Lundi 30 novembre 2015 à 9:22

Actualité

     Hier j’ai résumé un article de madame Dounia Bouzar sur la technique d’embrigadement des jeunes par les recruteurs de Daesh.
    Aujourd’hui j’essaierai de résumer la seconde partie de l’article où elle indique comment essayer de récupérer le jeune avant qu’il ne soit trop tard.
    Les parents sont essentiels dans ce domaine, mais aidés par des personnes compétentes dans la manière d’agir pour leur éviter des erreurs fatales.

http://lancien.cowblog.fr/images/Psycho/engagement.jpg

    La première question très importante est de s ‘apercevoir que le jeune passe beaucoup de temps seul sur internet, n’en parle pas, et s’isole peu à peu de sa famille et de ses amis.
    Faire appel au raisonnement pour contrer les croyances inculquées au jeune destinées à provoquer son aversion de la société, ne sert à rien et est inefficace et contre son retour à de meilleurs sentiments. En effet il considère que tous ceux qui vient dans cette société, hormis lui et le groupe de son recruteur, ne sont qu’au mieux des aveugles et le plus souvent des vendus au système.
    Le mode raisonnable n’agit plus, car on a enlevé la raison au eune.
    La seule chose qu’il a encore au fond de sa mémoire, ce sont des bribes de souvenirs sentimentaux et émotionnels et c’est la seule chose sur laquelle on peut jouer au départ.
    C’est essayer de le rapprocher de sa famille, sans essayer de le convaincre de front, mais en le mettant en contact fortuit avec des photos des écrits de souvenirs émotionnels passés. Les parents peuvent réfléchir et faire part à ceux qui les assistent des événements qui a leur avis, ont beaucoup compté pour leur enfant, dans son enfance.
    L’étape suivante si ce rapprochement sentimental commence à agir, est de confronter le jeune avec des personnes qui ont subi le même embrigadement, mais se sont ensuite aperçues qu’elles étaient parties pour l’enfer et qui peuvent témoigner de leur passé. Certains de ces témoignages sont très durs et difficile à supporter comme en témoigne madame Bouzar; mais leur horreur peut agir, à condition évidement que le jeune y accorde foi.
    Le problème est de semer lle doute dans l’esprit du jeune en le faisant comparer ses désirs et croyances dans le groupe qui l’a recruté avec la réalité de son comportement sur le etrrain, tel que l’ont vu ces repentis.

http://lancien.cowblog.fr/images/Psycho/desengagement.jpg

    Madame Brouard a constitué une équipe qui toutes les semaines reçoit 5 ou 6 demandes d’aides de familles.
    Son equipe arrive le plus souvent à remonter la pente.


    Personnellement j’admire le travail accompli par cette équipe, mais je pense qu’il faudrait que le gouvernement augmente la lutte contre les sites djihadistes, mais surtout que les parents et les enseignant éduquent davantage les jeunes quant à l’utilisation d’internet et de ses dangers et que les parents surveillent ce que leurs enfants regardent sur internet.
    L’utilisation dans la chambre de l’enfant n’est pas une bonne solution, car elle l’incite à agir sans limite au détriment de ses études, et sans contrôle de ce qu’il peut regarder.

Dimanche 29 novembre 2015 à 9:01

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/legouvernementamisenligneunevideopourprevenirlesjeunesaspirantsaudjihaddelarealitedecequisouventlesattend.jpg

     Je vous ai dit que, depuis les attentats des derniers jours, je cherchais dans la documentation que je consulte, des articles sur les problèmes de kamikaze et d’embrigadement des jeunes chez les djihadistes.
    J’ai trouvé un article intéressant de Dounia Bouzar qui est la directrice du Centre de prévention contre les dérives sectaires et experte auprès du conseil de Europe.
    Elle a fait une étude auprès de 500 familkles qui ont connu ce calvaire et son article est une analyse de ces témoignages.
    Je vais simplement essayer de résumer son article, sans aucun apport personnel sur ce sujet que je ne connais pas.

    Comment un jeune peut il perdre le sens des réalités au point de rallier un mouvement fanatique, ce qui peut lui coûter la vie ?
    Dounia Bouzar montre de façon claire les étapes de l’embrigadement de jeunes sur internet. Le processus ressemble tout à fait à celui utilisé par de nombreuses sectes.

    Tout commence par un dialogue entre le recruteur et un jeune qu’il a ciblé, parce qu’il a un profil qui peut convenir à l’embrigadement. Ce dialogue a deux buts principaux : gagner la confiance du jeune et par ailleurs connaître ses problèmes, son attitude vis à vis de la société et de sa famille. Avoir le maximum de renseignements sur son passé, ses échecs, ses souffrances,   ses aversions, ses craintes et ses envies.
    Le recruteur peut alors mettre sur pied un plan totalement adapté à la personnalité et aux aspirations du jeune qu’il a en face de lui.
    Il va transformer le système cognitif du jeune qu’il a en face de lui.

    Il faut d’abord le couper de son environnement. Tout est bon pour l’en persuader, le but étant de le mettre en opposition avec la société : histoire, politique, santé, médicaments, vaccins…
    Il faut le persuader qu’il est dans un monde où les adultes et la société lui mentent et l’exploitent. Que le monde est dirigé par des sociétés secrètes : politiques, juifs, financiers, francs-maçons, sectes diverses…. Il faut que le doute l’envahisse.
    Le jeune s’isole devant internet et vit dans un monde imaginaire qu’il exècre et donc qu’il veut fuir.

    La seconde étape est de le couper de sa famille et de ses amis. On le persuade que ce sont des aveugles, incapables de voir la vérité sur le monde machiavélique qui a été inventé, voire vendus au système. Le jeune s’éloigne donc de son environnement et se retrouve seul face au recruteur

    La troisième étape est de le persuader qu’il ne retrouvera la paix qu’en s’affrontant à ce monde qu’il hait. Le jeune est le seul a avoir du discernement et il doit rejoindre l’Islam « pur » qui est le seul à s’opposer vertueusement à ce monde.
    Il faut l’intégrer dans ce groupe pour dissoudre sa personnalité, pour détruite ses références passées familiales et sociétales, pour annihiler sa mémoire.

    Si cette étape est menée à bonne fin, le jeune est alors persuadé d’être l’élu, d’être admis au sein d’une communauté qui détient la vérité et il adhère à la doctrine radicale.
Le groupe est tout puissant et il impose que ceux qui ne croient pas comme lui ne doivent pas en faire partie et doivent être éliminés : les tuer n’est pas un crime, mais un devoir.
    La pensée et les émotions du groupe remplace celles de l’individu, qui est déshumanisé. Il n’y a plus qu’un groupe et une idéologie pour laquelle on peut mourir.
    A cela s’ajoutent des vidéos de cruautés qui achèvent de dissoudre les vélléités humanitaires du jeune.

    Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les jeunes embrigadés ne sont pas forcément des musulmans très religieux et convaincus.
    D’après madame Bouzar, la majorité sont athées, puis des musulmans et des chrétiens et même quelques israélites.
    Il y a des familles pauvres, mais aussi des jeunes issus de la classe moyenne et  même des enfant de riches.
    Des jeunes en échec scolaire, mais aussi le premier de la classe dans un lycée, et des jeunes qui ont eu des drames passés : deuil, viol, drogue….
    En fait le discours s’adapte au profil de l’individu et madame Bouzar cite des jeunes filles qu’on a convaincu qu’elles sauveraient des enfants victimes des bombardement, certaines violées à qui on a fait miroiter un mari dont elles seraient le seul amour, protégées des autres par le voile, et une enfant qui avait perdu son frère qu’elle adorait dans un accident, qu’on lui mettrait une ceinture d’explosif et qu’elle aurait alors le droit de le retrouver au paradis.

    Madame Bouzar explique aussi comment essayer de récupérer ces jeunes avant qu’il en soit trop tard. Ce sera l’objet d’un autre article.   

    Je me demande quelles sont les motivations des recruteurs, car on n’en parle pas dans l’article. Personnellement je pense qu’ils ne sont pas pour la plupart des idéalistes convaincus, mais, comme le sont souvent les gourous des sectes, des personnes cruelles dépourvues de tout sens moral et d’empathie, qui n’ont d’autre but que le pouvoir et l’asservissement des autres, et pour certain un plaisir morbide à faire souffrir les autres hommes, dans un délire de toute puissance.

Mardi 24 novembre 2015 à 10:53

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/648x415bougiesdevantconsulatsanfranciscohommagevictimesattaquesterroristes13novembre2015.jpg

    On m’a demandé pourquoi je n’avais pas fait d’article sur les attentats du13 septembre à Paris.
    Certes, ils m’ont touché et remplis d’horreur comme tout le monde, et j’ai pensé à ceux qui souffrent, aux familles des victimes. Certains de mes amis habitaient le 11 ou le 12ème et j'ai été inquiet pour eux, et un de mes petits enfants aurait pu être au Bataclan ou au stade de France.
    Mais durant les jours qui ont suivi, radio et télévision ont donné de très nombreux témoignages et réactions, que la plupart d’entre nous ont entendus, et mon article n’aurait rien apporté d’intéressant, ni d’original.

    Une correspondante qui habite la province me demande s’il faut avoir peur de venir à Paris. Je lui dirai simplement qu’elle a bien plus de risques de mourir sur la route d’un accident d’auto en venant à la capitale, ou de la grippe si vous n'êtes pas vacciné (18 000 morts en 2014 en France), que d’un attentat ici. J'ai repris depuis le métro sans aucune crainte et je suis allé faire mes courses au supermarché, où d'ailleurs on ouvrait les sacs et on regardait si on cachait des armes sous son manteau, ce qui est une précaution utilse..

    Je m’interroge sur ce que peut être le cerveau et la motivation de terroristes pour qu’ils soient à la fois dépourvus de raison au point de tuer ainsi, de sentiments au point d’infliger ainsi de sang froid des souffrances à d’autres femmes et hommes qui n’ont rien fait, et d’intelligence au point de se faire exploser eux mêmes, car ce type de suicide est l’inverse du courage et une absurdité.
    Je me demande si ce sont des anormaux, ou si une tierce personne qui dirige les opérations, ne les drogue pas avant l’action, (notamment à la kétamine), comme on a pu le constater pour des terroristes du Mali ou certains kamikazes, ce qui leur ôte tout raisonnement.
    Je me demande aussi si ceux qui se sont fait exploser près du stade de France, dans des endroits où il n'y avait presque personne, alors qu'ils étaient noirs de monde une heure avant et qu'il y avait 80 000 personnes dans le stade, n'ont pas eu un  remord de dernière minute, un moment de lucidité sur ce qu'on leur demandait de faire et s'ils n'ont pas épargné volontairement des victimes innocentes qu'ils avaient peur de tuer.

    On me demande ce que je pense des mesures à prendre pour éviter cela; je ne suis malheureusement pas compétent en la matière, car je ne connais pas le dossier.
    Il me semble que multiplier les soldats et policiers en faction ne sert pas à grand chose, si ce n'est à rassurer, car ils ne peuvent être partout et des terroristes voulant agir iront bien sûr, là où il n’y en a pas.
    Je crois qu’il faut multiplier les policiers et gendarmes qui traquent les sites d’internet qui font l’apologie du djihad et les trafics d’armes et avoir des mesures de prévention contre ceux que l'on soupçonne.
     .C'est d'ailleurs ce que fait le gouvernement.   
      Des spécialistes de communication et d’internet pourraient aussi faire des sites qui prennent le contrepied des sites djihadistes, avec un mode de communication analogue et qui essaient de dissuader les jeunes de se laisser embrigader dans l’illusion et l’horreur.
     On s’aperçoit aussi que ceux qui ont ainsi commis des attentats sont souvent des repris de justice. Ne faut il pas changer une loi pour pouvoir les mettre provisoirement hors d’état de nuire et pouvoir expulser des étrangers qui font de façon démontrée de la propagande salafiste?
    Mais surtout il est plus que jamais indispensable de réfréner peu à peu ce qui se passe au Moyen Orient, les affrontement et guerres et cela n’est possible que par une coopération mondiale, au delà des clivages politiques, et malheureusement aussi de nos belles pensées idéalistes et altruistes.
C'est ce que tente de faire notre Président.

    Tout cela n’est pas très original et a déjà été dit maintes fois à la télé et à la radio.
    Une chose me préoccupe : comment les islamistes font ils pour recruter des jeunes pour aller en Syrie ou en Irak ? Et comment un kamikaze peut il être assez fou pour se faire sauter. Je vais chercher dans les revues et les sites universitaires que je lis si je trouve des études psychologiques sur ces sujets.

    Depuis que j'ai écrit cet article, je suis tombé sur internet sur un article qui nie les attentats en disant que c'est le gouvernement qui a monté l'opération. Comment peut on être aussi demeuré pour croire cela et assez cinglé pour oser monter une telle manipulation. J'espère que ce site va être fermé. Je pense que nous devons tous signaler des sites comme celui-là.
    Ce qui m'a aussi scandalisé, c'est la personne qui a vendu un film qu'elle avait pris, des personnes blessées d'un restaurant. Comment peut on être assez insensible pour tourner un film au lieu d'essayer de venir en aide et être assez inconscient de la souffrance humaine pour le vendre ensuite. J'espère que cette personne sera poursuivie.

 

 

Dimanche 25 octobre 2015 à 16:00

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux5/XVMcd7fa59ede0411e4b94ba784d9f37c0f.jpg

     J’ai été étonné cet été de voir sur le marché de Carnac, des marchands avec un petit étal où ils vendaient des insectes, en tant que nourriture. Essentiellement des crickets et sauterelles, des cigales, des grillons, mais aussi des larves, chenilles et vers blancs peu appétissants.
    C’était présenté comme l’avenir de notre nourriture pour sauver l’humanité qui augmente trop vite en nombre.
    J’ai recherché la règlementation qui s’applique actuellement à ce genre de vente et j’ai constaté qu’elle était actuellement interdite en Europe et en France, lorsqu’elle était destinée à la consommation humaine.
    La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes impose que « tout aliment dont la consommation est restée négligeable en Europe avant 1997, fasse la preuve de son innocuité avant sa mise sur le marché ».
    En fait le texte ne mentionne pas explicitement les insectes et on pourrait dire qu’il n'y a pas vraiment d'interdiction précise, mais pas non plus d'autorisation formelle.

    Les insectes sont riches en protéines et contiennent des éléments utiles comme le fer, le magnésium, le phosphore. Il y a mains de déchets que dans les mammifères et leur élevage prend moins de place et leur reproduction est rapide. On peut les nourrir avec des produits qui sont aujourd’hui presque des déchets.
    En ce qui concerne le goût, je pense que c’est une question d’habitude; cela dit les marchands m’amusent en parlant de cacahuètes et de noisettes acidulées. Avec beaucoup de sucre et un peu de chocolat, on en fera bientôt de la nutella !!

    L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) regrette l’absence le manque d'études sur la sécurité sanitaire des insectes destinés à l'alimentation humaine ou animale.
    Il y a très peu d’études sur la bactériologie et la parasitologie et aucune sur la virologie de ces petites bêtes, qui, comme nous tous trimballent leurs microbes. Sans parler de toxines auxquelles ils ne seraient pas sensibles mais nous si, ou de protéines comme le prion de la vache folle (enfin on n’a pas encore vu des insectes fous !).
    En outre on ne sait rien sur les allergies qu’ils pourraient déclencher.

    Si certains d’entre vous, cuisinier(e)s dans l’âme, veulent des recettes, allez sur
                             http://www.restaurantdinsectes.fr/recettesinsectes.php,
vous y trouverez des tas d’idées originales, en salade et en beignets par exemple.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux5/filepickerEpDj1jIRgWf3iZha8L00JiminyCricket2.jpg    Malgré tout ce que m’ont dit de bien les marchands de Carnac, je ne me vois pas encore manger pour l’apéritif, des mygales grillées.! Je préfère Jiminy le criquet au cinéma et les classiques gâteaux d'apéritif au fromage.

    Mais j’ai aussi lu ces derniers temps des articles de chercheurs sur la réalisation de pseudo-viandes avec des plantes. Je crois que je ferai un article là dessus prochainement, mais il faut que je me documente un peu pour recueillir des avis différents.

Vendredi 16 octobre 2015 à 12:31

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Passephotos/arbrphoto1preview.jpg

    Peut être avez vous entendu parler du cèdre pleureur bleu de l'Atlas, qui vient d’être élu « arbre de l’année 2015 »
    Il déploie ses immenses branches dans l’arboretum du Chatenay Malabry, à 1 km de chez moi, dans la « Vallée aux Loups ».
    C’est un arbre immense puisqu’il couvre plus de 700 m2; Il mesure 13 m de haut et surtout la circonférence qu’il couvre a 28 m de diamètre environ. Vous voyez la grandeur de son tronc sur une photo avec une femme adulte à coté. (en rouge).
    Autrefois l’arborétum faisait partie des pépinières « Croux » et cette famille a vendu une partie du terrain qu’elle possédait  en 1986, au département des Hauts de Seine.
    Les pépinières existent toujours, mais  ont été rachetées par Truffaut et c’est là que je vais acheter plantes et fleurs.
    L’arborétum reçoit plus de 200 000 visiteurs par an.
    Ce cèdre a un entremêlement de branches extraordinaire, qui retombent en cascade jusqu’au sol, et lui confèrent une apparence arachnéenne, et doivent être soutenues par des étais que l’on voit sur une des photos. Il aurait 130 ans environ.
    L’arbre initialement planté n’était pas pleureur, mais il aurait subi une mutation, et il est actuellement le seul cèdre pleureur bleu de l'Atlas le plus ancien, tous les autres arbres pleureurs ne provenant que de sa descendance,
    Les graines de ses pommes de pin ne donnent pas des cèdres pleureurs, mais on peut les obtenir par greffe sur la bouture poussée à partir de la graine.à partir de cet arbre unique.

http://lancien.cowblog.fr/images/Passephotos/6707269201fa9f7f5d5d.jpg




















http://lancien.cowblog.fr/images/Passephotos/50376419c866a784bfe11e5be3000151780182c1545x460autocrop.jpg

















http://lancien.cowblog.fr/images/Passephotos/arboretumdelavallee.jpg




















http://lancien.cowblog.fr/images/Passephotos/Cedrepleureur.jpg



























    Les pépinières Croux vendaient de telles petites boutures et en 1979, une petite bouture de ce cèdre bleu de l'Atlas a été plantée sur ma terrasse, au 5ème étage, sur le toit de l’immeuble adjacent,dans une épaisseur de terre de 40 cm au plus. Ce petit arbre a étendu ses racines, en surface, puisqu’il ne pouvait le faire en profondeur, et il a grandi et supporté vaillamment la tempête de 1999 (le vent a souffrlé sur la terrasse à 140 km/h, déplaçant une lourde table en bois sur une quinzaine de mètres).
    Mon cèdre pleureur, arrière petit fils de celui de l’arboretum, a maintenant une quarantaine d’années et vous en voyez quatre photos à la fin de l’article. Il fait environ 4 m de haut, mais ne s’est pas développé de façon circulaire, mais en fonction du vent et du soleil. Il ressemble ainsi plutôt à un dinosaure !

http://lancien.cowblog.fr/images/Passephotos/P1000887.jpg






http://lancien.cowblog.fr/images/Passephotos/1000239.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Passephotos/P1010424.jpg





















http://lancien.cowblog.fr/images/Passephotos/P1010427.jpg

Mardi 13 octobre 2015 à 9:38

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/centreappel01.jpg

     Vous avez sûrement entendu parler à la télé ou dans la presse des numéros d’appel d’urgence. Je vous les rappelle : 18 pour les pompiers, 17 pour la police, 15 pour le Samu, mais aussi 114 et 112 au niveau européen et sur les portables, sans parler du 196 pour les sauvetages en mer.
    Ces numéros sont très utiles. Je m’occupe des immeubles de la copropriété où j’habite et il m’est arrivé ainsi d’appeler plusieurs fois la police ou les pompiers pour des urgences, et ils arrivent en quelques minutes et sont très efficaces.
    J’ai eu aussi la chance de visiter le centre d’appels d’urgence des pompiers du département 77, visite  que j’ai relatée dans deux articles des 14 et 15 novembre 2011, et j’ai fait un article en juillet 2012, sur une fuite de gaz dans notre rue.

    Les pompiers ont proposé l’abandon de leur numéro d’urgence 18 pour un numéro commun notamment avec le 15 et le 17, et une mutualisation des centres d’appel, afin de raccourcir les délais d’intervention. Des essais en Haurte Savoie aurait montré qu’on pouvait gagner 30 secondes sur l’appel et jusqu’à 5 minutes sur les délais d’intervention, et, dans les cas graves, les minutes comptent.
    De plus cela permettrait sans doute des économies qui pourraient être consacrées à l’amélioration des secours.
    Actuellement, les pompiers gèrent une centaine de centres (un par département) auxquels il faut ajouter environ 400 centres pour la police, la gendarmerie et le Samu dans toute la France, avec évidemment certains doubles emplois et mauvaises orientations au départ, d’où perte de temps.
    Certaines expériences ont déjà été intéressantes : en 2006 à  Corbeil-Essonnes, le Centre départemental d'appels d'urgence (CDAU) a remplacé les quatre Centres de traitement de l'alerte des sapeurs-pompiers et celui du SAMU. Ce centre, qui reçoit l'ensemble des appels aboutissant sur les numéros d'urgence 15, 18 et 112, traite le plus rapidement possible les demandes de secours, sur tout le territoire du département.
    Près de 250 personnes, tous statuts confondus, sont affectées au CDAU, dont 110 agents pour le plateau opérationnel salle qui reçoit l'ensemble des appels de secours et dont vous voyez une photo ci dessus.
    Les opérateurs sont à  90% des sapeurs-pompiers, mais il y a aussi des médecins urgentistes et des policiers de liaison.
    Chaque jour, le CDAU reçoit près de 1 500 appels  et environ 500 000 dans  l'année. Environ 1 sur 5 aboutit à  une intervention, soit plus de 90 000 interventions par an. A côté du plateau, se trouve le CODIS (Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours) avec, en poste en permanence, un dispositif minimum qui peut être renforcé en cas d'opération particulière ou urgente.

    Evidemment cette réforme prendra du temps et il n’est pas évident qu’elle soit simple partout, car cela nécessite une évolution des structures et des personnels, mais on peut espérer qu’elle sera effective d’ici quelques années.

Mardi 8 septembre 2015 à 9:12

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/Africanmigrantstakepar0141.jpg

    La triste actualité est celle des migrants et personne ne peut y rester insensible.  L’image désolante sur une plage de Turquie, du corps de ce petit enfant syrien noyé a fait le tour du monde sur le web et ameuté tous les journaux, et chacun se dit « et si c’était mon enfant ! ».
    Le monde est bien triste et c’est effectivement un réflexe normal de solidarité et d’humanité d’accueillir les migrants qui fuient de leur pays, la guerre et la mort.
    Mais si les médias voient surtout le court terme et l’événement, on ne peut s’empêcher de se poser des questions.
   
    Ce n’est pas d’aujourd’hui que les migrants fuient vers l’Europe, et notamment traversent la méditerranée. Plusieurs milliers se sont noyés, et sûrement des enfants. 
mais il a fallu une image pour que le monde en prenne conscience.
    L’Europe a laissé depuis deux ans au moins l’Italie se débrouiller et supporter seule le fardeau et son réflexe paraît bien tardif.
    Elle paraît bien divisée avec les pays de l’Est qui élèvent des murs de barbelés.
    L’Allemagne fait un gros effort financier et la population allemande accueille les migrants avec beaucoup humanité, mais le gouvernement et la presse allemande monte un  peu trop en épingle leur humanisme - peut être pour se racheter du nazisme -, et le patronat allemand ne cache pas que la faible natalité du pays entraîne un gros déficit de main d’oeuvre nationale et qu’ils auront ainsi une main d’oeuvre à bon marché, sans doute mieux formée et plus compétente que celle qui vient des pays de l’est. C’est d’ailleurs ce qui indispose ces pays qui craignent ne plus pouvoir nous envahir de leurs travailleurs à bon marché, dans le cadre du libre échange européen.
    La France, malgré ses difficultés économique accueillera sa part et c’est très normal. Un élan de solidarité existe déjà.
    Il est normal qu’une communauté catholique accueille plutôt des réfugiés catholiques et une communauté musulmane, des réfugiés musulmans, car on s’entend mieux quand on a des valeurs voisines, mais je trouve que les médias ont tort d’insister sur cela. Notre pays est laïque, et on reçoit des hommes et des femmes pour les secourir, sans tenir compte ni de leur religion, ni de leur pays d’origine, lorsqu’ils fuient la mort et l’esclavage de Daesh. Insister sur l’aspect inverse ne me paraît pas opportun.
    Et les pays du Moyen Orient ne veulent accueillir aucun immigrant, alors qu’ils sont relativement riches et ont une part de responsabilité dans le conflit syrien, car ils ont soutenu financièrement le terrorisme.

    Le court terme est de résoudre les problèmes matériels posés par cet afflux soudain et énorme de personnes qui arrivent sans rien, ayant tout quitté. L’Europe peut accueillir quelques dizaines de milliers d’expatriés, mais la situation, si elle se prolonge, sera intenable : la Syrie seule a 22 millions d’habitants.
    Des mesures sont nécessaires au niveau mondial pour arrêter les catastrophes, mais pour cela, il faut un consensus et une collaboration de tous les pays, des pays américains comme des pays arabes.
    Même si Monsieur Hollande a décidé d’augmenter les opérations militaires contre Daesh, ce ne sont pas les 12 avions français engagés qui arrêteront les rebelles. Et une opération à terre est impensable dans ces pays où les rebelles sont mélangés à la population;`
    Une action efficace ne sera possible que si les pays du Golfe interviennent également. Et il faut reconnaître que les interventions en Irak et en Libye contre les tyrans qui gouvernaient, ont finalement créé dans ces pays, un climat de guerre civile, une pagaille notoire et y ont permis l’implantation du terrorisme.
    Il serait temps que les Etats Unis et l’Europe se rapprochant de la Russie, de l’Iran et de la Chine, en oubliant en partie leurs dissensions, pour faire face ensemble au terrorisme.

    Et la guerre n’est pas la seule cause des noyades et des horreurs des migrations.
    Il est choquant de voir les passeurs, dont certains sont turcs, voire européens, profiter ainsi de la misère et de la peur des gens, et qui, non seulement extorquent des sommes énormes aux migrants, mais les abandonnent dans des condition dangereuses et horribles.
    C’est étonnant qu’on ne puisse s’entendre entre pays pour lutter contre cette pègre.

    Bref il me semble normal sur le moment, d’avoir pour priorité de venir en aides à ces personnes en souffrance, mais je crains qu’on ne songe pasassez à l’avenir, qui ne résoudra ces problèmes qu’au prix d’une entente entre les pays du monde, pour lutter contre le terrorisme et les groupes mafieux.
     
    Cela dit, cela peut être une chance d'accueillir des migrants, notamment dans nos campagnes qui se désertifient ou dans des domaines où nous manquans cruellement de personnes compétentes, comme les professions de santé par exemple. Le problème est de leur donner des conditions correcte de vie pour qu'ils puissent prendre un nouveau départ.

Dimanche 6 septembre 2015 à 11:20

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/648x415photoprise22janvier2002aparistetemortfigureteeshirtofficielpremiereecoleofficiellehackersouvert.jpg

       J’ai été très étonné d’une préoccupation de l’Agence américaine de sécurité des médicaments, qui s’inquiète des possibilités de dérégler une pompe à morphine, utilisée par les cliniques et hôpitaux - voire à domicile - pour soulager la douleur des malades, par une attaque cybernétique du microprocesseur qui les commande.
    En effet, ces pompes sont souvent reliées par système sans fil aux systèmes informatiques des hôpitaux afin de transmettre des données sur les patients et adapter les protocoles de soins.
    Il ne semble pas qu’il y ait eu d’attaque dans ce domaine, mais qu’il s’agisse seulement du principe de précaution.

    Je trouvais cette idée saugrenue, mais j’ai appris qu’un rapport de l’Institut de recherche sur les technologies de l’information, de novembre 2014, indiquait que les cyber-attaques contre les établissements de santé devraient augmenter en nombre et en sophistication dans les deux ans à venir.
    Cela serait lié ) l’importance grandissante des données de santé d’une part et d’autre part, au fait que les autres cibles des pirates, comme les services financiers, ont déjà renforcé leur sécurité.
    Il faut reconnaître que le secteur de la santé est en énorme transformation en raison du développement de l’informatique et de la robotique, et que les ordinateurs et les moyens de transmission reliant les appareils sont maintenant partout, entraînant opar ailleurs une numérisation des données..
    Des chercheurs de l’Université de Washington à Seattle aux États-Unis a récemment testé la résistance des équipements médicaux face aux cyberattaques, et ils ont par exemple, réussi à prendre le contrôle d’un robot d’intervention chirurgicale, à intercepter les ordres du chirurgien pour modifier les gestes de l’appareil et altérer leur précision, mais aussi à l’arrêter complètement.

    En fait les cyberattaques contre les professionnels de santé ressemblent plus jusqu’à présent à de la basse criminalité.
    Par exemple, un laboratoire d’analyse médicale américain a été contacté par des cybercriminels  : si une rançon de 20.000 euros ne leur était pas versée, ils menaçaient de publier sur le web anonyme les données de santé des patients, Ce qui a été refusé par la direction de l’entreprise. Les escrocs ont alors mis leur menace à exécution.
    Une autre crainte, dans ce domaine, est le piratage de numéros de sécurité sociale et de cartes de santé des patients pour les revendre au marché noir.
    La vente de données volées à des labos de recherche de firmes de médicaments, ou de données de patients à des compagnies d’assurance peut également être l’œuvre de pirates informatiques.

    Je pense que, depuis que l’on sait que les terroristes islamiques disposent d’informaticiens compétents et qu’ils se sont essayé dans des attaques de moyens de communication (comme celle de TV5 en avril dernier), il y a une crainte généralisée d’attaques diverses et dans tous les domaines on se préoccupe ax USA, des conséquences possibles.
    En janvier 2015, la société Anthem et en mai 2015, la compagnie CareFirst, toutes deux dans l’assurance santé américaine, se sont fait pirater leurs systèmes informatiques, dans lesquels les hackers auraient pris possession des données personnelles de plusieurs millions d’assurés.
    La France n’est pas épargnée : en janvier 2015, un pirate informatique algérien, "Over-X", avait placé sur les pages d'accueil une image représentant un drapeau algérien et des inscriptions en arabe visant à commémorer l'anniversaire de la "Toussaint rouge", date de l'insurrection algérienne et début de la guerre d’Algérie, sur l’accès au portail internet des agences régionales de santé (ARS) et dans les sites web des 26 agences.

    Si vous êtes très compétent en sécurité informatique, je pense que vous ne serez pas au chômage dans les prochaines années. Hackers, pensez à votre reconversion, c’est moins dangereux et plus rentable !!

Mardi 1er septembre 2015 à 9:19

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Canadairsmodifie007.jpg
    Je n'ai plus internet jusqu'à ce que je rejoigne la région parisienne et cet article sera publié ainsi que ceux des prochains jours, automatiquement par Cowblog.
    Tous les étés des feux de forêts brûlent des centaines d’hectares et menacent des habitations.
    Les pompiers à terre sont très courageux et expérimentés, mais ils ne peuvent aller au milieu des flammes. Alors on arrose par avion la forêt en flammes.
    Nous connaissons tous ces hydravions, les « Canadairs », appelés aussi « Pélicans jaunes ». Ils se posent sur l’eau, conservant leur vitesse, et ouvrent l’entrée de leurs réservoirs, faisant ainsi le plein d’eau dans un lac ou dans la mer. Puis ils vont la larguer à basse altitude sur les flammes, malgré les obstacles, et notamment les lignes électriques haute tension, et la mauvaise visibilité due à la fumée.
    Ce sont des pilotes très expérimentés, mais leur métier est dangereux et certains y ont laissé leur vie. L’air très chaud au dessus des flammes diminue la portance et crée des turbulences, qui rendent difficile le pilotage et le largage de l’eau déleste tout à coup l’appareil, qui remonte brutalement.
    J’admire beaucoup ces pilotes et j’ai trouvé de très belles photos de ces appareils sur internet; j’en ai retenu les plus représentatives.

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Canadairsmodifie016.jpg















http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Canadairsmodifie003.jpg






















http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Canadairsmodifie004.jpg






















http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Canadairsmodifie005.jpg
























http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Canadairsmodifie009.jpg























http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/Canadairsmodifie011.jpg












http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Canadairsmodifie019.jpg



































http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Canadairsmodifie020.jpg



























http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Canadairsmodifie021.jpg

Vendredi 28 août 2015 à 9:23

Actualité


http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/internet01.jpg

    Je poursuis ma réflexion d’hier en examinant certains avantages et inconvénients d’internet, et pourquoi nous n’utilisons ses possibilités que de façon très partielle.

    Le problème réel est que les jeunes perdent beaucoup de temps sur internet et leur portable, sur des occupations futiles voire peu utiles, car, comme parents et professeurs n’avaient aucune expérience de la question, on ne leur a jamais appris à s’en servir, et ils ont dû tout découvrir seuls. ils ont donc privilégié le plus facile, la communication, et ce qui était agréable ou amusant.
    Les parents ont donc l’impression qu’internet est inutile, voire néfaste, mais eux mêmes ne savent le plu souvent pas s’en servir vraiment et donc leur jugement est erroné.
    En fait internet pourrait être d’une extrême utilité, transformer complètement notre vie en nous apportant des moyens extraordinaires, mais la plupart d’entre nous n’en sont pas conscients.

    Actuellement, nous avons pris conscience des facilités de communication  : SMS et messagerie, ceux ci nous permettant de toucher quiconque à l’autre bout du monde en quelques minutes, mais avec un inconvénient, celui de ne plus transmettre que quelques phrases et peu d’information. On est évidemment très éloigné des lettres de madame de Sévigné lol  Mais j’ai aussi constaté que, sur des sujets sérieux, des jeunes savaient m’écrire de façon intéressante, précise et détaillée.
    Beaucoup ont conscience que l’on peut trouver beaucoup d’informations sur internet. Mais on ne leur a jamais appris comment faire, et même le Google universel est mal fait car son moteur de recherche ne sait même pas différencier les commandes « et » et « ou » liant deux mots clés.
    Pour moi qui ai connu les recherches difficiles longues et limitées dans les encyclopédies ou dans les bibliothèques, internet est un outil remarquable, qui met à ma disposition des données en provenance du monde entier, mais à condition de savoir où et comment les chercher.

    Surtout internet pourrait être un formidable outil de formation et d’étude. Si vous voulez vous en rendre compte, vous pouvez consulter le site « France Université numérique, et les programmes de MOOCS par domaines, et pourtant ce ne sont que les premiers balbutiements.
    Il y a là des possibilités immenses de recyclage, de formation complémentaire, ou de formation tout court. C’est un enseignement pratique et théorique qui aboutit même à des certifications.
    Je pense que l’on va vivre dans les prochaines année une révolution de l’enseignement et des possibilités de recyclage dans un métier.

    Le problème, c’est d’une part que l’on n’a pas appris aux gens à se servir d’internet.
    La seconde difficulté, surtout pour les jeunes, c‘est qu’à force de vouloir leur apprendre en jouant, ils ont fini par prendre l’habitude de jouer sans apprendre.
    M^me si on a un enseignement très performant sur internet, il ne portera ses fruits que si l’on a la volonté de travailler, alors qu’on est seul devant son ordinateur et pas surveillé. Pour un enfant ou un ado, il est alors bien tentant de ne pas faire d’effort, comme malheureusement cela peut être le cas à la fac.
    Je crois donc qu’internet peut bouleverser nos vie de façon bénéfique, mais que cela nécessitera d’une part une formation à son emploi, et d’autre part d’un changement important des mentalités, surtout des jeunes, notamment de la création d’une motivation pour l’effort et le travail.

    Ces problèmes ne sont en fait pas spécifiques d’internet, mais concernent aussi l’utilisation de l’ordinateur. La plupart des personnes ne savent pas l’utiliser efficacement, et d’ailleurs les perfectionnements imaginés par les fabricants tendent à faire réfléchir l’ordinateur à la place de l’utilisateur, pour que son utilisation soit de plus en plus automatique et ne demande aucun effort, et ne pensent vraiment pas à son utilisation pour permettre aux jeunes de faire des tâches intelligentes.
    Microordinateur, tablettes, smartphones, sont essentiellement orientés vers la communication : sms, messagerie, réseaux sociaux, blogs, partage de photos et de vidéos, musique et de recherche d’informations concernant la vie courante.
    Les tableurs, les logiciels de bases de données, de dessin, de créations d’exposés sont complexes, et trop complets parce qu’orientés vers des personnes semi-professionnelles.
    Rien n’est fait pour que les jeunes disposent d’outils qui leur faciliterait la formation et leur donnerait la curiosité et le goût d’apprendre.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast