Mercredi 27 février 2013 à 7:58

Enseignement, école, fac

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/psychopathe.jpg

            Lorsque j'essaie d'aider quelqu'un à remonter la pente, à sortir de sa tristesse, je commence par l'écouter sur de nombreux sujets, par lui poser des questions sur son environnement, sur son passé.
            Il arrive que sa détresse soit due à un très grand traumatisme précis, mais, le plus souvent, c'est une multitude de causes, qui peu à peu se sont accumulées, une dernière faisant parfois déborder le vase.
 
            Je suis très étonné de constater une cause de grande détresse assez fréquente : l'attitude méchante et cruelle des camarades de classe, qui harcèlent un jeune sans défense, voire le maltraitent et en viennent à des voies de faits et des tortures morales et physiques.
            Ces situations n'existaient pratiquement pas quand j'étais jeune, et très peu du temps de mes enfants. C'est vraiment aujourd'hui une tare de notre société actuelle.
 
         J'ai connu des dizaines de correspondantes qui, soit au primaire, soit au collège, et même parfois au lycée, ont été harcelées par leurs camarades de classe, qui les prenaient pour tête de turc et bouc émissaire.
           
         Certaines ont même fait l'objet de racket ou ont été frappées.
           
         Peut être croyez vous que ce sont de petites brimades sans importance. Ce n'est pas vrai. J'ai connu des jeunes qui ont été profondément traumatisées et qui ont mis des années à s'en remettre.
         Cela me choque.
            
         Que l'on se moque gentiment parfois d'un camarade, qu'il y ait parfois des heurts verbaux entre deux personnes, c'est normal.
           
         Que par contre tout un groupe harcèle une camarade faible et qui ne sait pas se défendre, c'est lâche. C'est une preuve d'inintelligence et de cruauté de la part de ceux qui le font. Quand on voit que l'on blesse quelqu'un, le bon sens et le minimum de considération pour les autres, demande d'arrêter et ne pas comprendre cela est faire preuve de bêtise et d'égoïsme et à la limite de perversion.
         Quant à celui ou celle qui supporte cela, s'il ne peut se défendre efficacement, il ne faut pas accepter cela en se repliant sur soi même.
         
De même ceux qui sont témoins de tels faits ne doivent pas fermer les yeux et faire comme s'ils n'avaient rien vu.           
         Il faut en parler à vos parents et que les parents en parlent aux professeurs qui sont responsables de ce qui se passe dans l'établissement, mais ne peuvent être partout et tout voir.
         Je suis étonné du racisme de certains qui maltraitent une nouvelle sous prétexte qu'elle est originaire du Maghreb ou du Vietnam, qu'elle a un nom ou un prénom qui sort de l'ordinaire. une moquerie d'un jour passe encore, mais des semaines et des mois, c'est de la bêtise et de l'inconscience.
         Je trouve idiot que l'on traite une bonne élève d'intellectuelle, avec un ton péjoratif et qu'on se moque d'elle et qu'on la harcèle, parce qu'elle est consciencieuse et travailleuse. Les classes seraient elles devenues un ramassis de cancres et de demeurés égoïstes et cruels, pire que des animaux. Ils devraient se rendre compte à leur âge, que "l'intellectuelle" réussira sans doute ses études et finira par avoir un travail alors qu'eux resteront au chômage, surtoutt s'ils n'ont pas appris en classe à travailler.
 
         Mais je pense que les parents aussi ont leur part de responsabilité, qu'ils n'ont pas su éduquer convenablement ces jeunes inconscients qui torturent leur prochain et les ont confortés, probablement par leur faiblesse et leur laxisme, dans un égoïsme béat et coupable.
         Au minimum ils n'ont pas donné à leur enfant suffisamment de caractère, de goût de l'individualité, de sens de la personnalité et de l'indépendance vis à vis de la mode moutonnière d'aujourd'hui.
         Les jeunes qui volontairement, torturent leur camarades sont peu nombreux et le font le plus souvent, pour se rendre intéressants vis à vis de leurs camarades.
         Si ceux là non seulement ne faisaint pas attention à eux, mais leur montrait tous solidairement et ensemble leur hostilité, sans doute ces jeunes ne continueraient pas leur manège.
         Et si c'était le cas il faudrait que les autorités du lycée soit saisies et que les sanctions tombent.
 
         J'ai souvent aussi, eu des plaintes de jeunes dont les camarades avaient profité des facilités de commentaires sur un blog ou sur facebook pour les insulter, écrire des insanités, publier des articles ou des images gênantes.
           
            Ceci également ne fait que montrer la bêtise et la mauvaise éducation de ceux qui se livrent à ce harcèlement minable.
           
            Si je tombais un jour sur un blog où un tel acte se produit, non seulement je dirais ce que je pense aux auteurs, mais encore je les signalerais au modérateur.
 
            Quant aux victimes, je leur conseille ceci. D'abord de ne pas trop prendre au sérieux ces agissements. Ce que pensent des imbéciles n'a pas beaucoup d'importance.
            Ensuite, effacer ces commentaires désagréables. Et si vraiment cela devient insupportable, changer de blog, en créer un autre dont vous ne donnerez l'adresse qu'à vos amis et recopiez y vos articles.
           
 
            Cela m'arrive d'avoir des remarques désagréables sur mon blog ou dans des mails. Si c'est simplement quelqu'un qui n'est pas d'accord avec moi, on discute, c'est enrichissant.
            Si c'est quelqu'un de désagréable, il m'arrive de lui répondre. Mais s'il insiste de façon malpolie et injurieuse, je me moque de ce qu'il peut dire; je supprime son commentaire ou je mets son mail à la poubelle ! Les chiens aboient et la caravane passe !!
Par alyane le Mercredi 27 février 2013 à 8:16
La sagesse de l'âge.
Dans mes cours, je fais très attention aux réflexions échangées et je n'interviens que quand celles-ci dérapent.
J'ai interdit "cassez", facile à dire et à faire, moins facile d'être constructif.
Par kaa le Mercredi 27 février 2013 à 12:04
Une belle étude sur la question, qui prend tous les problèmes en compte. Trop souvent, on ne met en cause que l'école. Les enseignants devraient tout faire, tout voir. Les parents n'hésitent pas à systématiquement les pointer du doigt en cas de problème, ces mêmes parents qui ont de moins en moins d'autorité sur leurs chères têtes blondes.
Par maud96 le Mercredi 27 février 2013 à 19:20
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3232194

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast