Mardi 31 janvier 2012 à 8:36

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/images/articlesarkozy.jpg http://lancien.cowblog.fr/images/images/image69411831.jpg












   
On me demande évidemment ce que je pense des discours de Hollande et de Sarkozy.
     Je ne suis, ni expert en politique, ni en économie, donc tout ce que je peux dire n'est guère guidé que par mon bon sens, qui d'ailleurs n'est ni de droite, ni de gauche, mais prêt à approuver toute mesure qui ne serait ni sectaire ni injuste, et qui soit si possible réaliste et efficace. Ce dont j'ai horreur c'est qu'on me raconte des histoires à dormir debout.
 
     Ce qui m'agace aussi c'est que les gens sont de mauvaise foi ou n'écoutent pas l'adversaire et déforment ses paroles volontairement ou pas.

     De toutes façon mon opinion est faite en ce qui concerne Sarkozy, ce qui d'ailleurs ne préjuge pas des mesures qu'il propose.
     C'est quelqu'un de pas assez intelligent pour le poste qu'il occupe, très arriviste, qui de ce fait, a peur des gens efficaces et compétents et s'entoure très mal. Il est peu cultivé, ignorant du passé français et de ses valeurs et a un langage de charretier, ce qui est choquant dans une fonction de représentation de la France.
     Il n'a jamais mis les pieds dans l'industrie et ne sait pas ce que c'est.
     Paraître et se vanter est son habitude;  il joue en permanence à Zorro et au sauveur de la France et de l'humanité, il a une fâcheuse tendance à prendre les autres pour des imbéciles et il est hypocrite sous de faux airs de sincérité courageuse et apitoyée.
     De plus, un bon chef doit déléguer, certes contrôler et aider ses subordonnés, mais surtout ne pas vouloir faire tout tout seul, et écouter les autres et éviter de changer tout le temps d'avis et de se contredire trop souvent, sans avoir des raisons convaincantes. C'est un hyperactif ultra-extraverti, qui parle et réfléchit après. Il me rappelle souvent Louis de Funès dans ses films.
     Bref Hollande n'est pas pour moi l'idéal, mais rien ne pourrait être pire que Sarkozy!
     Mais cela ne veut pas dire que je trouverai forcément ses propositions idiotes : j'ai horreur d'une opposition purement négative.
     De son action, je pense qu'il a voulu dès le départ favoriser uniquement les riches et ceux qui votent pour lui, qu'il a eu raison d'entamer la plupart des réformes qu'il a voulu faire mais que malheureusement, à chaque fois, il n'a pas pris les bonnes solutions, qu'il n'a pas compris l'importance de l'emploi et du chômage et n'a rien fait pour le résorber.
     La crise a bon dos et permet de rejeter la faute sur les autres. Il a bien compris les problèmes des finances internationales mais ne veut pas y toucher car cela choque ses copains des banques et des grandes entreprises. Il récolte ce qu'il a semé.

Venons en à ses mesures :

     La TVA antisociale : j'ai déjà dit ce que j'en pensais dans un article du 10 janvier et je n'ai pas changé d'avis. Certes il faut essayer que nos entreprises soient plus compétitives. Mais ce n'est pas aux salariés seuls de payer la facture et l'augmentation de TVA va encore augmenter la misère des plus pauvres.
     Je ne pense pas que les entreprises embaucheront. Elles sont aujourd'hui dirigées par des financiers, qui, du fait qu'elles auront moins de charges, accroîtront les bénéfices.
Et je suis certain qu'elles répercuteront la hausse de la TVA sur les consommateurs.
Sarkozy a déjà jeté par la fenêtre 5 milliards pour la restauration et bien rares ont été ceux qui ont joué le jeu, soit du consommateur, soit du salarié, ou même fait des investissements.
     Si les employeurs devraient profiter de cette hausse de la TVA, les salariés, les fonctionnaires et les allocataires seront les perdants de cette mesure.
Toutefois, tous les employeurs ne gagneront pas de la même façon selon les charges qui seront finalement abaissées. Les salariés au smic sont actuellement largement exonérés de cotisations patronales, et ces exonérations sont dégressives jusqu'à 1,6 du smic. Si le scénario du transfert de la branche famille devait se confirmer, les employeurs qui versent des salaires plus élevés seront donc plus gagnants que ceux qui n'emploient que des "smicards". C'est injuste.
     Certes on nous démontrera que cela n'augmente pas, mais bien sûr on mélangera toujours dans les indices, ce que nous devons acheter tous les jours et notamment l'énergie (essence, gaz fioul taxés à 21,2%) et ce qu'on achète de temps à autre (TV, ordinateur, automobile).
     De plus quand on me dit que cela favorisera les exportations et pénalisera les importations, à l'instar d'une déflation (puisque le franc n'existe plus, on ne peut en faire), là je ne comprends pas, car la TVA augmentant de la même façon sur les produits français et étrangers, le rapport des prix n'est pas modifié comme dans une déflation.

     L'augmentation du COS : Il ne l'a pas dit ouvertement, mais sa mesure, c'est augmenter partout le coefficient d'occupation des sols de 30%. Alors, à qui cela profitera t'il?
     Un peu à l'industrie du bâtiment, mais cela compensera sa hausse de TVA de 5,5 à 7 %. Sinon : aux vendeurs de terrains car, comme on pourra davantage construire dessus, ils pourront les vendre plus cher, aux promoteurs, à ceux qui peuvent construire des bâtiments neufs, bref aux riches.
Mais ceux qui n'ont pas beaucoup d'argent,ceux qui sont au chômage, cela ne leur apportera rien.
    De plus la plupart des maisons individuelles ne peuvent être rehaussées (pas prévues pour cela, ou à grands frais); quant aux immeubles c'est impossible souvent sur le plan technique et surtout parce qu'il faut en général l'unanimité en assemblée générale, impossible à obtenir (il y a toujours des absents !). Et puis allez vous rehausser votre maison individuelle pour en louer l'étage et créer des logements pour d'autres que votre famille? J'espère que Sarkozy va faire un étage de plus à l'Elysée pour loger des SDF.
    Et si tous faisaient 30% de plus de logements à un endroit donné, y aurait il 30% de plus de routes, d'écoles, de commerces....?

     Les accord de compétitivité : quelle belle dénomination destinée à nous flouer.
     L'assouplissement des accords de compétitivité consiste, en clair, à permettre aux chefs d'entreprise de négocier plus facilement sur les salaires et le temps de travail, pour s'adapter à la conjoncture. Cette mesure, déjà expérimentée en Allemagne, sera très compliquée à mettre en œuvre et va plutôt à l'encontre du slogan phare de M. Sarkozy en 2007 : le "travailler plus pour  gagner plus". Maintenant, c'est "travailler moins pour gagner moins". Cela sauvera t'il des emplois, les expériences passées sont contradictoires.
     C'est par ailleurs, la fin des 35 heures et des heures supplémentaires défiscalisées.
     Cette dernière mesure a coûté en 2010, 22 milliards de rentrées fiscales à l'Etat. En période de crise je comprends qu'on la supprime et cela favorisera un peu l'embauche, mais ce sont encore une fois des salariés modestes qui vont payer la note. La puissance publique se trouve dans un paradoxe : elle subventionne d'un côté la réduction du temps de travail, et de l'autre, un dispositif conçu pour en atténuer les effets. Au fond on sort d'une situation absurde.
 Ce dispositif rétablit le « chômage partiel » (qui a coûté 600 millions à l'Etat en 2009), qui peut aider à passer un cap dans la crise, mais il n'est pas rare que des salariés passent en quelques semaines du chômage partiel aux heures supplémentaires, au gré des fluctuations du carnet de commandes. Cela fait pagaille.

     Taxe sur les transactions financières :  Je n'en parlerai pas aujourd'hui, j'ai l'intention de faire dans quelques jours des articles sur la finance.

     Création d'une "banque de l'industrie" : Nicolas Sarkozy a annoncé la création dès février, avec une dotation d'un milliard d'euros de fonds propres, d'"une banque de l'industrie", filiale d'Oséo, (un service d'Etat très utile, qu'il a privatisé), car "les banques ne prêtent pas assez". Cette banque sera créée parce que "les établissements de taille intermédiaire qui sont le coeur de l'économie n'ont pas assez de crédit", a-t-il justifié. Là je ne ferai aucune critique, mais il copie sur Hollande. Pourquoi n'y a t'il pas pensé plus tôt?

     Des sanctions pour favoriser l'apprentissage : Nicolas Sarkozy a enfin annoncé le relèvement à 5 % du quota de jeunes en apprentissage dans les entreprises de plus de 250 salariés pour faire face au chômage des actifs de moins de 25 ans, qui est supérieur à 20 % en France, selon l'Insee, soit nettement plus que le taux de chômage moyen (9,3 % au troisième trimestre 2011).
D'accord il faut favoriser l'emploi des jeunes. Mais que croyez vous que feront les entreprises pour éviter les sanctions ? : elles vireront les plus de 55 ans pour embaucher des jeunes qu'elles paieront évidemment moins cher. Tout bénef, sauf pour l'emploi globalement.

     Et ne croyez pas, après avoir lu cela, que je sois un anti-sarkoziste primaire, j'ai dirigé de gros établissements industriels, seulement voilà, j'étais ingénieur, et l'entreprise était encore  faite il y a 20 ans, certes pour gagner de l'argent, mais aussi pour donner des emplois, ce qui est aujourd'hui, le dernier souci des financiers et de la plupart des actionnaires. Les ingénieurs savent qu'il faut s'occuper aussi des hommes, et que pour que le travail soit bien fait, il faut être motivé et ce n'est pas en traitant les gens comme des pions qu'on leur donne le goût de leur travail. Autrefois RH voulait dire "relations humaines" et pas "ressources humaine" : c'est une grande différence.

Lundi 30 janvier 2012 à 9:35

Animaux

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive23.jpg
     Nous sommes en hiver, mais jusqu'à présent il n'a pas fait très froid et l'hiver, en région parisienne a été sans neige.
Mais cela risque de changer cette semaine !
     Une de mes filles m'a envoyé de belles photos de neige et elles vont garnir quelques intermèdes, photos de la nature ou de l'architecture sous la neige.
     Mais aujourd'hui, je commencerai par "les animaux sous la neige". Les pauvres bêtes ont froid !

     D'abord des pingouins bien à l'aise dans leur élément glacé, puis des chevaux perdus dans le tapis blanc.
     Deux oiseaux qui gonflent leurs plumes
    Puis un écureuil et au début de l'article, des renards de nos forêts.


    Excuse moi Maud, de te faire un peu de concurrence, mais il fait moins froid ici qu'au Canada, mais cette semaine on va geler, mais moins que toi.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive35.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive20.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive38.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive32.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive25-copie-1.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive19.jpg

Dimanche 29 janvier 2012 à 8:23

Anecdotes

Certain(e)s d’entre vous avait apprécié un article où je rappelais l’origine de certaines expressions, renseignements venat d’ailleurs d’internet.
Je vais donc refaire un essai dans ce sens :

   
Comment a été défini l’écartement des voies de chemins de fer ?

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive02.jpg

    La distance entre deux rails de chemin de fer standard, la plus courante dans le monde, valable en France et en Europe, (sauf en Espagne) et aux USA correspond à un chiffre particulièrement bizarre : 143,5 cm.
    Elle correspond en fait à des unités anglo-saxones : 4 pieds et 8,5 pouces .
    En effet les chemins de fer US ont été construits de la même façon qu'en Angleterre, par des ingénieurs anglais expatriés, qui ont pensé que c'était une bonne idée, car ça permettait également d'utiliser des locomotives anglaises.

http://lancien.cowblog.fr/images/images/1004792.jpg







    En Angleterre, cet écartement correspondait à celui des rails des tramways, les ingénieurs ayant construit les trams puis les chemins de fer étant souvent les mêmes.








http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive09-copie-3.jpg



    Mais les constructeurs de tramways avaient avant construit des chariots et ils ont utilisé l’expérience sur l’écartement de leurs roues.

    Pourquoi les chariots utilisent un tel écartement ?
Parce, que partout en Europe et en Angleterre, les routes avaient des ornières et qu'un espacement différent aurait causé la rupture de l'essieu du charriot.

    Pourquoi les ornières des routes sont-elles ainsi espacées ?


http://lancien.cowblog.fr/images/images/300pxReplicacatapult.jpg    Les premières grandes routes ont été construites sous l'empire romain pour accélérer le déplacement des légions romaines, et pour transporter les denrées commerciales dans des chariots.
    On a dit que Jules César aurait donc fait imposer cette largeur par la loi de manière à ce que les véhicules puissent traverser les cités romaines sans être gênés par des écartements différents, mais aucune trace historique de cette normalisation n'existe.
    Par contre, ces chariots étaient tirés par deux chevaux qui galopaient côte à côte et devaient être suffisamment espacés pour ne pas se gêner.
http://lancien.cowblog.fr/images/images/image973-copie-1.jpg

    Afin d'assurer une meilleure stabilité du chariot, les roues devaient être assez écartées et ne devaient pas se trouver dans la continuité des empreintes de chevaux, et ne pas se trouver trop espacées pour ne pas causer d'accident lors du croisement de deux chariots.
    Les fouilles des villes ensevelies de Pompéi et Herculanum ont mis au jour de profondes ornières creusées dans les dalles, d’une largeur moyenne de 1 448 mm de centre à centre avec un écartement intérieur moyen de 1 372 mm


    Les premiers wagons étaient eux aussi tractés par des animaux (des calèches tirées par des chevaux),  et leurs constructeurs suivirent les usages des constructeurs de charrettes et chariots.
Nous avons donc maintenant la réponse à notre question : l’écartement des voies de chemin de fer a pour origine la dimension des fessiers des chevaux romains.

    Certains disent que cet écartement a conditionné le diamètre des propulseurs additionnels à poudre de la navette spatiale américaine. C’est par contre, inexact, car ces propulseurs font 3,71 m de diamètre. et 46m de long.

Pourquoi certains pays comme l'Espagne n'ont-ils pas adopté cet écartement dès l'origine?
Le site de la SNCF nous apprend que ce serait pour des raisons stratégiques. De cette manière, les trains ne pouvaient pas pénétrer d'un territoire à l'autre, ce qui aurait facilité l'apport de troupes et de matériel -et donc l'invasion- durant les guerres.

    Et si cela vous intéresse, voici les écartements les plus répandus dans le monde :
        - Voie normale : 1435 mm. C'est la norme la plus répandue dans le monde
        - Voie de 1067 mm. C'est la norme au Japon (sauf pour le Shinkansen), en Nouvelle-Zélande, dans le Queensland en Australie, en Afrique du Sud et en Indonésie.
        - Voie métrique : 1000 mm. Souvent utilisée dans les chemins de fer de montagne.
        - Voie étroite : Écartement inférieur à 1 m (souvent 600 mm). Utilisé notamment dans les chemins de fer industriels.
        - Voie large :
            1520/1524 mm (Russie et les autres pays de la Communauté des États indépendants, Finlande et les Pays baltes),
            1600 mm (Irlande, Brésil, Victoria et Australie-Méridionale)
            1668 mm (Espagne et Portugal),
            1676 mm (Inde, Pakistan, Bangladesh, Sri Lanka, Argentine, Chili).

   


Samedi 28 janvier 2012 à 8:57

Insectes

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux1/4327498.jpg


    Les petites coccinelles sont de petites bêtes bien sympathiques pour les amateurs de jardin car elles et surtout leurs larves, dévorent les pucerons et nous évitent de trop utiliser des insecticides.
    Celles de mon enfance que je retrouve en Bretagne ont sept points noirs sur le dos rouge.(Adalia 7-punctata).    
Mais sur ma terrasse j’en trouve maintenant une autre sorte, qui a 18 points de forme plus diverses.



http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux1/4326824.jpg

    Harmonia axyridis est une espèce de coccinelle asiatique qui a été importé aux états-unis à la fin des années 80 pour lutter contre les pucerons dont elle est très friande. L'Europe l'a également introduite plus récemment dans les cultures sous serres puis à destination des particuliers en mettant à disposition des larves à déposer sur les plantes dans les jardineries. L'intention était louable dans la mesure ou il s'agissait de lutter contre le développement des pucerons dans les cultures à la place des pesticides. Pourquoi donc n'a-t-on pas privilégier nos espèces locales ?
    Cette coccinelle originaire de Chine, de Corée et du Japon s'est tellement bien adaptée qu'elle envahit désormais des régions entières en progressant du nord vers le sud.
    Inoffensive pour l'homme, elle prolifère néanmoins au détriment des espèces locales comme notre coccinelle à sept points.

    J’avais trouvé bizarre en mettant mon nez sur ma main sur laquelle une de ces “chinoises” s’était promenée, de trouver que l’odeur n’était pas agréable et je viens de lire un article qui m’a amusé.
Lorsqu'il est écrasé ou simplement stressé, l’insecte libère du sang par les pattes. Plusieurs composés hautement volatils de ce liquide dégagent une
odeur très forte. Ce sont des “méthoxy-pyrazines”, pour les fanas-chimie.

    Les australiens et les américains étaient au début très heureux car leurs coccinelles chinoises étaient de couleur jaune (normal non ?, mais ont elles les yeux bridés ?). Leur odeur était supportable et presque discrète et comme  ces jolis petits insectes raffolent des raisins abîmés, ils se retrouvent donc souvent parmi les grains récoltés! avec lesquels ils seront écrasés durant ie processus de fabrication du vin.
    Et, bonheur, les méthoxy-pyrazines contribuaienl à l'arôme particulier des sauvignons blancs australien et des cabernets américains, leur donnant une petite touche de senteurs végétales.
    Mais catastrophe, une autre variété de coccinelle asiatique, orange celle là, a supplanté la coccinelle jaune et elle a une senteur beaucoup plus forte.
    Alors les vins américains ont une senteur de pomme de terre crue, d’arachide grillée et de terre humide. Ils sont bons au goût mais il faut se boucher le nez pour déguster !!

    Alors on mobilise les chercheurs.
    Gary Pickering et ses coiiègues de l'université Brock, au Canada, cherchent le moyen de supprimer les méthoxypyrazines du vin.Ils ont annoncé un début de succès,obtenu en ajoutant des copeaux de chêne au vin rouge ou blanc.Le traitement a "réduit l'intensité"de la contamination.
    Les scientifiques ont essayé de nombreuses autres méthodes, notamment en irradiant le vin avec des ultra-violets ou en mélangeant de l'argile absorbante ou du charbon actif; mais toutes ces techniques n'ont donné qu'un "résultat limité" sur le vin  rouge et elles sont restées sans effet sur le vin blanc.

   
Gare au péril jaune, même chez les petites bestioles aux points noirs sur le dos. J’espère que les vignerons du bordelais font attention !!
    Pour le moment je peux encore me promener sur ma terrasse sans masque à gaz.! Mais on pourrait aussi inventer un parfum pour coccinelle.

Vendredi 27 janvier 2012 à 8:33

Actualité

Voici la suite de ma présentation du 24 janvier sur la piscine des chûtes Victoria.


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/Diapositive14-copie-2.jpg

     De septembre à décembre, en raison des faibles
niveaux d'eau, il est permis de nager sur le bord de cette chute, dans cette piscine naturelle, bordée d'un petit mur rocheux par dessus lequel coule l'eau qui s'écrasera 108 mètres plus bas.
   
http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/Diapositive06-copie-3.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/Diapositive08-copie-4.jpg














   
     La
curiosité permet de  surmonter la peur.

     Les plus courageux s’approchent de très près de l’arête, pour leurs prises de photos !
     Epater le copain au retour ou bien
une décharge d'adrénaline et d’excitation au bord de l'abysse !
http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/Diapositive09-copie-4.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/Diapositive10-copie-1.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/Diapositive12.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/Diapositive15-copie-2.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/Diapositive16-copie-2.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/Diapositive18-copie-2.jpg
































































































     Cela me fait penser à une information vue au journal télévisé sur une jeune femme australienne qui faisait un saut à l'élastique au dessus de ces mêmes chutes Victoria et ..... la corde qui attachait l'élastique s'est cassée.
    
Elle a eu beaucoup de chance de s'en sortir.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/images.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/398842erinlangworthy-copie-1.jpg











    

     Certains sont inconscients. Je conçois qu'on affronte un danger pour servir une cause, sauver quelqu'un, être vraiment utile, mais le faire pour se rendre intéressant me paraît bien futile.

Jeudi 26 janvier 2012 à 8:03

Ecologie, Changement climatique

Je lisais un article de "La Recherche" qui me paraît intéressant sur les mesures faites qui montrent le changement climatique.
Je pense qu'en faire un court résumé permettrait d'avoir les idées plus claires sur cette question.

         Il n'aborde pas les causes, ni des conséquences à long terme, pas plus que des remèdes, mais traite uniquement des mesures qui montrent que le phénomène existe et qu'il faut donc s'en préoccuper.

            1.) - La température de l'air augmente :

 http://lancien.cowblog.fr/images/images/tempair.jpg

De nombreuses stations météorologiques mesurent la température de l'air depuis plus de 130 ans. Les mesures sont formelles : la température moyenne de l'air à la surface du globe a augmenté de un degré depuis 1880 avec une accélération depuis 40 ans.


              2.) - La température des océans augmente :

 http://lancien.cowblog.fr/images/images/tempoceans.jpg

Les bateaux faisaient des mesures à diverses profondeurs, à partir de thermomètres; maintenant 3300 bouées fixes ont pris la relève et transmettent leurs mesures, jusqu'à 2000 mètres de profondeur. L'élévation de température est d'environ 0,5 d° en surface et 0,1 en profondeur, et la quantité de vapeur d'eau dans l'atmosphère augmente de façon continue depuis 1988 (mesures par satellites).


   3.) - Les glaces dans les montagnes et celles des pôles reculent et disparaissent.

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/glacearctique.jpg http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/glaceGroenland.jpg


           Les glaciers sont un indicateur intéressant car ils sont loin de l'activité humaine et peu influencés par les hétérogénéités locales. Quelles que soient l'emplacement et la taille des glaciers européens, suivis depuis 50 ans, leur fonte s'accélère.

De même les calottes polaires diminuent de surface. Le Groenland et l'Antarctique perdraient chaque année 500 milliards de tonnes de glace depuis une dizaine d'années et cette fonte augment de 35 milliards de tonnes par an. Il semble toutefois que cette fonte ne soit pas due uniquement au réchauffement climatique et il est difficile de faire des prévisions à long terme.

   La superficie minimale des glaces Arctiques, en septembre, est passée de 8 millions de km2 en 1980 à 4,33 millions en 2011.

 

   4) - Le niveau des mers monte :

 http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/niveaumer.jpg

D'une part le réchauffement dilate l'eau de mer et d'autre part l'eau de fonte des glaces va dans les océans dont le niveau monte. Les mesures des 2000 stations marégraphiques montrent que le niveau de la mer s'est élevé de 1,6  à 1,8 mm par an depuis un siècle, mais le mouvement des continents perturbe ces mesures, qui depuis 1990 sont faites principalement par satellites.

La hausse n'est pas uniforme et 3 fois plus rapide dans le Pacifique ouest.

   Grâce aux forage dans les sédiments marins, on peut reconstituer l'élévation ancienne et il semble que le niveau de variation actuel est deux fois plus imporatant que dans les deux derniers millénaires.

 

   5). - Les espèces terrestres se déplacent vers le nord.

 http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/oiseaux.jpg

105 espèces d'oiseaux sont suivies depuis 1990 et la part relative à des oiseaux vivant dans des températures plus chaudes a augmenté et correspond à un déplacement d'environ 100 km entre 1989 et 2006

 

 

Mercredi 25 janvier 2012 à 8:36

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs4/P4180042.jpg

     J'avais déjà fait le 30 septembre 2008 un article sur ce sujet, mais j'ai lu récemment un article qui me fait reprendre le problème sous un autre aspect.

    Je reprends d'abord mon vieil article :

    Lorsque nous voyons une couleur, du bleu par exemple, c'est que sur notre rétine est arrivée une particule sans masse, (ou peut être une inertie extrêmement faible), le photon, qui possède une certaine énergie caractéristique. A chaque photon d'énergie différente, nous allons donner un nom de couleur. Cette énergie transportée par un photon est ultra faible, pour le photon "bleu" 4,3 X 10 -19 joules. Heureusement la lumière que nous recevons contient beaucoup de photons.
    On le caractérise aussi en physique, par une certaine fréquence 6,5 X 10 14 hertz et la longueur d'onde associée (qui correspond à une statistique de la répartition des particules) est de 500 nanomètres.
  
     Donc sur notre rétine arrivent des photons, sur des cellules nerveuses en forme de bâtonnets et de cônes. Ces cellules contiennent des lamelles dans lesquelles des molécules chimiques réagissent sous l'effet de l'énergie laissée par les photons.
     Grâce à ces molécules chimiques (des pigments constitués de protéines), les photons déclenchent un influx nerveux dans les axones des cellules rétiniennes.
     Les bâtonnets sont sensibles à des luminosités très faibles et permettent une vison très précise alors que certains cônes ont une réaction électrique maximale quand ils sont éclairés avec des radiations bleues, d'autres ont une sensibilité  maximale avec des radiations vertes, et une troisième catégorie qui présente une réponse maximale pour les radiations rouges.
     Des photons correspondant au bleu n'excitent donc que les cônes “bleus”, ceux correspondant au vert les cônes “verts”  et ceux correspondant au rouge les cônes “rouges”. S'il s'agit d'une couleur intermédiaire, l'excitation est transmise aux trois sortes de cônes dans des proportions qui dépendent de l'énergie du photon incident.
     C'est un peu comme votre imprimante qui ne “tape” que des points bleus verts ou rouge, mais par leur mélange en proportions différentes reproduit des millions de couleurs différentes.

     Ces signaux de la rétine sont envoyés sur des neurones spécialisés de notre cerveau (à l'arrière du crâne au dessus de la nuque) qui vont “mesurer” la proportion de signal provenant des cônes bleus, verts et rouges et donner ainsi une caractéristique de la lumière reçue.
     Nous mémorisons cette perception et ce sont nos parents ( et frères sœurs, nounous, professeurs...) qui nous disent : cette sensation s'appelle bleu, celle ci rouge, celle là verte, cette autre orange ou marron. Bref c'est un codage du langage.
     Mais c'est un peu plus compliqué car nous ne regardons pas des photons, mais des objets.
     Pourquoi un objet est il bleu ? : parce que sa nature en surface est telle qu'il absorbe tous les photons rouges et verts et réfléchit tous les photons bleus .

   Donc ce qui existe ce sont les photons et l'objet, mais la couleur cela n'existe pas : c'est une dénomination dans notre langage que nous avons donnée nous, hommes, à une certaine sensation de notre cerveau, suite aux signaux en provenance des yeux, et sous le contrôle de nos centres de la parole et du langage et bien sûr de notre cortex frontal, le chef d'orchestre.

     Qu'ai je lu comme information nouvelle ?

     William McGeown et ses collègues, de l'Université de Hull, au Rogaume-Uni, ont montré qu' il suffit que le cerveau se déconnecte de ses entrées sensorielles, pour que les perceptions changent et une personne hypnotisée peut parfaitement voir une tomate mûre verte, l'herbe rouge et la neige violette. Ils ont même montré que certaines personnes très suggestibles n'ont même pas besoin d'hypnose pour imaginer des couleurs. ll suffit qu'elles décident de voir des taches de couleur sur un écran gris, pour les voir pour de bon, et sur instruction de l'expérimentateur, elle voyaient sur l'écran gris, des taches jaunes, vertes, bleues ou rouges.
     Mac Geown a montré que, lorsque de tels individus se persuadent qu'un écran est rouge alors qu'il est gris, l'activité des zones visuelles situées à l'arrière de leur cerveau et recevant habituellement les informations "rouge" en provenance des yeux augmente, et dépasse même très nettement celle d'autres personnes "normales" placées dans la même situation.
    Sous l'effet de la volonté, les zones de perception semblent ainsi capables de produire "sur commande" ce que la personne à la sensibilité particulière, désire voir.
    De telles personnes sont très suggestibles et influençables et elles peuvent aussi entrer très rapidement dans un état de transe hypnotique après quelques instructions de l'hypnotiseur.
 
     Cette découverte fragilise la frontière entre subjectivité et objectivité, révélant ainsi que le cerveau peut confondre ses propres constructions intérieures et les messages issus de la "réalité" .   
Au cours de l'histoire humaine, des individus ont prétendu voir des apparitions, des signes célestes, ou des soucoupes volantes. Le cerveau d'une personne très suggestible, lorsqu'il se persuade intensément d'une chose, a le pouvoir de lui donner un caractère de "réalité perceptible" qu'il devient difficile de distinguer de la "réalité vraie".


Mardi 24 janvier 2012 à 8:23

Paysages

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive03.jpg
     Il est des sites dans le monde qui sont magnifiques, mais qui donnent aussi une démonstration de l'inconscience humaine, de ce que nous sommes prêts à faire de nos jours pour nous faire remarquer auprès des autres ou pour nous donner une petite décharge d'adrénaline, qui finalement n'aura été que passagère et bien inutile. Le cortex préfrontal qui nous permet d'anticiper sur les conséquences de nos actes, est parfois endormi !
     Il est un site magnifique, qui vaut sûrement le détour, si on a les moyens financiers de se l'offrir : les chutes "victoria" sur le fleuve Zambèze. Situées sur la frontière entre la Zambie et le Zimbabwe, 1,7 km de large et 108 mètres de haut, un extraordinaire spectacle.

     David Livingstone, a visité les chutes en 1855 et les a nommées en l'honneur de la Reine Victoria.

Elle sont les plus grandes attractions touristiques sur le continent africain.

     En 1989, l'UNESCO a déclaré ces chutes comme site de patrimoine de l'humanité.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive05.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Unknown.jpg

 













http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Unknown1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/Diapositive19-copie-4.jpg














     Alors où est l'inconscience?      Dans cette piscine que je vous présenterai dans le prochain intermède : elle est appelée la "diable pool", une piscine naturelle formée dans les roches juste au-dessus des Victoria Falls - 108 mètres de haut  - ouverte au public l'été (et même aux enfants), et la plus grande attraction des chûtes !!!

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/Diapositive07-copie-5.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs4/P4180032.jpg

    Tout est souvent plus beau dans nos souvenirs du passé.
    J'entends souvent mes jeunes correspondantes qui viennent de sortir de l'adolescence regretter leur tendre enfance "où on était heureux avec les parents".
    C'est vrai que l'enfant a moins de soucis et que le cercle familial est là pour le protéger, pour lui procurer la sécurité nécessaire à son développement.
Il a besoin d'être aimé, de se distraire et de faire son apprentissage du quotidien.
    Alors quand il lui faut ensuite affronter les difficulté de la vie, assumer ses responsabilités, il regrette souvent cet âge d'or.

 
    Mais, c'est aussi cette note de regret que I'on entend souvent dans le discours des personnes âgées, dont certaines sont convaincues que le passé était paré de toutes les vertus, alors que le présent ne représente qu'une lente décadence les éloignant chaque jour davantage de l'âge d'or de leur jeunesse.
    Certes, le vieillissement lui-même explique une partie de ces regrets: la dégradation des forces vitales et parfois mentales fait naître une nostalgie de la jeunesse, laquelle est revécue à travers un prisme favorable. Mais un autre mécanisme cognitif a été identifié récemment.

    Dans une expérience réalisée à l'Université Harvard, Elisabeth Kensinger et Daniel Schacter ont constaté que, chez les personnes âgées (entre 62 et 79 ans, dans cette étude), une zone cérébrale, inerte chez les plus jeunes, s'active lorsqu'elles doivent mémoriser des images agréables : le cortex préfrontal médian.
    Cette zone s'active lorsqu'on est mis en présence ou que l'on imagine un objet, une action ou un concept en rapport avec soi-même. Ces images mentales s'appuient sur des souvenirs positifs du passé : ainsi une personne âgée qui voit un met appétissant et veut le mémoriser, s'imagine en train de le manger, et quel bon goût il a.
    De plus les images négatives ne produisent pas cette évocation d'action personnelle, et ne risquent pas de raviver des souvenirs associés. Dès lors, le passé est ravivé seulement par des émotions positives.

    Ce mécanisme permet de comprendre la sélectivité de la mémoire. je l'évoquais dans mon article sur les souvenirs du 22 décembre 2011.
    C'est au contact du présent que le passé se reconstruit en permanence : les motifs de satisfaction présents font resurgir des images positives du passé, lesquelles sont ainsi consolidées.
    A l'encontre, les expériences ou images désagréables survenant dans le présent ne provoquent pas ce rappel d'événements passés négatifs, parce que le cortex préfrontal médian ne s'active pas.

    Cela ne veut pas dire que nous oublions le passé et notamment les souvenirs très traumatisants restent gravés en nous.
Mais le mal qu'ils nous font s'atténue et nous pouvons les évoquer avec moins de réticence.
    Souvent, en vieillissant, lorsque nous évoquons le souvenir d'être très chers, dont la mort nous a beaucoup atteints, nous évoquons surtout les bons moments que nous avons passé avec eux, et cela nous réconforte et nous fait un peu oublier quelle a été notre souffrance.

Dimanche 22 janvier 2012 à 8:20

Libertés et règles

Savez vous pourquoi le savoir-vivre demande de laisser passer les dames en premier ?
           Cela date du temps des Henri IV et des guerres de religion.
            A l'époque, les assassinats n'étaient pas si rares, et un des endroits préférés des assassins était le pas d'une porte.

La précaution la plus élémentaire était donc de laisser “galamment” passer une femme en premier, pour savoir si un assassin était là...

http://lancien.cowblog.fr/images/images/Diapositive23-copie-1.jpg

 

Pourquoi mettre sa main devant la bouche en bâillant ?

Mettre sa main devant sa bouche quand on bâille, à l'origine ce n'est pas par politesse mais juste par peur que l'âme ne s'échappe......

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/images-copie-7.jpg http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/Unknown.jpg

 

Pourquoi dit-on "tchin-tchin" quand on trinque alors qu'on ne tape les verres qu'une seule fois et donc qu'il n'y a qu'un seul "tchin"?

Cela remonte au Moyen Age, pour prouver que les verres ne contenaient pas de poison.

Le premier convive versait un peu du contenu de son verre dans celui de l'autre en tapant dessus. L'autre l'imitait ensuite, d'où le deuxième "tchin", ou bien ils tapaient fortement leurs chopes afin que les liquides (souvent du vin) contenu dedans se mélangent par éclaboussures.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/386850496999084tchintchinH113736L.jpg http://lancien.cowblog.fr/images/images/trinquer9fu.jpg

 


















Et je vous soumets quelques règles de savoir vivre à table, (en France), qu'on nous apprenait quand j'étais enfant (il y a 70 ans !!) :

   - A table, on ne parle pas fort, on ne rit pas fort, on ne coupe pas la parole, on ne parle ni de politique, ni d’argent, ni de religion, on n'accapare pas l'attention de la maîtresse de maison.
              - On ne met jamais les coudes sur la table, ni les mains sur ses genoux.
              - On ne croise pas ses jambes sous la table et on se tient le dos bien droit.
              - On ne souhaite jamais "bon appétit".
              - On ne parle jamais la bouche pleine. 
              - On ne boit jamais avant d'avoir vidé sa bouche et de l'avoir essuyée discrètement.

              - On ne doit jamais saucer ; on laisse ! (c'est un calvaire quand la sauce est bonne !!).
              - On pèle sa poire, sa pêche et même sa banane avec une fourchette et un couteau; (et cela n'est pas facile, le pire ce sont les oranges !!); ne jamais mordre dedans comme dans un pain au chocolat et éviter de manger une banane comme un singe !
              - On mange les cerises avec les doigts et on crache discrètement le noyau dans son poing fermé avant de le déposer dans son assiette. (mais, horreur, dans le jardin, on prenait le noyau entre deux doigts et on pressait pour voir celui qui l'enverrait le plus loin lol).
              - Quand on vous propose de reprendre d'un plat, refusez une fois par politesse, et acceptez la seconde fois par politesse aussi !(c'est faux cul, mais c'est comme cela !!).
http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/514cw2abfilaa2401.jpg

 

  Hum, je crois que mes petits-enfants sont mal élevés lol

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast