Dimanche 15 juin 2008 à 8:29

Informatique, médias, internet





       A la suite de mes derniers articles, j'ai reçu plusieurs mails qui me disent que je suis très méchant vis à vis des journalistes et des médias et que finalement la télé ne nous informe pas si mal que cela et que cette information est utile.

    C'est vrai que je critique souvent les médias, car, sans souvent s'en rendre compte ou parfois volontairement (ou manipulées), ils peuvent avoir une très grande infliuence sur nos idées et sur l'évolution de la société.
    Mais je ne voudrais pas donner l'impression que je suis contre l'information, l'indépendance et la liberté des journalistes.

    Cependant je trouve que certains ne font pas bien leur métier, et cela pour deux raisons.

    La première est inhérente à l'économie de la vie : on a un métier pour gagner d'abord de quoi vivre (en espérant ensuite qu'il vous plaira, voire vous passionnera !). Or pour un journaliste il faut aussi “produire”, avoir du “rendement”  et donc faire beaucoup d'articles.
Cela veut dire que l'on n'a pas beaucoup de temps à consacrer à chacun d'eux.
    S'il ne faut pas beaucoup de temps pour décrire une scène que l'on voit, par contre, pour un article de fond, à thèse, et notamment s'il a des fondements scientifiques (mais c'est vrai aussi en histoire, en philosophie, en économie....), il faut d'une part bien comprendre le sujet, mais pour cela faire de la “documentation”, pas toujours facile à lire, et posséder à l'origine une certaine culture minimale dans la spécialité du sujet traité.
    Cela prend beaucoup de temps car il faut avoir lu beaucoup d'articles, de revues, de livres et leur lecture est parfois difficile.
    Pris par le temps, surtout s'il s'agit d'un sujet d'actualité qu'il faut traiter rapidement, le journaliste se contente d'une lecture rapide et résume le peu qu'il a lu. Il n'est pas forcément tombé sur le bon article et par ailleurs il n'a peut être vu qu'un des aspects partiel ou partial.
    Je suis toujours étonné, sur des sujets que je connais, de voir le nombre d'inexactitudes dites par les médias.

    La deuxième raison est toujours due aux problèmes économiques de rentabilité. Celle ci pour un journal ou la télévision est liée au nombre de lecteurs ou à l'audimat. Donc un journaliste est jugé au nombre d'auditeurs ou de lecteurs  qu'il attire.
    Les médias ont donc une règle : pour attirer le client il faut faire du sensationnel !
    Faire du sensationnel, c'est mettre en lumière ce qui choque, c'est insister sur les choses extrèmes, c'est donc déformer intentionnellement et dans le mauvais sens car on supprime ce qui est raisonnable, ce qui se rattache à ce qu'on sait déjà, on supprime le “bon sens”, car ce qui est judicieux, logique et normal ne nous étonne pas et n'est donc pas “sensationnel”

    Je suis donc très attaché moi aussi, à la liberté de la presse et à l'information, seulement j'aimerais pouvoir croire ce que je lis ou ce que j'entends, et ne pas être obligé de vérifier si ce qui est dit est vrai, parce que là, quand je m'aperçois que cela a été très déformé, je me sens trahi.

    Ce reproche que je fais aux médias, je pourrais aussi souvent le faire aux politiques, quelque soit leur bord, car ils ont les mêmes défauts..
Par mamour44444 le Dimanche 15 juin 2008 à 10:34
bravo
une stricte vérité
les journalistes indépendants et objectifs??
autant qu'un homme politique qui vise le siège pour le siège plus que pour mettre en application des idées
dommage quand meme car en effet, cela fait un moment que je me méfie des médias qui cherchent toujours à influencer ...........alors qu'informer c'est donner le fait brut
les commentaires sont toujours subjectifs, meme si les journalistes s'en défendent bien sur
un gros lobby aussi
comme beaucoup
et on enr evient toujorus à l'argent
l'argent qui explique tout
l'argent et le pouvoir
après?? il n'y a plus rien
malheureusement
:)
Par kaa le Dimanche 15 juin 2008 à 12:45
les médias foncent tête baissée sur la moindre information, veulent être les premiers à annoncer la "nouvelle" sans se soucier de l'exactitude ou de la répercussion que pourrait avoir leur annonce
audimat avant tout, là est sans doute le problème
Par a.fleur.de.curiosite le Lundi 16 juin 2008 à 9:47
1/2

Je rejoins certains de tes constats sur les médias, l'information présentée passe parfois d'abord par l'émotion que par la raison. Quant à évoquer la véracité des informations, on se plongerait presque dans un abîme sans fin! sourire. Il y a des enjeux qui nous dépassent parfois.
Mais ce que m'évoque vraiment ton article, ce n'est pas tant les médias organisés et les plus influents sur les télés ou journaux, mais c'est la place des nouveaux médias, et par là j'entends les blogs. Ils ne sont pas tous concernés, bien que chacun à leur manière véhiculent des informations, parfois fausses, parfois simplement orientées selon leur opinion. Et là aussi, on retrouve parfois cette logique du sensationnel et de l'émotionnel avec les coups de gueule, et une relative absence de documentation. Bien sûr, pas de généralité absolue. Mais ton blog en est un certain exemple: il constitue un média dans le sens où il est un relais d'information pour un nombre de personnes, tes lecteurs. Tout tes articles ne sont pas du même ordre, (du moins ce que j'en ai vu, je vais de temps en temps regarder les anciens articles), certains plus légers que d'autres, certains plus informationnels que d'autre, certains où il s'agit de ton opinion argumentée clairement identifiée comme telle et d'autres où il s'agit de connaissances. Est-ce que je suis claire quand je dis qu'un blog est aussi un média, à son échelle ? J'ai pris l'exemple du tien, mais il est loin d'être le seul.
Par a.fleur.de.curiosite le Lundi 16 juin 2008 à 9:48
(2/2)

Et je crois qu'il peut être intéressant de réfléchir à cette place de relais du savoir que l'on peut occuper, à notre petite échelle blogguesque, parce qu'on véhicule des idées sans donner les moyens parfois aux autres de comprendre pourquoi ces idées là et pas d'autres. Il y a des systèmes de pensée, plus ou moins complets, et plus ou moins clos, reconnus ou plébiscités, mais il y en a plusieurs pour les mêmes réalités, et il s'agit alors d'un angle de vue à partir duquel on perçoit une réalité, comme une grille de lecture sur le monde. Mais si nous avons nos raisons pour choisir tel système de représentation, les explique-t-on pour autant aux autres et donne-t-on leur les moyens de connaître d’autres systèmes de pensée (ne serait-ce que leur existence) et de choisir eux-mêmes ?

Bon, j'ai déjà dépassé une fois le nombre de caractères autorisés alors je ne vais pas récidiver ! sourire. En tout cas ton article et ton blog font écho à une réflexion que j'ai depuis quelques temps sur ces relais du savoir.
J'espère ne pas m'être trop embrouillée dans mon propos, sur ce, à bientôt !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2595418

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast