Lundi 20 avril 2015 à 8:01

Biologie, santé.

 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/Unknown-copie-4.jpg

     D’après l’INSEE, jusqu’en 1976, les achats de tabac augmentaient de 3,5% par an. A la suite d’une première augmentation importante du prix du tabac, cette hausse de consommation est passée à 2,4% par an jusqu’en 1991. Puis après la loi Evin le prix du tabac a été multiplié par 3  entre 1991 et 2005. Les achats ont alors baissé en volume de 3,5% par an, mais augmenté en valeur de 5,7% par an en moyenne.
    La loi a interdit la vente du tabac aux mineurs de moins de 16 ans, mais cette mesure est largement contournée par les jeunes. Puis à partir de 2007 fumer dans un lieu public fermé est interdit. Le prix de la cigarette a continué d’augmenter, la vente de cigarette a nettement baissé, mais les achats dans les pays frontaliers et en contrebande se sont énormément développés. Il semble que le nomlbre de fumeurs ait progressé.    
    La France se situerait dans la moyenne européenne (28 % de fumeurs actuels), mais parmi les pays les plus consommateurs d’Europe de l’Ouest.
    La cigarette électronique a fait baisser la consommation depuis deux ans, mais elle a aussi séduit de nouveaux fumeurs. Environ 6% des Français ont essayé la cigarette électronique, et 1% l’utilisent. Cela représente tout de même 500 000 personnes. Par rapport à la cigarette, c’est une moins mauvaise chose pour les fumeurs et c'est une façon d’arrêter. Mais cela reste un produit nocif : il ne faut pas que cela remette la fumée à la mode.
    Bref on ne sait pas comment enrayer cette addiction qui coûte cher à la communauté, mais bien plus au fumeurs, tant financièrement qu’au plan de leur santé.
La Cour des comptes a écrit que si le tabac rapporte 45 milliards d’euros par an à la France, il lui coûte 75 milliards en dépenses de santé. Et la puissance des lobbies du tabac est énorme et elle nous demande de nous apitoyer sur le sort des buralistes, dont pourtant le revenu a plutôt augmenté.

    Les chiffres de mortalité des fumeurs sont énormes et pourtant de récentes études ont montré qu’ils étaient sous-estimés, probablement d’environ 20%.
    On estime qu’avec les progrès de la médecine dans la lutte contre les maladies, bientôt une personne sur deux mourra du fait du tabac dans les prochaines décennies !
    Un exemple illustre bien ce risque. Avec des camarades de la même promotion d’ingénieurs, nous faisions le point sur les camarades encore en vie, et nous nous sommes aperçu que parmi ceux qui fumaient environ 1/2 paquet de cigarettes par jour, ou plus, seuls deux étaient encore en vie, parmi nous qui avions entre 82 et 85 ans.
    Les fumeurs meurent, en moyenne, dix ans plus tôt que les non-fumeurs
    Si le cancer du poumon est la maladie la plus connue et celle dont le lien avec le tabac est le plus indiscutable, (90 % des malades sont fumeurs ou l'ont été), il en existe de nombreuses autres dont la responsabilité est établie depuis longtemps : les cancers de l'œsophage, de la vessie, du pancréas, la broncho-pneumopathie chronique obstructive, le diabète, les accidents vasculaires cérébraux…
    Mais une étude anglaise récente a identifié une quinzaine de nouvelles causes de décès prématurés liées au tabac, la probabilité de mourir d’un cancer du sein étant augmentée de 30% et de la prostate de 45%. Les risques de mort d’insuffisance rénale sont multipliés par deux, et l’AVC n’est pas le seul risque puisque le risque d’obturation des artères du système intestinal est multiplié par six.
    L’étude anglaise indique que l’estimation du nombre de décès annuels dus au tabac aux USA, devrait ainsi passer de 440 à 500 000. En France elle devrait passer de 78 000 à 90 000 environ.
    
    Ce qui me paraît grave également c’est le risque pour les jeunes qui souvent commencent à fumer vers 15/16 ans et qui n’ont pas encore un cerveau entièrement formé.
    Des études récentes montrent qu’à cet âge, le système nerveux est beaucoup plus sensible à la nicotine, et à d’autres produits liés à la fumée du tabac, et il suffit de quelques cigarettes pour que l’addiction s’installe.
    Et la nicotine s’attaque aux mécanismes de l’attention et à l’hippocampe, « notre professeur de la mémoire » et les résultats scolaires peuvent s’en ressentir profondément.
    Le plus absurde, c’est que au plan physiologique, le tabac n’apporte au début aucun plaisir : il vous empêche au contraire de ressentir le goût de la nourriture. Le plaisir ne vient ensuite que lié au manque de nicotine que la consommation de tabac soulage.
    En fait on ne fume les premières fois que bêtement, pour faire comme les copains, pour ne pas avoir l’air de reculer, au sein du groupe. C’est l’effet moutonnier du « t’es pas cap », qui a toujours existé, mais qui s’est beaucoup développé avec la multiplication des psychologies de groupe liée au développement du numérique.
    Et les jeunes s’aperçoivent un jour qu’ils sont pris au piège et que cela leur coûtera un jour la vie.

Dimanche 19 avril 2015 à 7:22

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/5837995.jpg

      Comme beaucoup de personnes, j’ai été touché, peiné et indigné aussi par le crash de l’Airbus dans les Alpes. Comment admettre qu’on puisse se suicider en emportant dans la mort avec soi 150 personnes, dont une vingtaine de jeunes ? Qu’a t’il pu se passer dans la tête du pilote, dont le métier est d’assurer la sécurité des passagers et à qui ceux-si font toute confiance?

    J’ai été confronté une vingtaine de fois à des suicides, mais c’étaient des jeunes qui avaient des idées noires, qui ressentaient une grande souffrance psychique, qui sentaient venir une « overdose de souffrance » et avaient peur de passer à l’acte.
    Ces personnes étaient encore capables de raisonner et leur bon sens les faisaient rechercher quelqu’un pour parler, pour évacuer leur souffrance, pour chercher conseils et réconfort, dans l’espoir de renoncer à leur pulsion.
    Bien sûr on n’est pas à l’aise en face, car on a toujours peur de ne pas arriver à les calmer, mais finalement, en discutant avec elles de leur problèmes, on arrive peu à peu à les ramener dans l’espoir en une vie plus agréable.
    Avec ces jeunes je n’ai été confronté qu’à un seul type de situation : « l’over-dose de souffrance » et elle ne concernait que l’individu seul et l’une des pensée qui le retenait était la peur de faire souffrir ses parents et ses proches. Ils n’étaient pas suffisamment décidés à passer à l’acte pour ne plus penser qu’à cela et à passer dans un monde irréel où le reste ne compte plus.
   
    Mais ces situations m’ont amené à lire des études sur les motivations des personnes suicidaires.
    Le premier cas correspond à l’aggravation des cas que j’ai connu. Les psychologues l’appellent le « suicide mélancolique ».
    C’est le plus courant, celui des personnes dépressives, pour lesquelles chaque instant qui passe est une torture, qui, pour elles est devenue un horizon définitif et insurmontable. Elles envisagent alors la mort comme l'unique moyen d'échapper à une situation épouvantable.
    Mais c’est leur problème personnel et elles n’entraîneraient pas d’autres avec elles.

    Une autre forme de suicide est celui que les psychologues appellent « narcissique ». Il concerne souvent des personnes qui ont des besoins affectifs importants et qui n'ont pas été aimées et comprises comme elles le souhaitaient.
Ces personnes peuvent se suicider pour faire comprendre à ceux qui ne se sont pas assez occupés d’elles, qu’ils les ont fait énormément souffrir au point de les faire mourir. C'est une manière de ne plus se faire oublier, d’obliger ceux qui ne les ont pas assez considérées au cours de leur vie, de le faire après leur mort.
    Une variante du suicide narcissique est celle où le problème n’est pas affectif au sens sentimental, mais où il d’agit de la considération des autres, de la réussite dans la société ou dans un métier.. A l’aspect psychique, peut s’ajouter le stress de l’emploi, la peur de la perte d’emploi ou des problèmes financiers et de la peur de la pauvreté.
    Dans le même ordre d’idées, certaines tentatives de suicides peuvent être surtout un appel à l’aide, pour attirer l’attention sur sa condition, sur sa souffrance.

    Une forme particulière est celle du suicide de personnes âgées qui considèrent avoir réalisé ce qu'elles devaient accomplir, et qu’elles n’ont plus grand chose à attendre de l’existence, voire que la vie est absurde et qu'il est incohérent de la poursuivre.
    Cela peut correspondre aussi à la souffrance suite à une maladie grave et je ferai demain un article sur l’euthanasie.

     Il y a enfin le suicide que les sociologues appellent parfois « philosophique » ou « fataliste » et qui est à la base des attentats-suicides. Mais on peut toujours se demander si la personne l’a vraiment fait par convictions ou si on ne l’a pas  droguée ou l’on n’a pas suffisamment fait pression sur elle pour que sa décision ne soit pas réfléchie.

    Ce que j’ai tiré surtout de ces lectures, c’est que l’on ne savait pas pourquoi la personne passait soudain à l’acte, que le suicide était imprévisible, qu’il pouvait survenir brutalement sans presque de préavis, que c’était une pulsion incontrôlable, et qu’il fallait réagir avant pour ne pas atteindre ce stade. C’est une sorte de « ras le bol » et c’est pour cela que je parle souvent « d’overdose de souffrance ».
    J’ai lu également que plus de 80% des personnes ayant commis un suicide souffraient d'un trouble mental, le plus souvent en rapport avec leurs amis ou leurs familles.

    Reste le problème : comment peut on entraîner d’autres personnes dans sa propre mort ?
    La plupart du temps ce n’est pas prémédité. Au moment où il passe à l’acte, l’individu ne raisonne plus; il est sous l’emprise d’une pulsion et cesser de vivre devient une obsession et il ne pense plus aux conséquences de son acte. C’est le cas de personnes qui se suicident aux gaz et qui provoquent une explosion qui entraine d’autres victimes.
    Dans certains cas paradoxalement certains cèdent à une pulsion altruiste et entraînent leur famille dans la mort, pour qu’elle ne souffre pas de leur propre disparition.
    Un certain nombre de suicides n’interviennent que parce que l’alcool ou la drogue a complètement annihilé les facultés intellectuelles de la personne, qui fait alors n’importe quoi.
    Mais la maladie mentale apporte également ce type de déséquilibre : schizophrénie, troubles bipolaires notamment.
    Et malheureusement les médicaments que l’on donne à ces malades pour les soigner ne sont pas sans danger, et les réactions peuvent être différentes d’un individu à l’autre et d’une période à l’autre. Paradoxalement certains neuroleptiques ou antidépresseurs, voire psycho-stimulants, destinés à lutter contre l’anxiété, peuvent dans certains cas imprévus, augmenter le risque de passer à l’acte.
    La baisse de vigilance et de raisonnement peut constituer un  risque si on a une tâche incombant une certaine attention, une certaine responsabilité et un risque d’accident.
   
    Je ne sais pas ce qui s’est passé dans le cas du pilote de l’Airbus. il semble q’u’il était au bord du désespoir parce que conscient que son état physique allait lui interdire la poursuite de son métier, de ses ambitions et de ses rêves, et ôtait ses raisons de vivre.
    Mais son acte semblait mûrement réfléchi, prémédité, et il ne pouvait ignorer qu’il entraînait les passager dans la mort. mais sous l’effet des médicaments et de sa dépression, raisonnait il encore, était il encore lucide, où n’avait il plus en tête que sa propre mort. On ne le saura sans doute jamais.
    Ce qui est certain c’est qu’il n’aurait jamais dû être sur le siège de pilote. On a invoqué le secret médical, mais à mon avis, ce n’est pas valable.
    J’ai eu la responsabilité d’établissements où des ouvriers travaillaient sur des machines, avec un certain risque, faible d’accident, mais possible en cas d’inattention.
    Le secret médical est impératif, mais n’existe pas entre médecins.
    Quand une personne aavit un problème grave, son médecin avertisssait le médecin du travail de l’établissement, et celui-ci, sans donner la cause médicale exacte, informait la direction qu’il fallait mettre au moins provisoirement la personne dans un autre poste si’ lon voulait diminuer le risque d’accident.
    Et nous en tenions toujours compte.
   

Samedi 18 avril 2015 à 7:19

Architecture

  Déjà l’an dernier, Apple voulait construire à Cupertino, un nouveau siège, en forme de soucoupe volante.
http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/1848435551apple800x444p.jpg

     Google aurait soumis aux autorités locales de la Californie un projet gigantesque pour la construction de son nouveau siège. Un architecte anglais, Thomas Heatherwick, et un danois, Blarke Ingels.
http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/PHO60e72d56c0a611e4a11230fc57493cd5805x453.jpg

    C’est un véritable campus, qui abrite des sites de recherche et est conçu de façon modulaire, pour s’adapter en fonction des sujets entrepris. Il veut des locaux légers, pouvant être déplacés et ouverts sur la nature environnante.
http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/leprojetdenouveaucampusaeteconcuparlesarchitectes2529176800x400.jpg

    Un toit transparent recouvrirait des bâtiments, permettant climatisation (température, aération, pollution…), et éclairage.
    Il y aurait tout le confort d’une ville, boutiques restaurants salles de sport…le tout relié par des pistes piétonnes et cyclables (vélos électriques)

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/1848435447google4800x368p.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/Googlebureauxcalifornie620.jpg

















    Le premier complexe verrait le jour en 2020;, et coûterait plusieurs milliards de dollars.

    A Paris, Google France a son siège dans l’hôtel Vatry où il emploie 500 salariés.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/260pxRuedeLondres16.jpg

Vendredi 17 avril 2015 à 8:18

Curiosités de la nature, évolution.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/cerveaux.jpg

    Nous avons vu hier que l’homme avait, relativement à son poids, un gros cerveau ce qui lui conférait un plus grand nombre de neurones, surtout dans le cortex, et ce d’autant plus que ses cellules souches produisaient un plus grand nombre de neurones descendants, au moment de la formation du cerveau du foetus.
    Mais on constate aussi que le bébé d’un animal mammifère naît avec un cerveau presque définitif, ce qui lui permet de vivre presque normalement (voir, manger, courir…on dit qu’il est précocial), ce qui n’est pas vrai pour d’autres animaux, les oiseaux par exemple, qui doivent élever le bébé, qui ne vole pas, par exemple (ils sont attriciaux).
    L’homme est un des rares mammifères attricial, dont le cerveau grandit de façon importante chez l’enfant, et son cerveau n’est complètement mature que vers 20/25 ans (cortex préfrontal). Par contre ensuite les neurones ne peuvent presque plus se reproduire, ce qui n’est pas le cas pour beaucoup d’animaux.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/Unknown.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/fhyt.png









    Comment cette évolution a t’elle pu se produire dans la préhistoire ?
    Il est probable qu’elle est due à des changements importants de l’environnement, qui ont obligé l’homme à s’adapter et à vivre en groupes. Ce n’est pas contradictoire avec la théorie de l’évolution, certains hommes s’étant mieux adaptés et l’évolution ayant ensuite sélectionné ceux qui avaient les meilleures chances de survie.
    Un point très important est la consommation d’énergie du cerveau : il ne représente que 2% du corps, mais consomme 20% de son énergie. Donc il fallait pouvoir lui fournir plus d’énergie, s’il grandissait.
   
http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/image10.png
    Un des facteurs important de l’évolution du cerveau humain doit être la diversification de la nourriture, avec le développement de l’agriculture et de la chasse, puis de l’élevage. L’homme n’a en effet pas les enzymes nécessaires pour digérer la cellulose ; il lui faut broyer les aliments et l’intestin a un long travail d’assimilation, qui consomme de l’énergie.
    L’arrivée d’une nourriture différente, les protéines directement assimilables de la viande, ont entrainé une diminution de l’intestin, qui a permis de subvenir en énergie pour le cerveau grandissant.
    Les changements environnementaux également ont obligé l’homme, pour survivre, à vivre en société, donc à communiquer, et à se montrer plus ingénieux, ce qui a demandé d’utiliser mieux sont cerveau et a favorisé les capacités d’apprentissage.
    Par ailleurs les changements de l’environnement et les besoins de sécurité et de chasse, ont nécessité que l’homme marche debout, ce qui est plus économique en énergie.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/bipedie3.png

    Or la bipédie a réduit la taille du bassin, ce qui complique l’accouchement et a empêché le crâne de continuer à grandir (l’homme de Néandertal avait un plus gros cerveau et une plus grande taille que l’homme moderne). Il a donc fallu que la morphologie s’adapte, et que le crâne et le cerveau soient plus petits à la naissance, mais se développent ensuite.
    A la naissance le cerveau de l’enfant pèse environ 350 grammes pour 1450 grammes à l’âge adulte.

    Certes l’homme a le cerveau le plus performant, mais quand il naît, ce cerveau est juste capable d’assurer la vie végétative, et il est complètement immature, mais avec un grand potentiel. C’est l’apprentissage qui lui apportera intelligence, créativité et sentiments.

Jeudi 16 avril 2015 à 15:32

Fonctionnement de Cowblog

  http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs4/1001755-copie-2.jpg

     J'ai reçu encore quelques mails de cowblogeuses ou cowblogeurs qui sont inquiets de la situation, bien que celle-ci soit redevenue presque normale.
     Je voudrais les rassurer. J'ai eu un contact par mail avec notre nouveau webmaster, qui fait le maximum pour remettre cow sur pied.
     Mais il a eu plusieurs migrations à traiter en même temps et ce n'est jamais simple, car les systèmes et les logiciels utilisés sont différents selon les serveurs, et les bases de données ne sont pas organisées de la même façon.
     Il ne semble pas non plus avoir reçu beaucoup d'aide de l'ancienne équipe, ce qui ne facilite pas sa tâche.
     Mais il est conscient des petites difficultés que nous rencontrons, notamment au plan des adressages des blogs quand on clique sur un article signalé sur les fenêtres de gestion ou sur la "communauté". Il fera tout pour les résoudre le plus rapidement possible.
     Les problèmes vont progressivement disparaître et nous retrouverons notre "famille", en bon état.
     L'important est que nous ne soyons plus orphelins.

lancien   16/4/2015

Jeudi 16 avril 2015 à 7:13

Curiosités de la nature, évolution.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/hommesprehistoriques.jpg

     J’ai écouté il y a une quinzaine de jours une conférence très intéressante de Philippe Vernier, Directeur de l’Institut des Neurosciences de Saclay, sur l’ « Evolution de l’homme et du cerveau humain ». Je vais essayer de vous en résumer le contenu en deux articles.

    Au cours de la préhistoire, l’homme s’est peu à peu différencié des animaux aux temps préhistoriques, et, par rapport aux animaux, il est capable :
-    d’inventer des technologies (les animaux n’inventent que des outils)
-    d’utiliser des symboles et notamment un langage complexe.
-    de créer une culture technique, artistique, religieuse.
-    De faire de l’introspection.
    Il y a donc eu une certaine discontinuité à partir de laquelle l’homme s’est développé différemment et notamment son cerveau. Pourquoi ?

    L’émergence des vertébrés remonte à 450 millions d’années et celle des mammifères à 340. La divergence homme/singe ne date que de 5 millions d’années environ.
    Pourtant 95% du génome est commun entre l’homme et le singe.
    Le cerveau de tous les animaux est bâti sur le même modèle structural :
-    une commande centrale, le « pallium », devenu le cortex chez l’homme, qui entre autre assure le contrôle moteur et l’interprétation des sensations.
-    un sous-pallium support de certaines émotions, notamment du danger.
-    l’hypothalamus et les noyaux centraux qui contrôlent la vie.
    Cette divergence a eu lieu en Afrique de l’Est à une époque de grande variabilité climatique  et elle va prendre 4,5 millions d’années.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/Ereanc2.jpg
Si on compare certains paramètres de l’homme et des animaux, on constate
-    que l’homme ne donne pas naissance aussi vite à sa descendance, mais qu’il vit beaucoup plus longtemps ;
-    que la reproduction et le sevrage sont plus rapides ;
-    qu’il a davantage accès à des nourritures variées au sein d’une société ;
-    que sa taille et son corps ont beaucoup plus évolués, mais avec une grande variabilité. Son cerveau notamment s’est considérablement accru (cf. schéma ci dessous).

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/cerveauevolution.jpg
       
    Certains animaux ont un cerveau plus gros que l’homme : éléphant 3,5 kg contre 1,45 pour l’homme. Mais si on étudie le rapport poids du cerveau/poids du corps, on trouve, en coordonnées logarithmiques, une droite de régression de pente 0,7. Il y a une certaine variabilité, certains points étant plus ou moins écartés de la droite.
    Ceux les plus écartés vers le haut, correspondent aux animaux les plus intelligents : l’homme, les singes supérieurs, les dauphins, les baleines, les corbeaux et pies.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/indicek.jpg

    Avoir un gros cerveau permet d’avoir davantage de neurones et donc de traiter plus d’informations ; en outre, par rapport aux singes, la densité de neurones dans le cerveau est deux fois supérieure chez l’homme.
    Cette augmentation du nombre de neurones s’est effectuée essentiellement sur le cortex périphérique, qui en outre s’est plissé pour tenir dans la boîte crânienne qui n’avait pas grossi autant que le cerveau. On constate que chez le fœtus, la division des cellules neuronales souches, au moment de la formation du cerveau, est plus importante et plus rapide chez l’homme, ce qui accroit considérablement le nombre de neurones formés.

Mercredi 15 avril 2015 à 19:14

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/369229YY21HEESF4PI718CTADLHCHMGC1PCM56271774039863diableh002045lH205700L.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/Diable.jpg

         











     Aujourd'hui intermède et, comme certain(e)s m'ont écrit que cela les amusait,  je vous donne à nouveau quelques définitions du "dictionnaire du Diable de Ambrose Bierce, qui est un écrivain et journaliste américain qui a vécu au emps de la Guerre de Sécession (il est né an 1842 et mort en 1913).

        Appât : Sorte de préparation qui rend l'hameçon plus agréable au goût. La meilleure recette est la beauté.
        Bigamie : Faute de goût pour laquelle il sera infligé une punition future appelée trigamie.
        Cannibale : Gastronome de l'ancienne mode qui reste attaché aux saveurs simples et qui milite pour l'alimentation natuerelle pré-porcine.
        Cochon : Animal (Porcus omnivorus) étonnament proche de la race humaine par la vivacité et la splendeur de son appêtit, qui néanmoins lui est inférieur dans sa portée, car il n'inclut pas le cochon.
        Destin : Puissance qui gouvernerait les affaires, surtout invoquée par les humains à la dérive pour excuser leurs échecs.
        Diagnostic : L'art de déterminer l'état financier du patient, afin de savoir à quel point le rendre malade.
        Epitaphe : Inscription sur une tombe, montrant que les vertus acquises par le trépas ont un effet rétroactif.
        Excentricité : Méthode de distinction si peu coûteuse que les sots l'utilisent pour accuenter leur incapacité.
        Exilé : Personne qui sert son pays en résidant à l'étranger, sans être pour autant ambassadeur.
        Foie : Gros organe rouge intentionnellement fourni par la nature pour se faire de la bile.
        Fourchette : Instrument dont la destination première est de déposer des animlaux morts dans la bouche.
        Hachis : Il n'y a pas de définition pour ce mot; personne ne sait ce que hachis peut bien être.
        Homme : Animal si profondément plongé dans la contemplation extatique de ce qu'il croit être qu'il en oublie totalement ce qu'il devrait être. Son occupation principale consiste à exterminer les autres animaux et ceux de son espèce…
        Ignare : Personne ignorante peu familiarisée avec certains domaines du savoir qui vous sont familiers, et qui ont des domaines de prédilection auxquels vous n'entendez rien.
        Injustice : Fardeau qui, de tous ceux que nous chargeons sur d'autres et transportons nous-mêmes, est le plus léger dans les mains et le plus lourd sur l'échine.
        Interprète : Individu qui permet à deux personnes de langues différentes de se comprendre mutuellement, en répétant à chacune ce qu'il aurait été intéressant pour l'interprète que l'autre eût déclaré.
        Machination : Méthode employée par un adversaire pour faire échouer nos propres honorables efforts vers un objectif clair et estimable.
        Main : Instrument de forme étrange porté à l'extrémité du bras de l'homme et généralement fourré dans la poche de quelqu’un.
        Opéra : Pièce représentant la vie dans un autre monde, dont les habitants n'ont pas de discours mais des chansons, pas de mouvements mais des gestes, pas de postures mais des attitudes.
        Paix : Dans les affaires internationales, période de duperie entre deux périodes de combats.
        Pendule : Machine d'un grand soutien moral pour l'homme, qui le rassure dans son rapport avec le futur en lui remémorant la grande quantité de temps qui lui reste à vivre.
        Procédure : Machine dans laquelle vous entrez tel un cochon et dont vous ressortez comme une saucisse.   
        Savoir : Forme d'ignorance qui distingue les studieux.
        Travail : l'un des processus par lesquels A accroît la propriété de B.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/peudediablerougededessinanime3234602.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/aiguilledudiable.png


Mercredi 15 avril 2015 à 8:59

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/Unknown-copie-19.jpg

     J’ai eu la chance, il y a quelques semaines, de visiter un organisme remarquable : Neurospin. En fonctionnement depuis le 1er janvier 2007, issu du CEA, localisé sur le plateau de Saclay, NeuroSpin est une infrastructure de recherche sur le cerveau qui exploite de très grandes machines d'imagerie notamment par résonance magnétique nucléaire (RMN). Ce centre européen est en passe de devenir le plus grand centre du monde d'imagerie par résonance magnétique. Il compte environ 150 chercheurs.

    Une machine IRM est constituée d’abord d’un énorme aimant, très puissant, qui émet un  champ permanent et oriente tous dans le même sens, les atomes d’hydrogène, qui se trouvent dans les tissus, et notamment dans l’eau (le corps en comporte environ 80%). Ils sont ensuite excités par des ondes radio durant un très court laps de temps et sont mis en résonance, du fait de la perturbation de l’alignement des moments magnétiques. A l'arrêt de cette stimulation, les atomes restituent l'énergie accumulée au cours de l’excitation, en produisant un signal qui est enregistré et traité sous forme d'images par un système informatique.
    On peut ainsi avoir une vision des organes et des tissus, qui ne sont pas visibles aux rayons X et le traitement informatique permet d’avoir des images par coupes, comme dans un scanner X.
    Les aimants utilisés, dont le champ permanent était une contrainte sévère (action sur les métaux sensibles et sur les appareils électroniques), sont remplacés aujourd’hui par des aimants supraconducteurs, qui doivent être refroidis au voisinage du zéro absolu, par de l’hélium liquide, mais qui perdent leur résistivité si bien que le passage du courant électrique producteur du champ magnétique, se fait sans perte, et sans production de chaleur. On peut éviter la sortir du champ magnétique dans l’environnement, par des aimants produisant un champ inverse.
    La machine se compose d'un tunnel entouré par l’aimant, à l'intérieur duquel le lit d'examen va entrer ainsi que d'antennes adaptées à la région à explorer (à Neurospin, le cerveau), destinées à émettre la stimulation radio, et à recueillir le signal émis.
    Le pupitre de commande derrière lequel se trouve le personnel médical est séparé de la machine par une vitre protectrice, pour éviter l’irradiation aux ondes radio. L’informatique est dans des locaux éloignés des machines.
    L’examen d’IRM n'est pas invasif, n’irradie pas le sujet et est indolore, et il permet donc d’avoir des images de la structure des organes examinés.
    Dans le cas des examens du cerveau, ce n’est pas uniquement le signal des atomes d’hydrogène qui est intéressant, mais aussi celui des atomes d’oxygène présents dans le sang : le signal IRM émis par  le sang oxygéné diffère du signal du sang désoxygéné. Les neurones du cerveau qui consomment de l’énergie et notamment l’oxygène du sang, peuvent ainsi être mis en évidence. On peut alors savoir quels sont les neurones excités par une tâche donnée.
    En outre des images des différences de diffusion de l’eau dans les organes, permettent d’avoir des images des circuits nerveux, c’est à dire des faisceaux d’axones
http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/images.jpgNous avons visité les machines de Neurospin qui sont énormes (à titre de comparaison, le champ magnétique terrestre est d’environ 50 microTesla).

        - un scanner IRM de 3 Tesla en service depuis 2007
        - un scanner IRM de 7 Tesla en service depuis 2008
        - un scanner IRM de 11,7 Tesla en cours d’installation.
    Ce scanner est une gageure : l'aimant supraconducteur comporte 4000 km de fil d’alliage niobium-titane. Il pose des problèmes de refroidissement, de protection extérieure contre le champ magnétique et de bruit (qui, sans limitation atteindrait 140 db, eti doit être ramené à 80 db).
    Le champ magnétique terrestre est d’environ 50 microTesla.

    L’augmentation du champ permet d’avoir des images plus précises et d’étudier le cerveau à l’échelle de quelques milliers de neurones au lieu de quelques millions.
    L’image ci dessous montre le gain obtenu sur des images IRM de l’hippocampe.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/ImageIRMdelhippocampe.jpg

    En outre des scanners plus petits permettent les études sur animaux, notamment rats de laboratoires. (diamètres du tunnel 10 à 40 cm, aimant jusqu’à 17 tesla)
   
    On a aperçu en passant la clinique destinée à recevoir les patients volontaires pour des explorations cérébrales et des laboratoires, bourrés d’informatique et d’écrans.
    Les personnes sur lesquelles les essais ont lieu sont des volontaires, souvent des étudiants en médecine ou biologie. Des personnes ayant des anomalies ou maladies cérébrales (en particulier Alzeimer et ses effets sur l’hippocampe), sont également testées, en collaboration avec leur médecin, non à des fins de diagnostic ou de soins, mais pour essayer de mieux comprendre la maladie et donc la soigner.
    Des bébés et des enfants sont également examinés pour comprendre le développement du cerveau, qui chez le nourisson pèse environ 350 grammes et chez l’homme adulte 1450 grammes en moyenne.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/neurospin1.jpg

Mardi 14 avril 2015 à 18:08

Fonctionnement de Cowblog

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/FyF5kGvF.jpg

Enfin une bonne nouvelle.

    Kaa m’a signalé hier un message de notre nouvel administrateur, dont je vous présente la photo ci-dessus (Ce n’est qu’un avatar humoristique; il est sürement plus mignon que cela, de même que je pense être mieux qu’un ouistiti lol)
    Je vous le reproduit ci dessous tel que je l’ai lu sur mon mac. Cela vous évitera d’aller sur le forum.
    J’avoue que je n’ai pas bien compris le premier paragraphe, n’étant pas assez calé en informatique. Je sais juste ce que sont les codes latin1 et UTF8, car j’ai les deux sur mon mac et par ailleurs j’ai déjà eu des phénomènes analogues de transformations de lettres entre PC et Mac.
   
    Et formidable, je respire, mes presque 3000 articles sont redevenus normaux
    Rectifier à la main les quelques articles que j’ai écrit depuis n’est rien, c’est déjà fait.
    Et également mon système de gestion est revenu, y compris des articles que j’avais écrit d’avance. J’ai juste à les reprogrammer.
    Par contre je n’arrivais plus à publier de nouveaux articles, mais j’en ai fait part sur le forum à notre administrateur, et cela a été réparé de façon ultrarapide

    Merci à notre nouvel administrateur
Nous avons maintenant quelqu’un d’attentif et d’efficace, qui nous écoute.


    J’espère que quand il aura un peu de temps il pourra nous faire un court baratin sur la nouvelle organisation de cow (si j’ai bien compris nous sommes maintenant un petit frère d’eklablog ?).

  Et merci à Kaa pour sa gentillesse

Lancien

Demain, je publie à nouveau un article sur Cowblog.

Texte copié sur le forum

Bonjour à tous,

En effet, désolé pour le problème d'encodage: lors de la migration je n'ai eu accès qu'à phpmyadmin et pas à un accès SSH complet sur l'ancienne machine de cowblog qui m'aurait permis de mysqldump proprement la BDD, et cette #^{|^\[| de phpmyadmin a eu la bonne idée d'exporter la BDD en latin1 et non en UTF8. Comme cowblog utilise un système de cache, et que les fichiers de cache avaient été synchronisés, le problème n'est apparu qu'au fur et à mesure du renouvellement de ce cache.

Dans le cas de Ombre par exemple, tout devrait être rentré dans l'ordre (sauf le dernier article, qui a malheureusement été encodé en Latin1 - il faudra donc le corriger "à la main"). Je suis en train de chercher un moyen de vider les fichiers de cache proprement afin d'éliminer les dernières traces de ce problème, mais malheureusement il faudra corriger vos derniers articles :/

Encore une fois toutes mes excuses pour la gêne occasionnée, la situation devrait revenir à la normale sous peu (pour info, j'ai migré 5 plateformes en même temps que cowblog + l'administration d'eklablog + plusieurs projets internes + une conférence sur Riak (un logiciel que nous utilisons sur une autre plateforme) à Paris la semaine dernière: je fais de petites nuits en ce moment ;))

En tout cas je vous rassure, l'intégralité de vos anciens articles est désormais encodée correctement dans la base de données. Malheureusement les articles postés après la migration (donc début avril) seront à corriger :/

Cordialement,
lid
Administrateur Systèmes UMC group

Lundi 13 avril 2015 à 9:05

Fonctionnement de Cowblog

http://lancien.cowblog.fr/images/images/1589811.jpg

     Pendant toute ma carrière, il m'est arrivé une dizaine de fois de changer de poste.
      Quand j'arrivais dans mon nouveau poste, je rassemblais mes collaborateurs, je leur disais que j'étais heureux d'être avec eux, que je souhaitais mieux les connaître, je les rassurais en leur disant que je n'allais pas tout bouleverser et j'essayais de résumer quelle serait ma politique future et je leur demandais leur avis.
      Un nouveau patron a parait il, acheté cowblog. On ne sait pas qui c'est. Pas un mot sur le forum ou sur le blog de l'équipe. Tout cafouille et part à  la dérive. Il ne semble pas y avoir, ni webmaster, ni informaticien, et la messagerie  « nous contacter » ne fonctionne plus. On ne sait même pas s'ils ont été regarder un blog, et à mon avis, ils ne savent même pas que le changement de serveurs a mis une pagaille noire.
     Combien de temps cela va durer personne ne le sait.

     Quelques uns de mes fidè¨les lecteurs viennent encore ici en mettant mon adresse sur leur navigateur, car on n'accède plus par les adresses internes à  cowblog (par exemple celles des commentaires où on obtient «  page non trouvée »)
     Par contre on a maintenant des pages de pub surgissantes que n'arrête pas Adblock, et pire des mots insérés dans notre texte en « majuscules gras », qui, si on clique dessus, déclenchent des pubs. C'est vraiment un scandale de dénaturer ainsi les textes des auteurs d'articles.
      Je ne sais pas si tout cela s'arrêtera un jour.

 
Mais je reste pour le momenti sur cowblog et j'espère que cela reprendra..... comme avant ?   Sauf que nous aurons probablement perdu de vieux amis comme Kaa et Maud

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast