Mercredi 21 mars 2007 à 18:19

Tristesse, désespoir

  

         Parlons de vos amis.

         En général on se lie plus facilement avec des personnes qui ont les mêmes goûts que vous, mais aussi avec des personnes que l'on a eu l'occasion de rencontrer : élèves du même lycée, camarades de sports ou d'activités extra-scolaires, ados connus sur MSN ou dans les blogs, enfants d'amis des parents, ...
         Beaucoup des jeunes en difficulté qui m'écrivent, ont pour copains ou amis des ados qui sont tristes comme eux, et qui baignent dans la même atmosphère lugubre. En fait, par vos échanges, vous vous entretenez mutuellement dans le désespoir et vous n'arrivez pas à vous en sortir, de même qu'il est très difficile, dans un couple, d'arrêter de fumer, si on ne le fait pas tous deux en même temps, car si l'un persiste, l'autre est entraîné à continuer.
         Je ne vous dis pas de changer d'amis, mais de leur dire “on change de conversations”. De ne plus échanger avec eux de mails qui montent en épingle toutes vos souffrances, des images de sang et de mort, de ne plus parler de mutilation et de sucide, de ne plus se complaire dans cet univers artificiel et surréaliste de tristesse de mort et de surnaturel.
         A ces amis il faut leur dire “on change ensemble, (comme le couple qui veut arrêter de fumer), sinon on poursuit nos routes séparement”
         Si ces camarades tiennent réellement à vous, ils accepteront l'expérience, sinon il vaut mieux pour vous qu'ils ne soient plus vos amis.
        
        Ne me dites pas que vous voulez rester dans cette atmosphère parce qu'elle vous plait, qu'elle est faite pour vous : c'est faux; ce n'est qu'une impression, un leurre; la preuve, c'est qu'elle vous rend désespérement malade !!

        Ce sera dur pour vous, car on se complait plus facilement dans l'iréel et l'imaginaire plutôt que d'affronter la réalité; il est plus facile de se rendre intéressante auprès de ses copains en racontant ses peines qu'en leur parlant des petites joies de la vie;  il est plus facile d'écrire des poèmes tristes et désespérés que de beaux poèmes gais ou qui montrent l'espoir; c'est plus facile de se faire plaindre que d'être courageux et d'essayer de s'en sortir;
        C'est à la mode de parler de violence, de sang et de mort : on se croit de façon absurde, plus courageux, plus adulte pour avoir tenu de tels discours, alors qu'en fait c'est l'inverse, c'est qu'on n'a pas une maîtrise suffisante de soi et qu'on est un mouton qui est soumis aux médias.


        Si vous réfléchissez, si vous allez au fond de vous même, vous n'avez pas confiance en vous, vous avez l'impression d'être inutile.
         Alors tout cet environnement, c'est d'abord parce que, dans ce monde irréel, loin des problèmes quotidiens, vous vous sentez plus confiant, plus à l'aise, et c'est ensuite parce qu'il est plus facile d'attirer ainsi l'attention des autres, de briller à leurs yeux, de se faire plaindre, que l'on s'occupe de vous.

     Dans mon prochain article, on essaiera de réfléchir à la façon de s'en sortir davantage, de vivre autrement.



Par Le-Chat-De-Chester le Samedi 24 mars 2007 à 10:38
Oui, ce que vous dites est tout à fait vrai...il suffit de regarder les blogs de certaines personnes pour se rendre compte que maintenant, cultiver son spleen est devenu un mode de vie!
Moi, je dirais même que ce comportement est tout à fait ridicule. On est jeune, notre vie est à peine commencée et le comme le disais si bien Armstrong "What's a wonderful world!"...
Pourquoi dejà baisser les bras alors que toute notre vie est devant nous? alors qu'elle est là, elle nous fait de l'oeil, elle est juste là en train d'essayer de nous charmer? non, je ne comprends pas ce comportement.

Et je pense comme vous qu'encore une fois, on peut dire merci aux medias, ux phenomènes de modes et autres...D'ailleurs, en parlant de mode, ça me fais penser au divorce: maintenant qu'il est devenu "banal", j'ai comme l'impression que les gens se marient à la legère pour divorcer tout de suite après (evidemment, il y'a un enfant qui se retrouve au milieu de tout ça...)
encore une fois je ne comprends pas, l'amour, ce n'est pas rien...mais bon, je ne pense pas pouvoir changer le monde...
Par Rerel le Samedi 24 mars 2007 à 12:07
Je suis tout à fait d'accord avec vous. Moi-même j'ai connu une période où j'allais mal, et une de mes amies aussi. Je ne me rendais pas compte qu'on entretenait cette souffrance mais avec le recul je m'aperçois que ça ne m'a pas aidée à sortir du gouffre. Il faut ouvrir les yeux et accepter d'aller mal pour se bouger. Seulement parfois il arrive qu'on réalise à quel point on était pas bien uniquement lorsqu'on va mieux..

Merci pour votre commentaire. J'ose penser qu'il n'y a pas que des brutes dans ce monde ;) !

Par torture-me le Mardi 27 mars 2007 à 16:22
Pour repondre au commentaire de Chat de chester être dans cet etat d'esprit peut être une maladie!
C'est vrai que parler a ses amis de tout sa n'aide en rien je le fesais avant et j'allais plus mal maintenant j'ai arrêtée j'ai virée une amie car elle voulait que l'on parle de sa elle me fesais vraiment peur sur ce qu'elle disais alors j'ai arrêtée donc sa marche ;)
Par torture-me le Mardi 27 mars 2007 à 16:25
J'ai oubliée de dire un truc desolé ^^
Pour les blogs comme sa moi meme j'en tiens un et je pense que c'est bien car ils poermettent de dire ce que l'on pense, de ne pas garder tout cela au fond de nous et a travers l'anonymat donc je pense que c'est une bonne idée.
Apres chacun son avis
Par Luna-Lys le Vendredi 30 mars 2007 à 9:42
Je vais me répéter, une fois de plus, mais je suis d'accord avec vous, bravo pour ce que vous faites et pour les conseils que vous donnez !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/1741801

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast