Jeudi 2 mai 2013 à 7:42

Fleurs

                 Nous avons cette année une météo vraiment bizarre. Après un automne très pluvieux, un hiver pluvieux et neigeux, qui s'est prolongé très tard et a endormi la nature, voici quelques beaux jours sans pluie, mais avec des différences de températures énormes, entre matin et soir et entre jours qui se suivent, puis de nouveau beaucoup de pluie.
              Mon jardin sur le toit est enfin fleuri.
              Les fleurs qui étaient en retard s'ouvrent et également celles dont c'est la période normale. Jonquilles et tulipes, habituellement échelonnées sont toutes ouvertes, il y a même des jacinthes, et les forsythias qui auraient dû fleurir en mars, mêlent leur jaune aux lilas et au romarin, qui lui est en avance d'un mois. Quant aux fleurs barbues bleues mauves, ce sont des anémones.
(photo 6).

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003733.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003736.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003739.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003741.jpg






http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003744.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003738.jpg






http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003753.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003754.jpg




















http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1003161.jpg

Mercredi 1er mai 2013 à 9:32

Ecologie, Changement climatique

Plusieurs correspondantes se sont plaintes que les statistiques concernant la pollution par le CO2 et les gaz à effet de serre, étaient peu claires, ne mentionnaient ni dates, ni unités de mesure, et que la plupart dataient de 2004 ou 2007/8.
C’est vrai car c’est la tarte à la crème des journalistes en mal de papier, et que les organismes sérieux qui étudient le phénomène ne sont pas légion.
Par ailleurs les grandes études ont été publiées en 2004 et 2007 et les nouvelles ne paraitront qu’en 2014. Ce n’est donc pas facile de trouver des statistiques intermédiaires et d’autre part la comparaison aux années antérieures est également intéressante.
 
Le présent article n’a pour but que de reprendre des statistiques publiées par l’Institut National de la Statistique français (INSEE), pat l’Eurostat, l’Agence internationale de l’Energie (AIE) et l’ONU, en comparant des chiffres d’il y a 20 ans à des chiffres actuels.
 
Voici d’abord une courbe qui donne l’évolution globale des émissions de CO2dans le monde et compare ces chiffres aux prévisions du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) lors de ses rapports de 1990 et 2007., selon divers scénarios
On voit malheureusement que le niveau d’émission se situe dans les prévisions défavorables et cela risque d’entraîner des élévations de température nettement supérieures à 2 d°C, voire vers 4 d°C.
 
http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie2/emissionsCO22010giec.jpg
 
Voici un tableau qui vous donne par grande partie du monde, le chiffre total d’émission de CO2, et le chiffre par habitant, en 1990 et en 2010 (en millions de tonnes.
Vous pourrez trouver un tableau très complet par pays sur :
http://www.statistiques-mondiales.com/emissions_co2.htm car ce tableau est trop volumineux pour que je le publie ici.
Il s’agit de l’émission de CO2 due à l’utilisation d’énergie : transports, chauffage, production d’électricité, industrie …).

http://lancien.cowblog.fr/images/EnergieClimat2/CO219902010.jpg

La carte mondiale ci dessous résume la répartition des pollueurs mondiaux :

http://lancien.cowblog.fr/images/EnergieClimat2/Image11.jpg
 
On constate que les émissions de CO2 continuent de croître et la hausse entre 1990 et 2010 a été de 40%. Après une pause (-1,3%) due à la crise économique mondiale en 2009, la croissance des émissions de CO2 a repris en 2010 ( +4,7%) et 2011.
Le niveau d'émissions progresse dans les pays émergents (+ 7,6 % au global contre 3,4 % pour les pays développés). Les plus fortes progressions ont été en Chine (+ 10,4 %) et en Inde (+ 9,4 %)
 En valeur absolue, les pays qui émettent le plus de CO2 sont la Chine, les Etats-Unis, l'Inde, la Russie et le Japon. Mais attention, par habitant, la Chine et l'Inde apparaissent encore éloignées des Etats-Unis, de la Russie et du Japon. 
Dans la zone Europe, l'Allemagne a le rôle du mauvais élève en 2010, tandis que la France figure dans la même tranche que le  Royaume-Uni et l'Italie. Toujours dans cette zone, les pays les plus vertueux en 2010 ont été l'Espagne, la Suisse et plusieurs pays de l'Est.
Notons, toutefois, que  les pays développés "externalisent" une grande partie de leurs émissions via leurs implantations industrielles dans les pays émergents et donc par le biais de leurs importations. En outre ces sites pourtant récents ne suivent pas toujours des normes environnementales aussi strictes que dans les pays occidentaux.
 
En 2010, les émissions de CO2 dues à l’énergie par habitant reculent dans les pays développés (– 1,9 %) tandis qu’elles continuent de croître ailleurs (+ 4,5 %). Cependant, l’écart de développement et un accès limité à l’énergie restreignent toujours ces émissions en Afrique (0,9 t CO2 / hab), alors qu’en Chine, elles sont quasiment au même niveau qu’en France (5,5 t CO2 / hab). En 2010, un habitant de l’Europe émet en moyenne 7,3 t CO2, soit 15 % de moins qu’en 1990.
Un Français émet trois fois moins de CO2 qu’un habitant des États-Unis, mais aussi nettement moins en moyenne qu’un habitant des autres pays européens.
Il existe par ailleurs une controverse quant à l’émission de CO2 par la Chine, les pouvoirs publics de ce pays,  le plus gros producteur de gaz à effet de serre, ayant grandement sous-estimé cette production (- 1,4 milliards de tonnes, soit 5% de la production mondiale et 20% de plus d’émission pour la Chine).
 
La quantité de CO2 émise par unité de PIB, appelée intensité d’émission de CO2 par rapport au PIB, recule en 2010 par rapport à 1990 dans toutes les régions du monde (– 24 %), sauf au Moyen-Orient (+ 29 %). En Chine, cet indicateur a été divisé par deux depuis
1990, mais il reste élevé, tout comme en Russie : près du double de la moyenne mondiale.
Il est peu élevé en Europe et la France affiche la deuxième meilleure performance de l’UE, derrière la Suède où nucléaire et hydraulique sont également très développés.
 
En définitive on aperçoit que l’Europe fait des efforts pour réduire ses émissions de CO2, sauf l’Allemagne du fait qu’elle a abandonné le nucléaire, les pays africains restent pauvres et consomment peu d’énergie, mais par contre les pays en pleine croissance et à très forte population comme la Chine et l’Inde, sont un facteur important de cette augmentation.
Le sort du climat est donc très lié aux efforts que feront les Etats Unis et la Chine qui à elles deux, représentent 42% des émissions mondiales de CO2.
 
 
           

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast