Samedi 31 janvier 2015 à 7:57

Photos, photos comiques

Mes enfants on fait tout jeunes,du judo. L'un de mes fils était ceinture noire et mes deux filles ceintures marron.
       Moi j'en avais fait un peu à l'X, mais je n'avais pas osé m'y remettre. A 40 ans on n'est plus souple et j'avais peur qu'ils me cassent en deux !! LoL
      En classant de vieux documents, j'ai trouvé un "code du judo" qui leur avait été donné, et je vous en montre les images :

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/Judo1.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/Judo2.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/Judo3.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/Judo4.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/Judo5.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/Judo6.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/Judo7.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/Judo8.jpg

Vendredi 30 janvier 2015 à 9:22

Biologie, santé.

Je vois de plus en plus de personnes écouter de la musique dans le métro, grâce à un « casque » muni d’écouteurs et relié à un baladeur; et chose horrible j’entends leur musique alors que je suis en face à un mètre. Cela ne me gêne guère, mais je me représente le niveau sonore qu’ils ont dans les oreilles pour que je l’entende ainsi.
    Il m’arrive d’écouter de la musique sur un casque alors que j’écris, parce que je ne veux pas déranger mon entourage, mais si je pose le casque sur la table, je ne perçois plus rien. Et pourtant le niveau sonore que j’avais était très suffisant, et si je l’augmente, cela devient très vite insupportable.
    Alors je m’imagine ce que ces personnes - jeunes et moins jeunes- peuvent entendre, et les dégâts que cela peut faire à leur ouïe.
    Je lisais sur une revue médicale que le nombre de trouble précoces de l’audition était en très forte augmentation. Il semble que la Ministre de la Santé réfléchisse à introduire dans sa loi Santé deux mesures pour lutter contre la surdité des jeunes :
        - d’une part limiter le niveau sonore des casques
        - d'autre part «encadrer les sons émis dans des salles fermées à l'occasion de concerts»
    Par ailleurs, du 19 janvier au 8 février aura lieu la « semaine du son », au cours de laquelle sera faite une sensibilisation aux dangers d’excès de niveau sonore.

    J’ai déjà fait plusieurs articles sur le fonctionnement de l’oreille et les sons, ainsi que les dangers correspondants (19 et 20 avril 2008; 19 octobre 2008; 13 août et 17 décembre 2013). Je ne répèterais donc que l’essentiel, sous une forme plus simple.

    Un instrument de musique, notre voix, un moteur, un haut parleur…. induisent des mouvements périodiques des molécules de l'air environnant et donc des variations de pression, avec une certaine fréquence et une certaine intensité, en relation avec celles de l'objet en vibration. Les molécules de l'air en se cognant les unes contre les autres, transmettent ces variations de pression. Le mouvement périodique induit par l'objet en vibration va donc se propager dans l'air à une vitesse de l'ordre de 365 mètres / seconde : c'est ce qu'on appelle le "son".
    Les fréquences sont comptées en nombre de vibrations par seconde (Hertz; un Hz = une vibration par seconde)
    L'oreille va être plus ou moins sensible à ces variations de pression et donc aux sons de diverses fréquences, en général de 20 à 20 000 Hz, avec un maximum de sensibilité vers 1800 Hz.
    En acoustique on utilise une unité d'intensité bizarre : le décibel (db)
    On prend pour référence la pression correspondant au plus petit son P min., audible par l'oreille à 1000 hz de fréquence. Pour un son dont l'intensité correspond à la pression P son, le nombre de décibels est lié au rapport des deux pressions Pson / P min.
    C’est une échelle logarithmique : chaque fois que l'on ajoute 20 au nombre de décibels la pression est multipliée par 10.
    Ainsi entre un son de 0 db et un son de 120 db, (6 intervalles de 20), la pression est multipliée par 1.000.000.
    En pratique voici une échelle de sons concrets :
http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/sonsdb-copie-2.jpg
    Les sons d’intensité trop importante détruisent dans notre oreille des cils vibratiles qui détectent les diverses fréquences de sons, situés dans l’oreille interne  à l’intérieur d’un « colimaçon », la « cochlée »
    La cochlée est une cavité remplie de liquide, qui contient des cils vibratiles : une rangée de 3 500 cellules cillées "internes”  et  trois rangées de chacune 4 000 cellules cillées "externes” qui modulent la stimulation acoustique en changeant de longueur.
    Ces cils font à la fois une analyse de l'intensité des sons et surtout une analyse de fréquence, qui va permettre leur interprétation.   

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/4298159.jpg
    Gros danger, quand les sons sont trop intenses (plus de 120 db, ce qui peut se produire près des baffles dans une boite de nuit ou avec les écouteurs d'un baladeur), les cils vibratiles cassent et ceci définitivement et l'audition devient défectueuse.

    On distingue 3 étapes dans la progression d’une surdité :
        Première étape en jaune sur le graphique,
   
La surdité commence par une encoche à la fréquence 4000 Hz. les
fréquences de la parole sont peu touchées
    La perte est de l’ordre de 30 Db. Mais le sujet ne se doute pas du début d’atteinte auditive. La découverte est faite lors d’examens systématiques
        Deuxième étape en orange sur le graphique,
    Les fréquences aiguës de la conversation sont touchées. La lésion s’étend vers la fréquence 2000 Hz.
    Lorsque la perte atteint 30 dB pour cette fréquence, le sujet commence à remarquer sa surdité, il fait répéter.
    Le sujet se renferme sur lui même, il ne communique plus facilement.
        Troisième étape en rouge sur le graphique,
    La surdité est profonde et irréversible, la gène sociale est très forte.
Toutes les fréquences sont atteintes, même le 5000 Hz dont la perte dépasse 30 Db. 
    Le défaut de perception de la parole est important. La surdité est sévère et profonde. La gène sociale est très forte.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/decibelsoreille.jpg

    Le temps d’exposition au bruit est très important. On peut définir une « dose de bruit »
    La même dose est atteinte, en 8 heures pour 80 db, en 30 minutes pour 92 db, en 7 minutes pour 98 db, en 30 secondes pour 110 db et en 2/10 de seconde pour 122 db

    Les performances de l’audition diminuent aussi avec l’âge.
    Mais au sortir d'un concert qui peut dans de nombreux cas atteindre les 110 db, vous avez une audition aussi dégradée que la mienne à 83 ans !!

        Evidemment c'est vrai également pour toute personne travaillant dans un milieu sonore très élevé de machines (par exemple un marteau piqueur, un chaudronnier....mais aussi certaines motos et tondeuses à gazon).
    Et les musiciens des grands orchestres portent souvent des protections dans l’oreille pour atténuer l’intensité des sons.

    Toute personne qui, à la suite d'un concert bruyant a souffert de sifflements d'oreilles ou de bourdonnements (on appelle cela des acouphènes), est une personne dont les qualités auditives ont été atteintes pour quelques heures ou définitivement.
Lorsque l'on souffre de tels désagréments, il est déjà trop souvent trop tard, le mal est fait, et même si cela n'est pas immédiatement perceptible, c'est généralement irrémédiable.
     Dans un pareil cas, vous avez moins de 24 heures (limite extrême, 72 heures) pour trouver un ORL, spécialiste de ce genre d'accident, et vous faire traiter dans l'urgence. Après c'est trop tard !

Jeudi 29 janvier 2015 à 8:09

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/INF468083ee929e11e4abb788d26eb8f340805x555.jpg

  
  Deux correspondantes me disent avoir lu des articles disant que, selon une étude américaine, deux tiers des tumeurs cancéreuses seraient le fruit du hasard et ne pourraient pas être évitées et me demandent ce que j’en pense.
    J’ai consulté certains des articles en cause et une fois de plus, les journalistes en question ont voulu faire du sensationnel et n’ont pas cherché à comprendre ce qu’ils avaient lu.
    Il aurait été souhaitable que les articles en question aient été faits par des personnes ayant une culture scientifique et qui sachent ce que veut dire le « hasard » (ou aléatoire ), et comment on peut mettre au point des médicament et plus généralement la prévention et la thérapeutique.

    Il est très difficile de savoir pourquoi un événement se produit, quand il peut avoir des causes multiples. En général au niveau d’un individu (un cas particulier), on ne peut rien dire. Au niveau d’une population (un grand nombre), on peut faire une statistique.
    C’est difficile de mettre en lumière certaines causes parmi d’autres. On peut mettre en œuvre des méthodes statistiques particulières qui permettent de mettre en lumière certaines causes, à condition quelles soient relativement importantes par rapport aux autres.
    En fait, cela est bien plus compliqué, car ce qu’on met en lumière ce ne sont pas des « causes », mais des « corrélations statistiques », c’est à dire en simplifiant, que les chiffres varient dans le même sens, c’est à dire que deux phénomènes sont probablement « liés ».
    Mais cela ne veut pas dire que l’un est la cause de l’autre. Par exemple il y a corrélation entre la mortalité des vieillards et les dépenses de chauffage (plus on dépense en chauffage, plus il y a de morts !). Alors en déduirez vous que pour que les vieux meurent moins, il faut ne pas les chauffer ? !!! LOL
    Sans doute le temps froid favorise t’il certaines maladies.
    Et il y a même des cas où toutes les corrélations qu’on peut mettre en lumière ne correspondent à aucune cause pertinente. On ne sait pas à quoi est du le phénomène, même si son apparition correspond à une loi statistique.
     Par exemple un phénomène qui se produit dans une population selon une loi de Gauss, cela signifie seulement qu’il y a une multitude de causes multiples, qui n’ont toutes qu’une faible importance relative.   
    On dit alors que le phénomène est « aléatoire », et se produit au hasard.

    Les travaux auxquels font allusion ces journalistes sont ceux de deux chercheurs américains Cristian Tomasetti et Bert Vogelstein du Johns Hopkins Kimmel Cancer Center de Baltimore, publiés dans la revue Science du 2 janvier 2015
     L’étude américaine a sélectionné 31 cancers dont les données statistiques étaient disponibles et ils ont étudié le renouvellement des cellules souches à la base des organes en cause, puis ils ont comparé les statistiques des deux phénomènes.
    Ils ont trouvé que pour 9 de ces types de cancers, une cause très nette était déterminée, et que notamment dans ces neufs cas, la division des cellules souches de ces organes était beaucoup plus importante que dans les autres cancers. C’est la cas du cancer du poumon des fumeurs, du cancer du colon, du cancer de la peau et des rayons UV…………
    Par exemple, le rôle de produits cancérigènes tels le tabac reste majeur : pour le cancer du poumon, le risque « spontané » est multiplié par 70. Le tabac est impliqué dans 17 types de cancers, et il est responsable de plus de 20 % de la mortalité due à ces maladies dans le monde.
    On sait donc que dans ces cas, la dynamique de renouvellement des tissus est un facteur « essentiel », et que les causes qui agissent sur cette division, sont prépondérantes. On peut donc trouver des mesures de prébvention.
    Dans les 22 autres cas (par exemple pancréas, cancer du poumon des non fumeurs…), on ne pouvait mettre en lumière une cause prépondérante. (encore que, pour le cancer du poumon des non-fumeurs, on ne sait pas s’ils étaient exposés à un tabagisme passif).
    Alors on peut dire que la part du hasard est grande puisqu’on ne connait pas de cause prépondérante et qu’on ne sait pas à laquelle (ou lesquelles) des causes multiples ces cancers sont dus.
   
    En fait on peut aller plus loin. puisque dans ce cas du poumon, que l’on soit fumeur ou pas, les cellules souches sont les mêmes et se divisent à peu près de la même façon.
    La cause du cancer des non-fumeurs, pourrait alors être imputé à des mutations au niveau de l’ADN des cellules souches. Et on considère que ces mutations sont aléatoires

    Finalement donc la conclusion de l’étude est donc simplement la suivante :

    Sur les 31 cancers étudiés, 9 d’entre eux correspondent à des organes dont les cellules souches se divisent plus intensément et on peut isoler des causes prépondérantes. Donc on peut mettre en œuvre une prévention.
    Sur les 22 autres, on ne peut mettre en lumière de telles causes et on a supposé qu’ils étaient dus à des mutations cellulaires aléatoires.
    Effectivement on sait qu’il n’y a pas de cancer des rares tissus dont les cellules ne se renouvellent pas.
    Puisqu’on ne connaît pas les causes prépondérantes, on ne peut mettre de prévention en œuvre et il est plus difficile de chercher des médicaments. Mais cela ne veut pas dire qu’on ne peut les soigner, et il faut alors intensifier le dépistage.

  
  Il faut tout de même remarquer que, dans cette étude, les deux cancers les plus fréquents (sein et prostate) ne sont pas pris en compte.

    Supposons valable l’étude américaine.
    Ces 22 cancers seraient dus à des mutations cellulaires.
    On les dit aléatoires aujourd’hui.
    Mais rien permet de réfuter, qu’un jour, on aura fait des progrès en génétique et qu’une connaissance beaucoup plus grande des mécanismes du génome, permettra d’expliquer pourquoi certaines mutations apparaissent.
    SI cela arrive un jour, on pourra peut être connaître quelle est la part de l’hérédité e la cause prépondérante qui provoque la mutation entraînant certains de ces cancers qui ne seront alors plus dits « aléatoires ».
    De plus on connaîtra peut être certaines causes dus à d'autres facteurs, que l'on ignore aujourd'hui.
    On ne connaissait pas il y a quelques années les causes de certains cancers du col de l'utérus ou de la gorge. On sait maintenant qu'ils sont dus à des papillovirus.

    Nota : le schéma que je publie est dû à Celine Roy dans le Figaro. Il est moins complet, mais plus lisible que celui publié dans l’étude américaine, que l'on peut trouver sur internet si elle vous intéresse..

Mercredi 28 janvier 2015 à 8:21

Architecture

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/blastcentrepompidoumetzrh18960023hd.jpg

     J'avais publié ces derniers jours des photos d'architectures bizarres.
Je vais de temps à autre au centre Pompidou de Paris, et je trouve que l'extérieur ressemble à une usine à gaz ou à une raffinerie de pétrole. Par contre l'intérieur est fonctionnel et très bien conçu.
     Ce qu'on y expose par contre est affaire de goûts personnels. Je me souviens à une exposition d'arts très modernes, avoir suscité une petit attroupement d'américains et de japonais en raison de mes commentaires un peu imaginatifs et irrévérencieux, de telle sorte, que mes filles, alors adolescentes, n'ont plus voulu aller visiter de musée avec moi pendant plus d'un an !
     L'intermède d'aujiourd'hui sera consacré à une architecture moins saugrenue, mais néanmoins très moderne dans ses lignes : le centre Pompidou de Metz dont vous voyez une photo d'ensemble, ci dessus.
  
http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/images1.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/Unknown1.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/CentrePompidoudeMetz020-copie-1.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/CentrePompidoudeMetz004.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/CentrePompidoudeMetz016.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/CentrePompidoudeMetz006.jpg
`










http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/CentrePompidoudeMetz017.jpg





























http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/images-copie-2.jpg

Mardi 27 janvier 2015 à 8:17

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/cellulessouches-copie-1.jpg

    Les femmes pourront elles se passer des hommes un jour ?
    Des chercheurs sont parvenus à créer des cellules génératrices de spermatozoïdes à partir de cellules de la peau.
    J’ai fait plusieurs articles sur les cellules souches, le 18 décembre 2012 et jours suivants. je vous y renvoie.

       Je vous rappelle cependant l’essentiel ci après, résumé dans le schéma ci dessus
       Une première catégorie de cellules souches sont dites "embryonnaires".
 Elles proviennent d'embryons au stade "blastocyste", c'est-à-dire l'ovule 4 jours après la fécondation, qui mesure alors 100 à 150 microns environ, et comporte, par division cellulaire de l'ovule fécondée, 4 à 16 cellules encore non différenciées.
      Ces cellules souches peuvent donc être capables de se transformer en n'importe quelle cellule de n'importe quel organe du corps humain, et o,n les appelle aussi cellules « omnipotentes ».
      Une deuxième catégorie de cellules est celle des cellules souches "pluripotentes".
Ce sont aussi des cellules embryonnaires, (ES = embryonnaires souches), mais à un stade ultérieur du développement du blastocyste, de la partie interne alors qu'il comporte une quarantaine de cellules (environ 7 à 8 jours après la fécondation; la partie externe formera le placenta).
     Elles ne peuvent pas produire un organisme entier, mais peuvent se différencier en n'importe quel type de cellule du corps humain, et ont donc vocation à former tous les tissus de l'organisme.
     La troisième catégorie de cellules souches, que l'on nomme "multipotentes", va se trouver dans le foetus, mais aussi dans de nombreux tissus de l'homme en vie, même adulte et vont permettre à ces organes de se réparer, voire de se renouveler.
     Ces cellules souches ont donc des possibilités plus restreintes que celles des cellules ES., mais peuvent donner naissance à plusieurs types de cellules, mais ayant un type de fonction donné.
     Dernière catégorie, mais de cellules souches artificielles : les cellules souches "pluripotentes induites" iPS
     La méthode est simple en apparence : on prélève des cellules de la peau, et on insère un mélange adéquat de gènes typiques des cellules souches habituelles à l'aide de rétrovirus.
            On peut ainsi fabriquer les cellules souches dont on a besoin et soigner des maladies diverses sur des souris pour le moment.

    Une équipe du professeur Azim Surani, du Gordon Institute à Cambridge (GB), a étudié l’importance d’un gène particulier dans le reproduction des cellules germinales humaines. Il a réussi à produire des cellules génératrices de gamètes (spermatozoïdes et ovocytes) à partir de cellules de la peau. Ces cellules présentes très tôt chez le fœtus évoluent selon le sexe de ce dernier en spermatogonies ou en ovogonies, qui donneront les spermatozoïdes et les ovocytes à la puberté.
    Mais la fabrication de spermatozoïdes en laboratoire est impossible en l'état actuel des connaissances scientifiques, puisque la maturation de ces cellules germinales nécessite forcément qu'elles soient réimplantées dans les testicules à un moment donné.
    L’étude est à ses débuts; il faut maintenant faire des essais sur des animaux pour comprendre ce qui se passe et vérifier les développements de ces cellules, puis les problèmes rencontrés.
    Encore faut il ensuite que les foetus qui seraient issus de ces cellules soient viables et sans défauts dus à leur origine particulière.
    Le risque est double: d'une part, ces cellules pourraient se développer de façon anarchique et créer des cancers après leur implantation chez le futur parent. D'autre part, elles pourraient donner des spermatozoïdes avec des erreurs génétiques et épigénétiques, favorisant l'apparition de maladies chez l'individu ainsi conçu
    Ce n’est pas demain que l’on pourra envisager ces techniques dans la lutte contre la stérilité. Il y a encore beaucoup d’obstacles à franchir

    Ce qui m’a amusé, c’est que, en faisant la doc, je suis tombé sur un article de suffragettes, qui écrivaient qu’enfin, elles alliaent pouvoir se passer des hommes.!

Lundi 26 janvier 2015 à 8:10

Informatique, médias, internet

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/objetsconnectes.jpg

     Je n’ai pas l’impression, malgré mon âge (bientôt 83) d’être très en retard sur mon siècle. J’ai utilisé de gros ordinateurs depuis 1965. Je me sers d’un microordinateur depuis 1980. J’arrive à trouver à peu près ce que je cherche sur internet, je me sers sans trop d’erreurs de la télévision et des machines à laver ou des outils de bricolage, et j’arrive même à me débrouiller avec la programmation de la régulation de la chaudière.
    Et pourtant je suis un peu effaré de la pub faite à la télé, notamment pour Noël, sur tous les objets les plus divers, qui sont maintenant « connectés » et notamment les moyens de surveiller notre santé.
    J’entendais l’autre jour, un médecin dire que le marché des »objets connectés de santé » représentait 4 à 5 milliards d’euros, probablement quatre fois plus dans cinq ans,  et qu’il allait bouleverser nos habitudes.

    Je suis tout à fait conscient de l’utilité pour un malade, de pouvoir facilement mesurer sa tension, son rythme cardiaque ou son taux de sucre dans le sang, encore qu’il faut qu’il ait reçu une petite formation pour savoir interpréter les données et savoir quoi en faire ensuite. Cela peut sans doute le rassurer (ou parfois l’inquiéter) et cela permet d’appeler le médecin en prévention. Mesurer soi même le taux de prothrombine du sang, pour une personne sous anti-coagulant est plus pratique que d’aller tous les mois se faire faire une prise de sang, mais encore faut il après ne pas modifier n’importe comment son traitement. (enfin c’est quand même assez simple, la relation est presque linéaire entre le taux et le médicament).
    Par contre vendre en pharmacie des électrocardiographes est idiot : une personne qui n’a pas fait des études de médecine ou de pharmacie ne sait pas l’interpréter.

    Je suis plus inquiet quand je vois Google qui se lance dans la collecte de données de l'ADN de milliers de volontaires, certes dans un but louable : mieux détecter les éléments déclencheurs de maladies mortelles et les start-up qui veulent développer un outil très simple et pas cher, de mesure de son propre génome.
    D’abord je ne vois pas à quoi cela peut nous servir, la connaissance des fonctions des divers gênes étant une question encore assez mal connue, même pour les spécialiste, et, pour avoir lu quelques études, cela ne me paraît pas simple à comprendre.
    S’il ne s’agit pour Google, que de statistiques anonymes, pour comprendre les « mécanismes qui régissent un corps en bonne santé », et prévenir les maladies graves comme les maladies de coeur ou le cancer, c’est très bien (encore que est ce une question que l’on peut résoudre par la génétique ?). Mais il est certain que cela peut permettre de ficher les gens personnellement. Et une trop grande facilité à pouvoir analyser le génome peut entrainer des abus, que ce soit en entreprise (notamment banques et compagnies d’assurance) ou au sein d’une famille.
    Je sais bien que Google a des idées assez novatrices, telles que ses lunettes intelligentes, la voiture sans chauffeur ou la couverture mondiale d’internet grâce à des ballons d’hélium. Larry page est un milliardaire original.
    Par exemple, les « Google glass » sont un véritable ordinateur que l'on pose sur son nez et qui se commande à la voix et au toucher. À l'aide d'un petit écran, l'utilisateur peut naviguer sur Internet, suivre les directions de son GPS ou prendre des photos grâce à un objectif monté sur l'appareil.
   
    Je suis aussi un peu dubitatif sur l’utilité du pilulier électronique ou de l’appareil de mesure de calories de la nourriture pour chiens et chats
    Je ne sais pas si nous avons besoin d’un bracelet ou d’une montre, qui, en permanence, va nous fournir notre rythme cardiaque, notre tension, contrôler notre respiration, et mesurer le nombre de pas, ou d’une ceinture pour nous avertir que nous relâchons trop les muscles de notre dos et d’une brosse à dent qui analyse la fréquence et la manière dont vous vous brossez les dents.. Je vois déjà assez de gens qui passent leur temps à écouter les bulletins météo et à consulter leur horoscope !!
    Mais quand je vois qu’aux USA, on peut porter un serre tête pour analyser les mouvement de son ciboulot et augmenter sa concentration, et qu’ils envisagent de permettre de scruter son état mental, son comportement, et ses émotions dans le but de s’améliorer, là je commence à vraiment croire que l’on est en plein délire et que l’on va vers une société d’assistés mentaux. De plus déjà comprendre quelqu’un quand on a de bonnes connaissances de psycho n’est pas facile, alors combien d’élucubrations farfelues va t’on engendrer ?

    Les applications santé sur téléphone portable fleurissent aussi en toutes saisons.
Certaines sont de simples conseils et peuvent être utiles. Mais d’autres vont faire croire à quelqu’un qu’il est un sauveteur compétent, alors qu’il n’a jamais subi de stage pratique pour cela. Pire encore si on se met à s’administrer soi-même des médicaments, même si ce sont ceux en vente libre sans ordonnance.
    J’ai jeté un coup d’œil sur une application « que prendre comme médicament », qui était un «Vidal » (le dictionnaire des médicaments des médecins),  très simplifié et dont l’usage par une personne non avertie est à mon avis dangereux.
    Je suis aussi assez sceptique sur les appareillages et les logiciels qui analysent votre sommeil, afin de mieux vous reposer. Je crains que ce soit presque aussi dangereux que les somnifères.

    Je suis certes pour le progrès scientifique et technique, mais de même que j’estime qu’il est dangereux de conduire une voiture, un bateau ou un avion, sans avoir subi la formation nécessaire et au bon niveau théorique et pratique, de même je pense que n’importe quel instrument informatique connecté n’est pas utilisable par tous, car il nécessite des connaissances pour en interpréter les données.
    De plus on ne peut s’en servir n’importe où (voir les accidents de ceux qui, au volant, téléphonent, tapent un SMS, voire regardent internet sur leur portable.

    Enfin je crains que d’avoir de nombreux appareillages automatiques d’assistance ne tuent notre imagination, voire même notre bon sens et notre intelligence, en nous donnant l’habitude de ne plus réfléchir, et de ne plus imaginer. (voyez tous les modèles des logiciels US de lettre, de carte, d’album photo, le réfrigérateur qui fait votre liste de courses, ou même votre GPS qui vous faiut oublier les cartes géographiques - je me demande si mes arrières petits enfants sauront encore lire un plan et écrire avec un crayon !).



Dimanche 25 janvier 2015 à 7:50

Architecture

   Je vous avais montré des photos de musées aux architectures curieuses, publiées par l'Internaute. Aujourd'hui, je vous montrerai que des hotels et des maisons, peuvent aussi rivaliser d'originalité :
          - L'hôtel Shératon de Huzhou en Chine.
          - L'hôtel Marquès de Riscal en Espagne.
          - Le grand théâtre national de Pekin;
          - La maison à l'envers de Trassenheide, en Pologne;
          - La Twisted d'Indianapolis aux USA, faite en bois de cèdre.
          - Les maisons en cube de Rotterdam.
          - Un parc de loisirs Wonderworks; l'architecte est tombé sur la tête !!
          - Un autre parc de loisirs et l'hôtel Marina Bay Sand, à Singapour
          - Le centre commercial Selfridges à Birmingham, dont la façade est couverte de disques d'aluminium.
          - Et enfin, la bibliothèque de Minsk en Russie.

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2124592lhotelsheratonhuzhouenchine.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2124661lhotelmarquesderiscaldanslenorddelespagne.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2126012legrandtheatrenationaldepekin.jpg


















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2124682lamaisonalenversdetrassenheide.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2124720twistedhousepresdindianapolisauxetatsunis.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2125008lesmaisonsencubederotterdam.jpg


















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2125179wonderworksapigeonforgeauxetatsunis.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2125195gardensbythebayasingapour.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2126144lebatimentselfridgesbirmingham.jpg


















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2125990labibliothequedeminsk.jpg

Samedi 24 janvier 2015 à 8:08

Actualité

     Ma grand mère, quand j’étais jeune, me disait « avant de parler, tourne sept fois ta langue dans ta bouche, cela t’évitera de dire des âneries ! »
    Les journalistes, bien qu’ayant des diplômes à au moins bac + 5, devraient suivre ce conseil au lieu de chercher le sensationnel et de dire n’importe quoi. Certains semblent ne plus ni réfléchir ni avoir du bon sens, cette logique instinctive qui nous évite de croire à n’importe quoi, et qu’avaient nos grands parents, même s’ils étaient bien moins instruits.
    J’avais appris autrefois, qu’une corrélation entre deux phénomènes ne voulait pas dire que l’un était la cause de l’autre.
    Notre prof de maths de terminale avait pris les courbes des dépenses de chaufafge et de la mortalité des vieillards en fonction des jours d’hiver, et les courbes se ressemblaient. On avait alors fait un calcul du coefficient de corrélation entre les deux variables aléatoires et elle était forte : 0,7. Alors le prof nous avait dit « si plus on dépense de chauffage, plus les vieux meurent, donc pour qu’ils ne meurent pas, il ne faut pas les chauffer !». Bien sûr cela avait choqué notre bon sens.
    Effectivement cela résultait que l’on supposait alors une relation de cause à effet absurde. Les deux phénomènes avaient sans doute des causes communes, le froid de l’hiver par exemple.
    Mais les journalistes semblent ignorer ce principe.

    La société Celtipharm, qui analyse en temps réel en région parisienne, les ventes de 4800 pharmacies  dites représentatives a constaté une augmentation ces derniers 15 jours, de 18,2 % des ventes de boîtes d'anxiolytiques ou somnifères.
    Et tous les journaux de renchérir : Les ventes d'anxiolytiques et de somnifères ont augmenté de 18,2% depuis les attaques à Charlie Hebdo.

 Le « Figaro santé » se pose la question : « Les Français, qui se sont levés en masse après les attentats, sont-ils à ce point affectés qu'ils ont besoin de béquilles chimiques pour passer le cap? », et sa psychiatre attitrée de commenter et d’expliquer ce phénomène. Quant au Point, il écrit « Les Français ne sont pas seulement en proie à une hystérie collective qui les pousse à acheter en masse, et dès les premières heures du jour, le "numéro des survivants" de Charlie Hebdo. Depuis les attentats de Paris, Montrouge et Vincennes, ils souffriraient massivement de troubles du sommeil et de réactions d’anxiété ». Et bien sûr la télé a relayé l’information.
    Peut être qu’avant de se précipiter pour raconter n’importe quoi, auraient ils pu regarder les consommations des autres années , à la même époque, et également examiner les consommations sur de plus longues périodes.
    En fait la ruée vers les pharmacie que l’on nous annonçait, n’a pas eu lieu.
    L'Ordre des pharmaciens, qui a examiné ces chiffres, indique que l'augmentation de 2015 est comparable à l'augmentation de 2014, et qu’il s'agit d'un phénomène cyclique, qu'on peut observer chaque année à la même période -en janvier-, lorsque les ventes augmentent après la période des fêtes, pendant lesquelles on va moins chez les médecins et pharmaciens et, de plus cette année, les médecins étaient en grève.
    Suite à ce démenti, David Syr, directeur des études à Celtipharm, a reconnu hier, au journal télévisé, que le lien de causalité entre les attentats et l'augmentation des ventes d'anxiolytique était effectivement faux,

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/consoanxiolytiques.jpg

    On reproche actuellement beaucoup aux jeunes de croire n’importe quoi, mais à qui la faute ? Mais on leur raconte n’importe quoi  et ni les parents, ni les instituteurs, ni les professeurs ne leur apprennent plus le bon sens, la logique et l’esprit critique : ce n’est plus au programme !
    Ma grand mère me disait aussi autrefois « quand tu veux dire ou écrire pour donner un  avis, commence par te demander ce que tu veux dire, à qui tu veux le dire, comment tu vas le faire, ce que vont vraiment comprendre ceux à qui tu t’adresses, et quelles vont être leurs réactions ». Si elle était encore vivante, et bien que ses études se soient arrêtées au brevet élémentaire, (mais à l’époque c’était suffisant pour passer le concours d’instit, et ils étaient au moins aussi performants qu’aujourd’hui !), on devrait l’envoyer faire des cours dans les écoles de journalisme.

Vendredi 23 janvier 2015 à 8:20

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/ae1aa24be8bacteriesCesarharadaFlickrCCbyNCSA20.jpg

    Je vous parlais il y a 15 jours, d’ADN et des bactéries Eschericia coli, modifiées génétiquement.
    Si l’avancée importante du siècle dernier en matière de médecine, était la découverte des antibiotiques, ce siècle verra un développement considérable des études génétiques des bactéries et virus, et de nombreuses applications thérapeutiques.

    Nous avons plus de 100 milliards de bactéries dans notre intestin, (de l’ordre de un kilo !) et les modifications de cette flore influent sur notre santé.
    La colonisation de l’intestin du fœtus par les bactéries commence, dans les conditions normales, au moment de la rupture des membranes et surtout lors de l'accouchement par voie naturelle, et les enfants nés par césarienne ont un microbiote différent de ceux nés par voie naturelle. Ce « microbiote » se constitue ensuite au cours des premières années de vie de l’enfant.
    Bien que la flore intestinale soit constituée principalement par deux grandes familles de bactéries, bien qu’il y ait au total une centaine d’espèces, elle est unique pour chaque individu et différente d’une personne à une autre. Elle constitue ainsi, une véritable empreinte génétique et il est très important de la préserver, car notre flore intestinale doit rester en équilibre pour que nous restions en bonne santé.
    99% de ces bactéries sont anaérobies (vivent sans oxygène); les 1% restant sont aérobies. La principale difficulté des études concerne l’expérimentation sur ces bactéries intestinales puisque 80 % du microbiote n'est pas cultivable in vitro (la plupart meurt très vite en présence d'oxygène).
    Nos bactéries constituent en particulier une barrière contre d’autres bactéries pathogènes dont elles empêchent le développement, et certaines maladies gastro-intestinales s’accompagnent d’anomalie de notre flore (comme par exemple pour la maladie de Crohn et le cancer du colon.
    Des facteurs comme l’alimentation, les antibiotiques, mais aussi le stress,peuvent influer sur l'équilibre de la flore intestinale et en cas de déséquilibre, des désordres digestifs peuvent survenir.
    En effet notre flore complète notre système digestif en achevant la digestion des aliments par un processus de fermentation des glucides dans le colon droit et de putréfaction des protéines dans le colon gauche.
    Par ailleurs elle permet une bonne assimilation des nutriments essentiels.


    En 2004, une équipe américaine de J. Gordon a montré que l’obésité s’accompagnait de modifications de cette flore, qui probablement favorisait cette maladie.
    L’Inserm a récemment montré que des anomalies de prolifération d’Eschericia coli, étaient non seulement à l’origine de troubles intestinaux graves, mais qu’elles pouvaient également être en partie responsables certains troubles de comportement alimentaire tels que boulimie, anorexie…, cette bactérie produisant une protéine qui est analogue aux enzymes qui influent sur la satiété, provoquant des réactions du système immunitaires qui vont perturber l’alimentation.
    Une équipe de l’INRA a également montré que des bactéries pouvaient être à l’origine de la cirrhose et du cancer du foie.
    Des études animales ont même montré que la sclérose en plaques pouvait être favorisée par des modifications de la flore intestinale.
    Il semble même que ces bactéries intestinales puissent être à l’origine de l’expression de certains gênes, donc de la synthèses de certaines protéines. Une étude suédoise semble montrer également que certains gênes peuvent influencer le microbiote, ce qui pourrait être le cas de certaines maladies de Crohn.

    En fait il existe des « microbiotes " de nos divers organes : peau, organes génitaux, aisselle et   Ce sont les populations de microorganismes qui vivent en équilibre biologique avec notre corps à ces endroits, en fonction de l’environnement extérieur, de l’acidité ou basicité du lieu (ph), et des conditions d’hygiène.

    Une collaboration internationale pilotée par l’Inra et impliquant des équipes du CEA, du CNRS et de l’Université d’Evry, a mis au point une nouvelle méthode pour l’analyse du génome global, ou « métagénome » du microbiote intestinal. Cette méthode permet de réduire considérablement la quantité d’éléments à analyser, avec des résultats encore plus précis et plus rapides à obtenir. Les chercheurs ont ainsi pu reconstituer le génome complet de 238 bactéries intestinales dont 75% étaient jusqu’alors inconnues.
    Les chercheurs ont analysé les interactions entre les divers organismes présents et en particulier la dépendance des bactériophage qui ont besoin de la présence de bactéries pour vivre.
    Le génome des bactéries de notre intestin est composé d’environ 4 millions de gênes soit 150 fois plus que le génome humain.
    Certaines personnes (un tiers environ), présentent des diversités faibles de génome microbiotique, alors que les deux autres tiers ont un génome très diversifié. Chez les européens on trouve trois grandes sortes de génomes correspondant à des genres bactériens prévalents différents (étude publiée en 2011 dans la revue américaine Nature).

    Je savais certes l’importance de notre flore intestinale sur notre santé, mais je ne connaissais pas les résultats des études sur le génome, que j’ai découvert dans mes lectures. Je pense que gra^ce à elle , la thérapeutique de certaines maladies et leur prévention vont faire de grands progrès.

    J’ai également été frappé par le fait que des conditions hygiéniques trop strictes dans l’enfance, exposeraient à des maladies à l'âge adulte. Au final, un peu de crasse ne peut pas de faire de mal à votre enfant…

    Si ce sujet vous intéresse il existe un article très simple sur le site médical « Doctissimo », qui parle en particulier de l’étude du génome faite par l’INRA :
http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/dossiers/probiotiques/15112-microbiote.htm

Jeudi 22 janvier 2015 à 8:05

Architecture

   Le site "l'Internaute" a publié récemment des images d'architectures bizarres.
      Je vous en montrerai une quinzaines en deux articles d'intermèdes.
      Celui-ci sera consacré à des musées.
      Les photos ci dessous, dont vous apprécierez la bizarrerie, sont celles des monuments suivants :
           - Le musée de sciences naturelles "Principe Felipe" de Valence qui ressemble à un squelette marin;
           - Le musée d'art moderne de Kunsthaus à Graz, en Autriche, qui fait penser à une grosse limace.
           - Le musé d'art moderne Gougenheim de Bilbao, assemblage de pierre et de verre ressemblant à un sous-marin.
           - Le musée d'art contemporain de Nitéroi au Brésil, tel une soucoupe volante.
           - Le Vitra Design Muséum à Weil am Rhein, en Allemagne, consacré au design et au mobilier, est très "cubiste".
           - Le musés Soumaya de México, dont la façade est faite de 17 000 hexagones.
    auxquelles j'ajouterai :
           - Le temple du Lotus en Inde, ouvert à toutes les religions et consacré à la méditation personnelle.
           - Le Métropol Parasol de Séville, la plus grande structure en bois du monde : 150 X 70 mètres et 26 de hauteur.
Son sous-sol abrite un musée archéologique et sa structure, des magasins et des restaurants.

      Et vous connaissez en outre le musée Pompidou, à Paris, qui ressemble à une raffinerie de pétrole (mais est excellent intérieurement).

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2124677lemuseeprincipefelipedevalence.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2124698lemuseedartmodernedekunsthausagraz.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2125188lemuseeguggenheimdebilbao.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2125951lemuseedartcontemporaindeniteroiunovni.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2125979letonnantvitradesignmuseumaweilamrhein.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2126151limposantmuseesoumayademexico.jpg














http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2125941letempledulotuseninde.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2124905lemetropolparasoldesevilleunmirageurbain.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/2126019lecentrepompidoudeparis.jpg

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast