Samedi 12 mai 2012 à 7:48

http://lancien.cowblog.fr/images/images/images1-copie-6.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/Unknown-copie-5.jpg
 

          J'ai lu récemment un article de Jean Michel Lecerf, médecin à l'Institut Pasteur de Lille, sur les fruits et légumes surgelés et j'ai pensé qu'il était intéressant de vous en donner quelques unes des informations que j'y ai trouvées.
 
            On nous bassine à la télévision avec la recommandation de varier son alimentation et de manger plusieurs fruits et légumes par jour. Cela en devient agaçant et de plusce n'est pas toujours facile de consacrer du temps à la préparation des repas du fait de son travail, des activités extrascolaires des enfants, des tâches ménagères et de quelques loisirs, même si avec la crise, les finances ne nous le permettent pas toujours.
            Alors nombreux sommes nous à nous tourner vers les fruits et légumes congelés et surgelés, car ils sont très vite prêts et semblent bons. Mais sont-ils de bonne qualité nutritionnelle comparés aux produits frais ?
 
            Un point important :
                        - la congélation que l'on fait dans les réfrigérateur est en général faite à -20 d°C            .
Elle ne détruit pas les bactéries, elle ne fait qu'en arrêter la prolifération. C'est pourquoi il ne faut jamais recongeler chez soi un produit décongelé, car on n'élimine pas les bactéries qui ont pu proliférer à température ambiante.
                        - la surgélation est un procédé industriel qui consiste à refroidir brutalement un aliment à des températures très basses de l'ordre de - 40"C, ce qui "fige" l'aliment et tue les microbes. La surgélation permet de conditionner les fruits et légumes quelques heures après la cueillette, ce qui limite la perte en nutriments, minéraux et vitamines.
            Avant d'être surgelés, les fruits ou légumes doivent être cueillis, lavés, épluchés et "blanchis" quelques secondes, une technique qui détruit les micro-organismes et stoppe l'action des enzymes responsables de la décomposition des végétaux. Ce n'est pas une cuisson, mais d'un petit choc thermique qui n'altère que très légèrement l'aliment.

            Dans l'approvisionnement des légumes et fruits frais, à température ambiante, ceux-ci sont relativement fragiles et se détériorent rapidement : les vitamines, dont 25 pour cent se trouvent en surface, sont détruites par le rayonnement ultraviolet et l'oxygène de l'air. Des enzymes les font peu à peu se décomposer et pourrir.
            Le temps qui s'écoule peut être long, de la cueillette au bac du réfrigérateur, en passant par l'emballage, l'entreposage, le transport, l'étal du magasin ou du marché, et la plupart des vitamines et risquent d'être détruites.
           Des études ont comparé la teneur en vitamine C de différents légumes, soit surgelés, soit achetés frais en supermarché ou au marché ; le plus souvent, la quantité de vitamine C est aussi élevée dans les deux cas, et même parfois plus importante dans les surgelés.

            Les fruits et légumes frais se conservent de quelques jours à quelques semaines, bien moins longtemps que les fruits et légumes surgelés ou congelés.
            La surgélation provoque une cristallisation rapide de l'eau contenue dans l'aliment avec la formation de très petits cristaux de glace, ce qui préserve davantage les cellules végétales et limite les pertes en éléments nutritifs. Cette technique permet une longue conservation des aliments, de 8 à 12 mois.
            Les aliments congelés se conservent moins longtemps, de l'ordre de six mois; car le refroidissement plus lent provoque la formation de cristaux de glace plus gros, qui entraînent des ruptures des membranes cellulaires des fruits et légumes, d'où une perte de liquide et de nutriments lors de la décongélation.

            Au plan des saveurs, la surgélation peut entraîner, au moment de la décongélation, la "fuite" de composés gustatifs avec l'eau et par ailleurs, la surgélation modifie la structure moléculaire de ces composés; les saveurs s'en trouvent donc atténuées.
            C'est encore plus vrai avec la congélation, vu la taille des cristaux.
            Il est donc préférable d'utiliser des préparations qui contiennent les fruits eÎ légumes avec leur liquide de décongélation.

            Les produits surgelés sont souvent économiquement rentables. Prêts à l'emploi, les surgelés sont lavés, épluchés et ne contiennent pas de déchets. Ils sont souvent découpés, ce qui permet de n'utiliser que les quantités nécessaires, sans gaspillage.
            Pratiques, disponibles à tout moment, les produits surgelés ou congelés facilitent une alimentation variée tout au long de l'année, quelle que soit la saison, et n'ont rien à envier aux produits frais.


Vendredi 11 mai 2012 à 9:38

Je pars huit jours en Bretagne jusqu'au 17 mai, et là bas, je n'ai internet qu'en juillet/août.
Mais j'ai programmé des articles pour ma période d'absence.
Mais évidemment ce ne seront pas des sujets d'actualité et par ailleurs je ne pourrai répondre à vos mails, ni par un article, ni par un mail.
Aujourd'hui, quelques photos de Carnac, petite ville à coté de laquelle est ma maison, à Saint Colomban.


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/1001404.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/1001405.jpg


















Ci dessus l'église de Carnac et ci dessous le marché du dimanche

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/1001390.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/1001394.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/joeurmarche.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/1001398.jpg














 Et la plage de Saint Colomban, où je fais du dériveur et où je faisais de la planche à voile (trop vieux maintenant pour cela, hélas ! )

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/1002202-copie-1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/1002238.jpg

Jeudi 10 mai 2012 à 8:00

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/amiantebasbestfamiante060001.jpg            L’amiante désigne certains minéraux à texture fibreuse utilisés dans l’industrie. Ce sont des silicates magnésiens ou calciques ayant des propriétés réfractaires.
            L'amiante a attiré l'attention de certain s industriels, à la fin du 19ème siècle pour sa résistance à la chaleur, au feu, aux agressions électriques et chimiques, son pouvoir absorbant et sa résistance à la tension.
 Sous sa forme friable, il a été utilisé dans de nombreux calorifugeages et flocages ainsi qu'en feuilles, feutres, colles, mastics, plaques cartonnées, ou tressé ou tissé.
            Mais l'amiante a provoqué des maladies graves chez de nombreux ouvriers qui la produisaient ou l'utilisaient, notamment des cancers du poumon, et son usage est maintenant interdit.


            On sait depuis plusieurs décennies que l'amiante est toxique pour certains types de cellules humaines, le mécanisme de cette toxicité reste à préciser.
            Des biophysiciens de l'Université Browrn à Rhode Island aux États-Unis, viennent d'apporter certains éléments de réponse.
http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/celluleamiante.jpg

            Les fibres d'amiante qui se déposent dans les alvéoles pulmonaires mesurent quelques dizaines de nanomètres de diamètre et plusieurs centaines de nanomètres de long, (un nanomètre = un millionième de millimètre).
            On savait, suite à des observations avec des microscopes optiques que des fibres restaient "plantées" dans les cellules pulmonaires, mais on n'avait pas détaillé le phénomène.
            En étudiant ce phénomène par microscopie électronique à balayage sur une culture de cellules mésothéliales humaines qui tapissent la plèvre dans les poumons, on s'est aperçu que les cellules "confondent" ces nanotubes avec des particules sphériques de dimensions nanométriques.
            Le contact d'une particule sphérique de quelques dizaines de nanomètres, entraîne un mécanisme qui permet à la cellule d'absorber les molécules nécessaires à son fonctionnement : la membrane cellulaire se creuse autour de la particule et se referme autour d'elle.
            Lorsque la membrane d'une cellule se creuse autour de l'extrémité de fibres d'amiante ou de nanotubes de carbone, les fibres se redressent et commencent à pénétrer dans la cellule.
            Mais la membrane ne peut se refermer sur les fibres, trop longues, et la fibre reste bloquée, ce qui perturbe le fonctionnement des cellules, qui finissent par mourir ou dégénérer.

            Les fibres parallèles à la surface des cellules et celles dont on avait éliminé le bout arrondi ne déclenchaient plus ce phénomène.
            Les cellules sont en quelque sorte leurrées par l'extrémité arrondie des fibres : lorsque cette dernière touche la membrane, les récepteurs membranaires se regroupent autour de la zone de contact, ce qui redresse le nanotube. La cellule ne "voit" alors qu'une structure arrondie ressemblant aux particules ingérées par endocytose, sauf que, dans ce cas, ces particules ne sont pas sphériques.
            Si ces travaux sont confirmés, cette question de la forme des extrémités des nanotubes devra être prise en compte dans la réglementation en cour d'élaboration de l'utilisation de fibres artificielles appelées à remplacer l'amiante.

Mercredi 9 mai 2012 à 8:21

Contraception, condition féminine

http://lancien.cowblog.fr/images/images/images-copie-18.jpg

            J'ai lu un article sur la fécondité en France qui montre une importante évolution des conditions de vie.
            Paradoxalement, le niveau de la fécondité en 2010 a été maximal, plus élevé que lors du baby-boom, avec 2,01 enfant par femme, mais l'enquête montre une modification importante du profil des mères.
            L'âge moyen des mères augmente et est de 29,7 ans en 2010, et 19 % des femmes ont plus de 35 ans quand elles ont leur premier enfant contre 15,9 % en 2003. Plus de la moitié d'entre elles ont un niveau supérieur au bac et 17 % sont cadres, contre 42,6 % et 12 % en 2003. Dans certaines zones urbaines, comme à Paris, l'âge moyen est même de 31,5 ans, comme vient de l'enregistrer l'Insee.
            Les futures mères fument moins; 17 % le font au troisième trimestre de grossesse, contre 25 % en 1995, mais par contre, bien que un excès de poids soit néfaste pour la santé de la mère et du bébé, 17,3 % sont en surpoids et 9,9 % obèses, alors que ces chiffres étaient de 15,4 % et 7,4 % en 2003.
            Toutefois, en 2010, la santé des mères et des bébés est toujours satisfaisante, et 60 % des femmes allaitent au sein exclusivement contre 40 % en 1995.
            Le profil démographique des familles est le suivant : une femme sur 10 n'a pas d'enfant; 2 sur 10 n'en ont qu'un; 4 femmes sur 10 en ont 2; 2 sur 10 en ont 3 et seulement une sur 10 a ou dépasse les 4 enfants.
            Il y a de l'ordre de 800 000 naissances par an.

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/869afd7c378d11df86edb32ee6429554.jpg
            D'après l'Institut National d'Etudes Démographiques, les raisons de ce vieillissement sont essentiellement sociologiques. et résultent de la conjugaison de plusieurs facteurs : l'allongement de la durée des études, la progression de l'emploi féminin, le souhait croissant des femmes de ne mettre des enfants au monde qu'une fois installées dans la vie, avec des diplômes, un emploi stable, un logement et une vie de couple.
            Par ailleurs, la diffusion de la contraception aurait contribué au retard en réduisant la fréquence des grossesses non désirées, notamment aux âges jeunes.
            Une autre raison vient encore accentuer ce phénomène : la facilité des couples aujourd'hui à reconstruire un foyer après l'échec du premier ou même du deuxième. Il est en effet fréquent que les familles recomposées (qui seraient quelque 2 millions aujourd'hui) donnent naissance à de nouvelles fratries, à un âge nécessairement repoussé. Selon l'Insee, 400 000 enfants sont nés après la recomposition familiale et 90 % des femmes de famille recomposée ont plus de 30 ans.
            Le recul de l'âge de la maternité n'est pas une spécificité de la France qui, selon les études, se situe dans la moyenne européenne. Elle est même battue par les Pays-Bas, l'Irlande, l'Italie ou encore le Luxembourg qui affichent une fécondité à 31,1 ans en moyenne.
            Toutefois il existe une limite biologique, notamment la ménopause, et es sociologues, démographes et médecins estiment que les 4 % de naissances actuelles qui surviennent après 40 ans, ne pourront augmenter énormément..
 
 
 
 
 

Mardi 8 mai 2012 à 7:51

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/francoishollande.jpg

            Certains de mes correspondant(e)s me demandent ce que je pense de l'élection présidentielle.
            Je ne suis pas un admirateur inconditionnel de monsieur Hollande. Mais j'ai eu l'occasion il y a une trentaine d'année de le voir plusieurs fois, car l'entreprise où je travaillais l'intéressait, et je pense que c'est un homme intelligent, travailleur et surtout honnête; pour un homme politique c'est déjà pas mal.
            Fera t'il des miracles, je ne le pense pas. Il essaiera de faire pour le mieux et je n'aimerais pas être à se place; j'espère qu'il arrivera à faire repartir la croissance, car c'est le seul moyen de diminuer le chômage.
            De toutes façons il ne peut faire pire que Sarkozy.
 
            Vous savez que je ne suis pas non plus un admirateur de notre président sortant.
            Certes je lui reconnais un grand dynamisme, une grande capacité de travail (mais pas du "vrai" travail), et d'agitation communicative. Le sens des responsabilités également, car il assume, même ses erreurs.
            Malheureusement il a fait beaucoup de vent, mais a réalisé peu de choses efficaces; beaucoup de paroles et de promesses mais les résultats n'ont pas suivi.
            Bien sûr il y a la crise, mais c'est une bonne excuse, car elle n'explique pas la plupart des mauvais résultats.
 
            Un vrai patron ne peut pas tout connaître, mais doit savoir obligatoirement faire quatre choses :
                        - d'abord s'entourer de gens compétents dans les domaines où un travail va leur être confié.
                        - ensuite il doit donner des directives de politique générale, mais il doit en déléguer ensuite à ses subordonnés l'exécution, en se contentant de surveiller si les objectifs sont atteints et quand cela se passe mal, voir alors pourquoi.
                        - il doit écouter ce que lui disent ses collaborateurs et observer l'environnement avant de prendre des décisions.
                        - pour élaborer ses directives, il doit être orienté ver l'avenir, essayer de prévoir à long terme et ne pas s'embarrasser de détails.
            Il doit être extrêmement pragmatique et avoir beaucoup de bon sens et de logique.
 
            Or monsieur Sarkozy ne remplissait aucune de ces conditions : il s'est entouré de ministres ignares, dépourvus de culture générale et souvent incompétents dans leur propre domaine : seuls monsieur Juppé et madame Kosciusko-Morizet étaient à la hauteur.
            Il s'occupait de tout et s'embourbait dans le détail des affaires. Il était le nez dans le guidon : son manque de vision à long terme et son manque d'écoute l'ont emmené dans de nombreuses contradictions.
            Il vivait dans sa bulle, dans son monde de riches et n'a pas vu la dégradation de la France et la montée de la pauvreté. Il était prisonnier du monde des finances.
 
            J'étais au départ tout à fait d'accord avec lui sur le fait qu'il fallait réformer beaucoup de choses : retraites, enseignement, fiscalité trop complexe, fonction publique trop chère et pas toujours efficace, sécurité sociale ... mais surtout lutter contre le chômage.
            J'étais d'accord aussi sur le fait que ces réformes devaient aboutir à un coût moindre, une meilleure efficacité, mais qu'elles devaient être bénéfiques pour la nation et les français.
            Ces réformes ont été faites, mais les solutions appliquées mauvaises et pas réalistes.
            Les problèmes de retraites sont loin d'être résolus et les réformes ont été effectuées au détriment de ceux qui ont travaillé le plus et dans des conditions pénibles.
            L'Education Nationale et les hôpitaux ont été détruits progressivement et sont exangues.
            Les réformes de la sécurité sociale ont introduit des soins à deux vitesses, sans conséquences pour les plus riches et au détriment des plus pauvres. Dans notre système de santé, la carte bleue est en passe de remplacer la carte vitale.
            Le logement est largement insuffisant et les loyers ont beaucoup augmenté.
            Le chômage s'est considérablement aggravé et les chômeurs étaient méprisés par le gouvernement, qui les traitait d'incapables et de fainéants. Or tout l'équilibre financier de la Nation est perturbé s'il y a un chômage important, car ce sont des rentrées d'argent (impôts, cotisations sociales, achats...) qui manquent;
            Certes il n'a pas augmenté les impôts sur le revenu, mais les impôts locaux ont cru fortement, l'Etat se déchargeant de ses tâches sur les collectivités locales, et la dette du pays est devenue beaucoup plus importante durant ces cinq ans.( + 600 milliards à la fin 2012 par rapport à 2007).
 
            Bref je ne pleurerai pas un président qui n'était que celui des puissants et des riches et non celui de tous les français et qui avait comme méthode de direction celle des financiers dans les entreprises qu'ils dirigent : diviser pour régner en montant les unes contre les autres les personnes d'opinions et de métiers différents. C'est la méthode que l'on pratique quand on n'est pas capable de rassembler et de motiver toutes les personnes, ce qui est pourtant beaucoup plus efficace.
            Par contre je trouve qu'il a accepté sa défaite avec responsabilité, fairplay et courtoisie, et j'ai été agréablement surpris. 
 
            Je souhaite donc à monsieur Hollande de ne pas faire les mêmes erreurs.
            J'espère qu'il arrivera à réduire le chômage, car c'est la chose essentielle pour tous et qu'il réduira l'emprise des financiers sur notre pays.
            On saura cela dans cinq ans.
           

Lundi 7 mai 2012 à 8:20

Insectes

Un petit intermède après deux articles "sérieux" :

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/Diapositive01.jpg

Lorsque nous sommes près d'un plan d'eau, le soir, nous voyons bien des insectes,
                                                                  en voici quelques uns
:

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive03.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive05.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive16.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive18.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/QUIZAutourdesinsectesdanslestitres9281.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/scarabeecarabecalosomasycophant.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Chats1/Diapositive07.jpg



Et ce chat qui les regarde :
Vais-je en manger un pour mon dessert ?

Dimanche 6 mai 2012 à 9:02

Informatique, médias, internet

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/h2025297761308696371.jpg

            J'ai plusieurs fois parlé sur ce blog, du harcèlement que l'on pouvait subir en classe, et j'ai toujours recommandé au jeunes qui le subissaient d'en parler à leurs parents, à leurs professeurs et à l'infirmière du lycée. Et de se mettre éventuellement à plusieurs victimes pour aller en parler, et en cas de mauvais traitement ou d'extorsion d'argent ou d'objets, de demander aux parents de porter plainte.
            Mais je n'ai jamais parlé de cyber-harcèlement, c'est à dire de préjudices verbaux ou par l'image ou l'écrit sur internet (Facebook, Twitter, blog...) ou le téléphone portable.
            Plusieurs correspondantes m'en ont parlé et il semble d'après les documents que j'ai lus, que ces délits soient en nette progression.
 
            Il ne faut pas non plus faire une fixation. Si une copine vous traite sur un commentaire ou sur un SMS de "grosse truie", certes c'est malpoli, mais vous n'allez pas en subir un grave préjudice. Vous effacez le commentaire et vous ne parlez plus à votre copine, ou bien vous lui passez un savon dont elle n'aura pas un bon souvenir.
            il y a harcèlement quand des insultes sont répétées régulièrement, car c'est cette répétition qui stresse et finit par faire mal.
            Mais ce n'est pas encore trop dangereux sauf pour les ados très sensibles.
            Là où cela devient plus grave c'est lorsque plusieurs camarades se mettent à vous harceler systématiquement, lorsqu'ils répandent des rumeurs sur internet ou sur les téléphones auprès des autres membres de la classe ou auprès de vos amis et connaissances, ou pire lorsqu'il vous filment à votre insu ou non, en général de façon défavorable et diffusent ensuite cette photo.
            Dans des cas extrême de harcèlement très intense, des jeunes, fragiles psychologiquement, se sont suicidés.
            Même si vous êtes fort(e) et résistant(e), il ne faut pas laisser faire cela.
            Ce vidéolynchage notamment est puni par la justice, car la loi du 5 mars 2ààè stipule que la diffusion d'images, contre la volonté de celui qui figure sur les clichés, peut être punie d'une peine allant jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et une amende pouvant aller jusqu'à 75 000 €.
 
            D'abord il faut prendre certaines précautions sur internet et sur votre micro, car il est facile de s'introduire dans votre micro-ordinateur pour y dérober des informations, et encore plus facile d'aller voir sur les documents que vous laissez dans les banques de données des "nuages" que vous confiez à hotmail, g-mail, messageries diverses, google et autres "cloud fournisseurs;
            Personnellement je détruis tous les mails sur le site de l'opérateur après les avoir rapatriés sur mon mac et je mets ceux que je conserve et que j'estime être sensibles dans une session protégée et cryptée. Je détruis systématiquement tous les cookies que laissent les sites sur mon mac, lorsque je les quitte.
            Précaution aussi dans les échanges sur internet.
            Je ne parlerai pas des précautions contre les pédophiles et prédateurs sexuels, je pense qu'on vous a mis en garde, mais de celles à respecter dans tout chat sur le web :
            Sur MSN par exemple, si on vous insulte systématiquement, vous enregistrez, vous imprimez et montrez le à vos parents, ou à un adulte qui vous connaît bien et qui pourra vous aider.
            Ne branchez pas votre webcaméra lors d'une conversation sur skipe ou MSN avec quelqu'un que vous ne connaissez pas ou avec des camarades avec lesquels vous avez des problèmes : on peut vous filmer à votre insu.
            Si vous êtes victime sur par exemple cowblog, signalez le au modérateur ou au webmaster, qui ira voir et peut en général remonter à l'origine des messages.
            Ne diffusez pas des informations personnelles à des gens que vous ne connaissez pas, et même à des camarades de classe qui ne sont pas vos amis, ne donnez pas des mots de passe, voire un numéro de portable, ni surtout le numéro d'un(e) copain(ine).
            Si l'on vous harcèle avec des SMS, sachez que vous pouvez les transférer sur votre micro pour les imprimer et servir de preuve.
 
            Que cherchent les gens qui vous harcèlent, qu'elle est leur mentalité.?
Des études ont été faites surtout aux USA par des psychologues, sur ce qui pousse un individu à en pourchasser un autre, à tenter de le rabaisser, de l'humilier ou de lui faire peur.
            Les nombreux facteurs, à la fois psychologiques et sociaux, qui semblent favoriser les comportements de harcèlement "classique", semblent également impliqués dans les cyberharcèlement.
            Certains jeunes croient qu'il est valorisant de harceler autrui, que c'est quelque chose de normal ou de toléré. De telles croyances peuvent résulter d'une absence d'éducation de l'entourage familial ou professoral, ou de la fréquentation d'individus pour lesquels une telle conduite ne pose pas de problèmes.
            La perception que sa victime est isolée, non soutenue par ses camarades, professeurs, sa famille, que cette personne est fragile et non combative peut renforcer le sentiment d'impunité.
            Des individus qui perçoivent le climat scolaire comme mauvais, qui ont de mauvais résultats en classe, qui sont peu surveillés par leurs parents et peu attachés aux institutions, sont souvent plus enclins à devenir harceleurs. Enfin, l'usage de substances psychoactives ou de l'alcool est aussi un facteur favorisant.
 
            Le cyberharcèlement se distingue par quelques originalités :
            Alors que le harcèlement physique est l'apanage des garçons, sur Internet tout change et les filles sont au moins aussi actives, car peu enclines à la violence physique, elles sont plus douées pour l'écriture (même parfois très malpolie !! lol).
            Contrairement au harcèlement classique, qui peut être évité par certains dispositifs scolaires (par exemple, une meilleure surveillance), le cyberharcèlement ne se limite pas aux murs du collège ou du lycée, n'accordant aucun répit à ses victimes.
             A n'importe quel instant du jour et de la nuit, le harceleur peut faire circuler un courriel ou un SMS mal intentionné, ou encore déposer un message dégradant sur la page personnelle de sa victime. C'est l'un des aspects qui permet de comprendre pourquoi, malgré son caractère non physique, ce type de harcèlement a un impact émotionnel si important sur les victimes : elles ne sont jamais soustraites aux nuisances.
            Une autre caractéristique importante tient à la distance physique qui se trouve entre le harceleur et sa victime. L'agresseur n'est pas le témoin visuel desréactions de souffrance de sa victime, ce qui  est un facteur facilitant la violence.
 
            Donc en cas de harcèlement sur le web ou sur votre portable, prenez des preuves sur votre imprimante et parlez en à un adulte, mais surtout ne vous laissez pas faire en vous refermant sur vous mêmes.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/Unknown1-copie-1.jpg

Samedi 5 mai 2012 à 8:07

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/images/images-copie-17.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/images1-copie-5.jpg

        
            J'ai lu sur le "Courrier international" une information tellement bizarre que je veux vous en parler.
            Le "mariage de fantômes" est une tradition vieille de trois mille ans, particulièrement répandue dans le nord de la Chine rurale, où on ne plaisante avec l'au-delà.
            La plupart des familles dont un des membres est mort célibataire cherchent un "conjoint fantôme" pour leur disparu; les corps des deux défunts nouvellement mariés sont alors enterrés ensemble au cours dune cérémonie à la fois mariage et enterrement. Les fantômes n'étant plus solitaires, la famille peut dormir en paix et vaquer tranquillement à ses occupations sans craindre les mauvais sorts.
            Le journal raconte comment un jeune homme de 18 ans, Liu, mort d'une maladie cardiaque, a "épousé" Wu, une jeune femme de 17 ans décédée d'une tumeur au cerveau. La famille Liu a payé 35 000 yuans (4 000 euros) pour la dépouille de Wu, somme considérable pour une famille de paysans.
            Les deux jeunes gens, qui ne se sont jamais vus de leur vivant, ont été enterrés ensemble et des raviolis ont été dispersés sur leur tombe, pour qu'ils fêtent leur lune de miel.
 
            Mais ces fêtes des morts, célébrées quinze jours après l'équinoxe, sont l'occasion d'entretenir les tombes des disparus. C'est également la meilleure période et l'époque la plus lucrative pour les pilleurs de tombes.
            Le commerce de dépouilles féminines est florissant dans ces zones rurales pauvres. Les corps sont fournis par des intermédiaires et le prix des dépouilles fraîches a augmenté de 25% ces dernières années, atteignant 50 000 yuans, soit 5700 €.
            En 2010, un réseau de pilleurs de tombes a été démantelé dans la province du Hebei. Ses membres avaient profané des dizaines de sépultures et avaient réalisé des centaines de milliers de yuans de profit
            La joie des familles de Liu et de Wu a été de courte durée, car la tombe a été rapidement profanée et le corps de Wu revendu pour un autre mariage de fantômes dans une autre province.
            Après avoir arrêté quatre des cinq malfaiteurs, la police a rendu la dépouille de Wu à la famille de Liu, et à son premier défunt de mari.
La famille a fait construire une seconde tombe, en béton armé, mais elle n'a quand même pas fait mettre de système d'alarme pour réveiller les morts en cas de tentative de vol.
 
            La coutume des mariages de fantômes était, sous le régime de Mao, considérée comme une superstition et interdite. Pour
            Du fait de la croissance économique de la Chine, les familles de paysans vivent mieux aujourd'hui et ont les moyens de payer au prix fort une épouse pour leurs défunts célibataires.            
            La demande a donc augmenté et avec elle le commerce de cadavres essentiellement de femmes. 
            Pour une fois que les femmes sont payées plus cher que les hommes, réjouissons nous !!!

Vendredi 4 mai 2012 à 8:32

Animaux

Une de mes très jeunes correspondantes qui a sept ans et qui est une Ange, m'a envoyé une photo que j'ai beaucoup aimée, sur laquelle un petit furet apprivoisé veut l'embrasser, et elle a un peu peur.
         Je ne publie jamais les photos de mes correspondantes, par discrétion, mais cela m'a donné l'idée de publier des photos de ces petits animaux sauvages, que nous voyons assez rarement à la campagne (du moins en liberté), et que nous confondons facilement.
         J'ai mis plusieurs années en Bretagne à voir une hermine sortir de son terrier l'été, et je n'ai vu des hermines blanches (c'est à dire en "tenue d'hiver"), que dans des élevages.

           Voici donc quelques photos, tirées d'internet.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Unknown-copie-4.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Unknown1-copie-1.jpg
















            L'hermine, été à gauche, hiver à droite
            Ci-dessous, à gauche une fouine, et à droite, un furet


http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/fouine.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/furet.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/putoisdsc02915usfwsg.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/martre.jpg













        A gauche trois petits putois, et à droite, une martre

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Unknown-copie-5.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Unknown1-copie-2.jpg













            Un blaireau ci-dessus et une belette à droite


http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/mulot.jpg          A gauche un mulot des champs et ci dessous un loir.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/loir3.jpg

Jeudi 3 mai 2012 à 8:05

Ecologie, Changement climatique

http://lancien.cowblog.fr/images/images/images-copie-16.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/images1-copie-4.jpg
















       
          Bien que je diffuse ce texte pendant la campagne électorale, car cela n'est pas pour faire de la politique.
          C'est une personne qui a presque mon âge, qui s'est fait agresser par un groupe d'écologistes dans un supermarché, parce qu'elle utilisait les sacs en plastiques (en libre service), pour mettre les légumes, ses autres achats allant dans un cabas.
          Ils lui ont dit très agressifs  : "Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources !"
        Cette personne âgée m'a envoyé cette protestation que je publie aujourd'hui, mais je crains que seuls les plus de 50 puissent comprendre :

        "C'est vrai qu'autrefois quand nous faisions nos courses dans une épicerie, il n'y avait pas de sacs en plastique, mais en papier, et ce papier provenait d'arbres abattus dans nos forêts. Mais nous ne gâchions pas du papier dans nos imprimantes.
          On retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau :
Les bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.
          On montait l'escalier à pied: on n'avait pas d'escaliers roulants et peu d’ascenseurs. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues : on marchait jusqu'à l'épicerie du coin, mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
          On ne connaissait pas les couches jetables : on lavait les couches des bébés. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge, pas dans un machine de 3 000 watts. On utilisait l'énergie éolienne et solaire pour sécher les vêtements, de façon discrète sans que cela dépare le paysage. On ravaudait systématiquement les vêtements qui passaient d'un frère ou d'une sœur à l'autre. Mais, vous avez raison, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
         On n'avait qu'une TV (quand on en avait) ou une radio dans la maison ; pas une dans chaque chambre et la télévision avait un petit écran de la taille d'une boîte de pizza, pas un écran de la taille de la principauté de Monaco. On avait un réveil qu’on remontait le soir. Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des kilowatts autant qu'EDF en produit.
         Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
          On n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou de petits tracteurs comme dans un manège : on utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon. On travaillait physiquement ; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité et le brave soleil nous bronzait sans qu'on ait besoins de cabines UV et notre bronzage, on s'en fichait, pourvu qu'on n'attrape pas de coup de soleil ! Mais nous ne savions pas ce qu'était un mouvement écologiste.
          On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif. Et on remplissait des carafes en verre avec celle du robinet, on lavait sa vaisselle de faience ou de porcelaine et on n'utilisait pas des assiettes, tasses ou de bouteilles en plastique à jeter. On remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo. On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations ou d'acheter un rasoir électrique tous les deux ans.
          Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l'école à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 heures sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée. Mais, c'est vrai, les magasins ne noues encourageaient pas à consommer avec des slogans faussement écologistes.
        On n’avait qu’une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aujourd'hui.On n'avait pas de téléphone ou bien un téléphone fixe, et on se déplaçait pour voir les copains ou on leur écrivait s'ils habitaient loins de nous. Mais cela ne nous empêchait pas de les aimer.
        Et je pense qu'on était cependant plus heureux que vous, les écologistes frustrés, inquiets et stressés d'aujourd'hui"


       Je ne nie pas le progrès et j'en profite pleinement, y compris de tous les gadgets que dénonce cette personne.
       Mais je partage son avis : certaines personnes prônent inconsidérément certaines théories en reprochant  aux autres sans réfléchir, de ne pas partager leurs idées ou de ne pas adhérer à des solutions dites "écologiques", dont ils se sont laissés convaincre par les médias et la mode moutonnière.
      Je dénonçais récemment le principe de précaution et ses méfaits.
      Je pense défendre moi même l'écologie et notre terre au climat menacé, mais je ne suis pas prêt à adhérer à toutes les élucubrations irréfléchies au nom de l'écologie, au mépris de toute considération scientifique, technique ou économique, voire du simple bon sens,  et je compte refaire des articles à ce sujet.


http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/images2-copie-4.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/images3-copie-1.jpg

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast