Mercredi 5 mars 2008 à 9:38

Sexualité, Homosexualité



    Mon dernier article sur l'homo et la bisexualité chez les jeunes m'a valu de nombreux mails, plus de 30, et quelques commentaires.

    J'ai essayé de faire le tri dans ces remarques et je vais répondre aux questions qui me paraissent générales, en faisant plusieurs articles et j'écrirai à ceux ou celles qui m'ont posé des questions plus personnelles.

    “Pom”, tu me dis que les homosexuels sont peu nombreux parmi une population hétéro et qu'ils sont donc “anormaux”.
    Ta constatation et ton raisonnement sont exacts, et on pourrait dire effectivement que les homos sont “anormaux” ou “exceptionnels”, car ils sont “hors norme” ou “une exception”.
    Mais je pense qu'il faut éviter ces mots qui dans la langue courante ont une autre signification. “Anormal” aujourd'hui signifie pour la plupart des gens quelqu'un qui est un peu “félé” et “exceptionnel” quelqu'un aux qualités extraordinaires, ou un être “formidable”, alors que ce dernier mot devrait vouloir dire “qui doit être craint” mais a également évolué dans son sens courant.
    Notre langue évolue et si nous voulons être compris il vaut mieux rester dans les acceptions courantes, car nous risquons dans le cas contraire, des malentendus regrettables.

    “Cerise”, tu me dis que j'ai une sympathie trop grande envers les personnes qui ont un penchant homosexuel et que donc je ne suis pas objectif.
Tu as eu cette impression, mais je pense qu'elle vient plutôt de tes convictions. C'est vrai que le Pape a condamné les homosexuels, mais personnellement, je ne pense pas que ce soit une bonne décision.
    Je n'ai à priori ni sympathie, ni antipathie pour ces personnes.
Cela dépend uniquement de l'homme ou de la femme qui est en face de moi, de ses qualités, de ses sentiments et pas de ses convictions.
     J'ai eu des camarades et des collègues que j'appréciais beaucoup, qui étaient droitiers ou gauchers, catholiques, israélites ou musulmans, d'autres aussi athés; certains étaient de droite, d'autres de gauche, la plupart étaient ingénieurs mais certains avaient une formation littéraire et heureusement nous pensions tous différemment, mais nous respections ce que pensait l'autre et nous discutions souvent. Cette pluralité des points de vue faisait la force de notre équipe, mais surtout nous avions compris qu'il ne faut pas juger et étiquetter les gens.

    “Coing” tu me demandes si j'aurais pu être homosexuel.
    Avec mon cerveau actuel, sûrement pas, car effectivement je n'ai aucune “attirance” pour les hommes. Mais si mon cerveau avait été formé autrement, si j'avais été éduqué dans une famille différente, rien n'est impossible. Mais c'est le genre de question où il n'y a jamais de réponse. Si tout était autrement que se passerait il ?

    “Banane” tu es très choquée parce qu'une de tes camarades t'a demandé d'être sa petite amie et que tu ne savais que dire.
    Moi je trouve qu'il est plus facile de dire alors : “je ne suis pas intéressée parce que je ne suis attirée que par les garçons”, ce qui n'est qu'une constatation sur soi même, que de dire à un garçon qui te propose la même chose : “tu ne me plaîs pas”, ce qui est plus vexant pour lui.
    Mais ce qui me choque c'est que tu sois allée ameuter toute la classe contre cette fille, qui est gentille et ne vous fait pas de mal, alors que tu me disais l'autre jour qu'un de tes camarades te plaisait beaucoup et que, comme il était timide, tu allais le coincer dans un coin pour l'embrasser.
    Tu as là la même démarche que celle que tu reproches à ta camarade, mais la tienne de plus est “violente” et que dirais tu si on ameutait tes copines sur cette action en te traitant de fille dévergondée?

    “Mandarine”, tu me demandes quelle est mon attitude face à une personne homosexuelle.
    C'est simple : la même que celle par rapport à une personne hétéro ou bi.
    D'abord, je ne sais pas qu'elle est homosexuelle sauf si elle me le dit, et je n'irai pas le lui demander, même si son comportement m'y fait penser. C'est son problème intime et cela ne me regarde pas.
    Ensuite je me comporte comme je le ferai avec n'importe qui, en fonction de ses qualités de ses défauts et de nos rapports personnels.
    Si elle me parle de son orientation, je l'écoute, exactement comme j'écoute mes guenons et je lui donne mon avis. Bien sûr mon comportement sera un peu différent de même que je ne joue pas au tennis en double de la même façon avec un droitier ou un gaucher comme partenaire. En particulier je ferai attention à ne pas la choquer si la conversation porte sur des goûts ou des sentiments, par des paroles qui pourraient préter à malentendus.
    Evidemment j'éviterai de lui faire du gringue, mais de toutes façons à mon âge c'est exclu IooI

    “Pamplemousse” tu as une question bizarre “Est ce que tu aurais pu vivre avec une lesbienne?
    A priori le vieux singe étant un "mâle”, je ne vois pas somment il aurait pu vivre en couple avec une lesbienne ! Même si elle lui plaisait, c'est elle qui n'aurait pas voulu de lui !
    Mais je vais quand même répondre à ta question sur un autre plan.
   
    Plusieurs personnes, parmi mes collaborateurs, étaient homosexuels, hommes ou femmes.
    J'ai donc travaillé en permanence avec eux pendant quelques années et s'ils ne m'avaient pas dit leur orientation dans ce domaine, je ne l'aurais jamais su, car la vie de tous les jours avec eux était strictement la même qu'avec les autres personnes qui travaillaient avec moi.
   
    J'ai donc répondu ici à quelques uns des mails que j'ai reçus.

    Demain je traiterai le problème de la formation de notre cerveau et de la distinction entre génétique, inné, apprentissage, éducation et  goûts.
C'est en effet essentiel pour que je puisse répondre à certaines questions qui m'ont été posées sur l'évolution éventuelle de l'homosexualité chez un adolescent.



Nota : Je voudrais préciser que c'est moi qui ai choisi les pseudos de cet article pour préserver l'identité de mes interlocuteurs. Ne cherchez donc aucun blog qui ait un rapport avec ces pseudos, il n'y en a pas J'ai juste pris des noms de fruits.
Par boneca le Mercredi 5 mars 2008 à 9:49
Moi je dis simplement que s'il y a de l'amour entre deux personnes même si elles sont du même sexe... et bien c'est formidable...
après se sont leurs "affaires", ça ne regarde qu'eux... je n'ai pas à juger...
on est tous différents et moi ça me plait... si chacun arrive à trouver "chaussure à son pied" et bien tant mieux !
Par carinecow le Mercredi 5 mars 2008 à 9:52
Que l'on soit hétéro, bi, ou homosexuel, l'important ce n'est pas d'être heureux dans la vie avant tout ? Tout être a le droit au bonheur. Respectons les tendances de chacun et le monde sera bien meilleur...
Vachement meilleur même !
Par un-peu-de-lecture le Mercredi 5 mars 2008 à 10:34
LEA signifie Langues Etrangères Appliquées. En fait, c'est une filière où l'on étudie deux langues mais aussi tout un tas de matière qui pourront nous être util pour travailler. Par exemple, on a des cours de droit, de commerce, d'économie, de structure d'entreprise etc. Cette filière a été crée dans le but de nous ouvrir à toutes les possibilités de travail.
C'est intéressant, mais assez difficile.
:)
Par un-peu-de-lecture le Mercredi 5 mars 2008 à 10:40
Ah l'homosexualité. Grand et vaste sujet.
Je ne pense pas qu'il faille adopter une attitude différente face à un homo ou une lesbienne. Parce que dans le cas où l'on agit différemment avec eux, ils se veront comme étant différent. Et ce n'est pas le cas ; au fond nous sommes tous pareille. Moi ça me surprend vraiment que des gens soient homophobe, car dans ce cas là il s'agit juste d'une orientation sexuelle différente. Et finalement, tout ce qui concerne notre sexualité reste assez personnel.

Je sais pas, peut être que mon avie personnel est trop fleur bleue 'tout le monde est beau et gentil'. ^^
Par oui.non.encore le Mercredi 5 mars 2008 à 14:02
l'homosexualité c'est assez tabou, chez tout le monde même chez les homosexuels en eux même.. Si ceux qui s'en rendent compte à l'adolescence ont peur du regard des autres je trouverai ça normal. Qui n'a pas peur du regard des autres à l'adolescence.. c'est comment dire. Inné. On a peur des critiques, des insultes et du reste, parce que la société d'aujourd'hui est d'une violence inouïe. personnellement je trouve ça assez plaisant de fréquenter des homosexuels, ils ont une autre approche des choses par rapport aux autres et ils voient généralement la vie sous un autre angle, parce qu'eux le problème du "qui suis-je" s'est posé tellement de fois qu'ils voient des choses que les autres ne voient pas forcément. et puis je trouve qu'ils ont une certaine poésie, une certaine sensibilité qui est ailleurs. une chose qui me révolte particulièrement ce sont les homophobes.. qu'est ce qu'ils en savent eux. Après tout chacun ses gouts. ^^
Merci beaucoup pour tes encouragements dans tes commentaires, et pour les oreilles de chats, je dois dire qu'on s'y fait vite. (je délire un peu trop souvent de toutes manières) Bref merci =)
Par Maybe.Be le Mercredi 5 mars 2008 à 17:24
Ca fait partie des choses qui seront toujours jugés trop vite.. On a beau dire ce qu'on veut.. Ca ne passe pas.. C'est pas vrai.. Le regard est différent.. Que les gens le disent ou pas.. Ca les dégoûte à moitié.. Leurs réfléxions en sont la preuve.. Combien de fois peut-on l'entendre.. On aurait assez de doigts sur les mains pour le compter.. On dit toujours que l'indifférence fait plus mal que certains mots.. Mais pas dans ce cas là.. Que les gens pensent ce qu'ils veulent à ce sujet.. Mais qu'ils ne se sentent pas forcé d'en faire part.. Ce n'est vraiment pas une obligation.. Enfin bref. Je me tais hein. Meilleure idée.
Par memecamouille le Mercredi 5 mars 2008 à 18:06
Je me suis tellement habituée à voir des gens autour de moi ouverts, tolérants, et indifférents à telle ou telle sexualité que certaines de ces réactions me rappellent à la réalité.
Notamment "Banane". Pas de chance pour le pseudo, soit dit en passant ! Soit "Banane" a très peur de cette fille (qui est pourtant un être humain) et donc veut prévenir les autres qu'ils vont se faire mordre, soit elle est méchante, soit... soit elle n'a pas réfléchi aux conséquences de cet acte. Cette fille a eu un certain courage de lui avouer ses sentiments alors que ce n'est certainement pas facile et elle... enfin bon bref.

PS :Je ne suis pas sûre d'avoir le temps de te répondre aujourd'hui...
Par ankou le Mercredi 5 mars 2008 à 23:34
Et moi qui m'étais crue au 21è siècle...

Ca m'étonne... Surtout à l'heure d'aujourd'hui où les remarques homphobes sont tellement montrées du doigt que les gens qui les pensent sont obligés de se taire ou d'agir "dans l'ombre".
J'ai entendu une fois un mec, dans un groupe, dire une remarque désagréable sur les homos. Il s'en est pris tellement plein la tronche qu'il n'a surement jamais recommencé.

Mine de rien, on est encore considérés bizarrement... Si je dis que je suis en couple avec une femme à une fille hétéro, ça passe sans problème dans la quasi totalité des cas. Si je dis que je suis lesbienne, j'ai une chance sur 2 pour que la nana m'évite, se considérant comme une "proie potentielle".

On a souvent l'image des homos draguant / couchant à tort et à travers. C'est dommage, c'est un peu la surface visible de l'iceberg, pourtant.
Par elfeperigourdine le Jeudi 6 mars 2008 à 20:36
Décidément, le thème de l'homosexualité fait débat chez toi!
Et je trouve ça bien, il faut en parler sinon la tolérance à leur égard ne bougera jamais et je trouve vraiment ça triste, dommage et surtout idiot.
Que se soit envers une personne du sexe opposé ou non l'amour reste un sentiment merveilleux alors pourquoi les blâmer d'aimer?
Par Princesse-fleur-de-the le Vendredi 7 mars 2008 à 20:44
J'aime beaucoup la photo !
Par Joker-artistique le Samedi 8 mars 2008 à 11:13
J'ai un ami homosexuel, ma relation avec lui est telle qu'elle serait s'il était n'importe qui. Cependant, on sait qu'il n'y aura jamais rien entre nous, et ça fortifie notre amitié, d'une certaine façon. Il en a beaucoup souffert, et il en souffre encore, parce qu'effectivement, l'homosexualité n'est pas toujours acceptée. On peut dire que l'homosexualité est moins répandue que l'hétérosexualité, cependant, il ne faut pas dire qu'elle est vraiment peu développée. Beaucoup d'homosexuels le cachent pour ne pas subir les remarques acerbes de leurs concitoyens, pour ne pas la subir... (...) Pour répondre à la remarque de "Pom", je dirais que l'homosexualité n'est pas un fait "anormal" selon moi. Ca existait déjà il y a longtemps, sous l'antiquité, par exemple, où l'île de Lesbie (exemple facile, je sais) était très dévergondée d'une certaine façon, puisque la bisexualité était pratiquée par nombre de ses habitants. Je pense qu'il ne faut pas faire des catégories dites "normales" et d'autres dites "anormales" de populations. C'est comme ça, et au fond, la diversité ça nous apprend beaucoup tous les jours.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2475218

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast