mercredi 30 novembre 2011 à 8:18

Violence

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1002818.jpg

        Parmi les problèmes les plus difficiles que j’ai rencontrés auprès de mes correspondantes, je n’ai, je crois, jamais parlé dans mon blog, des viols
        J’ai toujours pensé que c’était trop personnel et trop délicat à traiter autrement que dans l’intimité.
        Mais deux de mes correspondantes m’ont demandé de faire un article à ce sujet, et je vais donc essayer de faire quelques constatations générales.

   
        Tout le monde sait en théorie ce qu’est un viol, mais peu savent vraiment les ravages et les traumatismes qu’ils peuvent causer.
    C’est aussi ce qui m’a incité à écrire cet article, mais malheureusement ce ne sont pas des violeurs potentiels qui le liront.

        Le viol qu’il soit l’objet d’un seul - que cette personne soit ou non connue de la victime - ou pire encore en groupe - ce que l’on qualifie de l’affreuse expression de “tournante”, - c’est un crime et la justice a raison de le qualifier ainsi, car c’est pour une femme et à fortiori une ado, la pire des agressions.
        Mais certains actes ne sont pas qualifiés de viols et sont presque aussi traumatisants : je pense à des soirées très arrosées avec consommation d’alcool et de cannabis, à l’issue desquelles les garçons comme les filles, ne raisonnent plus normalement, et les jeunes ados sont dans un état tel qu’elles ne peuvent plus opposer aucune résistance. Il n’y a pas viol manifeste, mais il n’y a pas consentement non plus, et dans certains cas, il arrive même que personne ne se rappelle de façon précise ce qui est arrivé exactement.
        Il n’empêche que de telles circonstances sont par la suite, presque aussi traumatisantes psychiquement pour une jeune fille que les viols réels. Je les considère aussi comme une agression au même titre que les viols, même si, aux yeux de la justice, ce n’est un crime que dans la mesure où l’on pourrait prouver que l’on a forcé la victime contre son gré, et cette preuve est en général difficile.

        Aujourd’hui je parlerai des séquelles des viols et dans mon prochain article de la façon dont on peut aider leurs victimes.

       J’ai été amené, depuis six ans, à essayer d’aider une vingtaine de jeunes qui avaient subi de telles agressions.
       J’ai plusieurs fois essayé de  rassurer des personnes, ados, jeunes femmes ou personnes plus âgées qui avaient subi une agression non sexuelle : vols à l’arracher, brutalités, voire une fois une blessure sérieuse.
       Même dans le cas de blessures, le traumatisme était moindre que celui d’un viol , non sur le plan physiologique, mais sur le plan psychologique et sentimental à moyen terme.

        Le plus souvent, sauf quand il y a eu des violences physiques importantes, des coups ou une sauvagerie dans le viol entraînant des blessures locales, les victimes ne ressentaient pas de traumatisme et de souffrance physiologiques.
        Par contre, toutes les jeunes qui avaient subi de telles agressions, avaient d’abord un sentiment de honte, non seulement vis à vis des autres mais aussi vis à vis d’elles mêmes, l’impression d’être salies.
        Ce sentiment est sûrement une réaction de l’inconscient car il n’y a aucune réalité physique et aucune d’entre elles n’a pu m’expliquer la raison de ce sentiment extrêmement fort et stressant, qu’il est difficile de combattre.
    Bien sûr elles avaient aussi un haine vis à vis des auteurs de l’agression, mais on l’aurait à moins, et finalement ce sentiment est plutôt salutaire, car il est possible de s’appuyer sur lui pour remonter la pente.

        L’agression  entraîne un  traumatisme d’autant plus important que l’on n’ose en parler à personne et que l’on garde la blessure pour soi longtemps, 
        Le souvenir de la scène est lancinant, revient en permanence et vous obsède et peut mener peu à peu, à la dépression.
        La jeune voit - à tort -, tout avenir condamné pour elle, presque comme si elle avait contracté une maladie incurable.

        Troisième séquelle, qui dure en général longtemps, ces agressions entraînent chez les victimes une peur des hommes.
    Peur évidement de circuler dans la rue , les transports en commun, les lieux publics, de crainte d’une nouvelle agression.
    Mais peur du contact avec n’importe quel homme, voire même des garçons amis. Là encore c’est une réaction de l’inconscient contre laquelle il est difficile de lutter, une obsession, une phobie.
    C’est une répulsion difficile à surmonter mais qui finit par s’atténuer.    Mais il subsiste ensuite en général, une horreur instinctive de toute relation sexuelle et donc une crainte de toute relation amoureuse, qui dure parfois longtemps.
        Il est très difficile de sortir seule de ces pièges; et même si par la suite; un amour sincère et une confiance s’établit avec un “petit ami”, il faudra à celui ci beaucoup de patience et de délicatesse, pour arriver à faire disparaître cette répulsion.

    La plupart de celles que j’ai pu aider n’avaient parlé à personne de ce qui leur était arrivé ou parfois à une amie mais qui n’avait su comment les aider, si ce n’est par son amitié.
    Certains parents n’avaient pas non plus su comment aider leur enfant et en général avait fait appel à un psy et je dois constater que ce recours n’avait la plupart du temps, fait qu’ajouter à la honte ressentie par la victime et les médicaments antidépresseurs administrés rajoutaient plutôt au malaise de l’adolescente.
    C’est donc très difficile d’aider celles qui ont subi de telles agressions et je n’ai réussi à aider à remonter complètement la pente que certaines d’entre elles.
    Le plus difficile c’est d’arriver à surmonter l’état de dépression, de désespoir ou au mieux de grande tristesse, qu’entraîne le choc et aider ne suffit pas, il faut une grande volonté à la victime pour remonter la pente, et l’environnement familial et scolaire est également un facteur important.
   
Et évidement dans cette volonté de s’en sortir, la personnalité de la jeune fille est un facteur prépondérant.

    Nous reparlerons de ceci dans mon prochain article.

Mardi 29 novembre 2011 à 8:12

Photos, photos comiques

Il y a des peintres qui sont doués pour donner à l'image fausse, l'illusion du vrai et faire des "trompe l'oeil"
En voici deux exemples :


http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive07-copie-1.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive09-copie-1.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive14.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive16.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive20.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive25.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive23.jpg

Lundi 28 novembre 2011 à 8:06

Drogue, alcool, addictions

http://lancien.cowblog.fr/images/Vegetation-1/Unknown.jpg

    J’ai déjà fait dans mon blog plusieurs articles sur les effets du cannabis,.
    Je n’avais guère l’intention d’y revenir quand, dans une revue scientifique, le résumé d’un article du professeur Murat Yucel a fait tilt :
    “Imaginez que certains centres vitaux de votre cerveau rétrécissent. Que leur structure se modifie, qu'ils perdent peu à peu leurs capacités et leurs fonctions naturelles. C'est ce qui se passe si vous fumez du cannabis de façon répétée depuis plusieurs années.”
    C’est la conclusion d'une étude menée  à I'Université de Melbourne, en Australie.

    Il ne s’agit pas de fumeurs occasionnels, mais de gros fumeurs, 15 hommes d’environ 40 ans, ayant fumé en moyenne cinq joints par jour pendant dix ans, et qui présentaient ainsi des troubles émotionnels et de la mémoire.
    Grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM), le Pr Murat Yücel a analysé leur cerveau, d’autres sujets, non-consommateurs, ont constitué un « groupe contrôle ».
    Ces examens ont révélé un rétrécissement de deux centres cérébraux: I'amygdale cérébrale (-7 %) et I'hippocampe (-12 %) , centres que vous connaissez si vous avez lu mes articles sur le cerveau.

    L hippocampe est le “professeur de la mémoire”, nécessaire pour mémoriser, mais aussi pour se rappeler les faits passés, ou les mots stockés en mémoire et qui joue un rôle essentiel dans l'apprentissage.
    Une étude publiée en 2007 avait déjà montré que la consommation de cannabis entraîne des pertes de mémoire, des difficultés d'attention et des troubles du langage. Ce résultat est donc conforté par I'imagerie cérébrale.
    Ainsi, le cannabis fait peser une menace sur les capacités de mémorisation, d’utilisation du langage, d'adaptation et d'apprentissage, en faisant diminuer le volume de l'hippocampe.


    Les centres amygdaliens, nous en avons souvent parlé, sont responsable en partie de nos humeurs, notamment du stress, de la peur, de la colère,de la propagation d’émotion violentes, et des réactions physiologiques correspondantes
    Leur réduction entraînerait une fragilité émotionnelle,l e sujet pouvant passer de l'hilarité à l'agressivité ou à l'apathie.
    La difficulté qu'un sujet éprouve à réguler ses émotions ouvre Ia porte à d'autres troubles psychologiques, tels la dépression ou l'anxiété et aboutir à moyen terme à des maladies mentales, symptômes psychotiques, comme les délires de persécution, paranoïa, et bizarres comportements sociaux

     Rappelons que 147 millions de personnes - soit environ 2,5% de la population mondiale - font régulièrement usage de cannabis et en France, 1,2 million de personnes en consomment très fréquemment.


Dimanche 27 novembre 2011 à 8:36

Le bonheur

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive39.jpg

    J’ai trouvé sur internet ce texte qui m’a paru très intéressant comme support de réflexion.
    Alors je me contente de le recopier.

    “De nos jours, nous avons des édifices plus élevés et des autoroutes plus larges, mais notre niveau de tolérance est plus bas et notre esprit est plus étroit.
    Nous dépensons davantage,mais nous nous amusons moins..
    Nous avons de plus grandes maisons, mais de plus petites familles.
    Nous avons plus de compromis, mais moins de temps.
    Nous avons plus de connaissances, mais moins de jugement.
    Nous avons plus de médicaments, mais moins de santé.
    Nous avons multiplié nos possessions, mais nous avons réduit nos valeurs.
    Nous parlons beaucoup, nous aimons juste un peu, et nous détestons trop.
    Nous avons atteint la Lune et en sommes revenus, mais nous trouvons pénible de traverser notre propre rue pour rencontrer nos voisins.
    Nous avons conquis l’espace intersidéral, mais pas notre espace intérieur.
    Nous avons des revenus plus élevés, mais le moral plus bas.
    Nous vivons à une époque où il y a plus de liberté, mais moins de joie.
    Nous avons bien davantage de nourriture, mais nous nous nourrissons mal.
    Nous vivons à une époque où il faut deux salaires pour chaque foyer, mais les divorces augmentent.
    C’est une époque où les maisons sont plus belles, mais où il y a davantage de foyers brisés.

   
C’est pourquoi je t’invite, à partir d’aujourd’hui,

    De ne rien garder pour une occasion spéciale, parce que chaque jour qu’on vit est une occasion spéciale.
    Recherche la connaissance, lis davantage, pose-toi sur ton balcon (si tu en as un) et admire la vue sans faire attention à tes besoins.
    Passe plus de temps avec ta famille et tes amis, mange tes mets préférés et visite les endroits que tu aimes.
    La vie est une suite de moments de plaisir,  non pas seulement une survie.
    Utilisons nos verres en cristal.  N’économisons pas notre meilleur parfum, et utilisons-le chaque fois que nous en avons envie.
    Élimine de ton vocabulaire des phrases comme “un de ces jours” ou “un jour”.
    Écris cette lettre que tu avais pensé écrire “un de ces jours”.
    Dis à tes proches et amis à quel point tu les aimes.
    Ne retarde rien qui ajoute des rires et de la joie à ta vie.

   
Chaque jour, chaque heure, et chaque instant est spécial et nous ne savons pas si ce sera le dernier

C'est peut être un peu exagéré, mais pourtant......

Samedi 26 novembre 2011 à 7:57

Astronomie, univers

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive32.jpg

     Puisque nous étions dans les photos de la NASA, en voici quelques unes, prises de la navette spatiale, non plus de la Terre, mais de l'espace, de ses étoiles, de ses nébuleuses, des galaxies....

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive38.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive40.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive41.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive42.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive43.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive46.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive47.jpg

Vendredi 25 novembre 2011 à 8:18

Inné et acquis

Le nombre de lecteurs des horoscopes m’a toujours étonné.
    Comment les astrologues des magazines parviennent-ils à ce que leurs lecteurs se retrouvent dans leurs petits textes ?
    Ils ont quelques astuces professionnelles : utilisation de notions abstraites; formulations ambigues; énoncé de vérités intemporelles; évocations suggérées par des formulations imagées; vocabulaire astrologique spécialisé peu compréhensible; implication émotionnelle....

    Mais je suis encore plus étonné du nombre de gens sensés qui vont voir des marabouts ou des diseuses de bonne aventure, avec leurs tarots ou leur boule de cristal, et qui croient à leurs prédictions.
    Un tel “consultant”  évalue les réactions de la personne d'après ses mimiques, ses gestes, ses vêtements et son comportement
    Il est en général un bon psychologue et s’il est expérimenté, à l’aide de questions subtiles, iI peut rapidement corriger les propositions qu’il compte vous faire, vous dévoiler ce qu’en fait vous lui avez révélé vous même, ce qui effectivement vous étonnera et vous mettra en confiance, et il vous prédira un avenir qui corresponde à vos désirs d’une part et d’autre part à quelque chose de vraisemblable dans le contexte que vous avez fourni.

http://lancien.cowblog.fr/images/images/images1-copie-1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/images.jpg


























    Je vais vous donner un exemple vécu.
    Il y a dans les pays du Maghreb de nombreuses personnes qui prédisent votre avenir et beaucoup de gens crédules qui vont les consulter, et cela d’autant plus que leur instruction est faible, certains ne sachant ni lire, ni écrire.
    Dans certains endroits, ce sont des gens influents qui ont un véritable ascendant sur la population, qui va les consulter à chaque décision importante à prendre.
    Mais certaines de ces diseuses de bonne aventure sont assez remarquables, bien que fort peu instruites.

    Il m’est arrivé dans les années 60/70 d’aller en mission dans un laboratoire que nous possédions dans le Sahara, à des kilomètres de toute ville, et à une vingtaine de kilomètres d’une palmeraie habitée par une centaine de personnes et qui était une halte sur le chemin de caravanes nomades.
    Le niveau de vie n’était pas très élevé; comparons le à celui des campagnes au Moyen-Age, mais l’eau des puits y était abondante et permettait de cultiver pour produire des légumes et élever des volailles et des petits animaux genre moutons, facochères, gazelles.... (beaucoup de mouches aussi hélas !!)
    La population habitait dans des maisons aux murs très épais, faits de briques de glaise, fraiches malgré le climat. (45 à 50 d° à l'ombre l'été)
    Leur gros handicap était la salubrité et beaucoup de femmes mouraient en couches et des enfants en bas âge, par manque d’hygiène et contamination par des bactéries du genre escherichia-coli ou staphylocoques. Les hommes eux mouraient d’accidents ou de maladies mal soignées.
    Un de mes collaborateurs, médecin, étaient là au cas où nous serions malades, mais il avait donc beaucoup à faire dans la palmeraie et grâce à lui, nous étions les bienvenus. Mais nous n’y allions pas non plus les mains vides.
    Tous les habitants et nomades parlaient un français compréhensible et étaient extrêmement accueillants et nous voyons souvent le chef de palmeraie et certaines personnes de sa famille, assez nombreuse car la polygamie était de règle. Sur cette famille “régnait” sa mère, âgée d’une soixantaine d’années, qui était la pythie du lieu, que l’on consultait à toute occasion. C’est elle qui choisissait toutes les épouses de son fils !!
    Je ne sais pas exactement à quelle ethnie ils appartenaient dans les palmeraies, mais je pense que c’était la même que les Touaregs nomades qui y faisaient halte.
    J’avais deux collaborateurs immédiats, jeunes ingénieurs, un homme et une femme, qui m’accompagnaient souvent et la “voyante” sympathisait avec l’ingénieur masculin, très extraverti, et lui avait proposé de lui prédire l’avenir.
    Elle avait discuté presque deux heures avec lui, devant, sur une table, du sable, des feuilles de thé vert et des pierres, ainsi que des vestiges animaux, tels des moustaches, poils, dents et ongles divers, qu’elle manipulait adroitement semblant les consulter un peu comme on le ferait avec des tarots, histoire d'impressionner le consultant.
    Notre ingénieur était revenu bouleversé et enthousiaste : “elle m’a raconté mon enfance, ma vie, mes ennuis et mes joies, mon caractère. Elle est extraordinaire; je crois à ce qu’elle m’a prédit”.
    Cela nous avait interloqué mon "ingénieure" et moi et nous avons décidé d’agir. Nous avons réfléchi chacun de notre coté, puis nous avons mis au point notre plan ensemble un soir.
    Nous nous étions constitué chacun une personnalité, évidemment différente de la nôtre, mais pas trop, nous nous étions imaginé une enfance et une adolescence vraisemblables, et puis une aventure commune et nous lui avons demandé conseil car nous souhaitions nous marier, ce qui était évidemment une invention de toutes pièces. La veille, on s’était testé mutuellement dans une "répétition" de façon à être naturels.

    Nous sommes restés deux heures avec notre voyante. Alors que c’était une femme presque illettrée, elle faisait preuve d’un don de psychologie extraordinaire
    Elle nous écoutait avec beaucoup d’attention, ne nous quittait pas des yeux, manipulant ses gris-gris sans les regarder. Elle observait non seulement la personne à laquelle elle parlait mais aussi les réaction de l’autre.
    Quand elle s’adressait à l’un de nous deux, ce qui mobilisait alors  l’attention de celui-ci pour répondre, (d’autant plus qu’il ne fallait pas être nous même mais le “personnage” que nous avions décidé d’être), l’autre observait et notait mentalement les événements, de telle sorte que nous essayons de démonter son processus de devin du Sahara.
    Ses questions étaient simples, claires, mais souvent ambigües et on ne savait pas bien auquel de nous deux elle s’adressait, ce qui lui permettait de voir les réactions des deux et de rectifier s’il y avait erreur sur l’un des deux seulement. On ne savait pas toujours si c’était une question ou une affirmation, et cela lui permettait parfois d’obtenir une réponse, de rectifier si elle était dans l’erreur et de conforter son opinion, si elle avait trouvé juste.
    Notre voyante avait un don certain pour imaginer ce qui reliait les réponses à des questions, puis pour vérifier par petites touches si ce qu’elle devinait était exact ou non.
    Peu à peu elle a restitué ainsi quelques faits importants de notre vie à tous deux, pas de notre vraie vie, mais de celle que nous avions imaginée et pour laquelle nous jouions la comédie.
    Elle nous a aussi restitué quelques traits de nos caractères, en termes simples, (pas ceux des psys qu’elle ignorait sûrement), et là c’était plus complexe car il est difficile de jouer tout à fait le rôle d’un autre et donc, ce qu’elle nous a dit était un mélange des personnalités fictives que nous nous efforcions de jouer, et de la réalité. Certes ce n'était pas une étude approfondie de personnalité, mais quelques grands traits.
    Elle s’appuyait aussi sur ce qu’elle voyait et ses opinions transparaissaient parfois. Ainsi elle a longuement parlé des mérites de ma collaboratrice, car pour elle, dans son contexte, imaginer une femme ingénieur, qui commande des hommes techniciens et ouvriers pour leur travail, était quelque chose d’extraordinaire, de presque inconcevable, dans son monde à elle.
    Bien entendu elle nous a prédit notre avenir. Nous avions fait exprès de venir, la main dans la main, et d’avoir l’air très affectueux l’un pour l’autre.
Alors elle nous a dit que notre amour était grand et durable, et elle a essayé de combler nos “désirs fictifs”, en nous disant que nous allions nous marier, et que nous aurions trois enfants, deux garçons et une fille qui feraient notre joie.

   
Finalement nous sommes partis admiratifs, qu’une personne aussi peu instruite, aussi éloignée de notre monde, ait su, avec autant d’habileté et de psychologie, déduire, de nos réponses notre passé et des éléments de nos personnalités, même si ce n'étaient que ceux que nous nous étions inventés.
    Certes ce n’étaient pas la vérité, puisque nous avions joué la comédie, et nous en étions presque honteux, mais cela nous avait permis de démonter les mécanismes que notre pythie Touareg utilisait.
    Au fond nous avions reçu une formidable leçon d'écoute, de déduction et de communication.

Jeudi 24 novembre 2011 à 8:03

Inné et acquis

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/1.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/predictions2010posterioriLvwsjq8175x130.jpg

















    Aujourd’hui, je me demanderai, pourquoi les élucubrations d’un horoscope paraissent elles si vraisemblables à bon nombre de gens ?

    D’abord certaines prédictions se réalisent : je rappellerai l’histoire de Raymond Devos, qui a lu dans son horoscope qu’il devait avoir un accident de voiture et qui, rentrant de son travail, arrive près de chez lui sans le moindre accrochage. Alors il prend le journal sur le siège à coté de lui, pour v
érifier qu’il ne s’est pas trompé, quitte le route des yeux... et rentre dans la voiture devant lui qui avait freiné un peu fort. !
    Il demande au conducteur de cette voiture quelle est sa date de naissance, regarde son horoscope et lui dit “votre horoscope ne prévoit pas pour vous d’accident aujourd’hui, vous êtes en tort, monsieur !”
    Beaucoup de choses nous arrivent parce qu’on en est persuadé et qu’on fait tout, inconsciemment pour qu’elles se réalisent !

    Mais l’explication de la vraisemblance des bons horoscope réside ailleurs.

    Le chercheur américain Geoffrey Dean a identifié une trentaine de raisons psychologiques, dont la principale était l’effet Barnum! J’avais fait, il y a longtemps un article sur cet effet et sur la graphologie
    Cet effet tire son nom de Phileas Barnum (1810-1891), qui était directeur d’un cirque, et qui disait que ce qui faisait le succès de ses spectacles était “qu’il y mettait un peu de ce que chacun des spectateurs espérait  y trouver”.

    En 1948, le psychologue californien Bertram Forer a étudié cet effet pour la première fois. et a demandé à ses étudiants de remplir un test de personnalité , en leur disant qu’ils leur en donnerait une analyse. Mais, au lieu de l'analyse personnelle annoncée, il a donné le même texte à tous les participants, qu'il avait assemblé a partir d'horoscopes trouvés dans les journaux.
    Les étudiants devaient alors juger de la conformité de l'analyse les concernant en lui attribuant une note entre 0 (ne me correspond pas du tout) et 5 (me convient parfaitement). La moyenne des notes rassemblées fut égale à 4,2.        
    Par la suite, le test a été répété avec d'autres sujets et par beaucoup d'autres chercheurs avec des textes préparés selon certaines règles. Des affirmations vagues, générales et ambigues, telles que ”Vous avez tendance à trop critiquer” ou “Parfois vous doutez sérieusement d'avoir pris la bonne décision” font la quasi-unanimité : 97 % des sujets sont d'accord avec de telles “analyses”. !    
    D’après Forer, et d'autres scientifiques, les personnes sont d'autant plus d'accord avec les propositions de ce type qu'elles croient en l'astrologie, que les descriptions sont positives, et que leur date de naissance a été prise en compte - même si elles sont conscientes que les propositions sont formulées de façon très générale.
    Le psychologue viennois Andreas Hergovich conclut de ces expériences, que nous sommes capables d'appliquer les propositions Barnum à n'importe quel événement ou n'importe quelle caractéristique nous concernant, et que nous pouvons même accepter des propositions contradictoires. Ainsi, nous serions capables de considérer que n'importe quel horoscope s'applique à nous personnellement.

    Un autre mécanisme impliqué est nommé “pseudo-individualisation”.
    En 1973, le psychologue américain Rick Snyder, de I'Université du Kansas, avait donné des textes astrologiques identiques supposés décrire leur caractère à trois groupes de sujets.
    Il avait expliqué, au premier groupe qu'il s'agissait d'une description générale de la personnalité, qui pourrait s'appliquer à tout le monde, au deuxième groupe, que le texte était fondé sur une description de personnalité en fonction de l'année et du mois de naissance, et aux sujets du troisième groupe qu'il s'agissait d'un horoscope établi pour chaque individu à partir de sa date de naissance.
    Bien que les participants aient tous reçu le même texte, (sans le savoir), ils ont émis des jugements différents : le premier groupe a jugé le texte ni partículièrement juste ni particulièrement faux; le troisième a considéré que les propositions étaient en bon, voire très bon, accord avec leur cas personnel; l'évaluation faite par le deuxième groupe était intermédiaire.    
    Cela signifie que plus un horoscope est présenté comme étant “pseudo-individualisé”, plus l'impression qu'il est exact est marquée.

    Un troisième phénomène qui rend les horoscopes convaincants pour le lecteur est “l'erreur d'attribution”. Les psychologues nomment ainsi la tendance à chercher les causes d'un comportement dans les caractéristiques stables d'une personne plutót que dans les conditions changeantes de l'environnement.        
    L’astrologie a tendance à penser qu'une personne se comporte de façon plutôt réservée, plutôt obstinée ou plutôt émotionnelle, selon qu'elle est née sous le signe du poisson, du taureau ou du cancer. Cependant, si un taureau se comporte de façon obstinée dans une situation particulière, un partisan de l'astrologie aura tendance à attribuer la cause au signe du zodiaque, sans penser que beaucoup d'autres personnes auraient réagi de la même façon dans la même situation, quelle que soit leur date de naissance.
    Nous avons tendance a trouver ce qui répond à nos attentes ou à nos convictions. Les partisans de I'astrologie ne retiennent souvent que ce qui confirme leurs attentes, oubliant le reste.

    Pour vous faire sourire, 200 volontaires avaient été recrutés par une petite annonce, pour participer à une émission de télévision traitant d’un “projet de recherche en astrologie”.
    On leur avait distribué, sans qu’il le sachent un même horoscope, en leur disant qu’il avait été établi spécifiquement pour eux et les 3:4 des personnes ont trouvé qu’il décrivait très bien leur personnalité.
   
Or cet horoscope avait été établi par un astrologue pour Friedrich Haarmann, un tueur en série allemand, qui avait assassiné 24 personnes !!.
    Le nombre d'éléments d'interprétation dans un horoscope complexe est tellement grand qu'on peut finalement trouver n 'importe quel trait de caractère dans n'importe quel horoscope.

    Demain je vous parlerai d’une expérience personnelle que j’ai faite, mais qui sort de la routine de notre vie de citadin.


http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/6262221892f084ec6f84.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/caricatureretraite3.jpg

Mercredi 23 novembre 2011 à 8:19

Inné et acquis

http://lancien.cowblog.fr/images/images/thumblessignesastrologiquesoriginesetvaleursymbolique1695gif.jpg

    Je suis toujours étonné par le nombre de mes correspondantes, même dans les classes dites scientifiques, qui soient croient en les prédictions diverses d’avenir, soit, du moins lisent, sans doute sans y croire vraiment,  l’horoscope que publient de nombreux journaux.
    Quelques unes ont même été voir des voyants en tous genre et m’ont raconté leurs séances.
    Je connais même un psy qui envoyait ses patients consulter un marabout, mais je n’ai jamais su quelle était son intention véritable.


    Voyons aujourd’hui : que sait on sur l’astrologie.?
    Pourquoi y aurait-il une connexion entre les positions des astres ou des planètes et le caractère ou l’avenir de personnes ? Même les astrologues ne sont pas d'accord entre eux sur le sujet.
    Historiquement, iI s'agissait de I'expression de la volonté des dieux et des démons. Mais cette approche a perdu sa crédibilité, quand, il y a quelque 2500 ans, nos ancêtres ont appris à calculer les trajectoires des planètes.sur plusieurs siècles et que Képler a expliqué les lois de leurs mouvement, au début du 17ème siècle.
    On a alors proposé I'existence d'influences physiques sur nos vies, un peu comme l’attraction de la lune en a sur les marées. Mais cette théorie est apparue de plus en plus improbable à mesure du développement des sciences. 
    Les astrologues ont alors admis qu’il n'y avait pas des influences des astres, mais bien des “analogies symboliques” - c’est à dire que quelque chose se passe de façon analogue “en haut” (dans le firmament) et "en bas", sur terre , parce qu’une certaine “qualité du temps” règne partout. De nombreuses études ont montré que de telles connexions n'existent pas et la relativité d’Einstein a porté un coup définitif à ces théories fumeuses.
    Alors, les astrologues ont fait appel au contenu “archétypique” des systèmes de symboles en tant que produit de I'histoire culturelle humaine.     Interprétation curieuse des théories de Jung sur l’inconscient collectif : il a dû se retourner dans sa tombe, lui qui s’indignait de ce que “L'astrologie moderne se rapproche de plus en plus de la psychologie et frappe déja cIairement aux portes des universités” ! 
    J’ai rencontré un chercheur qui faisait des études sur les horoscopes et je vous dirais demain ce qu’il pensait. de leur vraisemblance.

    Mais voyons avant ce qu’est un horoscope pour ceux qui y croient (ou font semblant d’y croire, mais veulent paraître sérieux aux yeux de leurs clients), car j’ai connu aussi un informaticien qui a fait fortune en inventant un logiciel de calcul d’horoscope..
    Comment fabriquer un horoscope et comment travaillent les astrologues du 21ème siècle ?
    Tout d'abord, ils entrent les dates de naissance d'une personne dans un ordinateur qui calcule alors une configuration compliquée de différents symboles mythologiques, qui sont la base d’un horoscope. Cette configuration repose sur une projection assez peu conventionnelle sur une feuille de papier, des positions des planètes dans le ciel. Les corps célestes eux-mêmes, leurs attractions ou leurs distances ne sont pas intéressants pour les astrologues. La plupart d'entre eux ne sont pas capables de reconnaitre ne serait-ce que les constellations les plus importantes dans le ciel nocturne, parce que le monde symbolique des astrologues n'a presque rien en commun avec l’univers étudié par les astronomes.
    Le métier d'un astrologue consiste à “interpréter” I'horoscope : il doit combiner le contenu des symboles, parmi lesquels au moins 9 planètes, 12 signes du zodiaque, 12”maisons” (des champs symboliques, dont un plus influent, qui s'appelle I'ascendant), de nombreux “aspects” (des relations d'angle entre les symboles), si bien qu'émerge d'une façon ou d'une autre, une image qui semble sensée.
    II n'existe pas de système d'interprétation unique, reconnu par tous les astrologues - iI faut plutôt utiliser son “intuition”. En tous les cas, différents astrologues arrivent souvent a des propositions très différentes en partant de la même date de naissance et , chose curieuse, ils n’essaient jamais de prédire leur propre vie !

    Mais peut on savoir l’influence de la date de naissance sur un horoscope ou sur votre avenir ?
    Pour le tester, les chercheurs ont systématiquement comparé des horoscopes fondés sur de vraies dates de naissance et sur des fausses.
    Si les deux conduisent à des phénomènes et  des expériences de la même intensité et aussi fréquentes, alors ces expériences ne peuvent pas être liées a la date de naissance ni à la position des étoiles et des planètes. C'est exactement ce qu'ont montré de nombreuses études, portant sur des milliers de sujets.
    L’une d’entre elles, menée par Edgar Wunder, à l’université d’Heidelberg, est amusante, car, bien que les astrologues aient eu la possibilité de demander aux sujets tout ce qu'iIs voulaient - à I'exception de leur date de naissance -, iIs ont été incapables de décider laquelle, parmi deux dates de naissance possibles, était celle des personnes interrogées. De même, les sujets n'étaient pas capables de déterminer laquelle de deux analyses astrologiques avait été établie pour leur propre date de naissance.
    D'autres études, dont certaines réalisées par les astrologues eux-mêmes, confirment ces résultats.
    G. Dean, qui a abandonné son activité d'astrologue à cause de ces résultats décevants, et  a comparé plus de 50 études de ce type, a conclu que ses anciens collègues ne sont pas capables d'associer un horoscope établi sur la base de la date de naissance à un profil de personnalité ou à une histoire mieux que ne le ferait un tirage au sort.
    Malgré cela, iI semble plutôt que la psychologie académique frappe aux portes de I'astrologie et je suis scandalisé quand je vois certains recruteurs dans de grandes sociétés, trier certains candidats à partir de données d’astrologie ou de numérologie. La bêtise humaine n’a pas de limite, même chez les gens dits intelligents.

Mardi 22 novembre 2011 à 8:04

Astronomie, univers

La NASA publie sur ses sites des images intéressantes de notre monde.
J'en ai sélectionné quelques unes :

LA NUIT TOMBE SUR LA TERRE.
Regardez à Paris et à Barcelone, les lumières sont déjà allumées, tandis qu’à Londres, Lisbonne et Madrid le soleil est encore là. Au Sud on voit les îles dans le milieu de l’océan. La vue des îles Britanniques, de l’Islande et du Groenland est parfaite.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive05.jpg
     La nuit tombe sur l'Amérique du sud

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive10.jpg
      Les villes des Etats unis, éclairées la nuit :

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive12.jpg
Le détroit de Gibraltar

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive16.jpg
Les Alpes et le lac Léman

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive18.jpg
     La Mer Noire

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive22.jpg
     La Mer Rouge

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Diapositive24.jpg

Lundi 21 novembre 2011 à 9:10

Informatique, médias, internet

http://lancien.cowblog.fr/images/images/BP.jpg

    Je suis sur un ordinateur Macintosh et pas sur un PC et j’aime bien. Mais la maison mère Apple me casse parfois les pieds, alors je râle.

    Elle vient de mettre au point un site génial “i.cloud” où l’on va pouvoir tout stocker, ranger toutes ses données personnelles et avec des procédés de classements géniaux et simples, utilisables même par un débutant, et vous pouvez  partager ce que vous voulez, avec les amis que vous voulez.
    Et ils m’envoient tous les jours un mail pour m’inciter à adhérer à leur bijou, moyennant finances bien sûr.

    D’abord ils n’ont rien inventé : il y a longtemps que Google fait cela et il l’exploite pour aller fouiller dans nos documents et renseigner des sociétés en marketing, sous prétexte de nous aider à connaître nos désirs.
    Et puis ce classement je sais le faire aussi bien qu’eux sur mon Mac, et là je mets des barrières pour qu’on n’aille pas fouiller dedans
    Et pour ma carte bleue et son code, je préfère ma mémoire. Personne n’a encore oser fouiller dedans pour y prélever les codes confidentiels.

    Car le danger de ces “nuages informatiques”, c’est la facilité avec laquelle les “hackers” un peu doués peuvent aller y fouiller pour y recueillir des informations, ou pour y déposer des logiciels malveillants (les virus, vers et chevaux de Troie...)

    Déjà les serveurs informatiques et les sites sur lesquels nous allons (votre serveur internet, Google, les blogs, Facebook et les sites commerciaux.... ), possèdent des liens invisibles qui observent vos activités et vos demandes sur ces sites, à des fins de surveillance en général publicitaire et de marketing.
    Vous vous apercevez de ces liens quand une fenêtre de publicité apparaît, mais beaucoup de ces liens qui ne font que prélever de l’information vous sont inconnus.
    Bien plus, ils peuvent introduire cookies et plugs-in, qui espionneront ensuite votre ordinateur, si vous n’y prenez garde.
    Et ces données sont ensuite revendues à des services de marketing de grandes sociétés de vente grand public.
    Des hackers malveillant peuvent aussi venir voler votre numéro et votre code de carte bancaire, votre numéro et mot de passe de compte sur lequel vous faites vos chèques et virements ou pirater votre adresse mail pour s’en servir ensuite à des fins  illégales.
    Ne stockez donc pas les informations confidentielles dans votre PC et encore moins sur un site externe.

    Les quantités d'information stockées dans le “nuage”  en font une cible des plus intéressantes pour les voleurs de données, car, non seulement l'information y est centralisée, mais la nature même du nuage rend les malfaiteurs difficiles à repérer par Ies forces de l'ordre : il n'est nulle part aussi facile de disparaître dans la foule et d’échapper à la loi.
    De plus un pirate suffisamment calé en informatique, peut louer des centaines d'ordinateurs en réseau à la fois, qui mettent une puissance informatique formidable à disposition de tout un chacun, quelles que soient ses intentions et des technologies de codage et donc décodage de données faciles à utiliser et à des réseaux de communication anonymes qui rendent leurs activités plus difficiles à repérer et à intercepter, et les rares fois où des hackers sont poursuivis, ils peuvent si rapidement mettre les choses ordre et fermer leur compte sur le net, qu'il ne reste guère de preuve exploitable par les enquêteurs.
    Leur méthode consiste à se créer un compte sous un pseudo pour utiliser "légalement" des services à des fins illicites.
      Ainsi, la messagerie électronique Gmail et les sites de partage de documents sont couramment utilisés pour planifier des délits et partager des informations volées, le tout en parfaite impunité.

    J’ai reçu d’un ami une demande d’aide financière et je lui ai téléphoné. Il s’était fait pirater sa messagerie et son carnet d’adresse et on se servait de cela pour extorquer de l’argent.
    Je reçois régulièrement des mails à l’en-tête de la poste ou d’une banque, qui me demande d’aller sur un site dont il me donne l’adresse, qui ressemble exactement à celui de l’organisme en cause, et me demande de donner le numéro de ma carte bancaire et le code pour mises à jour de la sécurité. Bien sûr je ne le fais pas et je les signale aux services compétents, pour qu’ils essaient de trouver les escrocs qui cherchaient ainsi à pirater ma carte bancaire.

    Si cela vous intéresse, je peux faire deux ou trois articles sur les virus informatiques, sur les hackers et leurs méfaits, et sur les dangers des intrusions dans vos machines et dans celles des entreprises et services publics, ceci bien sûr, de façon simple et sans faire appel à des connaissances informatiques.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast