Vous savez que je m’intéresse au développement des enfants, et notamment de laur cerveau et de leurs facultés, que je trouve absolument extraordinaire.
    C’est toujours une chose étonnante que d’observer un enfant qui apprend peu à peu à parler, puis plus tard à lire et à écrire.
    C’est passionnant de chercher à connaître l’évolution de son cerveau.
    C’est cet intérêt que je souhaiterais parfois vous faire partager, même si les explications sont un peu difficiles.
    Aujourd’hui je vais vous parler de l’apprentissage de la lecture.

    L'acquisition de la lecture, lettres et des mots écrits.
    Une étude intemationale dirigée par Stanislas Dehaene, du College de France montre, a l'aide de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf),  que regarder une phrase écrite active l' ensemble des aires cérébrales du langage oral, et qu’inversement, entendre un mot active la zone qui code sa forme écrite, chez les personnes qui savent lire.
    Vous voyez sur le schéma ci-dessous, les centres dont on voit l’activation sur les images de’IRMf, les zones les plus actives étant en rouge : l’aire auditive primaire, le centre de Wernicke qui identifie les mots, la partie du centre de Geschwind concernée par les mots en question (qui constitue la mémoire sémantique), le centre de Broca qui organise la parole, les centres des mouvement qui gèrent la prononciation, et une zone codant la forme des lettres et des mots, qui chose étonnate, traite, chez les illettrés, la représentation des visages.
   
http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/motsecrits.jpg
Données/Profil

    Des observations sur des malades ont confirmé ces données
    Une première conclusion est donc qu’en lisant, nous prononçons mentalement les mots comme lorsque nous parlons, même si aucun son ne sortira de notre bouche.
    Une deuxième conclusion est qu’une partie de notre systéme cérébral est recyclée pour i'apprentissage de la lecture et cette réorganisation du cerveau est beaucoup plus importante que ce que i'on croyait, et par ailleurs avant que nous apprenions a lire, i'aire cérébrale de la lecture sert à reconnaitre les visages.


    La zone de reconnaissance des formes des lettres et mots a de propriétés bien singulières :
    Comme tous les neurones du cortex visuel, les neurones spécialisés dans la lecture ont des propriétés d'invariance qui leur permettent de reconnaitre un : ils savent reconnaitre automatiquement une lettre, qu'elle soit écrite en rouge ou en vert, en grand ou en petit, en minuscule ou majuscule, en italique ou en gras. Ils reconnaissent des mots mélangeant ces diverses sortes de signes par exemple on lit aussi facilement “cOwbLOg” que “cowblog” , bien que les formes soient différentes, et la lecture de ces deux mots entraîne des stimuli cérébraux identiques. Seloncertains chercheurs, la forme visuelle des mots contiendrait une représentation abstraite des lettres indépendante de leur forme.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/zonemots.jpg     Des expériences de comparaison menées sur des personnes illettrées et sachant lire, ont montré que c’était une aire destinée à la reconnaissance des visages de l’hémisphère gauche qui se reconvertissait à la lecture des lettres, les capacités de reconnaissance des visages se déplaçant en parte vers l’hémisphère droit.
    Des expériences purement auditives, en faisant écouter des mots ayant un sens et des phonèmes voisins, ne correspondant pas à un mot significatif, ont montré que chez les illétrés seuls les aires de l’audition étaient impliquées alors que chez les lettrés, l’aire de reconnaissance des lettre participait à la distinction entre mots réels et pseudos-mots.
    Ceci explique d’ailleurs que les illettrés aient des plus de difficultés à reconnaître ou prononcer certaines associations de mots ou certaines expressions ayant une signification abstraite.
    Autre particularité, une étude publiée en début 2011 indique que certains, neurones du cortex visuel du singe, sont insensibles à la symétrie gauche/droite car ils s’activent de la même manière lorsque le sujet voit une image à l'envers ou à l'endroit. Ces neurones existent aussi,probablement, chez l'homme pour la vision des objets, des paysages et des personnes.
     L’IRMf a révelé que les neurones de l'aire de la forme visuelle des lettres s'activent différemment lorsque nous lisons deux lettres symétriques “b" et" “d”, par exemple, ce qui nous permet de les distinguer. En se 'spécialisant dans la lecture, ces neurones ont donc modifié une de leurs propriétes.

    A noter que ces modification et plasticité neuronales sont les même que l’on apprenne à lire étant enfant ou adulte, sans que pour autant les facultés de reconnaissance des visages en soient altérées. N’est ce pas extraordinaire !
   
Par alyane le Jeudi 11 août 2011 à 9:46
L'étonnante plasticité neuronale!
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3129555

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast