Samedi 31 mai 2014 à 8:24

Bretagne

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/pharesmorbihan.jpg
         Lorsqu'on revient de Bretagne, pendant quelques temps on a envie de regarder des images de la mer.
           Alors autant en faire profiter les autres, en intermède.
           J'étais à coté de Carnac, dans le Morbihan, alors je vais vous montrer des phares de ce département, ceux qui guident les navigateurs la nuit, quand ils approchent les côtes et cherchent le chemin d'un port ou d'un abri.
           La carte au début de cet article montre l'emplacement de tous ces phares; je n'en montrerai que quelques uns.

           A part le port de Lorient, il n'y a pas de traffic de gros bateau et donc, ce sont surtout des bateaux de plaisance qui voguent dans ces eaux.
           Par ailleurs les côtes sont souvent assez hautes et donc les phares du Morbihan sont en général assez petits, et il n'y en a que trois en pleine mer.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/Goulfar-copie-1.jpg
           Le plus grand phare est celui de Belle Isle en Mer, au milieu de l'île à Goulphar : c'est une tour de granit de 52 mètres avec un escalier en colimaçon. Il est ouvert au public et la vue est superbe - mais ventée- là haut, mais la rambarde en granit n'est pas très haute et si vous êtes sujet au vertige, ne vous en approchez pas trop. C'est un feu à deux éclats blancs donnés par une optique tournante éclairée par une lampe de 1000 watts.
           Il indique l'entrée étroite de la ria de Goulphar, mais il y a tellement de cailloux dans l'eau que je ne m'y risquerais en voilier, ni par mauvais temps, ni la nuit.
























          Il y a ensuite trois phares en mer : dans l'ordre des photos 

                - le phare de la Teignouse qui indique le seul passage que peut prendre un bateau pour franchir à basse mer la ceinture de rochers qui relie la pointe de la presqu'île de Quiberon aux îles d'Houat et Hoedic (elle s'appelle la "Chaussée du Béniguet").
          Il est petit (20 m), et de faible puissance (180 watts), mais porte à 25 km.
          Pour passer dans le chenal, il faut serrer de près (une trentaine de mètres), le phare sur sa droite en entrant dans la baie.
          Le cuirassé France, qui n'a pas suivi cette consigne a heurté une roche non portée sur les cartes marines, le 26 août 1922 à 1h du matin et coulera dans la baie.

                  - à l'extrémité de la même chaussée du Béniguet, le phare des Grands Cardinaux, au sud est de l'île d'Hoedic, indique que le passageà l'est est possible et qu'au contraire les rocher sont à l'ouest. Sa tour rouge et blanche est haute de 27 mètres, et sa lampe, très modeste (90 watts) porte cependant à 20 km de nuit.

                   - le phare des Birvideaux, sur un plateau rocheux immergé, mais dangereux pour de gros bateaux, au large de la presqu'île de Quiberon, et avant l'île de Groix. Il a été très difficile à construire (54 ans dont 20 ans pour les fondations). Il été destiné à protéger l'entrée vers le port de Lorient.
Il a une hauteur de 30 mètres

Dans le prochain intermède, dans 3 jours,  je vous parlerai d'autres phares du Morbihan.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/LaTeignouse.jpg          










http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/Cardinaux.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/lepharedubirvideaux.jpg

Vendredi 30 mai 2014 à 7:48

Préférences cérébrales

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/introvertieheureux1.jpg

Les articles que je fais de temps à autre sur introverti/extraverti me valent toujours quelques mails de remarques ou de questions.

On m’écrit en particulier que « la société actuelle est faite pour les extravertis ».

Mais en fait ce sont des personnes introverties qui me disent cela. !!

 

Elles ont en partie raison, en apparence du moins.

Les psys disent souvent que « Le système, à l'oral, est fait pour les extravertis. »

Une de mes correspondantes qui avait eu 18 en français à l’écrit n’a eu que 13 à l’oral, et elle en était vexée), car la question l’avait prise de court, car les introverties ont besoin de réfléchir longtemps avant de donner une réponse, car elles veulent qu'elle soit bien argumentée et bien présentée. Elle s’est bien rattrapée depuis : elle est entrée dans les premiers à Normale Sup Sciences, rue d’Ulm, la première école scientifique française.

C’est vrai que dans le primaire ou même au collège, les introvertis sont souvent seuls dans un coin de la cour, lisent ou discutent tranquillement, alors que d’autres parlent tout le temps et jouent à des jeux collectifs et l’on dit d’eux qu’ils sont « sociaux ».

En fait les introvertis ne sont pas asociaux; ils sont juste moins adaptés à la vie en groupe, parce qu’ils ont besoin d’être parfois seuls et tranquilles pour se reposer et réfléchir. Ce n’est pas une question de système, mais de tempérament.

 

En fait c’est vrai, l’enfant a besoin de relations sociales pour se construire, et donc l’école, surtout maternelle et primaire, a un rôle de socialisation.

Alors, c'est une institution où l'on parle tout le temps, car la pensée de l’homme est structuré autour du langage. C’est vrai que les introvertis sont souvent pris de court par les extravertis qui lèvent tout de suite le doigt et, à force de ne pas être interrogés, ils finissent par se lasser et ne plus se manifester, sûrs de ne pas être écoutés.

Ils risquent alors d'entamer leur estime de soi, d’autant plus qu’il y a parfois sur leur bulletin « Ne participe pas assez en classe », mais ils devraient se rendre compte qu’ils disent beaucoup moins de bêtises que les extravertis qui parlent trop vite, sans réfléchir, poussés par leur tempérament.

Certes les profs interrogent plus volontiers les extravertis, mais ils se réjouissent de ne pas en avoir 30 dans leur classe, car les gérer dans cet espace limité deviendrait vite anarchique, et les profs préfèrent en général les enfants calmes.

 

Bien sûr les réseaux sociaux, les fêtes et anniversaires agités sont plutôt faits pour les extravertis, et les introvertis ne sont pas toujours invités, mais ils préfèrent peut être n’avoir que quelques copains, mais de bons amis et ils se passent volontiers de ces rassemblements où les extravertis populaires et chefs de file passent leur temps à parler, à vouloir être les leaderships et à toujours avoir raison et la barre sur les autres.

Il peut aussi y avoir des cas extrêmes, quand des groupes (où il y a aussi des introvertis mais menés par des extravertis), prennent un introverti pour tête de turc, le traitent de « loser », d’ « intello », et le font passer pour un imbécile infréquentable, l’isolant  à la cantine face à son plateau et lui faisant subir les quolibets de la bande.

Là il faut réagir et l’aider. C’est d’abord aux parents et aux profs de le faire, mais il faut aussi se prendre en charge soi même.

 

Je suis personnellement nettement introverti. J’aime réfléchir et bouquiner, faire de la doc, et les réseaux sociaux et grandes fêtes ne m’ont jamais tenté. Cela a un avantage, seul ou entouré je ne m’ennuie jamais, ayant bien trop de choses à faire et à penser.

Quand j’étais gosse, en classe, je ne levais pas le doigt tout de suite, mais quand je le faisais la réponse était juste, et le prof,; plutôt que m’interroger, m’envoyait au tableau corriger les exercices, et me demandait d’aider ceux qui avaient du mal à suivre.

Mon grand père, qui était ingénieur, me faisait lire des documents techniques puis me les faisait résumer oralement. En première et terminale, mes parents m’ont fait faire du théâtre et cela m’a appris à poser ma voix et à articuler face au public, en le regardant.

J’avais un petit groupe d’amis solidaires et qui s’estimaient et se respectaient et on discutait ensemble de ce qu’on allait faire, et c’est valorisant pour un introverti d’organiser cette discussion. Le sport développe aussi le sens social.

Jeune ingénieur, j’ai eu tout de suite à diriger des équipes, chose difficile au début pour un introverti, mais comme on connaît peu à peu ses collaborateurs, la confiance s’installe, et alors que sur le plan général on reste introverti, dans le petit groupe que l’on dirige, on se comporte comme un extraverti, qui écoute volontiers les autres et essaie de les aider. 

Et le vieux singe aime bien, aujourd’hui écouter, discuter et répondre à ses « guenons » de cowblog.

Le plus difficile c’est de faire un discours lors d’une réunion ou d’une cérémonie, surtout si l’on doit l’improviser. Mais si on le fait souvent et assez facilement sur des sujets techniques qu’on connaît bien, même devant des interlocuteurs importants, on finit par être capable d’improviser un minimum en toutes circonstances, même sur des sujets qu’on connaît moins.

 

Ceci pour vous dire qu’il ne faut pas regretter d’être intro ou extraverti; chaque personnalité a ses avantages et ses inconvénients. Certes en apparence la société actuelle semble, au départ, favoriser les extravertis, mais à l’âge adulte, c’est l’inverse dans certaines professions.

 

Et surtout d’une part il faut que parents et professeurs aident les introvertis à mieux se comporter en groupe et à développer leur confiance en eux, mais il faut aussi qu’ils ne soient pas pessimistes sur leur sort et fassent eux mêmes l’effort nécessaire pour développer leurs capacités d’expression, de communication et de relations sociales.

Mais c’est vrai qu’il faut aider les introvertis à être optimistes et à avoir confiance en eux et empêcher certains groupes de leur nuire.

Jeudi 29 mai 2014 à 8:51

Psychologie, comportement

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/43532995p.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/vengeancedinfirmiere.jpg





















     La vengeance est un plat qui se mange froid, mais encore faut il être bon cuisinier. ! lol

    Dans mes conversations avec mes correspondantes, j’ai assez souvent des récits de vengeances entre filles, et j’avoue, que, même si je leur fais un peu la morale ensuite, cela m’amuse souvent.
    Mais cela m’incite à penser que la recette de ce plat nécessite certains ingrédients.
    Afin de rester discret l’histoire que je vais raconter est ancienne, au temps où j’écrivais sur Tchatcheblog, avant Cow.

    Némésis avait eu un mauvais rhume et avait manqué quelques jours de classe en première, ce qui pour elle était une catastrophe, car elle était parmi les meilleures élèves. Elle avait demandé à sa camarade Aimée de lui une photocopie des cours et exercices.
Mais Aimée, probablement un peu jalouse de sa camarade ne s’est pas pressée et n’a bien voulu le faire qu’au bout de dix jours et après deux autres demandes. Némésis a raté un devoir en classe et en a été très vexée et elle était furieuse contre sa camarade.
    Un mois après, un devoir de maths difficile à faire à la maison et AImée sèche sur la solution et demande à Némésis si elle peut l’aider.
    Némésis est heureuse que sa camarade ait des difficultés; mais cela ne la calme pas pour autant : ce n’est pas à cause d’elle si elle sèche, alors ce n’est pas une vraie vengeance. Finalement elle se décide : elle lui passe une partie de la solution, mais à elle de trouver le reste qui manque.
    Bien sûr Aimée se trompe dans ses calculs et n’a pas une note excellente. Joie de Némésis. C’est mieux, mais encore insuffisant, car Aimée ne peut que s’en prendre à elle même; alors ce n’est pas une vraie vengeance.
    Némésis raconte alors à une autre camarade qu’elle a fait exprès de ne donner qu’une partie de la solution, ce que cette camarade s’empresse bien sûr, de répéter à Aimée. Mais cela ne lui suffit encore pas : Némésis va jusqu’à insinuer auprès de sa camarade qu’elle a fait exprès de fausser un peu sa solution pour se venger de l’attitude  passée d’Aimée.

    Horrible comportement, me direz vous, mais plus courant qu’on ne croit.
    La vengeance n'est pas chose facile, et suppose un dosage habile de certains ingrédients indispensables.
    D'après les psychologues allemands Mario Gollwitzer et Markus Denzler, de l'université de Coblence et de l'université d'Amsterdam, il ne faut pas que l'offenseur souffre de façon fortuite, et encore moins qu’il souffre par la faute du vengeur sans en comprendre la raison profonde, qui est son comportement passé qui a blessé.
    Ils ont pu constater cela en faisant jouer des comparses en partenariat avec des « cobayes », les gains devant être partagés, et les comparses faisaient exprès de garder une partie des gains pour eux seuls. Bien sûr les cobayes étaient furieux.
    On proposait alors deux sanctions possible contre les joueurs supposés indélicats : soit une sanction des organisateurs du jeu, soit c'était Ie joueur offensé qui pouvait imposer une tâche rébarbative à son partenaire.
    Presque tous les joueurs ont choisi la deuxième solution.
    Mais pour qu’ils aient entière satisfaction, il a fallu que les organisateurs affichent clairement que c’était le prix à payer pour avoir gardé une part anormale de l'argent pour eux.

    Difficile, donc, de réussir sa vengeance. ll faut parfois attendre longtemps avant que la lumière se fasse dans l'esprit de la personne qui vous a humilié et à qui vous avez , à votre tour, joué un tour pendable. ce qui laissera le temps à votre vengeance de refroidir encore davantage.

Mercredi 28 mai 2014 à 8:06

Architecture

   Certains villages ou certaines villes aiment colorer leur maison soit à la chaux, soit à la peinture, ou maintenant avec des crépis pigmentés. Le résultat est plus ou moins heureux, parfois un peu violent. Il est ne général plus esthétique, à mon avis, marie au bleu de la mer.
      Voici en intermède quelques photos :

D'abord, le port de Copenhague et ses maisons au bord du canal :

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/1263306dansleportcoloredecopenhague.jpg
BO-Kaap, le quartier malais du Cap, un peu gueulard à mon goût

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/Unknown-copie-3.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/BoKaapSignalhills.jpg













Willemstad, capitale de l'île sous le vent de Curaçao, dans les petites Antilles, possession des Pays Bas.
Ces maisons datent de 1817.

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/Wilhelmstad.jpg
L'île de Burano, près de Venise, célèbre par ses souffleries de verre et ses maisons colorées.

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/buranoveniceitaly1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/IslandofBurano.jpg














La place du marché de laville de Wroclaw en Pologne :

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/wrocc582aw1.jpg
Des maisons peintes à San Francisco : inattendu n'est ce pas !!

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/5443358201205wgsanfranciscohaight.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/ecsanfranciscopaintedladies.jpg















Et enfin des maisons de Valparaiso, deuxième ville du Chili et ses collinbnes peintes

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/Valparaiso.jpg

Mardi 27 mai 2014 à 8:22

Amis et camarades

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/CONSEILSCONTRELEHARCELEMENT2.jpg

       Hier, je vous ai parlé du harcèlement, notamment sur internet et des harceleurs. Aujourd’hui je me mettrai à la place des victime pour trouver des solutions.

       Le harcèlement en milieu scolaire a des conséquences bien connues sur les victimes : augmentation de l'anxiété, symptômes dépressifs, troubles du comportement alimentaire, faible estime de soi, mauvais résultats scolaires, difficultés d'ajustement psychosocial, crainte de fréquenter les lieux scolaires. C'est ce qu'on trouve aussi chez les victimes de cyberharcèlement.
       Certains harcèlements ont mené leur victimes au suicide, et une enquête aux USA réalisée sur 37 fusillades dans les établissements scolaires de l974 à 2000 et sur 41 agresseurs, a révélé ce constat alarmant, que71 % d’entre eux se sentaient harcelés,
persécutés, ou blessés par les autres personnes de leur entourage scolaire avant leur acte.
      D'autres observations montrent que les échanges enflammés, abrupts, hostiles ou agressifs et violents sont plus fréquents lorsque les communications passent par un ordinateur, que lors d’un face-à-face entre agresseur et victime.
      Celle ci est désemparée et sans réaction sur internet, car elle ne sait pas comment agir, alors qu’en face à face elle saurait mieux répliquer et se battre..
      Un jeune malmené, harcelé, est un jeune en souffrance. Il s'agit d'une souffrance psychologique qui entrave sa construction identitaire.
      Alors que l'adolescent est en quête de sa propre identité en imitant, s'identifiant, s’appropriant ou rejetant, les différents traits de personnalité de son entourage, le harcelé, lui, est obnubilé par l’image que lui donnent ses tortionnaires. Réduit à cette image, il n'a pas, comme les autres adolescents, la possibilité d'expérimenter, de se chercher pour se trouver. Le regard de ses agresseurs lui renvoie une image négative de lui-même.
      Cette violence n'est pas à prendre à la légère. Elle peut avoir de graves répercussions sur la santé physique et psychique de la victime. Des signaux visibles émis par le jeune souffre-douleur peuvent apparaître : maux de ventre, maux de tête à répétition, troubles du sommeil, agressivité envers les proches, colères, malaises sur le chemin de l'école, refus de s'y rendre, stratégies d'isolement et d'évitement, mutisme, baisse des résultats scolaires, vêtements abîmés, matériel détérioré ou perdu…

      J’ai eu souvent des plaintes de correspondantes qui étaient ainsi agressées par un groupe d’élèves, qui évidemment les excluaient du groupe, mais de plus incitaient les autres à faire de même et les tournaient en ridicule devant leurs autres camarades.       
     J’ai aussi correspondu avec des jeunes que l’on insultait sur internet, sur lesquels on lançait des rumeurs, ou que l’on ridiculisait de façon humiliante.
    Je ne rentrerai pas dans les détails, ce serait indiscret et n’apporterait rien, mais ce qui m’a frappé c’est que lorsqu’on est ainsi seul(e), isolé(e) et abandonné(e) de tous, on est complètement paralyse(e), incapable de faire face et donc acceptant tout malgré soi, donc encore plus vulnérable.
    Alors que faire si on est ainsi harcelé(e).

    J’ai déjà fait plusieurs articles, les 17 et 27 février 2013 et 2 décembre 2013, sur ce sujet. Je ne reviendrai pas sur les problèmes que j’exposais, mais je me contenterai de quelques conseils.

    Que faire sur internet ?
    - D’abord des mesures de précaution, ne pas converser avec n’importe qui, lorsqu’on met des commentaires sur un blog, essayer de voir si la personne a un site pour voir ce qui y est traité.
    - Rester discret, ne pas donner son nom ou son adresse à quelqu’un qu’on ne connait pas. Ne pas raconter sa vie à n’importe qui.
    - Etre prudent avec une webcam : quelqu’un peut filmer à votre insuou vous choquer avec des images ou gestes et faire ensuite du chantage.   
    - Si votre interlocuteur est désagréable ou commence à vous harceler, cela ne sert à rien de lui demander d’arrêter, cela ne fait que l’exciter.
    - On peut lui voler dans les plumes verbalement , cela en arrêtera certains et cela vous calmera peut être, mais cela risque aussi l’inciter à faire pire.
    - Le mieux c’est de couper le contact et de l’exclure de votre site.
    - Si sur un site autre on dit du mal de vous, ne le relevez pas et n’y allez plus. Dites vous que peu de personnes le verront. Y aller ne fait que satisfaire le harceleur.  Vous pouvez évidemment répondre, mais cela risque d’augmenter le niveau du  harcèlement. Si vous arrivez à tourner en dérision votre adversaire avec humour, en ayant l’air par ailleurs de ne pas souffrir de ce qu’il a écrit, vous avez quelques chances de le faire renoncer.
    - Mais ne faites pas une montagne avec de petites remarques désagréable : ne vous montrez pas susceptible : que l'on se moque gentiment parfois d'un camarade, qu'il y ait parfois des heurts verbaux entre deux personnes, c'est normal.
    Ne prenez pas tropre au sérieux ces agissements. Ce que pensent des imbéciles n'a pas beaucoup d’importance. Ensuite, effacer ces commentaires désagréables. Et si vraiment cela devient insupportable, changer de blog, en créer un autre dont vous ne donnerez l'adresse qu'à vos amis et recopiez y vos articles.
           - Et si vraiment cela va plus loin que vous ne le supportiez, confiez vous à un(e) ami(e), à un adulte en qui vous avez confianve ou à vos parents.
    Il m’est déjà arriver d’avoir une explication avec un harceleur pour lui faire arrêter d’importuner une correspondante.

            Que faire pour un harcèlement en classe ?
    - S’il s’agit de petites moqueries sans grande répercussion, il ne faut pas vous montrer trop susceptible. Ce que j’ai dit plus haut reste vrai.
    - SI un groupe vous prend pour souffre douleur, et si vous avez de bons camarades, allez avec eux et en groupe, ignorez l’autre groupe et serrez vous les coudes.
    SI vous êtes un souffre-douleur isolé(e), parlez en à l’infirmière, à un prof sympa ou à vos parents qui eux verront les professeurs.
    Et dans le cas de vols, rackets, mauvais traitements, il ne faut pas le cacher, il faut porter plainte
.
       
    Ensuite il faut se reconstruire et pour cela ne pas croire tout ce qui vous a été méchamment dit. Il n’y a pas le dixième de vrai. Confiez vous à des amis, discutez avec eux : vider son sac fait diu bien.
    Puis repartez de l’avant : c’est l’avenir qui compte, pas le passé.

    Et un point qu’il ne faut pas oublier, mais je ne peux guère en parler car c’est tout de suite très personnel : un petit ami à l’esprit tordu peut être un manipulateur, un harceleur, et la conduite à tenir est la même, mais c’est plus difficile si vous l’aimez.

Lundi 26 mai 2014 à 8:05

Amis et camarades

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/images-copie-13.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/Unknown-copie-9.jpg











     Mes correspondant(e)s me disent assez souvent qu’ils ou elles ont été harcelé(é)s soit en classe, soit sur internet.
    Cela m’a donné envie de faire deux articles sur ce sujet, pour décrire le phénomène et ensuite voir comment réagir.

    Contrairement à ce que l’on croit souvent, ce n’est pas internet qui a créé le harcèlement
    Avant l'ère d'internet, de nombreuses recherches ont été effectuées sur le
harcèlement classique chez les jeunes dans le cadre scolaire.
    Le harcèlement peut être physique ou psychologique, il implique une intention de nuire de la part de l'agresseur et souvent en se servant de différences physiques, sociales, intellectuelles pour imposer son pouvoir.
    Ses formes peuvent être physiques (pousser, frapper, extorquer des objets ou de
l'argent) ou verbales. L’exclusion sociale d’un groupe est également un cas fréquent du harcèlement, de même que l'atteinte à lo réputation.
    Les travaux de recherche décrivant les auteurs et victimes de harcèlement scolaire indiquaient qu'auteurs et victimes étaient plus fréquemment des garçons, que les auteurs étaient généralement plus forts physiquement, dominants, impulsifs, et avaient souvent des difficultés scolaires. Les victimes semblaient anxieuses, socialement en retrait, isolées, et physiquement plus vulnérables.

    Mais effectivement la venue des moyens informatiques et multimédias a changé la donne, non pas dans l’esprit des harceleurs et harcelés, mais dans la facilité de communication, avec internet et le téléphone portable, et aussi par le bouleversement des habitudes de vie, surtout des jeunes.
    Le « vidéo-linchage », appelé curieusement « happy slapping » aux USA, existe aussi en France depuis 10 ans : c’est une agression collective d’une victime tout en la filmant au moyen d’un téléphone portable, puis à diffuser le film humiliant de cette agression qui, comme un virus, peut atteindre un maximum de personnes en un minimum de temps. Dans certains cas extrêmes, l’agression physique peut être très violente et certaines d’entre elles ont même entraîné la mort de la victime.
Depuis la loi du 5 mars 2007, la diffusion de ces images constitue une infraction pénale passible d'une peine de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 75 000 euros.
    Heureusement ce n’est pas la pratique la plus courante, mais des études américaines montrent combien les phénomènes d’harcèlement sont courants entre jeunes.
    Michele Ybarra, de l’université de Baltimore, a interrogé 1 500 adolescents âgés de 10 à 15 ans utilisateurs d'Internet, et a observé que durant l'année précédente, 35 % avaient été victimes de harcèlement ou de sollicitations sexuelles, tandis que
21 % en avaient été auteurs. Dans une autre enquête auprès de 3 767 adolescents américains utilisant ou non Internet, Robin Kowalski, de l'Université de Caroline du Sud, a observé que, durant les deux mois qui avaient précédé l'enquête, 11 % des jeunes avaient été victimes de cyberharcèlement, 7% en avaient été auteurs et victimes, et 4 % en avaient été auteurs.
    Mais il ne faut pas croire que le cyberharcèlement ait remplacé le harcèlement « classique » en classe. Une étude de Kirk William et Nancy Guerra de l’université de Californie, montrent que le harcèlement le plus fréquent est de loin le harcèlement verbal, à égalité avec le harcèlement physique vers 13 ans alors que le harcèlement sur internet est faible, puis celui-ci augment mais reste très inférieur aux deux autres, lesquels sont alors maximaux vers 15 ans, puis vers 18 ans les trois tendances diminuent un peu.
    Il est difficile de trouver des études françaises sur ce sujet avec des statistiques simples et compréhensibles qui ne mélangent pas tout.
    Par contre on trouve de nombreux articles sur le harcèlement à l’école et le cyber-harcèlement.
    Un site très intéressant : http://www.jeunesviolencesecoute.fr/espace-professionnels/dossiers-thematiques/harcelement-entre-eleves.html

    Laurent Bègue, professeur de psychologie à l’université de Grenoble, a essayé de cerner la psychologie du harceleur : qu’est ce qui pousse un individu à pourchasser un autre, à tenter de le rabaisser, de l'humilier ou de lui faire peur, voire de le frapper.
    Il y a certainement d’abord un problème d’éducation et de fréquentation : certains jeunes croient qu'il est valorisant de harceler autrui, que c'est quelque chose de toléré. Cela résulte probablement d'une absence de discours clair condamnant ces pratiques dans l'entourage familial ou professoral, ou de la fréquentation d'individus pour qui cela ne pose pas de problèmes.
    Les élèves qui se sentent mal à l’école et qui ont de mauvais résultats en classe,
sont peu surveillés par leurs parents, ne suscitent pas l’intérêt des professeurs et sont peu attachés aux institutions et usages de la société. On constate qu’ils sont plus enclins
à devenir harceleurs.
    Un autre facteur est le manque de réaction de l’environnement qui « laisse faire ». et le harceleur peut avoir l'impression que sa victime est isolée, donc sans défense.
    L’usage de l’alcool et du cannabis qui diminue les facultés intellectuelles est souvent un facteur aggravant.
    Le harcèlement est souvent un phénomène de groupe, qui crée un « souffre-douleur », et on peut se demander en quoi un groupe d'élèves se sent suffisamment menacé par un seul enfant pour qu'on lui assigne la place du bouc émissaire.
    Le bouc émissaire occupe la place de celui qu'on exclut, de celui dont personne ne veut, de celui auquel on ne s'identifie pas; on harcèle pour avoir bonne conscience, pour s'assurer qu'on est du bon côté, avec la majorité ; être en groupe contre l'autre permet de renforcer la cohésion, en s’unissant contre un « ennemi » commun auquel on attribue tous les défauts que l'on n'assume pas, mais qui sont le plus souvent ceux du groupe lui même.
    Le bouc émissaire a donc une double fonction : il réveille les blessures narcissiques du harceleur ou du ngroupe, et en est l'antidote.   

    Le harcèlement classique et le cyberharcèlement ont de nombreux points communs, mais le cyberharcèlement se distingue par plusieurs aspects.
    D'abord, par l'implication des filles. Alors que le harcèlement physique est I'apanage des garçons, notamment dans la cour de l’école où les filles sont peu enclines à la violence physique, elles se rattrapent par l’écrit sur Internet, si bien que Ia parité de sexe est atteinte chez les harceleurs.
    Par ailleurs, contrairement au harcèlement classique, qui peut être évité par certains dispositifs de surveillance, le cyberharcèlement ne se limite pas aux murs du collège ou du lycée, et est permanent car, à n’importe quel instant du jour et de la nuit, le harceleur peut faire circuler un courriel ou un SMS malintentionné, ou encore déposer un message dégradant sur la page personnelle de sa victime.
    Surtout le harceleur est à distance de sa victime, son identité éventuellement dissimulée sous un pseudo, et il ne voit pas les réactions de souffrance de sa victime, ce qui l’empêche de culpabiliser ou d’avoir pitié, voire même de se rendre compte des conséquences de son action.
    En outre, contrairement aux harceleurs classiques, les cyberharceleurs n’ont pas besoin d’être plus forts physiquement ou intellectuellement que leurs victimes, et par contre ils peuvent diffuser des des rumeurs ou des photos dégradantes pour la victime
à des centaines, voire des milliers, de personnes.
    L’anonymat qui peut être une bonne chose pour protéger ce qu’on écrit sur un blog, peut être catastrophique en matière de harcèlement. 67% des victimes ne connaissent pas leur agresseur d’après une étude qui montre par ailleurs, par comparaison entre des agressions avec ou sans anonymat, que la violence est deux fois plus grande quand l’anonymat donne l’impression d’impunité.
    Enfin, plus la fréquentation en temps d’internet est grande,  plus le risque d’être victime, voire agresseur est grand.

    Cela dit j’ai parlé surtout des jeunes, mais l’agressivité est une modalité du comportement des êtres vivants et particulièrement de l'être humain, chez qui elle se traduit par la violence principalement vis à vis de ses semblables.

    Certains psychologues se sont demandé si l’éducation actuelle n’était pas en partie responsable de l’augmentation du harcèlement.
    Diverses causes sont avancées : Manque ou diminution de l’activité physique des jeunes, qui détend et fait évacuer stress et agressivité, suppression de tout enseignement moral à l’école primaire (qui pourrait pourtant être fait en respectant la laïcité), manque de sommeil, fatigue des parents dans le cadre de la vie actuelle, manque de sommeil, nourriture trop sucrée qui favorise l’agressivité, mais aussi résidus de produits chimiques et insuffisance d’hydratation, et surtout le manque d’éducation des parents trop laxistes, les traumatismes laissés par les divorces et les familles recomposées, et une société plus violente encensée par les médias : journaux télévisés, films, téléfilms, bandes dessinées…)

     La violence en général et les nouvelles formes de violence méritent toute l'attention des scientifiques et des pouvoirs publics, mais aussi des enseignants et des parents, car elles peuvent menacer le développement social et émotionnel des adolescents, pour lesquels Internet et le téléphone portable occupent une place centrale dans la vie quotidienne.
    Mais un éducation des jeunes devrait être également faite pour qu’ils ne restent pas indifférents aux souffrances d’une victime, et n’hésitent pas à agir
    Demain je traiterai du comportement de la victime, et de la conduite à tenir si l’on est cyber-agressé.

Dimanche 25 mai 2014 à 7:46

Bretagne

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/dinanport1diapocrtpage1colonne.jpg
    En intermède quelques photos de la belle ville de Dinan en Bretagne nord.
    Encerclant la ville, les remparts de granit, dont il reste 2 700 mètres, permettaient l'accès à la cité par 4 portes. Elles sont toujours debout de même que les onze tours fortifiées, et avec le château du 14e siècle, elles dominent fièrement la Rance et permettent à Dinan de garder son aspect médiéval.
    En contrebas, le petit port de plaisance constitue le point de départ de belles balades le long de l'estuaire tandis que là-haut, les maisons à encorbellement sont les vestiges du passé d’une ville moderne.
    Enfant du pays, Bertrand Du Guesclin s'illustre, pendant la guerre de Cent Ans en libérant, tour à tour, la Normandie et la Bretagne. Son cœur repose dans la basilique Saint-Sauveur. Mais une autre personnalité rendit la ville célèbre : Anne de Bretagne qui choisit, au 15e siècle, de s'y retirer après la mort de son mari le roi Charles VIII.   
    Tous les ans des spectacles de chevalerie ont lieu sur les remparts.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/dinramp2.jpg




http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/lesrempartsdedinan.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/pt93259.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/wwwimagesdailleursfr.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/dinan1.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/dinan2.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/3740784.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/Dinan.jpg

Samedi 24 mai 2014 à 8:12

Eveil, sommeil, rêves

 http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/1179744642.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/som24544e.jpg

















     Quand on manque de sommeil, on a des trous de mémoire et des difficultés à apprendre, les erreurs sont nombreuse et la fatigue s’accumule, la concentration est de courte durée et on a des difficultés pour lire ou écouter et réfléchir, et on décroche souvent dans les conversations.

    Vladgslav Vgazovskig et ses collègues, de I'Université du Wisconsin, ont découvert que le cerveau est alors déjà en partie endormi, même si nous ne le savons pas et que nous semblions, aux yeux des autres, éveillés. 
    C'est ce que l'on appelle dormir debout.
    

    Les neurobiologistes  ont implanté dans le cerveau de rats de laboratoire 16 électrodes recueillant l'activité des neurones en diverses zones cérébrales, et ont soumis
les animaux à des périodes de plus en plus longues de privation de sommeil. Ils ont constaté que certains neurones entrent dans un état caractéristique du sommeil, notamment l’émission des ondes lentes caractéristiques du sommeil lent.
    Certaines parties du cerveau des rats dorment déjà, alors même que les animaux déambulent dans leur cage et réalisent divers tests, dont les résultats sont de plus en plus mauvais au fur et à mesure que le nombre de groupes de neurones endormis augmente.

    Les pertes d'attention et les baisses de performances généralement attribuées au manque de sommeil résulteraient ainsi du fait que le cerveau dort en partie, présentant une mosaïque de zones éveillées et endormies, le véritable sommeil nécessitant une fusion de toutes ces zones.
    Un tel état intermédiaire de semi-sommeil pourrait servir à reposer alternativement des groupes de neurones, sans priver l'animal sauvage de sa capacité à veiller sur son environnement et de se protéger contre l’action d'éventuels prédateurs. Chez d'autres animaux, tels les dauphins et de nombreuses espèces d'oiseaux, un des deux
hémisphères cérébraux dort pendant que l'autre veille. Les mammifères domestiqués terrestres, (tels les vaches ou les chevaux par exemple), se contentent de dormir debout.

    Cela vous arrive t’il de vous sentir ainsi à moitié endormi(e) ?

Vendredi 23 mai 2014 à 7:47

Notre cerveau; nos sens; système nerveux

 http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/dauphincommun2.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/Unknown-copie-3.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/musa.jpg





















    Certains aveugles arrivent à se promener sans jamais heurter un obstacle et ils arrivent à décrire leur environnement dans une pièce par exemple.
    Comment font il
s ?
    lls émettent de petits claquements de langue dont les sons se réverbèrent sur les objets environnants et leur reviennent, leur cerveau analysant ces informations sur la position, la vitesse et la forme des objets environnants.
    Leur cerveau travaille en quelque sorte comme un sonar.

    Lorsque Thaler et ses collègues de l'Université de l'0ntario au Canada' ont étudié les performances de deux non-voyants, lls ont constaté que le premier, aveugle depuis l’âfge de 13 mois, pouvait effectivement repérer un objet avec une précision parfaite dans son environnement, en décrire la forme et en mesurer la vitesse, uniquement avec des claquements de langue.Le second, devenu aveugle plus tard, à 14 ans, présenteait des performance similaires mais moins bonnes.

    Les investigations faites en imagerie cérébrale (IRM), ont montré que lorsqu’ils émettaient des claquements de langue et en observaient les sons, ils activaient la zone du cerveau normalement dévolue à l’interprétation de la vision, à l’arrière du crâne.
    Les milliards de neurones de leur cortex visuel, n'étant plus utilisés pour traiter les signaux lumineux ont été reconvertis pour participer à l’élaboration de cartes mentales en 3D. Les informations utilisées pour la constitution de ces cartes ne sont plus de nature visuelle mais sonore. 
    Les performances supérieures du premier aveugle s'exptiquent par le fait que les connexions entre l’oreille, le centre de traitement des sons et le cortex visuel ont pu se mettre en place plus tôt et, par conséquent avec plus de précision, le nombre de connexions étant vraisemblablement plus important.
    Chez ces aveugles, l'adaptation a eu lieu en quelques années ; grâce à la plasticité cérébrale, les aires visuelles inutilisées ont été reconverties pour traiter les sons de repérage, permettant l’élaboration d’une sorte d’image de l’environnement analogue à celle que nous obtenons habituellement grâce à notre vue.

    Certains animaux, comme les chauves souris, les dauphins, les orques ou les musaraignes utilisent des techniques analogues, l’émission des ons étant faite par un organe spécialisé.

Jeudi 22 mai 2014 à 17:22

     Les chutes d'eau dont j'avais diffusé des images semblent avoir plu à mes lectrices et lecteurs. En voici encore quelques unes en intermède

     Les chutes de Plitvice, en Croatie, se trouvent dans un parc naturel, qui contient 16 grands lacs, reliés entre eux par 92 cascades. Dans cette verdure, nous n'en voyons que quelques unes :

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/2117691chutesdeplitviceencroatie.jpg
      La cascade d'Ouzoud au Maroc descend de 110 mètre de haut en trois paliers, et après plusieurs jours de pluie, l'eau chargée d'argile devient orange

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/2117351cascadesdouzoudmaroc.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/maroctours201105071822044437.jpg











      Les chutes d'Igazu au Brésil, au milieu de la forêt tropicale, sont un ensemble de 275 cascades sur 3km de largeur :

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/2117698leschutesdiguazu.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/800pxIguacu004.jpg



















    Les 7 sœurs sont un massif montagneux de Norvège avec 7 sommets en bord de mer, d'environ 1000 mètres.
Une cascade porte aussi ce nom dans Geirangerfjord et précipite ses sept chutes dans la mer.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/223197les7surs.jpg
      Les chutes de Brida Falls en Nouvelle-Zélande ont 55mètres de haut et font un vacarme assourdissant :

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/2117538lescascadesdemilfordsoundnouvellezelande.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/2118920bridalveilfallsennouvellezelande.jpg



















     La cascade du Grand Galet à la Réunion, ou cascade "Langevin", la rivière du même nom étant souterraine depuis sa source au pied du piton de la Fournaise, jusqu'à sa sortie de terre sur cette cascade.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/2118926cascadedegrandgaletalareunion-copie-1.jpg
      La cascade  Les chutes de Montmorency, au Québec, peuvent s'observer du haut d'un pont suspendu et à partir d'escalier qui descendent d'une colline en face.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/2117479leschutesdemontmorencyauquebeccanada.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/parcmunicipaletregionalcentredinterpretationdelanatureparcdelachutemontmorency259237357.jpg










    Enfin une photo d'une petite chute de France, à Cauteret, dans les Pyrénées, la cascade du pont d'Espagne, avec ses multiples paliers, après être passée sous le fameux pont, réunit les eaux des gaves de Gaube et de Gavarnie.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages5/2118918lacascadedupontdespagnefrance.jpg

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast