Vendredi 29 avril 2016 à 9:51

Notre cerveau : mémoire; inconscient; Freud

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/FautilcroirenossouvenirsdenfanceimagePanoramique647286.jpg

     J’ai fait plusieurs articles sur la mémoire et j’ai dit à plusieurs reprises que beaucoup de souvenirs tombaient dans l’oubli, parce que nous ne les évoquions pas souvent et que par ailleurs, même ceux qui restaient en mémoire, d’une part étaient incomplets à l’origine, mais ensuite se transformaient peu à peu.
    Un de mes jeunes correspondants qui a une trentaine d’années ne veut pas me croire et me dit par exemple qu’il se souvient parfaitement de tous les détails de son mariage et de la réception qui a suivi.
    Je veux bien le croire pour ce souvenir particulier, car les souvenirs « chargés d’émotions » se conservent mieux et qu’il doit l’évoquer souvent avec sa femme ou des amis.
    Mais se souvient il vraiment des noms et prénoms de toutes les personnes qui y assistaient, du menu du repas, des fleurs qui ornaient la cérémonie, des vêtements que portaient tel ou tel copain ? J’en doute fort.
    Les études de psychologues montrent que tous nos souvenirs peuvent 'être corrompus et déformés, même ceux qui nous sont les plus chers.

    Certes les événements qui touchent à nos sentiments ou ceux traumatisants s’impriment mieux dans notre mémoire et nous avons moins tendance à les oublier, mais nous n’enregistrons pas toutes nos sensations dans le détail et notre mémoire peut les transformer, car elle les « ré-enregistre » chaque fois que nous les évoquons et les modifie donc avec des détails en moins mais aussi éventuellement des détails en plus.
    Ainsi je suis persuadé d’avoir des images en mémoire des lieux ou j’habitais quand j’avais 5 ans, mais je me suis rendu compte que la plupart de ces images provenaient de photos prises par mes parents. De même pour certains des petites aventures de gosse qui me sont arrivées quand j’avais 7 ans, je constate que mes souvenirs sont fait de certaines images personnelles, mais aussi de récits de mes parents ou grands-parents, que je pensais appartenir à mes propres souvenirs.
    Nous pouvons même nous rappeler avoir fait (et y croire), des choses inventées de toutes pièces par notre imagination.
    Ce n’est pas très grave tant que cela ne concerne que notre propre vie, mais supposez que vous soyez témoin d’un crime, vos souvenirs sont ils fiables, et une erreur pourrait être grave pour une personne accusée en raison de votre témoignage.
    Lorsque peu de temps après les événements, vous tenterez de vous en souvenir
dans les moindres détails, vous ferez sans doute des erreurs sur plusieurs points importants, et ces erreurs seront certainement plus nombreuses d’ici quelques jours, quelques mois, quelques années. Au fur et à mesure que nos souvenirs s'estompent, nous nous trompons de plus en plus - tout en étant certains d'avoir raison et que notre mémoire est infaillible.

    Mais notre mémoire peut même être manipulée. Certaines personnes peuvent nous
persuader que nous avons vécu des choses qui ne nous sont pas arrivées personnellement, ou qui même n’ont pas existé.
    Les enquêtes sur certaines erreurs judiciaires ont montré que l’on peut même arriver à persuader une personne qu’elle a commis un crime, dont elle va s’accuser.
    Les policiers, persuadés à tort de sa culpabilité, ont harcelé le suspect jusqu'à ce qu’il leur dise ce qu'ils désiraient entendre. Comme le suspect ne leur donnait aucun
détail, (sur ce qu’il n’avait pas fait !) ils ont décidé d'inverser Ia situation et de
lui en suggérer et ils finissent par tellement fatiguer leur interlocuteur par leurs questions et leurs accusations, avant de lui suggérer de fausses informations, que la personne finit par douter d’elle même et par admettre par lassitude, ce comportement criminel.
    L’innocent doute de lui même, finit par admettre sa culpabilité et son imagination reprend les informations des policiers et comble les détails manquants.
    C’est évidemment d’autant plus facile que la personne a déjà du mal à se souvenir, par exemple parce qu’elle était ivre ou droguée.
    Les témoins et les victimes sont autant susceptibles que les suspect, de mal se souvenir de certains événements. Des études ont montré que 70% des personnes condamnées injustement et innocentées ensuite par leur ADN, ont été condamnées en raison d,une erreur d’identification par la victime ou par un témoin.

    J’ai déjà cité dans d’autres articles, des erreurs qu’on faites involontairement des thérapeutes qui avaient psychanalysé et implanté, sans le vouloir de faux souvenirs dans la mémoire de leur patient. Ayant fait une hypothèse sur la maladie de leur client, et sur les raisons de leurs problèmes psychologiques, à force de leur poser des questions, certaines étant presque des suggestions, et de leur demander d’iamaginer des scènes qui auraient dû provenir de leur mémoire, ces thérapeutes avaient fini par faire accepter leurs idées à leurs patients. Ceux ci avaient fin i par vraiment se persuader d’avoir subi les traumatismes supposés et leur état psychologique s’en était forcément aggravé.
    De nombreuses d’études de psychologie sont faites pour tester ainsi notre méoire, et elles ont toutes révélé que celle-ci n’était pas parfaitement fiable, et que d’autre part on pouvait volontairement implanter de faux souvenirs chez des personnes « cobayes » de ces expérimentations.

    Notre mémoire est un outil très important, c’est la moitié de notre intelligence, car c’est sur elle que repose la plupart de nos réflexions. C’est elle sui fournit aussi à notre imagination, des élément crédibles pour construire l’avenir, l’irréel, ou l’invention.
    Mais lorsque nous lui demandons un  témoignage, il faut nous méfier d’elle et cela d’autant plus que nous vieillissons et que l’e souvenir est lointain.
    Elle peut alors mélanger les événements réellement passée à d’autres que nous avons engrangés à d’autres circonstances (images, récits) ou même que nous avons imaginés de toutes pièces.
    Et nous croyons mordicus, que ce souvenir bâtard est réel et véridique!

Mercredi 27 avril 2016 à 9:59

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/7184chauvesouris.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Images3/images1-copie-3.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Images3/images-copie-10.jpg

    J’ai lu sur l’internaute des photos commentées intéressantes sur les maladies transmises par les animaux à l’homme.   
    La plupart des notions qui y sont évoquées sont connues, mais le fait de les rassembler apporte une vision globale.


    On connait évidemment le virus de la grippe aviaire H5N1, que transportent les oiseaux migrateurs et qu’ils transmettent aux volailles domestiques en particulier. Les dangers pour l’homme sont limités, car la viande bien cuite ne transmet pas le virus qui ne supporte pas la chaleur de cuisson. Le virus paut être transmis si on manipule à main nue l’animal (avec un faible risque de transmission), ou si on plume l’animal (le risque est alors plus grand d’ingestion par voie respiratoire).

    Les oiseaux des volières propagent aussi l’ornithose, qui véhiculent une bactérie, qui peut être transmise à l’homme par des poussières issues des cages. C’est même une maladie professionnelle des oiseleurs. Une des variétés est la psittacose, plus connue. Les symptomes sont des maux de tête, fièvres, diarrhées, toux, conjonctivite qui peut dégénérer, voire plus rarement pneumonie. Elle se soigne avec des anti-biotiques.
    Il n’y a pas de transmission d’homme à homme.

    Les oiseaux et les rongeurs peuvent véhiculer des virus d’encéphalites, qui peuvent être transmises par les tiques ou les puces qui les piquent.

    La grippe porcine - un virus H1N1 - peut être transmise par le porc à l’homme. Elle est aussi dangereuse que la grippe humaine. Elle peut être ensuite transmise d’homme à homme par la voie respiratoire.

    Certaines maladies respiratoires peuvent également provenir des animaux comme le SRAs, le syndrome respiratoire aigu sévère, qui a engendré de graves pneumonies en 2003. Initialement le coronavirus a été hébergé par un oiseau, le réservoir étant sans doute comme pour Ebola, les chauves souris, mais on ne sait pas comment il a été transmis ensuite. En Chine on soupçonne un genre de chat : la civette, d’avoir contribué à cette transmission. Ensuite le virus se propage par la proximité respiratoire entre humains.

    Un autre coronavirus est moins connu, le Mers (Middle East Respiratory Syndrome), qui a sévi en Arabie Saoudite, provoque au départ une pneumonie, mais avec des séquelles sur les reins qui peuvent être mortelles. C’est le chameau qui semble être l’agent contaminant, notamment si on boit le lait de chamelle.

    Le virus Ebola, responsable d’une fièvre hémorragique, dont on a beaucoup parlé, a également pour réservoir la chauve souris, et il a dû initialement se transmettre par les singes, puis entre hommes par contact avec les liquides corporels.

    D’autres fièvres hémorragiques existent comme la fièvre hémorragique à syndrome rénal (FHSR) propagée à la campagne par des musaraignes et campagnols, par inhalation des poussières de déjections;

    La maladie de la Vache folle est aussi très connue, mais elle n’est pas due à un virus, mais à une protéine qui devient anormale, le prion, et transforme le cerveau en gruyère.  La viande cuite ne la transmets pas, mais certains abats pouvaient transmettre à l’homme ce que l’on appelle la maladie de Creutzfeldt Jakob.

    Le virus de la variole du singe,  dont l’origine est probablement due à des rats, qui peuvent aussi contaminer les humains. Le virus est voisin du virus humain et la vaccinnation habituelle est efficace.

    La rage est très connue et sévit périodiquement dans nos régions, transmise par des morsures d’animaux sauvages, notamment renards et de chiens qui auraient eux mêmes été mordus. Mais de nombreux animaux peuvent être infectés : chat, blaireau et autres bêtes puantes, voire des bovidés. Le virus attaque le système nerveux central.

    Moins connue est la « maladie des griffes du chat » qui est surtout contractée par des enfants suite à des griffures. C’est une puce qui transmet la bactérie au chat
. Le chien peut éventuellement être contaminé et la transmettre. Elle provoque des inflemmations des ganglions, des céphalées, des éruptions et éventuellement de la fièvre. Rarement des endocardites et des encéphalites graves.
    La pasteurellose peut également être transmise par des griffures de chat et de chien. Il faut donc toujours les désinfecter.

    La leptospirose due à une bactérie contre laquelle vous faites vacciner votre chien et la toxoplasmose, maladie parasitaire de l’intestin,  qui fait aussi l’objet d’un vaccin pour votre chat, sont transmissibles à l’homme.
    Le chien ou d’autres animaux (rongeur, porc…) éliminent des leptospires qui peuvent contaminer directement ou par l’intermédiaire de l’eau en pénétrant par de petites plaies.
    Les parasites du chat (des ookystes) peuvent être recueillis en nettoyant sa litière, ce qui peut vous contaminer.

    La tularémie n’est pas très connue non plus, si ce n’est par les chasseurs. Une petite bactérie, présente en particulier chez les lapins et lièvres, un « cococbacille », qui peut traverser la peau. Les tiques qui peuvent piquer ces animaux propagent aussi la maladie. Elle provoque des inflammations des ganglions, éventuellement leur infection et peut donc conduire à une septicémie.

    La maladie de Lyme est peu connue bien qu’assez fréquente. Elle est propagée en campagne et en foret par les tiques, qui injectent une bactérie hélicoïdale. J’ai fait des articles sur cette maladie les
Elle est en général bénigne et provoque des pustules qui peuvent s’infecter et disparait d’elle même. Mais dans certains cas, après une période de rémission, peuvent surgir des complications neurologiques, ainsi que des dommages aux articulations. Il est important de la diagnostiquer dans sa première phase et de la traiter par des antibiotiques.

    Les salmonelloses sont dues à des entérobactéries, qui provoquent fièvres et dérangements intestinaux. En général la contamination s’effectue par voie digestive, en consommant de l’eau ou des aliments contaminés crus ou peu cuits.
    Des mammifères peuvent contaminer les aliments par leurs déjections, mais on peut trouver la bactérie chez des animaux aquatiques comme les tortues, ou dans des coquillages.

    Les yersinioses résultent de l’ingestion de bactéries pasteurelles, répandues ces chez de nombreux mammifères, et notamment chez le chinchilla, mais aussi le lapin et le lièvre. elle provoque des érythèmes, des infections de ganglions, et surtout des entérites analogues à celles des salmonelles.

    La brucellose (ou fièvre de Malte) est une maladie due à une bactérie, la brucella, (c’est aussi un cocobacille), transmise principalement par les chèvres et autres caprins, mais elle peut être transmise par d’autres ruminants. L’infection a lieu en général par ingestion de lait cru ou de fromages, voire de végétaux souilles et crus. La bactérie vit en effet plusieurs mois en milieu extérieur humide.
    La bactérie envahit les ganglions, le foie, la rate, les organes génitaux, voire la moelle osseuse, provoque des fièvres, mais peut être mortelle si elle n’est pas soignée dans cette phase et envahit le corps humain.

    Je devrais citer aussi la peste, propagée par les rats et leurs puces, mais qui a pratiquement disparu et le charbon (l’anthrax), qui est plus connu par la menace bioterroriste (la poudre blanche), que par la contamination par le bétail, qui produit néanmoins des contaminations assez fréquentes. La bactérie elle même n’est pas mortelle; elle provoque des abcès, voire des maladies pulmonaires; mais elle produit deux types de toxines, séparément peu dangereuses mais qui présentes simultanément sont mortelles.

    La tuberculose peut affecter les ruminants et être transmise à l’homme. Mais la lutte contre le bacille de Koch l’a raréfiée, mais elle peut subsister chez des animaux sauvages.

    Pour terminer par quelque chose de plus plaisant, les poissons d’aquarium peuvent être à l’origine de mycobactérioses, transmises par l’eau contaminée, qui provoquent de petites lésions cutanées.

    En fait je suis loin d’avoir cité toutes les maladies transmissibles par les animaux. Je n'ai pas parlé notamment,  de certaines maladies transmises par les moustiques.
    Si cela vous intéresse, voyez le sit
e
http://www.chambon.ac-versailles.fr/science/sante/immu/an.htm

Lundi 25 avril 2016 à 16:51

Paysages

 Suite des images sur les grottes de France, en intermède :

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/ClamouseHerault.jpg





La grotte de Clamouse, dans l'Hérault








http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/Clamouse2.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/Lacave.jpg







La grotte de La Cave, en Corrèze








http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/lacave.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/merveillesRocamadour.jpg









La grotte des Merveilles à Rocamadour dans le Lot







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/LesEyzies.jpg








La grottes des Eyzies célèbre pour ses habitations troglodytes






http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/GouffredePadiracLotCorrezeCampingLocationsVacancesLacdeMiel5.jpg










Le gouffre de Padirac, dans le Lot






http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/padirac01.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/legouffredepadiraclottourismegouffredepadiracjclemee004.jpg






Lundi 25 avril 2016 à 9:40

Paysages

 Suite des images sur les grottes de France, en intermède :

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/ClamouseHerault.jpg





La grotte de Clamouse, dans l'Hérault








http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/Clamouse2.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/Lacave.jpg







La grotte de La Cave, en Corrèze








http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/lacave.jpg



















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/merveillesRocamadour.jpg









La grotte des Merveilles à Rocamadour dans le Lot







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/LesEyzies.jpg








La grottes des Eyzies célèbre pour ses habitations troglodytes






http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/GouffredePadiracLotCorrezeCampingLocationsVacancesLacdeMiel5.jpg










Le gouffre de Padirac, dans le Lot






http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/padirac01.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/legouffredepadiraclottourismegouffredepadiracjclemee004.jpg





http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/Unknown-copie-7.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Images3/images3-copie-1.jpg














       J'ai indiqué dans mon précédent article, qu'on pouvait récupérer des données perdues , parce que mise à la poubelle d'un ordinateur par erreur. Aujourd'hui je vais parler de la destruction volontaire de données comparée à l'oubli de notre mémoire humaine.

      Dans le cas d’un ordinateur, une donnée est enregistrés sous forme de « 1 » ou de « 0 », en fait une modification microscopique locale d’un phénomène physique par exemple magnétique. Cette modification est permanente sauf si on l’efface volontairement par un traitement physique approprié (mettre par exemple des « 0 » partout.)
    Dans le cas de notre mémoire de petits groupes de neurones représentent une entité : par exemple un visage, un mot, une couleur, une émotion etc…  Le souvenir renforce les liens entre eux, de telles sorte que si on se lie à l’un des groupes, on est alors liés aux autres groupes. On mémorise ainsi des scènes , des épisodes de notre vie, mais aussi des connaissances, notre expérience et des données concernant des entités diverses.
    Dans une partie du cerveau, l’hippocampe, est stockée l’adresse ou des adresses de certains de ces groupes, de telle sorte que lorsque votre cortex préfrontal, qui pense et réfléchit, évoque un aspect du souvenir, il se met en rapport avec l’hippocampe, qui le met en relation avec l’ensemble des groupes de neurones concernés par ce que l’on a mémorisé et qu’on veut « rappeler consciemment ».
    Cela ressemble plus au fonctionnement d’un central téléphonique qu’à celui d’un ordinateur.
    Au départ les éléments du souvenir sont issus de perceptions, notamment images, et de mots. Celles ci ne sont que temporaires et le cerveau fait un tri, orchestré en partie par le cortex préfrontal, et détruit pendant le sommeil les souvenirs sans intérêt en affaiblissant les connexions le concernant, ou au contraire, renforce les souvenirs intéressants et pertinents, en en rappelant inconsciemment pendant le sommeil tous ses éléments et en en renforçant les connexions à chaque rappel, tout ce travail se faisant insconsciemment.
    Par la suite, si nous ne pensons jamais à ce souvenir, la force des connexions va diminuer et si on ne le rappelle pas régulièrement, ce qui entretient ces connexions, le souvenir va s’appauvrir et tomber peu à peu dans l’oubli.
    Et si nous rappelons parfois notre souvenir, nous renforçons à nouveau les connexions, mais pas forcément de la même façon qu’à l’origine, Notre souvenir se transforme et évolue donc dans le temps

    Il y a là une différence fondamentale avec l’ordinateur
    Alors que la donnée enregistrée dans l’ordinateur est pérenne, si on ne modifie rien volontairement. Les mêmes élémeNts de données seront toujours enregistrées.
    Les données de notre mémoire humaine,au contraire, se transforment et évoluent dans le temps et elles peuvent même, peu à peu, se détruire et tomber dans l’oubli, si on ne s’en sert pas assez souvent et cela inconsciemment.
    Et l’on n’a malheureusement pas de disque de sauvegarde, sauf quelques écrits ou quelques photos ou vidéos, étrangers à notre mémoire biologique.

    Revenons à des données que vous voulez effacer sur votre ordinateur. C’est volontaire et facile : vous les mettez à la poubelle et vous videz celle-ci. Mais ce que vous supprimez c’est leur adresse. Comme je vous l’ai dit dans le précédent article, vous ne supprimez que leur adresse et elles restent inscrites sur le disque dur, (ou autre support), tant qu’on ne réécrit pas par dessus de nouvelles données.
    Si vous voulez faire disparaître intégralement les données il faut faire un « effacement sécurisé », mais c’est long car il faut alors que l’ordinateur remette à zéro tous les bits de la donnée en cause. Alors pour ne pas y passer des heures, je vous recommande de vider d’abord votre poubelle si elle contient d’autres données, puis d’y mettre seulement ce que vous voulez supprimer, et de faire alors la destruction sécurisée.
    Et si vous voulez modifier vos données il faut les rappeler sur votre ordinateur, les transformer, et réenregistrer.
    Mais les données correspondantes sont toujours présentes sur votre disque de sauvegarde, et il faudra le traiter aussi, si vous voulez les y supprimer.

    Ceci est valable pour un ordinateur isolé. C’est plus compliqué si vous avez stocké des données sur un cloud ou sur un serveur externe qui ne dépend pas de vous.
    En général ces serveurs mettent à votre disposition des procédures qui permettent de rappeler la donnée sur votre machine, de la modifier et la réenregistrer ou de la supprimer.
    Vous avez supprimé vos données, en ce sens que vous n’y accèderez plus, mais c’est une simple suppression d’adresse, pas une donnée sécurisée, et rien ne vous prouve que le détenteur du serveur (ou un hacker) n’a pas un endroit de sa machine où cees données sont encore présentes et peuvent être consultées par autrui.
    C’est donc très difficile d’être sûr que des données enregistrées à l’extérieur ont bien été supprimées.
    Il est même à peu près sûr qu’on ne supprime pas totalement des données de serveurs comme Facebook ou Google, qui les utilisent à des fins statistiques et de markéting, ce qui est leur gagne pain, puisque le service qu’ils vous rendent est gratuit.
    Personnellement je me sers le moins possible de Facebook et je détruis la plupart des moyens espions de Google, et je ne stocke sur le cloud que des données que je veux partager avec d’autres.
    On m’en a chapardées certaines, mais c’était sans importance.

Jeudi 21 avril 2016 à 8:03

Informatique, médias, internet

 http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/images2.jpg

    Deux de mes correspondantes ont des ennuis avec leur ordinateur, l’une parce qu’elle a effacé une donnée qu’elle aurait voulu garder, et l’autre qui, au contraire, craint de n’avoir pas complètement éliminé une autre donnée qu’elle voulait absolument supprimer. Certains d’entre vous se posent aussi la question d’éliminer des données sur Facebook ou sur un site analogue, et d’empêcher Google, ou autre, de venir prendre des information dans votre ordinateur.
    On me demande aussi si ces éliminations de données sont analogues dans la mémoire humaine et dans celle d’un ordinateur.

    Dans un ordinateur, les données sont mémorisées en modifiant l’état physique binaire d’un support, en faisant appel à des phénomènes optiques, magnétiques ou de changement de structure.
    C’est vrai pour un disque dur, une clé USB, un CD ou un DVD, ou les petites cartes que l’on met dans les téléphone ou les appareils photos, ou les puces des cartes de crédit ou les clés d’accès à des portes d’immeubles.
    La plupart des supports sont réinscriptibles, c’est à dire que l’on peut effacer les données et éventuellement réutiliser la place pour stocker de nouvelles données.
    Certains supports (des DVD par exemple), ne sont pas réinscriptibles, mais on peut en général les effacer.. Mais c’est un acte volontaire : il est très rare que les données s’effacent d’elles mêmes. Il faut un phénomène extérieur très important (incendie, champ magnétique intense). Ce qui est plus fréquent c’est qu’électriquement, on ne puisse plus y accéder (par exemple disque dur qui ne tourne plus).

    Parlons d’abord d’un ordinateur isolé. Quand vous effacez une donné volontairement (ou par erreur), vous n’effacez que son adresse sur un catalogue. Cette adresse étant effacée, l’ordinateur n’y accède plus. Mais tant qu’il y a assez de place sur le disque dur, il est peu probable que la place qu’occupaient les données soit utilisé pour en stocker de nouvelles
    Donc avec un logiciel spécial, qui parcourt tout votre disque, on peut reconstituer un catalogue des données effacées, et donc retrouver les adresses et y accéder à nouveau, si elles n’ont pas été recouvertes par de nouvelles informations.
    Par contre, si vous avez utilisé un mode d’effacement dit « sécurisé », qui est très long, ou que vous avez réinitialisé votre disque dur ou autre support, les données sont alors totalement effacées. Théoriquement l’état des nouvelles données d’un disque dur n’est pas tout à fait le même, si précédemment il y avait un « 1 » ou un « 0 » à la place précédente. Donc des services très outillés, comme la police, pourront peut être récupérer les anciennes données, mais c’est très aléatoire, et cela nécessite un appareillage spécial très onéreux.
    Donc si vous avez simplement effacé par erreur des données, (en les mettant à la corbeille), un dépanneur informatique doit pouvoir les récupérer si vous le demandez assez vite (avant que la place n’ait été réutilisée).
    Mais un accident peut arriver à votre disque dur ou à votre ordinateur. Il est donc recommandé de sauvegarder les données sur un deuxième support, afin de pouvoir les y récupérer en cas de besoin, à partir de votre ordinateur ou d’une autre machine. Personnellement je le fais sur un disque de sauvegarde tous les 2 ou 3 jours. Les ordinateurs ont des logiciels qui permettent de sauvegarder rapidement uniquement ce que vous avez modifié depuis la sauvegarde précédente.

    Voyons maintenant ce qui se passe si vous êtes en réseau, et que vous êtes connecté à internet et à un « Cloud » ou un site d’interconnexion comme Dropbox.
     En fait tout se passe comme si vous étiez connecté à un disque dur de sauvegarde qui serait sur votre bureau, mais avec trois différences.
    Ce n’est pas vous qui actionnez ce support et donc il peut être en maintenance ou en panne. 
    Vous le partagez avec d’autres et vous n’y avez qu’une place limitée (gratuite, puis payante).
    Vos données sont stockées sur un support qui est géré par des informaticiens, qui peuvent donc accéder à vos données. Les personnes qui gèrent l’ordinateur peuvent donc analyser les données que vous y avez stockées, et des hackers peuvent les pirater.
    Mais des hackers (et des entreprises comme Google ou autres), peuvent aussi pirater vos données sur votre propre ordinateur quand vous êtes connecté à internet.
    Stocker vos données sur un cloud ou sur un ordinateur d’un fournisseur internet, est effectivement une garantie de les retrouver si vous avez un ennui sur votre machine, à condition de déconnecter la modification simultanée de vos donnés sur votre machine et sur l’ordinateur de stockage distant.
    Par contre ne stockez pas des données sensibles, car on peut vous les pirater (les mots de passe, les données bancaires….).

    Comment éviter les ennuis sur votre propre ordinateur, si vous êtes lié à internet.?
    D’abord ne connectez votre disque de sauvegarde que lorsque vous voulez sauvegarder et ne vous connectez alors pas à internet. Une personne malveillante  ne pourra pas alors accéder à ce disque.
    Ayez un bon antivirus, qui détecte , lors d’intrusions, la mise en place de petits programmes sur votre machine.
    Lorsque vous avez fini de consulter internet, ou tous les soirs, allez dans votre navigateur et demandez lui de détruire l’historique et toutes les « données des sites », ces petits cookies, qui leur permettent de venir voir ce qu’il y a dans votre machine.
    Ne stockez pas de données très confidentielles sur votre machine (notamment les mots de passe ou identifiants bancaires. Si vous avez des données que vous ne voulez pas qu’on puisse lire, créez une partition « archive », à partir de laquelle vous n’allez pas sur internet et où vous sauvegardez ce que vous voulez maintenir à l’abri de hackers (je le fais pour les échanges de mails que j’ai avec mes correspondant(e)s.
    Sachez aussi que toutes vos recherches sur internet sont notées et analysées par Google, pour soi disant vous faciliter. En fait cela me les complique plutôt car Google m’oriente avant que j’ai fini de taper et se trompe 9 fois sur 10. Et par ailleurs on m’abreuve de pubs non désirées. 
    J’ai donc été sur les conditions de confidentialité et j’ai supprimé toutes les autorisations d’accès à mes recherches. Depuis je suis plus tranquille.

    Dans le prochain article, je regarderai comment on peut supprimer des données et je comparerai à al mémoire humaine.

Mardi 19 avril 2016 à 16:55

        J'ai toujours aimé les grottes. Certaines sont magnifiques, par leur grandeur imposante, par la magnificence des stalactites ou des stalagmites, d'autres par leurs peintures rupestre.

        J'en ai visité d'autres au cours de mes périples en France, principalement en Dordogne, dans le Lot, en Lozère ou en Ardèche.

       Voici des photos de quelques unes d'entre elles.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/StMarceldArdeche.jpg









La grotte de Saint Marcel, dans l'Ardèche













http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/StMarceldArdeche1.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/avenorgnac.jpg








l'aven d'Orgnac en Ardèche







http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/avendorgnacardeche.jpg



 


















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/Betharram.jpg








La grotte de Bétharram dans les Pyrénées











http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/Betharram2.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/grottedargilan2.jpg









La grotte de Dargilan en Corrèze











http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/grottedargilanCorreze.jpg






















http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages7/Dargilan.jpg

Vendredi 15 avril 2016 à 18:02

Fonctionnement de Cowblog

http://lancien.cowblog.fr/images/Bloginformatique/BonBlog-copie-1.jpg

     SI vous avez lu mes articles de la catégorie « Cowblog », vous avez pu lire que nos blog devaient être transportés sur Eklablog en 2016.
    J’avais écrit aussi quelques articles sur le fonctionnement d’Eklablog, qui auraient pu se résumer ainsi : Eklablog est mieux techniquement que cowblog, notamment son éditeur d’articles, mais il manque singulièrement de convivialité.; pas d’annuaire, pas de liste des articles parus.

    Récemment Cowblog a eu quelques ennuis : problèmes de mise en place des images, utilisation de la dernière version de Firefox, plus d’indexation des articles, et puis, il y a une quinzaine de jours, panne complète.
    Mais heureusement l’ingénieur qui s’occupe des serveurs d'Eklablog qui nous supportent, est là (Lidstah) et tout est rentré dans l’ordre. Merci à lui, toujours prêt à nous aider.
    Seules les statistiques ne fonctionnent plus car elles utilisaient un logiciel qui n’était plus compatible avec la sécurité de fonctionnement.

    Mais on ne savait toujours pas quand était prévu le transfert. Alors j’ai écrit au directeur d’Eklablog pour le lui demander et je lui ai dit également que ce serait mieux si Eklablog était plus convivial et si notamment il y avait une liste des articles parus dans les dix derniers jours, comme sur Cowblog, pour qu’on puisse aller voir les articles intéressants.

    J’ai eu la réponse suivante du directeur d’Eklablog, monsieur Mosteiro, qui montre deux choses
    - Eklablog n’est pas pressé de nous transférer, (à mon avis ce ne sera pas cette année), parce qu’il a plus intéressant et donc urgent, à faire.
    - nos blogs n’intéressent pas Eklablog, qui s’intéresse essentiellement aux blogs commerciaux, qui lui rapportent des inscriptions Premium et de la pub payante (il faut bien vivre); alors que sur Cowblog, 60% des blogs sont personnels, les autres traitent de dessins, de photos, de musique, de littérature, voire de cuisine,  de beauté ou de sciences, mais il y a fort peu de blogs commerciaux. Pour Eklablog nous sommes des « blogs à faible qualité » ! (Moi je dirai plutôt "à faible revenu financier"). C'est vrai, nous ne vendons rien, nous partageons seulement quelques petits bouts de nos vies.

« Très clairement, Cowblog n'est pas notre priorité. Sa récupération a été faite dans une pure optique de ne pas fermer la plateforme. Nous avons néanmoins d'autres chantiers beaucoup plus importants concernant Eklablog.
Lorsqu'il y a choix sur les peu de moyens humains que nous avons, nous allons forcément privilégier la plateforme avec ses 800 000 blogueurs par rapport à celle avec 5 000.

Eklablog est basé purement sur des blogs où chacun est autonome. Avec les volumes que nous avons, la mise en avant des dernières publications ou des liens vers des blogs à faible qualité pénaliserait le référencement de notre portail. Nous préférons donc sélectionner les mises en avant que nous faisons. »


    Personnellement j’en tire la conclusion suivante : nous pouvons rester pour le moment entre nous, comme le dernier petit village gaulois face aux légions romaines, et nous débrouiller tout seuls en attendant notre transfert, le plus tard possible.
    Lidstah s’occupe des ordinateurs qui nous gèrent et cela fonctionne bien. Nous avons encore un annuaire, et s’il tombait en panne, j’ai créé sur Elablog, un annuaire de Cowblog (voir les articles correspondants, et si j’ai fait une erreur ou oublié quelqu’un, dites le moi - au passage vous retouverez le blog mythique de kaa à l’adresse http://kaaland.cowblog.fr ).
    L’indexation des articles sur les moteurs de recherche fonctionne bien à nouveau.
    Pour les statistiques, je vais essayer divers petits logiciels simples, pour voir s’ils fonctionnent sur Cow, et je ferai un article à ce sujet. Pour le moment ceux que j'ai essayé nécessitaient de marquer toutes les pages, ce qui est prohibitif.
    Je rééditerai l’article sur la façon de sauvegarder un blog, car je pense qu’il est prudent que nous le fassions tous avant notre transfert vers Eklablog.

    Donc pas de panique, pas la peine de fuir, faisons au contraire comme Astérix et Obélix, faisons vivre notre petit Cowblog gaulois, qui après tout n’est pas si mal que cela, car au moins il est convivial et humain, et pas le temple du commerce en ligne, comme malheureusement la plupart des autres blogs.
    Et quand nous serons transférés vers Eklabog et que nous perdrons donc l’annuaire de Cow, celui qui est à l’adresse suivante, http://annuairecow.eklablog.com , permettra de nous retrouver entre nous, et d’y intégrer, si elles le souhaitent d’autres personnes.

    Mais les Romains avaient parfois de bonnes choses  : ils disaient en particulier « Carpe diem ». Alors profitons de notre Cowblog tant qu’il existe encore.

Vendredi 15 avril 2016 à 10:28

Sciences et techniques

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/HrN5.jpg

    Un de mes plus jeunes correspondant, qui est en 4ème, me dit que leur professeur leur a fait un cours sur l’attraction universelle entre les planètes et les astres, et également sur l’attraction terrestre. Il leur aurait dit que, pour des corps qui auraient des qualités aérodynamique égales, si on les jetait d’une grande hauteur, ils arriveraient en même temps au sol en même temps.
    Mais il ne leur a pas expliqué pourquoi et mon correspondant n’arrive pas à croire qu’une plume, un bout de bois et une bille d’acier tomberaient de façon identique.
    En fait mon correspondant a raison, mais son professeur aussi, car ils ne parlent pas de la même chose.


    Mon correspondant a raison : s’il laisse tomber, même de 2 mètres de haut seulement une plume et une bille d’acier, cette dernière arrivera la première, alors que la plume tournoiera doucement dans l’air en en descendant.
    Mais le phénomène est dû à la résistance de l’air et aux qualités aérodynamiques de la bille et de la plume qui dont très différentes.
    La bille est une sphère; l’air s’écoule facilement autour d’elle et même si la résistance augmente avec la vitesse, elle restera assez faible. Mais si on avait lâché la bille de très haut (4000 m par exemple), la résistance de l’air augmentant comme le carré de la vitesse, la bille aurait fini par ne plus accélérer, car les forces de frottement de l’air auraient été équivalente à l’attraction terrestre (la pesanteur).
    Cette force d’attraction terrestre est proportionnelle à la masse m de l’objet et lui confère une accélération g en l’absence de toute autre force :  f = m g

    Mais le professeur avait bien dit : des objets ayant des qualités aérodynamiques égales, c’est à dire la même résistance de l’air à leur chute, et dès lors il a raison.
    En général on préfère ne pas parler d’aérodynamique, mais de dire que la chute se fait dans le vide, dans un tube où il n’y a pas d’air (donc pas de force aérodynamique de frottement).

    Alors pourquoi une bille d’acier et un bout de bois beaucoup plus léger arriveront en même temps.?

    Votre professeur ne vous a pas encore expliqué ce qu’est « l’inertie ».
    Si vous avez reposant sur la route plate et sans pente, dont la réaction compense la pesanteur, une voiture d’une tonne, et une voiture jouet de 300 grammes et que vous poussiez dessus pour les faire rouler, cela ne posera pas de problème à faire avancer votre jouet, mais, même avec les freins non serrés, vous aurez beaucoup de mal à faire bouger la voiture qui est très lourde.
    En effet, si l’on veut faire bouger un corps, et donc lui communiquer une vitesse, il faut d’abord exercer sur lui une accélération G pour atteindre cette vitesse, et le corps résiste : cela s’appelle l’inertie. Cette inertie est proportionnelle à la masse du corps et pour faire bouger le corps, il faut exercer une force m G, pour vaincre cette inertie et lui donner une certaine accélération G.   
    Cette inertie, l’opposition des corps au mouvement, est, comme l’attraction des corps, une des lois fondamentales de la nature et de la physique.
    
    Revenons à la chute de deux corps de masses différentes, par exemple dans un rapport 1000, mais dans le vide ou supposant les résistances de l’air identiques.
    Les forces en présentes sont la pesanteur et l’inertie : la pesanteur entraine 1000 fois plus vite le corps mille fois plus lourd, mais la force inertielle le retient 1000 fois plus,; ces deux effets se compensent et les deux corps atteignent finalement les mêmes vitesses, dont s’ils ont été lâchés en même temps, parviennent en même temps à l’arrivée au sol.

    Il y a cependant un petit bémol : c’est que la masse gravitationnelle doit être égale à la masse inertielle, pour que, pour une même accélération g = G,  les forces m gravitation g et m inertie Gsoient identiques Toute la physique des mouvements est basée sur cette hypothèse qui n’a jamais été prise en défaut, lors de mesures.
    Cependant les études faites sur l’origine du monde et le « bigbang » laissent supposer que, peut être, à l’origine, cette égalité n’était pas totale, mais dépendait de la nature chimique des corps.
http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/IMG.jpg    Les physiciens font actuellement une expérience étonnante correspondant au schéma ci contre, qui aura lieu dans des conteneurs situés dans un satellite. Deux cylindres coulissants l’un dans l’autre chutent dans le vide. Dans un premier cas deux cylindre de platine et dans un second cas un cylindre de platine dans un cylindre de titane. Les deux cylindres de platine arriveront en même temps, mais qu’en sera t’il des deux cylindres de métaux différents.
    Evidemment s’il y a une différence, elle est très faible : la mesure du temps se  fera à 10-15 seconde près (un millionième de milliardième de seconde). C’est cent fois mieux que les mesures réalisées jusqu’à présent.
    L'expérience aura lieu très prochainement, le 22 avril 2016.
    Si jamais on décelait une différence et qu’elle ne soit pas due à un artefact, un nouveau domaine de la physique verrait le jour.

    Si vous voulez avoir plus de renseignements vous pouvez voir à l’adresse suivante l’explication de la mission « Microscope », mais je vous préviens, l’article n’est pas simple et facile à lire, même si c’est très bien expliqué..
https://www.oca.eu/IMG/pdf/seminaire_Microscope-Artemis-Mai2015.pdf

Mercredi 13 avril 2016 à 10:51

Chats

   J'ai trouvé sur internet des photos de mamans chattes, avec leurs petits chatons, qui prennent modèle sur elles et leur attitude est touchante. 
           Jugez en :

http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/Photo11.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/Photo2.jpg


























http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/Photo3.jpg







































http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/Photo5.jpg






















http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/Photo6.jpg



































http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/Photo7.jpg

























http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/Photo8.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/Photo9.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Chats3/Photo11-copie-1.jpg

<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast