Mercredi 31 mars 2010 à 8:07

Vivre sa vie

J'aurais bien mis des chrysanthèmes, mais je n'en ai pas dans mon jardin !!


http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1S/Fleurs4/1001765.jpg

    L’autre jour une nouvelle lectrice, sans doute impressionnée par mon âge, m’a demandé si j’avais l’intention de mourir bientôt et quand, et si j’avertirai à l’avance mes correspondant(e)s de cow.
    En plus, bien que toute jeune, elle semblait avoir peur de la mort et y penser beaucoup.
    Cela m’a surpris un peu, (mais pas refroidi encore !).
    Je lui ai écrit d’ailleurs pour la rassurer.

    C'est vrai qu'on ne choisit pas l'heure de sa mort, encore que si l'on ne joue pas à l’andouille et qu'on se soigne un peu, physiologiquement et psychologiquement, on a plus de chances de vivre vieux.
    Il vaut mieux évidemment ne pas boire beaucoup d’alcool et fumer le moins possible de cannabis et surtout ne pas conduire après !
    Et fumer du tabac n’est guère meilleur pour la santé, cela coûte cher et et c’est ensuite difficile de s’arrêter.
    Moi qui fumait quand j’étais jeune, à peu près une cigarette par an, j’ai eu beaucoup de mal à me débarrasser de ce vice !

    Mais mourir est une chose naturelle, comme de naître, boire et manger ou respirer et je ne vois pas pourquoi on s'en préoccuperait plus et pourquoi cela devrait nous tracasser., tant qu’on n’est pas très malade (et encore, dans ce cas on ferait mieux de lutter de toutes ses forces pour guérir).
    Personnellement je n'y pense guère (d'ailleurs je n'en ai pas le temps) et je ne suis pas pressé. J’espère que ce sera le plus tard possible car j’ai plein de choses à faire encore et que je ne souffrirai pas trop.
    Quant à savoir quand, je ne vois pas en quoi cela m’intéresserait. Cela viendra bien assez tôt.
    Le mieux serait un jour d’oublier de se réveiller, juste avant de risquer de devenir gâteux, ou très malade et sans espoir de guérison.
    Mon père est mort à 94 ans, je ne vois pas pourquoi je ne vivrai pas encore 20 ans, histoire de faire un peu mieux !.

   Cela m'est arrivé aussi de croire que mon heure était arrivée, alors cela ne m'impressionne plus :
           - quand j'étais petit, la foudre est tombée sur la maison, une boule de feu (un "plasma ionisé") a traversé la pièce a fait un trou carbonisé dans le buffet et a cassé une assiette sur deux dans une pile (effet condensateur).
           - adolescent dans les Pyrénées, la foudre est tombée à dix mètres de nous et on a reçu des éclats de rochers. Cela fait un bruit horrible; on est sourd pendant deux minutes après, et juste avant, les cheveux électrisés se dressent sur votre tête et on entend un bruit comme une armée de mouches (mes micro-décharges dans l'air ionisé).
          - plus tard, j'ai reçu deux fois la foudre sur mon avion : la carlingue fait cage de Faraday et l'électronique est protégée, mais ce n'est pas drôle. On a l'impression d'exploser dans une boule de feu, plus d'élecrticité pendant quelques secondes, les moteurs s'arrêtent, plus d'instruments de contrôle et de navigation. Tout revient au bout de deux secondes, le temps que les batteries prennent la relève, on modifie le pas de l'hélice qui fait repartir les moteurs, puis on essuie la sueur sur son front lol
         - au Sahara, par une tempête de sable, dans un petit avion, on n'y voyait goutte et les terrains ne sont pas équipés d'aides à l'atterrissage sans visibilité; un rafale m'a presque fait passer sur la tranche et je ne sais pas trop comment on s'est retrouvé sur la piste en bon état.
         - quand j'avais 16 ans, je suis rentré
à un croisement en bas  d'une descente, avec mon vélo, dans la remorque d'un camion de déménagement. Le vélo est mort sur le coup. Moi je n'ai passé qu'une journée à l'hôpital.
         - en allant en Bretagne,  en haut
d'une côte, un abruti complètement à gauche en face de moi. On a évité de justesse la collision.     
         - là bas aussi après un dessalage en catamaran, je me suis retrouvé sous l'eau, sous la voileet quand on ressort à bou de souffle en buvant la tasse, on respire !
       - sans compter quelques chutes d'arbres ou d'échelle.
....et vous voyez je suis toujours vivant, alors, pourquoi s'en faire !!

    Quand à  informer les cobloggeurs, j’ai parmi les correspondantes avec lesquelles j’échange de nombreux mails depuis 5 ans, quelques unes que je considère et qui me considèrent comme leur “papy virtuel”, je leur donnerai accès à l’écriture sur mon blog.
    Le jour où je mourrai, elles mettront un petit mot sur mon blog, et mes cendres seront dispersées dans la mer de Bretagne.
   

    Mais toi qui est jeune, tu as la vie devant toi et bien le temps de penser à la mort.
    Penser à vivre et à faire tout ce qu’on voudrait faire, est déjà assez difficile comme cela !

Nota : Pour répondre à quelques coms ou mails, ce n'est pas parce qu'on ne pense pas à la mort ni à sa date, qu'on ne peut préparer l'avenir, sa succession, mettre en ordre ses affaires et dire à sea afmille ce qu'on aimerait qu'elle fasse quand on ne sera plus là. Le mieux est d'ailleurs que ses affaires soient en ordre en permanence, si on peut.

Par MiMiNe le Mercredi 31 mars 2010 à 10:10
moi je pense à la mort de mes proches ? c'est grave docteur ? :)
Par alesia le Mercredi 31 mars 2010 à 10:53
La foudre n'a pas l'air de vous aimez beaucoup !!! oO

Il y a un livre que j'avais étudié en terminale, en philo, et qui m'avait bcp rassurée sur la mort. En voici un extrait :

"Stupide est donc celui qui dit avoir peur de la mort non parce qu'il souffrira en mourant, mais parce qu'il souffre à l'idée qu'elle approche. Ce dont l'existence ne gêne point, c'est vraiment pour rien qu'on souffre de l'attendre ! Le plus effrayant des maux, la mort, ne nous est rien, disais-je : quand nous sommes, la mort n'est pas là, et quand la mort est là, c'est nous qui ne sommes pas ! Elle ne concerne donc ni les vivants ni les trépassés, étant donné que pour les uns, elle n'est point, et que les autres ne sont plus."

Personnellement, je n'ai pas peur de la mort, peut-être parce que je suis passée tout près, moi aussi. Par contre, je ne sais pas d'où me vient cette crainte, mais j'ai terriblement peur de mourir d'une certaine façon (que je vous confierai peut-être en privé mais pas ici !)

Quoiqu'il en soit, vous m'avez l'air plutôt en forme pour vos 78 ans, alors j'espère bien que vous vivrez encore 20 ans !

Des bisous !
Alesia.


PS : les "mots barbares" de mon dernier article, je ne les utilise pas dans la vie, mais par contre ils vont devoir apparaître de façon récurrente dans mon mémoire... C'est un reproche que je fais aux études de lettres : les cours sont trop éloignés de la réalité pratique !
Quant au sens de ces mots, je vous ferai un cours lors de notre prochain déjeuner !!!

=)
Par le-grand-duduche le Mercredi 31 mars 2010 à 11:22
Je suis assez d'accord avec toi et j'aime ton détachement par rapport à tout ça. Je comprends quand même ta lectrice qui peut être à des raisons personnelles d'y penser à ce point et puis chacun vit la mort à sa façon, ou du moins l'appréhende à sa manière.
Par jazz le Mercredi 31 mars 2010 à 11:49
coucou Jean-pierre
eh oui quelqeus soit son age , le principal est de vivre du mieux que l'on puisse, le plus sereinement possible, au temps présent de nos chemins de vie, et même si parfois la mort peut faire peur , oh! qu'il est bon de vivre et partagé d'humains instants "virtuels et reels" te souhaitant une belle journée et + .A+ d'Emmanuel
Par kaa le Mercredi 31 mars 2010 à 12:19
Plus l'âge avance et plus j'y pense.
Et ces pensées se sont renforcées depuis janvier, lorsque mon frère nous a quittés.
Par maud96 le Mercredi 31 mars 2010 à 12:26
J'opte pour "oublier de se réveiller" ! Sauf que çà oblige à ranger ses papiers chaque soir avant de se coucher (pour ne pas laisser à sa mort une impression de désordre) et que j'en connais qui sont insomniaques toute la nuit par peur de mourir....
Par Jiminy le Mercredi 31 mars 2010 à 15:01
Moins j'y pense et mieux c'est : je suis profondément amoureux de la vie, et j'ai très peur à l'idée de savoir qu'un jour, il n'y aura plus le vent doux sur les joues, l'odeur de la campagne, le chant des zozieaux.

Cela dit, heureusement, j'y pense jamais. Ca m'a choqué, mais je m'en suis remis, quand plus jeune, j'ai perdu ma soeur, mais là ça va. La vie est longue, et je m'efforce de rester en bonne santé pour la prolonger au max.

Le moment venu, je me rappellerai ce que disent deux grands sages, Albus Dumbledore et Maître Yoda : "La mort n'est qu'une aventure de plus" et "Réjouis-toi pour ceux autour de toi qui retournent à la Force".
Par Jiminy le Mercredi 31 mars 2010 à 15:03
Ah oui j'avais oublié ^^ Au premier semestre, en médiévale, on en avait parlé, et la prof avait dit qu'une bonne mort, au Moyen-Age, c'est une mort qui est connue à l'avance, laissant le temps d'organiser ses affaires (sa descendance, succession ?) et de préparer son âme à l'au-delà.

J'aimerais bien le savoir à l'avance, en fait. Comme Edward Bloom dans Big Fish, qui n'a peur de rien, pas même de la mort, puisqu'il sait quand et comment elle viendra à lui.
Par 22h47 le Mercredi 31 mars 2010 à 17:50
Ma propre mort ne m'effraie pas. C'est celle de Maxence qui me terrorise, je me réveille la nuit pour vérifier qu'il est là, quand il part de la maison, s'il ne m'écrit pas pour dire qu'il est bien arrivé à l'IEP je panique, c'est terrible, car tout le reste et tous les autres, je suis un peu du genre à m'en foutre, mais sur Max je bloque totalement !
Par 22h47 le Mercredi 31 mars 2010 à 22:01
Sans vouloir briser ton rêve, je suis quasi-sûre que disperser ses cendres dans la nature est illégal (on a pas pu le faire pour mon grand-père) :(
Par plop-maw le Jeudi 1er avril 2010 à 20:32
haaa moi j'ai peur. Mais je crois que c'est typique de l'ado alors j'évite simplement d'y penser. Mais j'en ai fait des crises d'angoisse a compter en moyenne , a faire des fractions etc etc.
C'est marrant cette histoire d'éclair. Mon père me dit toujours de fermer les fenêtre quand il y a de l'orage. Quand il était petit, d'après ce qu'il m'a dit, un truc du même genre est entré par la fenêtre xD. L'angoisse. Ça a traversé la pièce et pouf disparu. Pour ma part j'ai traversé la tempête de 99 (c'était 99 hein?) en avion.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2981697

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast