Samedi 13 février 2016 à 18:16

           Aujourd'hui, je n'écrirai pas vraiment un article.
          Je vous montrerai seulement, pour vous faire peur, mais aussi pour que vous admiriez, cette mygale, bleue comme un saphir, que l'on trouve en Inde.

          La surface des poils qui recouvrent son corps est nanostucturée, c'est-à-dire couverte de motifs mille fois plus petits que le diamètre d'un cheveu, diffusant et diffractant la lumière pour produire ce bleu superbe, couleur qui reste inchangée quelque soit l'angle de vue. On ne connaît pas l'utilité de cette belle parure pour la mygale. Est ce pour attirer le partenaire ?
         Un vrai bijou à porter en broche LoL

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux6/mygalesaphir.jpg

Vendredi 12 février 2016 à 9:22

Chiens

http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/testqichien.jpg

         En intermède, je vous propose un petit jeu, du moins pour ceux qui ont ou ont eu un chien.
          En effet des chercheurs anglais s'intéressent à l'intelligence canine et prétendent avoir mis au point des exercices qui permettent de mesurer l'intelligence et le QI d'un chien !

                Testez le Q.I. de votre chien !  Cela m'a beaucoup amusé.
         Ce test est issu du livre intitulé L’intelligence du chien (et de son maître) de l’auteur anglais Melissa Miller. L’évaluation des intelligences (au pluriel parce qu’elle prend aussi en compte celle du maître) est exécutée d’une façon amusante tout en s’appuyant pratiquement sur les fondements de la recherche scientifique sérieuse.
        Voici le test d’intelligence réservé au chien adulte en rappelant cependant l’avertissement de l’auteur : ce test a surtout été conçu pour être divertissant. Les résultats, qui sont sujets à de grandes variations, ne doivent pas vous servir à prendre une décision sans appel concernant votre chien ! Si vous ne savez pas répondre à certaines questions, placez le chien dans la situation prévue et observez ses réactions. Si cela est impossible, essayez d’imaginer comment se serait comporté votre chien dans une telle situation et cochez la réponse en conséquence.

          Allez sur
http://wamiz.com/chiens/test/qi

Jeudi 11 février 2016 à 10:46

Chiens

http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/Unknown.jpg

        J’ai trouvé sur internet une histoire touchante qui montre la fidélité et l’altruisme d’une chiennne.
        Une chienne noire Labrador, du nom de Shiva avait eu les deux jambes arrières cassées ppar une voiture dans une ville russe et des passant  l’ayant emmené chez le véto, celui-ci l’a opérée et a fait passer une annonce pour que quelqu’un l’adopte.
        Une mère de famille, Nina,  qui avait deux petites filles un chien et trois chats, a été émue et elle a été la seule à répondre à l’annonce, mais pour un séjour provisoire.
        Tout le temps de sa convalescence, elle a rééduqué Shiva et lui a permis de marcher normalement à nouveau.
        La chienne étant guérie, une famille a bien voulu l’adopter, à 300km du lieu d’habitation de Nina.
        Mais quelques jours après le départ de la chienne dans sa nouvelle maison, les maîtres de Shiva ont téléphoné à Nina : la chienne avait disparu et toutes les recherches étaient restées vaines.
        Deux semaines plus tard, Shiva a retrouvé Nina, qui se promenait le long de la route, lorsqu'elle a senti quelque chose contre sa jambe. C’était la chienne, après un long voyage, qui se frottait à elle, puis s'est assise à ses pieds,
        Nina, touchée par cet amour, n'a cette fois pas eu d'autre choix que de garder la chienne avec elle, et les journalistes russes se sont intéressés à cet animal si reconnaissant, dont ils ont écrit l’histoire.

Mercredi 10 février 2016 à 12:45

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/ruptureamoureusesophrologielyon300716960x463.jpg

     Des jeunes, le plus souvent des adolescentes, viennent pleurer sur mon épaule virtuelle, parce que leur petit ami les a laissées tomber, pendant le vacances de No¨él et 2016 les a laissées orphelines de cœur.
    Elles me demandent que faire quand on est ainsi déprimé par une rupture amoureuse.
    Je pense que c’est avant tout un problème personnel et individuel, qui dépend de notre personnalité et surtout de notre préférence cérébrale « optimiste-pessimiste ».
Il est certain que l’optimiste supporte mieux l’adversité et la souffrance.
    Mais tout de même, je pourrais donner quelques conseils généraux.

    La première difficulté est de gérer l’absence de celui qu’on aimait : on ne pourra pas vivre sans lui !! Et on a tendance à penser à lui, à vouloir l’appeler, à chercher à savoir ce qu’il fait.
    Il faut arriver à se passer de lui. Il faut prendre ses distances, le voir le moins possible, et lui redonner ses affaires.
    Il faut faire le vide chez vous des souvenirs : photos, souvenirs divers à mettre dans un carton. Vous pouvez même changer la décoration des pièces où vous viviez avec lui.

    Il faut en effet apprivoiser sa souffrance et l’accepter. Comme c’est impossible de ne pas penser à lui, il faut faire le point, essayer de tirer les leçons, comprendre pourquoi cela n’a pas marché.
    Les psychologues disent qu’il faut accepter de souffrir pour faire son deuil. Là c’est pareil. Il faut considérer que c’est normal d’avoir du chagrin.
    Mais il ne faut pas culpabiliser et supporter tout le poids de la faute. Il n’est pas mauvais de voir quelles sont les fautes de l’autre, ne pas rester dans l’amour aveugle. Certes il avait de bon cotés, mais il avait aussi de gros défauts.
    Savoir pourquoi on a rompu peut permettre dans le futur d’éviter une autre rupture.
    Mais il ne faut pas s’attendre à ce que les explications viennent de l’autre : il faut les trouver en soi.
    Il faut faire le point et comprendre ce qui s’est passé : pourquoi étions nous ensemble, qu’est ce que je n’ai pas vu, qu’est ce que je n’ai pas fait, pourquoi cela n’a t’il pas duré. Qu’est ce que je lui reproche et que me reproche t’il ?
    Certes c’est pénible de penser à cela, mais ensuite on est apaisée; on a compris, c’est devenu plus naturel et pas une fatalité, une énigme.
    Au besoin, si ce n’est pas votre première rupture, reprenez la liste de vos ex et comparez les situations.

    Si vous avez du mal à faire tout cela et si cela préoccupe trop votre esprit, écrivez, c’est souvent un moyen de décompression, mais aussi d’objectivité et de calmer l’outrance des émotions.

    Ne laissez pas vos émotions vous submergez. Faites votre examen régulièrement. Voyez où vous en êtes, faites l’état des lieux régulièrement. Notez vos impressions, vos sentiments, vos souffrances, et essayez de voir comment vous pourriez y faire face, diminuer les pensées négatives.
    Cherchez toutes les pensées positives qui pourraient vous soulager.

    Votre cœur est vide, alors il y a un manque et vous avez envie de le combler.  Vous allez être tentée de retrouver le plus vite possible une relation amoureuse, et cela sans réfléchir, sans connaître l’autre. C’est courir à un nouvel échec.
    Il ne faut pas succomber à la répétition amoureuse.
    Appuyez vous sur votre famille, sur vos amis.
    Essayez d’avoir beaucoup d’occupations. Consacrez vous à votre travail, faites du sport.

    Il ne faut pas se faire d’illusion : ou vous arrivez à mettre la responsabilité de la rupture sur votre ex, à le trouver finalement nul, et à presque transformer votre amour en haine, ou bien ce sera long de ne plus l’aimer, comme lorsqu’on fait son deuil d’une personne disparue.
    Alors il faut être patiente.
    Et puis un jour, vous arriverez à penser à lui sans être triste, et même à vous dire que la page est tournée et que vous ne souhaitez plus qu’il revienne.
    Mais surtout, vous pouvez lui envoyer un SMS, lui parlez, mais surtout ne pas renouer avec lui.
    J’ai rarement constaté des remises en ménages qui n’aient pas abouti à une nouvelle rupture, ou alors, c’est qu’il y avait un gros malentendu.

    Mais si le désespoir est trop grand, si vous n’y arrivez pas, il ne faut pas hésiter à en parler à un ami, à se faire aider, voire à aller voir un psy, bien que je sois assez sceptique sue ce qu’il peut apporter dans ce cas.

Lundi 8 février 2016 à 17:08

Chats

          Wamiz publie de nombreuses photos d'animaux et j'ai trouvé amusantes ces photos de chats qui tirent la langue, alors que habituellement, même s'il font des contorsions comme Melissa sur la première photo, ils gardent la bouche fermée.
          Et Mélissa, quand elle tire enfin la langue, ressemble à Einstein, mais est elle aussi intelligente ?

http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/einsteincatmelissaalinaesther2.jpg





Mélissa





http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/einsteincatmelissaalinaesther4.jpg











http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/einsteincatmelissaalinaesther5.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/einsteincatmelissaalinaesther6.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/einsteincatmelissaalinaesther13.jpg

























http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/einsteincatmelissaalinaesther15.jpg





























http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/einsteincatsrectfb56b4ccf599988.jpg

Dimanche 7 février 2016 à 10:24

Enseignement, école, fac

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/3219379177121dpRTlOQ.jpg

     L’ordre des médecins vient de déposer des propositions pour réformer le recrutement en première année de médecine (Paces). Il constate que 25% des médecins, en France n’ont pas des diplômes français mais étrangers, et donc, il estime que le dispositif actuel de concours national et de numerus clausus est inadapté.
    Ses propositions sont, si j’ai bien compris, les suivantes :

        - donner des numérus clausus par région et faire un concours régionalisé, en fonction des besoins du territoire par spécialité, des capacités de formations des établissements universitaires et des possibilités d’organisation de stages durant la scolarité. Il y aurait cinq grandes régions en France et les places disponibles seraient définies pour chaque grande région et pour chaque spécialité, en fonction des besoins démographiques. Chaque étudiant aurait la possibilité de concourir sur trois interrégions maximum.
    Je ne suis pas à même de juger de l’opportunité de cette mesure, mais cela me paraît lourd pour organiser les concours, mais je ne susi pas sûr que cela résolve le problème des insuffisances de médecins dans certaines régions, car un tiers des étudiants en médecine au moins, s’installent dans une autre région que celle où ils ont fait leurs études.

        - faire une présélection avant l’entrée en Paces, sur dossier et introduire des notes éliminatoires.
    On reproche au concours actuel d’être trop difficile qui élimine 8 à 9 candidats sur 10, alors c’est bizarre de proposer une présélection dont les règles sont floues et qui peut comporter des passe-droits regrettables.
    Quant à la note éliminatoire, ce serait si, j’ai bien compris, principalement sur les épreuves pratiques.
    C’est peut être là où un stage de présélection serait utile, non pas pour éliminer, mais pour que les candidats se rendent compte par eux mêmes s’ils sont aptes à faire le travail pratique des soins. Beaucoup des jeunes avec qui j’ai correspondu, avaient fait, pendant leurs vacances du lycée, des stages simples en hôpital.

        - créer des incitations pour s’installer dans certaines régions

        - que le contenu de la première année d’étude soit plus général, afin d’être utilisable en cas de réorientation et que l’on aide ceux qui perdent pied rapidment à se réorienter.
    Je croyais que l’on avait déjà envisagé un parcours commun  première année de médecine, biologie, pour permettre des passerelles avec la fac ey qu’il y avait déjà des expérimentations en région parisienne.

    Je ne sais trop qui va finalement décider de cette réforme. J’espère seulement qu’elle sera plus intelligente, plus pragmatique et plus efficace que celle des collèges.

   


Samedi 6 février 2016 à 9:22

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/ob819f59decheancenationalitejm.jpg
     Des correspondants me demandent ce que je pense de la déchéance de nationalité, qui soulève actuellement de nombreuses polémiques.

    Je ne suis pas juriste et je n’ai donc pas un avis autorisé dans ce domaine, quik relève du droit constitutionnel.
    Mais cette polémique m’agace, car j’ai l’impression d’une querelle tout à fait idéaliste entre juristes, analogue à celles sur le sexe des anges.
    Par ailleurs, si cela ne me choque pas du tout que l’on enlève la nationalité française à quelqu’un qui a fait des actes terroristes, par contre je pense que c’est une mesure totalement inefficace; Quelqu’un qui est prêt à être un kamikaze et qui le fait par haine des nations occidentales, se moque éperdument d’être déchu de sa nationalité et cela ne l’arrêtera donc en rien.
   D'autre part cela ne touche que les personnes qui ont la double nationalité. Les terroristes qui sont seulement français, seraient ils moins coupables?. Je sais bien qu'ils ne peuvent avoir ensuite aucune nationalité, mais c'est absurde
    Alors il me semble qu’au lieu de se battre pour des mesures aussi abstraites et inefficaces, on ferait mieux de se mettre d’accord sur des mesures pour lutter contre le chômage et le terrorisme.

    Je constate que malheureusement nos hommes politiques, quelque soit leur bord, sont souvent déconnectés du réel et nagent dans un idéalisme béat ou ont pour souci des préoccupations électorales, et n’ont pas assez de pragmatisme pour prendre des mesures efficaces.
    Face au terrorisme, il faut rassembler les français, pas les diviser, et si on a conçu une mesure qui est absurde au plan de la logique, il faut reconnaître qu'on s'est trompé, et ne pas s'entêter par orgueil, au risque de montrer au monde u e france divisée, par une querelle idiote.
    Au lieu de passer leur temps à critiquer leur adversaire, nos politiques feraient mieux d’essayer de se mettre d’accord sur les mesures qui permettraient d’améliorer la vie du pays et de ses habitants. Trop de gesticulation médiatique de part et d’autre en pensant à 2017 au lieu d’essayer d’être efficaces dans leurs actions, finissent par lasser les français..

Vendredi 5 février 2016 à 8:45

Chats

J'ai trouvé sur Wamiz, des caricatures de chats qui m'ont amusées.
      Elle voudraient nous aider à connaître le tempérament de notre chat en observant la façondont il mange.
      Voici les huit personnalités suggérées :

http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/13.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/22.jpg








http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/33.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/44.jpg










http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/52.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/64.jpg













http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/74.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/84.jpg

Jeudi 4 février 2016 à 14:29

Drogue, alcool, addictions

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/l-copie-1.jpg

    On parle beaucoup de la responsabilité de la vitesse dans les accidents de la route, mais plus de 50% des accidents sont dûs à l’alcool et aux drogues, principalement du cannabis. effectivement la vitesse est responsable, mais provoquée par l’inconscience du danger provoquée par ce que l’on a bu ou fumé.

    La France est malheureusement le pays d’Europe qui fume le plus, entre tabac et cannabis et beaucoup de jeunes utilisent le mélange le plus nocif : tabac et résine de cannabis.
    D’une part ce mélange est de loin, à long terme,  le plus cancérigène, mais surtout il induit une dépendance.
    Fumé seul le cannabis est dangereux, mais la dépendance n’est que psychologique : il n’y a pas de manque. La nicotine du tabac elle, induit un manque physique important. Le mélange induit donc le même manque et entraîne donc une addiction plus grande au cannabis, comme au tabac.
    De plus la résine est beaucoup plus toxique que les feuilles de marijuana, mais elle est plus facile à mettre en vente et donc à se procurer.

    Le cannabis fait actuellement des ravages parmi nos jeunes qui en fait l’utilisent comme un anxiolytique, un remède contre le stress, un moyen d’oublier les petits ennuis.
Malheureusement c’est un leurre, car si les problèmes paraissent atténués sur le moment, ils surgissent de façon encore plus pressante et stressante lorsque l’effet de la drogue est passée. Il y a alors une phase dépressive par décompensation psychotique, qui aggrave la situation psychique.
`    Et il est bien connu que l’usage régulier du cannabis enlève volonté, motivation, et affecte mémoire attention et concentration, d’où des conséquences catastrophiques au niveau des études.

    De même que l’on croit que le tabac a des bienfaits comme de faciliter la digestion après un bon repas, ce qui est complètement faux, car cela congestionne l’estomac et augmente le risque de remontées acides, de même on croit que le cannabis n’est pas nuisible pour la santé.
    Outre un effet cancérigène pour les poumons, beaucoup plus élevé encore que le tabac, le risque d'infarctus du myocarde est multiplié par cinq dans l'heure qui suit la prise, et des accidents vasculaires cérébraux peuvent survenir chez des personnes jeunes, quoique le mécanisme soit encore mal expliqué.

    Quant aux usages thérapeutiques du cannabis que l’on met en avant pour promouvoir une libéralisation de la vente de cette substance, c’est en fait un leurre.
Certes le THC a des actions thérapeutiques, parfois démontrées, par exemple contre la douleur, les nausées, les contractures, mais on a des médicaments bien plus actifs et dépourvus de nocivité pour traiter ces problèmes.
    Et l’accident survenu lors d’essais de médicaments destinés à augmenter la synthèse de cannabinoïdes naturels par l’organisme, qui a entraîné la mort cérébrale d’un patient et des séquelles pour plusieurs autres, nous montre que ces produits représentent des dangers que nous ignorons encore, et que fumer du cannabis est malheureusement un facteur de mise en danger de son organisme.

Mercredi 3 février 2016 à 8:53

Notre cerveau : mémoire; inconscient; Freud

http://lancien.cowblog.fr/images/images/MemoireetInternet2207.jpg
Il m’arrive souvent de m’interroger sur l’influence d’internet et plus généralement des nouvelles technologies sur notre cerveau et donc de lire des études à ce sujet.
    Quand je vois la manière de procéder des camarades de mes petits enfants, je compare à ce qui est dit dans ces documents.
    En fait les nouvelles technologies ne modifient pas notre cerveau, mais la façon dont nous nous en servons, et comme les circuit cérébraux s‘adaptent à l’usage que nous en faisons, ils prennent l’habitude de fonctionner différemment.

    Il est certain que les nouvelles technologies, si on n’y prend garde, peuvent être très néfastes pour la mémoire.
    Personnellement j’ai été formé avec les méthodes d’autrefois, les moyens informatiques actuels n’existant pas, et on  apprenait beaucoup par cœur et j’ai donc toujours une excellente mémoire, car elle a été formée étant jeune.
    Mais effectivement je m’en sers moins : il y a 4à ans, je connaissais plus d’une centaine de numéros de téléphone des gens que j’appelais souvent? Aujourd’hui tous les numéros sont dans les mémoires des téléphones et je ne connais plus guère que les miens.
    Un psychologue a fait écrire sur un ordinateur une série de mots en demandant aux expérimentateurs de les retenir dans leur mémoire. A la moitié d’entre eux il a dit que l’ordinateur noterait ces mots. Les performances de mémorisation de ce groupe ont été beaucoup moins bonnes que celles du groupe qui ne savait pas que les mots écrits seraient conservés. Cela dénote une certaine paresse intellectuelle quand on compte sur la machine pour nous économiser des efforts.   
    D’autres expériences montrent que l’on retient beaucoup mieux des notes prises à la main, que si on les prend au clavier. A coté de la mémoire visuelle, il y a une mémoire manuelle de l’écriture et surtout il faut davantage réfléchir à ce qu’on va écrire, car on ne peux; comme sur l’ordinateur, revenir sur la présentation.
    Je suis inquiet pour les jeunes car on ne leur fait presque plus rien apprendre par cœur et ils mémorisent peu de connaissances. Celles ci ne leur manqueront pas car ils pourront les retrouver sur internet, mais leur mémoire n’a pas été exercée et je constate que eux, pourtant bien plus jeunes, ont une bien moins bonne mémoire que moi.
http://lancien.cowblog.fr/images/images/MemoireetInternet2207.jpg


    Je ne reviendrai pas sur le fait qu’il est illusoire que l’usage des nouvelles technologies rend notre cerveau multitâches. J’ai écrit plusieurs articles à ce sujet.
   
    Une chose intéressante est ce que nous apprend l’observation en IRM du fonctionnement de notre cerveau quand nous lisons une page d’un livre et une page sur internet.
    Dans la cas du livre, nous mobilisons essentiellement les aires du traitement visuel, du langage et de la mémoire. Le cortex préfrontal intervient pour comprendre le sens de ce que nous lisons et le rapprocher de ce que nous avons déjà mémorisé.
    Dans le cas du web, la priorité est donné à la navigation et les aires de lecture et de mémorisation sont moins sollicitées et ce sont les aires du cortex préfrontal de prise de décision et de résolution des problèmes liés à la navigation qui sont par ailleurs très actives.
    Résultat on mémorise beaucoup moins bien ce qu’on lit sur internet que ce qu’on lit dans un livre, et ce d’autant plus qu’on n’est pas motivé, puisqu’on sait qu’on pourra toujours retrouver l’information, sans avoir besoin de la mémoriser….. sauf le jour d’un examen, d’un partiel ou d’un concours.
    S'il y a un très grand nombre de savoirs disponibles sur le web, reste en effet à vouloir se les approprier, et à apprendre à s'en servir à cette fin. Et par ailleurs à cultiver autant sa mémoire, car ensuite il sera trop tard pour le faire.
    Pour faire du web un outil au service de l'apprentissage, encore faudrait-il lui donner d'abord sa place dans l'enseignement général et apprendre aux élèves à s’en servir, sans négliger des apprentissages par des moyens classiques.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast