Jeudi 31 décembre 2015 à 9:46

Chats

http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/langag10.jpg

           C'est le réveillon et je n'ai pas envie de faire un article sérieux.
           J'ai lu un article sur le code de communication de la queue du chat.
           Bien que, pour moi, cela évoque surtout une chanson ces Frères Jacques, je vous en livre les secrets en intermède :

http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/mouvementsqueuechat.jpg








Il porte la queue haute sur son dos pour vous saluer, lorsqu'il cherche quelque chose ou quand il vient demander une faveur, à manger par exemple.














http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/mqueuedechat4683.jpg










Quand il chasse, la queue est basse et il en agite le bout











http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/original.jpg






Il se promène avec la queue à 45 d° environ, plus bas s'il court








http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/portqueuesagressionchat.gifSi quelque chose attire son attention, il lève sa queue et ses deux oreilles sont orientées vers l’avant, toutes droites.
Soulever sa queue peut également être un signe de bienvenue.
Si le chat est méfiant, il bouge sa queue lentement de gauche à droite.

http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/4t1403.jpg





En colère ou en cas d'agression, il fouette avec sa queue
(attention, ce n'est pas un petit toutou !)







http://lancien.cowblog.fr/images/Chats2/QueueChat.jpg

Mercredi 30 décembre 2015 à 9:19

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Santebiologie2/47447656cdd8desmedecinsdansunhopitaldemonroviaaua54cd08a9cb3a5ad4156acfc53ddb00a.jpg

J’ai lu dans le presse médicale anglaise un article inquiétant   (http://www. thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099%2815%2900546-0/fulltext ).

    A la suite des épidémies importantes de fièvre Ebola en Afrique (j’ai fait plusieurs articles çà ce sujet), notamment en Sierra Léone, les médecins ont étudié pour la première fois sur le terrain et par des examens des malades guéris, les éventuelles séquelles de leur maladie. Il y avait peu de données sur ce sujet parce qu’il y avait peu de survivants et la priorité était la lutte contre la maladie.
    Celle ci étant, au moins pour un certain temps, éliminée, les études des personnes qui en sont réchappées ont pu être faites.

           Voici l’une des conclusions : « 277 survivants (dont 57% de femmes) ont été examinés pour cette étude entre le 7 mars et le 24 avril, quatre mois en moyenne après leur guérison. 76% d'entre eux souffraient d'arthrite, 60% de problèmes de vue, 18% d'une inflammation à l'oeil (menaçant potentiellement la vue) et 24% de troubles de l'audition comme les acouphènes. »

    L’étude n’est pas totalement probante car il n’y avait pas de groupe de comparaison témoin valable de personnes non infectées par la maladie, et les examens de troubles auditifs sont insuffisants, faute de matériel.

    L’un des problèmes important est de savoir si des virus subsiste,t encore dans quelques parties de l’organisme : yeux, oreilles, organes génitaux…
    Il serait intéressant de poursuivre ces études et notamment de rechercher dans les dossiers médicaux si des analyses pourraient indiquer la gravité de l’infection au moment de la maladie, liée notamment à la quantité de virus présente dans le corps.
      Malheureusement les moyens médicaux de ces pays en matériels, laboratoires et personnel médical sont très insuffisants.

    Si la lutte contre la maaldie d’Ebola a fait des progrès certains, malheureusement il semble que des séquelles graves puissent encore subsister.

Mardi 29 décembre 2015 à 9:12

Fonctionnement de Cowblog

http://lancien.cowblog.fr/images/Bloginformatique/1308657955982.jpg

     Cowblog va de plus en plus mal et je me rends compte que les 3/4 (ou plus), des correspondant(e)s auxquels je tenais sont parti(e)s.
Cela devient le désert. Et sans statistiques on ne sait même plus si on a encore des lecteurs.
     J'aimais bien écrire mon article quotidien, mais vu la situation, je crois que je vais diminuer un peu mon rythme, qui est assez contraignant.
     Plus moyen de contacter le webmasster sur cow, ni d'écrire sur le forum.
     Alors j'ai envoyé un mail à l'adresse mail de Lid, qui nous avais très efficacement dépanné au départ de l'ancienne équipe de cow,  et je l'ai envoyé aussi à Eklablog. Je ne savais pas ce que cela donnerait
En voilà le texte ci dessous :


" Bonjour Lid,

     Je ne sais pas si vous êtes encore notre webmaster, mais les cowbloggers se sentent abandonnés actuellement.
     Je ne sais pas si l'intégration à eklablog a eu lieu. Je ne pense pas du fait que rien n'a changé sur cow et l'éditeur n'est pas celui d'Eklablog où j'ai un autre blog. Par contre tout se détériore ici. Plus de statistique et la mise à jour des blogs parus ne se fait plus, pas plus que celle de l'annuaire. On ne peut plus poster sur le forum.
     Ne peut on mettre en place la statistique d'eklablog qui est très bien.
Par contre une liste de parution d'article et un annuaire manquent cruellement sur eklabog. Ne peut on adapter ce qu'il y avait sur cow ?
     J'espère que vous pourrez encore vous occuper de nous.
     En attendant votre réponse, bonnes fêtes et bonne année

JP Malardel  lancien sur cow 

et j'ai eu une très bonne surprise, Lid a eu la gentillesse de me répondre dans l'heure qui a suivi, alors qu'il était en vacances et voici sa réponse qui est encourageante. Il nous faut donc un peu de patience.


Bonjour Monsieur Malardel,

Tout d'abord je ne suis pas webmaster mais administrateur systèmes et réseaux ;) - normalement je ne fais pas de "gestion de communauté" (community management dans la langue de Shakespeare).

Concernant les statistiques et le forum, je vais vous expliquer:

* Cowblog utilise le langage PHP
* Cependant Cowblog a été développé à une époque où la sécurité n'était pas la priorité de PHP, ce qui a changé notamment avec le passage de la version 5.3 de PHP à la version 5.4 et supérieure: Cowblog utilise en effet (et donc pour le forum et les stats) ce qu'on appelle des "variables globales", c'est à dire accessibles depuis n'importe quelle fonction PHP - ce qui est, en soit, une très grosse faille de sécurité.
* J'ai donc, lors de la mise à jour vers php 5.4, modifié (enfin plutôt "hacké" au sens "bidouilleur" du mot "hacker") le code source de Cowblog afin qu'il n'utilise plus ces variables globales, notamment pour assurer la sécurité de la plateforme - cependant je ne suis pas développeur, je vais me repencher sur le problème des forums qui ne m'était pas apparu alors et ce dès la fin de mes vacances (le 8 janvier - ça faisait deux ans que je n'avais pas pris de vacances)

Concernant la migration vers Eklablog, elle a été retardée notamment du fait de l'intégration de Kazeo à Eklablog (qui devrait enfin se faire début janvier) qui nous a pris plus de temps que prévu du fait du départ non prévu d'un de nos développeurs. Une fois la migration de Kazeo effectuée nous nous attaquerons à celle de Cowblog.

Dès que j'ai un peu de temps (normalement semaine prochaine avant le premier de l'an) je regarderai au niveau des problèmes de Cowblog (forum et stats).

N'hésitez pas à me contacter, même en vacances je vérifie mes mails, et n'hésitez pas à communiquer (en privé si possible) mon adresse mail aux cowbloggers rencontrant des problèmes afin qu'ils puissent me contacter,

Vous souhaitant d'excellentes fêtes de fin d'année,

Cordialement,
lid'


et une heure après je recevais ce second mail du directeur d'Eklabolg, Damien Mosteiro, qui lui aujssi, malgré ses occupations a pris la peine de répondre :


Bonjour,

En l'occurrence, je suis le webmaster (je n'ai malheureusement pas beaucoup de temps devant moi avec tous les chantiers en cours). Lid fait partie de notre équipe. A l'heure actuelle, nous sommes en train d'intégrer une plateforme de blogs à Eklablog qui est beaucoup plus grosse. Les ressources sont donc concentrés à ce niveau.

Cowblog sera intégré courant 2016. Il n'est pas possible de mettre les statistiques d'Eklablog sur Cowblog. Pour être tout à fait honnête et transparent avec vous, nous n'apporterons aucune modification ou améliorations à Cowblog, la priorité étant donné à Eklablog. Je n'ai malheureusement pas les effectifs et ni les moyens pour développer plusieurs plateformes en parallèle. En revanche, nous nous occuperons dès que possible de migrer Cowblog sur Eklablog pour votre confort d'utilisation.

Concernant l'annuaire ou liste des parutions, ces éléments ne viendront jamais sur le portail d'Eklablog. Ces pratiques pénalisent aujourd'hui le référencement d'une page contrairement à l'époque.
Concernant la migration, la plateforme Cowblog disparaitra pour être transparent. Les blogs seront mis sur Eklablog en conservant leurs adresses et contenus (articles, images, etc ...). A l'issue de l'intégration, tout sera sur Eklablog côté utilisateur avec un identifiant et un mot de passe qui seront communiqués par mail à l'issu du transfert de chaque blog.

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année !

Restant à votre disposition,
Cordialement,

--
Damien MOSTEIRO
Directeur Eklablog
www.eklablog.com

donc il y a de l'espoir pour qu'on s'en sorte sur cowblog, d'ici quelques mois, ce qui tient encore à cœur à ceux qui y restent.
Je publierai alors un nouvel article.
J'ai depuis quelques mois un autre blog sur eklablog pour voir et changer un peu et je publierai aussi un article sur l'environnement eklablog.
Bien entendu, si vous avez des questions à poser, écrivez moi à jpmalardel@gmail.com, j'essaierai, si je ne les ai pas, de trouver les réponses auprès de ces deux personnes, qui m'ont si vite et si aimablement répondu.
Mardi prochain je ferai un article sur eklablog, pour que vous sachiez comment vont être transformés nos blogs.

lancien sur cow

Lundi 28 décembre 2015 à 9:38

Photos, photos comiques

     Au lendemain du week-end de Noäl, ce sera un intermède : des méduses ou animaux voisins, du fond des mers. Photos trouvées sur internet.
Comme vous avez festoyé pour Noël, je sais que vous ne les mangerez pas ! (ce serait dangereux !)


http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/BeautesMarines12005.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/BeautesMarines12009.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/BeautesMarines12010.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/BeautesMarines12011.jpg






http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/BeautesMarines12017.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/BeautesMarines12019.jpg






http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/BeautesMarines12026.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/BeautesMarines12027.jpg

Dimanche 27 décembre 2015 à 9:14

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/dindedenoelsonnantunecloche17428620.jpg

    Nous sommes en période de fêtes et les réveillons de Noël et de Nouvel an sont, dans les familles l’occasion de faire des repas exceptionnels.   
    Parmi les plats préférés des français le foie gras et la dinde aux marrons.
    Mais en faisant mes courses dans les supermarchés, j’entends des personnes qui ont peur d’attraper la grippe aviaire en mangeant ces plats et le gouvernement ne fait pas rassurer sur la télévision.

    Je rappelle d’abord que le virus de la grippe aviaire ressemble à celui de la grippe, et n’en diffère que par une structure interne un peu différente; alors que la grippe humaine est en général un H1N1 ou H2N3, celui de la grippe aviaire est un H5N1.
    Voici à quoi cela correspond :
     A la surface du virus, une protéine (l’hémagglutinine HA) est responsable de la fixation du virus sur les cellules qu’il va infecter. On en connait 16 sortes de H1 à H16.
        Les souches H1, H2 et H3 correspondent aux grippes humaines, les autres à celles sur des animaux, La H5 est très souvent rencontrée sur les oiseaux.
        Une deuxième protéine (la neuramidase NA) avec neuf types de N1 à N9, facilite l’entrée du virus en faisant un « trou chimique » dans les parois cellulaires.
    Un virus de grippe est donc caractérisé par deux lettres correspondant aux deux types de protéines comme le H1N1, mais en fait  il peut y avoir de nombreux virus différents H1N1 correspondant à des ARN différents, issus de mutations génétiques.
    On ne peut pas associer une dangerosité à ces sous types, les grandes pandémies humaines passées correspondant à des virus A, H1N1, H2N2 et H3N2.
     Le virus grippal infecte d'autres animaux que l'homme, terrestres et marins, et c'est chez l'oiseau qu'elle est la plus fréquente : « peste aviaire », « grippe aviaire » ou « grippe du poulet » et celle de ces dernières années très pathogène pour les oiseaux, était de type H5N1.

    Je rappelle par ailleurs qu’un virus ne vit que dans des cellules hôtes vivantes, et il ne peut se multiplier qu’en interne. A l’extérieur d’un organisme il ne survivra que quelques heures, voir quelques jours s’il est protégé de la lumière et de la pluie.
    On peut attraper une maladie bactérienne en étant dans un endroit où a séjourné un malade. Par contre on ne contractera pas une maladie virale si on est à plusieurs mètres de lui.
    La contagion par un virus se fait par contact avec la personne ou l’animal, par respiration des gouttelettes qu’expectore la personne en toussant ou par des liquides biologiques, sang, sueur, sperme, excréments. Pour des virus très contagieux par de que l’on appelle du nom barbare de « fomites », les traces de ces liquides organismes laissées sur des support (par exemple les poignées de portes), et cela pendant quelques heures seulement.
    Pour la grippe aviaire, elle est extrêmement contagieuse entre oiseaux, qui se touchent ou sont en contact avec des fomites laissées sur le sol par des animaux contaminés. Par contre elle est peu contagieuse vis à vis de l’homme, sauf s’il manipule ces oiseaux malades, et notamment leurs plumes, dont il peut respirer de petites particules ou contaminer ses mains.
    Et le virus, en admettant qu’il soit présent dans une viande, ne résistera pas à la chaleur de la cuisson.

    Les gens ont peur parce que les journalistes mettent en exergue le sensationnel et qu’on a abattu 2000 volailles d’un élevage où il n’y avait qu’une bête malade (ou soupçonnée de l’être). En fait la raison est d’éviter de propager la maladie parmi les autres élevages car là, la contagion est grande entre oiseaux (jusqu'à 100% de mortalité dans les 48 heures), et il y aurait une pandémie animale, faisant beaucoup de morts parmi dindes, chapons, oies et canards, poulets etc… ce qui serait une catastrophe économique.
    Evidemment si la maladie ne se propage pas, l’homme est d’autant plus protégé, mais en fait seuls les éleveurs et les gens qui plument les oiseaux sont vraiment exposés.
    Par ailleurs il faut surveiller le virus et notamment ses mutations éventuelles.

    Donc n’ayez aucune crainte :
        - d’abord les précautions et la surveillance sont telles qu’aucun oiseau contaminé ne peut se retrouver sur les étals des magasins.
        - ensuite, quand bien même il y en aurait un, la cuisson détruit le virus et donc manger sa viande ou son foie est dans danger aucun.

Samedi 26 décembre 2015 à 9:06

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Santebiologie2/foie.png

    L’hépatite C est un véritable fléau. Tous les ans, 3 à 4 millions de personnes sont infectées  par le virus et environ 350 000 meurent des pathologies hépatiques qui en résultent.  150 millions de personnes ont une hépatite C chronique.
   
    Qu’est ce que l’hépatite ? C’est une inflammation du foie, le plus souvent causée par une infection par un virus, mais parfois par l’alcoolisme, ou par une intoxication par un médicament ou par un produit chimique.
   
    La majorité des hépatites se résorbent spontanément, sans laisser de séquelles. Parfois, la maladie persiste plusieurs mois. Quand elle dure plus de 6 mois, elle est considérée comme chronique.
    Les symptômes varient beaucoup d’une personne à l’autre et dépendent de la cause de l’hépatite. Certains types d’hépatite provoquent carrément la destruction d’une partie du foie.
    Il y a 6 types de virus d’hépatite : A,B,G,D,E, et G. Les trois premières sont responsables de 90% des maladies. (voir mon article du 9 août 2014)

    L’Hépatite A est la moins grave des hépatites virales. Habituellement, le patient guérit en quelques semaines et reste immunisé à vie, le virus ayant disparu et seuls des anticorps étant présents dans le sang.
    Elle se transmet par l’ingestion d’aliment et de liquides, notamment l’eau, contaminés, principalement par les selles de personnes infectées.
    Un vaccin permet de s’en protéger.

     L’ Hépatite B est la plus fréquente dans le monde, et aussi la plus mortelle. Le virus se transmet au moment des rapports sexuels et par le sang (notamment seringues chez les drogués), et est 100 fois plus infectieux que le virus du sida.
    La grande majorité des personnes infectées parviennent à combattre complètement l’infection. Environ 5 % restent infectées de façon chronique et sont « porteuses » du virus. Les porteurs n’ont pas de symptômes, mais ils courent un risque élevé de souffrir de cirrhose du foie ou d’un cancer du foie, maladies souvent mortelles.
    Un vaccin existe depuis 1982.

    L’Hépatite C est la forme la plus insidieuse, car elle est causée par un virus très résistant. Jusqu’à 80 % des infections au virus de l’hépatite C deviennent chroniques.
    Le virus se transmet le plus souvent par contact direct avec du sang humain contaminé : surtout par l’échange de seringues servant à l’injection de drogues, par la transfusion de sang qui n’a pas été soumis à un dépistage, et par la réutilisation d’aiguilles et de seringues non stériles.
    Il n’y a pas de vaccin et jusqu’à présent il n’y avait pas de réelle thérapeutique et le diagnostic était très tardif, par voie sanguine, nécessitant plusieurs tests, alors que les symptômes étaient déjà déclarés.

    Des progrès ont été faits récemment.
    Des chercheurs de la Irvine School of Medicine de l'université de Californie ont annoncé avoir mis au point un test urinaire simple et peu cher qui permet de savoir si l'on souffre ou non d'une hépatite C..
    Il permettrait de savoir en une fois si une personne a été en contact avec le VHC et si elle développe ou non la maladie, sans passer par la prise de sang, Il faut encore vérifier sur une large échelle la fiabilité du test et réaliser son développement industriel.
    Par ailleurs des médicaments apparaissent peu à peu, mais coûtent très chers.
    Un laboratoire américain a lancé un produit permettant d'obtenir un taux de guérison de plus de 90% avec un traitement de trois mois, mais coûtant 41 000 €.
    D’autres médicaments ont été mis au point, mais presque aussi onéreux. On peut cependant espérer que la concurrence fera baisser peu à peu les prix.

    L’hépatite C est un véritable fléau. Tous les ans, 3 à 4 millions de personnes sont infectées  par le virus et environ 350 000 meurent des pathologies hépatiques qui en résultent.  150 millions de personnes ont une hépatite C chronique.
   
    Qu’est ce que l’hépatite ? C’est une inflammation du foie, le plus souvent causée par une infection par un virus, mais parfois par l’alcoolisme, ou par une intoxication par un médicament ou par un produit chimique.
   
    La majorité des hépatites se résorbent spontanément, sans laisser de séquelles. Parfois, la maladie persiste plusieurs mois. Quand elle dure plus de 6 mois, elle est considérée comme chronique.
    Les symptômes varient beaucoup d’une personne à l’autre et dépendent de la cause de l’hépatite. Certains types d’hépatite provoquent carrément la destruction d’une partie du foie.
    Il y a 6 types de virus d’hépatite : A,B,G,D,E, et G. Les trois premières sont responsables de 90% des maladies. (voir mon article du 9 août 2014)

    L’Hépatite A est la moins grave des hépatites virales. Habituellement, le patient guérit en quelques semaines et reste immunisé à vie, le virus ayant disparu et seuls des anticorps étant présents dans le sang.
    Elle se transmet par l’ingestion d’aliment et de liquides, notamment l’eau, contaminés, principalement par les selles de personnes infectées.
    Un vaccin permet de s’en protéger.

     L’ Hépatite B est la plus fréquente dans le monde, et aussi la plus mortelle. Le virus se transmet au moment des rapports sexuels et par le sang (notamment seringues chez les drogués), et est 100 fois plus infectieux que le virus du sida.
    La grande majorité des personnes infectées parviennent à combattre complètement l’infection. Environ 5 % restent infectées de façon chronique et sont « porteuses » du virus. Les porteurs n’ont pas de symptômes, mais ils courent un risque élevé de souffrir de cirrhose du foie ou d’un cancer du foie, maladies souvent mortelles.
    Un vaccin existe depuis 1982.

    L’Hépatite C est la forme la plus insidieuse, car elle est causée par un virus très résistant. Jusqu’à 80 % des infections au virus de l’hépatite C deviennent chroniques.
    Le virus se transmet le plus souvent par contact direct avec du sang humain contaminé : surtout par l’échange de seringues servant à l’injection de drogues, par la transfusion de sang qui n’a pas été soumis à un dépistage, et par la réutilisation d’aiguilles et de seringues non stériles.
    Il n’y a pas de vaccin et jusqu’à présent il n’y avait pas de réelle thérapeutique et le diagnostic était très tardif, par voie sanguine, nécessitant plusieurs tests, alors que les symptômes étaient déjà déclarés.

    Des progrès ont été faits récemment.
    Des chercheurs de la Irvine School of Medicine de l'université de Californie ont annoncé avoir mis au point un test urinaire simple et peu cher qui permet de savoir si l'on souffre ou non d'une hépatite C..
    Il permettrait de savoir en une fois si une personne a été en contact avec le VHC et si elle développe ou non la maladie, sans passer par la prise de sang, Il faut encore vérifier sur une large échelle la fiabilité du test et réaliser son développement industriel.
    Par ailleurs des médicaments apparaissent peu à peu, mais coûtent très chers.
    Un laboratoire américain a lancé un produit permettant d'obtenir un taux de guérison de plus de 90% avec un traitement de trois mois, mais coûtant 41 000 €.
    D’autres médicaments ont été mis au point, mais presque aussi onéreux. On peut cependant espérer que la concurrence fera baisser peu à peu les prix.

Vendredi 25 décembre 2015 à 17:59

    Joyeux NOËL
            
à toutes mes lectrices et lecteurs.


http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/ccam140011.jpg

Mercredi 23 décembre 2015 à 8:16

Enseignement, école, fac

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/etudesmedecinepenuriegeneralistesformationvotation.jpg
       J'ai eu aussi un bug ce matin dans ma publication qui a mis en page la photo et pas le texte.
       J'ai d'ailleurs de lus en plus d'ennuis sur Cowblog et il semble ne plus y avoir de webmaster dans la maison.
       Je republie don mon article pour demain :


Les études de médecines font souvent parler d’elles, car très longues et très difficile.
    J’ai lu dans la presse la dernière mésaventure.
    Je rappelle que ces études comportent trois cycles successifs et durent 9 à 11 ans (en supposant qu’on ne redouble pas).

Le premier cycle de 3 ans:
    La première année (PACES)  est commune aux études de santé :médecines, pharmacie, dentistes (odontologie), sage-femme (maïeutique) et se termine par un concours où des quotas déterminent le nombre de places dans chaque filière.
    Ceux qui n’ont pas réussi ont le choix entre redoubler une fois et se réorienter.
    La réorientation est de faire une licence en biologie, ou depuis 2015, de suivre les cours d’une licence es sciences pour la santé, avec une passerelle vers la deuxième année de médecine , encore assez floue et expérimentale.
    Puis suivent deux années d’enseignement, relativement théoriques, mais avec des travaux pratiques et des stages, qui débouchent sur un diplôme équivalent à la licence (« diplôme de formation générale aux études médicales »).

Le deuxième cycle de 3 ans :
    Il remplace ce que l’on appelait autrefois l’externat. Les enseignements sont organisés par modules thématiques, le plus souvent, en lien avec les stages et la pratique clinique occupe de plus en plus de temps.
    Ces études permettent d’acquérir une formation médicale complète et de se préparer au deuxième barrage des études de médecine : les « épreuves classantes nationales », (ECN), clé d’entrée vers l’internat, qui permettent de choisir la spécialité et la ville d’affectation. Le diplôme correspondant. « diplôme de formation approfondie en sciences médicales » est équivalent à un mastère.

Le troisième cycle de 3 ans et plus :
    C’est l’équivalent de l’internat. L’étudiant effectue au moins 6 stages semestriels et suit parallèlement des enseignements théoriques (séminaires, cours mensuels…). Enfin, il prépare une thèse de recherche. Pour obtenir le DE de docteur en médecine et s’installer, il faut valider les stages, le DES (diplôme d’études spécialisées) de la discipline suivie et soutenir sa thèse.
    Il y a une trentaine de diplômes d’études supérieures de spécialités, dont médecine générale qui dure 3 ans, les autres spécialités demandant 4 ou 5 ans (notamment en chirurgie).
   
    Quant à la mésaventure dont je parlais, elle concerne le deuxième concours (ECN),  qui lundi 7 décembre était passé par environ 8 300 étudiants en 6ème année. (il y a trois épreuves dans l’année)
    Pour la première fois, les épreuves se passaient sur des tablettes tactiles (on répond à des questions), ce qui devait faciliter le dépouillement. Mais l’épreuse de 3 heures a duré dix minutes, les serveurs aynt été saturés.
    Evidemment les carabins n’étaient pas contents et je les comprends !
    Il semblerait que l’épreuve ait été repassée sans bogues le 9 décembre.
    J’avoue que personnellement, n’étant pas médecin, je me demande comment on peut mettre sur tablette un concours de 6ème année alors que l’enseignement est alors très pratique et que le médecin , lorsqu’il voit le malade peut interpréter ce qu’il voit, poser des questions, bref compléter son diagnostic par des éléments autres que la théorie.

    J’ai autrefois suivi la préparation aux concours des grandes écoles, qui était plus difficiles qu’aujourd’hui, car il y avait moins de débouchés, mais, si ces concours étaient difficiles, ils correspondaient à ce que nous avions appris pendant les années de préparation, avec écrit collectif et oraux individuels. Certes c’était un énorme traavail et un peu de stress, et il y avait une part d’aléas, mais dans l’ensemble, les concours étaient assez justes et correspondaient assez bien aux résultats de l’année scolaire précédente.
    J’ai parmi mes correspondant(e)s quelques étudiant(e)s en médecine. Je pense que leurs études sont beaucoup plus stressantes que celles que j’ai connues en sciences, et surtout qu’elles sont beaucoup plus aléatoires et donc injustes,  Je ne suis pas sûr que ces concours récompensent en fonction de la valeur des étudiants correspondants, ni de leur motivation à soigner les gens, tant en première année qu’en sixième. Certes il faut une énorme quantité de travail, mais je me demande si les épreuves sont bien adaptées au travail futur du médecin, qui allie compétences théoriques, pratiques, savoir faire, vocation et communication humaine.

     Cette fois ci j'ai vérifié, tout l'article est paru. !!

Mardi 22 décembre 2015 à 8:13

Photos, photos comiques

Je suis toujours fasciné par les animaux marins, qui parfois ressemblent plus aux plantes, comme certaines anémones ou coraux
Voici, en interm§de, quelques images trouvées sur internet :


http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/A1.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/A2.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/A3.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/A4.jpg







http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/A5.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/A6.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/A7.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/A8.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/A9.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/A10.jpg

Lundi 21 décembre 2015 à 10:37

Notre personnalité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/personnalitesdifficiles300x249.jpg
     Suite des personnalités limites et difficiles, d’après l’Association américaine de psychiatrie et un  article de Jean-Pierre Rolland, docteur en psychologie et professeur à l’université de Paris Nanterre La Défense (voir l’article d’hier).

La personnalité dite « dépendante » :

    Les personnes dépendantes n’ont aucune confiance en elles, pensent qu’elles ne peuvent s’en sortir sans être aidées et ont donc besoin d’être prises en charge, soutenues et rassurées.
    Elles ont toujours peur d’être abandonnées et réagissent violemment si elles croient devoir se débrouiller seules.
    Elles ont beaucoup de difficultés à prendre des décisions, voire même à rassembler les éléments d’information nécessaires. Elles ne peuvent pas exprimer une opposition ou un désaccord et préfèrent accepter des décisions d’autrui qu’elles jugent mauvaises. Elles considèrent les désaccords et les critiques comme des preuves de leur incompétence.
    Elles sont très influençables et peuvent se laisser manipuler, dominer et tromper par quelqu’un qui va s’occuper d’elles et soi-disant les aider.
    Les situations où elles doivent agir seules sont une grande source de stress, et leurs relations avec les autres se limitent le plus souvent aux personnes qui les aident ou dont elles dépendent.

La personnalité dite « schizotypique» :

    Les personnes de ce type sont excentriques, étranges, se comportent de façon différente et sont maladroites et gênées dans leurs relations avec autrui, ne sachant souvent pas interpréter correctement les signes habituels de communication, et en utilisent d’autres elles mêmes.
    Elles ont un mauvais jugement et leur interprétation fausse d’événements importants, les entraîne dans des situations difficiles. Elles attachent une importance anormale à certains événements ou messages et peuvent avoir l’impression de disposer de « pouvoirs », qui leur permettrait de prévoir lavenir ou d’agir sur les autres.
    En fait, mal à l’aise dans leurs relations, elles ont tendance à éviter les autres.

La personnalité dite « obsessionnelle compulsive » :

     Ce sont des personnes qui, si on se réfère aux préférences cérébrales, sont très excessivement SJ. Elles veulent tout contrôler et attachent trop d’importance à l’ordre, aux règles, aux procédures, aux emplois du temps, au détriment de l’objectif qu’elles perdent de vue et se perdent dans les détails sans vue d’ensemble. Elles perdent beaucoup de temps à vouloir améliorer situations et procédures.
    Ces obsessions se retrouvent dans leur système de valeurs extrêmement rigides et qu’elles veulent en général imposer aux autres.
    Elles ne font confiance qu’à elles mêmes et donc n’écoutent pas et ne délèguent pas, car elles veulent que tout soit fait à leur manière. Elles ont du mal à s’adapter et à prendre des décisions dans les cas qu’elles n’ont pas prévus.
    Leurs relations avec autrui sont dénuées d’empathie : les autres sont des instruments pour faire avancer leurs problèmes à elles et ces personnes sont le plus souvent autoritaires, tatillonnes, et peu compréhensives.

La personnalité dite « borderline » :


    Elle est caractérisé par une très mauvaise image de soi, non seulement un manque de confiance en soi, mais une insatisfaction sur son être, tant physique que psychique, et une instabilité des émotions, mais aussi des relations humaines, et dans l’attitude vis à vis des événements.
    Les personnes sont tantôt optimistes, tantôt pessimistes, passent de la joie et l’euphorie, à la tristesse et l’anxiété, et passent facilement de l’amour à la haine, de l’amitié à l’hostilité, de l’exaltation à la dépression.
    Elles contrôlent ma leurs émotions, et sont sujettes à des pulsions qui apportent ensuite regrets et remords.
    Leurs jugements sont à l’emporte-pièce, leur vision de la vie en noir ou blanc et elles passent rapidement d’un point de vue à celui opposé, ce qui les rend déroutantes et difficiles à prévoir et à comprendre.
    Elles ont une image négative d’elle mêmes qui les empêche de réussir, les fait abandonner trop tôt et brutalement une action pourtant réalisables, et elles peuvent se sentir abandonnées de tous.

La personnalité dite « paranoïaque » :


    Les personnes de ce type, sont excessivement méfiantes et soupçonneuses vis à vis des autres, et pensent en permanence et sans raison, que l’on veut leur nuire, les tromper, les exploiter, et qu’on leur en veut.
    Elles sont peu communicatives de peur de donner des informations qui pourraient se retourner contre elles, et ont peu de relations car elles ont peur des attaques, menaces, reproches et humiliations, qu’elles ressentent à propos d’événements anodins. Elles sont de ce fait rancunières, réagissant avec colère et brutalité.
    Elles ne savent pas se remettre en cause, considèrent qu’elles ont toujours raison et sont donc autoritaires et peu sensibles.

    Voici donc les personnalités excessives que décrivait Pierre Rolland dans son article. Il ne faut pas, comme pour les préférences cérébrales chercher à se classer et classer les autres dans ces types. Ils sont en effet exceptionnels et constituent des outrances des personnalités normales, mais en deça cependant des maladies mentales.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast