Lundi 12 décembre 2011 à 8:04

Informatique, médias, internet

Qui sont les pirates informatiques : les hackers ?

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/hackerkirllosfacebookpirate1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/Unknown-copie-1.jpg
















    C’est extrêmement variable
:
    - Des plaisantins ou des personnes voulant se faire remarquer
    - Des criminels isolés ;
    - Le crime organisé ;
    - Des employés malveillants;
    - L’espionnage industriel ;
    - La presse ;   
    - La police ;   
    - Les organisations nationales de renseignement ;
    - Les cyber-guerriers;
    - Les terroristes .
    Ce qui est sûr, c’est qu’il faut être un informaticien remarquable et bien connaître les logiciels qu’on veut infecter et leurs défenses.

    Leur nature a évolué dans le temps :
    - Années 50 : des programmeurs émérites
    - Années 70 : des révolutionnaires de l’informatique
    - Années 80 : piratage de jeux vidéos
     - Aujourd’hui : des personnes s’introduisant dans les systèmes informatiques

    Les anglo-saxons ont fait une classification des hackers qui me paraît amusante à découvrir.

        - Curious Joe
    Personnes curieuses qui souhaitent tester leurs connaissances, souvent sans intention de nuire.
        - Script Kiddies
    Personnes désireuses de nuire à l’aide de programmes déjà compilés trouvables sur Internet.
        - Wannabees
    Véritable envie de découverte. Ils modifient souvent les scripts existants. Lorsqu’il produisent leur propre scripts, ils deviennent Elite

    Et parmi ces “élites” :
        - White Hat
    Grand sens de l'éthique et de la déontologie; pour eux, hacking =  mélange de défi, de jeu, de fierté.
        - Black Hat
    Les véritables nuisances de la famille, créateurs de virus, cyber-espions, cyber-terroristes et cyber-escrocs
        - Grey Hat
    Position un peu intermédiaire. Ils ne rechignent pas à pénétrer dans des systèmes mais ne veulent pas tout mettre sans dessus dessous.

    Les spécialités des cybercriminels sont aussi répertoriées :
        - Le cracker
    Hacker criminel. But crapuleux de l’action
    Soldat de la guerre de l'information
    Nombre en augmentation étant donné la valeur de plus en plus grande de l'information dans la guerre économique.
        - Le Phreaker
    Individu spécialisé dans le piratage des réseaux téléphoniques
        - Le Cypher Punk
    Experts en cryptologie.
        - Le Carder
    Spécialiste en carte bancaire, téléphonique…

   http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/700338513small.jpg L’insécurité informatique pour les entreprises n’est pas une illusion : elle entraîne perte de notoriété, pertes financières, vol de données :
    - 90% ont détecté des failles de sécurité durant les 12 derniers mois
    - 70 % ont fait état de dégâts sérieux dus à ces failles : vol d’informations, fraude financière, pénétration de systèmes, dénis de service…
    - 74 % reconnaissent avoir subi des pertes financières du fait de ces attaques
    - 32 % ignorent si elles ont été victime d’accès non autorisés
    - 70 % des attaques de l’entreprise sont dues à ses propres employés, connectés au système informatique et à l’intranet.

    Les méthodes des hackers sont toujours les mêmes :
    -ils récupèrent des informations sur l’entreprise et son système d’information;
    - ils recherchent les failles de sécurité du réseau, des entrées et du système;
    - ils s’introduisent et se donnent de fausses autorisations d’accès;
    - il effectuent leur tâche maléfique;
    - ils effacent leurs traces.

    De nos jours un type de nuisance particulier est très en vogue : le “déni de service” dont le but est de provoquer des arrêts de service par consommation excessive de ressources des serveurs qui ne peuvent plus fournir leur service habituel.
    Supposez que vous vouliez empêcher quelqu’un de téléphoner sur son portable. A dix, vous lui envoyez chacun un SMS toutes les dix secondes, avec juste 3 mots. Son appareil passe son temps à établir les communications et les recevoir : il est saturé.
    Supposez que vous arriviez à vous introduire comme client d’un serveur et à y ouvrir légalement ou non des dizaines de comptes. Vous reliez chaque client à un micro-ordibnateur qui envoie des messages en continu au serveur. Vous le saturez complètement et il ne peut plus servir à rien tant que dure cette agression.
    Je crois qu’une des interruptions de Cow a été un jour due à une agression de ce type, qui peut par ailleurs causer quelques problèmes ultérieurs au logiciel de fonctionnement ou aux données, notamment pour les gens qui étaient en ligne au moment de l’attaque.


    Dans le prochain article, je vous donnerai des exemples célèbre de nuisances faites par des hackers dans le monde.
    Je ferai également un article particulier sur lesreosques que l'on court sur un ordinateur personnel : le vôtre, le mien.

Dimanche 11 décembre 2011 à 8:57

Informatique, médias, internet

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/virusdessin.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/antivirus6.jpg
















    Quelques correspondant(e)s m’ont demandé de faire quelques articles sur les dangers de piratage informatique et ce que l’on appelle les virus, et vous me demandiez ce qu’étaient “ces bêtes là” ! loll
    Je commencerai donc par un article qui définisse ce que j’appellerai des “codes maléfiques”, mais que les canadiens du Québec, plus indulgents qualifient de “maliciels”. (Maud, savais tu cela ?)


    Ces codes  sont en général nommés virus (avec quelques variantes), par analogie avec la biologie.
    Ce sont de petits programmes informatiques, que l’auteur va insérer dans un programme plus important du commerce (par exemple un programme de jeux) ou dans un document, mais il faut qu’il y ait à l’intérieur une partie “exécutable”, dont l’ordinateur lancera l’exécution et, en même temps, il exécutera les ordres contenus dans les quelques lignes du programme constituant le virus, sans évidemment que le possesseur de l’ordinateur le sache ni s’en aperçoive.
    En général le code du virus comporte une séquence qui lui permet de s'accrocher à un programme contenu dans l’ordinateur (par exemple un séquence de programme de jeu sur internet), de façon analogue au virus qui s’introduit dans une cellule vivante. On appelle cela le “code d’infection”.
    Le virus informatique peut ainsi être envoyé dans le réseau, caché dans son support, et infecter d’autres ordinateurs, de la même façon qu’un virus se multiplie en infectant un grand nombre de cellules.
    Notons que le virus ne peut contaminer un système que si l'élément qui lui sert de support est activé.
    En général le code du virus comporte une “signature”, qu’il peut déchiffrer et qui permet au code d'infection de tester si un fichier d'un ordinateur est déjà infecté.
    Enfin le virus va exécuter dans les ordinateurs qu’il a contaminés, à un moment donné (qui peut être différé par rapport à la contamination), la partie finale de son programme, qui est son but ultime, qui est d’occasionner des atteintes à la disponibilité, à l'intégrité et à la qualité du système d'information, de même qu’un virus biologique déclenche la maladie. C’est ce qu’on appelle le “code d’action”.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/images1-copie-2.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/18187virusinfor.jpg














    Evidemment les industriels de l’informatique luttent contre ces virus et vous avez probablement dans votre ordinateur un logiciel “anti-virus” qui le surveille.
    Mais les concepteurs de virus les ont perfectionnés :
    - à chaque réplication, le virus est chiffré, afin de dissimuler les instructions qui, si elles s'y trouvaient en clair, révèleraient la présence de ce virus ou pourraient indiquer la présence d’un code suspect.
    - le code de de déchiffrement du virus est capable de changer certaines de ses instructions au fil des réplications afin de rendre plus difficile la détection par l'antivirus, voire de modifier sa structure
    - le système d’exploitation de l’ordinateur et les logiciels antivirus essaient de détecter dans les logiciels des “codes anormaux” qui pourraient constituer un virus, alors celui-ci comporte des séquences qui essaient de tromper cette détection et d’utiliser une faille logicielle des protections.
    L’anti-virus doit donc détecter des codes suspects, des ordres inhabituels, les signatures des virus, mais il doit donc disposer de listes de renseignements sur les virus d’une part et d’autre part sur l’état normal de tous les fichiers du système, tâche quasi insurmontable. Il surveillera donc particulièrement ce qui va entrer dans votre ordinateur, soit par les réseaux, soit par les supports amovibles (disques, clés USB ...)
    Quant à l’utilisateur, il est prudent pour lui :
    - d’avoir un antivirus
    - d’éviter de télécharger n’importe quel programme
    - d’éviter d’activer des pièces jointes aux emails et les soumettre à l’anti-virus.
    - de s’inquiéter de tout comportement anormal ou étrange de l’ordinateur.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/virus1.jpg    On donne parfois d’autres nom aux virus :
    - le “ver” est un virus qui se propage dans un réseau en se servant des programmes et systèmes de ceux-ci. Les réseau sérieux mettent donc en place des anti-virus.
    - le “cheval de Troie” est un programme complet de jeu ou d’informatique, mais qui contient une partie insidieuse maléfique.
    - la “bombe logique” cachée au sein d’un programme, ne s’active que lors d’un événement particulier (par exemple une date), et en général endommage les données ou le fonctionnement de la machine.
    - le “spyware”, intégrés dans le code source d'un logiciel que vous utilisez (Google,Office, RealPlayer....), est un logiciel qui s'installe dans un ordinateur dans le but de collecter et transférer des informations sur l'environnement dans lequel il s'est installé, très souvent sans que l'utilisateur en ait connaissance. Par contre il n’inflige pas de dommage aux données de la machine.

    Il y a 20 ans, ces virus étaient propagés par des disquettes que l’on échangeait et apportaient des dommages aux ordinateurs particuliers ou d’entreprises.
    Aujourd’hui c’est par les réseaux qu’ils se propagent : logiciels téléchargés, messagerie, systèmes de fonctionnement des réseaux. Il est beaucoup moins fréquent qu’ils produisent des dommages aux ordinateurs individuels.

    Par contre ils peuvent bloquer le fonctionnement d’entreprises ou d’organismes publics, et surtout, recueillir dans les ordinateurs des renseignements sur leur contenu ou sur les habitudes des utilisateurs.
    Les premiers sont utilisés à des fins frauduleuses (cartes et comptes bancaires notamment), ou d’espionnage industriel. Les statistiques d’utilisation sont vendues à des services de marketing.

    Dans l’article suivant je parlerai des “hackers”, les pirates informatiques.

Samedi 10 décembre 2011 à 8:33

Architecture

Un de mes fils est architecte, alors je m'intéresse forcément à tout ce qui est bâtiments.
     Il existe des maisons dans la forêt et dans les arbres; c'est parfois un peu curieux et je vais vous montrer quelques photos dans deux articles "intermèdes"  à quelques jours d'intervalle.

http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive03-copie-1.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive04.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive06.jpg






http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive09.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive11-copie-1.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive07.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive18-copie-1.jpg

Vendredi 9 décembre 2011 à 7:57

Notre cerveau; nos sens; système nerveux

Chaque fois que je parle de la formation du cerveau d’un foetus, et que j’explique que les axones et dendrites commencent à pousser, guidés par des marqueurs chimiques, puis enfin au hasard, et qu’en définitive, même les cerveaux de jumeaux sont différents, je reçois des mails étonnés.
    Je n’ai probablement pas donné des explications suffisantes et je vais donc revenir sur ce sujet de façon plus concrète en prenant un exemple très concret.

    Sur le dessus de notre cerveau, dans des centres voisins, les neurones sensoriels traitent d’une part nos sensation de toucher, d’autre part les sensations de positionnement et d’effort de nos muscles et de nos membres, qui nous donnent une mesure des gestes que nous faisons, et d’autre part les neurones moteurs qui envoient des ordres à nos muscles volontaires.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/cortexmoteurannote.jpg

    Les neurones moteurs et les neurones sensoriels participent à des actions concertées : dès que nous faisons un geste, nous sentons en même temps le déplacement de nos membres ainsi que leurs efforts, et nous ajustons le mouvement en fonction de ces informations sensorielles. Ces deux types de neurones agissent en synergie sous la direction des centres sensoriels et moteurs de notre cerveau, et sont d'ailleurs réunis dans les mêmes nerfs, comme dans une gaine.
    Toutefois, ils ne se mélangent, ni ne se touchent, sinon les messages sensoriels et moteurs risqueraient d'être confondus : le simple fait de sentir quelque chose provoquerait des mouvements inadaptés.

    A I'Université de La Jolla en Californie, Benjamin Gallarda et ses collègues ont étudié comment les neurones moteurs et les neurones sensoriels poussent lorsque I'embryon se développe, empruntant des voies communes sans se mélanger.
    Lorsque les neurones sensoriels croissent, ils émettent une molécule chimique nommée éphrine, qui est reconnue par des récepteurs portés par les neurones moteurs. Dès qu'un neurone moteur perçoit la présence d'éphrine par le biais de ses récepteurs, son axone se tient à distance, et change de direction, ce qui lui évite d'atteindre des zones où se développent les terminaisons des neurones sensoriels.
    Les axones des neurones moteurs se dirigent donc vers les endroits où les prolongements d’autres neurones moteurs se trouvent, et quand ils sont alors “certains” d’être au bon endroit, les marqueurs chimiques cessent d’agir et les jonctions sous forme de synapse se font au hasard, mais uniquement entre neurones moteurs.

     Les biologistes ont introduit des mutations génétiques chez des souris de laboratoire, afin qu'elles ne produisent plus ces récepteurs d’éphrine. lIs ont constaté que les neurones moteurs envahissent alors les territoires normalement consacrés aux neurones sensoriels, et qu'ils y sont actifs, ce qui est susceptible de parasiter les messages électriques qui, plus tard, seront véhiculés par les neurones sensoriels.
    En revanche, quand les récepteurs d’éphrine sont présents, les neurones moteurs se développent parallèlement aux neurones sensoriels à une distance suffisante pour éviter toute interférence. Les prolongements sont enveloppés dans une même gaine nerveuse.
    Le bon développement de la motricité et du toucher dépend donc de ce mécanisme de répulsion chimique.

    Mais qu’est ce qui différencie deux cerveaux de deux foetus “normaux” différents.?
    Ils ont tous les mêmes centres spécialisés dans le cerveau.
    Par contre le nombre de connexions ne doit pas être tout à fait le même d’une personne à l’autre, dans un centre donné.
    Et à l’intérieur de ce centre particulier, la répartition des neurones et connexions n’est pas la même entre les “sous-centres” .
    Par exemple les neurones sensoriels et connexions des doigts sont un  peu plus nombreux chez celui-ci, alors que ceux de la tête le sont chez un autre, ou que les neurones et connexions moteurs de la face sont plus nombreux chez l’un et ceux des doigts ou des jambes chez l’autre.
    Il en résulte des “potentialités” légèrement différente de l’un à l’autre : c’est ce qui est inné chez chacun d’entre nous.

    Mais ce qu’il faut comprendre et qui est peu connu, c’est que les différences d’innéité ne sont que peu importantes en comparaison de l’influence de l’apprentissage et de l’éducation et l’instruction.
    Et les parents n’ont pas assez conscience que le développement de leur enfant dépend beaucoup de la façon dont ils s’occupent de lui.
    Dans les trois premières années de la vie d’un enfant, le nombre des connexions diminue, en supprimant celles peu utilisées, mais en renforçant celles qui sont les plus utiles.
    Et j’ai essayé dans d’anciens articles de montrer que notre intelligence dépendait de la façon dont on nous avait fait développer notre mémoire et dont on nous avait entraîné à apprendre et à réfléchir.
    Et pour donner un exemple plus concret, si l’on examine en RMN le cerveau d’un pianiste émérite qui s’entraîne tous les jours, par comparaison  avec celui d’une personne qui ne pratique pas d’un instrument de musique, on voit que les neurones sensoriels et moteur des doigts sont plus nombreux, ainsi que les neurones des centres auditifs et notamment ceux qui interprètent la hauteur d'un son (les fractions d'intervalle entre deux notes).

    En résumé, notre cerveau a une immense potentialité chez chacun d’entre nous, mais il ne se développera que si nous l’entraînons, et la façon dont on nous permet de l’entraîner est fondamentale, mais également notre volonté de le faire, car c’est un travail fatigant et parfois fastidieux.


Nota : pour expliquer plus en détail le schéma, en partant de la gauche :

Le cortex associatif dorsolatéral préfrontal interprète les informations sensorielles et motrices des autres centres et il planifie l'exécution des mouvements.

Mais il a d'autres rôles hors mouvements du corps: il prévoit le futur et dans ce cadre et celui des mouvements, c'est le professeur de la mémoire procédurale (je ferai un article sur cette mémoire), qui va stocker (principalement dans le cervelet) des processus automatiques (par exemple, nager, taper sur un clavier, faire du vélo, conduire une auto, lire et écrire....). C'est lui qui donnera les ordres de mise au point des processus par l'apprentissage et c'est une fois celui-ci terminé , que le cervelet jouera son rôle de façon automatique et presque inconsciente.
Mais il joue aussi un rôel important, dans l'élaboration de la pensée, notamment abstraite.
Le cortex prémoteur prépare et élabore les mouvements complexes ou très précis; dans sa partie inférieure, il prépare les mouvements des lèvres et du larynx pour l'articulation de la parole.
Le cortex primaire moteur, commande les mouvements de tous les muscles.
Le cortex somato-sensoriel reçoit et interprète les sensations en provenance des nerfs de la peau et donc sont l'organe du toucher.
Le cortex les plus à droite interprètent l'état des muscles et leur niveau de contraction et la situation dans l'espace de tous nos membres, ainsi que des cartes de situation dans l'espace de l'environnement.

Jeudi 8 décembre 2011 à 8:00

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/brides.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/Unknown-copie-2.jpg
















    Maud, notre chevrette franco-canadienne, m’avait envoyé un article sur l’embauche en Chine, sachant que cela me scandaliserait un peu.
Je l’en remercie d’autant plus qu’aujourd’hui, elle me facilite la rédaction de mon article, car je vais commencer par vous recopier d’abord ce qu’a écrit l’Agence “France Presse” :

    «Nous ne voulons pas de scorpions ou de vierges, et donnons la priorité aux capricornes, poissons et balances», selon l'annonce publiée dans une université de la grande ville de Wuhan et citée par le quotidien local Chutian Dushi Bao.
    Selon une responsable de l'entreprise interrogée par le journal, les scorpions ont de trop fortes personnalités et sont d'humeur inégale, tandis que les vierges possèdent un sens critique exacerbé et ne restent pas longtemps dans un même poste.
    Le quotidien chinois fait aussi état d'une étudiante appelée Qi Qin rejetée pour un emploi dans une agence matrimoniale parce qu'elle est cancer et que les «verseaux et scorpions conviennent mieux à cet emploi».

    «Le signe astrologique n'est pas quelque chose que je peux décider», a répondu Qi Qin, victime de cette discrimination qui a soulevé une polémique sur l'internet.
    «Je suis un lion magnifique, est-ce que j'ai plus de chances de dérocher un emploi de dirigeant?», s'est notamment demandé un internaute sur Sina Weibo, le service de microblogues le plus populaire en Chine.
    Ce n'est pas la première fois que les candidats à un emploi en Chine doivent correspondre à des critères inattendus. En 2004, la presse chinoise avait rapporté que les aspirantes à un poste de fonctionnaire dans la province centrale du Hunan devaient avoir «les deux seins symétriques».



    C’est vrai, je suis scandalisé que l’on ait recours à des horoscopes pour sélectionner des candidats à l’embauche et kje l’avsi déjà dit, cela se produit même en France, et cela prouve que les dirigeants d’entreprises ne sont pas forcément intelligents, et qu’on ne les a pas embauchés d’après leur qualités.

     Cela dit “Qi Quin a vraiment un nom prédestiné pour faire de la contestaion et enquiquiner son patron !

    Et je suis très perplexe devant l’exigence d’embauche de fonctionnaires féminins sous condition d’une poitrine symétrique : que diable fait on faire aux fonctionnaires en Chine.?

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/sophie.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/chinoises.jpg


















http://lancien.cowblog.fr/images/images/souti195.jpg
    D’autant plus qu’une société chinoise propose un mono-soutif à 195 € à l’export. Pas donné pour un seul sein : que doit valoir le soutien gorge normal de luxe ?
    Y aurait il beaucoup d’amazones parmi les petites chinoises. (Pour ceux qui ne savent pas, Amazone n’est pas seulement la firme de vente sur le web, c’était aussi des femmes de l’antiquité, qui se faisaient couper un sein pour mieux tirer à l’arc. Allez voir sur Google !!)


http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/renault.jpg





    Enfin j’ai lu un interview du patron de Renault qui expliquait qu’il ne vendait pas en Chine, car il n’avait pas adapté ses voitures au goût des chinois, mais qu’il allait le faire et construire une grande usine en Chine avec un grand bureau d’études. D’ici à ce qu’on nous vende en France des voitures avec les phares en amande !


    Et pour terminer deux caricatures parues dans la presse chinoise, qui m'ont fait sourire (et de bon coeur, pas jaune !) :

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/caricaturechinoise1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/images1-copie-3.jpg

Mercredi 7 décembre 2011 à 8:43

Actualité

   J’ai lu, sur le “Courrier international”, un article qui devrait faire plaisir à Kaa.
    Alors je n’ai pas pu résister au plaisir de vous le résumer.


http://lancien.cowblog.fr/images/images/Unknown.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/Unknown1.jpg













    Monsieur Yang Hongchang, président de la société alimentaire Moganshan Top Foods, dans le village de Zisiqiao, la banlieue de Hangzhou, en Chine.
Une forte odeur de reptile plane dans le bureau directorial, une odeur d’une saine nourriture, de la bonne santé et des traitements miracles, l'odeur du restaurant et de I'hôpital du XXI ème siècle.
    Ce village est original : 800 habitants, pas d’animaux domestiques et peu d’animaux sauvages, si ce n’est, pour la plupart en élevage 4 millions de serpents extrêmement venimeux: 4 millions.
    Zisiquiao, qui compte un être humain pour 5 000 reptiles, est le centre d'élevage de serpents le plus intensif de la planète, et, en quelque sorte, une vaste usine de produits pharmaceutiques à la pointe de la science qui donne espoir aux malades et aux mourants et ses restaurants servent une soupe de serpent très appréciée :
    Dans des enclos de béton de la taille d'un ring de boxe, derrière des portes cadenassées, grouillent 3 000 serpents dont personne ne connaît vraiment le nom, mais qui "tuent rapidement". "On fait très attention", assure-t-on, “un serpent qui s'échappe, c'est moins un tueur potentiel en liberté que de la marchandise perdue “ !!

http://lancien.cowblog.fr/images/images/images-copie-9.jpg    Le village va accueillir le premier hôpital au monde à ne proposer que des traitements à base de serpent, qui s'étendra sur 3 hectares, financé par des investisseurs de Hong-Kong.
    Il sera destiné aux malades pour lesquels la médecine conventionnelle n'a rien pu faire et seront soigné grâce à la vésicule biliaire, aux excréments et aux organes génitaux des serpents
    D’après monsieur Yang,  les rhumatismes et I'artrite ne résistent pas à ses gélules de "poudre de trois serpents", et cancer, sida, thrombose cérébrale, maladie d'Alzheimer seront guéris par quelques gouttes de venin, prélevées sur les 8 millions de glandes des crochets du village.

    Il fournit du venin à toute une série de laboratoires respectables d'Europe et d'Asie, mais on ne dit pas ce qu’ils en font (des recherches probablement ?).
    La demande pour les produits à base de serpent en Chine aurait augmenté de près de75%"par an au cours des quatre dernières années et les tarifs pratiqués à Zisiqiao aussi, inquiétant les autorités, confrontées à l'inflation et à la possibilité d'une récession.
    Mais M. Yang se plaint car le prix du “bébé serpent loup chinois” (tu sais ce que c’est Kaa ?),  mariné dans de l'alcool de riz, plat préféré des pauvres, a chuté au cours de la même période. Les lois de l'économie sont impénétrables !!
   
.     Heureusement je pense que je suis trop vieux pour aller mourir dans un hôpital chinois, quand ils nous auront conquis économiquement !!
   

Mardi 6 décembre 2011 à 8:11

Photos, photos comiques

Beaucoup de mes correspondantes me parlent de piercing et de tatouages.
    Alors je leur propose ces tatouages originaux, mais décents (j'en ai vu de beaucoup plus osés !)

     Est ce Charles le Chauve ou Charles le Simple ?


http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/41.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/42.jpg

   













http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive06.jpg







Quelle tombe bizarre
ou est-ce un fantôme ?!













http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive12-copie-1.jpg















    Plus besoin d'aller chez le coiffeur











http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive11.jpg







    Pas recommandé si vous prenez l'avion, surtout pour les USA !





http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive13.jpg








    Un peu effrayant, non le soir au coin d'une rue ?
















  Cette photo, c'est pour effrayer mes guenons sensibles et arachnophobes.


http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive10.jpg

Lundi 5 décembre 2011 à 8:04

Energie, nucléaire, économies

  Dans ce troisième article, je voudrais parler des inconvénients du nucléaire, mais aussi les comparer aux inconvénients d’autres industries, car on monte en épingle ceux, très réels du nucléaire, mais on ne parle jamais d’autres danger au moins aussi grands.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Reacteureaupressurisee.jpg

        La sécurité et les risques d’accidents.

     Les risques de catastrophe naturelle sont moindres en France qu’au Japon : pas de risque de Tsunami , risque sysmique réduits et tremblements de terre de faible ampleur.
    Les risques principaux sont l’inondation, suite à des pluies diluviennes, et l’attentat par un avion comme sur les tours américaines.
    Ce dernier danger est pris en compte dans la conception des centrales françaises, et lors d’inondation, il faut préserver les groupes électrogènes qui produiront l’électricité nécessaire au refroidissement et à la sécurité de la centrale à l’arrêt.
    Par ailleurs les réacteurs à eau pressurisée sont le système apportant le maximum de stabilité de fonctionnement, le système de refroidissement est indépendant du système secondaire qui alimente les turbines produisant l’électricité, et les bâtiments constituent une enceinte étanche.

    Une autorité de Sûreté nationale publique existe, indépendante des utilisateurs de réacteurs et elle contrôle les plans initiaux, la réalisation, la mise en route et l’entretien. Elle est mise au courant de tous les incidents.
    Dans chaque centrale existe un service de radioprotection des travailleurs.
    Des consignes extrêmement strictes doivent être appliquées en fonctionnement comme à l’arrêt, et les incidents sont prévus ainsi que la conduite à tenir., mais les personnels sont aussi formés pour réagir à l’imprévu, mais en respectant certaines règles.
    J’ai été amené à travailler avec l’industrie nucléaire comme avec d’autres industriels, et je ne connais aucune industrie où les mesures de sécurité et la prévention des incidents soit aussi draconienne.

    Par ailleurs, s’il y avait un incident grave, la Protection civile, les pompiers, la gendarmerie et certaines unités de l’armée sont habituées au risque NBC et des plans très précis existent  pour les interventions. Un réseau de surveillance de la radioactivité ambiante existe sur le territoire.de même que des laboratoires de mesure spécialisés.

    Si l’on compare l’organisation en place pour le nucléaire et celle pour l’industrie chimique, on s’aperçoit que le risque pour les incidents dans les usines dites “Seveso”, (dont certaines sont en pleine ville), est bien plus grand.
    Des accidents comme les rejets de dioxine en Italie et en Inde, l’accident AZF en France, montrent que le risque chimique est moins bien maîtrisé et que ses conséquences peuvent être graves et nécessiter des mesures tout aussi importantes vis à vis de l’environnement et de la population.
    Mais les médias en parlent peu. Je n’ai par exemple jamais entendu parler des dangers des usines de synthèse de produits gazeux très dangereux comme le phosgène; on parle de temps à autre des rejets de dioxine lors de brûlages de produits.

        Les déchets :   
http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/images-copie-2.jpg
    Les déchets radioactifs représentent un problème certain car on ne sait pas encore “détruire la radioactivité” et certains déchets ont une durée de vie très longue de milliers d’années.
    Toutefois il y a trois facteurs importants
    - ces déchets sont peu importants en volume et en tonnage;
    - leur quantité pourrait diminuer. On recycle le Plutonium dans les combustibles Mox et on pourra dans les réacteurs de 4ème génération à neutrons rapides, “brûler” les actinides, qui sont les déchets à vie longue les plus gênants;
    - on sait stocker ces déchets pour qu’ils présentent le danger minimal. Ils sont transformés en verres et céramiques et coulés dans des conteneurs d’inox étanches qui peuvent ensuite être stocké,s soit dans des cuves bétonnées, soit dans les galeries souterraines dans des sols argileux étanches.

    Si on regarde les stockages de produits chimiques que ce soit dans la grosse industrie ou dans des entreprises utilisatrices, on s’aperçoit que la sécurité de ces stockages est souvent très mauvaise et qu’il y a même beaucoup de décharges sauvages, notamment de métaux lourds très toxiques.
    L”accident AZF à Toulouse, en est un triste exemple.
    Quant à l’industrie pharmaceutique, elle ne veut pas retirer du marché des produits dangereux, qui peuvent atteindre des milliers de personnes, et ne se soucie guère des rejets que certains médicaments entraînent dans les nappes phréatiques
    Quant aux éleveurs l’usage de produits dopants tels les antibiotiques, risque de mettre la santé mondiale face à de graves problèmes de résistance des microbes.
   
    En définitive, certes les centrales nucléaires présentent des dangers, mais relativement mieux maîtrisés en France que ceux des industries chimiques notamment ou de l’utilisation de produits pharmaceutiques ou alimentaires.
    Alors que la consommation mondiale d’électricité augmentera certainement de façon importante, surtout dans les pays très peuplés en voie de développement, les moyens prônés par les écologistes (éoliennes, photovoltaïque) ne pourront guère en combler que 10 à 20%, à un coût élevé et en occupant beaucoup de place. En attendant l’énergie de fusion, qui est renouvelable et sans danger, la production d’électricité ne peut être assurée que par les centrales nucléaires actuelles, puis celles de 4ème génération, ou bien par des centrales  à combustibles fossiles, productrices de CO2.
    En fait il nous faut choisir entre le risque nucléaire et celui de changement climatique.

    C’est le deuxième qui personnellement me fait le plus peur et je connais beaucoup d’écologistes scientifiques qui ont la même opinion que moi.

Dimanche 4 décembre 2011 à 8:09

Energie, nucléaire, économies

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/images1-copie-1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/images2.jpg












    Je voudrais revenir sur les accidents de Tchernobyl et de Fukushima qui nous font très peur.
    On incrimine le nucléaire, alors qu’en fait ce sont les responsables des centrale ou de la Sécurité civile qui sont le plus à incriminer.

    Tchernobyl
(photo de gauche) :

        Première erreur: les réacteurs de Tchernobyl, de la filière graphite gaz, sont peu sûrs, n’ont pas de bâtiment à enceinte étanche et le système de refroidissement est très mal conçu..
        Deuxième erreur :  Les servants du réacteur ont voulu faire des essais particuliers et ont court-circuité des sécurités, ce qui est impensable dans des pays tels que la France ou les USA. Il semble en outre qu’un flux de particules magnétiques, produites par l’explosion d’un transformateur électrique, ait emballé le réacteur (bien que les autorités n’admettent pas cette raison avancée par les scientifiques russes, car ils préfèrent accuser seulement les “lampistes”).
    De plus les servants du réacteur ont mal réagi et les ordres donnés par leurs supérieurs concernant le refoidissement ont été aberrants.
    Les coeurs ont fondu, le bâtiment n’a aps résisté à une explosion, et les produits radioactifs ont été envoyés dans l’atmosphère.
        Troisième erreur : les personnels de secours ont été envoyés sans consignes suffisante de sécurité, sans équipement suffisant et presque volontairement sacrifiés entraînant une cinquantaine de morts environ.
        Quatrième erreur : les services de Protection Civile russes ont été lamrntables (la vie n’a pas la même valeur chez eux !). Ils auraient dû évacuer la population plus tôt et surtout interdire l’usage d’eau de boisoon et surtout de lait pour les enfants dans un certain périmètre.
    On ne peut pas démontrer que le décès de civils adultes soient dûs à l’accident. Par contre les enfants décédés ou malades de cancers de la thyroïde n’auraient rien eu si on avait interdit à temps l’utilisation de lait contaminé par l’iode 131.
    En fait c’est plus l’utilisation catastrophique de l’énergie nucléaire par des gens incompétents et insuffisamment formés et une faillite des responsabilités des pouvoirs publics qu’il faut incriminer et non l’énergie nucléaire en général.
   
    On aurait pu éviter les morts provoquées par la catastrophe. Ce qui est par contre inévitable, dès lors que la catastrophe s’est produite, c’est la contamination d’une superficie très importante du sol, par le césium 137 principalement. (l’iode 131, à vie courte, disparaît rapidement).

    Fukushima :
(photo de droite)

        Première erreur : les réacteurs de Fukushima sont plus surs que ceux de Tchernobyl, mais le système de refroidissement est mal conçu car il n’y a pas de double circuit et des fuites d’eau radioactive sont plus probable (voir mon article du 18 mars 2011). Les groupes électrogènes de secours n’étaient pas situés assez haut pour être à l’abri d’une inondation et c’est eux qui doivent alimenter le refroidissement nécessaire même quand une centrale est à l’arrêt.
        Deuxième erreur : les japonais, qui cependant sont des as de la robotique, n’avaient pas de robots d’intervention dans leurs réacteurs et ont refusé ceux qu’on leur proposait.
        Troisième erreur : les consignes de sécurité des intervenants dans la centrales n’étaient pas suffisantes. Deux d’entre eux sont morts et d’autres ont reçu des doses, non dangereuses, mais importantes. En France une rotation beaucoup plus importante des personnels et une mesure permanente de leurs doses aurait évité ces erreurs.
        Coté positif : la Protection civile japonaise a très bien réagi. Des mesures permanentes de radioactivité ont été faites, les consignes correctes ont été donnée et la population n’a eu aucun dommage, même minime, au plan physiologique.

  
http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/20110930Japoncartecontaminationmextmonitor9271.jpg

Par contre, comme en Russie, le problème est la contamination d’une surface assez grande autour de la centrale par du Césium 137
La carte ci-dessous donne une idée de ces contaminations fin septembre 2011.
Ces terrains (parties rouge et jaune probablement) vont être condamnés pendant de longues périodes, au moins an partie car la contamination n'est pas uniforme et des mesure de "raclage" pourront peut être intervenir à certains endroits.


    Ce qui n’est pas normal c’est que dans nos pays occidentaux, on a davantage parlé de la catastrophe nucléaire qui n’a fait aucune victime dans la population, que des victimes du tsunami, (environ 20 500 morts et 6 000 blessés, é(à 000 bâtiments détruits et 500 000 endommagés).
    En fait la véritable catastrophe c’était le tsunami.


    L’énergie nucléaire est dangereuse, c’est certain, mais pas plus que la plupart des industries chimiques.
    Il y a des enseignements à tirer des accidents de Tchernobyl et de Fukushima, et on peut toujours améliorer la sécurité des réacteurs, mais, ni l’un ni l’autre de ces accidents n’aurait pu arriver sur les réacteurs français.


     Je voudrais citer deux exemples qui m’ont frappé.
    Lors du passage de Tchernobyl des journalistes, mais probablement des politiques français ont raconté bêtement que le nuage s’était arrêté à la frontière et on le leur a reproché à juste titre, ensuite de ne pas savoir ce qui se passait. Mais tous les jours quelqu’un ayant une idée des unités de radioactivité pouvait suivre sur les publications du Service Central de Protection contre les Radiations Ionisantes des chiffres de contamination ambiante, et je me souviens avoir calculé à partir de chiffres de contamination d’épinards en Alsace, que, pour avoir un risque non négligeable, il aurait fallu absorber dans la semaine, 3 tonnes d’épinards (gare à l’indigestion !!).
    Les journalistes étaient affolés parce qu’on parlait au Japon,  d’une absorption possible de 1000 béquerels d’iode  par des personnes proches de la centrale de Fukushima (la thyroïde étant l’organe sensible). Mais savez vous que, lorsqu’on fait un examen scintigraphique de la thyroïde, on injecte jusqu’à un million de béquerels du même iode 131, sans conséquences pathologiques.

    En fait la peur du nucléaire vient de l’ignorance technique des gens et notamment sur ces accidents comparés à d’autres non nucléaires, sans parler de ce qui nous attend si nous continuons à ne pas nous soucier du changement climatique.

Samedi 3 décembre 2011 à 8:20

Energie, nucléaire, économies

Mon article sur l’énergie nucléaire m’a valu quelques commentaires et pas mal de mails, pas toujours d’accord avec moi, ce qui est une bonne chose, puisque cela permet de discuter, mais qui surtout me posent des questions, et montrent aussi ce que je dis souvent, que l’information faite dans ce domaine est nulle.
    Alors je vais refaire trois articles : : celui ci qui sera assez général, un second sur les deux accidents de Tchernobyl et de Fukushima, et le troisième sur les dangers du nucléaire, comparés à d’autres.


    D’abord je ne soutiens pas particulièrement Sarkozy. Vous avez même pu vous apercevoir dans d’autres articles, que je ne souhaitais pas sa réélection. Mais je ne suis pas assez bête pour trouver tout ce qu’il dit idiot, ni pour prendre ce que disent ses adversaires pour paroles d’évangile.
    Par ailleurs je constate que les politiques obéissent beaucoup plus à des motivations de réélection, à la course aux voix, et en fait, ne se préoccupent pas souvent du bien du pays et de ses habitants. Et ils sont en général nuls sur le plan technique que ce soit dans le domaine nucléaire ou dans d’autres domaines.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/images3.jpg
    Contrairement à ce que croient la plupart des gens l’énergie nucléaire de fission est une énergie renouvelable.

    Certes les ressources en Uranium sont limitées, mais on sait (dans le MOX) utiliser le Plutonium comme combustible.
    Dans les futurs réacteurs de 4ème génération (pas l’EPR), il sera possible de fissionner également les actinides, déchets à vie longue et d’utiliser le Thorium 232, qui sous l’effet d’un neutron produit de l’Uranium 233, fissible.
    Le thorium est beaucoup plus abondant que l’Uranium actuel 237, présent seulement à 0,7% dans l’Uranium naturel.
    Il n’y a donc pas de risque de pénurie de matières premières pendant des centaines d’années.
    Mais là n’est pas le problème principal : c’est juste une ignorance.

    Une objection souvent rencontrée est l’attitude des allemands qui ont abandonné le nucléaire et des américains qui n’ont pas construit, pour le moment, de nouveau réacteur.
    Il y a en effet une différence avec la France : l’Allemagne comme l’Amérique ne croient guère, au niveau politique, au réchauffement climatique, malgré les cris de leurs scientifiques, et donc se moquent de remettre du CO2 dans l’atmosphère.
    Les américains, faux jetons, considèrent qu’ils peuvent rejeter le CO2 que des pays pauvres, comme l’Afrique, ne rejettent pas parce qu’ils consomment peu d’énergie.
    Donc l’Allemagne remplace ses réacteurs nucléaires par des centrales à tourbe, et les américains ont contruit des centrales à charbon supplémentaires.
    Les allemands ont en outre des centrales à gaz pour compenser le manque de vent sur les éoliennes.
    On peut donc parfaitement se passer du nucléaire, mais en rejetant du CO2 en grande quantité.
    Personnellement je pense être relativement favorable à l’écologie, mais je préfère le nucléaire à une augmentation du changement climatique. Le danger pour la planète me paraît moindre. Je reparlerai du danger climatique dans un autre article.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/energierenouvelable.jpg    Les écologistes mettent en avant les éoliennes et le photovoltaïque pour remplacer le nucléaire de fission. C’est une illusion. Si dans 15 ans on arrive à produire 20% de notre électricité par ce moyen, ce sera déjà un miracle et cela risque de coûter cher aux contribuables.
    Actuellement le kwh éolien coûte deux fois plus cher que le kwh nucléaire et le photovoltaïque 13 fois plus cher.
    Le coût de l’éolien baissera peu, car la technique est actuellement connue.
    L’autre inconvénient de l’éolien est que en l’absence de vent il n’y a pas de production et qu’on ne sait pas stocker l’électricité, d’où la nécessité de centrales à gaz pour les jours sans vent.
    Mais le gros inconvénient de l’éolien est que, pour remplacer une centrale nucléaire il faut plusieurs centaines d’éoliennes. On ne peut pas couvrir la France de tels engins et donc leur production restera faible.
    Quant aux éoliennes marines, c’est intéressant à étudier mais le prix à payer pour qu’elles résistent aux tempêtes et pour amener le courant jusqu’à terre sans gêner la pêche sera sans doute prohibitif. Leur utilisation sera donc réservée à des endroits particuliers.

    On peut espérer une seconde génération de photovoltaïque moins chère.
    Actuellement on utilise des siliciums polycristallins et on peut espérer passer à des cellules plastiques souples. Mais les américains qui escomptaient une amélioration rapide n’ont pas fait actuellement de progrès sensible et le photovoltaïque reste toujours hors de prix.
    Le rendement de telles cellules photoélectrique reste faible par principe et de plus le courant produit est continu et il faut le transformer en alternatif. De plus pas de production si le ciel est très couvert et la nuit.
    Excellent pour alimenter de petits matériels comme les calculatrices par exemple, acceptable si on ne transporte pas le courant, (panneaux sur le toit d’une maison individuelle), et pour de faibles puissance (chauffer l’eau sanitaire ou alimenter les machines électroniques), par contre le coût et la place nécessaire ne permettent l’installation de “centrales photovoltaïque que dans des endroits spécifique (déserts par exemple où d’autres moyens sont difficiles à utiliser et où la place et le soleil sont abondants.
    Une centrale photovoltaïque équivalente en puissance à une centrale nucléaire (6000 GWh), couvrirait environ 10 000 ha soit la surface de la ville de Paris à l’intérieur des périphériques. C'est totalement prohibitif et il est ridicule de miser sur ce type de solaire qui ne peut équiper que des maisons individuelles.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/250pxSolarTwo2003.jpg       Si l'on veut que le solaire rivalise avec le nucléaire, ce n'est pas dans le photovoltaïque qu'il faut chercher la solution, mais il faut établir dans les déserts des systèmes de miroirs qui concentrent le soleil sur des tuyauteries spéciales, et chauffent ainsi des fluides caloporteurs (des sels fondus), qui puisse ensuite produire de la vapeur qui génèrera, dans des turbines liées à des alternateurs, avec un rendement suffisant, de l'électricité à haut voltage, ce qui permettra de la transporter dans d'autres contrées sans perte d'énergie prohibitive, par effet joule. De plus les sels fondus portés à 500 degrés gardent la chaleur et permettent de continuer à produire de l'électricité quelques heures après le coucher du soleil.
     Ce n'est à mon avis que dans cette voie, que l'on arrivera à des puissances suffisantes pour concurrencer l'énergie nucléaire. Mais il faut du temps pour mettre au point les procédés
, mais on peut aboutir si on y met le prix, entre 2030 et 2050.
    La photo ci contre présente un prototype aux USA (les miroirs plans sont sur la tour et tournent pour suivre la course du soleil et les tubes caloporteurs sont en bas, dans les panneaux horizontaux); de timides essais sont faits en France à Odeillo, dans les Pyrénées, utilisant un miroir parabolique. Une centrale de 2000 MW est en projet au Maroc. Nos politiques ont l'air d'ignorer cela.



    Le nucléaire présente certes des dangers, mais comme toute industrie et action humaine. Mais j’aurais moins de risque d’habiter près d’une centrale nucléaire, que de partir en vacances en voiture de Paris en Bretagne.
Depuis 40 ans que nous avons des centrales nucléaires, il n’y a jamais eu d’accident grave, pas un seul mort. De petits incidents de fuites d’eau contaminée et pas de blessures d’origine nucléaire des irradiations minimes.
    Aucune industrie ne peut se vanter de tels résultats : travaux publics 150 à 200 morts par an,  métallurgie une soixantaine, commerce une cinquantaine de décès par accident, industries du bois, des peaux et de la pierre une trentaine, industrie chimique une dizaine, et une soixantaine dans le travail temporaire..........
    En France, on compte 3000 à 4000 décès par accident de la route, mais on n’a pas supprimé les voitures pour autant; on déplore des très nombreux accidents domestiques, qui font de l’ordre de 20.000 morts par an.: 10500 environ par chutes et on n’a supprimé ni les escaliers, ni les échelles, 3500 par asphyxie et on utilise toujours les cheminées et le gaz, générateurs d’oxyde de carbone,
1000 par intoxication, mais on n’a pas proscrit les armoires à produits ménager ou à pharmacie, 1000 aussi par brûlure environ, mais on se sert toujours de cuisinières et de fers à repasser, 400 par noyade et les piscines existent toujours.
    On recense aussi plusieurs milliers d’électrocutions par an dont une vingtaine de morts et on utilise toujours l’électricité.
    Le problème, c’est que ces accidents ne sont pas mystérieux et que l’on pense qu’ils n’atteindront que les autres et pas soi même et qu’on peut les éviter (ce qui est vrai).

    Ce qui fait peur dans l’énergie nucléaire, c’est qu’on est très mal informés, voire désinformés quant aux risques, qu’il s’agit de problèmes concernant des techniques inconnues du public, et qu’on se sent impuissant, d’autant plus que les médias, à la recherche de sensasionnel, disent à ce propos des âneries techniques notoires.
    On a peur des rayonnements et de la radioactivité qu’on ne voit pas (mais on la mesure!) et on a peur d’accidents comme Tchernobyl où d’énormes erreurs ont été faites et Fukushima où il y a eu des inconséquences certaines, malgré des conséquences faibles à coté des autres destructions causées par le tsunami.
    Ce sont de ces deux accidents que je parlerai dans mon prochain article.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast