Mercredi 10 septembre 2014 à 10:14

Sculpture, musées, peinture

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/citadelle003F01.jpg
      Si vous allez à Port Louis, la citadelle est un monument architectural intéressant, construit par Vauban pour fermer l'accès au port de Lorient, mais ses musées sont remarquables. Elle abrite actuellement le musée de la compagnie des Indes, le musée national de la Marine et des annexes consacrés au sauvetage en mer.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/PortLouisMCI44.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/PortLouisMCI31.jpg













       Le musée national de la Marine présente une belle collection d’embarcations, d’armes et de modèles historiques : dans la salle de l’Arsenal, de très belles maquettes de bateaux et des tableaux et sculptures illustrant l’histoire de la Marine française du 17ème siècle au début du 20ème.

      Le musée de la Compagnie des Indes est encore plus intéressant. Outre de nombreux document sur l'histoire de cette compagnie au Xvii et XVIIIème siècles, on peut voir  des maquettes de vaisseaux, estampes, cartes anciennes, mobilier indo-européen, porcelaines de Chine, cotonnades indiennes, qui sont autant de témoignages de cette incroyable épopée maritime.
     Les maquettes de bateaux sont extraordinaires, car elles sont "en coupe", de telle sorte qu'on voit tout l'aménagement intérieur, des salles à toutes les réserves et cales de marchandises.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/CompagnieIndes.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/P0200803054.jpg


















http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/317imgO250210173844.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/342401.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/0371.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/035thumb2.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/036thumb2.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/040thumb1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/041thumb.jpg

Mardi 9 septembre 2014 à 8:02

Animaux

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/500pxMalpolonmonspessulanus2.jpg
     J’ai vu fin août, près d’une petite mare non loin de notre maison, en Bretagne, une grande couleuvre qui faisait presque 1,50 mètres de long. Ce ne pouvait être une vipère, elles ne font guère plus de 80 cm. Malheureusement je n’avais pas mon appareil  photo.
    Je ne suis pas assez calé, comme l’était mon grand père paternel, qui vivait à la campagne en Dordogne, pour dire de quelle race elle était.
    Peut être que Kaa pourra m’aider.
    Ce n’était pas une couleuvre de Montpellier (photo ci dessus); elle n’était pas assez grosse, n’avait pas de reflets verts et il n’y en a guère en Bretagne. Et puis elle n’était pas toute grise et je ne pense pas que ce soit non plus une couleuvre d’Esculape qui aurait été brun-grisâtre, voire un peu jaunâtre ou verdâtre.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/Natrixnatrix68140923.jpg
    Celle là était brun foncé, mais avait de jolies taches jaune clair sur sa nuque et sur le coté du cou. Ce devait être une « couleuvre à collier », la Natrix. Il y en avait beaucoup en Dordogne près des points d’eau, car elle se nourrit volontiers de batraciens et autres amphibiens, voire des poissons. (mais elle mange aussi des mulots). Et puis ma couleuvre est repartie dans l’eau quand elle a vu qu’elle ne m’impressionnait pas, et elle nageait très bien. On dit qu’elle peu rester une demi heure sous l’eau en apnée. J’aimerais pouvoir faire cela !!
    Il parait que certaines personnes en font des matelotes au vin rouge, comme pour les anguilles.
   

    La couleuvre à collier est une chasseuse qui recherche activement ses proies dans la végétation le long des berges ou dans l’eau, surtout l’été et de jour. La mienne devait être en train de faire son marché ! Mon grand père me disait qu’elle mettait ensuite plus de dix jours à digérer.
    J’ai cherché vainement son nid, mais c’est un peu tard. Les oeufs sont éclos depuis longtemps et je n’ai pas vu de bébé ni d’ado-couleuvre (ils sont adultes au bout de 3 ans).
    Il paraît qu’elle peut pondre jusqu’à cent oeufs ! Je n’en ai hélas jamais vu. (contrairement à la vipère qui garde ses oeufs en elle et est ensuite vivipare, si je puis dire, les petits sortant alors vivants).

    Quand elle m’a vu elle a voulu m’impressionner et me faire croire qu’elle était un vilain serpent : elle s’est aplatie sur le sol pour paraître plus grosse et a remonté sa tête en l’élargissant et en lui donnant une forme triangulaire, comme celle des vipères. Elle faisait un léger sifflement.
    Mais je ne l’ai prise ni pour une vipère, ni pour un serpent à sonnette.
    Alors elle est partie dans l’eau, rapidement et sans bruit.
    Je n’ai pas eu droit à l’un de ses système de défense habituel : elle sécrète une forte odeur en déversant le contenu malodorant de ses glandes cloacales, genre numéro5 de Charogne. Sans doute a t’elle cru que j’avais un masque à gaz en bandoulière.

    D’après mon grand père, si on l’approche trop, elle peut vous donner des coups avec la tête, frapper avec le museau sans ouvrir la gueule, mais elle ne mord pas et n’est pas venimeuse. Seule la couleuvre de Montpellier l’est, mais avec des crochets au fond de sa bouche et est donc aussi inoffensive.
    Et il a vu certaines d’entre elles, terrifiées au point de ne pouvoir fuir, interpréter la « mort du Cygne » version reptilienne, en grande comédienne.
    Le corps noué, la tête renversée, la gueule de travers et ouverte, un oeil glauque et vitreux de merlan frit, elle ne bouge plus une écaille. Il paraît même qu’elle arrive à momentanément stopper les battements de son coeur. Bref une vraie dépouille de serpent, quelle horreur ! (mais j’avoue que je ne saurais pas prendre le poul d’une couleuvre, faut que je demande des conseils à un véto pour ne pas me faire avoir !).

    Je suis repassé près de la mare et j’ai sifflé, mais ma couleuvre n’est pas revenue me voir. Je ne dois pas être son type d’homme ! Trop vieux peut être ? (il paraît qu’une telle couleuvre vit 20 à 30 ans !!).  Mais je ne sais pas si c’était un mâle ou une femelle, ni quel âge elle avait.

    Savez vous d’où vient le nom de la couleuvre d’Esculape?
   http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/ElapheLongissima3.jpg Les Romains vénéraient Esculape, l’ex dieu-médecin grec,  sous la forme terrestre d'un Serpent long et "blanc" ; ils devaient poser à cette Couleuvre des questions sur la guérison de leurs maux, les réponses étant données par l'intermédiaire des prêtres, bien sûr.
    Les couleuvres étaient donc gardées en captivité dans les temples dans des fosses ou des vases de terre.
    En 1798, un arrêté français stipula que les boutons des uniformes des officiers de santé de la Marine devaient être ornés d’un serpent enlaçant une ancre.
    Les caducées de nos médecins et de nos pharmaciens ont conservé cette symbolique. Le caducée se compose d'un faisceau de baguettes autour duquel s'enroule le serpent d'Esculape, et que surmonte le miroir de la Prudence.

Lundi 8 septembre 2014 à 12:11

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/P1D2607134Gpx640.jpg

     Des correspondants m’ont demandé fin août, ce que je pensais de l’affaire Montebourg et du remaniement ministériel. Mais je n’ai pas eu internet pendant quelques jours et donc ce n’est que maintenant que je puis répondre.
    Mais je ne suis, ni un fana, ni un expert de la politique et de l’économie. C’est donc un simple avis personnel.

    J’apprécie Montebourg pour son engagement, sa volonté de redressement de l’économie, et sa promotion des produits français.
    Mais je ne peux approuver sa « sortie », même s’il était convaincu de ce qu’il disait (je ne sais pas quelle est, dans son cas, la part de cinéma que fait tout homme politique).
    A mon sens, dans une équipe, quelle que soit son but, il faut qu’il y ait un chef qui la dirige, fixe des directives et objectifs et organise le travail. il doit consulter ses collaborateurs, laisser libre cours aux avis, à la discussion, aux objections, puis il doit prendre une décision et expliquer pourquoi, surtout à ceux qui n’était pas pour une telle décision.
    Tant qu’on n’est qu’au stade de la discussion, tous les propos sont permis au sein de l’équipe (avec politesse bien sûr et en essayant d’avoir des critiques constructives).
    Mais une fois que la discussion est close et la décision prise, on doit l’accepter et exécuter au mieux. Si vraiment on ne peut accepter de l’appliquer, il faut alors partir de l’équipe.
    Par contre rester au sein de l’équipe et dénigrer à l’extérieur ladécision est du plus mauvais goût : c’est ne pas respecterla solidarité de l’équipe, sans laquelle il n’y a pas de travail possible. C’est encore plus vrai dans un gouvernement, qui estsous les yeux de toute la nation.
    Je comprends parfaitement le souhait d’Arnaud Montebourg, Benoit Hamon et Aurélie Filipetti d’une autre politique et donc de quitter l’équipe, et reprendre leur liberté, mais l’esclandre de Montebourg ne fait pas bon effet. Je trouve normal que le Président et le Premier Ministre, lui ait demandé de quitter le gouvernement.
    Une équipe ou certains de ses membres contestent les décisions, en faisant l’extérieur juge de leur valeur n’est pas gouvernable. Si on ne veut pas revenir sur les décisions, il faut se séparer des contestataires.

    Evidemment ceci ne préjuge pas du bien fondé des décisions et de leur efficacité. Mais là, je suis très mauvais juge, car je n’ai pas les éléments permettant de donner un avis.
    Il m’est arrivé dans mon métier, il y a une trentaine d’années, d’avoir la responsabilité, pendant plus de dix ans, des établissements d’une grosse entreprise industrielle, et à ce titre de fréquenter des hommes politiques, tant au niveau local de ces établissements, qu’à celui du gouvernement, et aussi bien de droite que de gauche.
    L’une des choses qui m’a frappé, c’est l’énormité des contraintes au niveau politiques (et elles sont encore plus grandes aujourd’hui avec l’Europe), de telle sorte que les solutions possibles sont assez peu différentes, quelles que soient les idées politiques que l’on ait au départ et par conviction idéaliste. De telle sorte que les politiques de droite ou de gauche sont souvent très différentes lors des campagnes électorales, mais proches quand il s’agit d’agir.
    L’autre évolution qui me paraît importante est celle des dirigeants d’entreprise. C’était souvent des ingénieurs autrefois et s’il étaient convaincu qu’une entreprise doit être rentable et faire des bénéfices, par contre, ils pensaient que son rôle était aussi de donner du travail et un salaire décent à ses collaborateurs pour qu’il puissent vivre.
    Aujourd’hui les dirigeants d’entreprise sont le plus souvent des financiers et pour eux le seul problème est de faire les profits maximaux, et donc de payer le moins possible de personnels, et le plus bas possible.
    Je ne suis pas sûr que les avantages accordés aux entreprises par le pacte de stabilité se traduise en emplois et je crains qu’il ne serve qu’à augmenter les bénéfices.
   Bien sûr il faut aider les entreprises à être plus compétitives et aménager un certain nombre de contraintes du travail ou de la règlementation, mais encore faut il qu'il y ait encore assez de clients pour acheter leurs produits.
   Je regrette qu'on n'ait pas étudié de relier les charges sociales au chiffre d'affaires au lieu des salaires, car cela diminuerait les charges de ceux qui utilisent beaucoup de main d'œuvre, en les reportant sur ceux qui se contentent de faire de l'argent en important des produits, ou en faisant des opérations financières juteuses, sans pratiquement utiliser de personnel.

    Je pense aussi que nous sommes trop à la remorque de Madame Merkel et de l’’Allemagne, qui a des objectifs très différents des nôtres. En Allemagne c’est l’industrie qui soutient la croissance, en France c’est davantage la consommation des ménages, et par ailleurs la population allemande est en déflation, alors qu’elle augmente en France, ce qui pose beaucoup moins de problèmes pour le chômage des autochtones et notamment des jeunes allemands, (peu importe les alaires des personnes étrangères) mais posera des problèmes de retraites très différents.
    Je pense aussi que l’on n’a pas fait grand chose pour faire évoluer les régimes financiers, non seulement les banques, mais tout le système d’achats de matières premières, denrées et produits, par des intermédiaires , qui ne font que des transferts d’argents par avance, à divers niveaux,  avant même que la marchandise n’existe. On multiplie ainsi le coût des produits, sans aucune valeur ajoutée.
    On n’a pas fait grand chose non plus, pour faire payer les impôts aux grandes entreprises en fonction de leur chiffre d’affaires dans un pays, et elles ont des méthodes, certes légales, mais voisines de l’escroquerie, pour ne rien payer et la somme des gains ainsi effectués, qui ne retourne pas aux états est supérieur aux déficits, qui sont comblés actuellement par la pression fiscale sur les citoyens et les PME et par les économies sur les fonds publics et donc des suppressions d’emploi.
    Par ailleurs que font les USA quand ils veulent diminuer leur déficit et augmenter leur compétitivité : ils font marcher la planche à billet et diminuent la valeur du dollar. Certes cela crée une petite inflation, mais avec retard, et c’est efficace. Mais Madame Merkel ne veut ni déflation, ni création d’euros supplémentaire, car elle a une peur atroce de l’inflation.
   Je crois aussi que les français ont accepter de payer plus d'impôts, de se serre la ceinture, mais à condition que cela permette une amélioration de la situation et notamment du chômage, mais il n'y a pas de résultats, alors c'est la déception.

    Alors personnellement, je ne suis pas tellement éloigné des idées de Montebourg, mais je ne suis pas compétent en économie, et, heureusement pour moi, je ne fais pas partie du gouvernement.

Dimanche 7 septembre 2014 à 9:03

Bretagne

      Je n’ai plus aujourd’hui internet puisqu’on est en septembre et je ne rentre à Paris que dans trois ou quatre jours. Les articles pendant cette période, ont été écrit auparavant et seront postés automatiquement. Je ne pourrai pas répondre tout de suite à vos mails.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/Lorient.jpg

    Je n’ai jamais parlé de Port Louis sur ce blog. C’est une petite ville à coté de Lorient, dans le Morbihan, de l’autre coté du fleuve qui se jette à cet endroit dans la mer, le Blavet, en même temps qu’un autre cours d’eau, le Scorf et dont l’embouchure abrite la rade et le port de Lorient.
    C’est un petit bourg de 2 700 habitants, avec de classiques maison bretonnes ou maisons estivales, isolé entre le Blavet et la rivière d’Etel, et qui ne serait pas très connu s’il n’y avait, à la pointe de la presqu’île un célèbre fort érigé par Vauban, qui abrite aujourd’hui des musées, dont celui de la Compagnie des Indes dont je parlerai dans mon prochain intermède.
    Voici quelques photos du lieu.

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/Unknown-copie-1.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/111007141707.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/ph56portlouis.jpg







































http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/1369070338122325.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/10CitadelledePortLouis.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/2431.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/images-copie-1.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/2873.jpg

Samedi 6 septembre 2014 à 8:47

Préférences cérébrales

   Pour faire le tour des préférences cérébrales et leur influence sur l’entente dans un couple, il nous reste à voir les préférences de fonctionnement : perception et décision.
    Ce sont celles pour lesquelles les préférences opposées ne sont pas forcément un obstacle.

            Perception : sensitive et globale (S/G) :

    Certains d'entre nous, que j'appellerai “sensitifs”, ont un mécanisme de prise d'information et de perception séquentiel utilisant pas à pas, nos cinq sens. Ce sont de bons observateurs, de bons analystes, concrets, factuels, pragmatiques effectuant des essais et utilisant le langage pour décrire ce qu'ils constatent.
    Ils sont à l'aise dans le passé et le présent, mais en général n'aiment pas faire des prévisions.
        Ils ont peu d'imagination, de créativité , d'inspiration,  d'intuition et ne s'y fient pas.
    D'autres parmi nous, que j'appellerai “globaux”, ont un mécanisme de prise d'information et de perception global et plus intuitif, qui utilise aussi nos sens, mais davantage sous forme d'images, de scènes, de compréhension des situations et des phénomènes. Moins bons observateurs, moins concrets, ils admettent l'abstraction et sont sensibles aux schémas, images et théories.
        Ils sont plus imaginatifs et moins fiables sur la réalité des faits, mais au plan des idées sont capables de synthèse et de modélisation.
        Ayant beaucoup de curiosité intellectuelle et de créativité, ils sont plutôt orientés vers l'avenir et vers les projets.
   
    Avoir les mêmes préférences permettra de prendre l’information de le même façon, donc probablement les mêmes informations sur un sujet donné, donc de mieux se comprendre; d’être tourné de la même façon vers le présent et le concret ou vers le futur et la créativité.C’est donc avoir l’impression d’être plus fusionnels.
    Par contre si l’on a les mêmes informations, on apporte moins à l’autre et certaines informations échappent aux deux partenaires. S’ils avaient été de préférences différentes, leurs prise de renseignements feraient l’objet de perceptions différentes et donc se complèteraient. A l‘un l'examen minutieux et détaillé pas à pas, dans le présent et le passé, à l’autre la synthèse, les explications globales la créativité et la prévisions du futur. Donc c'est une force..
    Il faudrait toutefois qu’il y ait communication, échange et donc tolérance et respect de l’autre, car si au contraire chacun défend sa façon de voir les choses, vous allez vous disputer !

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/3475769.png

             Perception émotionnelle immédiate (A/O) :

    Il existe une autre sorte de perception, une "perception immédiate, émotionnelle". (j'en ai déjà parlé dans mes articles des 21 et 27 juin 2007).
    Il est sûrement arrivé à beaucoup d'entre vous de voir une photo, ou des images d'un film, ou d'entendre une musique, de lire un passage d'un roman ou d'une lettre et tout à coup de vous sentir très émue, les larmes aux yeux et cela sans presque savoir pourquoi.
    C'est ce que l'on appelle une “perception émotionnelle immédiate”.
    Le plus souvent c'est une réaction altruiste, vis à vis d'autres personnes, ou de nous même (qui nous apparaît alors comme une personne extérieure).
    Tous n'ont pas la même sensibilité : certaines personnes sont extrêmement sensibles, d'autres paraissent plus froides s'orientant vite vers la perception orientée et raisonnée.

    Venons en à vous et votre petit ami :
    Si vous êtres tous les deux de même sensibilité, vous percevrez à l'unisson, ou de grandes émotions, ou de façon raisonnée.
    Mais si vous êtes de préférences différentes, vous par exemple “A” et lui “O”, certes vous ne vous disputerez pas pour cela, mais il y aura une certaine incompréhension entre vous.
    Il ne comprendra pas vos émotions, encore moins vous larmes, vous traitera de “femme trop sensible”, alors que vous le traiterez d’homme froid et insensible aux émotions
    Et si vous êtes dans la tristesse et stressée, il risque de fortement sous-estimer votre état et de ne pas vous soutenir suffisamment, car lui le sera beaucoup moins.
    J'ai été de nombreuses fois témoin de telles divergences.

            Décision : logique ou valeurs (L/V) :

    Lorsque l’on prend une décision, lorsque l’on fait un choix, le cerveau utilise préférentiellement certains mécanismes, certains critères.
    Deux processus sont utilisés, tous deux étant rationnels, mais différent par les critères de choix utilisés :
    - les critères sont ceux d'une logique impersonnelle (L) : ce sont des principes objectifs, des lois, des règles, une analyse critique et logique; on se pose en juge et on décide “avec la tête”, plutôt en “spectateur”.
On réfléchit avant de décider, aux avantages et aux inconvénients de son choix.
       - les critères sont ceux de valeurs altruistes (V) : la décision est plus subjective et humanitaire; c'est le monde de l'empathie, de l'intimité, de la chaleur humaine et de la persuasion; on se pose en avocat, et on décide “avec le coeur”, plutôt en “participant”.
On décide spontanément en fonction de ses goûts et de ses opinions.

    Avoir les mêmes préférences permettra de discuter des décisions à prendre avec les mêmes processus, les mêmes critères, d’aboutir à des décisions voisines et donc de mieux s’entendre. Mais ce sera évidemment plus difficile si vous êtres tous les deux V mais que vous n’avez pas les mêmes valeurs ni mes mêmes goûts.
    Mais, comme pour la perception, il y aura alors une même approche, alors que si les préférences de décision avaient été différentes, les critères l’aurait été aussi. A condition de communiquer et de ne pas s’opposer la décision aurait été mieux préparée avec plus de chances de réussite, chacun apportant des éléments que l'autre n'a pas vu.
    L’un apporte sa logique et l’autre son altruisme et le sens des valeurs.
   

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/3476639.png


Vendredi 5 septembre 2014 à 9:11

Préférences cérébrales

  Autres préférences qui orientent nos comportements : la résistance au stress avec notamment l’optimisme et le pessimisme,  l’intolérance et l’influençabilité / indépendance d’esprit.
    Comment influent elles sur l’entente dans un couple.?
    Comme pour les autres préférences, les problèmes vont surtout être présents si ces préférences sont de forte intensité, alors que, lorsqu’elles sont de faible importance, on peut plus facilement manier aussi l’attitude opposée.

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/Tolerance.jpg    Pour l’intolérance c’est assez simple :
    Si les deux personnes sont tolérantes, il est évident qu’elles feront effort pour se comprendre et supporter les opinions divergentes de l’autre.
    Si les deux personnes sont intolérantes, si elles ont les mêmes idées ptout va bien, mais si elles sont d’avis opposés, c’est la polémique et la guerre.
    Le cas ou l’une est intolérante et l’autre tolérante est plus intéressant. il est certain que le personne tolérante subit les idées de l’autre. Là encore si leurs idées et leurs goûts concordent, tout va bien. Sinon, elle se révolte ou elle se soumet, mais c’est éprouvant. Alors soit elle tient assez à l’autre pour accepter cette situation, soit à force de subir, la fatigue et la lassitude viennent et la rupture est proche.

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/Schemastresssouspref.png
    Pour l’optimisme /pessimisme, la question est plus complexe, car elle dépend beaucoup de l’influence et la confiance mutuelle entre les deux personnes, de la force et du caractère plus ou moins chronique de leur optimisme ou pessimisme, de leur sensibilité et de leur altruisme, de leur écoute mutuelle et de leur volonté d’aider l’autre, de la qualité aussi de leur raisonnement et de leur pragmatisme.
    Si les deux personnes sont optimistes elles verront la vie en rose ensemble,et tout ira bien sauf si elles sont tellement peu réalistes qu’elles ne voient pas arriver les difficultés, baignées dans leur euphorie.
    Si les deux personnes sont pessimistes, elles risquent de s’entendre et d’être d’accord, mais la vie ne sera pas belle pour elles et l’avenir souvent sombre; il faudrait que l’une deux puisse remonter le moral de l’autre quand elle est dans la période sombre.
    Si l’une est optimiste et l’autre pessimiste, il faudrait qu’elles communiquent suffisamment pour que l’optimiste atténue les idées sombre de la personne pessimiste, ses remords et ses regrets et lui communique une certaine joie, voire un certain humour, et que la pessimiste atténue les vues trop béates et utopique de l’optimiste. Cet équilibre peut apporter une vie agréable et une bonne entente.

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/influencedesautres.jpg
    Pour l’influençabilité/ indépendance d’esprit, l’entente dans le couple dépend beaucoup de l’environnement et de l’esprit de tolérance des partenaires. Il faut par ailleurs examiner de plus près les sous-préférences.
    En général les personnes indépendantes d’esprit s’entendent assez bien entre elles, mais à condition d’avoir des idées assez voisines et d’être tolérantes. Le fait qu’on soit indépendant d’esprit, fait en général admettre que quelqu’un d’autre le soit avec des points de vues différents.
    La sensibilité au jugement d’autrui et la sensibilité à la mode, aux usages et à l’appartenance à un groupe sont importants pour les personnes influençables. C’est une source d’incompréhension pour les personnes indépendantes d’esprit et donc de divergence d’idées et de conflits.
    Si les deux personnes sont influençables et renforcent mutuellement leur préférence, ce souci de l’opinion d’autrui peut devenir un véritable calvaire pour le couple.
L’appartenance à des groupes différents peut également être source de disputes.
    Un autre aspect est l’influence mutuelle de l’un sur l’autre. La personne influençable aura tendance à adopter les idées de celle indépendante d’esprit, ce qui peut soit augmenter leur complicité, soit provoquer un manque de confiance en elle dela personne dépendante.
    A l’inverse,deux personnes indépendantes d’esprit peuvent avoir l’impression que leur couple manque de fusionnement.

    Nous sommes dans un domaine d’entente du couple différent de celui des précédents articles où l’on traitait les préférences E/I et J/P.
    Dans ces derniers cas il s’agissait de mode de vie commune et l’entente de personnes de préférences contraires apparaissait plus délicate.
    Dans le cas des trois types que nous avons traités dan cet article, il s’agit d’idées de conceptions, d’adhésion, ou de représentations, donc de notions plus intellectuellees. Il est donc plus facile d’arriver à des compromis si l’on sait écouter l’autre, essayer de le comprendre et d’aller vers lui.

Jeudi 4 septembre 2014 à 9:03

     La maison a fermé ses volets et s’est endormie pour l’hiver.

http://lancien.cowblog.fr/images/CarnacPlessis/1002124.jpg   

     Table de ping-pong, bateaux, bicyclettes et instruments de jardinage sont rangés dans le garage, de même qu’un peu de bois, pour pouvoir démarrer le feu s’il pleut quand nous reviendrons (après on ira chercher sous le tas dehors !!).
    Ce pauvre garage est bourré à craquer. Même plus la place pour une petite souris. Je l’ai virée dehors, la pauvre !









http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/Diapositive33.jpg  
Le rouge gorge est venu jouer la sérénade de ses « touk-touk » avant mon départ; il n’aura plus sa ration quotidienne de miettes de pain, qu’il venait parfois chercher jusque sous la table du séjour, et les écureuils ne trouveront plus sur le tronc d’un vieil eucalyptus, mort de gelées hivernales il y a quelques années, leur jatte pleine d’eau fraîche où ils venaient boire tous les jours. Mais, en compensation je ne les ennuierai plus avec la fumée du barbecue à midi..
    Papa “Queue noire” et maman “Queue rousse”, sont passés ce matin, mais le jeune ado devait être à l’école, pour apprendre à ne pas laisser tomber par terre les pommes de pins vertes qu’il mange. Je leur ai remis toutes les pommes tombées près du tronc d’un pin, pour qu’ils aient des provisions.



http://lancien.cowblog.fr/images/oiseaux/Unknown1.jpg     
    Les pipits et les petites mésanges continuent à chercher dans les branches des haies, leur ration d’insectes, et le couple de geais et ses deux marmots ne seront plus dérangés dans leur nid dans les pins par nos aller-venues, en essayant de nous faire peur avec leur horrible cri rauque.
    Un goéland vient toujours se percher sur le grand réverbère de la rue voisine.
    Les hirondelles se sont rassemblées pour partir et on voit dans le ciel les vols d’oies et de canards qui partent vers le sud : c’est l’automne qui arrive.
   




   http://lancien.cowblog.fr/images/CarnacPlessis/P1000733-copie-1.jpg Les fleurs se fanent peu à peu et le jardin va aussi s’endormir jusqu’au printemps.
    Le mimosa va finir de fleurir en solitaire, et j’ai donné une dernière fois à boire à mes bignones, qui n’auront plus ses fleurs quand je reviendrai.
   Si les fushias continuent à pousser il faudra ue je les taille pour pouvoir ouvrir mes volet à mon retour.
    Les haies de l’allée au nord sont taillées, avec une de mes filles, nous avons raccourci un arbres qui avait trop poussé et faisait de l’ombre sur la terrasse, et j’ai passé tous les déchets verts au broyeur pour qu’ils se transforment en humus. Le petit bois est coupé à la cisaille et les branches à la scie à chaine. O,n ne manquera pas de bois, mais il faut qu'il sèche car il est vert pour le moment.

http://lancien.cowblog.fr/images/CarnacPlessis/1003827.jpg

















    Aujourd’hui c’est l’autoroute, l’arrêt déjeuner à Rennes et rouvrir appartement et jardin à Paris, puis ranger tout ce qu’on ramène
     Je lirai mes mails demain en région parisienne.
    Je vais retrouver  le travail de la rentrée : gestion de la copropriété et de ses travaux, organisation des conférences et visites techniques  pour des associations.
    Et quelques articles pour le blog.
    J’espère que je pourrai vous répondre d’ici la fin de la semaine.

Mercredi 3 septembre 2014 à 8:32

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs4/P1000537-copie-1.jpg

    Dans l’article d’hier, nous avons examiné les problèmes que pouvait poser dans un couple le fait qu'un des partenaires soit extraverti et l'autre introverti.
    Une autre préférence importante est notre tendance à vouloir maitriser les évènements ou au contraire laisser faire et s'adapter.
    Dans le premier cas, nous privilégions la “décision” et nous appelerons cette préférence “J” comme “Jugement” et dans l'autre cas nous privilégions la prise d'information et nous l'appellerons “P” comme “Perception”.

    Notre amie Bignone est J, mais son petit copain Fushia est P.
    Comment s’entendent ‘ils?

    Voici quelques doléances de Bignone :

              Faut il être ponctuel ?

    « Nous avions prévu d'aller en ville au cinéma à la séance de 14h30 et nous devions prendre le bus à 14h. J'étais à la station à moins dix (en avance comme toute “J”) et j'ai attendu mon petit ami Fuschia.
    Il est arrivé, comme zorro, sans se presser, à 14h20 et bien sûr on n'a eu que le bus de 14h30 et on a dû aller à la séance de 17h du ciné.
    J'en ai marre c'est chaque fois pareil. C’est toujours moi qui attend et lui qui est en retard et trouve cela normal.»

             Peut on se décider rapidement ?

    « L'autre jour nous étions allé dans les magasins. J'avais besoin d'une paire de chaussures, mais je savais ce que je voulais et en un quart d'heure c'était fini.
    Après j'ai suivi monsieur, qui avait besoin de vêtements. On a fait six boutiques, Fushia a essayé 19 pulls et 11 pantalons, mais il y a toujours quelque chose qui ne lui plaisait pas et il n'arrivait pas à se décider, retournait à la précédente boutique pour finalement revenir à la suivante.
    Après mûre réflexion au bout de 2 heures, il a acheté 3 slips blancs, taille S, mais aujourd'hui, il voudrait changer son achat. Je n'irai pas avec lui, je ne veux pas avoir honte !!. »
  
              Peut on prévoir ce que l’on va faire?

    « Les grandes vacances, parlons en. Moi j'aimerais bien savoir où je vais aller car il faut que j'en parle assez tôt à mes parents, et à mon travail.
        Mais pas moyen que Fushia se décide. Il ne sait pas, on verra bien, on a tout le temps, demain est aussi un jour !
    Et cela finira comme l'année dernière, à force d'attendre, tous les campings étaient pleins et nous avons dû nous contenter d’être à 5 km de la me; très pratique!
    Sans parler de Pâques où j'allais en Angleterre pour mon travailet Fushia devait m’accompagner, mais il n'a pas pu prendre le ferry, parce que son passeport n'était plus valable! Le mien je l'avais fait renouveler à temps. J'ai dû y aller seule  et le laisser lui sur le quai ! Bien fait, gouverner c'est prévoir !
    Et puis c'est pénible, il ne décide jamais rien, c'est toujours à moi de le faire... et de me faire engueuler si je n'ai pas pris la bonne décision. C'est trop facile.»

             Faire des projets d’avenir :

      « Et puis j'aimerais bien parfois parler de nous de notre avenir, de ce que nous ferons plus trad. Mais il ne veut pas : l'avenir ne l'intéresse pas. Pourquoi faire des projets, on ne les réalise jamais, dit il. Je finis par croire qu'il ne m'aime pas.
    Comment ai je pu aimer un zigoto pareil ! »

            Le goût du risque ou de la prudence :
            
    « Fushia ne se rends pas compte du risque. Il veut faire du saut à l'élastique et du parapente en montagne alors qu' il n'y connait rien. Il me fera mourir de peur qu'il ne lui arrive un accident. »

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/4146173.jpg

    Bien sûr, j’ai pris un cas extrême, où Fuschia est très « P », et ne ait pas décider et fait de la procrastination, alors que Bignone supporte mal de ne pas avoir tout prévu à l’avance et de se trouver face à l’incertitude. Mais ce n’est pas si rare que cela.
    Il est certain que la préférence J/P est la plus importante pour une bonne entente de tous les jours, car des préférences antagonistes risquent de vous compliquer la vie.

Mardi 2 septembre 2014 à 8:31

Amour et peines de coeur

    On me pose très souvent la question « Vais je m’entendre avec mon (ou ma) petit(e) ami(e) ». Souvent vous ne vous connaissez pas bien et il m’arrive de vous aider à découvrir vos personnalités au travers de vos préférences cérébrales. Mais ensuite vous vous demandez quelles seront les conséquences de personnalités forcément plus ou moins différentes, car on a rarement exactement les mêmes préférences, et de plus chacune de ces préférence peut se décliner en sous-préférence.
    En fait c’est difficile de prédire si vous vous entendrez ou pas, car cela dépend des efforts que fera chacun pour accepter l’autre. On peut simplement donner quelques indications  sur les conséquences de préférences opposées.
    Cela me prendra plusieurs articles.
    Je rappelle les huit préférences que j’utilise : extraverti-introverti (E/I),;optimiste-pessimiste (op/pes); sensitif-global (S/G perception); logique-valeurs (L/V décision); affectif-orienté (A/O perception immédiate émotionnelle); jugement-perception (J/P);
influençable-indépendant (inf/ind); tolérant-intolérant (tol/intol).

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/Shemaglobalpref09jpg.jpg
    Je vous renvoie à mes articles sur mon blog pour leur définition.
    Aujourd’hui, je traiterai le problème de l’entente entre Extraverti et Introverti.

    Il est évident que si vous avez la même préférence, vous avez les mêmes habitudes de vie vis à vis des autres, et vous tirez votre énergie de leur contact (E) ou de vos pensées intérieures (I). C’est donc plus facile de s’entendre. Le problème se pose davantage si vous n’avez pas la même préférence et je supposerai que la jeune Bignone est I et son compagnon, Fuschia est E. Que se passe t’il alors ?
    Il nous faut analyser davantage les comportements.
    Les grands tendances antagonistes d'un extraverti et d'un introverti sont résumées par le schéma ci-dessous. Ce sont en quelque sorte des sous-préférences et elles n'ont pas toutes la même intensité, et il peut même arriver que pour l'une d'entre elles, particulière, un extraverti se comporte plus souvent en introverti ou vice-versa.
http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/3488257.png
    Le problème de l’entente se présente différemment selon les sous préférences.

        Le besoin des autres :

    Fuschia ne peut pas se passer des autres, de discuter, de briller devant eux et même Il se sent bien écrasé dans le métro, car il a tout simplement besoin de n'être pas seul mais avec beaucoup de monde.
    Il insiste pour sortir, voir ses copains, aller à une teuf, sortir en groupe. Bignone a du travail, voudraist lire le dernier roman de Werber, regarder un film, écouter le dernier CD acheté, en vain. Il faut encore l'accompagner dans ces soirées où elle ne participe pas, jouer à ces jeux de rôle idiots, résister aux gens qui veulent qu’on leur raconte sa vie, ou des histoires drôles, et qui n'arrêtent pas de la raser.
    Parfois, lassée, et ayant envie d’être enfin tranquille un peu seule pour se resourcer, Bignone lui dit d'y aller seul, mais est ce que Fuschia ne va en prendre l’habitude, mai elle aimerait qu'il s'occupe d’elle de temps en temps.
    Justement aujourd'hui, je voulais lui dire que j'étais malheureuse et que j'en avais marre, mais il ne m'a pas écouté, il m'a vanté les charmes de notre prochiane sortie à vélo, avec les copains.
    Cela ne se passe pas toujours ainsi heureusement, tout dépend de l’intensité des préférences; mais c’est là où le risque est le plus grand.
    Une personne raisonnablement introvertie peut se montrer à l’aise avec quelques amis qu’elle connaît bien. Alors le problème est que l’extraverti fasse un effort et choisisse bien ses copainspour qu’ils soient aussi des amis de sa compagne.

        Le besoin de parler et de diriger :

    Bignone est énervée et se plaint :   « Fuschia n'arrête pas de parler, même s'il n'a rien à dire. Et il ne m'écoute pas, je ne peux placer un mot, même quand c'est important. Par contre il y a tout un groupe d'amis dont il s'occupe et là il connaît tous leurs états d'âme. Il leur raconte aussi sa vie, notre vie, y compris des détails que je préférerais garder pour nous deux, dans notre jardin secret. C'est horripilant.
    Et puis ce besoin qu'il a de tout vouloir diriger, de tout régenter, y compris ma vie à moi. Il ne se préoccupe pas beaucoup de mes désirs, il dit ce que l'on va faire (avec les autres), et il faut suivre. Et ma liberté, où est elle? On dirait mes parents ! »
    Là encore c’est le cas défavorable; Mais Fuschia pourrait avoir des choses plus intéressantes à dire, et Bignone pourrait au contraire écouter tout en restant silencieuse, comme le souhaite un I, pour réfléchir avant de répondre. Là ils pourraient s’entendre.

         Au service des autres :

    L’extraverti aime la compagnie des autres, les écoute et aime leur rendre service.
Mais c’est surtout en paroles, en discussion; ou une action spontanée, pas très organisée.
    L’introverti peut aussi aimer rendre service aux autres et même écouter leurs problèmes; mais il préfèrera la discussion par mail, où on peut réfléchir à ce que l’on dit. Ses actions seront plus réfléchies, pensées d’avance.
    Sur ce point ils peuvent s’entendre et se compléter.

    En résumé, si vous n’êtes pas exagérément introverti et extraverti, et que vous faites un effort pour écouter l’autre, l’entente sera possible et vous pourrez vous compléter et vous aider mutuellement.
    Mais la pauvre Bignone était très introvertie et Fuschia encore plus exagérément extraverti, alors là, pas facile de supporter l’autre, surtout si en plus on est un peu intolérant.
    Et Bignone me confiait l’autre jour « Je me demande si à la longue, je ne vais pas changer de petit ami et en choisir un qui soit “I” comme moi.
     Eh oui, j'en ai repéré un, discret, qui lit souvent, qui réfléchit avant de parler, qui m'écoute et n'a pas beaucoup de copains. Juste un ou deux amis. Et en plus il a une mignonne gueule !! lol De toutes façons cela ne pourra être pire ! »   

Lundi 1er septembre 2014 à 8:35

Bretagne

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/carteBono.jpg

    Je suis encore en Bretagne; mais je n'ai plus internet et cet article sera publié en "programmé".
    Ce petit intermède concernera une commune du Morbihan près d’Auray, avec un charmant petit port : Le Bono.
    Le domaine du Bono appartenait à des moines et a été vendu au chevalier Pierre de Montigny, en 1669. Situé au confluent de la rivière du Bono et d’un large cours d’eau, la rivière d’Auray, qui aboutit à l’entrée du golfe du Morbihan.    C’était un hameau de la commune rurale de Plougoumelen, habité essentiellement par des pêcheurs, mais séparé du bourg par la rivière, et pour éviter un long détour on construisit en 1835 un pont. suspendu, l’un des premiers du genre, de 96 mètres de long.
    Maintenant désaffecté, ce vieux pont reste une curiosité que visitent les touristes l’été, de même que le port très pittoresque qui a été construit en 1914.  La marée remonte jusqu’à Auray et le port du Bono assèche donc deux fois par jour;, à marée basse.
    En 1945, Le Bono compte davantage d’habitants que Plougoumelen et obtient le statut de commune, avec aujourd’hui 2 150 habitants.
    En 1969 un nouveau pont en acier a remplacé le vieux pont, de 285 mètres de long et surtout 26 mètres au dessus de la rivière du Bono.
    Le Bono est aussi connu en Bretagne pour la conception etla fabrication de bateaux en bois originaux, aux voiles rouges, les « forbans », qui ressemblent aux « sinagot » de Séné.http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/225301-copie-1.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/bono.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/lebono56.jpg



























http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/bonob.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/lebonoca.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/LeBono-copie-2.jpg

























http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne3/thumbsbonoj.jpg

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast