Lundi 31 décembre 2012 à 7:12

Actualité

  
http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/champagne.jpg

             Je pense qu'aujourd'hui, vous serez toutes et tous, préoccupés par le réveillon de la Saint Sylvestre et que je n'aurai pas mes lecteurs habituels. 

             Je pourrai faire un article nostalgique, en disant que je regrette les Noëls et les premiers de l'an de mon enfance avec mes parents, frères et sœur, ou ceux où mes enfants étaient encore à la maison et où on les gâtait, puis ceux, lorsque mes petits enfants étaient encore petits et que les grands parents jouaient avec eux, avec les nouveaux jeux trouvés sous le sapin, en profitant des vacances de fin d'année..
            Maintenant c'est tout juste si on fait un peu de décoration pour se retrouver en famille.
            Voilà ce que c'est que vieillir, mais il faut en prendre son parti et ne pas se lamenter.
            J'espère vivre encore un peu, pour voir mes arrières petits enfants et leurs joies de Noël.

            Mais, savez vous qui est ce saint qui a donné son nom à une nuit de fête? Quand on dit "Saint Sylvestre", on pense inévitablement au réveillon de nouvel an. Mais personne ne s’interroge sur l’histoire, la personnalité et les actes de ce Sylvestre! 

            Silvestre était un Romain, de parents catholiques Rufin et Justa.                       
            Il hébergea un chrétien d’Antioche, Timothée, qui après avoir fait beaucoup de conversions fut décapité sur l’ordre du préfet de la ville, Tarquinius. Silvestre emporta le corps du martyr et, avec le pape Miltiade, l’ensevelit non loin du tombeau de saint Paul. Le préfet Tarquinius fit alors arrêter Silvestre; il le somma de renier sa foi. Sylvestre refusa et fut emprisonné. Il fut libéré après que Tarquinius se fut étranglé avec une arête de poisson.
            Le pape Miltiade l’ordonna prêtre.
            Elu pape à la mort de Miltiade, Silvestre, 33e pape, occupa le saint siège pendant près de 22 ans (314-335). Sous son pontificat, le christianisme fut reconnu comme religion de l’Empire romain avec la conversion de l’empereur Constantin le Grand (306-337). L'empereur et le pape firent édifier la basilique Saint-Jean de Latran, la basilique de Sainte-Croix de Jérusalem, la basilique de Saint-Paul hors les Murs et la basilique de Saint Laurent.
            Saint Silvestre est mort le 31 décembre 335. Il fut enterré dans le cimetière de Sainte-Priscille à Rome.
            En fait ce saint à peu à voir avec la fête du nouvel an, mis à part son nom : la fête existait bien avant que saint Sylvestre devienne pape.
         Les origines de la Saint Sylvestre sont multiples et se perdent dans la nuit des temps. Les origines païennes se sont mélangées aux origines religieuses en drainant l'ensemble des croyances populaires et religieuses liées au solstice d'hiver. Les peuples et les cultures anciennes célébraient le solstice d'hiver et on retrouve la même symbolique dans toutes ces croyances et ses pratiques.
 
         Dans la Rome antique, une dizaine de jours après les "saturnales", (les fêtes autour du solstice d'hiver vers le 22 décembre), les romains organisaient des échanges de vœux à l'occasion de copieux repas qui s'accompagnaient d'offrandes de rameaux verts et de confiserie. Cette période de fête était clôturée par les jeux du cirque.
         Mais, jusqu'à Jules César, la fête célébrant la fin d'année n'était pas une date fixe, à l'époque romaine, la fête se déroulait généralement en février. Jules César a fixé la fin d'année au 31 décembre. !je parlerai demain des calendriers romains).
         Et d'ailleurs, en France, il fut attendre Charles IX pour que le premier jour de l'année, le "nouvel an" soit fixé au 1 janvier.
            A l'occasion du nouvel an, les Romains s'échangeait des pièces et des médailles à l'occasion du changement d'année. Cette tradition perdure dans les étrennes qui sont remises aujourd'hui.
 
            Dans la plupart des pays, contrairement au réveillon de Noël, qui se fête en famille, celui du Jour de l'an se fête généralement avec des amis, mais c'est aussi l'occasion parfois de faire la fête avec de parfaits inconnus, ce qui compte étant le plaisir et la convivialité. Toutefois, c'est l'inverse en Russie et au Japon..           
            Tous les débordements de joie et d'allégresse sont possibles le jour du réveillon de la Saint Sylvestre et ces débordements devaient autrefois, s'accompagner de sons qui selon les croyances anciennes, auraient le don de faire fuir les mauvais esprits et les démons.
            C'est aujourd'hui, l'occasion de scènes que l'on a peu l'habitude de vivre : concerts de klaxons, farandoles de rue, embrassades sous le gui, et toute la nuit des "bonne année" fusent de toutes parts.

Dimanche 30 décembre 2012 à 9:01

http://lancien.cowblog.fr/images/Bloginformatique/wanted.jpg

Je rajoute aujourd'hui ce petit message en supplément à l'article que je viens de publier


Tania 20 m'a laissé un commentaire en me demandant de la joindre, mais elle ne me laisse ni l'adresse de son blog, ni une adresse mail.

Peut elle me donner un moyen de la joindre, par "contacter l'auteur" sur ce blog. Merci


Dimanche 30 décembre 2012 à 8:53

Astronomie, univers

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/170pxFullMoonLucViatour.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Images2/images-copie-2.jpg















            Le SETI Institute de Californie et l'Université d'Harward, aux USA, viennent d'élaborer un modèle mathématique qui a permis d'élucider la formation de notre satellite, la LUNE.
 
            Les scientifiques ont fait depuis des années l'hypothèse selon laquelle la Lune s'est formée lors de la collision de la Terre avec un gros astéroïde, probablement une petite planète,
il y a 4,5 milliards d'années.
            Lors de la collision, un gros morceau de cette petite planète et des morceaux de terre auraient été projetés à proximité de la terre et se seraient satellisés. Donc la composition du sol lunaire devrait être principalement celle de cette petite planète percutante.
            Hors catastrophe ! Quand on a envoyé des hommes dans la lune, ils ont ramené de nombreux échantillons et on a constaté que le sol lunaire était identique au sol terrestre.
            Il y avait donc une contradiction qui vient d'être levée par ces scientifiques américains.
            Ils ont imaginé qu'au moment du choc avec l'autre planète, de masse environ 20 fois moindre, la jeune Terre tournait sur elle-même beaucoup plus vite que ce que les astronomes prévoyaient jusqu'ici, avec une période de rotation de 2,5 au lieu de 24 heures. (au dessous de 2 heures de période, la force centrifuge aurait été telle que la terre aurait spontanément éclaté.)
            À une pareille vitesse de rotation, la Terre est totalement déformée, prenant la forme d'un ellipsoïde très allongé. Une collision, même avec un astéroïde plus petit, suffit alors à éjecter du matériau provenant cette fois essentiellement de la Terre, le bolide étant lui absorbé par notre planète.
 
            Encore fallait il expliquer pourquoi la terre aurait ainsi ralenti sa rotation.
            L'hypothèse faite était que la Terre a ralenti sous l'action des forces de marée lunaire
et que le satellite s'est éloigné de la Terre dans le même temps. Cela avait permis de calculer la durée d'un jour au moment de l'impact, à partir de la durée du jour terrestre actuel de 24heures.
            Mais ce calcul avait abouti à une durée terrestre de rotation de 5 heures.
            Les deux astronomes américains ont alors tenu compte de l'influence des forces exercées par le soleil sur la Lune. Les calculs à l'aide de leur modèle mathématique ont alors abouti à la durée de rotation de 2,5 heures.
 
            L'hypothèse selon laquelle notre lune est un morceau détaché de la Terre à la suite de la collision avec une autre planète 20 fois moins lourde est donc validée selon le schéma ci dessous dérivé des calculs des deux astronautes américains, les débris dispersés sur la figure 4 se rassemblant ensuite pour former la Lune.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/Luneterre.jpg

Samedi 29 décembre 2012 à 8:04

Notre cerveau : mémoire; inconscient; Freud

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs4/1002018.jpg

              Je n'ai jamais caché à mes correspondant(e)s, sur cowblog, que j'avais 80 ans et que donc mon âge me fait parfois voir les choses autrement qu'elles n'apparaissent pour les jeunes.
            Certes chacun a sa propre personnalité, la conformation de son cerveau, ses préférences cérébrales innées, et surtout la transformation par apprentissage due à l'éducation et l'instruction. Je sais qu'ayant une formation scientifique, j'ai une façon différente de raisonner d'une personne ayant une formation littéraire et j'essaie alors de m'adapter à sa démarche intellectuelle. mais surtout les événements de la vie vous donnent une quantité énorme de souvenirs, auxquels vous vous référez sans cesse, même inconsciemment. On appelle cela "l'expérience", mais il faut s'en méfier, comme l'ont montré les chercheurs en psychologie.
 
            La science est un des rares domaines où la nostalgie ne s'applique pas : on en saura toujours plus demain.
            Ce n'est pas le cas de notre mémoire qui transforme nos souvenirs.
            Comme tous, il m'arrive de me tourner parfois vers le passé et de repenser à la jeunesse, et, comme beaucoup de vieux, il m'arrive de me dire que c'était mieux en ce temps là, que l'amour était vrai, que votre petite amie ne vous quittait pas, (sauf si elle mourrait hélas), que les films étaient plus intéressants, que les chansons avaient un air qu'on retenait, qu'il n'y avait pas toute cette pollution, les trains arrivaient à l'heure, et les jeunes étaient mieux éduqués.....
            C'est cette note de regret que l'on entend souvent dans le discours des personnes âgées, dont certaines sont convaincues que le passé était paré de toutes les vertus, alors que le présent ne représente qu'une lente décadence les éloignant chaque jour davantage, de cet âge d'or. Certes, le vieillissement lui-même explique une partie de ces regrets : la dégradation des forces vitales et parfois mentales fait naître une nostalgie de la jeunesse, laquelle est revécue à travers un prisme favorable. Mais un autre mécanisme - cognitif - a été identifié récemment.
 
            A l'Université Harvard, Elisabeth Kensinger et Daniel Schacter ont constaté que, chez les personnes âgées (entre 62 et 79ans, dans cette étude), une zone cérébrale, inerte chez les plus jeunes, s'active lorsqu'elles doivent mémoriser des images agréables et plaisantes.
            Cette zone, le cortex préfrontal médian, est utilisée habituellement, lorsque l'on imagine un objet, une action ou un concept en rapport avec soi-même, qui vous concerne particulièrement.
            Les personnes âgées vont ainsi avoir tendance, si elles doivent mémoriser une image agréable, par exemple d'un moelleux au chocolat, (miam !), à se voir elles-mêmes en train de manger ce gâteau. Ces images mentales s'appuient sur des souvenirs positifs du passé.
            Au contraire, les images négatives ne produisent pas cette prise de position autocentrée et risquent moins de raviver des souvenirs associés. Dès lors, Ie passé est ravivé plus souvent par des émotions positives.
 
            Ce mécanisme permet de comprendre la mémoire sélective.
            C'est au contact du présent que le passé se reconstruit en permanence: les motifs de satisfaction présents font resurgir des images positives du passé, lesquelles sont ainsi consolidées, puisque nos souvenirs non répétés s'effacent peu à peu, llors que la répétition d'un souvenir le consolide.
            En revanche, les expériences ou images désagréables survenant dans le présent
ne provoquent pas ce rappel d'événements passés négatifs, parce que le cortex préfrontal médian ne s'active pas et ceux-ci, s'ils ne vous ont pas traumatisés, passent peu à peu dans l'oubli.
            C'est vrai que les images de ma jeunesse m'apparaissent belles, et pourtant, c'était la guerre et ensuite les privations qu'elle a engendrées. Oui mais j'étais jeune et plein d'espoir !!
 

Vendredi 28 décembre 2012 à 9:13

Biologie, santé.

Aujourd'hui c'est un intermède très particulier.
J'ai trouvé sur le magazine "la Recherche", de très belles photos de l'évolution d'un foetus jusqu'à la naissance.
Alors je me suis contenté de scanner ces photos et le commentaire associé.


http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/nais1.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/Nais2.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/naiss3.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/nais4.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/nais5.jpg

       La nature est quand même une chose extraordinaire.
        Quand on pense à toutes les transformations chimiques qui depuis neuf mois ont construit cet être, et au potentiel qu'a son cerveau, on se dit qu'on a une grande responsabilité, car c'est à nous en particulier qu'il incombe ensuite de l'éduquer et de le rendre intelligent, et de déterminer en partie sa vie future.
        Aujourd'hui où je suis vieux, je me rends compte que la plupart de ce que j'ai pu réussir dans ma vie, je le dois en grande partie, à ce que m'ont apporté mes parents et grands-parents, et mes professeurs, quand j'étais enfant, en m'éduquant, m'instruisant et me donnant des habitudes de vie.

Jeudi 27 décembre 2012 à 7:41

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Temoignageraconteznousvotrepireruptureamoureuselarge.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Divers/ruptureamoureuse300x225.jpg
















            A toutes les vacances de Noël, je rencontre le même problème.
            Des jeunes filles du lycée ou entrées à la fac en septembre ont connu un jeune homme et ont cru au grand amour. Elles ont 17 ou 18 ans et pas encore beaucoup d'expérience.
            Les semaines ayant passé, l'habitude a miné la nouveauté et ils ne s'entendent plus. Le jeune homme ne voulait pas s'engager sur la durée, la jeune fille en demandait trop, cela engendrait des disputes et le climat s'est détérioré.
            Alors les vacances arrivent et avant elles, l'un ou l'autre a rompu.
            La jeune fille s'ennuie, regrette de n'être plus aimée et pleure son amour perdu. Puis comme ce sont les vacances, elle a le temps d'écrire et se souvient que le vieux singe que je suis, écoute les malheurs de ses "guenons" et essaie de les consoler, mais aussi de les conseiller pour qu'elles se sortent de l'ornière.
 
            Je l'ai dit souvent et je le répète.
            A votre âge, on s'éveille à l'amour et donc on est avide de savoir ce que c'est, d'avoir des expériences, de trouver quelqu'un pour qui vous comptiez, qui vous cajole un peu.
            Et puis c'est une raison de se sentir indépendante, de sortir du cadre familial, de goûter à la liberté (au moins en apparence), de s'affirmer, de découvrir la vie (qui malheureusement a ses joies et ses peines).
            Alors quand, parmi vos camarades de lycée ou de fac, il y a un garçon amusant, baratineur et de plus qui a une mignonne gueule, il n'en faut pas plus pour que vous vous croyiez amoureuse de lui, et pour peu qu'il vous montre de l'intérêt, vous vous jetez dans ses bras, sans même le connaître.
            Oui mais, vous n'avez pas les mêmes valeurs, les mêmes goûts, la même façon de vous comporter, vos personnalités sont différentes et de plus, une fille aspire le plus souvent à un amour si possible durable, alors que le garçon se contente d'une aventure et pour rien au monde ne s'engagerait.
            Et c'est cet ensemble qui fait que même si vous avez beaucoup d'amour pour lui (si tant est qu'on puisse aimer quelqu'un qu'on ne connaît pas), lui ne ressent qu'une attirance, et votre insistance à vouloir le garder l'agace, et il n'a qu'une envie : que cette aventure se termine.
 
            Quand c'est un garçon relativement volontaire qui veut maîtriser les événements, (il est de préférence cérébrale J, voyez mes articles à ce sujet), il vous dit carrément qu'il en a assez et il vous quitte.
            C'est évidemment le grand malheur et vous venez pleurer sur mon épaule (virtuelle).
            Mais cela s'arrange assez vite car il vous a vexée en vous larguant, n'a pas été très adroit par manque d'expérience.
            J'écoute ce que vous me dites et dans 95 % des cas, je sais que c'est irrémédiable et qu'il n'y a plus d'espoir et que le problème c'est de guérir vite.
            Alors la meilleure façon c'est de canaliser votre colère, que vous lui en vouliez un peu que ce soit lui le coupable, et que j'arrive à vous faire perdre l'admiration que vous aviez pour lui, que ce ne soit plus l'amour aveugle, que vous arriviez à voir les différences qu'il y avait entre vous.
            Vous ne lui trouvez plus toutes les qualités, il n'a plus toutes les excuses que vous lui prêtiez amoureusement, votre indulgence se transforme en accusation et l'amour s'est tout à coup dissous comme du sucre dans l'eau.
            Vous remettez votre mouchoir dans votre jean et dans quelques semaines, vous serez tout à fait guérie et prête à tomber dans les filets d'une nouvelle amourette, tout aussi belle à ses débuts que la première.
            J'ai des chances de revoir venir la moitié d'entre vous d'ici quelques mois, avant les vacances de Pâques ou les grandes vacances !!!
 
            Mais le pire et là où j'ai peur d'échouer, c'est lorsque votre amoureux est un garçon timide et gentil, qui de plus, ne sait pas prendre de décision (il est de préférence P, privilégiant la prise d'information, mais ne sachant s'en servir pour décider).
            Il sait prendre l'information, il sait donc où en est votre couple, il sait que le mieux est que votre aventure cesse, mais, il n'a pas le courage de faire cela lui même.
            Alors il tergiverse, il culpabilise, il sait qu'il vous fait mal, mais il ne se décide pas à mettre fin à votre relation. Il faudrait que ce soit vous qui le fassiez.
            Seulement, comme il est gentil, comme il vous écoute et vous console quand vous pleurez, car il ne veut pas avoir l'air méchant, vous êtes toujours amoureuse de lui et persuadée qu'il va revenir vers vous.
            Alors quand il voit que vous ne voulez pas rompre à sa place, il s'énerve et vous dit des choses méchantes et vous ne comprenez pas ce qu'il lui prend.
            Là je suis assez démuni, car la seule solution serait de vous montrer la réalité, que vous n'êtes pas faits pour un amour durable, mais vous êtes toujours sous le charme, dans un amour aveugle, et donc vous ne me croyez pas, vous êtes dans vos sentiments subjectifs et mes arguments logiques et objectifs ne sont pas probants, car ce n'est pas ce que vous voulez entendre.
            Vous voudriez que je vous dise que tout va redevenir normal, et je ne peux vous le dire, car je sais que ce n'est pas vrai.
            Alors la seule solution est que je vous console un peu quand cela va trop mal, parce qu'il a été méchant, jusqu'à ce que vous vous aperceviez que malheureusement, il ne vous aime plus, même s'il a encore de l'amitié pour vous et surtout pas beaucoup de courage.
 
            Certaines d'entre vous ont eu affaire à des garçons manipulateurs, qui ne cherchaient manifestement qu'une aventure. Contrairement à ce qu'on pourrait croire ce ne sont pas les cas les plus difficiles, sauf s'il y a eu un gros traumatisme.
            Là, quand il vous largue et que vous prenez conscience de vous être fait avoir, vous êtes en colère, votre amour se transforme presque en haine et dans quelques semaines au plus, il ne restera plus que la blessure d'amour propre d'être tombée dans le panneau.
 
            J'ai quand même parfois des cas plus graves, et j'en dirai quelques mots dans un prochain article, sous l'angle psychologique.

Mercredi 26 décembre 2012 à 8:08

Politique, économie, religion.

Je lisais dans la revue "La Recherche", un article intéressant sur la natalité dans le monde. Il m'a paru intéressant de vous en parler, au lendemain de la Nativité.
           
            Un premier graphique élaboré par l'Organisation mondiale de la santé donne la répartition du nombre moyen d'enfant par femme en âge de procréer.
Les disparités sont grandes d'un continent à l'autre, mais la moyenne se situe à 2,5 enfant par femme, soit deux fois moins qu'en 1950 et le taux le plus bas est en Europe1,58, alors que la France est à 2. L'Afrique a le plus fort taux avec 4,39.
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/fecond.jpg
 
            Par contre l'Afrique est le continent où les enfants en bas âge meurent le plus.
Le taux du graphique indique le pourcentage d'enfant de moins de 1 an qui décède, en moyenne 4% (1 sur 22), ce qui est élevé, et c'est l'Europe qui a le taux le plus faible 0,6%.
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/mort.jpg
 
            Le troisième graphique indique le nombre de naissances de garçons pour 100 filles.
La nature est bien faite car le nombre de morts d'hommes jeunes est supérieur à celui des femmes, et donc la nature rétablit l'équilibre.
            Par contre les pays asiatiques ont des chiffres très supérieurs (inde, Chine), en raison d'une politique culturelle qui entraîne systématiquement des avortements des enfants de sexe féminin.
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/h.jpg
 
            En fin le dernier schéma donne le nombre de prématurés, qui augmente de façon continue, et représente aujourd'hui 11,1 % en moyenne. La répartition est assez curieuse.
Les USA sont une anomalie sans doute due au grand nombre de fécondation in vitro, qui y sont pratiquées.
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/VO.jpg
 
            Je pense que nous aurions fort à faire au plan santé en Afrique notamment.

            J'ai trouvé aussi dans ce numéro de la Recherche, de superbes photos du développement du fœtus que je vous montrerai dans un prochain article.

 

Mardi 25 décembre 2012 à 7:33

Divers

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/BouledeNoel.jpg


          Parmi mes correspondants et correspondantes, les pessimistes pensent avec regrets au passé et les optimistes avec crainte au futur.
J'espère qu'aujourd'hui, vous ne penserez qu'aux présents.

http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/chatons.jpg

Lundi 24 décembre 2012 à 7:46

Paysages

Derniers paysages de grands lacs en intermède :

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/StJean.jpg







Le lac Saint Jean, au Canada, dans le Québec, aux belles couleurs de forêts.









http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/routedeslacs.jpg








La route des lacs longe de nombreux lacs de la Nouvelle Zélande, bordés de montagnes enneigées.







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/kananaskis.jpg




Entourés des neiges et des glaces des Montagnes Rocheuses, les lacs Kananaskis, au Canada, sont des réserves privilégiées de flore et de faune.








http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/Powell.jpg






Le lac Powell aux USA entièrement artificiel, permet d'admirer une centaine de canyonsdu Colorado.







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/Moraine.jpg






Dans la province d'Alberta, au Canada, le lec Moraine est d'une belle couleur turquoise, due à des particules minérales provenant de l'érosion des glaces.




http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/konigsee.jpg








Le Königsee, se trouve au pied du mont Watzmann, en Bavière, en Allemagne.

Dimanche 23 décembre 2012 à 7:49

Sciences et techniques

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/h2025980221316902401.jpg
     J'avais fait le 16 janvier 2012, un article, quand le monde scientifique était en émoi, car les chercheurs du projet OPERA, avaient mesuré la vitesse de neutrinos et oh stupeur, leur avait attribué, après plusieurs vérifications, une vitesse supérieure à celle de la lumière, ce qui remettait en cause les théories d'Einstein.

     On essayait de les détecter à 732 km de l'accélérateur qui les avait produits, dans un laboratoire enterré sous 1400 mètres de roches au Grand Sasso, dans les Abruzzes italiennes.
     Le temps de parcours devait être de l'ordre de 2,4 millièmes de seconde. En fait les neutrinos sont arrivés avec 60 milliardièmes de seconde d'avance, ce qui correspondrait à une arrivée 20 mètres avant le photon lumineux, si celui ci avait participé à la course.
            D'après ce qu'avait affirmé alors l'équipe de chercheurs, l'incertitude (résultant d'un calcul statistique d'erreurs), ne serait que de 10 milliardièmes de seconde et donc le résultat significatif.

     L'information n'aurait pas dû fiItrer, mais la presse, avide de sensationnel avait révélé et monté en épingle la nouvelle.
     S'en est suivi une grande controverse, des essais utilisant d'autres méthodes ayant infirmé ce résultat.
     Les chercheur d'OPERA ont repassé au peigne fin leur protocole expérimental et, patatras, les neutrinos sont rentrés dans le rang.
     Début décembre, une série de vérifications laissent penser qu'un connecteur de fibre optique était mal branché, fait attesté depuis par une photographie découverte dans un dossier. De quoi surestimer la vitesse des neutrinos. Parallèlement, un défaut d'électronique est repéré, qui agit dans le sens inverse.
     Trois autres expériences faites depuis, les calculs refaits et les gentils petits neutrinos redeviennent de bons petits élèves qui circulent à la vitesse de la lumière.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast