Dimanche 19 octobre 2008 à 10:31

Architecture

    J'avais dit que je parlerai aussi des dangers de la musique.
Il y en a trois importants :
    - écouter de la musique à un niveau trop élevé ce qui est souvent le cas des jeunes.
    - se laisser distraire alors qu'on devrait être concentré (en voiture notamment)
    - se plonger dans un univers musical  monotone, triste et déprimant.

    Je traiterai aujourd'hui le premier cas qui est de loin le plus dangereux.
   
    Vous pouvez jeter un coup d'oeil sur les articles de mon blog dans la catégorie “l'ouïe”, où je décrivais le mécanisme de l'audition et quelques notions de physique comme les décibels.
    Vous verrez que dans l'oreille interne la cochlée et notamment des cils vibratiles reliés à des neurones, nous permettent d'entendre les diverses fréquence des sons et donc sans eux nous ne pourrions pas écouter un “air” de musique, ni d'ailleurs saisir la parole.
    Avec l'âge notre sensibilité auditive diminue, parce que ces cils vibratiles sont usés certains cassés.



    Comme le montre le graphique ci dessus, tiré d'un livre médical, on constate que cette perte de sensibilité atteint en particulier la partie haute du spectre audible, celle qui correspond à l'intelligibilité du langage qui est atteinte. La partie “grave” reste indemne. Mais elle ne participe pratiquement pas à la communication verbale, et partiellement à l'esthétique musicale
    Notre cerveau s'accoutume de ces pertes de sensibilité et les compense partiellement, ce qui fait que globalement on ne réalise pas vraiment cette dégradation de l'audition mais plus fréquemment une perte au niveau de l'intelligibilité de la parole, en particulier dans les milieux bruyants, de conversations multiples ou de bruits ambiants divers.

    On constate que lorsque les cils vibratiles sont soumis à de forte pressionsils fatiguent, voire se cassent.
Le seuil dépend du niveau sonore et du temps pendant lequel on le subit car l'oreille récupère en partie pendant les silences.
    Ainsi une pression acoustique de 120 dB pendant 1 seconde ne laissera généralement aucune trace, une pression acoustique de 100 dB, (c'est à dire une pression acoustique 10 fois moins importante) pendant une heure sera préjudiciable à une écoute fine le reste de la journée.
    SI on trace un diagramme analogue au précédent, après avoir été soumis à un niveau sonore de 110 db pendant 10 minutes, et cela après 1minute de repos, puis 15 minutes, une heure, un jour après on constate de très fortes détériorations qui s'atténuent peu à peu, mais qui peuvent ne pas revenir complètement à la normale.



    Vous constatez la ressemblance des deux graphiques.
    Au sortir d'un concert qui peut dans de nombreux cas atteindre les 110 db, vous avez une audition aussi dégradée que la mienne à 76 ans !!
    Evidemment c'est vrai également pour toute personne travaillant dans un milieu sonore très élevé de machines (par exemple un marteau piqueur, un chaudronnier....mais aussi certaines motos et tondeuses à gazon).

    Toute personne qui, à la suite d'un concert bruyant a souffert de sifflements d'oreilles ou de bourdonnements (on appelle cela des acouphènes), est une personne dont les qualités auditives ont été atteintes pour quelques heures ou définitivement.
Lorsque l'on souffre de tels désagréments, il est déjà trop souvent trop tard, le mal est fait, et même si cela n'est pas immédiatement perceptible, c'est généralement irrémédiable.
     Dans un pareil cas, vous avez moins de 24 heures (limite extrême, 72 heures) pour trouver un ORL, spécialiste de ce genre d'accident, et vous faire traiter dans l'urgence. Après c'est trop tard !

    Je suis toujours effaré du niveau sonore de l'écoute des lecteurs mp3, alors que les oreillettes utilisées sont dans l'oreille de la personne, ou du niveau sonore de radios d ecertaines voitures arrêtées sous mes fenêtres.
    Pourquoi écoute-t-on aussi fort son balladeur mp3 ?
    En partie pour compenser l'absence de vibrations abdominales générées par les graves que les basses les plus efficientes traduites par un casque ne peuvent provoquer.
    Certaines personnes écoutent aussi leurs musiques de façon forte car il y a du bruit aux alentours, elles sont dans le métro, le bus, le RER, le tramway par exemple.
    Mais d'autres personnes font exprès d'écouter leurs musiques très fort pour se faire remarquer, pour sortir du lot.

    En principe tous les ensembles “Walkman + casque” (balladeur, iPod,  CD, MP3 ou autres), mis sur le marché  ne doivent pas pouvoir délivrer une pression acoustique supérieure à 100 dB.
    Mais infliger à vos oreilles des heures durant des niveaux voisins de 100 dB suffisent à détruire peu à peu la cochlée.
    Les musiques à la mode comme le rap et la techno, voire le rock, sont particulièrement dangereuses car la dynamique (écart maximum entre les niveaux faibles et forts) est inférieure à 3 dB et donc le niveau sonore peut être en permanence supérieur à 97 db, alors que certaines musiques de variétés, le jazz ou musiques dites classiques, présentent des écarts pouvant dépasser facilement les 25 dB, ce qui donne un temps d'exposition aux niveau élevés plus faible et permet un certain repos de l'oreille.
    Même la musique classique, si elle atteint un niveau supérieur à 90 dB dans l'oreille, peut causer les même problèmes. Pratiquer la flûte traversière sans protection est aussi dangereux que la guitare électrique. Les sons purs stridents de la flûte attaquent et détruisent les cils de la cochlée
    C'est pour cela que les musiciens des orchestres classiiques sont équipés de protecteurs qui limitent le niveau sans déformer les autres caractéristiques des sons.

    

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2702089

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast