Mercredi 22 août 2012 à 8:44

Paysages

Cette année, je vous ai beaucoup parlé de la petite ville d’Auray et de son port, Saint Goustan. Alors je vous le promet, c’est la dernière fois.
    Mais le dimanche 29 juillet, y ont eu lieu, comme tous les ans depuis 2007, les sixièmes, « joutes nautiques »
    http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/179110912674797zjoutes20120730v125a.jpg
    Ce sont des joutes nautiques au cours desquelles 28 équipes, représentant  vingt communes du Pays d'Auray s'affrontent dans un cadre sportif et amical et dont le but est d'apporter un peu de bonheur à des enfants victimes de problèmes sociaux ou médicaux. Il y avait même cette année, huit équipes féminines.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/ed17b125499f449e80682693338d43f0134.jpg

    Les bateaux sont des barques à l’arrière desquelles ont été monté  une plateforme, sur laquelle va se tenir le chevalier et sa lance.
    Six barreurs encouragés par un barreur, vont propulser la barque vers son adversaire, en essayant de mettre celui-ci dans une position instable pour que le choc de la lance l’expédie dans l’eau.
    Le rôle du barreur est très important.









Début des hostilités à 10h, avec cinq poules de quatre équipages et la poule féminine jusqu'à 13h. L'après-midi, entre 14 et 19h, éliminatoires directs jusqu'à la finale. Puis remise des prix en soirée.
Les équipages sont déguisés et la joute est à la fois humoristique et un régal pour les yeux.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/400x300d3fb98b1527s1.jpg
 

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/url1.jpg



































http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/va3022163771apx470.jpg






















http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/DSCN0220.jpg









    La sécurité est assurée sur le site par les pompiers, la gendarmerie, la police municipale, une équipe médicale, et renforcée par la vedette de la Société Nationale des Secours en Mer dont on peut également visiter le bateau.

    C’est une jounée qui attire beaucoup de monde à Saint Goustan, ( plus de 5000 spectateurs), et pour la première fois, c’est l’équipage d’Auray qui a remporté la joute.

Mardi 21 août 2012 à 8:36

Photos, photos comiques

Aujourd'hui, intermède.
        Certaines personnes ont une notion particulière du transport.
        Qu'en pensez vous ?

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive22-copie-2.jpg


http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive4-copie-1.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive5.jpg
 







http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive18-copie-1.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive31-copie-2.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive32.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/Diapositive29-copie-1.jpg

Lundi 20 août 2012 à 8:19

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003230.jpg

        Tous les ans, pendant les vacances, j’ai quelques mails éplorés qui me demandent de consoler des chagrins d’amours : amours de vacances et rupture très rapide. Je suis toujours étonné par ces circonstances.

        Qu’il y ait des “amours de vacances” ne m’étonne pas.
        D’abord,  c’est normal au plan physiologique. Le corps humain coporte une horloge biologique complexe  (voir mes articles), qui nous fait non seulement repérer l’écoulement du temps, la succession des jours mais aussi celle des saisons.
        La nature programme les animaux et encore en partie l’homme pour que l’espèce se conserve mieux et essaie que les naissances aient lieu au printemps; pour les humains, cela veut donc dire que la saison des amours est, biologiquement, l’été.
        De plus, c’est en pricipe la saison des vacances, on a moins de soucis d’études ou de travail, moins de rendez vous ou d’occupations prévues ou obligatoires.
        Et les extravertis ont besoin de la compagnie des autres et ne savent souvent pas se trouver des occupations personnelles.

        Mais ce qui m’étonne est que vous preniez ces amours de vacances au sérieux.
Il est normal que quelqu’un vous plaise, que vous ayez une attirance pour lui. Cela peut évidemment arriver que ce soit réciproque.
        Trouver charmant quelqu’un qui est drôle, gentil et a une belle gueule, n’est qu’une attirance. Vous ne vous connaissez en aucune façon, l’un, l’autre.
        Et malheureusement ce qui prévaut le plus souvent, c’est pour la fille, qu’elle a envie d’avoir un petit ami qui prenne soin d’elle, et pour le garcon, de faire une conquête don’t il puisse se vanter.
        Ne me parlez pas de coup de foudre; c’est une invention des romanciers pour donner un tour plus romantique à une attirance, mais il ne s’agit pas vraiment d’amour.

        Aimer implique un attachement profond, comme une amitié extrêmement grande, une grande connaissance de l’autre, une estime et une acceptation de ce qu’il est, et non de ce qu’on souhaiterait qu’il soit (justement parce qu’on le connaît bien), et la volonté d’apporter à l’autre du bonheur.
        Par rapport à l’amitié, s’ajoute le désir et l’envie de vivre avec l’autre.
        Cette vie commune est d’ailleurs une épreuve difficile, à laquelle beaucoup de couples ne résistent pas, car il faut alors supporter l’autre tout le temps et donc ses défauts, ses manies, son caractère, chose beaucoup plus faile quand on ne le voit que de temps en temps, et que l’absence a donné envie de le ou la voir.

        Dans la plupart des cas un amour de vacances n’est donc pas un véritable amour mais une simple rencontre agréable de quelques jours ou semaines.
        Les deux personnes habitent souvent dans des villes différentes et ne se réverront plus ensuite. Parfois elles correspondront un peu sur internet, puis s’ éloigneront peu à peu.

        Les quelques mails éplorés que j’ai reçus, provenait de jeunes filles qui croyaient aimer un garcon et être aimée de lui, garcon qu’elles avaient rencontré depuis moins d’un mois et avec lequel elles avaient fait quelques sorties.
        Ce n’est malheureusement pas parce qu’on a échangé quelques baisers que l’on est amoureux l’un de l’autre. Et le garcon a tourné la page.
        Certes cela peut causer du chagrin, mais le temps l’atténuera vite.
        En fait ce garcon, vous le connaissiez moins que vos camarades de classe, et vous ne saviez pas grand chose de ses qualities et de ses défauts.
        C’est déjà très rare d’avoir un véritable amour avec quelqu’un avec lequel on échange seulement des mails, même depuis des années. Mais on connaît bien mieux ce correspondant virtuel, bien qu’on ne l’ait jamais vu, que quelqu’un que l’on voit que quelques jours, pendant les vacances d’un été.

Dimanche 19 août 2012 à 8:44

Paysages

  Quand j'avais une vingtaine d'années, mon île préférée n'était ni Hoedic, ni Houat, mais l'île aux Moines.
        C'était alors une splendeur pour le promeneur, et nous prenions souvent le bac de Port Blanc, qui en 5 minutes nous y amenait, que ce soit avec mes parents ou mes futurs beaux parents et ma fiancée. C'était il y a 60 ans.
        Quand j'y retournais avec mes enfants, il y a 35 ans, c'était encore un paradis.

        Certes c'est encore une très belle île, mais ce que j'y aimais a disparu et quand j'y retourne, mon coeur se serre au souvenir du passé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/392pxIleauxmoinesstatue0708NB.jpg        J'ai sûrement quelques photos peu nombreuses de cette époque, mais je ne sais plus trop où elles sont , sans doute au fond d'un carton, en région parisienne, et ce sont des photos "papier"
        Les photos que j'ai, sont récentes et je ne pourrai que vous montrer celles là et vous expliquer mes regrets. J'espère que je ne choquerai pas trop mes jeunes correspondantes qui ne connaissent cette île que depuis beaucoup moins longtemps que moi.

        La grande différence avec autrefois, c’est, comme dans toute la Bretagne, l’affluence des touristes. Autrefois ne venaient surtout dans l’île que les permanents et des propriétaires de maisons de vacances, respectueux de l’environnement car c’était “leur île”. Des touristes comme nous, venaient y passer souvent une journée, mais il y en avait une centaine par jour au maximum, et l’île est grande. Aujourd’hui il y a des maisons de location partout et la population de l’île passe en été, de 600 à au moins 6 000 et les compagnies de bateaux amènent tous les jours plus de mille visiteurs entre le 14 juillet et le 15 août.

    Cette affluence a plusieurs conséquences :
    Quand on arrivait en bateau au port de l'île aux Moines, c’était un mignon petit port. Il y avait les voiliers des résidants, un café, un restaurant dans une maison bretonne en pierre et au toit d’ardoises.
    On voyait la navette de Port Blanc toutes les demi heures et parfois un plus gros bateau, du “tour du golfe”.
    Maintenant on se croirait sur un aérodrome : les bateaux de Navix et de la Compagnie des îles se succèdent de façon presque continue, déversant leur flot de touristes.
    Les cafés sur le port sont des baraques de métal et de béton et la mairie n’impose même plus les toits d’ardoises. Je n’ai jamais vu un aussi grand garage à vélos de location (voir ci dessous).
    Des centaines de touristes ne viennent passer qu'une heure sur l'île et ne font que prendre un pot ou manger une glace.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003395.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003402.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs4/1003492.jpg

    La deuxième conséquence provient du ras le bol des habitants et propriétaires de cet afflux envahissant. Autrefois quand vous vous promeniez dans les deux routes de l’île et sur tous ses petits chemins et sentiers, vous voyiez par dessus de petites haies, de petits murs de pierre, ou des clôtures de barres de bois, de magnifiques jardins qui faisaient les délices des yeux. Mimosas, tamaris, hortensias fuschias, lauriers rose, bignones, roses trémières  se mêlaient aux arbres et plus bas lavatères, sauges, capucines, lavandes et autres plantes, associaient leurs couleurs et leurs senteurs.
    Vous voyez les propriétaires et vous leur disiez bonjour et ils vous répondaient cordialement et, vous pouviez leur demander l’autorisation de prendre une photo de leur jardin et ils étaient heureux que vous le trouviez beau.   
    Maintenant, ils se sont enfermés dans des murs de pierres ou de hautes haies, et on ne peut plus admirer la plupart de ces jardins.
    Dans une maison qui n’était pas ainsi close, j’ai pris la photo d’un beau parterre de fleurs, de l’extérieur bien sûr et personne à proximité; mais on m’a envoyé le chien pour m’éloigner et une dame est venue, très peu aimable, me dire que je ne devais rien photographier !. (Pourtant quand un passant photographie ma bignone en fleurs, je suis plutôt content !)
    D’ailleurs la plupart des gens (sauf les vieux iliens) ne vous répondent même plus si vous leur dites bonjour.
    En mer non plus, on ne se dit plus bonjour, de bateau à bateau, sauf avec les écoles de voiles et les anciens ou vrai marins, qui ont gardé cette coutume de politesse.






    L’autre conséquence est que tout est fait pour extraire de l’argent des touristes.
    Le bourg à 800 mètres du port, s’est transformé dans ce but.


http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003404.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/059AB881.jpg

















    Mais ce qui me désespère c’est, derrière le port, l’évolution de la grande plage et du “bois d’amour”
    C’était, tout au long de la plage, sur 600 m environ et sur une centaine de mètres de large, un superbe bois de pins et de cyprès immenses, ouvert à tous. Seules trois vieilles maisons et un hôtel (le San Francisco), très en retrait de la plage, ne gênaient personne, il y a 50 ans. Le bois a été vendu par lots pour bâtir de belles maisons avec d’immenses jardins comme celle de la photo et le visiteur n’a plus droit qu’au chemin des douaniers, devant un mur en granit de 2 mètres de haut, et de plus la moitié des pins ont été abbatus pour construire. Un vrai saccage, mais le fric excuse tout.
    Autrefois des bancs permettaient de picniquer sous les pins et on faisait attention à ne rien laisser traîner en partant. Maintenant les gens mangent sur la plage et y laissent une partie de leurs déchets, sacs, bouteilles et mégots, comme malheureusement dans la plupart des plages de Bretagne.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003400.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003401.jpg











                  Une des maisons qui a squatté le Bois d'Amour avec son immense jardin


    Mais l’île reste quand même très belle si vous avez le courage de parcourir ses petits chemins et sentiers.
Elle est très verte avec une végétation luxuriante au bord de l’océan.
On voit de jolies maisons, aux jardins fleuris, et au détour d’un chemin des vestiges de la préhistoire.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/maisonileauxmoines.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/paysageiaM.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/dolmen.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/cabaneoutils.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/IleauxMoinesKerno.jpg









    De petites chapelles et églises, avec souvent, suspendu au plafond, le voilier miniature, auprès duquel on venait prier avant de partir en mer, comme les deux maquettes ci-dessous de l’église Saint Michel.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/56IleauxMoinesEgliseStMichel05.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/navire.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/sentier-copie-1.jpg
    Alors si vous venez près du Golfe, et que vous n’avez pas peur de faire quelques kilomètres à pied ou en vélo, n’hésitez pas à visiter l’île aux Moines, mais partez vite du port hideux pour aller voir les petis sentiers merveilleux et ses petites plages sur le golfe.
    Et sans doute croiserez vous, en plus des mouettes goelands et cormorans, de très beaux échassiers, notamment hérons, spatules et aigrettes.
    Mais je vous en prie, ne faites pas comme trop de touristes, respectez les propriétés privées et ne laissez pas trainer vous ordures, ramenez tout chez vous dans un sac. La mer et le rivage ne sont pas des poubelles !

Samedi 18 août 2012 à 8:38

Sculpture, musées, peinture

Dernier intermèdes des vacances en sculptures de sable.
La marée va tout effacer !


http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive25-copie-2.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive24-copie-5.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive27-copie-3.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive16-copie-5.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive20-copie-5.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive9.jpg

Vendredi 17 août 2012 à 8:35

Paysages

Hier je vous montrais des rives de la rivières d’Auray, ses maisons et ses bateaux ancrés : aujourd’hui je vous parlerai des rencontres  que l’on fait en navigant sur le golfe du Morbihan.

    D’abord beaucoup de bateaux :
        - des bateaux d’école de voiles pour des jeunes, aux deux mats gréés à l’ancienne, mais aussi pour de beaucoup plus jeunes, sur un beau deux mats blanc.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003386.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003387.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003382.jpg


 

























       - des quillards de plaisance modernes aux belles lignes, mais aussi des bateaux anciens avec des grééments de voiles rouges, comme ce « forban ».

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003379.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003408.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003359.jpg





























        - des multicoques impressionnants par leur vitesse.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/trimarangolfe.jpg
















    Mais on rencontre aussi des canöés, aux mortes eaux, car à marée montante ou descendante, ils ne peuvent lutter contre les courants.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003356.jpg

















        Et on passe à coté de constructions de casiers en ferraille, qui sont des élevages de bars (le loup en méditerranée), appartenant à des ostréiculteurs.
        Parfois aussi de vieux arbres morts servent de lieu de conférence à des cormorans :

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003417.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003372.jpg

Jeudi 16 août 2012 à 8:44

Paysages

Je vous expliquais hier comment naviguer dans le golfe du Morbihan, en commençant par descendre la rivière d’Auray.
    Aujourd’hui je vous montrerai quelques photos de cette promenade.


    La ria d’Auray est étroite, et un voilier, sous peine de s’échouer ou de casser sa dérive, ne peut s’approcher des bords. Mais on voit bien les berges et on peut les admirer.
    Ce qui frappe, c’est que toute maison a son bateau ammarré devant elle, et que donc, vous voyez de nombreux bateaux ancrés, ce qui donne un caractère particulier au paysage.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003344.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003327.jpg
































    Mais on découvre aussi dans les arbres, de nombreuses villas d’estivants aux formes diverses, certaines étant même rondes.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003423.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003350.jpg





























http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003420.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003415.jpg



















    Des maisons plus anciennes aussi, la première que l’on appelle la “capitainerie” car elle a été contruite par un capitaine au long cours en retraite, cette maison aux volets bleus, qui est une ancienne église, transformée en habitation.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003416.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003343.jpg
 









http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003345.jpg







  





















    On peut aussi voir de véritables petits châteaux, comme celui de la famille “de Robien”, ou cet autre dans une île du golfe, appartenant à une artiste de cinéma.


http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003335.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003354.jpg


   

















   


    Au sortir de la ria d’Auray et à l’entrée du golfe, lae petit port de Locmariaqu!er et son église, qui se reconnaît de loin.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003365.jpg

















    Les îles du golfe nous offrent aussi leurs paysages très verts, à la végétation luxuriante.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003346.jpg
















    Certaines comme Gavrinis, montrent des vestiges préhistoriques, en partie immergés, (car le golfe n’était alors pas envahi par l’océan), et son célèbre cairn dont je vous parlais dans mon premier article sur le golfe.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003371.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003370.jpg

Mercredi 15 août 2012 à 8:38

Paysages

Je vous ai parlé hier du Golfe du Morbihan et de ses îles, et de la façon la plus simple et la plus rapide d’accéder aux deux plus belles îles : l’ïle au Moines et l’île d’Arz. Je vais vous donner une idée aujourd’hui des croisières en bateau dans le golfe.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/GolfeMorbihan.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003329.jpg  



   De très nombreux navires de la Compagnie des ïles ou de la Navix, sillonnent le golfe, en provenance d’Auray, de Vannes, de Baden, de Locmariaquer ou de Port Navalo, ou même venant de ports extérieurs comme La Trinité sur Mer ou Quiberon. Ils transportent chacun environ 150 touristes et leurs moteurs puissants leur permet d’affronter les forts courants du golfe, même contre la marée et ils font le tour des îles et débarquent de très nombreux touristes, pour des visites de quelques heures, ou pour y déjeuner.
   



http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/TancredeJoel.jpg


   Mais évidemment l’idéal est de naviguer dans le golfe sur un voilier, mais ce n’est pas aussi simple que cela.
     D’abord un voilier ne peut avancer face au vent : il lui faut un angle minimal de 45/50 degrés, voire plutôt 60 degrés pour un trimaran. Donc si vous devez atteindre un lieu qui se trouve dans la direction du vent de face, vous êtes obligé de tirer des bords successifs à 45/60 degrés, (on appelle cela naviguer “vent debout”) et donc cela implique du temps et des manoeuvres.  Vous n’allez pas très vite (6 à 8 km/h avec un quillard, 12 à 16 avec un trimaran.
    Quand vous êtes vent arrière, vous naviguez à peu près à la vitesse du vent.
Par contre au “vent de travers” vous allez plus vite que le vent, votre propre vitesse le renforçant, et un trimaran atteint couramment 40 km/h, voire 60-70 pour les multicoques de course.
    Sur l'image de droite le trimaran de mon fils, qui, lorsqu'il n'est pas en courses, est basé au port de la Trinité, (entre le golfe et Carnac), et qui vient parfois naviguer dans le golfe et la ria d'Auray




    Alors si vous partez d’Auray (en haut à gauche), pour descendre la ria appellée “rivière d’Auray”, un vent de nord ouest est intéressant , car vous êtes alors vent arrière, et, dans le golfe, vous aurez vent de travers ou arrière selon vos contournements des ïles.
    Par vent de sud-ouest, l’autre vent dominant, vous serez vent de travers dans la ria, et vent arrière ou de travers dans le golfe.
    Par contre le retour sera plus difficile : vent de sud-ouest, il vous faudra tirer des bords dans le golfe, mais vous aurez le vent de travers pour remonter la ria d’Auray. Par vent de nord-ouest , vous pouvez être vent de travers dans le golfe, mais pour remonter la ria d’Auray, il vous faudra prendre le moteur car la ria est trop étroite pour y tirer des bords.

    Mais le vent n’est pas le seul paramètre     à prendre en compte, il y a les courants dus aux marées, vers l’océan à marée descendante, vers l’intérieur au flux, éventuellement renforcés par le vent s’il va dans le même sens..
Au goulet de sortie du golfe, ils peuvent atteindre 30 km/h, presque 20 km/h dnas certains points du golfe et une dizaine dekm/h dans la rivière d’Auray.
    La marée a un autre effet c’est que la profondeur de l’eau peut varier aux grandes marées de 5 mètres entre hautes et basses mers et de deux mètres aux mortes eaux.
    A marée basse, dans le port d’Auray, aux marées fortes, il ne reste que deux mètres au milieu du chenal et moins d’un mêtre le long du quai, de telle sorte que les gros bateaux ne peuvent accoster. Même les quillards rencontrent des problèmes car avec leur dérive, ils ont besoin d’environ 2 mètres de profondeur et les multicoques d’environ 1m 50.
    Dans la rivière d’Auray le paysage change totalement entre la marée haute, où l’eau va jusqu’aux berges verdoyantes, et à marée basse des vasières se découvrent. En outre les bords de rives sont souvent occupées par des parcs ostréicoles. Le chenal est donc étroit et il vaut mieux le respecter car c’est la garantie de ne pas s’échouer. En remontant la rivière (comme en entrant dans un port), il faut donc laisser bouées et balises rouges à gauche (babord) et les vertes à droite (tribord), et en descendant la rivière (ou en sortant d’un port), évidemment l’inverse.

    Dans les deux prochains articles, je vous montrerai des photos de la rivière d’Auray et du golfe, vues du bateau.

    Ci dessous le port d’Auray au départ vu de l’arrière du bateau.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/1003333.jpg

Mardi 14 août 2012 à 8:42

Paysages

     Le golfe du Morbihan est un lieu extraordinaire, grand “lac” marin de 20 km de long et 10 de large, qui s’ouvre sur l’océan par un passage qui ne fait que 800 mètreshttp://lancien.cowblog.fr/images/images/GolfeMorbihan.jpg

         Le golfe du Morbihan est un lieu extraordinaire, grand “lac” marin de 20 km de long et 10 de large, qui s’ouvre sur l’océan par un passage qui ne fait que 800 mètres de large entre Locmariaquer et Port Navalo.
    Deux fois par jour le flux et le jusant voient entrer et sortir la marée par ce goulet et les courants y sont supérieurs à 10 noeuds, c’est à dire 18,5 km/h.
    De nombreuses îles parsèment ce plan d’eau exceptionnel. La plupart sont privées (l’une d’elle par exemple appartient à l’actrice Danielle Darrieux), mais on ne peut interdire de débarquer sur les “lés et relais de mer”, c’est à dire la portion découverte entre la plus haute et la plus basse marée.
    Les plus grandes îles font néanmoins partie du domaine public, et notamment l’île aux Moines, (en forme de croix, ses deux branches faisant environ 7 et 4 km de long), et l’île d’Arz, (qui ressemble à une pièce de puzzle d’environ 5 km sur 3).

    Habituellement, pour aller dans l’Ile aux Moines, on part de “Port Blanc” sur la commune de Baden, d’où, toutes des demi heures un bateau fait la traversée. La distance à l’ïle aux Moines n’est que de 400 mètres environ, mais le port est un peu plus loin et surtout vous êtes étonné de la trajectoire qu’emprunte le bateau, différente selon les heures de marée, car il doit lutter contre un courant de plus de 10 km/h, et donc avance en crabe, tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre selon le flux ou le jusant. En général il parcourt de l’ordre d’’un kilomètre en quelques minutes et vous amène dans l’Ile aux Moines (ou vous en ramène).
    Votre voiture est, elle, restée à terre, dans un très grand parking, en attendant votre retour.
    Ci dessous deux photos de l’embarcadère de Port Blanc.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/embarcadere.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/portblancgolfedumorbihanphotoillustrationdclicsdis.jpg















   
Pour aller dans l’Ile d’Arz, c’est un peu plus long, il faut aller en voiture à Vannes puis sur le parking d’une petite presqu’île adorable, appelée Conleau, dont je vous montre quelques aspects sur ces photos, on laisse sa voiture, on fait un kilomètre à pied et on trouve une petite vedette, qui sort du goulet, longe la côte puis traverse jusqu’au port de l’île.
    Vous trouverez quelques photos de cette île dans un article du 12 mai 2009. On peut y faire de très belles promenades, sur un remarquable sentier côtier, qui sinue, sur 18 km, dans les découpes innombrables de la côte verdoyante.
    Une route monte du port vers un petit village, culmine à 18 mètres au dessus du rivage avec une mignonne église, et on peut y déjeuner tranquillement dans une crèperie ou un petit restaurant.
    Il y a 250 habitants permanents environ et quelques maisons de vacances.
    Les bretons l’appellent parfois l’île “Capitaine”, car de très nombreux commandants de bateaux y sont nés ou bien y ont fait construire une maison pour leur retraite.

    L’île aux Moines est plus grande, pas tellement en superficie, mais, compte tenu de sa forme en croix, avec deux routes selon les deux axes de la croix. De ces routes partent de petits chemins, qui rejoignent le sentier côtier.
Elle fut appelée successivement Crialeis (« croix courte »), puis Enez manac'h (« île au moine » du fait qu'elle fut propriété des moines de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon, bien qu'aucun d'entre eux n'y ait habité, le roi de Bretagne leur ayant donné cette île en l’an 854.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/conleau.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/PlagedeConleau.jpg


















La presqu'île de Conleau, et l'embarcadère pour l'île aux Moines.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/va6026266381apx470.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/32012lesrivesdevannes3.jpg
















    La promenade autour de l’île est longue et ne peut se faire en un jour, sauf si vous louez des vélos. Mais c’est à pied que l’on goûte la beauté de l’île avec ses coins très verdoyants où se mêlesnt arbres et rochers et où l’on trouve parfois des menhirs, dolmens et cromlechs, qui prouvent une habitation préhistorique. Il faut alors deux jours pour faire le tour des 25 à 30 km de sentiers et l’on y rencontre de très nombreux oiseaux de mers, et notamment de superbes échassiers.
    Il y a environ 600 habitants permanents, mais de nombreuses maisons de vacanciers, (environ 10 000 résidants l’été) et surtout on y rencontre en juillet-août des milliers de touristes qui viennent s’y promener (plus de 1 000 par jour !).
    Je ferai sans doute un ou deux articles sur l’île aux Moines prochainement.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/images7.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/images6.jpg     Je voudrais ajouter deux mots sur une toute petite île que l’on peut accoster à partir du petit port de Baden : c’est l’ile de Gavrinis, à 250 mètres de la côte.
    Elle est célèbre par ses restes préhistoriques et notamment un énorme “cairn”, tombeau fait de pierres de granit entassées, avec un long couloir et une grande chambre funéraire.
    L’île est privée, mais la partie préhistorique est restée publique et on peut la visiter. Ci dessous deux photos du cairn et de l’intérieur.
    Par ailleurs les reflets du soleil dans les arbres de l’île, le soir, sont magnifiques.


    Demain, je vous parlerai des croisières dans le golfe du Morbihan, qui sont des journées dont en général, on tire un grand plaisir et dont on garde plein d’images dans notre mémoire.

Lundi 13 août 2012 à 8:53

Sculpture, musées, peinture

   J'ai déjà publié en intermède, des photos de sculptures de sable, trouvées sur internet.
Evidemment le bord de mer, l'été, incite à cela.
    Alors en voici encore quelques unes sculptées par des "artistes de plage".


http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive21-copie-4.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive17-copie-5.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive22-copie-4.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive15-copie-5.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive12-copie-5.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/ArtMonuments/Diapositive23-copie-2.jpg



<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast