Vendredi 31 août 2012 à 8:52

Divers

        Aujourd'hui, en Bretagne, il fait froid : 10 d° ce matin, et on gèle dans les maisons mal isolées. Cela sent l'automne.
        Bientôt la rentrée et tous les travaux à faire.
    Alors quelques astuces glanées sur internet et qui pourraient vous être utiles.

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/PiecejointeMail-copie-1.jpg







Servez vous d’une porte-poussière propre pour remplir d’eau un contenant qui n’entre pas dans l’évier :















http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/PiecejointeMail1.jpg







Mettre un élastique autour d’un récipient de peinture afin d’enlever le surplus sur votre pinceau et ainsi éviter de souiller le contour du récipient.







http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/PiecejointeMail3.jpg



Mettre une cuillère en bois sur votre casserole afin d’empêcher l’eau bouillante de déborder.






http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/PiecejointeMail4.jpg









Votre paille ne sortira plus de la cannette















http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/PiecejointeMail6-copie-1.jpg


Servez vous d’un peigne afin que le clou soit stable.







http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/PiecejointeMail7.jpg





Servez vous d’un “post it” pour ramasser les débris lorsque vous percez un trou.





Jeudi 30 août 2012 à 8:38

Paysages

.         Vous avez pu voir hier combien est belle, cette petite île de Saint Cado, et comment il est agréable pour les yeux de s’y promener et d’y faire photos et peintures.
        Il y a encore 10 ans de très nombreux touristes venaient la visiter et la très grande place allongée devant le pont  était très animée.
        Au bout de cette longue place au bord de la rivière d’Etel,  la plage. A l’autre bout le pont menant à l’île.
        Entre les deux, sur plus de deux cent mètres, il y avait des restaurants et cafés, un marchand qui faisait déguster des huîtres, de jolies maisons fleuries.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/plagedesaintcado-copie-1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/vuesurstcadodepuissonile-copie-1.jpg










        On pouvait garer son véhicule en épi devant les cafés et maisons, et, en face, sur le quai au bord de la rivière des marchands ambulants sur qui vendaient sur des tréteaux devant leur voiture ou camionnette, des choses très diverses : gâteaux bretons, cidre et crèpes, souvenirs, vieux livres et cartes postales, photographies, tableaux de peinture et d’aquarelles. D’ailleurs on voyait aussi de nombreux peintres en train de faire un tableau sur leur chevalet, et ce n’était pas la moindre attraction que de les regarder travailler et souvent on discutait avec eux.
        C’était une animation permanente, et l’on venait à la fois pour la voir et pour visiter l’île. D’ailleurs les syndicats d’initiative de la région, signalaient cette possible visite comme une curiosité régionale.
        Bien entendu on finissait par un rafraichissement dans les cafés qui étaient alors prospères et gais.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/centrevillebelz.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/ventehuitresaintcado-copie-1.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/laplacedesaintcado-copie-2.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/peintresaintcado-copie-2.jpg














        Je suis retourné à Saint Cado cette année et là catastrophe.
        Le maire de la commune de Belz (à la quelle appartient Saint Cado), a dû trouver que la foule sur la grande place faisait désordre, et qu’il y avait trop de voitures.
        Alors il a créé un parking à 500 mètres sur un grand espace en terre battue, plein de poussière par temps sec et de boue par temps de pluie et il y a interdiction d’aller sur la place en voiture. Les camelots sont interdits de séjours et les peintres ne peuvent plus amener leur attirail en voiture.
Il faut donc laisser sa voiture au parking et faire à pied les 500 mètres sur un chemin poussièreux et plein de pierres, étouffant dès qu’il faut chaud. J’ai vu des personnes cardiaques ou asthmatiques, au bord du malaise.
        Bien sûr l’île est toujours aussi jolie, mais on n’y vient plus si on est âgé ou si on a de jeunes enfants.
Et surtout la place est devenue un désert lugubre. Le marchand d’huîtres et les restaurants ont fermé et il ne reste plus qu’un seul petit café. Plus de camelots ni de peintres, ni donc les attractions pittoresques correspondantes.
    Comme je me suis étonné auprès du serveur du café, celui-ci m’a dit, l’air blasé : “monsieur le maire de Beltz se moque éperdûment des commerçants de Saint Cado; Ce n’est pas son problème, cela ne représente pas assez de voix aux élections !
La fréquentation a été divisée par deux; d’ailleurs les syndicats d’initiatives ne parlent plus de Saint Cado. !
Voilà comment un maire manquant complètement de bon sens, assassine un site, qui faistait autrefois la joie des visiteurs.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/BretagneMorbihanBelzchapelleStCado5655007.jpg

    Pour ne pas rester sur cette triste constatation, quelques mots sur Saint Cado, le religieux.
    Le nom de la petite ville de Belz, proviendrait du nom du dieu celte Bel, plus connu sous le nom de Belenos; elle comprend 3 500 habitants environ.
    Saint Cado serait né en 522 dans le Glamorgan au Pays de Galles, et est mort assassiné dans sa cathédrale par les Barbares.
Il serait le fils d’un roi, cannonisé sous le nom de saint Gwynllyw et sa mère serait sainte Gladys.
Le jeune Cado refusa de prendre la tête de l'armée de son père, préférant combattre pour Jésus-Christ. Il fut le fondateur de l'abbaye de Lancarvan, puis il traversa la Manche pour venir dans le pays de Vannes. Il voyagea en Palestine, rencontra le pape pour ensuite devenir évêque de Bénévent en Italie.
    Il aurait vécu quelques années en ermite dans l’île actuelle.

Mercredi 29 août 2012 à 8:43

Paysages

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/56belz10.jpg
        Aujourd'hui, je vais vous montrer une partie une petite île reliée à la terre par un pont, qui fait partie du village de Saint Cado, dans la commune de Belz, sur la rivière d'Etel, que beaucoup de touristes venaient admirer.
        Demain je vous raconterai comment la mairie de Belz a bêtement tué la vie de ce site.
      

         Une première partie du village de Saint Cado est sur la terre ferme et il ne présente pas de caractéristiques remarquables.
          Mais il y a un tout petit ilôt qui est très connu car il en existe des centaines d'aquarelles, peintures et photos.
          Sa superficie n'est que de quelques mêtres carrés à marée haute, (car la marée remonte sur une partie de la rivière d'Etel), mais il y a en son milieu une vieille maison abandonnée dont on voit partout l'image.

          Mais le joyau de ce village c'est une petite île reliée à marée basse par une vasière où l'on ne peut marcher sans s'enfoncer, mais isolée à marée haute, et à laquelle on accède par un pont. (ci dessous à gauche)


        Les rives de l'île sont merveilleuses et sont un régal pour les photographes et les peintres. Jugez en plutôt sur les photos suivantes :
       Une jolie petite chapelle et un calvaire valent la visite et en contrebas, au bord de la rivière, une petite fontaine, évidemment "miraculeuse".
        Je vous dirai demain quelques mots sur Saint Cado, l'homme, né vers l'an 500


http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/pontsaintcado.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/levieuxpassage-copie-1.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/levieuxpassageb.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/levieuxpassagea.jpg



























http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/eglisestcado-copie-1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/images3-copie-1.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/saintcadocalvaire.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/photo.jpg


Mardi 28 août 2012 à 8:43

Photos, photos comiques

Certains aiment transformer leur voiture, peindre des trompe l'oeil, faire un aménagement original.

    Jugez en plutôt !

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive12-copie-3.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive8.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive10-copie-1.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive17-copie-3.jpg






http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive7.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive21-copie-1.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive28.jpg

 

Lundi 27 août 2012 à 8:39

Divers

A la télé, France 3 a fait tout un cirque pour fêter le 2012ème épisode du feuilleton de Marseille "Plus belle la vie" parce que l'on était en 2012.
    Alors pourquoi ne le ferais-je pas aussi, puisque c'est le 2012ème article de mon blog, « lancien », en l'an 2012; cela vaut bien un anniversaire !
    Il est peu probable que quelqu'un les ait tous lu, même si quelques fidèles suivent mon blog depuis des années. Je ne les ai pas comptés non plus, mais l’ordinateur de cow s’en charge.
    Et comme je n'occupe que 4% de la place qui m'est allouée sur cow, je dois pouvoir atteindre 50 000 articles. Hélas je ne serai plus de ce monde avant !!

Je fête donc cet anniversaire avec trois caricatures du chat.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/chat2.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/photo1.jpg

















De quoi parler aujourd’hui sinon de blog.


Je suppose que vous savez que cela vient de l’anglais “web log” qui signifie journal de bord sur le web
Tout blog doit contenir régulièrement de nouveaux articles écrits sur un ou plusieurs sujets donnés.
Un “blogger” devient blogueur en français avec un seul g.
Certains utilisent le mot blogue, qui est l’appellation canadienne.
Savez vous qu’il y a près de 200 millions de blogs dans le monde !
    Les blogs sont évidemment nés aux Etats Unis.
La date de naissance n’est pas facile à fixer, car elle est liée à la définition que chacun donne du blog.
    Si le blog est un journal personnel mis en ligne, les “historiens” du blog citent Dave Winer qui en avril 1997 lance son site “Scripting News” qui est  considéré comme le plus vieux « blog » encore en activité.
    Et en avril 1999, Peter Merholz écrit sur son site qu’il l’appelle un weblog. Le mot blog est né.
    En 1999, Brad Fitzpatrick, étudiant américain de 18 ans, crée Live Journal, une application pour signaler ses activités plusieurs fois par jour, en mettant facilement à jour son site Web : ce serait le premier outil spécialement conçu pour permettre à chacun de bloguer.
    Dès lors les plates formes vont se succéder, les plus connues étant “Blogger”, (qui sera rachetée par Google), “Six apart” et “Typepad”
    En France, Stéphane Le Solliec crèe Ublog en novembre 2002 (racheté par la suite par Six Apart),et la radio française Skyrock propose ses blogs gratuits, en décembre 2002 qui deviendra  la plus importante de l’Hexagone avec plusieurs millions de blogs en 2008.
    Les politicians découvrent le blog en 2003 et  à partir de 2006, c’est devenu un moyen incontournable de communication dans ce domaine.
    Aujourd’hui, la « blogosphère » est une tour de Babel qui compte des millions de blogs sur tous les sujets possibles et imaginables.

    Pour le vieux singe que je suis, c’est devenu une habitude d’essayer d’écrire tous les matins un petit article,  inspiré par les mails ou les demandes de mes correspondant(e)s, par l’actualité, ou par mes lectures.
    Mais ce n’est qu’un aspect des choses.
    Ce que j’ai toujours aimé sur le site de cow, c’est de connaître des personnes très diverses, d’en aider certaines à surmonter leurs problèmes, et même de me lier d’amitié avec certains ou certaines avec lesquel(le)s je correspond souvent depuis des années  et que j’ai connu(e)s il y a souvent plus de six ans, sur cow ou sur tchatcheblog.
    C’est d’autant plus étonnant que lorsque j’ai commencé à lire les blogs, je pensais que cela ne servirait à rien, et que quand j’ai créé mon premier blog, je pensais que personne ne s’intéresserait aux élucubrations du ce vieux c.. - excusez moi-  … singe.
    Et donc maintenant  ce blog fait partie de ma vie, par les contacts humains qu’il m’apporte.

Dimanche 26 août 2012 à 8:59

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003320.jpg

    Mon chien était régulièrement vacciné contre la piroplasmose, maladie occasionnée par un protozoaire parasite du sang transmis par les tiques, via sa salive anticoagulante injectée au moment d’aspirer le sang de l’animal et qui abrite les parasites de la piroplasmose
    Ces derniers se propagent alors dans les globules rouges qu’ils font éclater en s’y multipliant, provoquant une anémie. Les reins et le foie se retrouvent également intoxiqués par les déchets des globules rouges.
Cette affection est l’une des plus courantes chez le chien et bon nombre d’entre eux en sont victimes chaque annéenotamment les chiens de chasse, mais tous sont susceptibles de l’attraper, d’où nécessité de la vaccination.
Cette maladie  n’est transmissible ni à l’homme ni aux autres animaux.
    Si le chien est infecté, est apathique, prostré, et refuse généralement la nourriture. Il a des crises de vomissement et est pris de fortes fièvres. Son urine sont d’un rouge orangé ou marron foncé.
    Même si le traitement se montre efficace, à condition toutefois de le démarrer rapidement, les complications sont souvent néfastes à l’animal. Il est donc impératif de déceler rapidement l'apparition des symptômes

    Une autre maladie grave, la maladie de Lyme (ou Borreliose de Lyme) est transmise par les tiques et leurs larves. Cette infection septicémique grave touche non seulement les chiens mais également l'homme et d'autres animaux
(quelques milliers de cas humains par an en France et la majorité des contaminations survient entre les mois de mars et de septembre),
    La bactérie responsable est un spirochète c’est à dire une bactérie de forme hélicoïdale qui répond au doux nom de Borrelia burgdorferi.
Après l’inoculation cutanée de la bactérie lors de la piqûre de tique, la maladie de Lyme évolue en trois grandes phases, séparées par des périodes d’absence de signes de la maladie.

    La phase primaire est caractérisée par une lésion, survenant entre 3 et 30 jours après la piqûre de tique, érythème rouge, centrée sur le point de piqûre, s’étendant progressivement de façon centrifuge, ovale  et pouvant mesurer jusqu’à 50 cm et non infectée.
Des manifestations générales (maux de tête, douleurs articulaires, légère ascension de la température corporelle, fatigue) et un gonflement des ganglions proches de la lésion cutanée peuvent être associés traduisant la dissémination de la bactérie dans l’organisme.
En l’absence de traitement, cet érythème évolue pendant quelques semaines (extension progressive) et disparaît sans séquelle, de façon trompeuse.

    La phase secondaire survient plusieurs semaines ou mois après la disparition de érythème et se caractérise par :
        - des manifestations cutanées analogues à celles observées lors de la phase primaire de la maladie;
        - des manifestations cardiaques : syncopes (perte de connaissance), palpitations (sensation de battement cardiaque dans la poitrine), douleurs thoraciques
    Ces manifestations cardiaques évoluent le plus souvent vers la guérison sans séquelle
        - des manifestations neurologiques : une inflammation très douloureuse des racines des nerfs innervant le territoire de la piqûre de tique). Le nerf facial est fréquemment touché. Une méningite peut également survenir dans de rares cas.

    La phase tertiaire se manifeste des mois ou des années après le début de l’infection par :
         - des inflammationss cutanées évoluant vers une atrophie de la peau, des nodules violacés, arrondis, à contours nets, fermes, localisés sur le front, le lobe de l’oreille et régressant spontanément en quelques mois;
       -  des atteintes articulaires : identiques à celles observées dans la phase secondaire ;
       - des atteintes neurologiques : touchant la moelle épinière ou le cerveau (manifestations neuro-psychiatriques diverses).
    L’évolution vers une phase tertiaire reste rare, même en l’absence de traitement.

    La maladie présente une évolution très favorable lorsqu’elle est traitée.
    Il est donc indispensable, dès qu’on repère une tique sur la peau, de l’enlever, en ne tirant dessus avec une pince à épiler qu’après l’avoir endormie à l’éther ou à l’alcool à 90 d° afin de décrocher son rostre, qui sinon resterait dans la peau.
    Les tiques adultes sont visibles sur la peau et peuvent être retirées rapidement. Toute personne qui a retiré une tique de sa peau sait qu'elle a été piquée et doit aller consulter un médecin si elle ressent des symptômes dus à cette piqûre.
    Par contre, les jeunes tiques ou "nymphes" sont difficilement visibles sur la peau  car grosses comme une tête d'épingle.  La taille minuscule de la nymphe est la raison pour laquelle beaucoup de malades de Lyme  ne se rappellent pas d'avoir vu de tiques sur eux. Dans les cheveux , par exemple, il est très difficile de repérer une nymphe. Les piqûres dues aux nymphes passent facilement inaperçues et sont responsables d'une grande partie des cas de maladie de Lyme.
    Lorsque vous vous promenez en forêt ou dans des herbes, mettez plutôt des chaussures au lieu de nu-pieds, des pantalons au lieu de robe (ou de kilt !).
    Et si vous trouvez une tique sur votre chien ou votre chat, après l’avoir soigné, examinez vous soigneusement vous même.

Samedi 25 août 2012 à 10:02

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/Truffe.jpgll y a une vingtaine d’années j’avais un petit chien, un Yorkshire, qui s’appelait Truffe et venait évidemment en vacances en Bretagne avec nous.
    Là, il adorait aller dans les champs voisins de la maison, chercher des chats, des mulots ou des terriers de fouine ou d’hermine.
    Et j’avais peur qu’il n’attrape des tiques, car elles sont dangereuses pour  un chien par les maladies qu’elles peuvent transmettre. Alors il portait un collier comportant un produit antipuces et antitiques.
    Mais cela lui est cependant arrivé deux ou trois fois de revenir avec une de ces bestioles plantées dans sa peau, et je devais alors prendre un coton imbibé d’éther, endormir la tique pour pouvoir l’extirper avec une pince à épiler, sans risquer que sa tête rete enfoncée dans la peau du chien.
    Peut être vous intéresserez vous à un article sur les tiques et demain sur les maladies qu’elles propagent, notamment la maladie de Lyme pour les hommes et la piroplasmose  pour les chiens.

    Les tiques vivent dans les forêts, les bois, les hautes herbes mais aussi en montagne, sur les terrains de golf et dans les petits jardins privés ou publics. 
    Leur lieu de predilection est un endroit boisé et humide dans une région tempérée où la température est comprise entre.7°C et 25°C. Quand c'est le cas, les tiques restent  actives et représentent un danger toute l'année.
    S'il fait chaud et sec, plus de 25°C, les tiques ne vont pas se déplacer. Elles se cachent dans le sol ,  au ras du sol ou sous la végétation pour prendre la quantité d'eau dont elles ont besoin pour survivre.
    S'il fait  en -dessous de 7°C,  les tiques s'isolent du froid sous la terre, dans les feuillages au ras du sol ou dans les vieux troncs d'arbre.
Pouvant rester plusieurs mois sans manger, la période inactive ne les dérange pas. Elles n'ont besoin que d'eau qu'elles peuvent prendre de l'air.
    Les tiques ne grimpent pas au sommet des arbres pour sauter sur leur proie. Elles sont incapables de sauter.  Elles grimpent sur leur proie à moins d'un mètre du sol si elles sont adultes ou  à  moins de 50 cm si elles sont jeunes ( nymphes). Les larves restent au niveau du sol, à moins de 15 cm du sol.
    Les tiques se nourrissent  du sang de mammifères et notamment d’animaux sauvages, petits rongeurs, lapins, cervidés notamment. 
Si l'animal sauvage est porteur de bactéries, la tique les aspire avec le sang et les stocke dans son corps.
Si le repas suivant se fait  sur un être humain ou un animal domestique (chiens, chats, chevaux, bétail), la tique va lui transmettre  lors de la piqûre une ou plusieurs  variétés de bactéries ou virus qui se trouvent dans son système.
    Une tique femelle voit son poids multiplié par plus de 600 après son repas de sang ! Heureusement après mon repas, je ne passe pas de 80 kg à 50 tonnes !!

   http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Tickmaleaka.jpg Quelles sont ces bêtes ?
    Les tiques sont  arachnides acariens et il en existe 900 espèces environ.
    Elles mesurent de l’ordre de 3 à 6 mm, et pour certaines espèces tropicales jusqu’à 3 cm.
    Elles ont un corps ovale, que prolonge une « tête », qui porte 3 mandibules :
La mandibule centrale est un rostre qui porte plusieurs files de dents qui permettent à la tique de s ‘ancrer dans la peau. Les deux autres mandibules, rétractiles dans une gaine protectrice, terminées par des dents, coupent la peau, venant ainsi mécaniquement en aide à l'action chimique de la salive, pour perforer la peau.
    En outre une paire de palpes dotées de soies sensorielles permettent une action de toucher, mais surtout un repérage chimique et au total détection de CO2, hormones, hygrométrie, température, vibrations, sensibilité aux métabolites exhalés par les ruminants, à l'acide lactique, à l’acide butyrique, etc..
    Le dos de la tique porte une plaque sclérifiée, huit pastes munies de griffes et de ventouses et un organe sensorial olfactif, un organe genital et un anus.
    Certaines espèces ont des yeux sur le corps..

    Seules les tiques adultes s'accouplent, au sol avant la quête de l’hôte ou sur l’hôte lui-même. Après l'accouplement, le mâle meurt ; la femelle meurt après la ponte[13].
Toutes les espèces connues de tiques se développent en passant par quatre stades évolutifs distincts :
        - l'œuf : certaines espèces pondent un très grand nombre d'œufs (plusieurs du-izaines de milliers)
        - la larve (qui n'a que 3 paires de pattes, griffues) et vit au sol,
       - la nymphe (qui est octopode comme l'adulte mais sans orifice génital)
       -  l’adulte : chez le male  la plaque dorsale est plus développée que chez la femelle, dont le tégument doit rester souple pour se distendre pour une prise de sang maximale afin d'élaborer ses œufs.
    Dans la plupart des cas, durant son cycle de vie, une tique change d'hôte à chacun de ces stades.

    Pendant les phases de « quête », la tique attend un hôte pour s'y accrocher. La quête se fait sur les brins d'herbe, de graminées, de fougères, ou au sol, à même la terre ou sur les brindilles des nids et terriers ou les crevasses des grottes, notamment pour les nymphes et les larves.
    Après avoir trouvé une proie et s'y être accrochée, la tique chemine lentement sur la peau (de quelques minutes à plusieurs heures parfois) pour trouver un emplacement qui lui convient. De fines griffes lui permettent de se stabiliser sur l'épiderme.
    La tique coupe la peau grâce à ses madibules qu'elle enfonce peu à peu ainsi qu’une partie de sat ête, aidée par la sécrétion d'enzymes salivaires qui provoquent une explosion des cellules (cytolyse). Au bout de son rostre se forme alors une poche ou chambre de cytolyse.
Elle parfait son ancrage par la sécrétion d'une substance, sorte de colle biologique qui la fixe très fortement au derme.
    Ainsi fixée, elle peut alors, pendant toute la durée de son repas, alternativement aspirer le sang et réinjecter de la salive de manière à agrandir la poche ainsi creusée sous la peau jusqu'à ce que cette poche atteigne un ou plusieurs microcapillaires sanguins, qui crèveront et l'alimenteront directement en sang.
    Durant ce temps, la tique injecte un cocktail de molécules qui affaiblissent localement l'immunité de l'hôte et insensibilisent le système nerveux.

        Je parlerai demain des maladies communiqués par la tique et notamment pour l’homme, de la maldie de Lyme.

Vendredi 24 août 2012 à 8:33

Photos, photos comiques

En intermède, quelques accidents de voiture originaux
Ne les imitez pas en rentrant de vacances !

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive14-copie-3.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive13-copie-1.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive15-copie-2.jpg






http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive25.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive30-copie-1.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive26.jpg

Jeudi 23 août 2012 à 11:53

http://lancien.cowblog.fr/images/Bloginformatique/wanted.jpg 

       J'ai reçu un commentaire de "Ne-plus-avancer", auquel j'aurais bien voulu répondre. Mais le pseudo ne correspond à aucun blog aui me permette de "contacter l'auteur" et l'aznnuaire de Cow est toujours aussi mal fait : on ne peut retrouver quelqu'un par son pseudo, malgré les nombreuses demandes faites.
        L'auteur du commentaire eput il par "contacter l'auteur sur mon blog, me donner un moyen de la joindre.

Jeudi 23 août 2012 à 8:33

Zoologie, évolution

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/p17s5.jpg    Au mois d’août , des processions de chenilles tentent parfois de monter aux tronc de mes pins. C’est une calamité car elles dévorent toutes les aiguilles et des branches entières meurent si on les laisse faire.
    Alors, muni de gros gants car leurs soies sont très allergisantes, je racle mes troncs avec une petite raclette et quelques kilos de chenilles sont ensuite brûlées avec du petit bois, dans le bac en inox qui me sert pour brûler des déchets de jardin.
    Je les ferais bien en brochette sur le barbecue, mais je n’ai pas eu de volontaire pour les déguster.
    Et, parfois des mésanges ou des merles viennent près de moi s’en régaler. Je pense que le rouge gorge les aime aussi.    

    J’ai pensé qu’un petit article sur ces chenilles vous intéresserait peut être.


 
http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/papillonprocessionnairechene.jpg

   C’est un papillon de nuit, le « bombix du pin », (ou plus savamment « Thaumetopoea pityocampa processionea »), qui pond ses œufs par paquets de 150 à 200, sur les aiguilles des pins. Dans mon jardin cela se passe durant l’été et les larves naissent à l’automne quand je ne suis pas là, et je ne les vois donc pas.
    Ses ailes ont 35 à 40 mm d'envergure ; celles antérieures sont grises, avec deux bandes foncées parallèles chez le mâle, celles postérieures blanches marquées d'une tache sombre à leur extrémité.
Vous le voyez sur la photo ci contre.
   
 

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/p17s3.jpg





   Les chenilles qui sortent de ces œufs ont quelques millimètres et elles se tissent aussitôt un cocon de soie pour en abriter plus d’une centaine contre les intempéries et le froid de l’hiver, en général au bout des branches.
    Je vois souvent quelques cocons au moins de novembre quand je vais fermer ma maison et je m’empresse  de couper ces bouts de branches et de les brûler avec le cocon dans la cheminée.
    Les jeunes chenilles sont oranges et portent de longs poils non urticants.
    Ces chenilles vont muer cinq fois durant l’hiver et atteindront quelques centimètres de long..  Elles sortent la nuit pour s'alimenter, se déplaçant en « procession ». La cohésion de la file en déplacement est assurée par le contact tactile de soie à soie. Vous voyez sur la photo ci contre cette étrange file.
    Après la 3ème mue, vers le mois de mai apparaissent les premiers poils urticants. Ces propriétés urticantes persistent même après la disparition de la chenille, notamment si on garde des pooils plantés dans la peau.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/defoliationprocessionnaireschene.jpg
    Au printemps, la colonie, conduite généralement par une femelle, quitte le nid, toujours en procession pour gagner au sol un endroit bien ensoleillé et s'enfouir dans un trou où chacune des chenilles va tisser son cocon pour démarrer son processus de transformation en chrysalide.

    Au bout de plusieurs mois, voire plusieurs années, les chrysalides sont transformées en papillon qui sortent de terre. Le cycle peut alors reprendre par accouplement de la femelle et du mâle qui meurt un ou deux jours après, alors que la femelle s'envole vers une branche pour pondre jusqu'à 220 œufs avant de mourir aussi. Les petites chenilles émergent 30 à 45 jours après la ponte.





http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/urticaireprocessionnairechene.jpg
    Le contact des chenilles est assez dangereux pour les animaux et au minimum très désagréable pour l’homme.
    Les poils urticants se terminent en pointe et portent à leur extrémité de petits crochets. Ils se détachent facilement de la chenille lors d'un contact ou sous l'effet du vent. Par leur structure particulière, ces poils s'accrochent facilement aux tissus (la peau et les muqueuses) y provoquant une réaction allergique d’urticaire par libération d'histamine.

    Sur la peau les poils urticants se dispersent par la sueur, le grattage et le frottement ou par l'intermédiaire des vêtements et il apparait une éruption douloureuse avec de fortes démangeaisons.
Quand un poil urticant s'enfonce profondément dans les tissus oculaires, apparaissent des réactions inflammatoires sévères avec, dans un délai de quelques heures, développement d'une conjonctivite .
    Les poils urticants irritent les voies respiratoires, entraînant des éternuements, des maux de gorge, des difficutés à déglutir et éventuellement des difficultés respiratoires dues à un bronchospasme, qui peut être aigu chez les asthmatiques.
    Plus rarement par ingestion buccale, se produit une inflammation des muqueuses de la bouche et des intestins qui s'accompagne de symptômes tels que de l'hypersalivation, des vomissements et des douleurs abdominales.
Une personne qui a des contacts répétés avec la chenille processionnaire, présente des réactions qui s'aggravent à chaque nouveau contact.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/16656179.jpg


    Quand on combat ces chenilles, il faut mettre lunettes et gants, et un pantaloon et une veste avec capuche, genre K-way, que l’on lavera ensuite, pour éliminer tous les poils urticants.
Il faut se laver la peau à l’eau et au savon, se laver les cheveux; les yeux peuvent être laves au serum physiologique s’ils sont irrités.
Contre les démangeaisons, les antiallergiques et antihistaminiques sont efficace.
Mais, dans les cas sévères, il faut consulter le médecin (ou l’ophtalmologiste), le plus tôt possible.

Bref ces chenilles sont des êtres curieux et superbes, mais dangereux.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast