Lundi 2 janvier 2012 à 7:58

Aider les autres

http://lancien.cowblog.fr/images/images/moshimoshi3iphone5.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/telephoneinternet.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/images/Unknown-copie-2.jpg
Quand une de mes correspondantes ne va pas bien, j’essaie de voir avec elle ce qui ne va pas, en échangeant des mails qui nous permettent de nous expliquer mutuellement, de façon suffisamment détaillée pour nous comprendre.
    Et quand cela ne va vraiment pas bien et qu’il faut vraiment échanger dans la minute, le téléphone est nécessaire.

    Certains des jeunes que je connais, préfèrent utiliser leur pouce plutôt que leurs doigts, pas pour le sucer, mais pour écrire des SMS.
    Tandis que certains adorent partager leurs émotions en utilisant leur téléphone portable, notamment pour chercher le réconfort d'un ami ou d'un parent après une mauvaise note, un chagrin d'amour ou une dispute, d’autres envoient un texto pour communiquer leur indignation ou leur détresse.
    Mal leur en prend, ils ne se sentiront pas mieux après.

    Des psychologues de l'Université du Wisconsin ont examiné les conséquences émotionnelles d'un échange par texto ou par conversation téléphonique, en situation de stress. lls ont prélevé des échantillons de salive auprès de jeunes filles téléphonant ou envoyant un texto à leur mère, juste après avoir été contrariées.
    Le cortisol, je vous l’ai déjà dit, est l’hormone que sécrète la glande surrénale à partir du cholestérol, sous la dépendance d’une pré-hormone (l’ACTH), sécrétée par l’hypophyse, glande située dans le cerveau, près de l’hypothalamus (qui lui même l’active par une autre pré-hormone), et des centres amygdaliens qui réagissent au stress.
    Le cortisol a beaucoup d’actions dans l’organisme, (notamment en matière de phénomènes circadiens et du métabolisme des graisses, mais en matière de stress, il vient appuyer les effets mobilisateurs et “guerriers” de l’adrénaline, en mobilisant les réserves de glucose, pour les envoyer à des endroits précis. En fin de stress il stimulera la faim pour récupérer la perte d’énergie que l’on a subie.
    Le cortisol est donc un excellent indicateur chimique de mesure du stress.

    Les mesures faites par ces chercheurs, montrent que la concentration
de cortisol diminue rapidement après une conversation téléphonique, mais reste inchangée après l'envoi d'un texto. Le stress ne diminue pas, la jeune personne rumine sa peine.
    En outre, les jeunes filles qui discutent au téléphone avec leur mère après un épisode de stress, voient leur concentration d'ocytocine augmenter. Cette hormone est associée aux émotions positives, aux états de détente.

    L’article que j’ai lu, ne donne pas d’explication des résultats de cette expérience. Je pense que, dans des sms, le volume de ce qu’on peut dire est trop faible et on ne décharge pas son cerveau de sa peine, de ce qui vous tracasse, tandis que votre interlocuteur ne peut vous donner des expications, des conseils suffisants et des idées apaisantes suffisamment explicites pour vous toucher et agir. Pour cela il faut écrire des pages ou parler pendant quelques minutes au moins.

Dimanche 1er janvier 2012 à 8:18

Divers

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/images-copie-3.jpg
Mais ce n'est pas un dimanche ordinaire
                              C'est le premier jour de l'année



BONNE ANNEE à mes lectrices et lecteurs


http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/voeux.jpg

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast