http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/RTEmagicCdistractedgirljpg.jpg

     A la suite de mon article sur la baisse d’efficacité de notre mémoire, une correspondante constate que ses enfants ont du mal à mémoriser leurs leçons, et me demande comment le cerveau retient les données et s’il existe des moyens pour mieux retenir et garder en mémoire ce qu’on a lu.
    Ce que vous me demandez là est très compliqué et, avant d’essayer d’aborder ce sujet, il faut que je fasse des articles sur l’attention et la motivation qui interviennent dans la mémorisation.
    Ensuite je pourrai tenter de répondre à votre question, encore qu’il n’y ait pas de recette miracle, et il faut se dire avant tout que, pour réussir quelque chose, il faut travailler.
    Aujourd’hui je vais donc parler brièvement de l’attention.

    Tout d’abord, c’est difficile de définir ce qu’est l’attention, car « faire attention à » recouvre de nombreuses actions dans le langage courant.
    La définition deWilliam James est la plus connue, que l’on trouve dans tous les manuels :
    « L’attention est la prise de possession par l’esprit, sous une forme claire et vive, d’un objet ou d’une suite de pensées parmi plusieurs qui semblent possibles […] Elle implique le retrait de certains objets afin de traiter plus efficacement les autres. »
    C’est le fait que notre cerveau se consacre à un objet, à une action et on ne peut faire « bien » qu’une seule chose à la fois, même si on a l’impression du contraire. En fait on ne peut faire deux choses simultanément que lorsqu’une d’elles ne requière pas notre attention, ou bien on les traite « mal » toutes les deux.

    Pour être attentif, il faut d’abord être éveillé et que notre cerveau puisse percevoir, avec ses 5 sens, les informations extérieures, et qu’il les transmette au cortex préfrontal qui va réfléchir et traiter ces informations dans un but donné.
    Notre cerveau traite inconsciemment et automatiquement les informations de nos sens et cela rapidement mais selon des processus « réflexes ». Si vous voulez traiter l’information de façon contrôlée, il faut faire effort et le processus est lent car il demande réflexion. Vous avez certainement fait l’expérience de dire la couleur de mots, dont la signification est celle d’une couleur différente (exemple bleu, rouge…). Vous aurez tendance automatiquement à dire la couleur en lisant le mot, et, si vous voulez vraiment nommer la couleur du mot, il faut réfléchir et ce n’est pas immédiat.

    On distingue plusieurs sortes d’attentions :
        - elle peut être sélective : nos sens captent beaucoup d’informations et si nous poursuivons une tâche, la plupart d’entre elles ne sont pas utiles.
    notre subconscient fait déjà un premier tri et, si une information paraît importante, saisit le cortex préfrontal. Notre attention se concentre alors sur cette information.
    Nos récepteurs sensoriels effectuent des traitements parallèles des informations reçues, qui passent ensuite dans le filtre sélectif (notre attention) pour en laisser passer certaines dans la mémoire à court terme, pour être traités par le cortex préfrontal, qui procède à un deuxième filtrage de l’information, avant de se fixer sur son suivi, s’il l’estime très importante et pertinente avec le but poursuivi..
        - l’attention peut être partagée, c’est à dire qu’elle permet de traiter plusieurs tâches en même temps, mais en fait de façon successive (par exemple si on écrit sous la dictée de quelqu’un). En fait le cerveau traite successivement les deux tâches et l’opération n’est efficace que si l’une des deux tâches est presque automatique et ne mobilise que peu d’énergie (ici l’écoute de la dictée, la réflexion se faisant sur l’écriture avec la bonne orthographe).
        - l’attention soutenue, qui se maintient pendant un temps assez long, mais en général avec une tâche qui n’est pas trop complexe (par exemple écouter une conférence).
        - la vigilance est un état de veille préparatoire, le cerveau étant en attente d’un évènement pertinent sur lequel il pourra se fixer.Elle se traduit par une alerte pour passer à l’attention sélective.

    il n’y a pas dans le cerveau de zone spécifique de l’attention : les centres de traitement des information sensorielles fournissent les éléments de départ, et le cortex préfrontal fait le traitement conscient de contrôle et d’analyse rationnelle. Mais des éléments du cerveau émotionnel interviennent dans le maintien de l’attention notamment cortex insulaire cingulaire.

    Mais un facteur important est également la perturbation éventuelle de l’attention qui nous empêche de nous concentrer.
    Cela peut être dû à des émotions qui vont détourner notre attention, le principal responsable étant alors les centres amygdaliens.
    Il y a, en permanence, des associations entre ce que nous faisons ou percevons et ce que nous ressentons. Selon que le ressenti est agréable ou non, il donne une certaine valeur à cette association. C’est la fonction principale du circuit de récompense, qui va encourager tout comportement d’approche vers ce qui nous est agréable, notamment pour y verrouiller l’attention, et à l’inverse, dans certains cas, détourner notre attention de ce que nous n’aimons pas.
    L’autre perturbation importante est la distraction du fait que nous voulons faire plusieurs tâches à la fois ou que nous sautons d’une tâche à l’autre, sans nous fixer suffisamment sur l’une d’elle.C’est le cas notamment des perturbations de l’attention par les téléphones portables.
    Enfin si nous prenons certaines habitudes qui deviennent des réflexes inconscients de nos sens, Leurs neurones mémorisent certaines correspondances perceptions-actions, qui deviennent alors des réflexes. Ce sont des réponses rapides à des stimulus qui ne sont ni sélectives, ni réfléchies, et qui créent ainsi un mécanisme très puissant de distraction et de perturbation de l’attention.

    L’attention exige donc de faire abstraction de ses habitudes, et de l’ensemble de son cerveau soit orienté vers la même tâche, cerveau des perceptions, cerveau émotionnel et cortex préfrontal. Il faut garder en mémoire le but pourquivi pour focaliser la sélection sur les informations pertinentes.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3274264

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast