Samedi 22 avril 2017 à 9:13

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/images-copie-5.jpg

Les élections présidentielles cette année m’auront laissé perplexe.


    Les deux extrêmes d’abord :
    J’aime bien Mélenchon; Son déplacement en péniche et ses hologrammes : au moins il est créatif. Et c’est un excellent tribun, clair, avec humour et réparties. Mais son programme ne me plaît pas. Dommage, cela aurait été intéressant de voir ce qu’il aurait fait comme président, s’il avait eu un programme raisonnable, tant sur le plan européen que financier.

    Marine Le Pen a souvent des critiques justes de la situation actuelle. Mais entre sa xénophobie et ses idées vis à vis de l’Europe, elle n’est guère réaliste. Et elle n’a pas renié les idées de son père et, pour moi qui ai connu la guerre, on a assez supporté avec le régime de Vichy.

    Hamon est gentil, tout mignon, tout droit sorti de mai 68, bien qu’il n’ait eu qu’un an à cette date. Programme très boy-scout. Il me fait penser à Tintin. Je ne le vois guère président au plan international. Juste sur une bande dessinée.

    Je me demande comment des gens peuvent encore voter pour Fillon.
    Au départ il m’était assez sympathique, mais je trouvais son programme catastrophique : tout le monde sait que le changement doit être progressif, et que si on casse tout, en général on n’arrive pas à reconstruire. Et puis il n’a rien compris au monde actuel (c’était déjà le cas quand il était premier ministre). Les entreprises délocalisent et se robotisent. Donc elles ne créeront pas beaucoup d’emplois et s’il diminue leurs impôts, se contenteront d’augmenter leurs bénéfices; par contre s’il ne renouvelle pas 500 000 fonctionnaires, cela fait autant de chômeurs en plus. Avec lui ce sera la casse de la justice, de la police, de l’armée, des hôpitaux, de l’enseignement, comme l’avait fait Sarkozy (et lui avec).
    Alors je n’aurais pas voté pour lui, mais comment peut on encore voter pour un malhonnête homme qui enrichit sa famille avec l’argent de l’Etat. Et il n’a aucune stature présidentielle. Le voyez vous président, n’ayant pas réussi à convaincre Merkel et geignant « j’ai été victime d’un complot et des journalistes ! ».

    Quant aux petits candidats, leurs propos sont intéressants, mais leur candidature n’est ni sérieuse, ni destinée à dépasser les 5%.

    Alors il ne me reste plus qu’un choix, le moins mauvais; j’espère qu’il sera quand même à la hauteur de nos espérances déçues.


Samedi 15 avril 2017 à 11:11

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/Unknown-copie-1.jpg

         Les américains ont peut être élu un fou comme président; je ne suis pas psychiatre et je ne peux l’affirmer. Mais en tout cas ils est certain que c’est un homme grossier et ignare.

Il affirme sans sourciller, au mépris de tous les scientifiques américains, que le changement climatique a été inventé par les chinois pour empêcher l’Amérique de consommer de l’énergie, et que par ailleurs l’évolution darwinienne n’existe pas et que les études sur l’origine de la terre, du monde et de l’homme sont des balivernes.

Il nie en particulier le calendrier suivant que l’on trouve souvent, avec des chiffres voisins dans des publications scientifiques :


http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences2/formationuniversdates-copie-2.jpg
Ce qui est frappant dans ce calendrier, c’est l’accélération de l’évolution. 15 milliards d’années pour la formation de notre environnement, et 5 millions pour passer des grands singes à l’homme moderne.

Et cent ans de l’ère industrielle pour accumuler le CO2 et déclencher le changement climatique.
L’homme serait il à la fin de l’existence de la vie sur la Terre ?


Samedi 1er avril 2017 à 12:01

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/Unknown-copie-11.jpg

     Linky est le nom du « compteur communicant » développé par ENEDIS, qui a remplacé ERDF et qui gère le réseau électrique, ce type de compteur étant recommandé par les directives européennes.
    La loi relative à la « transition énergétique pour la croissance verte » du 17 août 2015 prévoit la généralisation des compteurs communicants pour l’électricité, et il est prévu d’installer trente-cinq millions de compteur Linky à l'horizon 2021.
    Toutes les secondes Linky mesure votre niveau de consommation électrique et envoie l’information à EDF qui peut ainsi faire des statistiques sur la consommation des usagers aux diverses heures de la journée.
    Mais ce compteur est une étape vers les réseaux intelligents.

    Des études sont en cours pour que Linky devienne une aide précieuse pour les consommateurs.
    Il relèvera toutes les émissions de télé que vous regardez et vous demandera périodiquement un avis, pour que les chaines puissent ainsi améliorer leur production et mieux répondre à vos envies.
    Linky est relié à votre ordinateur et va peu à peu remplacer Google. Il relèvera toutes les secondes ce que vous faites et fera une statistique : il vous proposera des logiciels plus adaptés à vos travaux et surtout fera par avance toutes les recherches dont vous aurez besoin et vous les enverra sans que vous les ayez demandées.
    Vous pourrez cependant encore lui demander quelques recherches nouvelles supplémentaires.
    Lorsque vous achèterez un « réfrigérateur intelligent », Linky examinera ce que vous y emmagasinez et vous fera automatiquement vos liste de courses et enregistrera sur votre ordinateur les recettes correspondantes pour votre robot de cuisine.
    Bien entendu vous pourrez mettre votre téléphone portable en relation avec les courants CPL, par lesquels Linky enverra toutes ses informations dans les lignes ENEDIS.
    Vous pourrez ainsi envoyer une photo toutes les secondes et les stocker à distance et Linky mettra à votre disposition une reconnaissance des visages et des sites pour automatiquement référencer vos clichés et faire des classements multicritères.
    Vous pourrez envoyer sur le réseau grâce à Linky les images des caméras branchées dans votre appartement et ainsi, surveiller vos enfants et prévenir un robot changeur de couches ou donneur de biberon et de petits pots de nourriture. Le robot pourra aussi changer la litière du chat et lui préparer sa pâtée de Ronron.
    Les futures machines à laver intelligentes seront munies d’un « entonnoir à linge » et Linky pourra régler le chargement et le fonctionnement de la machine.
    Bien entendu c’est lui qui allumera et éteindra les lumières dans les diverses pièces de la maison et qui actionnera votre réveil matin.
    Une petite tablette reliée à Linky vous proposera divers jeux à faire au lit, avant de vous endormir.
    Une étude est en cours pour que l’énergie électrique des appareils soit transmise par radio à partir de Linky, ce qui supprimera toutes les prises électriques et les branchements et débranchements pénibles dans les prises actuelles sécurisées.
    ENEDIS voudrait par ailleurs concurrencer Amazon et la FNAC et proposerait, via Linky, des musiques, des lectures et des films.

    Bref les réseaux intelligents futurs, associés à Linky et à des robots ménagers, devraient nous rendre demain la vie paradisiaque.
    Et dire que je suis peut être trop vieux pour connaître cela !











http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/poissondavril4bb5b0134606f.jpg

    Bien entendu, c’était un poisson d’avril !!

Samedi 18 mars 2017 à 8:27

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/120403abstentionelections.gif
         Les élections présidentielles me navrent quand je vois les candidats qu’on nous propose :

        Les extrêmes se ressemblent; Mélenchon et Marine Le Pen ont presque le même programme, . Tous deux ne se rendent pas compte qu’aujourd’hui, face au débile de Trump, au dictateur de Poutine et à la Chine, sans parler des extrémistes arabes, seule une Europe unie peut être suffisamment importante pour nous en sortir. Mais bien sûr il ne faut pas se contenter de faire de la règlementation technocratique paralysante, mais essayer de traiter les problèmes importants de politique commune : défense, politique étrangère, économie, investissements, finances et monnaies…
        Le Front National, en plus d’un programme analogue à celui de Mélenchon, est xénophobe, et alors que le président devrait être garant de la justice la même pour tous, Marine Le Pen ne veut pas répondre aux convocations de la police et de la justice, ce qui est un comble.

        Hamon lui est européen, mais son programme me fait penser aux utopies de 1968. Son revenu universel de base est un beau rêve, qui se matérialisera peut être un jour, dans quelques décennies quand les esprits auront évolué, mais qui est un projet démagogique, , pour lequel le financement n’est pas prévu, et dont il ne mesure pas les conséquences, ni les oppositions : on se croirait face à un ado qui ne sait pas mesurer les répercussions des actes qu’il veut entreprendre.
        Le revenu universel sera sans doute nécessaire un jour, face à la robotisation de l’industrie et à la montée des blockchains, mais il faut avant repenser notre système financier, nos monnaies, notre éducation, et la mentalité des entrepreneurs et surtout des investisseurs, ainsi que de nos politiques, du Medef et des syndicats. Et c’est impossible à l’échelle de la France seule. Alors il faudra du temps !

        On aurait pu croire, au moment de la primaire de droite que Fillon était un candidat sérieux : hélas, c’est un homme malhonnête, qui utilise les fonds de l’Etat dont il est responsable, pour enrichir sa famille  et ment ensuite à l’opinion. Que doit penser l’assistante d’un cadre, ou la secrétaire administrative dans une collectivité qui gagne en travaillant beaucoup entre 1500 et 2000 € bruts, quand elle voit que Fillion déclare que ses enfants étaient avocats alors qu’ils étaient étudiants en droit et qu’ils gagnaient entre 4500 et 5500 euros, tandis qu’un ingénieur sortant d’une grande école débute à moins de 3000 €. Sans parler de presque 5000 € de costumes qu'on se fait offrir : 4 mois de SMIC.
        Fillion joue au martyr, et accuse le gouvernement de cabale, considère que la police et les juges ne font pas leur métier et sont partiaux, alors que les révélations peuvent aussi bien être venues du clan Sarkozy furieux de son échec. Mais quand bien même il y aurait cabale, cela n’enlève rien à la malhonnêteté de son action. S’il était dans une entreprise privée, on lui reprocherait de l’abus de biens sociaux ; là c’est l’argent du contribuable et c’est donc du détournement de fonds publics. Et il veut être Président de la République !!
        Quand à son modèle de société, il me fait penser à ce que nous présentaient Pétain et Laval, quand j’étais ado.

        Reste Macron, le jeunot qui n’est ni de gauche ni de droite. Cela encore cela changerait et ce serait un progrès; mais le programme est imprécis, flou, peu calculé au plan financier, et il donne surtout l’impression d’un bon orateur, d’un bon baratin, mais est il sérieux ?
        Et il est trop ambitieux à mon goût. Mais finalement c'est le programme le moins pire !

        Quand aux autres qu'on connaît à peine, ce sont surtout des farfelus, qui ont envie de faire parler d’eux
   
        Alors, face à cette belle panoplie, me voilà bien avancé et je me demande pour qui je vais voter !  Pourtant il faudra bien que j’y aille !
L'abstention est de toutes façons la pire des solutions !
        Retrouverons nous un jour un de Gaulle ? Lui au moins était honnête et parlait franc. Et quand sa famille venait déjeuner à l'Elysée, il payait les repas de sa poche !!!

Mercredi 15 février 2017 à 17:18

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/425387423.jpg
    Je parle rarement de politique sur mon blog, car je pense que c’est avant tout, un problème personnel.
    Mais l’affaire Fillon me laisse perplexe.
    A mon sens il y a quatre problèmes :
    Le premier ne concerne pas Fillon, mais l’assemblée nationale et le Sénat.
   
    Je trouve tout à fait anormal que députés et sénateurs disposent de finances, sans aucun contrôle, pour embaucher qui ils veulent, dans des conditions totalement illégale au plan des règles de la fonction publique et du droit du travail.
    Les enquêtes des journalistes auprès des assistants parlementaires ont montré qu’ils étaient embauchés pour des travaux non définis (une femme disait en plaisantant que le député pourrait lui demander de laver ses chaussettes !). Les horaires ne l’étaient pas non plus et certains disaient faire 50 heures ! Et ils étaient titulaire d’un « CDI pour la durée du mandant du parlementaire », ce qui est illégal : c’est un CDD, et ce n’est pas le moyen de fidéliser les bon sujets. Certains étaient très diplômés: un attaché licencié en droit et diplômé de Sciences PO disait gagner 2400 € nets par mois.
    Par ailleurs aucun contrôle sur ce que font les parlementaires de cet argent, alors que tout fonctionnaire est soumis au contrôle, combien tatillon, des contrôleurs financiers du Ministère des Finances.
    En fait cela devrait se passer autrement : il y a un service des personnels pour la Chambre des Députés et aussi au Sénat), qui dépend d’un secrétaire général, de même qu’il y a des services d’approvisionnement ou financiers. C’est ce service qui devrait embaucher des attachés parlementaires, avec évidemment l’accord du député, et en vrai CDI, et avec un contrat conforme au droit du travail.

    Parlons ensuite de M. Fillon :
    La loi n’interdit pas que les attachés parlementaires fassent partie de la famille du député : il n’y a donc là pas de faute. Mais évidemment cela doit correspondre à un travail réel. Si la personne est payée sans venir travailler, dans le secteur privé ce serait « un abus de bien social », passible de poursuites. Alors, à fortiori quand il s’agit de l’argent des contribuables.
    C’est la justice qui décidera : ou bien les emplois étaient réels et il n’y a rien à dire au plan juridique, ou bien ils étaient fictifs, et il y a tout lieu de sévir.

    Mais il y a un aspect déontologique.
    Les salaires de madame Fillon sont 50% plus élevés environ que ceux des autres attachés parlementaires et le double des assistantes des hauts fonctionnaires de l’administration. Quant à ses enfants, qui n’étaient pas comme il l’a dit, avocats, mais encore étudiants en droit, touchaient des salaires doubles de ceux d’un ingénieur sortant d’une grande école.
    Ce ne serait déjà pas normal que l’on donne des salaires trop différents de ceux pratiqués dans un domaine donné, mais qu’on le fasse quand il s’agit de membres de sa famille, me paraît gênant lorsqu’il s’agit d’une entreprise, mais, quand il s’agit de l’argent de l’Etat et donc des contribuables, je trouve cela scandaleux.

    Un troisième aspect me gêne pour un candidat à la Présidence de la République, qui risque de se trouver dans sa future fonction, devant des situation difficiles sur le plan international.
    Alors ses réactions dans cette affaire m’inquiète. Il ment en disant que ses enfants étaient avocats, il oublie que sa femme a dit aux journalistes qu’elle ne travaillait pas pour son mari, il fait la victime de complot au leiu de se justifier, et lorsqu’il l’a enfin fait ses explications sont vagues et laissent penser qu’elles sont fausses; Et quand ses avocats demandent que le tribunal soit dessaisi de l’affaire, cela laisse supposer qu’ils ont peur que celui-ci ne trouvent des choses répréhensibles.

    Quant à l’origine des fuites, cela ne m’étonnerait pas que cela vienne de l’entourage de Sarkosy, qui est prêt à servir de plan B.

    Je trouve donc normal que les sondages soient en baisse pour le candidat Fillon.
D‘autant plus que son programme est assez catastrophique et montre que M. Fillon n’a jamais travaillé dans une entreprise, et connaît mal l’industrie.
    Il vaut durant son quinquennat supprimer 500 000 fonctionnaires. Ce sont 500 000 embauches de moins et donc 500 000 chômeurs en puissance
    Il croit que pour ses beaux yeux l’industrie va embaucher de nombreux salariée. Mais il n’a pas compris que, pou rester compétitive, l’industrie occidentale doit faire appel massivement aux machines et aux robots, et que, même avec une reprise économique, qui n’est pas certaine, elle n’embauchera guère que pour remplacer une partie des départs. Et, avec les réseaux postes à postes et les blockchains, ce sera bientôt la même chose dans les services.
    Alors, même en créant de nouveaux domaines (et il faudrait pour cela payer correctement les chercheurs et investir dans leurs moyens), jamais cela ne créera 500 000 postes. Donc le chômage va encore augmenter massivement.
    Certes il y a des endroits où on pourrait diminuer le nombre de fonctionnaires et employés des services publics, mais en supprimant presque toute embauche de fonctionnaire, l’armée et la police, ainsi que les magistrats, qui garantissent notre sécurité, les personnes du secteur de la santé dont nous dépendons de façon vitale, les instituteurs et professeurs qui instruisent nos enfants, vont se retrouver dans des situations désastreuses, alors qu’ils sont déjà en situation difficile.
    J’avoue que par ailleurs, ses idées sur l’économie ressemblent à celles de ceux qui favorisent les riches au dépends des pauvres et augmentent les inégalités et celles sur la société et sa façon de gouverner, me rappellent, pour moi qui suis vieux, ce que nous serinaient Pétain et Laval pendant la guerre.
    Alors je ne comprends toujours pas ce que lui ont trouvé les personnes qui l’ont préféré à Juppé, qui avait un programme beaucoup plus réaliste.

Samedi 4 février 2017 à 16:25

Actualité

  http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures4/donaldtrumpcaricature720x596.jpg

        Je suis vraiment catastrophé du choix du président des Etats-Unis.
          Certes Donald Trump tient des propos outranciers, voire insultants. Il est sexiste et grossier. Cela a choqué bien des gens, mais ce n’est pas ce que je lui reproche le plus. C’est une habitude américaine; les dialogues de leurs films sont souvent très grossiers.
         Ce que je lui reproche c’est outre son racisme, de donner l’impression de quelqu’un d’inculte et peu intelligent.
         Vouloir systématiquement détruire ce que son prédécesseur a fait est une attitude idiote. Et se présenter comme le représentant des petites gens et de « rendre le pouvoir au peuple » et commencer par supprimer la « sécurité sociale » péniblement mise en place par Obama, est une preuve d’illogisme et de bêtise.
 
         Mais le pire est encore son attitude vis à vis du changement climatique.
Il nie l’effet de serre et l’augmentation de température moyenne sur le globe et redonne l’autorisation de produire le maximum de gaz carbonique.
        Que fait il alors des graphiques qui ont fait l’objet de maintes vérifications et rapports par des scientifiques, tels que ceux ci-dessous ? Ils sont pourtant démonstratifs et faciles à comprendre.
 

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie2/ar5observationsgraphiquetemp.png
http://lancien.cowblog.fr/images/EnergieClimat2/sanstitre-copie-2.jpg

 
           Que fait il des relevés faits dans les glaces de la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ?
 
http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie2/atmosphere600000.jpg
           Et est il assez obtus pour ne pas comprendre ce qu’est l’effet de serre qui explique ces phénomènes et que n’importe quel élève de première assimile parfaitement.
 
http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie2/S7Etudelesgazaeffetdeserrecontinuentdaugmenter3965.jpg

            Je me demande quelles études monsieur Trump a bien pu faire pour être aussi nul. La seule chose qu’on peut lui reconnaître c’est d’avoir une très haute opinion de lui même et, semble-t’il, un égoïsme à toute épreuve.! Les américains auraient dû le laisser dans ce qu'il savait faire : des shows télévisés et les concours de miss.

Samedi 28 janvier 2017 à 17:05

Actualité


http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/23revenudebase.jpg

   Pour compléter mon article sur le revenu universel de base », quels en sont les avantages attendus et les inconvénients possibles.

    L’universalité de ce revenu, versé même aux plus riches (mais dont les impôts augmenteront plus qu’ils ne toucheront ainsi), fait référence au principe de « respect de soi » : éviter la stigmatisation des bénéficiaires de l’allocation.
    Par ailleurs quelqu’un qui est privé d’emploi est privé de légitimité sociale, et il vit tellement mal cette mise à l’écart qu’il développe des pathologies physiques ou mentales qui coûtent à la société. Le revenu universel diminuerait cette hantise, et ce fléau.
    Mais en fait le revenu universel ne résout pas le problème du chômage : il ne crée pas d’emplois.  Il rend seulement plus clair la redistribution des richesses.

    Les partisans mettent surtout en avant une notion de liberté plus grande et considèrent que l'allocation universelle entraînerait une évolution de la relation contractuelle entre les salariés et leur employeur, plus aucun salarié n'étant dans la situation de devoir accepter n'importe quel emploi pour gagner de quoi vivre : les salariés pourraient plus librement négocier leur contrat, ce qui conduirait à la suppression des emplois trop pénibles. Les salaires proposée pour les emplois pénibles devraient augmenter.
    Surtout ils voient une réaction contre la robotisation en cours du travail, qui diminue inexorablement le nombre d’emplois de bas niveau, pour le moment dans l’industrie et demain dans les services; les individus sont de mieux en mieux éduqués. Ils accepteraient de confier aux robots les tâches fastidieuses, dangereuses ou hypercomplexes, à condition de pouvoir traiter les tâches décisionnelles et créatives.
    Mais une partie de la réflexion nécessaire à ces tâches n’est pas actuellement prévue dans le cadre du travail.
    La préparation de l’avenir, primordiale pour les nations, est négligée car c’est du long terme et politiciens comme industriels sont dans le court terme.
    La recherche, qui nécessite de gros moyens n’est pas encouragée : un chercheur à bac + 10 reçoit actuellement un salaire ridiculement bas. Nous ne reconnaissons que les tâches productives axées sur le court terme. Dans le domaine de l’innovation et du travail social, les tâches à long terme sont surtout du domaine contributif et confiées au volontariat et au bénévolat.
    Les partisans du revenu de base espèrent que celui ci permettrait d’abord aux jeunes de faire plus facilement des études supérieures, et d’autre part permettrait aux adultes de consacrer un temps plus important à des tâches contributives.
    Il devrait favoriser la création de microentreprises et de statups.
    Une amélioration également de la qualité de la vie en permettant de consacrer plus de temps à la vie communautaire et familiale.

        Certains craignent qu’il ne favorise l’oisiveté : donner l’argent sans contrepartie n’a pas réussi aux romains et heurte la culture que nous avons acquise depuis des millénaires « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ». Certains peuvent être tentés de se laisser vivre. Cependant dans les expérimentations qui ont été faites, on n’a pas constaté un nombre important de personnes ayant cessé de travailler.
    On peut craindre aussi une certaine ubérisation du travail et que les entreprise, compte tenu de ce que les personnes touchent cette allocation, ne proposent des salaires au rabais.

    Il est certain que l’instauration du revenu universel  parie sur les qualités de l’être humain et nécessiterait malgré tout un changement de nos mentalités et de nos habitudes.
    Son financement sera difficile, mais des solutions devraient être trouvées avec des sources multiples.
    Le plus gros problème, à mon avis, est que pour le moment le problème n’a pas été assez étudié et nécessite de nombreuses expériences et mises au point.
    Or le système ne fonctionnera bien que s’il est généralisé. Tant qu’il sera partiel ou limité à quelques pays, il introduira une telle distorsion de concurrence que cela risque de faire échouer le processus.

Mercredi 25 janvier 2017 à 17:02

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/5182.jpg

     Un correspondant me demande si je peux faire un article sur le « revenu de base ». C’est effectivement un sujet qui a été souvent abordé lors des primaires de la droite et maintenant de la gauche. Cela a le mérite de montrer qu’il y a un certain accord en France sur le fait que chacun doit disposer d’un revenu minimum.
    « Le revenu de base » serait une somme qui serait versée tous les mois par l’Etat, à certains ou à tous les français, pour aider à vivre les plus démunis, pour permettre aux jeunes de démarrer dans la vie, et notamment de faire des études, et, dans la mesure où l’on pourrait le cumuler avec un salaire, permettrait à d’autres d’être plus libre dans leur travail, par exemple pour travailler à temps partiel ou se livrer à une occupation autre, par exemple de création ou d’aide aux autres, en plus de son travail habituel.

    Mais en fait les avis sont ensuite très partagés sur le sujet.
    Certains qui se soucient surtout des riches et peu des inégalités, comme François Fillon, considèrent que ce serait une incitation supplémentaire à l’assistanat et rejettent donc l’idée.
    D’autres, comme Manuel Vals, n’y voient aucune nouveauté, mais juste une simplification administrative, en remplaçant les aides actuelles (RSA, APL, prime pour l’emploi…) par une aide unique, mais qui n’est versée que sous conditions de ressources. C’est cependant une avancée pour les jeunes qui font leurs études en étant obligés de travailler et qui seraient ainsi en partie aidés.
    Benoit Hamon va beaucoup plus loin, puisqu’il n’impose pas une condition de ressources; ce revenu identique serait distribué à tous, hors impôt, mais évidement les revenus du travail ou financiers, seraient ensuite davantage taxés et donc des personnes très aisées supporteraient une augmentation d’impôt plus importante que le revenu de base qu’ils toucheraient.
    Il proposait que pour amorcer le processus le montant soit celui du RSA, soit 524 €, ce qui représente déjà une dépense de 300 milliards par an, et par la suite serait porté à 800 €.
    D’après lui, ce revenu permettrait mettre fin au problème du non-recours au RSA (près de 50 %) et redonner de l’autonomie aux individus face à « la précarisation de l’emploi et à la montée en puissance du travail indépendant ».
Son projet est néanmoins assez vague.
    Nathalie Kosiusko-Moriset est beaucoup plus précise : elle avait proposé que dans un premier temps, chaque français touche tous les mois, toute sa vie, un « revenu de base » de 470 € à partir de 18 ans; de plus 200 euros seront versés aux parents d’enfants de moins de 14 ans et 270 euros à ceux ayant entre 14 ans et 18 ans. Ce revenu pour les enfants remplacerait les allocations familiales. Il ne serait pas soumis à l’impôt.
    Ce revenu de base remplacerait le RSA, est légèrement moins élevé mais serait cumulable avec l’allocation logement, et tout salaire ou revenu du travail.
    Pour le financer, elle augmentait le taux des impôts sur le revenu, prélevé à la base sur le salaire. Elle souhaitait un impôt unique pour tous. Pour financer le projet il aurait dû être de 30 ou 35%. Mais avec un tel taux les plus pauvres auarient été pénalisés et si on le ramenait à 20%, c’était alors une énorme diminution pour les plus riches.
    Comme on le voit les idées sont très diverses et je n’ai pas vu de calcul précis du financement. Les politiques n’ont pas vraiment étudié le projet.

    Pour les puristes, le « revenu universel » est effectivement versé toute leur vie, à tous, sans condition de ressource, y compris à un taux plus faible pour les jeunes de moins de 18 ans. Il doit permettre de vivre au minimum, et donc doit être de l’ordre de 1000 € par mois. Il remplace toutes les aides actuelles, les chèques formation, les allocations chômage et les allocations familiales et probablement une partie des retraites; il est hors impôt et charges. Il est cumulable avec tout salaire.
    Comme c’est une dépense de 6 à 700 milliards par an, le financement de cette opération n’est pas simple. Plusieurs voies doivent être à la fois envisagées :
        - d’abord les aides supprimée apportent un financement, mais assez faible.
        - évidemment une augmentation des impôts est envisagée pour les plus aisés. Les solutions sont très diverses. La tendance est que l’augmentation toucherait un couple sans enfants à partir d’un revenu de leur travail de l’ordre de 6000 à 7000 € par mois, car elle serait plus forte alors que le revenu universel touché.
        - une augmentation de la TVA est envisagée mais elle touche aussi les personnes à bas revenu, ce qui n’est pas le but recherché.
        - le revenu de bien communs : taxation de ressources naturelles (dans des pays miniers ou pétroliers)
        - la taxation foncière et l’impôt sur le patrimoine.
        - les chèques écologiques (pollueur —-> payeur).
        - la création monétaire : une partie de l'allocation étant une répartition équitable de l'augmentation de la masse monétaire nécessitée par la croissance de la valeur des biens et services échangés (notamment plus-values financières des placements et achats fictifs de matières premières par les traders.) Selon cette idée, la banque centrale pourrait injecter de la nouvelle monnaie dans l'économie directement en versant de l'argent dans les comptes bancaires des citoyens, mais cela nécessite une réforme importante de la monnaie et du système bancaire et financier.

    Les idées divergent aussi sur les avantages et les inconvénients attendus du système : j’en parlerai dans mon prochain article.

Samedi 14 janvier 2017 à 16:30

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/Unknown1-copie-2.jpg http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/images-copie-3.jpg

  













        J’ai écouté récemment avec beaucoup d'intérêt, la conférence d’une personne dont le métier est de faire de la prospective dans le domaine des nouvelles technologie, mais aussi quant à l’évolution de notre société : Madame Geneviève Bouché.
          J’ai trouvé très intéressante cette conférence, et je vous la résume ci dessous :


          Une civilisation succède à une autre ; elle grandit, se développe, atteint son apogée, puis décline et meurt, remplacée par une autre.
          Les historiens considèrent qu’il y a changement de civilisation lorsque trois composantes de la vie sociale et économique se modifient, de façon concomitante. En particulier : l’énergie, les modes de communication et la remise en cause d’une ou plusieurs valeurs fondamentales.
          C’est actuellement le cas de notre civilisation qui date du 19ème siècle, basée sur l’industrie et la production.
          Certes les techniques de production peuvent encore faire des progrès, mais elles sont orientées dans le même but : produire plus pour un moindre coût. Les robots remplacent peu à peu les hommes et le chômage est inéluctable, malgré les efforts des politiques.
De plus nous avons deux défis à l’échelon de la planète : l’explosion de la démographie et le changement climatique.
Il faut donc essayer de réfléchir au monde de demain, pour le construire peu à peu.
          Nouvelle civilisation implique nouveau pacte social et nouvelles monnaies.
          La notion de réseau devient déterminante dans les progrès que nous réalisons. En particulier, elle se retrouvera dans notre manière de réorganiser la société.

          L’ère industrielle que nous vivons ne connaît que le travail de production et ne reconnaît que trois temps « je nais, j’apprends et je fais ». Les 3 autres temps : « j’innove, je transmets et enfin, je me rends utile », sont confiés au volontariat et au bénévolat, autrement dit, à des régimes instables puisque, sans reconnaissance, les individus y renoncent dès la première difficulté.
          Alors, si réellement l’homme désire s’accomplir à chaque étape de sa vie et que la communauté en tire profit, il devient nécessaire de faire évoluer le pacte social.
          Il faut tenir compte de la communautarisation de l’économie. En effet, la compétitivité vient de l’innovation. L’innovation naît dans les activités contributives avant de devenir un projet d’entreprise. Pour créer une entreprise, il faut certes toujours du capital et du travail, mais il faut aussi de plus en plus de savoir, des idées et du réseau, c’est-à-dire des composantes du bien commun immatériel.
Pour le moment, les startups, qui réussissent, tombent tôt ou tard sous le contrôle, direct ou indirect, des grandes multinationales.et notamment des GAFA de la Silicon Valley. (les GAFA sont les sociétés mondialistes très puissantes comme Google, Amazon, Facebook et Apple).
         Par ailleurs peu à peu la propriété personnelle fait place à l’usage de biens communs : locations, seconde main, échanges, films et musique sur internet …

        Un homme nouveau émerge. Il a été chasseur-cueilleur, puis agriculteur, puis ouvrier, et il devient mobile : socialement, culturellement, professionnellement, géographiquement.
Sa priorité ne consiste pas à posséder toujours plus, mais à donner du sens à sa vie.
Il est prêt à confier aux robots la production des biens et des services qui assurent son intégrité physique et physiologique, c’est-à-dire les couches basses de la pyramide de Maslow. Le temps ainsi libéré, il le destine à la couche immédiatement supérieure : l’estime de soi. En clair, il veut s’accomplir à travers sa famille, les savoirs, l’innovation, la culture, la démocratie ou encore la spiritualité. Il veut s’émanciper et en même temps contribuer à la vie de la communauté, car l’estime de soi passe par la réalisation de tâches positives pour les autres et avec les autres.

         Dès lors, la compétitivité d’une nation repose sur les talents et les savoirs. Les ressources humaines deviennent donc un patrimoine précieux, qui ne se gère plus du tout comme la main-d’œuvre des siècles précédents.

        Tous ces changements mettent à mal l’emploi, tel que nous l’avions organisé durant le 20ème siècle. En particulier, le salariat ne restera plus le seul mode pour injecter du pouvoir d’achat auprès des ménages.
Dans l’antiquité, les soldes des soldats étaient délivrées sous forme de jetons à valoir sur les butins des guerres à venir. Avec ces jetons, les soldats pouvaient acheter de quoi subvenir à leurs besoins.
Or, ces jetons se sont révélés tellement pratiques pour les citoyens, qu’ils ont avantageusement remplacé les bâtons de taille et les tablettes d’argile. Mais surtout, ils ont stimulé l’économie.
          C’est ainsi qu’est née la « monnaie dette » que nous utilisons encore aujourd’hui, qui est garantie par le pouvoir, lequel imprime son effigie sur les billets et pièces de monnaie. 
         Mais que devient-elle dans une économie de plus en plus organique et immatérielle ?
         Notre monnaie actuelle doit son existence à des emprunts liés à de la création de richesses productives. Mais le remboursement ds intérêts liés à ces emprunts, impose de créer toujours plus de richesses productives, ce qui est de moins en moins réaliste du fait que:
               -    nous savons que les ressources de notre planète ne sont pas extensibles,
               -    nous avons décidé de consommer moins mais mieux et plus efficacement,
               -    nous évitons de faire de l’inflation,
               -    nous allons vers l’apaisement démographique,

        Pour stimuler l’achat sur place, on a vu apparaître de nouvelles sortes de monnaies locales, de formes très diverses, mais elle n’ont pas pu subsister, faute d’un nombre suffisant d’utilisateurs, qui ne couvre pas leur fonctionnement.
Les nouveaux réseaux poste à poste et les bases de données du type blockchains permettent d’envisager des monnaies nouvelles, pouvant rassembler suffisamment d’utilisateurs.
        Deux essais notamment ont été faits avec le « Bitcoin » et « l’Ether ».
        Le bitcoin a eu son heure de gloire, mais d’une part a été utilisé aux USA par des malfrats pour blanchir de l’argent ou faire du commerce illicite, et a fait l’objet d’une spéculation de change avec le dollar, ce qui a entamé la confiance des utilisateurs et montré le danger d’ententes des « mineurs », chargés de réguler et certifier le réseau.
       L’Ether est expérimenté par la start-up suisse Ethéreum, Microsoft, qui fournit l’architecture, et un certain nombre de banques s’y intéressent.
Mais le réseau Ether, son organisation et ses logiciels, peuvent s’adapter à des transactions autres que monétaires.

        La mondialisation a d’ailleurs ses limites, car chaque continent se met à produire si possible ce dont il a besoin. Les échanges entre les nations se concentrent sur deux types de marchandises : les matières premières et les produits d’exception, produits avec du savoir et des talents.

       Cette évolution demande un changement complet des mentalités et elle mettra donc du temps. La formation sera un des leviers cruciaux. Elle devra elle aussi évoluer. L’accession à tous de l’école entrainera sans doute un raccourcissement des études générales post secondaire, et par contre une formation continue beaucoup plus importante toute l

Samedi 22 octobre 2016 à 10:11

Actualité

 http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/478824032316manifestationalappeldessyndicatsde82042968903f2372cbdf5519b8661daf.jpg

    Je suis un peu perplexe devant les réactions des hommes politiques devant les manifestations de policiers.
    Certes les policiers, comme les militaires, n’ont pas de droit de gr^ve, ni de manifester sans une autorisation de la hiérarchie et donc ils n’avaient théoriquement pas le droit de protester et surtout de défiler avec les voitures de l’administration.
    Qu’on le leur rappelle, d’accord, mais dire qu’on va sanctionner me paraît tout à fait anormal dans les circonstances actuelles. C’est vraiment n’avoir aucun sens de la communication entre hommes. Et la manifestation ne semblait pas du tout avoir un caractère politique, et cela semble une mauvaise excuse que de l’attribuer au Front National.
    
    Ce ne sont pas messieurs les politiciens qui se sont trouvés dans une voiture incendiée, avec des criminels pour les empêcher de sortir. J’ai l’impression queils ne se rendent pas compte de ce que c’est qu’être ainsi enfermé avec l’idée qu’on va mourir en souffrant atrocement. Et un des policiers est resté dans un  état très grave pendant plusieurs jours.
    Certes Manuel Vals a dit que tout serait fait pour retrouver les fautifs, mais on ne semble pas faire grand chose pour cela et cela donne l’impression d’être de la gesticulation politique.

    Il est quand même tout à fait anormal que les policier en soient réduits à se laisser tuer atrocement sans avoir l’autorisation de ne rien faire.
    Si un bandit ou un terroriste leur tirait dessus ils pourraient riposter.
    Là ils sont en face d’assassins qui les attaquent volontairement avec l’intention de tuer, quand ils bloquent les portes pour les empêcher de sortir. Je ne comprends pas qu’ils n’aient pas de droit faire usage de leur arme après sommations.
    Certes cela ne semble pas possible pour ceux pris au piège de l’incendie qui doivent sortir le plus vite possible de l’enfer, mais ceux de la deuxième voiture accompagnatrice aurait pu dégager la situation.
    Il ne s’agit pas de tuer les incendiaires, mais de pouvoir leur tirer dans les jambes; le risque de décès est très faible artère sectionnée sans interventiuon rapide). De plus cela permettrait d’avoir arrêté certains coupables et de les interroger avant de les déférer à la justice.    

    Dans de tels cas d’actions de groupe d’individus masqués, actuellement la pègre a l’impression d’être libre de faire n’importe quoi sans risquer une sanction et je comprends les policiers d’exprimer leur peur
    Il n’y a pas de vrai courage si l’on n’a pas peur, mais qu’on la surmonte.
    Sans doute la police manque t’elle d’effectifs dans certaines circonstance, mais il faut surtout renforcer ses moyens de protection, (protéger notamment le vitres des véhicules contre les pierres et coups par des films plastiques) et lui donner le droit de riposter, pour inspirer une certaine craint et donc une certaine retenue aux adversaires.

    Personnellement je verrais bien une autre mesure, mais je doute que les politiques osent le prescrire car il faut d’abord le faire accepter par l’opinion publique et en règlementer l’utilisation.
    Il est tout à fait possible de faire de petits fusils ou révolvers, qui lancent une petite seringue, qui contiendrait un soporifique relativement fort.
    C’est utilisé contre les animaux dangereux, ce n’est pas létal, et on sait le soigner. Il n’y a pas de séquelle au bout de quelques heures. Cela permettrait d’annihiler une action genre jet de cocktails molotov et d’arrêter les individus, sans dégâts corporels du type blessure par balle.

    Par ailleurs je trouve l’indignation de M. Sarkozy tout à fait déplacée et même cynique, quand on pense qu’il a supprimé, lorsqu’il était ministre, puis président, plusieurs milliers de postes de policiers.

    Je n’oublie pas les enseignants qui se sont trouvés face à des situations presque analogues à celle des policiers, et ont subi des blessures.
    Certes il n’est pas possible de les armer, on n’est pas aux USA.
    Mettre des vigiles dans les lycées est peut être une solution, mais encore faudrait il qu’ils ne soient pas démunis, comme les policiers, face à ces attaques.

    On a du mal à admettre le terrorisme, mais on se rend compte des implications et des difficultés pour lutter contre les attentats.
    Là il ne s’agit pas de terroristes, mais de bandits du milieu de la drogue, ou de jeunes des lycées mal dans leur peau.
    On comprend beaucoup moins bien qu’on n’ait pas des solutions pour limiter leurs exactions.
    Mais cela montre aussi un certain état de décomposition de la société et de manque d’éducation au départ par les parents.
    Un jeune qui a reçu une éducation et donc un minimum de règles de conduite, peut faire des bêtises dues à l’insouciance et l’inexpérience de la jeunesse, mais pas aussi grave au point de violenter des innocents et de volontairement attenter à la vie d’autrui.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast