Mercredi 23 décembre 2015 à 8:16

Enseignement, école, fac

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/etudesmedecinepenuriegeneralistesformationvotation.jpg
       J'ai eu aussi un bug ce matin dans ma publication qui a mis en page la photo et pas le texte.
       J'ai d'ailleurs de lus en plus d'ennuis sur Cowblog et il semble ne plus y avoir de webmaster dans la maison.
       Je republie don mon article pour demain :


Les études de médecines font souvent parler d’elles, car très longues et très difficile.
    J’ai lu dans la presse la dernière mésaventure.
    Je rappelle que ces études comportent trois cycles successifs et durent 9 à 11 ans (en supposant qu’on ne redouble pas).

Le premier cycle de 3 ans:
    La première année (PACES)  est commune aux études de santé :médecines, pharmacie, dentistes (odontologie), sage-femme (maïeutique) et se termine par un concours où des quotas déterminent le nombre de places dans chaque filière.
    Ceux qui n’ont pas réussi ont le choix entre redoubler une fois et se réorienter.
    La réorientation est de faire une licence en biologie, ou depuis 2015, de suivre les cours d’une licence es sciences pour la santé, avec une passerelle vers la deuxième année de médecine , encore assez floue et expérimentale.
    Puis suivent deux années d’enseignement, relativement théoriques, mais avec des travaux pratiques et des stages, qui débouchent sur un diplôme équivalent à la licence (« diplôme de formation générale aux études médicales »).

Le deuxième cycle de 3 ans :
    Il remplace ce que l’on appelait autrefois l’externat. Les enseignements sont organisés par modules thématiques, le plus souvent, en lien avec les stages et la pratique clinique occupe de plus en plus de temps.
    Ces études permettent d’acquérir une formation médicale complète et de se préparer au deuxième barrage des études de médecine : les « épreuves classantes nationales », (ECN), clé d’entrée vers l’internat, qui permettent de choisir la spécialité et la ville d’affectation. Le diplôme correspondant. « diplôme de formation approfondie en sciences médicales » est équivalent à un mastère.

Le troisième cycle de 3 ans et plus :
    C’est l’équivalent de l’internat. L’étudiant effectue au moins 6 stages semestriels et suit parallèlement des enseignements théoriques (séminaires, cours mensuels…). Enfin, il prépare une thèse de recherche. Pour obtenir le DE de docteur en médecine et s’installer, il faut valider les stages, le DES (diplôme d’études spécialisées) de la discipline suivie et soutenir sa thèse.
    Il y a une trentaine de diplômes d’études supérieures de spécialités, dont médecine générale qui dure 3 ans, les autres spécialités demandant 4 ou 5 ans (notamment en chirurgie).
   
    Quant à la mésaventure dont je parlais, elle concerne le deuxième concours (ECN),  qui lundi 7 décembre était passé par environ 8 300 étudiants en 6ème année. (il y a trois épreuves dans l’année)
    Pour la première fois, les épreuves se passaient sur des tablettes tactiles (on répond à des questions), ce qui devait faciliter le dépouillement. Mais l’épreuse de 3 heures a duré dix minutes, les serveurs aynt été saturés.
    Evidemment les carabins n’étaient pas contents et je les comprends !
    Il semblerait que l’épreuve ait été repassée sans bogues le 9 décembre.
    J’avoue que personnellement, n’étant pas médecin, je me demande comment on peut mettre sur tablette un concours de 6ème année alors que l’enseignement est alors très pratique et que le médecin , lorsqu’il voit le malade peut interpréter ce qu’il voit, poser des questions, bref compléter son diagnostic par des éléments autres que la théorie.

    J’ai autrefois suivi la préparation aux concours des grandes écoles, qui était plus difficiles qu’aujourd’hui, car il y avait moins de débouchés, mais, si ces concours étaient difficiles, ils correspondaient à ce que nous avions appris pendant les années de préparation, avec écrit collectif et oraux individuels. Certes c’était un énorme traavail et un peu de stress, et il y avait une part d’aléas, mais dans l’ensemble, les concours étaient assez justes et correspondaient assez bien aux résultats de l’année scolaire précédente.
    J’ai parmi mes correspondant(e)s quelques étudiant(e)s en médecine. Je pense que leurs études sont beaucoup plus stressantes que celles que j’ai connues en sciences, et surtout qu’elles sont beaucoup plus aléatoires et donc injustes,  Je ne suis pas sûr que ces concours récompensent en fonction de la valeur des étudiants correspondants, ni de leur motivation à soigner les gens, tant en première année qu’en sixième. Certes il faut une énorme quantité de travail, mais je me demande si les épreuves sont bien adaptées au travail futur du médecin, qui allie compétences théoriques, pratiques, savoir faire, vocation et communication humaine.

     Cette fois ci j'ai vérifié, tout l'article est paru. !!
Par coldtroll le Mercredi 23 décembre 2015 à 18:29
j'ai pas tout compris >.<
Par coldtroll le Mercredi 23 décembre 2015 à 21:46
c'est en effet mieux avec les texte !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3275552

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast