Dimanche 11 mai 2014 à 8:32

Absence et retour

 http://lancien.cowblog.fr/images/CarnacPlessis/SCB.jpg

     Aujourd'hui, je pars pour huit jours à Saint Colomban, en Bretagne, près de Carnac jusqu'à samedi ou dimanche prochain.
     Il faut rouvrir la maison endormie pour l'hiver, la nettoyer, couper l'herbe et arracher les mauvaises herbes du jardin, remettre en état le portail et l'entrée, vérifier que tout va bien fonctionner cet été et faire les petites réparations, pour que la maison puisse accueillir les vacanciers de la famille. Et quand même dire bonjour aux oiseaux et à la famille écureuil.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Diapositive32-copie-1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/IMG04132-copie-1.jpg
















    Mais vous pouvez venir quand même sur le blog, j'ai programmé une dizaine d'articles qui devraient être publiés automatiquement.

    Par contre, si vous m'envoyez un message, par mail ou par contacter l'auteur, ou si vous écrivez un commentaire, n'attendez pas de réponse avant une dizaine de jours, car je n'ai pas internet là bas, sauf en juillet-août.

http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/IMG04304.jpg

Samedi 10 mai 2014 à 8:31

Fleurs

   Aujourd'hui, repos et intermède. 
     J'ai trouvé sur internet des photos macros remarquables de gouttes d'eau sur des végétaux.
     Ce sont de vrais tableaux et j'ai donc voulu vous les montrer.

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/macrophotographymikiasai14.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/macrophotographymikiasai6.jpg




















http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/macrophotographymikiasai7.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/macrophotographymikiasai10.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/macrophotographymikiasai17.jpg




















http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/macrophotographymikiasai19.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/macrophotographymikiasai22.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/macrophotographymikiasai3.jpg
   La mémoire des hommes est une qualité très curieuse dont on ne sait pas encore beaucoup de choses, malgré de nombreuses études sur le cerveau.
    J’ai fait un certain nombre d’articles à son sujet (notamment 17, 18 et 20 décembre 2011 et 1er février 2009). 

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/schemememoires.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/memoirepercept.jpg    J’ai en particulier distingué la mémoire procédurale qui gère nos automatismes, (cognitifs, perceptivo-verbaux ou perceptivo-moteurs) où le principal meneur est le cervelet et par ailleurs la mémoire perceptive de nos sensations, la mémoire épisodique de nos souvenirs et la mémoire sémantique de nos connaissances.
    Je vous avais dit que l’administrateur était d’une part le cortex préfrontal, chef d’orchestre de notre cerveau et d’autre part l’hippocampe, professeur et aiguillage de la mémoire, et entre les deux deux relais de stockage à court terme : la boucle phonologique et le calepin visuo-spatial, aux capacités limitées.



http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/3713885.jpg    Enfin je vous avais montré que l’aire dite associative rassemblait les éléments de mémoire visuelle dans deux zones que l’on appelle le quoi (qui identifie les objets) et le où, qui dresse une cartographie des lieux et images.

    Localiser un individu dans le métro par GPS, sur une carte par satellite, voire dans son parcours de navigation sur lnternet, c'est facile.
    Mais peut on savoir où il est en observant son cerveau?




    À l'Université de Londres, des neuroscientifiques ont utilisé les derniers perfectionnements de l'imagerie cérébrale IRM, pour visualiser le cerveau d'une personne en train de se déplacer dans un décor de réalité virtuelle.
    Ils ont analysé d’une part les informations qui apparaissaient dans l’hippocampe et d’autre part les neurones de la mémoire associative du « où ».
    Dans ces zones, les neurones s'activent en fonction du lieu où nous sommes. À chaque emplacement que nous occupons dans notre environnement, qu’il s'agisse de l'angle de la rue, du supermarché, de la chambre à coucher ou de la salle de bains, un groupe de neurones bien particulier entre en action pour chaque lieu.
    Ainsi, il existe dans notre mémoire « où », comme dans notre hippocampe, une carte neuronale du monde physique qui nous entoure et où nous allons, c'est-à-dire une correspondance étroite entre des neurones et des lieux. 
    La correspondance est tellement étroite que, dans une seconde partie de l'expérience, ils sont arrivés à reconnaître où se trouvait le joueur dans son environnement virtuel, rien qu'en observant la minuscule zone de son hippocampe qui s’activait.
    Mais évidemment pour surveiller un individu on ne peut lui mettre un appareillage d’IRM autour de la tête et il est beaucoup plus simple d’utiliser un émetteur radio ou un GPS.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/caricature.jpg
 

Jeudi 8 mai 2014 à 8:07

Photos, photos comiques

      Aujourd'hui comme intermède, je vous montrerai des photo envoyées à Buzzly par des parents, qui montrent les pires bêtises de leurs enfants.

     Je me suis dit que je l'ai échappé belle de ne jamais connaître cela, ni avec mes enfants, ni avec mes petits enfants.

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques3/1yes620x.jpg


































http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques3/cannonsmithblogspotcom620x.jpg






 






















http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques3/tumblrn3061oCgUG1sn7lxto11280620x.jpg































http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques3/annebaklt2620x.jpg




















http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques3/elombriknet620x.jpg

























http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques3/lipstick620x.jpg


























http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques3/thecouch620x.jpg































http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques3/failsch620x.jpg

Mercredi 7 mai 2014 à 7:53

Psychologie, comportement

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/femmesadmirantunenfant1897marycassattcartepostaler5d8021a16fd84bf4ab7187ff2e69e7e4vgbaq8byvr324.jpg

    Je ne suis pas encore arrière-grand-père, mais j’ai 3 frères et sœur, 4 enfants et 8 petits enfants, et j’ai donc vu un certains nombres de nouveaux nés dans la famille, plus quelques uns chez dea amis ou dans l’immeuble où j’habite.
    Bien sûr toutes les personnes de la famille, hommes ou femmes s’intéressent à l’enfant, parce qu’il est de la famille, mais je ne sais pas si vous avez observé un groupe de jeunes hommes et de jeunes femmes dans une réunion, où l'on amène un nourrisson.
    La plupart des jeunes femmes se bousculent et s'extasient. « Quel chou ! Qu’il est
mignon ! Il a de baux yeux; de jolies petites mains toutes fines. Il ressemble à sa maman ! »
    Les hommes, pendant ce temps, après avoir considéré d'un air surpris cette incompréhensible manifestation de vénération enfantine, s'en vont discuter de sport, d’automobile ou de leur travail.

    Les psychologues de l'Université de Saint Andrews ont montré que ce phénomène était un problème d’hormones.
    Ils ont par exemple montré à de jeunes femmes des visages de bébé plus ou moins attirants et présentant des différences certaines.
    Les femmes ont beaucoup mieux détecté ces différences que les hommes, mais cette faculté diminuait considérablement après 50 ans, chez les femmes ménopausées, et  par contre était encore meilleures chez les femmes qui prenaient la pilule, laquelle augment le taux de progestérone et d’œstrogènes.

    Ce résultat est logique, puisque les estrogènes et la progestérone reproduisent l’environnement hormonal de la femme enceinte, l’organisme se préparant
 à ma venue d’un probable nouveau-né.
    Pour les hommes, c'est au moins une explication possible de leur relative inaptitude à s'extasier devant le premier poupon venu, s’il n’est pas le leur ou celui de la famille..

    La naissance d'un enfant est généralement la concrétisation d'un désir profond et puissant. Elle est aussi, le plus souvent, le fruit d'une histoire d'amour, d'une rencontre entre un homme et une femme. Mais l'envie de maternité rrelève aussi d’aspirations très inconscientes, propres à l'histoire de chaque femme.
    Il existe dans le désir d'enfant une dimension nettement biologique dont la privation peut entraîner de véritables phénomènes de manque et de frustration chez la femme, car c’est une manifestation hormonale et elle est beaucoup moindre chez l’homme, qui ne portera jamais l’enfant dans son corps.
    Cette cause biologique du désir d'enfant ne doit cependant pas faire négliger tous les autres aspects, notamment psychologiques à l'origine du désir d’enfant, car ils  sont nombreux. Accomplissement de la féminité, envie de donner ce que l'on a pas reçu soi-même, compenser un déficit affectif et surtout fonder une famille avec celui dont on partage la vie.
    C’est ce dernier désir qui est plus important chez l’homme. Certes il y a une part inconsciente, commandée par l'impératif biologique de dissémination de son capital génétique. Mais la part consciente du désir d'enfant est généralement corrélée à la stabilité économique, au désir de transmettre des valeurs et surtout d’avoir un lien plus profond avec sa compagne.
    D’ailleurs quand les enfants ont grandi et quittent le nid familial, un grand vide se produit au sein du couple, et il faut trouver une autre occupation, un autre lien commun, si on ne veut pas le mettre en danger

Mardi 6 mai 2014 à 8:35

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/utopie.jpg

    Une enquête parue dans le « Nouvel Observateur, m’a laissé perplexe et inquiet.
    Il s’agirait des idées des grands patrons de la Silicon Valley, aux USA qui voudraient instaurer une société à leur image, technologique et libertaire et évidemment avec des habitudes de riches américains.
Un autre article du Courrier International a aussi traité en partie ce problème.
    Ils voudraient créer les « cités marines », ne dépendant d’aucun gouvernement ni pays, où la technologie serait le crédo et où ils pourraient régner en maîtres, et instaurer leur propres lois et créer une monnaie électronique, digne des pires jeux de bourse, le "bitcoin"..
    Face à la faillite des économies occidentales, les fondateurs et dirigeants de Microsoft, Google, Facebook, Amazon ou Apple … et leurs financiers californiens, pensent qu’ils feraient mieux que les hommes politiques, car ils pensent que les gouvernements de la planète sont incapables de suivre le rythme de leurs innovations et d’apporter les changements qu’elles portent en elles. Ils rêvent donc de s’émanciper des lois qui s’appliquent à tous.
    Ils ne sont même pas tendre entre eux, puisque Dominique Nora, du Nouvel Observateur, montre une vidéo du fondateur de l’entreprise Counsyl, Balaji Srinivasan, (qui est spécialisée dans les identifications d’ADN et la génomique), lors d’une conférence devant des PDG intitulée "Silicon Valley’s Ultimate Exit », qualifiant les Etats-Unis de "Microsoft des nations" : un géant désuet et obsolescent, destiné à être balayé par l’histoire.  « Quand une entreprise de technologie est dépassée, vous n’essayez pas de la réformer de l’intérieur, vous la quittez pour créer votre propre start-up ! Pourquoi ne pas faire la même chose avec le pays ? »
    Dominique Nora cite aussi les propos de Larry Page, le cofondateur de Google
    « Il y a beaucoup, beaucoup de choses importantes et excitantes que nous pourrions faire, mais nous en sommes empêchés parce qu’elles sont illégales […] En tant que spécialistes de la technologie, on devrait disposer d’endroits sûrs où l’on pourrait essayer des choses nouvelles et juger de leurs effets sur la société et les gens, sans avoir à les déployer dans le monde normal. »
    Jimmy Wales, le créateur de Wikipédia, prône une culture libertaire, qui stigmatise l’Etat et les impôts et sacralise la liberté individuelle, "droit naturel" qu’elle tient pour la valeur fondamentale des relations sociales, des échanges économiques et du système politique.
    Ni de droite ni de gauche, ce courant politique est "hyperlibéral" sur le plan économique, et "hyperlibertaire" sur le plan des mœurs. Les libertaires militent pour la pure loi capitaliste, la liberté complète des échanges et la coopération entre individus. Ils dénoncent impôts et taxes et rejettent toute forme de redistribution de richesses. Le rôle du gouvernement fédéral, à leurs yeux, devrait se limiter à la défense nationale, aux affaires extérieures et à la justice.
    Un sondage de l’institut Gallup du 14 janvier 2014 indique que 24% des américains seraient favorables à de telles idées et Ron Paul, député républicain du Texas et ex-candidat à l’élection présidentielle, veut abolir la banque centrale américaine – la Federal Reserve – et prône le retour à l’étalon-or.
    Certains des partisans de ces théories restent dans le cadre de la légalité, comme Tim Draper, partenaire de la société de capital-risque Draper Fisher Jurvetson (qui a financé des succès comme Hotmail, Skype ou Tesla Motors) veut proposer au suffrage populaire, un éclatement de la Californie en six nouveaux Etats à part entière, dont la Silicon Valley et le Nouvel Obs cite ses propos :
    « La Californie taxe beaucoup ses citoyens pour une performance médiocre, nous explique-t-il. Parmi les 50 Etats américains, la Californie est celui qui dépense le plus pour l’éducation, alors qu’elle ne se classe que 46e pour ses résultats. Elle compte parmi les Etats qui consacrent le plus d’argent aux prisons, alors qu’elle affiche parmi les pires statistiques en matière de récidive ».

    Mais d’autres vont beaucoup plus loin : Dario Mutabdzija et Max Marty, ont créé la société BlueSeed pour contourner la loi américaine sur l’immigration et veulent fonder en 2014, un village incubateur de start-up, avec une communauté de geeks vivant et travaillant sur un navire géant ancré à la limite des eaux territoriales américaines, au sud de San Francisco.
Le Seasteading Institute a collecté 1,5 million de dollars auprès du multimilliardaire libertaire Peter Thiel, (le fondteur de Paypal), pour étudier un projet « sûr, financièrement abordable, confortable et modulaire » d’île flottante. Ces micro-communautés, où le prix du foncier avoisinerait 4.000 euros/m2, développeraient leur économie autour des technologies de l’information, mais aussi du tourisme médical, de l’aquaculture et des énergies alternatives et il recherche des candidats dans le monde entier. Patri Friedman, qui a créé cet institut « seul le système politique sclérosé et ses vieilles lois terrestres empêchent de résoudre les grands problèmes de notre civilisation. Repartir d’une feuille blanche permettrait de libérer le génie inhérent à la race humaine. Des "esprits éclairés formeraient des centaines de cités-laboratoires, pour expérimenter, et ils inventeraient de nouvelles formes de gouvernance et développeraient les technologies permettant de "nourrir les gens qui ont faim, enrichir les pauvres, guérir les malades, restaurer les océans, nettoyer l’atmosphère, se débarrasser des énergies fossiles."

    Ces propos m’inquiètent et je trouve scandaleux qu’ils soient tenus par les dirigeants de multinationales qui ont déstabilisé des industries entières, (et notamment la téléphonie, la musique, le cinéma, la télé, la publicité, les médias), amassé des milliards, et ne paient pas les impôts dans les pays où leurs sociétés gagnent leur argent. Que de plus ce sont des sociétés qui viennent piller vos données sur votre ordinateur, suivent à la trace tout ce que vous faites, et s’immiscent de manière de plus en plus intime dans votre vie quotidienne…
    Pour moi, qui étais ado lors de dernière guerre, leurs propos libertaires d’expériences sur les humains, me rappellent ce que disaient les nazis et les exactions et crimes qu’ils ont commis.
    Ces multimilliardaires du numérique et de la finance, enivrés par leurs performances boursières et leur spectaculaire réussite personnelle, se croient les maîtres du monde et oublient qu’ils doivent leur fortune à ceux qu’ils ont exploités, et représentent un danger pour la démocratie, une sorte de techno-fascisme.
    Je ne crois guère, en regardant leur mode de vie ostentatoire et leur soif de pouvoir, qu’ils se soucient des malheureux et de les faire profiter un tant soit peu de leur bonne fortune.
    Le gros problème c’est que leurs sociétés qui dominent toute la technique d’information électronique, peuvent à leur gré, paralyser les pays.


http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/7193631microetatsvillesflottantesleprojetfoudesmaitresdumonde.jpg

Lundi 5 mai 2014 à 8:02

Histoires drôles

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/images-copie-23.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/fetefemmepaslachecommefeteL2.jpg









     Aujourd’hui, intermède pour se reposer un peu, tous les trois ou quatre jours.
    Je publie beaucoup de photos trouvées sur Google, mais pour changer ce sera un texte, qui a été écrit par Lancelot Feral. Il est censé donner des conseils aux jeunes femmes sur le « fonctionnement intellectuel de l’homme ». Il est à la fois très macho, mais aussi très critique sur le niveau de culture et d’intelligence des hommes. Le mieux est d’en sourire car c’est évidemment une caricature à gros traits

1.Les hommes ne lisent pas dans les pensées.

2. Pleurer, c’est du chantage.

3. Exprimez-vous clairement ! Laissez-nous vous l’expliquer une fois pour toutes :

4. Les sous-entendus subtils NE MARCHENT PAS !

5. Les sous-entendus moins subtils NE MARCHENT PAS !

6. Les allusions claires NE MARCHENT PAS NON PLUS!

7. Oui et Non sont des réponses parfaitement acceptables pour pratiquement toutes les questions.

8. Venez nous voir quand vous avez un problème mais seulement si vous avez envie qu’on trouve une solution. Si c’est pour vous écouter vous plaindre, il y a les copines pour ça.

9. Tout ce qu’on a pu dire il y a 6 mois ou plus est non recevable dans une engueulade. En fait, tout commentaire qu’on ait pu faire devient nul et non avenu au bout de 7 jours.

10. Si tu penses que t’es trop grosse, c’est probablement vrai. Alors ne demande pas.

11. Si quelque chose qu’on a pu dire peut être interprété de 2 façons et que l’une d’elle vous rend triste ou en colère, on voulait dire l’autre.

12. Vous pouvez SOIT nous demander de faire quelque chose, SOIT nous dire comment vous voulez le faire. Pas les deux. Si vous connaissez déjà la meilleure façon de le faire, vous n’avez qu’à le faire vous même.

13. Dans la mesure du possible, dites ce que vous avez à dire pendant la pub.

14. Christophe Colomb n’avait pas besoin qu’on lui montre le chemin. Nous non plus…

15. Tous les hommes voient seulement 16 couleurs, comme les paramètres par défaut de Windows.

16. Par exemple, « pêche » est un fruit, pas une couleur. Pareil pour pomme et citron. On n’a aucune idée de ce qu’est le fuchsia.

17. Si on vous demande ce qui ne va pas et que vous nous répondez « rien », on agira exactement comme si tout va bien. On sait que vous mentez, mais on s’en branle.

18. Si vous nous posez une question à laquelle vous ne voulez pas qu’on réponde, attendez-vous à une réponse que vous ne voulez pas entendre.

19. Quand on doit aller quelque part, quoique vous puissiez porter convient parfaitement…vraiment. Vous avez ASSEZ de fringues.

20. Ne nous demandez pas à quoi on pense à moins d’être prête à parler de foot, de bagnoles ou de jeux vidéo.   


http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/GibDurdurPinouInegalitesok.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/parite-copie-1.jpg

Dimanche 4 mai 2014 à 8:23

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/efan.jpg

    Avec 2% des émissions mondiales de CO2, soit autant qu’un pays comme l’Allemagne, le trafic aérien est un facteur non négligeable du réchauffement climatique, et en tablant sur un triplement du trafic mondial d’ici à 2050,  les émissions de gaz à effet de serre du secteur pourraient être multipliées par trois ou quatre.
    Biodiesel, électricité, restes de plateaux-repas transformés en carburant…, les idées ne manquent pas pour donner à l’aéronautique des reflets verts, mais ce n’est pas si simple que cela. La dernière goutte de pétrole sur Terre ira probablement dans un avion commercial à long rayon d’action.
    On a beaucoup parlé de l’avion « solaire », mais c’est un leurre. Quand on calcule l’énergie nécessaire à un long courrier, il faudrait que l’avion ait une surface de dix terrains de foot au moins pour implanter des panneaux solaires, ce qui est ridicule.
    On a fait des essais avec des biocarburants réalisés à base de sucre de canne et ce serait une solution possible, qui certes rendrait moins dépendant du pétrole, mais ne résoudrait pas le problème d’émission de gaz à effet de serre et par ailleurs utilise des ressources utiles à l’alimentation des hommes.

    Une étude intéressante a cependant été présentée à la télévision il y a quelques semaines : un avion électrique à batteries l’E-FAN. Sa présentation officielle à Arnaud Montebourg, a eu lieu le 25 avril à Bordeaux Mérignac.
    Certes c’est un tout petit avion, mais c’est une première avancée.  Il mesure 6 mètres de long, 9,5 mètres d’envergure, il est capable d'atteindre 220 km/h et 160 km/h de vitesse de croisière et dispose d'une heure d’autonomie. Il décolle à 110 km/h. Il peut emmener deux personnes. Il pèse entre 550 et 600 kg au décollage.
    C’est Airbus-group (EADS), qui a lancé cette étude, et a ensuite fédéré plusieurs entreprises :

    - la PME Aéro Composites Saintonge (ACS), spécialiste dans la mise en œuvre de matériaux composites, et qui assure, dans son atelier de Saint Sulpice de Royan, la transformation de tous les matériaux composites à matrice thermo-durcissable (résines polyester, vinylester, époxy, fibres de carbone …). Elle a déjà travaillé sur des ULM, sur des projets de dirigeables et de drônes, et de très petits avions monoiplaces classiques ou électriques comme « CRICRI ».
    Elle a fabriqué une structure remarquable en fibre de carbone pour l’E-FAN, fuselage et ailes, qui ont été entièrement dessiné et conçus pour la propulsion électrique, notamment au plan aérodynamique et qui est extrêmement légère.
    C’est son pilote d’essai qui a effectué en mars 2014 les premiers vols d’essai.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/eFanhangar1420130522lo.jpg    - la grosse société SAFRAN, peu connue du grand public, qui connaissait mieux les deux sociétés qui ont fusionné en 2005 : SNECMA, fabricant de réacteurs pour avions et SAGEM,spécialiste de mécanique, d’électricité et d’électronique, très célèbre pour ses centrales inertielles équipant de nombreux avions et fusées civils et militaires.
     SAFRAN est en charge de l'ensemble moteur, deux propulseurs électriques de 60 kw, actionnant des hélices carénées pour atténuer le bruit et accroître le rendement et la sécurité.

    En outre on peut alimenter un troisième moteur au décollage, qui propulse directement les roues et permet donc de gagner plus vite en vitesse.
   
    - le CEA et la société SAFT, spécialiste de piles et batteries, qui a conçu des batteries lithium-ion, qui fonctionnent sous 250 volts, situées dans le début des ailes (120 cellules de 4 volts et 40 ampère-heure).
   

    - la société Zodiac chargée de la gestion de la distribution électrique,

     Airbus Group, maître d'œuvre, sous-traitera auprès de Daher-Socata, concepteur d'avions d'affaires légers, le développement, l'industrialisation, les essais en vol et la certification de l'E-fan, en liaison avec la Direction Générale de l’Aviation Civile.
    Daher Socata développera deux avions l’E-Fan2 et L’E-Fan4 de 2 et 4 places, qui seront fabriqués dans une nouvelle usine à Mérignac à partir de 2018. Il est prévu d’en produire environ 80 par an.
    La complexité d'un tel projet, c'est de trouver la bonne solution pour les batteries, car elles pèsent lourd et plus on ajoute des kilos, plus on fait perdre de l'autonomie à l’avion, et actuellement, pour avoir l'énergie apportée par 1 kilo d'essence, il faut 30 kilos de batteries. On espère atteindre une autonomie d’au moins 3 heures d'ici deux ans.

    L’E-fan devrait servir essentiellement d’avion école et d’entraînement, car son autonomie est compatible avec la durée de leçons de pilotage, et il ne consomme en une heure que 2 € d’électricité contre 40 € de carburant environ.
    De plus le bruit sera très faible, alors que c’est le principal grief vis à vis des petits aéroclubs.
    Le marché est porteur car on estime qu’il faudra former 650 000 pilotes dans les 20 prochaines années.

    EADS ambitionne de créer un appareil de 90-100 sièges disposant d'un système de propulsion hybride électrique + biocarburant pour le marché régional, qui volerait en 2030/2050 sur des vols inférieurs à deux heures. Une turbine à gaz propulsée par le biocarburant et située à l’arrière de l’appareil rechargerait les batteries électriques.
    Mais il faut voir que la consommation électrique d’un tel avion, est voisine de celle de plusieurs milliers de foyers.
    L’étude ne sera pas simple, mais c’est un vrai challenge passionnant. Dommage que je sois si vieux. J’aurais aimé y participer !!.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/articleeads.jpg

Samedi 3 mai 2014 à 8:27

Ecologie, Changement climatique

http://lancien.cowblog.fr/images/Vegetation-1/RTEmagicC2883geoeau011atxdam500675749dd4e4.jpg
     Les problèmes de changement climatiques commencent à être reconnus, même si les gouvernements (USA, Chine et Inde notamment) ne font pas l’effort nécessaire.
    Par contre le problème de l’eau n’a pas encore suffisamment retenu l’attention.
http://lancien.cowblog.fr/images/Vegetationarbres2/ressourceseneau.jpg    Même si, dans le monde entier, l’eau semble abondante, plus du tiers de la population mondiale vit dans des pays où l’eau n’est pas abondante ou même rare. Les ressources en eau douce ne sont pas toujours au bon endroit au bon moment et ne sont pas toujours bien gérées. Elles sont pourtant essentielle, d’une par pour la consommation en eau potable, mais aussi pour la nourriture car le principal utilisateur est l’agriculture.
     Comme le changement climatique modifie la nature et la gravité des événements météorologiques, l’incidence et l’amplitude des pénuries d’eau risquent d’augmenter.
    Le graphique ci contre publié par l’Unesco, donne une idée des ressources mondiales en eau.
    La plupart des pays considèrent l’eau comme une ressource presque gratuite.  L’eau d’irrigation est fournie à un prix qui est très inférieur à sa valeur réelle pour la société et les agriculteurs utilisent souvent des quantités d’eau excessives, ce qui peut entraîner un soutirage excessif des nappes aquifères. On constate aussi un certain gâchis de l’eau potable dans nos pays occidentaux notamment.

    Depuis le début du XXème siècle, face à l’accroissement des besoins alimentaires résultant de l’augmentation de la population mondiale et grâce au développement de nouvelles techniques et de nouvelles cultures (maïs, par exemple), la superficie des surfaces cultivées a beaucoup augmenté. et l’agriculture (élevage compris), utilise presque les trois quarts du volume d’eau consommé dans le monde : la consommation mondiale d’eau agricole a été multipliée par 6 entre 1900 et 1975.
    D’une part , pour accroître les rendements on pratique une irrigation massive. D’autre part,  le régime alimentaire de l’élevage entraîne la mobilisation de grandes quantités d’énergie et d’eau par ration produite. Enfin des régimes alimentaires plus riches dus à une orientation croissante du mode de vie, surtout dans les pays occidentaux.
    Les pays qui irriguent le plus sont ceux du sud-ouest asiatique, (plus de 60% des terres irriguées), et certains pays du pourtour méditerranéen, comme l’Italie ou la Grèce.
    Le graphique ci dessous montre la répartition des prélèvement d’eau pour diverses régions et par activité :

http://lancien.cowblog.fr/images/Vegetationarbres2/consoeau.jpg

    La consommation en France par l’agriculture pour l’irrigation, (par submersion, par aspersion ou au goutte à goutte), est de 43% de la consommation globale et de 500 à 4000 m3 d’eau par hectare, par an en moyenne.
    Le CNRS publie la quantité moyenne d’eau, exprimée en litres nécessaires à la production d’un kg de quelques produits, mais j'ai préféré le schéma ci dessous, plus complet, dont Maud m'a fourni la référence (voir com) :


http://lancien.cowblog.fr/images/EnergieClimat2/eaufonctionaliments480x360.png
    Par ailleurs l’utilisation des engrais et pesticides par l’agriculture entraine la pollution de l’eau, qui complique les traitements de l’eau potable.
    Le service public « Eau-France » indiquait que sur la période 2007-2009, sur 204 stations de surveillance de la qualité des plans d’eau en France, au moins un pesticide est quantifié pour :
        - 92 % des points de mesure en cours d’eau 
        - près de 75% en plans d’eau 
        - 70 % en eaux souterraines :        
    et, sur la même période, l’atrazine (herbicide interdit d’utilisation en France depuis 2003) est présente sur : 
        - 45 % des points de surveillance de la qualité des cours d’eau 
        - 10 % des points de surveillance de la qualité des plans d’eau 
        - près de 38 % des points de surveillance de la qualité des eaux souterraines
    Les déjections animales sont aussi un facteur de pollution : sous l’effet du ruissellement de l’eau et de l’infiltration dans le sous-sol, elles enrichissent les cours d’eau et les nappes souterraines en dérivés azotés et constituent une source de pollution bactériologique. (la pollution en Bretagne de l’eau en nitrates en raison des épandages de lisiers de porc, est une source de problèmes bien connue).
   
    Certes l’irrigation est nécessaire, d’une part à certaines périodes de l’année et surtout dans les pays où règne une certaine sècheresse (même dans le sud de l’Europe).
    Toutefois, l'irrigation n’a pas à consommer autant d'eau. Les gains en matière d’efficacité d’utilisation de l’eau sont déjà obtenus en Europe grâce à l'efficacité du transport (la proportion d'eau prélevée livrée au champ) et l'efficacité d'application au terrain (l'eau réellement utilisée par une culture en relation avec le volume total d'eau délivré à cette culture).
    Des modes d’arrosage goutte à goutte sont en particulier très économes.
    Une structure de tarification favorisant les utilisations efficaces ainsi que la suppression des subventions agricoles défavorables peut certainement apporter des réductions significatives de la quantité d'eau utilisée pour l’irrigation dans l’agriculture.
    Changer les pratiques agricoles peut également apporter une amélioration à moindre coût de la qualité de l'eau disponible pour d'autres utilisateurs d’eau, en diminuant les quantités de pesticides et engrais utilisés et leur nature.
    On peut aussi se demander si les animaux pourraient être nourri avec moins de maïs, très consommateur d’eau.
    La formation des agriculteurs serait également souhaitable.
    Il est possible de savoir quelle est la quantité d’eau nécessaire à uneplante donnée et donc de limiter l’eau délivrée pour ne pas dépasser cette quantité de façon importante.

    L’utilisation plus efficace de nos ressources en eau par l’agriculture ne représente qu’une des mesures à prendre pour réduire notre impact sur l’environnement, mais sans elle, nous ne pourrons pas élaborer une économie basée sur une utilisation efficace des ressources, ni construire un avenir durable.
    J’avais déjà parlé de l’eau dans un article du 14/6/2011, et essayé dans un  article du 17/4.2012, de montrer comment on pouvait rendre l’eau potable, après vous avoir décrit, le 16/4/2012 une visite des réservoirs de Paris à Montsouris.
    Mais sur ces questions d’eau potable, Maud, notre chevrette franco-canadienne est bien plus calée que moi, car c’est son métier.
   

Vendredi 2 mai 2014 à 7:26

Architecture

  Rêver de « châteaux en Espagne, c’est faire des projets irréalisables.
    Cette expression date du XIIIe siècle, car l'Espagne, depuis le Moyen-Âge, subissait l'assaut des Maures et, pour ne pas leur faciliter la tâche, avait détruit tous ses châteaux pour que les envahisseurs ne puissent s'y reposer.
    Il en reste cependant un certain nombre et si vous posez la question à Google, vous trouverez quelques jolies photos. En voici quelques unes en intermède:

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/Unknown-copie-2.jpg



Saragosse: la forteresse, seul élément conservé du temps des Maures, construit au XIème siècle.




http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2110688lalcazarrectangulairedetolede.jpg






Tolède : XVème siècle






http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/831917lechateaudesimancas.jpg




  


Le château de Simancas, également de cette époque



http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/manzanarescastle.jpg










  Château de Manzanares el Real construit vers 1470




 
http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/castillomotamedinacampojpg1306973099.jpg

 

 






Egalement du XVème siècle, Le Medina del Campo
http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/ForteresseCoca002.jpg










La forteresse de Coca, toujours du XVème siècle



http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2110688lalcazarrectangulairedetolede-copie-1.jpg











  Grenade : l’Alhambra, le palais rouge, avec ses magnifiques jardins, édifié vers 1350 et qui fut épargné à cause de sa magnificence.
http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/CordoueAlcazar1signee1024x768-copie-1.jpg

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/segoviaalcazar.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/833113lesiteroyaldesaintlaurentdelescurial.jpg
Cordoue : l’Alcazar, construit, à partir de 1330 sur les ruines d'une forteresse maure




http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2110755lepalaisroyaldelaalmudainaauxbaleares.jpg














L’alcazar de Ségovie, construit vers 1200 après la reconquête de Ségovie sur les Maures






 








L’Escurial de Madrid, bien qu'il paraisse d'une architecture récente, date en fait de 1580 environ.












Enfin, à Palma de Majorque : le palais royal La Almudai

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast