Samedi 4 novembre 2006 à 16:24

Relations avec nos parents, famille

û


    Une de mes correspondantes a fait sur mon dernier article un commentaire dont je fais un petit extrait
“ ....Au niveau des parents, moi ça va plutot, je vis uniquement avec ma mère, on parle mais je ne peux pas tout lui dire, c'est normal, on a tous nos secrets non ?
Ce que je ne dis pas a ma mère, je le dis a mes amies, mais c'est vrai que parfois, l'avis d'un adulte est bien plus précieux que celui d'un/une ado...
Après tout, chacun est libre de dire ce qu'il veut à ses parents même si parfois il faudrait tout dire ... “

    Là est le dilemne, je suis bien d'accord avec ce commentaire : chacun a son “jardin secret” et on ne peut pas tout dire aux parents, ni d'ailleurs aux amis.
D'abord les parents ont l'autorité et donc on a peur de se faire attraper et eux sont parfois obligés de faire des remarques ou de pûnir. Il faut bien élever ses enfants !!!

    Alors que dire aux ami(e)s ados, que dire aux parents, quand chercher l'aide d'un adulte.?

    Je crois que tant qu'il ne s'agit pas de choses graves, qui risquent de vous apporter des ennuis, des déboires, de grosses difficultés, beaucoup de tristesse, vous pouvez le dire où non à vos parents ou vos amies. C'est selon vos relations et c'est au fond, sans importance cruciale.
    Par contre si vous renconterz une grosse difficulté, que vous avez fait une grosse bêtise et que vous risquez d'être mis(e) en cause, il vaut mieux le dire aux parents (sauf si évidement ils vous battent, ce qui est quand même rare), quitte à se faire attraper. Il faut avoir le courage de ses actes et de ses responsabilités.
Et si ce sont des parents normaux, ils vous aideront à vous en sortir.

    Les copains, les amis peuvent vous aider mais sur des choses ponctuelles, qui peuvent se résoudre au niveau de jeunes et qui ne nécessitent pas l'expérience de la vie ou la connaissance des lois et des relations humaines.
    Je connais une jeune qui aidait souvent ses copines et a eu le courage et la gentillesse d'aller chercher chez le pharmacien une “pilule du lendemain” pour une de ses amies qui n'osait pas le faire (ce qui était idiot, mais la timidité n'est ce pas, cela paralyse ..!.)
    Mais vos ami(e)s ont le même âge que vous et risquent d'être vite dépassé(e)s.

    Si les parents sont trop sévères, si vous avez vraiment peur de leur parler d'une chose difficile et qui dépasse l'expérience d'un ado, il faut aller voir un autre adulte :vos grands parents, l'infirmière du lycée, un prof que vous connaissez bien.
    Beaucoup d'ados se sont adressées ainsi à moi et j'ai toujours essayé de les aider, sans les juger surtout.
    Il ne s'agit pas de leur dicter leur conduite, mais de les faire profiter de son expérience qui est plus grande avec l'âge, de leur expliquer les points qu'ils ne connaissent pas ou n'ont pas compris, de les aider à chercher des solutions et en prévoir les conséquences, bref de leur donner des éléments de décisions qu'ils ne pouvaient trouver eux mêmes. Mais c'est ensuite à eux de décider, mais en connaissance de cause.
    Souvent également de les consoler, de leur remonter le moral, de les rassurer et de les aider à reprendre confiance en eux mêmes. Quelquefois de els aider à sortir du précipice.

    Enfin un dernier point, si vous êtes malade, là il ne faut pas hésiter, il faut en parler aux parents et voir le médecin.

Par Le-Chat-De-Chester le Samedi 4 novembre 2006 à 18:21
hum!donc là encore,pas grand chose à dire....*.*
Par laika le Dimanche 5 novembre 2006 à 9:27
Le problème réel des parents c'est qu'ils ont une image fossé de leur propre enfant le plus souvent soit par trop d'amour soit par trop de haine, les deux vont ensemble le plus souvent. Ils ne peuvent pas aider directement leur enfant, et pour l'enfant c'est souvent dur de faire la démarche d'aller les voir, parce qu'ils ont plus peur de perdre leur amour que d'affronter leur problèmes qu'ils soient graves ou non. Ensuite, y a certains parents qui vont avoir tendance à intérioriser tout cela, et à réagir aux aveux de leur enfants en culpabilisant davantage, ce qui va engendrer un cercle vicieux. Et y a ceux qui vont réagir en niant tout, ce qui est généralement là que le mat blesse puisque svt la cause profonde c'est les parents. Sinon on leur dirait tout non? ( enfin ma dernière référence se fait par rapport aux TCA )
Et puis, autre chose, si le pb c'est une relation amoureuse, les enfants ne vont généralement pas s'en confier aux parents, parce que c'est trop intime. Et parce que l'enfant ne se voit pas raconter la vie sexuelle ou intime de ceux ci... Quoique s'il est futé, il suffit de dénombrer le nb de préservatif usagé dans la poubelle ^^
Enfin tout cela pour dire que en fait, être parent c'est dur, être enfant aussi.
Je ne sais pas s'il faut parler de ses pb aux parents directement, même si c la meilleure des choses à faire, mais il faudra toujours pour ses jeunes trouvé un substitut parental pour équilibrer tout cela dans leur tête, et comme le substitut n'est fossé pas aucun jugement, il sera plus en confiance et dira ce qu'il n'aurait dit à personne autrement.
Par morchain le Dimanche 12 novembre 2006 à 10:53
Par croque-framboise le Mardi 12 août 2008 à 14:51
Voilà, c'est exactement ce que je disais plus bas. Mes parents sont des parents normaux et qui m'ont bien aidé.
Par contre, parler aux autres était encore plus dur, car je n'accordais aucune confiance aux gens qui m'entouraient.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/1307340

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast