Dimanche 15 novembre 2015 à 8:43

Inné et acquit

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/78642d8563a081c487d659c5038c932blarge.jpg
    Je vous parlais en début de semaine du développement du cerveau des enfants.
    Un point qui m’a toujours intéressé, tant chez mes enfants que mes petits enfants quand ils étaient tout jeunes, c’est la prise de conscience de la différence entre soi et les autres et le développement de la conscience d’être un individu autonome bien défini.
    Comment sait on qui l’on est ?
    Le tableau ci-dessous donne les grandes étapes de ce processus.
http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/laconsciencedesoi.jpg
    Même avant la naissance, le foetus fait l’expérience des sensations qu’il perçoit et que son cerveau cherche à interpréter. Bien sûr il ne comprend pas les causes, mais il s’habitue à des sensations répétitives. Alors que tout enfant étranger sursautait quand le carillon de la pendule d’une de mes filles sonnait, ce bruit ne gênait pas du tout ma petite fille de huit jours : elle l’avait entendu maintes fois dans le ventre de sa mère !
    Le bébé commence par développer les premières semaines sa vue et son audition. Il est sensible à l’environnement mais peu à lui même. Mais sans bien en comprendre les éléments il prend conscience qu’il a un corps qu’il peut bouger, sur lequel il peut agir.
    Vers 2 à 3 mois, il sourit à sa mère et aux personnes de sa famille, aux étrangers qui ont une voix qui plaît à l’enfant. Il y a donc interaction avec autrui, mais sans qu’il ait conscience qu’il s’agit de personnes comme lui.
    Puis c’est la période où il va apprendre à se servir de ses mains et là il va non seulement voir, mais toucher son corps, apprendre de quoi il est composé. Bébé se tire les cheveux, attrape ses pieds… Il apprend aussi à s’en servir pour faire certaines actions volontaires : par exemple tenir son biberon.
    Le bébé prend conscience que son corps est différent de l’environnement et lui appartient puisuqil peut s’en servir. Mais en fait cette expérience dure depuis la naissance. Si vous touchez la joue du bébé de 2 ou 3 jours avec la tétine du biberon, il tourne la tête et met la tétine dans sa bouche.
    Mais au bout de quelques mois il touche un peu à tout, puis seulement ensuite aux objets « qui l’intéressent ».
    Cette conscience de l’autonomie de son corps, les psychologues la baptisent d’un nom curieux : le « soi écologique »

    Très tôt le bébé va essayer de comprendre ce qu’il ressent en mémorisant des conséquences. Des chercheurs ont montré en donnant à des bébés des « tétines musicales » qui produisait un son à chaque succion, qu’ils se guidaient très vite sur le son pour boire de la meilleure façon, en jouant de la tétine comme une trompette.
    Il va peu à peu apprendre et mémoriser les conséquences de ce qu’il perçoit et de ses actions sur l’environnement.
    Cette capacité se développera davantage avec la marche qui va étendre son champ d’action et il va alors découvrir qu’il est un mobile autonome dans son environnement matériel.
    L’enfant fait maintenant attention aux conséquences de ses actes.

    Autour d’un an le bébé va développer sa connaissance des autres. Il considère que sa mère lui appartient et doit s’occuper de lui. L’enfant demande qu’on fasse en permanence attention à lui. En fait c’est parce qu’il prend conscience de son existence et il veut qu’on reconnaisse qu’il existe. C’est la prise de conscience de soi, d’exister par rapport aux autres, qui représentent autre chose que l’environnement matériel.
    Que fait l’enfant devant son image dans le miroir?
    Quand il v comprendre que c’est la sienne, au début il va la fuire, se détourner, regarder ailleurs.Il ressent en efet tout à coup que c’est aussi lereflet de l’image que les autres perçoivent de lui.
    Jusque là l’enfant pensait aussi que les autres pensaient comme lui. Il y avait identité entre ce qu’il pensait et ce qu’il attribuait comme idées aux autres. Mais peu à peu il s’est aperçu que les autres avaient des idées, des émotions des souhaits différents, qu’on lui interdisait certaines actions, que les autres savaient aussi des choses qu’il ignorait et qui pouvaient lui être utile, et qu’il pouvait demander de l’aide à autrui.
    La conscience de soi prend une autre dimension lorsque l’enfant , ayant pris conscience de son image, sait qu’elle est vue par les autres et chercher à l’améliorer.
    L’enfant choisit alors ses relations avec autrui, car il commence à comprendre les liens entre la personnalité des autres et leurs sentiments et ce qu’il ressent lui même.
    Le bébé qui a commencé vers neuf mois à observer les réactions d’autrui, notamment vis à vis de l’environnement et de lui même, ne différencie vraiment les siennes et celles des autres que vers 18 mois. L’enfant agit avec autrui.

    Mais la conscience pleine et entière de soi ne va vraiment venir que dans la période suivante, quand l’enfant va savoir parler, ce qui va lui donner un moyen de communication tout autre, et de pouvoir exprimer ce qu’il ressent et écouter ce que ressentent les autres, que ce soit analogue ou différent.
    Le soi et celui des autres seront alors totalement distincts.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3275267

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast