Jeudi 21 février 2013 à 8:55

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2/dieudelagenesewojteksiudmak1.jpg

            Je me demande parfois ce que Dieu pense du mariage homosexuel, de la contraception et de l'avortement, de la conception assistée par FIV, du cannabis ou des attentats et exactions des salafistes (là je parle bien sûr de ce que penserait Allah).
            J'aurai du mal à trouver cela dans les Saintes Ecritures ou dans le Coran.
            Chacun a sa réponse.
 
            Des psychologues Nicholas Epleg et ses collègues, de l'Université de Chicago, ont effectué une étude sur de nombreuses personnes et ils ont constaté que les personnes interrogées dans le cadre de cette enquête, toutes croyantes, avaient tendance à considérer que les positions de Dieu sur ces questions seraient... les leurs !
            Ainsi, parmi les personnes interrogées, les conservateurs affirment sans hésiter que Dieu serait favorable à la peine de mort et hostile au mariage homosexuel ainsi qu'à l'avortement, alors que les libéraux soutiennent qu'il légaliserait l'avortement et le mariage pour tous et abolirait la peine de mort.
            Y aurait-il autant de dieux que de croyants ?
 
            Les psychologues ont observé l'activité cérébrale des personnes interrogées sur ces questions et ont constaté que penser à Dieu, active des zones du cerveau concernant la "pensée autoréférentielle", qui s'activent quand on parle de soi, qu'on exprime son opinion ou qu'on développe les arguments de ses analyses et de ses idées, zones qui restent silencieuses lorsqu'on parle des idées des autres.
            En fait, les zones du cerveau activées quand on pense à Dieu sont exactement les mêmes que lorsqu'on pense à soi-même.
 
            J'avais appris, étant enfant que Dieu a créé l'homme à son image, affirmation déjà bien prétentieuse, puisque Dieu ne peut être considéré que comme un "pur esprit", alors que l'homme est bien assujetti à son corps, et a souvent des conduites bien indignes de cette image.
            Aujourd'hui, je crains que ce ne soit l'inverse, et que l'homme crée chaque jour Dieu à sa propre image.
            Dieu doit frémir sur son petit nuage quand il voit cela.
            Mais vous voyez, moi aussi, je cède à la tentation de voir Dieu dans notre ciel, et je m'imagine ce que je ferai à sa place ! Les zones de mon cerveau que les journalistes appellent les "centres de Dieu", et qui s'activent lorsque l'on est en méditation, ont dû se réveiller.
            L'homme est finalement un immense utopiste orgueilleux.
 


Mercredi 20 février 2013 à 8:18

Politique, économie, religion.

Malheureusement il faut se résoudre à vieillir.

            On a en général la chance de garder ses facultés intellectuelles et donc on ne se voit pas tellement diminuer, mais on est de moins en moins performant en sport, vos enfants, puis vos petits enfants, vous battent au tennis, et courent et nagent plus vite que vous.

            Puis vous fatiguez plus vite et un jour, vous renoncez à la planche à voile, car vous n'êtes plus sûr de revenir quand il y a beaucoup de vent et par petit temps c'est rasoir !!

            Puis il faut vous ménager, ne pas trop vous fatiguer et vous prenez conscience du déclin de la fin de votre vie, en espérant que cela n'aille pas trop vite.
            Ceux qui ont un poste important, les "grands de ce monde" ne veulent pas s'avérer ainsi, en train de décliner, même légèrement, et certains finissent par un  pépin de santé, comme madame Clinton. Mais le plus grave c'est lorsqu'un dirigeant s'accroche et s'entête alors que la baisse de ses facultés ou de sa puissance de travail, lui font faire des erreurs. Et cela arrive, dans les entreprises comme en politique.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2/benoitxvi.jpg

            Alors contrairement à certains fanas qui crient à l'abandon, et bien que je ne sois pas catholique, j'admire le Pape d'avoir osé prendre cette décision hors normes, de démissionner de sa charge écrasante.

            Il lui a sûrement fallu beaucoup de courage et lutter contre l'influence de son entourage, mais je lui donne cent fois raison. Il lui faut maintenant ménager sa santé, et c'est faire preuve ainsi d'une grande modestie et d'une grande lucidité, que de démissionner tant qu'on est encore valide, mais que l'on sent qu'on ne peut plus être performant en raison de la baisse de ses facultés physiques.

            Certes je n'étais souvent pas de l'avis de Benoît XVI, et j'espère que son successeur sera plus objectif quand à l'emploi du préservatif contre le Sida, de la contraception et de la limitation de la population mondiale, et qu'il sera plus tolérant pour l'homosexualité. Peut être qu'un jour le Pape se rendra compte qu'il vaut mieux pour l'Eglise, autoriser le mariage des prêtres que d'être obligé de déplorer quelques cas de pédophilie.

            Mais, malgré ces divergences je pense que Benoît XVI était un grand homme, digne de notre admiration et que nous devons rendre hommage à sa décision, ne pas la regretter, et lui souhaiter encore des années de vie, moins fatigantes.

 

Vendredi 15 février 2013 à 8:06

Politique, économie, religion.

Suite de l'article d'hier : après le Maghreb et le Proche Orient, aujourd'hui le Moyen Orient.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2/moyenOrientcarteduMoyenOrientIsraelLibanSyrieJordanieIranIraqKoweitBarhainQuatarOmanArabieSaouditeEmiratArabeOmanYemenMoyenOrient.jpg

Moyen Orient - L'Arabie Saoudite :
            Sur une population totale de 22 millions d’habitants, on ne dénombre que 300.000 Chiites. Ils sont probablement plus nombreux, mais se cachent par peur d'exactions.
 
Beaucoup de Chiites furent expulsés dans les années 70. Ils furent accueillis en Irak par Sadam Hussein qui, quoique sunnite mais surtout laïque, était très hostile au roi Faysal d’Arabie.
En 1990, un commando chiite occupe une partie de la mosquée de la Mecque et est éliminé, avec l'aide du GIGN, le roi d'Arabie ayant demandé l'aide de la France
Aujourd’hui les Chiites mènent de par le monde diverses actions, telles l’assassinat de deux diplomates saoudiens dans des capitales étrangères.
Bien qu'en apparence opposée au terrorisme, une grande partie du financement d'Al Qaïda vient d'Arabie Saoudite
A Bahreïn, petite île (660 km²) du Golfe Persique reliée par un pont à l’Arabie Saoudite, règne une dynastie d’origine saoudienne qui s’appuie sur la minorité sunnite (30% de la population). Au début de 2012, une révolte a été fomentée par la majorité chiite. Elle a été écrasée par les chars de l’armée saoudienne. 
Aucun des médias occidentaux n'a relaté cette tragédie.
Pourtant les Américains ont implanté à Bahreïn le Quartier Général de la 5ème flotte US, laquelle garantit la stabilité du Golfe Persique et en particulier la sûreté du détroit d’Ormuz qu’emprunte le tiers du pétrole consommé au monde.
 
Les états du Golfe :
 
Dans les divers états du Golfe (Oman, Emirats Arabes Unis, Qatar, Koweït), le pourcentage des Chiites oscille entre 10 et 20% de la population. Au Koweït, toutefois les Chiites sont perses et non pas arabes. Ils forment une communauté très soudée à laquelle chaque foyer est tenu de verser 1/5 de ses revenus. Il existe un Hezbollah koweïtien.
A noter que le Quatar est le principal financier d'Al Qaïda et des salafistes et plus généralement de tous les mouvements sunnites.

 
Le Yémen :
Au Yémen, les Chiites représentent 45% de la population (ils appartiennent à la secte zaydite. Aux frontières, l’Arabie Saoudite encourage et finance une rébellion sunnite : en septembre 2012, une attaque suicide menée par Al Qaïda a tué 18 militaires. Une réplique par drone a tué 4 salafistes. Les nouveaux dirigeants du Yémen craignent une guerre civile imminente.
 
L’Irak :
L’équilibre de l'Irak, bouleversé par la guerre que lui ont livrée les Américains et les Britanniques, a été complètement modifié des élections de 2009 : les Chiites, jusqu’alors citoyens de seconde zone, ont été reconnus majoritaires à 52% de la population. De ce fait, l’Irak constitue désormais une partie centrale du croissant chiite qui s’étend des provinces occidentales de l’Afghanistan jusqu’ aux rives méditerranéennes du Sud-Liban.
  
L’Iran :
L’Iran a une population essentiellement perse et chiite, le chiisme étant la religion d'état, et le régime est donc relativement stable. Mais, par le jeu des réseaux sociaux et par contagion, la jeunesse est très attentive aux événements du monde arabe et à l’attitude agressive des Sunnites.
 
L’Afghanistan
En Afghanistan, les Chiites, de l’ethnie perse, sont 5 millions, soit 20% de la population. Ils sont concentrés le long de la frontière iranienne et très à l’écoute de Téhéran.
La guerre en Afghanistan n'est pas tellement religieuse. Elle est plutôt une rivalité d'ethnies, entre les Patchounes qui constituent la plupart des talibans et les Hazaras, d'origine mongole et à majorité chiite.
 
        Quand j'écris ces articles, je suis horrifié que, de nos jours on puisse encore se tuer pour des guerres de religion et surtout entre personnes d'une même religion, entre tendances n'ayant que des différences mineures dogmatiques. En fait c'est l'ignorance et l'inculture des personnes, qui fait que des gens avides de pouvoir et de puissance puisse ainsi les manipuler et leur faire commettre des crimes, au nom de Dieu.
        Une minorités de meneurs essaient ainsi de manipuler les foules, la presque totalité des musulmans étant des gens honnêtes et pacifiques
.,

Jeudi 14 février 2013 à 8:02

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2/maghrebmoyenorient001.jpg

             Je voudrais aujourd'hui et demain, faire un rapide tour d'horizon des pays islamiques
du Maghreb, du Proche et Moyen Orient et de voir leur situation au plan de leurs divisions religieuses, car depuis 30 ans, la plupart des pays sont en guerre de religion.
 
Maghreb - le Maroc :
 
            Très habilement, le roi Mohamed VI a su par des méthodes sociales opportunes, très appréciées, désamorcer une situation qui s’annonçait explosive. Le Maroc est le seul pays vraiment calme qui , dans l'immédiat échappe aux guerres de religions et aux ambitions salafistes.
 
L'Algérie :
 
            Lasse d'une guerre civile de dix ans, l'Algérie semble peu concernée par l’évolution du monde musulman. Voisine du Mali, elle rechigne à adhérer aux dispositions internationales visant à éradiquer AQMI (la branche africaine d’Al Qaïda), car elle ne veut pas risquer un déséquilibre et la moitié des Touaregs est de nationalité algérienne.
            Le récent attentat dans le centre pétrolier du sud, montre que cet équilibre reste fragile.
 
La Tunisie
            La Tunisie est le pays les plus alphabétisés de l'Islam, et il a connu un "printemps arabe" 2011, qui s’apparentait davantage aux conditions de la Révolution sociale en Europe en 1848 : les révolutionnaires tergiversent et se font doubler par les partis organisés : en l’occurrence, en Tunisie, par les Islamistes préparés à l’échéance. 
            Aujourd’hui le parti islamique Ennahda est au pouvoir, mais le Président Marzouki ne souhaite pas l’application de la charia. Cependant, on observe des atteintes aux libertés individuelles sous des prétextes religieux et la laïcité recule. Les récenys affrontements ne sont pas encourageants.
 
La Libye :
 
            Dans ce pays immense (trois fois la France; 8 millions d'habitants), de régime féodal, le conflit s’est avéré être d’origine tribale, le pays, constitué essentiellement de sunnites, étant partagé entre des provinces qui ont toujours revendiqué une certaine autonomie et dont certains clans ont été persécutés sous le régime de Kadafi.
             Le Comité national de transition a été balayé par les Islamistes, et comme en Tunisie, le parti islamique a raflé la mise des révolutionnaires. Le nouveau Président, Abdel Jalil a fait appliquer la charia. Le 11 septembre 2012, les salafistes ont attaqué l’ambassade des Etats-Unis et assassiné l'ambassadeur américain.

 
Proche Orient - L'Egypte :

Une fois Moubarak destitué, les gens de la rue se sont retrouvés désorganisés et ont vu le pouvoir confisqué par les Frères Musulmans qui portent le salafisme et encouragent Al Qaïda.
Les Chiites y sont au nombre de 750.000 (soit un Egyptien sur 8), mais probablement le double du fait de la dissimulation. Sous la pression des Frères musulmans, les Chiites sont privés du droit d’expression et du droit de se rassembler.
 
Le Liban
 
Le Liban, ancienne province syrienne de l’empire romain puis de l’empire ottoman, a une démographie éclatée à l’image de celle de la Syrie mais à proportions inversées : les Sunnites sont largement minoritaires face aux Chiites du Sud, aux Druzes du Chouf et aux Chrétiens de la montagne. 
            Le Liban est 18 fois plus petit et 5 fois moins peuplé que la Syrie mais il tient farouchement à sa souveraineté.
Les Libanais qui constituent le peuple le plus évolué du Moyen-Orient, sont rarement à l’écoute de ce qui se passe au Maghreb. Par contre la minorité chrétienne observe avec inquiétude le sort des Coptes d’Egypte et celui des Chrétiens d’Orient en Irak. Elle s’apprête à accueillir leurs coreligionnaires syriens au cas où, par malheur, les Frères musulmans viendraient à accéder au pouvoir à Damas.
 
La Palestine
 
En Palestine, les Arabes sont sunnites ou chrétiens. Les Chiites, qui y étaient à l’origine peu nombreux, ont trouvé refuge en 1967 au Liban et en Syrie. 
Actuellement, le parti sunnite Hamas, soutenu par les Frères musulmans et dirigé par Ismaël Hanijeh, s’oppose avec violence au Fatah plutôt laïque et au président de l'Autorité Palestinienne Mamoud Ahbas. 
En octobre 2012, l’émir du Qatar, le grand financier des Frères musulmans (et par conséquent, d’Al Qaïda, a effectué en Cisjordanie une visite qui se voulait officielle : il a snobé le président Abbas et a consacré tout son temps avec le Hamas et son président Hanijeh.
Un signe évident orienté contre, non seulement l'Autorité Palestinienne, mais aussi contre le Hezbollah libanais et le pouvoir syrien.
 
La Syrie
La Syrie est à majorité sunnite (60%) complétée par 15% d’Alaouites, 10% de Chrétiens, 15% de Druzes.
Cette guerre civile est une guerre religieuse entre Sunnites et Alaouites, quisont apparentés aux Chiites. Ils pratiquent une liturgie voisine de celle des Chrétiens : ils fêtent Noël, l’Epiphanie, Pâques et la Pentecôte et honorent les Saintes Barbe et Catherine et les Saints Georges et Jean-Baptiste au point que les Jésuites au 18° siècle avaient tenté de les évangéliser … en vain.
Sous le règne de l’Empire ottoman, ils deviennent les esclaves des Turcs et sont victimes d’exactions : les Ottomans en massacrent 20.000 à Homs en 1317 et 10.000 a Alep en 1516.
Lors de la Première guerre mondiale, l’empire ottoman s’étant rangé aux côtés de la Prusse, les Syriens rallient les forces franco-britanniques. En 1920 la France se voit confier un mandat de la SDN créant une république syrienne, un état druze et un territoire des Alaouites. Ce mandat durera jusqu'en 1946
En 1970, un général d’aviation, Hafez el Assad (le père de l’actuel Bachar) porté par le parti Baas et par l’armée, accède au pouvoir Pour la première fois, les Sunnites ne dirigent plus la Syrie.
En 1980, un commando de Frères musulmans s’infiltre dans l’Ecole des Cadets d’Alep. Ayant séparé les élèves sunnites des élèves chiites, les agresseurs égorgent ces derniers un à un. La revanche sera terrible : un soir de 1982, Hafez el Assad fait encercler la ville de Hama contrôlée par les Frères Musulmans. Le lendemain matin, on dénombre 25.000 cadavres.
Aujourd’hui en Syrie nous assistons à un duel à mort entre Sunnites et Chiites/Alaouites, avec toutefois l'appui d'environ 10% des sunnites pour des raisons politiques et économiques.
Bouleversées par les images insoutenables des exactions du gouvernement de Bachar el Assad, livrées par les médias qui n’opèrent que du côté des rebelles, les nations occidentales ont pris fait et cause pour ces derniers. Ce faisant, elles oublient que ces rebelles sont encadrés par les Frères Musulmans et Al Qaïda, armés par l’Arabie Saoudite et financés par le Qatar.
            Pour régler cette guerre civile, il faudrait redonner vie au projet avorté de la Société des Nations qui, en 1920 lors de la signature du traité de Sèvres, avait prévu la triple création d’une république syrienne, d’un état druze et d’un territoire alaouite. Cette partition serait largement encouragée alentour par les Libanais, les Israéliens, les Turcs et les Kurdes.
            Mais n'est il pas déjà trop tard
 
Position des Russes et des Chinois sur la Syrie.
 
            Le monde occidental s’étonne de la persévérance de la Russie et de la Chine à opposer leur veto à toute intervention en Syrie. Il est intéressant de se demander pourquoi.
D'abord Russes et Chinois ont été vexés de l’intervention franco-britannique en Libye qui, selon eux, a outrepassé les conditions du mandat fixé par le Conseil de Sécurité de l’O.N.U.
 
            - Les Russes pour contrecarrer les américains au Moyen Orient, s'appuyaient sur l'Irak, le Yemen, l'Egypte et la Syrie. Seul ce dernier pays reste aujourd'hui. Ils y ont en particulier des bases pour leurs navires. Ils fournissent des armes à la Syrie.
            Ils soutiennent également les chrétiens orthodoxes de Syrie, et les nombreux couples de marins russes ayant épousé des femmes syriennes dans le littoral, au voisinage de leurs bases.
            Enfin les russes ménagent l'Iran, bien que les frontières communes avec l'URSS aient disparu.
 
            - Les Chinois, tout comme les Russes ont leur problème sunnite avec les Tchétchènes, ont le leur avec la minorité ouïgoure d’origine turque de la province du Xin Jiang au nord ouest du pays.
Par ailleurs les Chinois, souffrant de carence en sources d’énergie, sont dépendants de l’Iran et de l’Irak pour le pétrole. Loin d’eux l’idée de déplaire aux Chiites.
 
Israël
 
            Ce n'est évidemment pas un état musulman, mais on ne peut pas l'oublier dans cette énumération.
            Israël peut être considéré comme le "51° état des Etats-Unis" qui lui versent quatre milliards de dollars par an à la condition que cette aide militaire serve à acheter de l’armement américain.
            Les menaces existent contre Israël en cas de victoire des Sunnites en Syrie. Elles se sont manifestées récemment dans le Sinaï et elles pourraient surgir dans le Golan où, actuellement, la minorité druze est favorable à Bachar el Assad.
            Par contre les gesticulations d'Israêl dénonçant la possible attaque nucléaire iranienne contre son état, s'apparente plus à une manœuvre pour essayer d'obtenir plus de financement des USA, surtout au moment de la dernière élection d'OBama.
            En effet; , si l’Iran tient tellement à réaliser un armement nucléaire, c’est pour se prémunir contre le Pakistan sunnite, qui dispose non seulement de l’arme nucléaire mais aussi des capacités pour la lancer.
 
  J'ai fait le tour des principaux pays du Maghreb et du proche Orient; demain ce sera au tour de ceux du Moyen Orient, car l'article serait trop long.

Mercredi 13 février 2013 à 7:35

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/pourquoiparletond2019unprintempsarabejpeg.jpg

            On m'a demandé à plusieurs reprises de faire un ou plusieurs articles sur le Coran.
            Je ne me sens jamais à l'aise dans les sujets religieux, car je respecte toutes les croyances (y compris l'athéisme), et je ne veux surtout pas que, dans ce domaine sensible, mes convictions influent trop sur mes articles, car on risque parfois, sans le vouloir, de choquer autrui.
            Par ailleurs, je ne suis pas assez "calé" sur le Coran, d'autant plus que, ne sachant pas l'arabe, je n'en ai jamais lu que des traductions et je risquerais donc de faire des erreurs quant à une religion que je ne connais que de l'extérieur.
            Par contre j'ai pensé que cela vous intéresserait peut être que je fasse un panorama des religions musulmanes dans le monde, ce qui ne demande que de faire de la documentation et de résumer le mieux possible ce qu'on a trouvé, mais qui est une connaissance fondamentale, si on veut comprendre aujourd'hui les problèmes du Maghreb, du Moyen et du Proche Orient, et les conflits et révolutions qui les endeuillent aujourd'hui.
 
            Je ferai trois articles, d'abord sur les courants de religion, puis deux articles sur leur répartition dans les divers pays, car les conflits actuels ressemblent à des guerres de religion, comme nos en avons connues en France, du temps des rois.
            Bien sûr les trois grandes religions monothéistes Judaïsme, Catholicisme et Islam reposent sur des documents : la Thora, la Bible et le Coran. Mais à leurs débuts, l'imprimerie n'existait pas et l'écriture était une connaissance rare. La transmission des données religieuses était donc surtout orale, donc en partie subjective et imprécise, et les interprétations pouvaient donc différer. C'est la raison pour laquelle des divergences sont apparues, dans toutes les religions, amplifiées par des luttes de pouvoir et prééminence (voire par l'oppression d'un clan)..
 
            De même qu'il est important de comprendre les différences entre catholiques, protestants, anglicans, orthodoxes, auxquelles nous sommes habitués, il est tout aussi fondamental de connaître les grands courants de l'Islam.
 
            Le mot "Chiite" est ancien et veut dire "partisan", même au temps de Moïse vers 1200 avant JC, lequel Moïse est considéré comme le père de la religion juive.
            Ce terme va beaucoup évoluer.
            Ali, né vers 600 après JC, avait épousé Fatima Zohra, la fille du prophète Mahomet, qui l’a élevé et protégé comme son propre fils (il était en fait son cousin).
            Un certain nombre de musulmans de l'époque pensent qu'Ali doit être le successeur de Mahomet en tant qu'Iman, chef de leur religion, désigné par Allah, au travers de la bouche de Mahomet. Ses partisans vont s'appeler peu à peu les "Chiites".
            D'autres musulmans, tout en se référant à Mahomet, pensent que la ligne de conduite de l'Islam, ne doit pas être dictée pat un homme, mais par les livres, le Coran, révélé au prophète Mahomet et les "sunna" qui traitent de tout ce qui n'est pas directement explicité dans le Coran.
            Ils considéraient les partisans chiites d'ALi, comme un schisme, par rapport à la religion originelle.
En 661, les Sunnites assassinent Ali et une cinquantaine de ses disciples, à Nadja (actuel Irak) et son fils Hussein à Karbala (Iran). La haine des Chiites envers les Sunnites date de ces deux événements du VIIème siècle. Elle s’exacerbe chaque année lors de la célébration de l’Achoura, qui, pour les chiites commémore ce massacre..
Les Chiites vénèrent les imams, seuls dépositaires de la science divine. Il y a une dizaine de formes de Chiisme dont les pratiquants les plus connus sont les Alaouites (Syrie – Liban), les Ismaéliens (Pakistan), les Druzes (Syrie, Liban), les Chérifiens (Maroc) et les Zaydites (Yémen) ….
Ils sont très hiérarchisés, comme l’église catholique : un seul chef, non pas à Rome mais à Qoms, non loin de Téhéran. Tous les Chiites du monde entier, ainsi que toutes les sectes qui s’y rattachent, lui obéissent instantanément.
A l’inverse des Chiites, les Sunnites n’ont pas de hiérarchie religieuse mondiale.
Les Chiites croient à la réincarnation, croyance probablement héritée de l’ancienne religion Zoroastre qui facilite l’action suicide terroriste. Déjà nos ancêtres, les Croisés, s’étaient trouvés aux prises avec les « Haschischins » (ces suicidaires qui consommaient du hashish) dont le nom a donné le mot « assassin ».
Les Chiites ont été longtemps persécutés par les Sunnites. Ils furent l’objet au XIIIème siècle d’une fatwa les obligeant à se convertir pour échapper à la mort.
Dans la plupart des pays musulmans, chiites et sunnites s'opposent. J'en parlerai dans l'article de demain.
Le sunnisme représente un peu plus de 85% de l'Islam, mais les proportions sont variables d'un pays à l'autre.
 
Aujourd’hui, les Chiites sont majoritaires :
- en Iran où le chiisme est la religion d’Etat,
- en Irak, à la faveur des élections de 2009, (du temps de Sadam Hussein les sunnites étaient au pouvoir, bien que minoritaires)
- au Liban, où le Hezbollah, le bras armé du chiisme, jouit du prestige d’avoir tenu tête à l’armée israélienne lorsqu’en 2006 celle-ci effectua un raid au Liban,
- au Maroc où il s’agit d’une religion particulière, le Chiisme chérifien : en 1659, Moulay Rachid ben Chérif qui descend de la fille du Prophète, Fatima Zohra, fonde la dynastie actuelle. Le roi du Maroc est, de naissance, le roi des croyants.
- à Bahreïn où une minorité sunnite de 30% dirige l’île et oppresse la masse chiite.
- et au Yémen où ils forment 60% de la population.
 
Par contre, les Sunnites sont majoritaires en Arabie Saoudite, en Egypte et dans tous les autres pays musulmans (Pakistan, Afghanistan, Indonésie, Turquie) ainsi qu’au Kosovo, dans la région russe de Tchétchénie et parmi les musulmans présents en Europe, en particulier en France.
 
La plupart des sociétés connaissent une rivalité récurrente entre les laïcs et les religieux. Les pays musulmans n’échappent pas à ce constat :
- en 1923 en Turquie, Kemal Atatürk met le clergé au pas, de façon brutale,  
- en 1925 en Iran, le Chah occidentalise le pays,
- en 1934, en Tunisie, Bourguiba fonde le Néo Destour et modernise le pays en le laïcisant. Son action est prolongée par Ben Ali,
- en 1952 en Egypte, Neguib et Nasser, en destituant le roi Farouk, donnent le pouvoir à l’armée, leur action étant prolongée par Sadate puis Moubarak,
- en 1953 un chrétien syrien, Michel Aflak fonde le parti Baas, à vocation socialiste et laïque, qui va gagner progressivement les états du Proche-Orient. C’est par ce parti qu’accèdent au pouvoir :
- en 1970, Hafez el Assad (le père de l’actuel Bachar) en Syrie,
- en 1979, Sadam Hussein en Irak.
Mais en février 1979 le retour triomphant de Khomeyni (Imam chiite) en Iran va provoquer une surenchère puis la guerre entre les deux religions majeures de l’Islam que sont le sunnisme et le chiisme, et ceci aux dépens des laïcs.
 
 
            Demain et après demain,  je regarderai ce qui se passe dans chaque pays musulman du Maghreb, du Moyen Orient et du Proche Orient..
 
            J'espère que cela vous aidera à comprendre l'actualité et les soubresauts qui agitent ces pays.

Lundi 11 février 2013 à 7:56

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2/cartedettespaysunioneuropenne.png


            La politique ne m'a jamais beaucoup intéressé, mais on est bien obligé de se tenir un peu au courant, ne serait ce que pour savoir pour qui voter.
            Les questions françaises sont déjà difficiles, mais l'Europe avec des nations aussi disparates, c'est le bazar.
            Je me demande parfois ce que vient y faire la Grande Bretagne, qui n'est jamais d'accord sur rien et qui n'a même pas accepté d'être dans la zone Euro.
            Avec toutes les difficultés financières qu'on a déjà, il me semble qu'on devrait refonder l'Europe avec uniquement les pays de cette zone et laisser les autres se débrouiller tout seuls, puisqu'ils sont si forts au plan monétaire !
            La discussion sur le budget de l'Europe montre qu'il n'y a guère de solidarité dans cette soi-disant union européenne.
 
            Je ne conteste pas qu'en période de crise, il faille faire des économies, et que l'on réduise un peu le budget ne me paraît pas une catastrophe, mais l'attitude du Premier Ministre anglais m'agace. A t'il oublié que l'entreprise qui touche le plus de subventions agricoles est la Reine d'Angleterre ?
            Et dans les réductions deux points me choquent :                       
                        - d'abord on a surtout réduit les investissements : c'est une vue à court terme, car ce sont eux qui préparent l'avenir.
                        - mais ce qui me paraît le plus révoltant, c'est que l'on ait presque supprimé les subventions aux organismes qui s'occupaient des pauvres et des nécessiteux. Heureusement en France, le Ministre des Affaires Sociales et de la Santé a dit que la France prendrait en charge le plus possible ces subventions sur son budget.
            Quand on est en période de crise, que le chômage croit, qu'il y a beaucoup plus de pauvreté, on diminue les subventions correspondantes ! Cela me paraît scandaleux.
            Mais cela ne m'étonne pas : Madame Merkel et Monsieur Cameron ne pensent qu'aux riches, aux profits industriels et boursiers.
            Les hommes et les femmes ce n'est pas leur problème : chacun pour soi.
            Et quand on voit la pauvreté en Allemagne et en Angleterre, à coté de ceux qui profitent de la crise pour s'enrichir, on est heureux d'être en France, malgré tous les ennuis de notre pays, et les gens qui ne pensent qu'à leur fric comme Depardieu.
            L'Europe n'est hélas qu'un monceau d'égoïsme !

            Et les Anglais sont des gens bizarres : ils ont peur de manger du cheval, des grenouilles et des escargots, mais par contre ils mettent de la sauce à la menthe sur de superbes langoustes, font bouillir du lapin dans un court-bouillon de poisson, mangent les petits-pois, entassés sur le dos de la fourchette, et mettent un anchois roulé dans les cerises à l'eau de vie (Eh oui, j'ai mangé tout cela lors d'une réception à Cambridge en 1961 !!).
           Sans parler du pudding à la graisse un peu rance que l'on mange aux fêtes ! Des Béotiens !!
           J'ai vu aussi en 2008, dans un salon de thé de Londres, à 17h, une très honorable dame anglaise manger des petits gâteaux (fort bons d'ailleurs) avec une demi-bouteille de Chardonnay blanc ! (mais sans sauce à la menthe!).
          Et en 1960, un dimanche d'été à Hide Park, une vieille anglaise m'a trouvé "shocking", parce que j'avais des nu-pieds à lanières mais avec des chaussettes et il a fallu que j'aille lui montrer sur un kiosque en vitrine, des magazines de femmes très dévêtues, pour savoir qui était le moins choquant à ses yeux !.C'étaient mes pieds : cela ne se fait pas en Angleterre, quand on est bien élevé de montrer aux dames qu'on n'a pas les doigts de pied tordus. 
 
 
 
 

Lundi 21 janvier 2013 à 8:06

Politique, économie, religion.

  Madame Merkel a certainement une grande popularité en Allemagne, car elle défend les intérêts de son pays, et elle a le soutien des industriels, des riches et des classes moyennes. Elle a souvent un discours assez arrogant, et veut que son pays soit le "modèle européen".
         Il est certain que ce n'est pas tellement du goût des français, plutôt latins et pas très favorables à l'esprit anglo-saxon.
         Cependant beaucoup de nos élites en France (ou des personnes aisées ?) considèrent l'Amérique comme un modèle dans le monde et l'Allemagne comme le modèle en Europe.
         Les médias en particulier nous bassinent les oreilles avec la prospérité allemande et on finit par y croire.
         Alors j'ai été étonné par des articles de journalistes allemands, qui, dans le courrier international, dénoncent les "failles du modèle allemand", tout en faisant d'ailleurs quand même l'éloge de madame Merkel.
 
         L'article le plus étonnant est celui qui dénonce le niveau de pauvreté en Allemagne, alors que le taux de chômage est relativement bas et cela saute aux yeux sur le schéma ci-dessous.
 
http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Allemagne.jpg
 
         Il semblerait que, certes il y a peu de chômage, au moins dans l'ancienne Allemagne de l'ouest, mais l'emploi y est en fait très précaire.
         Selon une récente enquête il y aurait 7,4 millions d'emplois précaires sur 41 millions, 1/3 des employés dans la restauration et 1/4 dans le commerce.
         Ces "mini jobs" ont un salaire horaire très faible, aboutissant à moins de 450 € par mois, et contournent toutes les lois et conventions collectives et de plus l'Etat accorde à ces employeurs des systèmes d'impôts très avantageux.
         Par ailleurs le système social (maladie et chômage) est beaucoup moins évolué qu'en France et 67,8% des chômeurs sont au dessous du seuil de pauvreté, (contre 33% en France, 39% en Espagne, et 4è,5 en Grande Bretagne (chiffres Eurostat).
         En 2010, 12,8 millions d'Allemands, soit 15,8% de la population) vivaient au dessous de ce seuil (contre 12% en 2005)
 
         Un autre article dénonce des failles dans le système industriel dans de granndes sociétés :
         Le groupe Thyssen accuserait plusieurs milliards de pertes et présenterait une gestion frauduleuse. Deutsche Bahn, la société des chemins de fer, aurait maquillé les chiffres du projet de construction de la gare de Stuttgart, pour faire adopter le projet. Le chantier titanesque de l'aéroport de Berlin serait dans un état déplorable, tant au plan financier que technique. La banque centrale Deutsche Bank, serait empêtrée dans un grand nombre de procès pour abus de confiance.
         Je n'ai pas les moyens de vérifier ces dires. Je cite seulement le journal.
 
http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/enquete.jpg             D'après diverses enquêtes, les allemands se montreraient très inquiets pour l'avenir. Ils craindraient surtout de voir leur pays s'endetter avec la crise de l'euro.
Mais une autre source de crainte est l'avenir des retraites, en raison de la très faible natalité, et la pauvreté qui menacerait alors les personnes âgées.
         Quant aux entreprises allemandes, elles seraient inquiète de la conservation de leur niveau technique, car les vieux ingénieurs et techniciens s'en vont et, la natalité étant faible, la relève ne se fait pas.
 
         Finalement, le modèle allemand n'est pas si bien que cela, surtout au plan social.

Mardi 1er janvier 2013 à 8:58

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/1437808031.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/caricatureastrologie277302363.jpg

 











          Nous sommes aujourd'hui le premier janvier, alors quelques mots d'abord sur le calendrier romain, que nous utilisons toujours :
            Les Romains utilisèrent successivement trois calendriers :
http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/RomulusAugustus.jpg                        - D'abord, le calendrier dit romuléen, attribué à Romulus, fondateur de Rome : les Romains prenaient comme origine de la datation des années, la date de la fondation de Rome, le 21 avril 753 avant Jésus Christ, selon le récit de l'historien latin Tite-Live (récit que je me souviens avoir traduit du latin, en 4ème, il y a bien longtemps en 1943 !).
            En fait ils ont copié le calendrier étrusque.
            Le calendrier romuléen comptait dix mois, chacun ayant soit 30 ou 31 jours, ce qui donnait une année de 304 jours, commençant au mois de mars et se terminant au mois de décembre. Chaque mois étant divisé en trois périodes de 10 jours: les calendes, les ides et les nones.
  http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/220pxNumaPompilius.jpg                      - Puis, le calendrier dit pompilien, attribué à Numa Pompilius, le deuxième roi de Rome, qui réforma vers -680, le calendrier précédent auquel on ajouta 50 jours. Les 354  jours de l'année, furent alors répartis sur douze mois, avec la création de ceux de janvier et février, placés après décembre. À l'exception de février, les mois ne comptaient alors que des nombres impairs de jours car les nombres pairs étaient considérés comme néfastes. On joutait également tous les deux ans, un 13e mois dit "intercalaire", comptant 22 ou 23 jours.
 http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/images-copie-6.jpg                       - Enfin, le calendrier julien, résultant des réformes introduites par le premier consul Jules César, comportant douze mois de 30 ou 31 jours (à l'exception toujours de février qui comptait 29 jours). Il fut institué en -46 avant Jésus Christ.
         En l’honneur de Jules César, il fut décidé de donner son nom à un des douze mois de l’année. Les premiers mois de l’année étant en l’honneur de divinités (Janus, Mars etc...), c’est le septième mois de l’année qui fut nommé Julius (Juillet en français). Ce mois comporte naturellement 31 jours, l’alternance 30/31 étant respectée.
 
http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/mma051.jpg           Auguste, devient ensuite le premier empereur romain. Pour lui rendre hommage, un mois lui est également consacré : Augustus (le mois d’août en français). Et pour mettre les deux illustres hommes sur un pied d’égalité, (on se croirait à l'UMP !), il est décidé de faire une entorse à l’alternance de la longueur des mois et de leur donner à tous deux 31 jours…
            Ce décalage entraîna aussi la non alternance des 30 et 31 sur les mois de décembre et janvier et, comme l'on rajoutait ainsi 1 jour, le mois de février passa à 28 jours pour rétablir la durée annuelle de 365 jours. Mais les Romains et avant eux les astronomes arabes, avaient calculé que la durée de révolution de la terre autour du soleil dure en fait 365,25 jours et ils rajoutèrent donc un 29 ème jour tous les 4 ans au mois de février.

           http://lancien.cowblog.fr/images/Images2/220pxPopeGregoryXIII.jpgMais les astronomes ont fait des progrès quant à la détermination de l'heure exacte du solstice d'hiver et ils calculèrent alors que la durée annuelle était de 365,242 jours. Lorsque le pape Grégoire XIII se rendit compte en 1582, que l'on avait ainsi pris du retard par rapport au jour présumé (et probablement faux) de la naissance de Jésus Christ, il fit supprimer dix jours du calendrier pour le rattraper. Par ailleurs une règle supplémentaire fut adoptée pour les années bissextiles qui auraient lieu tous les 4 ans,  à l'exception des années séculaires qui ne sont bissextiles que si leur millésime est divisible par 400.
         On considéra donc par la suite, comme années communes (années de 365 jours) les millésimes qui sont multiples de 100 sans être multiples de 400. Ainsi 1600 et 2000 furent bissextiles, mais pas 1700, 1800, 1900 qui furent communes.
         En appliquant cette règle, on arrive à une année de 365,242 5 jours au lieu de 365,242 19 jours soit un excès de 3 jours en 10 000 ans, mais en fait le mouvement de la terre autour du soleil ralentit de 0,5 seconde par siècle, il n'est pas prévu d'autre correction. Dormons tranquilles !!!
 
         La fête du nouvel an trouve donc son origine à Rome. La nuit précédant le premier janvier, les Romains faisaient un long repas qui leur permettait d’attendre l’arrivée de la nouvelle année. Selon la tradition, plus le nombre de plats servis au cours de ce repas était grand, plus l’année serait prospère et abondante. Cette tradition s'est ensuite étendue au rythme de la colonisation romaine.

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/cuisineetservicedetablesetdetablebonneannee20131951051bonneannee20120132c749big.jpg
 
 
        Bonne Année
 à tous, lectrices et lecteurs :
     santé, amours, joies et réussite.

Mercredi 26 décembre 2012 à 8:08

Politique, économie, religion.

Je lisais dans la revue "La Recherche", un article intéressant sur la natalité dans le monde. Il m'a paru intéressant de vous en parler, au lendemain de la Nativité.
           
            Un premier graphique élaboré par l'Organisation mondiale de la santé donne la répartition du nombre moyen d'enfant par femme en âge de procréer.
Les disparités sont grandes d'un continent à l'autre, mais la moyenne se situe à 2,5 enfant par femme, soit deux fois moins qu'en 1950 et le taux le plus bas est en Europe1,58, alors que la France est à 2. L'Afrique a le plus fort taux avec 4,39.
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/fecond.jpg
 
            Par contre l'Afrique est le continent où les enfants en bas âge meurent le plus.
Le taux du graphique indique le pourcentage d'enfant de moins de 1 an qui décède, en moyenne 4% (1 sur 22), ce qui est élevé, et c'est l'Europe qui a le taux le plus faible 0,6%.
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/mort.jpg
 
            Le troisième graphique indique le nombre de naissances de garçons pour 100 filles.
La nature est bien faite car le nombre de morts d'hommes jeunes est supérieur à celui des femmes, et donc la nature rétablit l'équilibre.
            Par contre les pays asiatiques ont des chiffres très supérieurs (inde, Chine), en raison d'une politique culturelle qui entraîne systématiquement des avortements des enfants de sexe féminin.
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/h.jpg
 
            En fin le dernier schéma donne le nombre de prématurés, qui augmente de façon continue, et représente aujourd'hui 11,1 % en moyenne. La répartition est assez curieuse.
Les USA sont une anomalie sans doute due au grand nombre de fécondation in vitro, qui y sont pratiquées.
 
 http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/VO.jpg
 
            Je pense que nous aurions fort à faire au plan santé en Afrique notamment.

            J'ai trouvé aussi dans ce numéro de la Recherche, de superbes photos du développement du fœtus que je vous montrerai dans un prochain article.

 

Samedi 22 décembre 2012 à 7:53

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/10.jpg

          Noël c'est le moment où on pense aux jouets des enfants.

            Je voudrais vous parler aujourd'hui d'un petit village du Jura, de 1200 habitants environ, Arinthod, où est installée la société de jouets Smoby, un bien joli petit village comme le montrent ces photos.

 http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/arinthod1.jpg

 


http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/arinthod.jpg

 






http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages4/50064855.jpg 




















































             Cette société avait connu des difficulté, son propriétaire n'ayant pas su la gérer correctement et en 2008, l'entreprise était à la dérive et rachetée par un groupe allemand.

            Les effectifs étaient passés de 900 à 360 et la moitié de la production était délocalisée.
            Son nouveau directeur général, Thomas le Paul, s'est mis au travail, a repensé l'outil de travail. Il a non seulement sauvé des emplois de l'usine, mais il vient de rapatrier du travail de l'étranger et embauche actuellement.
            40 % de la production se faisait en Chine et ce pourcentage a été ramené à 20%; 10% se font aussi en Espagne, mais 70% en France.
            En fait il a misé sur deux facteurs :
            - l'innovation pour créer des jouets originaux et pensés pour une production  la moins chère possible, tout en conservant la qualité.
            - l'automatisation des tâches fastidieuses et peu compliquées, ce qui a diminué les prix de revient, et rendu les postes de travail plus intéressants. il a misé sur l'investissement.
            Il a investi 7 millions d'euros en 2011 et investira encore 5 M€ en 2012. L'usine a gagné 5.000 m2 en 2011 et s'agrandira du double en 2012, pour s'étendre sur 35.000 m2. Les machines ont été en grande partie renouvelées, les locaux modernisés.
            Son chiffre d'affaires va atteindre 200 millions d'euros et ses effectifs sont remontés à 450 et selon le reportage que j'ai vu à la télé, les personnels semblent avoir repris confiance.
            Le directeur prétend qu'il est à peine plus cher que ses concurrents chinois et de bien meilleure qualité, ce qui me paraît certain, car les produits chinois sont souvent fragiles et dangereux, notamment en matière de jouets.
 
            Produire en France est une chose importante dont on ne se préoccupe pas assez.
            Pour les produits de consommation courante, je ne comprends pas qu'il n'y ait pas un étiquetage sérieux et visible indiquant où sont fabriqués les produits, en pourcentage éventuellement quand seul l'assemblage est fait en France (mais dans certains cas, seul l'étiquetage et l'emballage y sont faits.
            Une publicité devrait être largement faite pour certaines entreprises qui font des "gros produits d'investissement (voitures, électroménager, multimédia...).
            A qualité et prix à peu près identiques, j'ai préféré acheter une C3 de Citroên faite à 60% en France, plutôt qu'une Clio, faite presque entièrement à l'étranger.
            Et dans le domaine de la grosse industrie, nous ne protégeons pas assez nos entreprises. Les USA, les anglo-saxons, le Brésil l'Allemagne font des cahiers des charges tels que leurs produits nationaux sont favorisés par leurs clauses. Et les services de l'Etat donnent priorité aux achats nationaux (Les USA ont cassé un marché d'avions ravitailleurs de l'armée de l'air passé à Airbus, pour le repasser à Boeing).
            Je veux bien qu'Arnaud Montebourg montre partout son tee-shirt de marin, fabriqué en France, c'est une image qui frappe, mais ce n'est pas suffisant pour redresser la France. Il faudrait des mesures plus efficaces.
 



          

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast