Jeudi 22 octobre 2009 à 8:14

Drogue, alcool, addictions

    J’ai parlé de l’usage médical des cannabinoïdes dans mon dernier article. Je voudrais maintenat parler de son usage “récréatif” comme l’appellent certains, l’usage habituel qui consiste seul ou en groupe à “fumer un joint”.
    J’ai déjà écrit en janvier 2007 des articles sur les diverses sortes de cannabis utilisées et les effets de cette drogue eyt je vous y renvoie pour plus dedétails.
    Je vais me contenter de résumer ici les effets et les dangers.
   
    On me demande souvent de donner des doses en “nombre de joints” : ce n’est pas possible pourplusieurs raisons :

    D’abord les effets ne sont pas connus “à un joint près”. En effet ils sont variables d’une personnes à l’autre, du fait que nous avons des cerveaux tous différents et donc certaions des effets sont plus marqués pour certaines personnes et moins pour d’autres. En outre l’état physique et mental de la personne peut influer beaucoup sur ses réactions au cannabis.
    Enfin les “joints” eux même sont très différents selon le cas, car la quantité de THC contenue dans les produits sur le marché peut varier d’un facteur 3 au moins et de plus la dose de THC reçue dépend de la façon dont on le fume..

    On me demande aussi de comparer alcool, tabac et cannabis. et quel est le plus dangereux.
    Ce n’est pas aussi simple, car on ne peut comparer globalement ainsi des produits qui ont des effets multiples et complexes. Il faut comparer les divers effets entre eux.. J’essaierai de le faire au fur et à mesure.

    L’avantage du cannabis par rapport aux drogues dures (et c’est ce qui fait croire aux jeunes qu’il est inoffensif), c’est qu’on n’a jamais vu d’overdose.
    La dose létale de THC est plusieurs dizaines de milliers de fois supérieuer à celle utilisée occasionnellement., alors que pour les drogues dures ce facteur est de l’ordre de dix.. On peut avoir une overdose en cas de dose très imporatnte, et de personne sensible;mais elle n’est pas mortelle.
    Il n’y a donc pas de danger de mort à court terme résultant du produit lui même, mais certains de ses effets peuvent entrainer une mort accidentelle.
    Il faut se rappeler qu’il y a un renforcement très important des actions si on mélange cannabis et alcool, ce qui est souvent le cas dans des soirées.
   
    Un deuxième avantage est qu’il n’y a pas ou peu de dépendance physiologique (comme avec la nicotine du tabac) : la très grande majorité des consommateurs de Cannabis qui n'utilise ce produit qu'occasionnellement,t peut cesser définitivement son utilisation sans grande difficulté.
    Mais les expériences sur le rat montrent une dépendance et les fumeurs réguliers peuvent ressentir une dépendance physiologique qui leur rendra difficile l’arrêt de leur habitude.
    Par contre il y a une dépendance psychologique due à deux raisons :
        - le THC agit sur les centres de la récompense et provoque donc une libération de dopamine.
        - le cannabis a un effet euphorisant et il est donc majoritairement utilisé par des gens “mal dans leur peau” pour oublier leurs ennuis. Mais lorsque l’effet est terminé, on se sent alors plus mal (les problèmes sont toujours là!) et le stress augmentant, on reprend donc plus facilement de la drogue pour oublier à nouveau.

    Pour quelqu’un qui ne fume qu’occasionnelement les effets du cannabis semblent minime à condition qu’il s’abstienne de conduire et ceci avec encore plus de méfiance que pour “l’alcool au volant”.
    Les effets se limitent à :
        - une augmentation du rythme cardiaque;
        - une diminution de la salivation (bouche sèche);
        - un gonflement des vaisseaux sanguins (yeux rouges);
        - une stimulation de l’appétit, mais aussi parfois une sensation de nausée;
        - une sensation d’euphorie, de bien être;
        - une baisse de l'attention et de la concentration;
        - une certaine décontraction musculaire.
ces trois derniers effets font que l’aptitude à conduire un véhicule ou une machine est très fortement diminuée en même temps que l’appréciation de ses propres performances et du danger.
    La perception du monde est modifiée, la personne n'existe plus que dans l'immédiat et peut perdre une partie de ses facultés de raisonner et de se référer au passé ou à l'avenir. On observe différents effets, tels que satisfaction, sensation de bien-être, euphorie, discours et rire faciles. Une dose importante peut même provoquer des hallucinations.
    Cette modification de l'humeur et du comportement s'accompagne d'une certaine stimulation intellectuelle (apparente car on raisonne moins bien), d'une impression de calme et de relaxation, mais aussi une certaine insouciance et une incapacité accrue à ne pas imaginer les conséquences de ses actes.
    Il en résulte que le danger du cannabis au volant est bien plus imporatnt que celui de l’alcool, car on se rend moins compte de son état et de son inaptitude à conduire. Le mélange alcool-cannabis est extrèsmement dangereux pour un conducteur.
    Je connais des personnes qui se croyaient “peu sensibles au cannabis” et qui ont eu eu des accidents à répétition, parce qu’ils conduisaient ayant simplement pris un verre d’alcool et fumé un ou deux joints.
    Il faut aussi savoir que, même à de faibles doses, les personnes qui ne sont pas en bonne santé, peuvent avoir des manifestations respiratoires ou cardiaques plus ou moins graves, certains ayant entraîné la mort par arrêt cardiaque..

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/cannabisschema.png

    L’absorption régulière de cannabis par des gens qui fument beaucoup et régulièrement, outre l’addiction qu’elle finit par entraîner, est dangereuse pour la santé.
    Une telle personne perd peu à peu le sens des réalités, n'a plus de bon sens et devient apathique, perd sa capacité de se projeter dans l'avenir, son élan vital, et se désintéresse de tout. Ses capacités intellectuelles et de communication diminuent et des difficultés se manifestent en général dans le monde du travail ou à l'école, le risque à terme étant une désinsertion sociale progressive. Cet état de passivité est en général réversible à l'arrêt de la prise de drogue.
    En cas d'usage important de drogue pendant une longue période, les neurobiologistes constatent une perte de la mémoire à court terme, probablement par une action nocive sur l'hippocampe (qui est le “professeur” de la mémoire), et sur les mémoires tampons qui se trouvent dans le cortex intermédiaire et nous permettent de stocker et de traiter provisoirement des informations. On ne sait pas si ces dégats sont réversibles;
    Les effets cancérigènes pulmonaires sont plus importants que dans le cas du tabac (davantage de goudrons) et il est admis que fumer 3 joints par jour présentait un risque cancérigène supérieur à celui d'un paquet de tabac par jour. Toutefois, cette conclusion résulte toutefois d'extrapolations statistiques dont certaines hypothèses ne sont pas sûres.
    On constate également des anomalies respiratoires, immunologiques et hormonales. L'administration régulière de THC à des rats provoque une diminution du taux de testostérone et une atrophie des testicules. Il n’est donc pas exclu qu’un usage important du cannabis diminue la fertilité masculine.
    selon des études récentes on soupçonne le cannabis d’être responsable de certaines modifications épigénétiques, notamment au niveau des neurones de l’hippocampe.
    Chez les personnes prédisposées à la schyzophrénie, l'abus de cannabis favorisait l'apparition de la maladie.
     Enfin fumer du cannabis lors d'une grossesse est dangereux pour le foetus dont le cerveau est en pleine formation et des anomalies peuvent être constatées; le THC franchit en effet la barrière placentaire, de la même façon qu'il franchit la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau.

     On peut donc dire qu'une prise peu fréquente de cannabis pour quelqu'un en bonne santé, qui n'est pas particulièrement sensible ou allergique à ce produit, est relativement sans danger important, à condition de s'abstenir absolument de conduire un véhicule ou de se servir d'une machine dangereuse.
    Par contre, si l'usage régulier de cannabis n'entraîne pas de maladie spectaculaire et mortelle, il est néanmoins nocif pour le cerveau, et cela d'autant plus que l'individu est jeune.

    Il entraîne des anomalies de la mémoire, un manque de capacités de réflexion, de motivation et d'efficacité. Il favorise l'échec scolaire et la désinsertion sociale.
    Il favorise le cancer bien plus encore que le tabac, agit sur l’immunologie et l’épigénétique et semble avoir des actions stérilisantes sur les hormones mâles.
    Par ailleurs, chez un individu en mauvaise santé des doses importantes ou régulières de THC peuvent avoir des conséquences graves, voire mortelles.
     C'est donc pour protéger les individus et notamment les jeunes que la consommation du cannabis est interdite en France, au même titre que celle des autres drogues.
     Mais le meilleur moyen d'éviter une telle consommation est d'informer sur les dangers qu'elle présente.

 
http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques1/caricannabis.jpg

 
Par coldtroll le Jeudi 22 octobre 2009 à 10:04
le mieux, c'est encore de ne jamais commencer
Par Paskale le Jeudi 22 octobre 2009 à 19:16
"L'autre jour, j'ai pris de la fumée dan l'oeil" 8D!!!

J'adore le serieux de l'article et la chute avec de dessin drolatique à souhait 8D!!!

Mais comme le dis si justement "Coldroll" le mieux, c'est encore de ne jamais commencer...
Par Diary-Adventures le Lundi 26 octobre 2009 à 1:03
Juste rebondir sur le " on a jamais vu d'overdose " avec du cannabis. C'est bien vrai mais j'ai l'impression que dans le fond, l'overdose du cannabis se fait différemment et sous une autre forme. On devient parfois associable, renfermé, distant, crétin même parfois, bref on s'isole du monde extérieur. C'est peut être une nouvelle forme particulière d'overdose, quelque chose de différent...
Par usa mix le Samedi 20 août 2011 à 22:02
Chaque personne ayant fait l’expérience du cannabis et de l’alcool le sait, à haute dose le cannabis permet de garder ses repères de la réalité contrairement à l’alcool, le cannabis n’entraine pas de mort contrairement à l’alcool, et pour finir le cannabis ne rend pas dépend ( même en fumant 10 joints par jours pendant des mois 24h après l’arrêt il n’y a pas de sentiment de manque et même juste après le sentiment est très faible contrairement… Encore une fois à l’alcool.
De plus ne pas légaliser le cannabis est un véritable risque médical vu le nombre de fumeur en France et les produits qui sont rajouter dans la substance. Il faut absolument contrôler sa qualité car en ce cas, avec un weed 100% naturel et sans tabac, c’est moins dangereux pour la santé que l’alcool sur le long terme.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2921282

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast