Mardi 10 avril 2012 à 8:25

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/pandageantarbre235.jpg        Chaque année, Pâques est l'occasion, pour les chocolatiers, de présenter à l'intention des enfants toute une panoplie de douceurs moulées allant de la poule aux oeufs en passant par les petits lapins, les cloches et les poissons.
 
            Cette année certains chocolatiers ont "craqué" pour ces adorables pandas que la Chine a bien voulu nous prêter : les oeufs-pandas en chocolat sont mignons...à croquer
 
            Ce n'est pas la seule nourriture issue des pandas. Le Thé parfumé par la fiente de pandas géants a provoqué une polémique au sud-ouest de la Chine dans la province du Sichuan, après qu'un entrepreneur local ait affirmé que cela pourrait aider à prévenir le cancer.
            L'entrepreneur demande 20.000 yuans (3.175 dollars) pour 50 grammes de thé, en espérant entrer dans le Livre Guinness des Records avec ce prix extrêmement élevé, et il lui suffirait de vendre seulement 21 lots de thé de 50 grammes chaque année.
           
            Toutefois, ses déclarations, ont été largement rejetées par les experts.
            "Il n'y a pas un seul rapport scientifique montrant que les feuilles de bambou prévenaient du cancer et la bouse de Panda est un très bon engrais, mais n'a aucune capacité de créer une prévention du cancer des plantes», a déclaré Zhang Hemin, directeur du Centre Wolong Giant Panda Research Protection.
 
            Au fond c'est rassurant, les gogos ne sont pas tous européens.

 http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/articlepandas.jpg            Le panda géant vit dans les régions montagneuses de Chine, entre 1 500 et 3 400 mètres d'altitude. Bien qu'il soit classé parmi les Carnivores, il mange presque exclusivement des pousses de bambou. Son système digestif reste cependant celui d'un carnivore ; il possède donc une faible capacité à digérer la cellulose de cette plante, par ailleurs très pauvre en énergie. Pour pallier cette carence, le panda géant ingère de grandes quantités de bambou, jusqu'à 20 kg quotidiens, et consacre près de 14 heures de sa journée à s'alimenter. Il s'économise donc en dormant 10 à 20 heures sur 24 !
            Le panda géant est massif : il pèse entre 80 et 125 kg. Il mesure entre 1,5 et 1,8 m. Il possède 6 doigts dont un "faux pouce", essentiel pour cueillir et tenir les tiges de bambous. C'est en fait un os du poignet modifié. Son ouïe et son odorat très fins lui permettent de s'orienter. Sa vue, médiocre, est moins bonne que celle de l'homme.
 
http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Unknown1.jpg
            Une légende populaire chinoise raconte qu'autrefois, le pelage des pandas était complètement blanc mais qu'un jour, la plus jeune d'une fratrie de quatre sœurs mourut. Les trois autres trempèrent alors leurs mains dans ses cendres en signe de deuil. En pleurant, elles se frottèrent les yeux pour essuyer leurs larmes, se consolèrent en s'enserrant et se bouchèrent les oreilles pour ne pas entendre les pleurs. Les tâches de cendre noire sont alors restées sur leur fourrure...
 

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Unknown-copie-2.jpg            Plus de nouvelles de nos deux pandas, prêtés par la Chine, qui sont au zooparc de Beauval depuis le 15 janvier, Yuan Zi ("Rondouillard") et Huan Huan ("Joyeuse").
            En accueillant des pandas géants, Beauval s'est engagé sur les moyens mis en œuvre pour la reproduction de l'espèce, mais également sur une forte collaboration avec les équipes des centres chinois : projets de recherches scientifiques pour favoriser la survie des derniers pandas sauvages, échange de données et de compétences, soutien pour des programmes de conservation en milieu naturel.
 
http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Unknown-copie-3.jpg                 Par contre, on parle beaucoup des Pandas du Zoo d'Edimbourg, qui ne seront pas papa et maman cette année. Ils auraient pu avoir des jumeaux.
Une "pandate "n'a qu'une seule ovulation par an et n'est fécondable que pendant 36 heures.
            Mais Tian Tian (chérie) et Yang Guang (Lumière du soleil) n'ont montré qu'un " intérêt limité pour la reproduction" et ont laissé passer leurs chances d'être parents.
         D'après le directeur du zoo, les deux pandas avaient montré "beaucoup d'empressement et d'attraction mutuelle", mais malheureusement, les tentatives de rapprochement "ne sont pas allées jusqu'au bout", peut être parce que ces deux partenaires "sont relativement inexpérimentés".  
         Il va falloir les envoyer suivre des cours d'éducation sexuelle !!
 
         Enfin il paraît qu'il faut se méfier de deux pandas, qui ressemblent à d'adorables peluches, mais qui ont une arme secrète : les pandas de "World of Warcraft: Mists of Pandaria" maîtrisent le kung-fu. C'est le nouveau jeu sur ordinateur de Blizzard, pour compléter WoW.
        
         Et, puisqu'on est dans ce type de zoologie, TF1 dont on sait les attaches avec Sarkozy, part en guerre contre une manif qui, bien que "anti-écologiste", affirmait "Sauvons plutôt les ours, mais pas la Bourse"!
 
        En écrivant cet article, je pensais à une jeune "hybride panda" qui fait de très jolis dessins.
Si vous voulez les voir, allez sur http://micendre.cowblob.fr

Lundi 9 avril 2012 à 8:19

Architecture

La dernière fois je vous montrais des réalisations architecturales d'autrefois, aujourd'hui, elles seront modernes, mais mois curieuses et moins jolies.  Les deux dernière photos concernent une voie ferrée en Chine.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive26-copie-2.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive21-copie-1.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive16.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive13-copie-1.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive31-copie-1.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive11-copie-6.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive10-copie-1.jpg

Dimanche 8 avril 2012 à 8:55

Sciences et techniques

   Je vous avais dit hier que le Laboratoire Central de la Police de Paris comportait trois départements principaux scientifiques et techniques.
                        - Le pôle "Explosifs, interventions et risques chimiques"                       
                        - Le pôle "Environnement"           
                        - Le pôle "Mesures physiques et sciences de l'incendie"
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/LCPPprelevement.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/LCPPCamion.jpg



















            Les personnels du Pôle "Explosifs, interventions et risques chimiques" disposent de véhicules camionnettes aux équipements sophistiqués, servis par deux démineurs ou par deux chimistes.
            Les démineurs, en cas d'intervention dangereuse sont munis d'un casque spécial et d'un vêtement comportant des plaques de protection, le tout d'une trentaine de kilogrammes.
Ils disposent d'un appareillage portatif de radiographie, de petits robots motorisés de manipulation à distance, de système permettant de percer ou de détruire dans de bonnes conditions de sécurité, des objets suspects et dangereux.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/LCPPDemineur.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/images.jpg

           




Le laboratoire mobile de chimie comporte des moyens de prélèvement de liquide et de gaz et des appareillages performants d'analyse, notamment de spectrométrie infra-rouge, permettant d'identifier sommairement les produits de l'environnement pour évaluer un éventuel danger, des analyses plus précises étant ensuite faites au laboratoire central.
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/LCPPlabomob1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/LCPPlabomob2.jpg          


 
           






 

            Dans les laboratoires de la rue de Dantzig, on trouve des moyens sophistiqués d'analyse chimique permettant de caractériser de nombreux produits organiques et minéraux.
            Le laboratoire qui s'occupe des incendies par exemple, reçoit un récipient contenant des cendres prélevées sur les lieux d'un incendie, le chauffe dans un four après avoir mis à l'intérieur un tube absorbant. On piège ainsi des traces infimes d'hydrocarbures non brûlés, si l'incendie a été allumé volontairement grâce à ce combustible.
            Le tube est alors introduit dans un chromatographe en phase gazeuse lié à un spectrographe de masse.
            Le chromatographe contient des colonnes spéciales, contenant des substances spéciales que vont traverser les gaz extraits du tube et qui agissent d'une façon un peu analogue à ce que ferait un appareil de distillation : les produits gazeux sont freinés différemment par leur passage dans ces colonnes et sortent donc les uns après les autres. On peut donc les envoyer un par un dans le spectromètre de masse pour les identifier.
            Dans cet appareil, on commence par ioniser les gaz à analyser, puis on accélère les ions et on les envoie dans un aimant qui va courber leurs trajectoires ; celles-ci vont se décaler en fonction d'une part de la charge et d'autre part de la masse des différents ions présents dans le gaz.
            Les différents ions ne vont donc pas arriver au même endroit à la sortie de l'élément qui courbe leurs trajectoires, et en plaçant alors une batterie de petits détecteurs, on va recueillir des courants proportionnels sur chaque détecteur, à des ions de masse et de charge données, ce qui permet de les identifier.
            Le laboratoire permet ainsi de donner la preuve d'un incendie criminel.
            Cette technique est utilisée pour identifier des polluants organiques divers. Dans d'autre cas on utilise la spectrométrie infra-rouge. L'échantillon est traversé par un rayonnement infra-rouge de diverses longueurs d'onde, lesquelles sont absorbées de façons différentes selon la nature des produits chimiques analysés. L'absorption en fonction de la longueur d'onde infrarouge, fait ainsi apparaître des pics caractéristiques des fonctions chimiques et permet de caractériser le produit.
 
Chromatographe + spectromètre de masse                                    Analyseur par absorption infra-rouge
http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/LCPPspecmass.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/LCPPinfraRoug.jpg 
 
 
 








          D'autres appareils qui ne mesurent pas l'absorption mais au contraire l'émission des atomes lorsqu'il sont excités par des lumières de photons d'énergies particulières, permettent de caractériser des métaux, métalloïdes ou des molécules organiques de faible poids moléculaires, pour lesquels les autres méthodes sont inopérantes.

            Ces divers types d'appareils existaient déjà il y a cinquante ans, mais à l'époque il fallait, pour faire les identifications, comparer à l'oeil, les spectres obtenus à des dizaines de milliers de spectres de référence, et il fallait toute l'habileté et l'habitude d'un expert, pour identifier la catégorie le spectre et limiter la comparaison à un nombre raisonnable. Il fallait parfois plusieurs jours pour arriver au résultat.
            Aujourd'hui, les ordinateurs permettent de faire automatiquement cette comparaison par rapport à des banques de données de référence encore plus importantes, et cela dans un temps très court (quelques minutes). 
            Ce laboratoire identifie en particulier de nombreux polluants, dans l'air extérieur ou dans l'atmosphère de locaux, pollués par des matériaux de construction, de décoration, ou des produits chimiques du commerce.
 
            L'activité du LCPP est donc très intense et très variée et les délais d'intervention et de remise des résultats d'analyse à la justice sont en général très courts.
            Les laboratoires font en permanence des études pour améliorer la qualité, la précision, et la rapidité des mesures et analyses.
            Les ingénieurs et techniciens paraissent passionnés par leur métier et leurs tâches.
 

Samedi 7 avril 2012 à 7:47

Sciences et techniques

http://lancien.cowblog.fr/images/images/Unknown-copie-4.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/images1-copie-2.jpg













             J'ai été amené récemment à visiter le Laboratoire Central de la Préfecture de Police de Paris, situé 39 bis rue de Dantzig à Paris 15ème et dirigé par monsieur Bruno Fargette visite que j'ai trouvée très intéressante.
            C'est un laboratoire peu connu et qui mérite cependant qu'on sache le travail important qu'il fait en matière de sécurité.
            Je vais essayer, en deux articles de vous donner une idée de ses activités, tout en ajoutant quelques explications simples sur les techniques analytiques qui ne sont sans doute pas connues de la majorité d'entre vous, mais que j'ai pratiquées il y a très longtemps comme jeune ingénieur.
 
          En 1878 est créé le « Laboratoire Municipal de Chimie » de la ville de Paris, dont l'objectif est de lutter contre la fraude.
            En 1968, la réorganisation administrative de la région parisienne crée les trois départements de la petite couronne de Paris. Le laboratoire garde les attributions qu’il avait avant la réforme en tant que Laboratoire central de la préfecture de police.
            Le LCPP est un organisme scientifique pluridisciplinaire placé sous l'autorité du Préfet de Police qui intervient à Paris et en Petite Couronne sur toutes les questions de sécurité des personnes et des biens, de salubrité et de pollution.
            Il est en particulier chargé :
                        - du déminage dans Paris et les trois départements de petite couronne ;
                        - des examens, recherches et analyses d'ordre scientifique et technique qui lui sont demandés par les autorités judiciaires ou les services et unités de la police et de la gendarmerie nationales, ceci dans l'ensemble de ses spécialités et sans limitation géographique.

 
            Ses domaines d'activités sont :

                        - les risques liés aux explosifs, à l'incendie,

                        - la pollution de l'eau et de l'air,

                        - les nuisances sonores,

                        - la radioactivité,
                        - la sécurité des établissements recevant du public

            Ses laboratoires et services sont implantés rue de Dantzig depuis 1948 et utilise un terrain à Bièvre pour des essais sur explosifs.
            Il comprend 200 personnes dont 60 ingénieurs, 90 techniciens, 25 ouvriers démineurs et 25 administratifs, dont plus de 50% de femmes, surtout parmi les jeunes ingénieurs chimistes.
             Son budget annuel est de 16MF dont 72% de masse salariale.

http://lancien.cowblog.fr/images/images/5max.jpg
 
 
            Le LCPP est organisé en trois "pôles" :
                        - Le pôle "Explosifs, interventions et risques chimiques" est chargé de la recherche de traces de substances inflammables ou explosives sur des résidus d'incendie ou des débris d'explosions, de l'analyse d'explosifs ou de produits inflammables.
            Il assure trois permanences 24h/24 et 7jours/7 pour répondre à des demandes d'intervention des forces publiques ou des autorités judiciaires, et l'enlèvement et l'élimination de matières et produits dangereux détenus par des particuliers, des entreprises ou abandonnés sut la voie publique.
                        - Le pôle "Environnement" est chargé d'analyses, de mesures, d'études et d'enquêtes relatives à la qualité des eaux, à la pollution des sols, à la qualité de l'air à l'extérieur ou à l'intérieur de locaux ou à la suite d'intoxications avérées ou suspectées ou de malaises, ainsi que de dosages de substances diverses.
                        - Le pôle "Mesures physiques et sciences de l'incendie" est chargé d'essais, d'examens, de mesures, d'études et d'enquêtes dans les domaines de f incendie, de l'électricité, de mesures physiques sur site, d'analyses de conformités d'installations techniques dans des bâtiments et infrastructures recevant du public ou de grande hauteur

           Dans l'article de demain, je vous parlerai de ces laboratoires.
 
Les tableaux ci-dessous donnent une idée de la répartition des interventions et travaux du LCPP.

 activités 2010 par spécialités
(nombre d'heures de travail)

répartition

Environnement et santé

30 %

Astreinte chimique; Intoxications CO

16,2 %

Police scientifique

15,2 %

Recherche et développement

12,6 %

Contrôles préventifs

10,3 %

Permanence déminage

  7,4 %

Enseignement, formation

  3,1 %

Essais matériels et matériaux

  2,9 %

Ingénierie

  2,3 %



Enquêtes et interventions
sur Paris et Petite couronne

nombre 2010

Incendies de véhicules

305

Incendies de bâtiments

519

Attentats (objets explosifs ou incendiaires).

  19

Explosions d'atmosphère

  19

Autres

  64


Type de demandes d'analyses

nombre %

Produits suspects, poudres...

45 %

Produits industriels

21 %

Explosifs,

18 %

Composés pyrotechniques

  7 %

Etudes particulières

  8 %

Produits inflammables

  1 %

Vendredi 6 avril 2012 à 8:39

Paysages

Il y a souvent des sites assez curieux à voir, notamment dans le passé : des habitations, des ouvrages de défense, des églises ou des temples;
En voici quelques uns  en intermède.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive40.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive15-copie-2.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive18-copie-3.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive39.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive48.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive08-copie-3.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive29-copie-1.jpg

Jeudi 5 avril 2012 à 8:00

Biologie, santé.

 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/images-copie-1.jpg



            Des correspondant(e)s m'avaient demandé , il y a plus d'un mois, comment le médicament "médiator" avait pu faire autant de ravages, sans que personne ne réagisse ou plus exactement sans que le circuit de surveillance des médicaments n'intervienne.

            Je n'avais pas eu le temps de faire un article sur ce sujet jusqu'à présent, mais je vais maintenant essayer d'expliquer le problème.






           Voyons d'abord quel est ce circuit de surveillance (voir tableau ci dessous) :
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/medicaments.jpg

            Au niveau local, les acteurs du système de santé transmettent les observations des effets secondaires des médicaments à des "Centres régionaux de pharmaco-vigilance.
            C'est facile à dire, mais moins à faire : si médecin, vous constatez un trouble imprévu chez un patient, vous ne savez pas s'il est dû au médicament que vous avez prescrit.
Vous signalez donc "une anomalie" dans la maladie, soignée avec telles prescriptions.
            Au niveau central, un "Comité technique de pharmaco-vigilance" accumule ces données qui se recoupent ou non.
            Si ces données confirme une éventuelle action d'un médicament, le comité alerte la "Commission nationale de pharmaco-vigilance", laquelle, si le fait est avéré saisit alors le Ministère de la Santé où un organisme est chargé au niveau gouvernemental de la surveillance des médicaments : l'AFSSAPS.
            Cette agence instruit tous les dossiers de mise sur le marché de médicaments et ensuite en suit l'utilisation. Elle transmet les dossiers à une commission de mise sur le marché, l'AMM, laquelle propose une décision que le Ministre de la Santé, en général entérine.
            Ce circuit a l'air efficace, mais il dépend des hommes qui le constituent.
 
            Quels sont les faits pour le "Médiator" ?
 
1976 - 1990 : un fabricant mensonger : Commercialisation en France du "benfluorex"(Mediator), sous la pression du groupe Servier. L'AMM est délivrée pour le traitement des troubles du métabolisme des lipides (1987) puis du diabète (199o), mais en aucun cas pour ses propriétés coupe-faim, pourtant bien connues.
 
1995 - 2005 : à la suite d'une enquête générale sur les anorexigènes, (les coupe-faim), la CNPV interdit Ie benfluorex dans les préparations pharmacologiques, mais Il reste pourtant sur le marché du fait de son AMM pour le diabète.
De 1995 à 2005, le CTPV évoque la dangerosité du Mediator lors de17 réunions sans que le sujet remonte au niveau de la CNPV.
 
1997 - 1999 : des médecins conseils de l'Assurance maladie alertent en vain l'AFSSAPS sur Ie détournement de l'usage du Mediator comme anorexigène. En 1999, un cas de valvulopathie est notifié au CRPV de Marseille qui le transmet à la CTPV, qui ne demandera pas d'enquête complémentaire.           
 
2003 : omission volontaire : un cas de valvulopathie associé au Médiator est notifié en Espagne. Servier retire son médicament des marchés espagnol et italien sans en informer le CTPV et la CNPV.
 
2007 : devant le nombre de dégâts cardiaques, la CNPV réévalue le rapport bénéfice/risque du médicament. Mais la commission d'AIMM ne propose pas son retrait mais seulement de limiter
 son usage au traitement du diabète.
 
2009 : l'étude réalisée par l'équipe du docteur Irène Frachon du CHU de Brest, puis i'enquête de la Caisse nationale d'assurance maladie parviennent à  la CNPV. Le 30 novembre 2009 la Commission d'AMM décide enfin le retrait du Mediator qui ne devient définitf que le 20 juillet 2010, avec le scandale que l'on connaît.
 
            Pourquoi une telle carence ?
 
            La première grande responsabilité est celle des laboratoires Servier qui ont vendu et fait la promotion auprès des médecins du médiator, en tant que coupe faim. Son efficacité dans ce domaine est avérée car c'est un dérivé de l'amphétamine, mis une étude des effets secondaires aurait due être faite, et une AIMM demandée avec un dossier solide à l'appui. C'est un manquement très grave à la déontologie des laboratoires médicaux.
           
            Le problème connexe est d'ailleurs le démarchage des médecins par les firmes pharmaceutiques, sans qu'ils aient d'autres informations sur le sujet. Elles leur offrent de nombreux séminaires, et une rémunération pour des compte-rendus d'essais sur des patients.
           
            Troisième problèmes des dysfonctionnements dans la transmission des informations et surtout, une tolérance anormale de l'AFSSAPS, mais qui étonnera moins quand on sait que les experts qui y siègent ont été formés dans les firmes pharmaceutiques, qui souvent les rémunèrent encore. Ce n'est d'ailleurs pas facile de faire autrement car c'est acquérir l'expérience nécessaire n'est possible que dans ces laboratoires.
            La réforme qui a suivi l'affaire Médiator met en place une certaine transparence à cet égard et l'AMM qui serait donné au médicament d'une firme donnée pourrait être invalidée s'il est avéré qu'un médecin ayant des intérêts dans ses relations avec cette firme, avait participé à la commission particulière qui a siégé sur ce cas. Mais les décrets d'applications ne sont pas promulgués et récemment un médecin ancien employée de Servier et qui a été chargée de l'évaluation du Médiator a reçu une promotion au sein de l'AFSSAPS
 
            Actuellement tous les essais sur les médicaments avant leur autorisation sont faits par le fabricant qui compare la prise de médicament par des patients, à un groupe témoin qui ne le prend pas. or rien ne prouve que tous les résultats sont mis à la disposition de la communauté médicale, car les firmes peuvent faire de la rétention pour des raisons commerciales.
            Le laboratoire met le produit qu'il a étudié au centre de ses essais, alors qu'il faudrait y mettre la sécurité des usagers. C'est un problème de santé publique.
            Il faudrait donc donner aux commissions nationales un moyen de commanditer à des laboratoires et hôpitaux publics, des essais contradictoires.
            Mais cela aurait un coût pour l'Etat, dont le déficit est déjà énorme. Pourquoi ne pas prélever un petit pourcentage sur les bénéfices des firmes pharmaceutiques ?
            La loi proposée reste bien imparfaite, mais il ne faut pas oublier que le cabinet d'avocats qu'utilisait les laboratoires Servier, était celui de M. Sarkozy.
   

Mercredi 4 avril 2012 à 7:46

Zoologie, botanique, évolution

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/images-copie-2.jpg
 
           
            Désœuvrés, les porcs d’élevage s’ennuient et ont tendance à agresser leurs congénères en leur mordant la queue. Depuis 2001, la réglementation européenne oblige les éleveurs à prévoir des distractions dans les porcheries.
            On leur met des ballons ou des bouts de bois ou de plastique, qu'ils peuvent mordiller et traîner, mais attachés à une chaîne pour qu'ils ne les perdent pas.
            Mais les porcs trouvaient cela moyenâgeux et réclamaient du multimédia.
            Pour divertir les cochons d'élevage, les designers néerlandais Kars Alfrink, Irene Van Peer et Hein Lagerweij ont conçu un jeu interactif permettant aux porcs de jouer avec les hommes, par Ipad interposé, et les porcheries sont équipées d’écrans tactiles exploitant le goût des porcs pour les stimuli lumineux.
            Et cela permet aussi aux enfants amis et employés de l'éleveur de rivaliser avec les astuces de cochons, en jouant à "Pig Chase".
 
            Dans une porcherie expérimentale, les porcs ont droit à un écran géant sur lequel sont projetés  des ronds lumineux bleus, blancs et rouges que le cochon va pourchasser avec son groin.
            Il doit appuyer sur le rond bleu qui est au centre du rond rouge. S'il réussit, bingo ! notre cochon a droit à un véritable feu d’artifice à l’écran, ce qui le remplit d'aise.
 
            Il paraît que les cochons ont appris à réussir le coup tellement vite que c'était un feu d'artifice continu.
            Alors pour corser l'aventure, on a relié l'écran à un I.pad et un homme va essayer de faire durer le jeu en déplaçant lui aussi les ronds grâce à sa tablette.
            Au début les porcs étaient furieux, mais ils se sont pris au jeu et il paraît qu'ils arrivent à battre un joueur humain novice.
            Et une fois l'apprentissage terminé, plus besoin de récompense, le cochon est devenu aussi accroc au jeu vidéo qu'un ado.
            Certains chercheurs envisagent même de leur apprendre à se servir d'un joystick.
            Cela ne m'étonne pas, car étant enfant, j'ai connu dans les Pyrénées de petits cochons noirs qui étaient aussi sociables et aussi intelligents qu'un chien et auxquels on apprenait très vite, des tas de tours.
            il paraît que les cochons se bousculent devant l'écran, mais s'ils apprennent à jouer plus vite que des chimpanzés, ils se lassent aussi plus rapidement. Les primates pouvaient y passer des heures, les cochons en moyenne quinze minutes. Mais ils y reviennent et il faut bien de la place pour tout le monde.
            Ils ont de la chance, ces cochons et ce sont des sages : je n'ai jamais vu un ado prêter sa console au copain, au bout d'un quart d'heure.
 
            D'ici la fin de l'année, le prototype du jeu devrait être proposé aux éleveurs pour le tester et juger de son efficacité.
            Et chez le boucher, pour des raisons de traçabilité, notera-t-on le score du cochon sur l’emballage des rôtis de porc ? Et le consommateur préférera-t-il qu’une viande soit intelligente ou pas ?
           
            Le designer Kars Alfring est le fondateur de Hubbub un studio de design hollandais en réseau spécialisé dans les jeux dans l’espace public. Il est professeur en "Game Design" à l’école d’art d’Utrecht et est l’initiateur de “This Happened”, une conférence dédiée aux histoires interactives, dans laquelle Kars Alfring nous présente le monde d’aujourd’hui comme un monde qui influence nos vies sans qu’on puisse exercer de contrôle sur lui, mais dont les extraits que j'ai lus m'ont paru particulièrement incompréhensibles !!.
            Les bases de ses théories ont été élaborés par un américain Talcott Parsons et vous trouverez des éléments (indigestes) sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%E2%88%9A%C2%A9orie_des_syst%E2%88%9A%C2%AEmes_sociaux

http://lancien.cowblog.fr/images/images/CochonJVD.jpg

Mardi 3 avril 2012 à 8:05

Architecture

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive12-copie-2.jpg 

            Le pont transocéanique de la Baie d’Hangzhou en Chine, construit entre 2003 et 2008, est un chef-d’œuvre d’architecture moderne, coût environ 1,5 milliards d'euros. C’est le plus long pont traversant la mer dans le monde (36 km).

            Plus de 600 ingénieurs, dessinateurs industriels, architectes et créateurs chinois ont pris 9 ans à la planification, la préparation et les dessins pour la réalisation de ce pont. L’inauguration a eu lieu en mai 2008.
           Le pont, en forme de ‘S’ est spécialement conçu et construit pour résister aux typhons et aux ouragans; il possède 6 voies qui conduisent les automobiles de shanghai à Ningho, plus 2 voies de sécurité et aussi 2 petites routes supplémentaires réservées à l’utilisation d’urgence et qui servent aussi de désengorgement.
           Une aire de service de 10,000 mètres carrés a été construite, juste au centre du pont, qui comprend un poste d’essence, un restaurant, un hôtel, des salles de conférence et une tour de guet d’où les visiteurs peuvent observer les marées extraordinaires et les balancements du pont suspendu.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive02-copie-2.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive09-copie-3.jpg 

`

 




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive27-copie-1.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive04-copie-1.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive26-copie-1.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive13.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive22.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive30-copie-1.jpg

Lundi 2 avril 2012 à 7:58

Sciences et techniques

Comme je vous l'ai dit hier, des concours d'étudiants et de bricoleurs amateurs de génie, férus de robotique, ont donné le jour à de nombreux microdrones, qui n'ont pas d'avenir ni d'utilité pratique, mais sont des jouets extraordinaires, aussi inutiles qu'indispensables et surtout développent la créativité et la maîtrise physique et mathématique de leur commande à distance.
            En fait, cette robotique est scientifiquement et mathématiquement très complexe et n'est abordable qu'à des gens de haut niveau.
            Voici deux photos de ces drôles d'engins, la mode voulant les faire ressembler à des insectes.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/droneminus.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/delflyi.jpg
 
           
            En dehors de l'aspect démonstrateur pour mettre au point équations physico-mathématique et traduction informatique, ces drones ne sont que des jouets.
 
            Certains jouets sont plus volumineux et plus opérationnels (un peu comme le deuxième démonstrateur qui faisait la cartographie d'un immeuble) et peuvent emmener une petite caméra genre celle des téléphones portable.
Ils sont loin d'avoir la maniabilité des drones de Vijay Kumar et vous pouvez voir un commentaire et une démonstration filmée sur           
http://www.tontonhightech.com/gadgets-jouets/parrot-ar-drone-un-mois-avec-un-engin-fascinant.html
 
            C'est vrai qu'on peut craindre une utilisation malveillante de ces objets, mais il ne faut pas exagérer ce problème, sauf évidemment si vous avez un peu trop lu ou vu des best-sellers d'espionnage ou de science fiction.
            Un objet de ce type, de la taille s'un pigeon ou d'un goéland ne passera pas inaperçu s'il rentre par votre fenêtre ou votre porte, et personnellement, cela m'amuserait beaucoup de lui faire la chasse à coup de balais et de l'autopsier ensuite !
            Et en admettant qu'il rentre pendant votre absence, que pourra t'il trouver d'indiscret, si ce n'est que vous ne rangez pas bien votre intérieur ou qu'il y a trop de poussière et qu'il a éternué !
            En fait si on veut vous espionner, il est tellement plus facile de rentrer dans votre ordinateur ou votre téléphone portable, que la menace n'est pas celle des drones, mais celle d'internet et de la wi-fi.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/microdrones.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/10071513010012.jpg
 










 
            Quelles sont les applications de ces drones ?
 
            Je ne parlerai guère des applications militaires : je les ai évoquées dans mon premier article : c'est essentiellement aujourd'hui faire de la reconnaissance à l'intérieur des lignes adverses, mais il s'agit là de très gros drones, et pour les plus petits, déceler les dangers adverses en combat de rue, sans trop exposer ses propres troupes.
            Sans doute des drones remplaceront ils en partie dans une dizaine d'années les hélicoptères de combat pilotés.
            Quant aux applications d'espionnage, elles sont souvent citées mais très farfelues, car un drone ne passe pas si inaperçu que cela, pour des gens avertis, et quant à dérober, comme le suggère un article et un concours, une clé USB sur un bureau, on ne laisse jamais traîner une clé USB (rarement utilisée comme support confidentiel), et c'est absurde.
            Utiliser un drone pour ouvrir un coffre me paraît tout aussi farfelu.
           
            Beaucoup d'applications civiles devraient voir le jour assez rapidement, mais il faut savoir qu'acheter, entretenir et utiliser un drone coûte cher. Il faut donc que cela vaille la peine.`
            On peut penser essentiellement à :
 
            - des opérations voisines des actions militaires : lutte contre le terrorisme, surveillance des frontières, de manifestations, opérations sensibles de police, surveillance de la piraterie maritime.
 
            - la surveillance de sites ou de grands espaces pour avoir des renseignements en temps réel ou économiser personnel et aéronefs ou véhicules : feux de forêts, des avalanches; trafic routier, ferroviaire ou maritime, lones de pêche, lignes électriques, oléoducs; des relevés archéologiques ou cartographiques; mesures de pollution atmosphérique, de météorologie.
            - certaines tâches sur de grands espaces : épandage de produits - par exemple contre les frelons asiatiques ou les chenilles processionnaires),
            - les tâches dangereuses en cas d'accident chimique ou nucléaire par exemple, pour faire des analyses et des mesures dans la zone dangereuse. Le cas des fuites de gaz est à mon avis plus critiquable car il y a risque de déclencher une explosion.
            - l'accès à des lieux difficiles en place d'hélicoptère, voire le transport d'objets.
Par exemple sauvetage de personnes mais plutôt pour les repérer et guider des secours, car un hélitreuillage requiert une surveillance humaine. L'évaluation de dégâts après une tempête.
Le ravitaillement de personnes en montagne, dans le désert ou en mer par tempête.
 
            La vulnérabilité des drones :
 
            Après avoir vu le film de Vijay Kumar, vous pourriez croire que ce sont des machines très fiables et sécurisées. Mais j'ai vu un autre film sur ses essais de laboratoire (qu'évidemment il ne présente pas), où les collisions et chocs sont nombreux : un vrai bêtisier !
            Quant aux drones plus opérationnels, il faut savoir qu'ils ressemblent plus à un ULM qu'à un avion et ont les mêmes défauts : la sensibilité au vent. Leur utilisation par très mauvais temps peut être problématique à basse altitude.
            Et les quadricoptères demandent un entretien qui n'est pas bon marché. De plus il faut un personnel très entraîné pour les utiliser et recueillir les renseignements qu'ils renvoient.
            Néanmoins leur utilisation devrait s'étendre considérablement dans les dix prochaines années.
 
           

Dimanche 1er avril 2012 à 8:16

Photos, photos comiques

Je mange bien sûr du poisson ...... d'avril ..... en chocolat !



http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/images1-copie-1.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/images3.jpg

                      1er Avril ?



http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/22396693.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Unknown-copie-1.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/images-copie-3.jpg



http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/4vpgvgee.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/images6.jpg
  


http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/images4.jpg













Mes articles plus sérieux continueront demain. Eh oui monsieur le poisson .... le cochon !

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast