Dimanche 20 septembre 2015 à 16:45

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/648x415techniciennelaboratoire.jpg

    Les produits chimiques et médicaments agissent de façon parfois inattendue sur notre organisme, et des traitements originaux apparaissent souvent.
    C’est ce qui vient de se passer pour une sorte de leucémie, au nom barbare de « leucémie myéloïde chronique » qui, en France touche environ 5000 personnes et fait tous les ans 600 cas supplémentaires, survenant principalement après 50 ans. Elle représente 10% des leucémies.

    C’est une maladie redoutable, dans laquelle des cellules souches malignes de la moelle osseuse produisent des globules blancs de façon excessive. C’ est un cancer du sang et de la moelle osseuse (à ne pas confondre avec la moelle épinière qui est composée de neurones et de leurs dendrites et axones; la moelle osseuse, c’est ce que vous mangez dans les os à moelle; c’est ce que l’on appelle les tissus hématopoïétiques, qui produisent globules rouges, globules blancs, et plaquettes : les globules rouges, ou érythrocytes, transportent l'oxygène vers tous les organes et tissus pour nourrir les cellules; les globules blancs, ou (leucocytes, luttent contre les infections; les plaquettes permettent au sang de coaguler pour contribuer à arrêter le saignement lorsqu'un vaisseau sanguin a été lésé).
    Aucune cause n'a été retrouvée. I, et il n’existe pas de facteur héréditaire connu.
    Les indices sont une intense fatigue et une augmentation du volume de la rate (splénomégalie). Le diagnostic est alors confirmé par une analyse du sang et de la moelle.
    Pendant la phase chronique la moelle osseuse et les globules blancs conservent leur activité; elle peut durer 3 à 5 ans. Puis le nombre de globules blancs et de cellules immatures augmente énormément et 6 à 9 mois après plus du tiers de ces cellules sont atteintes et apparaissent des tumeurs sur les os et les ganglions lymphatiques. Sans traitement la mort intervient dans les mois qui suivent.

    Jusqu’en 2000, les traitements étaient barbares et peu efficace : arsenic, irradiation de la rate, chimiothérapie. La greffe de la moelle osseuse était efficace, mais c’est un traitement lourd et qui ne peut être généralisé , compte tenu des risques de rejet, qui exigent des donneurs aux caractéristiques pointues.
    Depuis 2001, un traitement simple et efficace existe : c’est l’administration d’un médicament, le Glivec, qui bloque la dérégulation d'une enzyme responsable de la maladie. Le traitement est efficace à 80%, mais il doit être permanent sinon le dérèglement recommence à se manifester. En effet les cellules souches cancéreuses ne sont pas détruites, et se réveillent si on cesse d’administrer le médicament inhibant l’enzyme.
    Des médicaments analogues existent mais avec les mêmes contraintes.

    Le CEA (METI) en collaboration avec l’hôpital de Versailles, a utilisé, en complément du Glivec, un médicament déjà utilisé pour le traitement du diabète, le pioglitazone. Celui-ci détruit les cellules souches « endormies » et la guérison peut alors être définitive.
    Les essais ont eu lieu d’abord sur des personnes atteintes de myéloïde et de diabète, puis sur des personnes non diabétiques. Les patient continuent actuellement à prendre le Gilvec, jusqu’à ce qu’on se soit absolument assuré que toutes les cellules souches ont été détruites.
    Le problème est actuellement le coût du médicament : 2000 € par mois et par personne. Des progrès sont à faire dans ce domaine.

Samedi 19 septembre 2015 à 9:29

Animaux

Le site Buzzly, que je visite souvent a publié de belles photos de renards, endormis dans la nature.

      Je vous en montre quelques unes :


http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux5/php0wOEmE.jpg
 
















http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux5/phpO85rFT.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux5/phpL7J6Jq.jpg




















http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux5/phpLmcAsd.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux5/phpgIXMVD.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux5/php97EG0b.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux5/php4K4kIb.jpg

 

Vendredi 18 septembre 2015 à 9:32

Fonctionnement de Cowblog

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/canstockphotocsp13915453.jpg
Il y a de nouveau des problèmes sur Cowblog, et je vais pousser une râlante à la place.

        Entre les trois jours des 5, 7 et 11 septembre, plus de 700 commentaires publicitaires ont été mis sur mon blog sur des articles différents.
Ils reprenaient une phrase d'un texte qui ne signifiait rien rapportée à l'article, et c'étaient des pubs pour des marchands de chaussures ou de vêtements, un serrurier du 15ème, des artisans divers, commentaires évidemment mis par un robot la nuit..
      Je les détruis évidemment  immédiatement. Ce n'est pas très long à faire, (on peut sélectionner tous les commentaires d'une page dans la gestion des commentaires du blog), mais cela m'agace.

      Par ailleurs je ne sais pas si cela est pareil pour mes lecteurs, mais je n'ai plus de statistiques depuis fin juin, et bien que je l'ai signalé au webmaster, pas de changement depuis.
     Cela ne me gêne pas de ne pas savoir le nombre de lecteur quotidien, mais par contre les statistiques de lecture par article m'étaient précieuses, car je savais ainsi quels étaient les sujets qui intéressaient le plus mes lectrices et lecteurs.
      Avez vous le même ennui, ou savez vous ce qu'il faut faire pour rétablir un service de statistiques. Je n'ai pas trouvé de réponse sur le forum.

     J'espère que, avec la rentrée, Cowblog va mieux fonctionner, car sinon l'hémorragie d'auteurs de blogs va continuer.
     Je coyais que les propriétaires de cow voulaient le garder en vie, en nous fusionnat avec Ekablog, sans que cela porte préjudice à nos blogs. Me serais je trompé ?

Lancien

Jeudi 17 septembre 2015 à 7:53

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/thumb329defaultseizeneuf.jpg

    J’avais fait le 3 mars 2012 un article sur l’hémophilie et le traitement réussi aux USA en utilisant un virus non pathogène modifié génétiquement, sur lequel on avait greffé le gêne codant une protéine essentielle à la coagulation du sang. Le virus a transmis ce gène aux cellules des patients et leur hémophilie a été guérie ou grandement atténuée.
    Je disais en conclusion que j’espérais que de telles thérapies géniques pourraient  un jour s’appliquer à la maladie de Crohn ou à la mucoviscidose.
    La maladie de Crohn, qui est une maladie génétique inflammatoire et hémorragique des intestins et les maladies voisines, touchent environ 150 000 personnes en France.
    J’ai connu plusieurs personnes atteinte de la maladie de Crohn. C’est une maladie pénible avec des rémissions et des crises, plus ou moins graves selon les personnes, mais qui peut entraîner des ablations successives de l’intestin et engager le pronostic vital.
    Elle a une cause génétique ou plus exactement épigénétique et apparait en général entre 14 e 30 ans, et dure toute la vie du malade. Les femmes sont davantage touchées que les hommes. Elle modifie le microbiote de l’intestin.
    Un des malades que je connais a ainsi des hauts et des bas et arrive à survivre au prix de souffrances périodiques, une autre malade est moins gravement atteinte, et une troisième, pourtant assez gravement atteinte, a guéri brutalement de façon presque inexpliquée, suite à un traitement banal, sans effets sur d’autres patients.
    C’est donc une maladie difficile à soigner, comme toutes les maladies auto-immunes. Aucun médicament ni régime alimentaire n’a pu jusqu’à présent la soigner systématiquement.

    Je viens de lire le compte rendu d’une étude d’une équipe de Lille (Université, Inserm et CHR) - http://www.nature.com/mi/journal/vaop/ncurrent/full/mi201562a.html -
qui a réussi à atténuer la maladie chez des rats de laboratoire, en rééquilibrant le système immunitaire grâce à un traitement par une protéine.
    Cette équipe a utilisé une protéine, appelée P28GST (je l’appellerai P), qui est une protéine connue, appartenant à un ver parasitaire, le « schistosome », qui est responsable de la maladie dite « bilharziose », qui touche environ 180 millions de personnes dans le monde et notamment en Afrique et dans les zones subtropicales ou tropicales, et provoque tous les ans 280 000 décès.
    Cette maladie est provoquée par les oeufs du ver, qui sont déposés dans les tissus hépatiques, et provoque un afflux de cellules inflammatoires (lymphocites et ésinophiles), qui sont peu à peu transformées en un tissu fibreux, qui va perturber la circulation sanguine.
    On a constaté que les malades atteints de bilharziose étaient très rarement atteints par des maladies auto-immunes et l’équipe de Lille a constaté que l’introduction de larves du ver diminuait la colite due à la maladie de Crohn, puis a réussi à identifier la protéine P comme responsable de ce phénomène, et l’a ensuite utilisée comme médicament.
    La protéine P est produite en levures et possède des propriétés anti-oxydantes, anti-inflammatoires et immuno-géniques; elle est très bien caractérisée sur le plan biochimique et fonctionnel, et sa production sous forme de levures est maîtrisée. La molécule a franchi avec succès les épreuves de toxicité aigüe et chronique jusqu’en phase 3 dans une application à la bilharziose, et elle subit des essais de phase 2 spécifiques de la maladie de Crohn.
    Un adjuvant a été étudié, qui augmente l'effet anti-inflammatoire de la vaccination par la protéine P.
    Le travail de l'équipe lilloise est désormais couronné de succès puisqu'il en est maintenant aux premiers essais cliniques chez l’homme, sur 24 patients, à l’hôpital universitaire de Lille.
    On peut donc espérer dans les années qui viennet un traitement efficace de la maladie de Crohn..

Mercredi 16 septembre 2015 à 8:26

Architecture

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/steutropehtjugemtd.jpg

     Un de mes frères a une maison en Charentes et, pour aller chez lui, on passe par une petite ville  Saintes, qui a une basilique superbe, faisant partie de l'abbaye de Cluny.
      Fondée en 1081, elle a perdu sa nef en 1803. Sa flèche haute de 80 mètres, date en fait du XVème siècle, Le chœur gathique date du XVIème siècle, mais la façade actuelle, pastiche roman, date du xixème, suite à l'amputation de la nef.
     La basilique funéraire - également appelée église basse ou crypte - est la partie la plus ancienne de l'édifice.
Elle est superbe.

http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/dscf0568.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/Unknown-copie-4.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/SaintSE01.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/img19911.jpg

































http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/SaintesStEutropecrypte10.jpg
















http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/SaintSEc20-copie-1.jpg




























http://lancien.cowblog.fr/images/Artarchitecture2/1francecharentemaritimesainteseglisesainteutropecrypt.jpg

Mardi 15 septembre 2015 à 17:41

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/gadgets.jpg
    Nous avons vu que les risques engendrés par les rayonnements électromagnétiques non ionisants, et en particulier les ondes radio, étaient quasi nuls;
    Pourtant certaines personnes se disent sensibles à de tels rayonnements, et pour la première fois un tribunal a attribué une indemnité, comme s’il s’agissait d’une maladie professionnelle, ce qui va faire jurisprudence.

    Qu’en est il exactement de cette hypersensibilité.?

    
L'électrosensibilité, aussi appelée « intolérance environnementale idiopathique aux champs électromagnétiques », est revendiquée par des personnes qui souffrent d'un ensemble de symptômes variables comme des maux de tête, de la fatigue, des rougeurs cutanées, des troubles du sommeil, des palpitations cardiaques ou encore des troubles de la concentration.
    Les symptômes et les souffrances de ces personnes ne sont pas contestables mais leur origine reste incertaine.
    A ce jour, les multiples études conduites par la communauté scientifique n'ont pas permis d'identifier un lien de cause à effet avec une exposition à ces champs électromagnétiques, ce qui d’ailleurs, ne facilite pas leur prise en charge par les médecins,
    C’est le patient lui même qui attribue ces symptômes aux champs électromagnétiques et la première difficulté que rencontrent les chercheurs, c'est que les symptômes attribués aux champs électriques sont très hétérogènes et souvent rencontrés en population générale, en l’absence de tout champ important.
    Le deuxième problème est qu’aucune lésion somatique (biologique) n’est identifiée comme étant causée par l'exposition électromagnétique.
    Enfin et c’est le plus important, on ne peut reproduire en laboratoire d’expérience valable sur ces personnes, qui prouverait qu’elles sont vraiment sensibles à ces rayonnements. Les expériences faites à leur insu se sont révélées négatives.
    Aucune expérimentation sur l’animal n’a abouti.
    La question de l'origine de ces symptômes reste donc ouverte. On n'écarte pas la possibilité d'une causalité, mais elle n'est pas identifiée.

    La seule chose certaine, c’est que ces personnes , mises en un lieu où il n’y a plus aucun champ électromagnétique (plus de téléphone, de télévision, de câbles électrique, d’appareillage électrique non blindé…) ne souffrent plus, mais on ne peut leur cacher toutes les mesures prises pour cela, et donc, si leur souffrance est purement psychologique, il est normal qu’elle cesse.

    En fait à part un certain nombre d’illuminés ou personnes ayant des problèmes psychologiques, certaines personnes en très petit nombre, ont des manifestations désagréables, mais rien n’a prouvé jusqu’à présent leur origine, mais ce mystère plaît beaucoup aux journalistes, amateurs de sensationnel.
    Si vous pensez souffrir d’une telle pathologie, il faut voir votre médecin traitant, afin de réaliser un examen médical complet destiné à identifier toute pathologie qui pourrait être responsable des symptômes.
    Des mesures de la radiofréquence sur site (chez vous ou à votre travail) sont aussi préconisées pour connaître l’environnement, mais aussi une évaluation psychologique des conditions de vie et de stress.
    Il serait regrettable en effet, sous prétexte que l’on croit responsables les rayonnements électromagnétiques, que l’on passe à coté des vraies raisons que l’on pourrait soigner.
    Et si vraiment on ne trouve rien et on reste persuadé de cette origine, alors il serait intéressant de contacter des cherche



Lundi 14 septembre 2015 à 17:29

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/70e54e40df3911e28adb27ced0b46200493x328.jpg

     Les médias ont souvent monté en épingle, parce que sensationnel, le danger des rayonnements électromagnétiques des lignes à haute tension et des téléphones portables.
    Pourtant aucune étude scientifique ne vient confirmer ce risque, mais on ne peut jamais dire que le risque est nul, car on ne sait jamais non plus démontrer le contraire avec certitude.

    Nous avons vu que les champs électromagnétiques aux fréquences  du transport de courant et des ondes téléphoniques, ne pouvaient créer qu’un léger échauffement, et que celui ci était négligeable, compte tenu des faibles champs enregistrés au voisinage des lignes à haute tension, et des antennes et des téléphones portables.
    On n’a jamais pu non plus mettre en évidence que la part magnétique de ces champs avait une quelconque action sur la transmission des influx nerveux.
    Donc au plan purement biologique, rien n’a pu être mis en évidence.

    C’est essentiellement autour du risque pour la santé que pourrait représenter la proximité d’antennes relais que se portent les préoccupations de la population. L’intensité du champ électromagnétique reçu par l’utilisateur d’un téléphone mobile est pourtant bien plus forte que celle reçue au voisinage d’antennes relais. Elle reste cependant inférieure aux valeurs limites recommandées.
    Le problème du téléphone mobile est qu’il peut être utilisé par certains pendant des temps important et très près des oreilles, donc du cerveau, et parfois dans de mauvaise conditions de réception où le flux émis par le téléphone est alors plus élevée pour permettre la réception et l’émission de la parole.
    Néanmoins aucune étude n’a mis en évidence des effets, mais on n’a pas le recul suffisant à long terme et des cancers ont un temps de latence de dix à quinze ans.
    Les autorités sanitaires ont donc émis des recommandations pour éviter une utilisation trop importante par les jeunes enfants, car elles ne peuvent démontrer non plus qu’il n’y a pas de risque et appliquent alors le principe de précaution..
    De toutes façons limiter leur usage du téléphone ne pourra qu’être bénéfique pour leurs études !!

    L’autre bête noire est la proximité des lignes hautes tension, car elles perturbent effectivement l’usage des téléphones portables et même de la radio et de la télévision. Alors on pense qu’elles sont aussi un perturbateur pour l’homme.
    Pour la plupart des personnes, ces rayonnements mystérieux, invisibles, impalpables et d'autant plus menaçants, seraient ainsi responsables de plus de stress, de nervosité, d'irritabilité et d'insomnies, mais surtout de l'augmentation du nombre des cancers, notamment des leucémies infantiles.
    Le risque pour la santé des personnes exposées aux champs électriques et magnétiques de fréquence extrêmement basse (50-60 Hz) a été largement étudié car tous les pays développés sont concernés. Depuis plus de trente ans, les recherches faites sur des animaux, ou des études épidémiologiques statistiques sur l’homme,n’ont pu établir aucun effet sanitaire et aucun mécanisme par lequel ces champs pourraient être dangereux n'a été mis en évidence.
    Les champs magnétiques des lignes à haute tension n'ont pas une énergie suffisante pour endommager les chromosomes. Ils ne peuvent donc pas déclencher la première étape de l'évolution d'une cellule normale vers une cellule cancéreuse. Sur des cultures biologiques, aux niveaux d'exposition rencontrés, les études n'ont jamais montré de manière reproductible d'effet, c'est-à-dire de prolifération de cellules précancéreuses.
    En dehors des leucémies, les études ne montrent pas de risque de cancer, notamment de tumeur cérébrale. Le risque de leucémie de l'enfant a fait l'objet d'une trentaine d'études, pour la plupart négatives. Les quelques études positives, qui ont conduit à classer ces champs magnétiques comme « peut être cancérigènes », sont en fait contestables, car l’estimation rétroactive des niveaux d’exposition est très peu précise et l’étude n’a pas pris en compte des changements de lieu d’habitation.
    Par ailleurs dans ces études statistiques, de nombreuses causes peuvent être à l’origine des cancers et il est presque impossible d’isoler de façon précise les contributions de ces diverses causes. une étude statistique épidémiologique qui met en lumière un risque très faible n’est en général pas significative, sauf si un mécanisme concernant la maladie étudiée et sa cause est aussi mis en évidence, ce qui n’est pas le cas pour les rayonnements électromagnétiques de faible fréquence.

   

Dimanche 13 septembre 2015 à 9:08

Photos, photos comiques

   Après les vacances, on retombe dans la réalité de tous les jurs et on a besoin de rêver un peu, d'avoir la tête dans les étoiles. 

     Alors voici en intermède quelques images de l'espace prise par le satellite embarqué Hubble et publiées sur internet parla NASA : image d'un typhon dans le pacifique, un cratère de Mercure, et diverses photos de nébuleuses, les deux premières étant la nébuleuse "tête de cheval" et celle "tête de sorcière", la nébuleuse Carina et deux nébuleuses en collision dans la constellation du corbeau, et la dernière une éclipse de soleil..

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/typhonpacifique.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/crateredemercure.jpg







 



















http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/nebuleuseTetedecheval.jpg







 



























http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/nebuleusetetedesorciere.jpg























http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/Carinanebet.png


























http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/Corbeaucollisiongalactique.jpg






























http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/nebuleuseM167.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/PIA08097ip.jpg






























http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/SombreroGalaxyininfraredlightHubbleSpaceTelescopeandSpitzerSpaceTelescope.jpg


































http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/1929904eclipseannulairedusoleil.jpg

Samedi 12 septembre 2015 à 9:40

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/Spectrefrequence.jpg

          Nous avons vu hier ce qu’étaient les champs et les rayonnements électromagnétiques : aujourd’hui nous allons parler succinctement d’effets biologiques.

Rayons X et Gamma, lumières UV, visible et Infra-rouge :
   
    Nous avons dit hier que les rayons X et Gamma, encore plus énergiques et pénétrants peuvent casser les liaisons moléculaires et arracher des électrons à la matière et représentent donc un danger pour les tissus humains. Des doses trop élevées peuvent entrainer des dégâts irréversibles, notamment sur les cellules productrices des globules blancs et rouge et entraîner la mort. Des doses plus faibles localisées sur la peau peuvent entrainer des érythèmes (comme les coups de soleil) et des nécroses nécessitant un e amputation.
    Les rayonnements ultraviolets sont beaucoup moins énergiques et moins pénétrants; mais nous savons tous qu’ils sont à l’origine de coups de soleil et de nombreux cancers de la peau.
    La lumière visible et infrarouge est encore moins énergétique et pénètre peu la peau. Mais elle peut l’échauffer et soit aggraver les coups de soleils dus aux UV, soit provoquer des brûlures. Quand vous cuisez un rôti dans votre four, il ne touche aucune plaque chaude : ce sont les rayons infra-rouges produits par les résistances qui chauffent l’air, le portant ainsi à environ 200 d°C.

    Les radars et les ondes radio, les micro-ondes :


    Ces ondes sont de fréquence moindre et transportent individuellement poins d’énergie. Mais on peut électriquement augmenter considérablement le champ induit par un émetteur et donc lui faire produire une énergie considérable.
    Ces ondes sont beaucoup plus pénétrantes et peuvent agir sur les molécules de faible poids, comme les molécules d’eau, en les faisant vibrer et en échauffant donc la température du liquide (qui traduit l’agitation moléculaire).
    Le corps humain étant constitué aux 3/4 d’eau, y est donc sensible, à condition que les énergies distribuées soient fortes.
    Un radar produit une grande quantité d’énergie dans la calotte émettrice et si nous y mettions notre mains nous pourrions être brûlés (mais l’accès à ces endroits est interdit mécaniquement). Cette énergie décroit comme le carré de la distance et lorsqu’on détecte un véhicule ou un avion à quelques centaines de mètres l’énergie en jeu est très faible et sans danger. C’est la sensibilité des récepteurs qui permet de détecter le signal réfléchi.
    De la même façon l’énergie produite dans le four à micro-ondes va chauffer l’eau dans un verre très rapidement à 100 d° et notre main serait détruite si nous pouvions la mettre à la même place. Mais si l’on considère les ondes wi-fi ou bluetooth, utilisée en transmission d’information, l’énergie mise en jeu est si faible qu’il n’y a plus de manifestation importante : vous pouvez laisser votre main plusieurs minutes à coté de votre box internet, elle ne chauffera pas ou d’une quantité infime sans conséquence et indécelable.

    Les ondes de téléphones mobiles :


    Comme les micro-ondes, les ondes des téléphones mobiles peuvent provoquer un échauffement, mais ils sont extrêmement faibles, et donc ne peuvent troubler la thermorégulation du corps humain
    Mais, selon l’OMS, les données actuelles ne confirment pas l’existence d’effets sanitaires avérés résultant d’une exposition à des champs électromagnétiques de faible intensité dans le domaine des radiofréquences.
    En fait il n’y a effet sanitaire que lorsque les facultés de réaction normale de l’organisme pour compenser ces effets sont dépassées : en cas d’exposition de très longue durée ou très intense.
    Les téléphones mobiles peuvent, dans de rares cas, perturber le fonctionnement de stimulateurs cardiaques et de prothèses auditives. Les utilisateurs de tels appareils devraient consulter leur médecin pour déterminer leur sensibilité à ces effets.

    Les émissions des conducteurs électriques :

    On ne peut mettre aucune action en évidence sur les tissus humains et les conducteurs courants n’émettent que très peu d’énergie.
    Les lignes à haute tension émettent des champs plus importants, mais là encore, on ne peut mettre en évidence d’effet direct. Des études épidémiologiques statistiques ont déterminé un risque accru de leucémie chez des enfants vivant à proximité de lignes à haute tension. Mais on n’a ni confirmation ni explication de ce résultat.

    Les champs magnétiques statiques des aimants à fréquence nulle :

    Rien n’indique que l’exposition transitoire à des flux magnétiques statiques, jusqu’à une densité de 2T, produise des effets sur la santé et la plupart des aimants n’induisent que des champs plus de mille fois inférieurs.   
    Des aimants de plusieurs teslas ne sont utilisés que dans des appareils spéciaux en recherche des particules ou en recherche biologique (RMN).
    Une exposition à un champ magnétique statique de très grande intensité (supérieure à 2T) peut induire certains symptômes : réactions cutanées, malaises (nausées, vertiges),  goût métallique, perception de taches lumineuses,  modification de l’électrocardiogramme (ECG).
    Ces champs attirent les objets métalliques sensibles et induisent des courants dans des conducteurs. Les dispositifs médicaux implantables actifs (stimulateur cardiaque, pompes à insuline) peuvent subir des dysfonctionnements et les implants passifs (broches ou plaques) peuvent se déplacer sensiblement par attraction.

    La règlementation :

    Pour prévenir les éventuels effets liés à une exposition à des champs électromagnétiques trop intenses, des valeurs limites d’exposition ont été définies, sur une recommandation de l’Union européenne et sur les lignes directrices de la Commission internationale de protection contre les radiations non ionisantes (ICNIRP) publiées en 1998. Le Décret n°2002-775 du 3 mai 2002 et l’arrêté du 8 octobre 2003 fixent les valeurs limites que ne doivent pas dépasser les champs électromagnétiques émis par les stations radioélectriques et les équipements terminaux radioélectriques et des directives du parlement européen fixent les conditions auxquelles doivent se soumettre les équipements terminaux de télécommunications et les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à l'exposition des travailleurs aux champs électromagnétiques.


Vendredi 11 septembre 2015 à 10:10

Biologie, santé.

  La télé et lé presse se sont fait l’écho de la reconnaissance du droit à une indemnité d’une personne hypersensible aux hyperfréquences, ce qui est un précédent juridique. Ce qui est curieux c’est que cela ne s’appuie sur aucune certitude scientifique ou médicale.
    J’ai pensé qu’il serait intéressant de faire le point de la question, mais en commençant par de la physique avant de parler demain de biologie dans les trois articles suivants.

   
    Qu’est ce qu’un champ électromagnétique ?

    On parle d’exposition aux champs électromagnétiques; encore faudrait il savoir ce que c’est et où on les rencontre.
    La notion de champ est utilisée en physique pour traduire l’influence que peut exercer, à distance, un objet sur son environnement.
    Un champ électromagnétique est constitué de l’association d’un champ électrique et d’un champ magnétique.

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/presencechampelectriquemagnetique.jpg

    Un champ électrique est la possibilité d’action à distance d’une charge électrique sur une autre charge électrique, car elles exercent l’une sur l’autre une force qui les attire ou les repousse, selon leurs charges.
    Lorsqu’il s’agit de charges fixées sur un support on parle aussi de champ électrostatique; vous vous êtes sûrement amusé au collège à frotter une tige de verre avec un chiffon de laine et a attirer ensuite de petits bouts de papier. En la frottant on fait apparaître des charges électrostatiques sur la tige (des accumulations des électrons de ses atomes), et celles ci attirent les charges qui existent du les feuilles de papier et dont l’emplacement est modifié par l’attrait de la tige.
    De même deux tiges électrisées s’attirent ou se repoussent.
    La réalité c’est la force induite par chaque tige l’une sur l’autre. Le champ électrique c’est lorsqu’il n’y a qu’une seule tige, la possibilité de cette force en un point de l’espace, si on y mettait la seconde tige : elle est caractéristique de la charge électrique de la première tige et de la distance à laquelle on se place. Cela permet ensuite de calculer la force exercée qui dépend aussi de la charge de la seconde tige.
    Si l’une des charge électrique est mobile, elle pourra être mise en mouvement par la force créée par le champ due à une autre charge. C’est ainsi que l’on va créer un courant électrique dans un conducteur, en déplaçant les électrons qui sont relativement mobiles dans un métal conducteur., comme le cuivre.
    Dans la pratique, tout fil ou appareil électrique sous tension crée un champ électrique autour de lui, même s’il n’y a pas circulation de courant.
    Ce champ est caractérisé par la différence de potentiel entre deux points de l’espace exprimée en volts par mètre.
    Ainsi si vous êtes en un point à une certaine distance d’une antenne radio, la différence de potentiel entre l’antenne et l’endroit où vous êtes correspondra à une certaine valeur en volts/mètre, qui caractérisera le champ électrique.

    Les champs magnétiques sont provoqués par le déplacement de charges électriques. Ils n’apparaissent que lors du passage d’un courant électrique dans un conducteur. Plus l’intensité du courant est élevée, plus le champ magnétique est important.
    L’exemple classique est l’électroaimant, qui, si vous faites passer un courant dans le fil de la bobine, va créer un champ magnétique, qui représente là encore la « possibilité d’une force » et si un morceau de fer est présent dans le champ, il sera ainsi attiré par la bobine.
    Le champ magnétique en un point est mesuré en Tesla, mais comme c’est une unité qui correspond à un champ énorme, on parle le plus souvent de millionièmes de Tesla ou µT.

    Un champ électromagnétique peut être constant dans le temps : c’est le cas des champs électrostatiques et de champs magnétiques produits par des aimants.
    Mais il peut aussi être variable au cours du temps, cette variation est caractérisée par le nombre de cycles par seconde, oui d’oscillations par seconde : il s’agit de la fréquence.
    Il existe des champs électromagnétiques de diverses fréquences, exprimées en hertz (Hz). C’est le nombre de variations du champ par seconde.
    Dans la théorie électromagnétique  où l’on associe une onde et une particule, la fréquence est celle de l’onde associée et elle correspond à l’énergie transportée par chaque particule. Plus la fréquence est grande plus l’énergie est importante (l’énergie est proportionnelle à la fréquence.
    Dans le cas de fréquences faibles, l’énergie transportée est trop faible pour avoir une action sur les molécules : c’est le cas pour les ondes radio et la lumière visible. Tout au plus peut il y avoir dégagement de chaleur pour des expositions très fortes.
    Les rayons ultraviolets peuvent modifier le niveau de liaisons chimiques en même temps qu’apporter de la chaleur d’où les « coups de soleil » et le risques associés cancérigènes.
    Les rayons X et Gamma, encore plus énergiques et pénétrants peuvent casser les liaisons moléculaires et arracher des électrons à la matière et représentent donc un danger pour les tissus humains, une irradiation trop forte pouvant entrainer la mort.

    Le tableau ci dessous représente la gradation des diverses fréquences :
(1kHz = 10 puissance3 Hz; 1MHz = 10 puissance6 Hz; 1kGz = 10 puissance9 Hz; 1THz = 10 puissance12 Hz; 1PHz = 10 puissance15 Hz; 1EHz = 10 puissance18 Hz)    UMTS est le sigle américain pour la téléphonie mobile 3 et 4G (le tableau est pris sur Wikipédia) :

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/frequencesrayonnements.jpg                     
   
    Les champs électriques et magnétiques décroissent rapidement quand on s’éloigne de la source de champ. Dans le domaine des extrêmement basses fréquences, le champ électrique est facilement arrêté par la plupart des matériaux, même faiblement conducteurs, mais à l’inverse, la plupart des matériaux sont transparents vis à vis du champ magnétique.

    Demain nous verrons quels sont les effets physiologiques des rayonnements électromagnétiques. Dans les deux articles suivants, je parlerai des lignes haute tension et des téléphones mobiles, puis de l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast