Samedi 25 novembre 2006 à 15:47

Tristesse, désespoir




Troisième sous-préférence cérébrale : Après un gros problème, “tournez vous la page” ou êtes vous “bourrelé (e) de remords et de regrets” ?


     Lequel d'entre nous, après un échec ou un événements malheureux n'a pas dit : “ah si j'avais su !”
     Soit que l'on souhaiterait avoir agi d'une autre façon, c'est alors un remord (d'avoir agi ainsi), soit que l'on se reproche de n'avoir rien fait, d'avoir été inactif, de n'avoir pas osé agir, c'est alors un regret (de ne pas avoir agi).

     Nous avons des remords de nos erreurs actuelles. Ce sont des pensées “à chaud”, très intenses, mais qui s'atténuent au fur et à mesure que le temps passe.
     Nous regrettons nos faiblesses passées. Ces regrets s'effacent beaucoup moins et restent dans notre mémoire ou dans notre inconscient. Notre tristesse vient alors, de la certitude qu'il est impossible de remonter le temps, que nous n'aurons pas une “deuxième chance”. et du stress qui accompagne cette constatation. Les regrets culpabilisent plus en général que les remords.

      Les neurologues ont pu déterminer que ces sentiments prenaient naissance dans une région particulière de notre cortex frontal. Cela est curieux car le cortex frontal est en principe le siège des raisonnements et non des sentiments.
     Les personnes dont cette région est lésée, ont moins de remords et de regrets, mais on constate qu'elles se trompent beaucoup plus souvent et prennent rarement les bonnes décisions.
  En fait ce centre “anticipe en permanence les remords et regrets que risquent de nous causer nos décisions” et est donc chargé de minimiser les risques de remords et regrets et de guider ainsi nos choix. C'est donc bien un centre de “réflexion”.
     Evidement notre cerveau n'invente rien, et donc, pour qu'il puisse ainsi anticiper, il faut qu'il ait une certaine expérience et que nous ayons déja eu remords et regrets, qui sont donc “utiles”

     Il est donc nécessaire d'avoir des regrets, mais il faut savoir les maîtriser afin qu'ils ne se transforment pas en une peine insoutenable.
     Que faire pour cela?

     D'abord essayons de ne pas culpabiliser, de ne pas croire toujours que tout est de notre faute. Ne dramatisons pas non plus les situations et leurs conséquences. Ne faisons pas des montagnes avec des taupinières.
 D'où un premier" conseil, de lucidité: face aux événements, “n'oubliez jamais d'imaginer tout ce qui aurait pu se passer, et pas seulement ce qui aurait pu être mieux, mais aussi ce qui aurait pu être pire ! ”

     Beaucoup d'entre nous cherchent toujours à atteindre le meilleur résultat et à faire les meilleurs choix possibles, et ils sont globalement moins satisfaits de leur existence, et plus exposés aux remords et regrets.         
     D'où un deuxième conseil, de sagesse : “apprenez, dans divers domaines de votre quotidien, à renoncer à l'idéal, et à apprécier des résultats même modestes.”
          Cette attitude n'est pas une acceptation de la médiocrité, mais une recherche du juste milieu et du meilleur rapport entre coûts et bénéfices dans les actes quotidiens.

     Certaines personnes ont tendance à tout reporter au lendemain, l'habitude de subir, voire pire, de renoncer à agir. C'est une préférence de notre cerveau, qui poussée à l'extrème, nous incite à rassembler toujours plus d'information, sans passer à la décision et à l'action.
          Puisque les regrets liés à l'inaction sont les plus graves, et que l'inaction devient vite une habitude, on pourrait conseiller “dans le doute il faut toujours agir”
          Un tel conseil doit cependant être adapté : chez les personnes qui ont l'action facile, les regrets sont moins importants en cas d'échec lié à une action que si l'échec est lié à une inaction, mais c'est l'inverse chez les personnes hésitantes et inhibées, pour lesquelles les échecs liés à l'action sont plus douloureux.
          D'où l'utilité de connaître sa propre personnalité.

          En fait il est impossible de ne rien regretter car chaque choix se fait au détriment d'un autre.
          Plutôt que de viser la maîtrise totale des meilleurs choix (impossible) ou l'évitement total du moindre choix (inefficace), la meilleure option semble être d'apprendre à gérer intelligemment remords et regrets.
          Il faut apprendre à faire le  bilan de nos actes, et à en tirer des leçons pour l'avenir. Pour se libérer de la peur de l'échec et des remords anticipés, le plus efficace n'est pas de renoncer à agir, mais d'augmenter sa tolérance à l'échec, et surtout d'apprendre à en tirer les enseignements, afin de transformer les occasions de remords et de regrets, en occasions d'apprendre

             « Si vous perdez, ne perdez pas la leçon et tournez la page.»

Par hinata-san666 le Samedi 25 novembre 2006 à 15:51
et si on y arrive pas!
Par cbibie le Samedi 25 novembre 2006 à 15:56
la leçon é parfois si dur que l'on ne ve pas la retenir, même si elle nous est utile !
Et puis tourner la page n'est pas si facil que ça, il faut vrément le voiloir et prendre son courage à deux mains.
^_^
Par AMEnites le Lundi 15 janvier 2007 à 20:27
En fait, après de gros problèmes je les garde au fond de moi et je continue ma vie avec de nouvelles souffrances. Mais je continue de vivre ma vie. Et si je peux essayer de cesser les douleurs qu'ils causent en arrangeant la situation au mieux; je le fais.

Cependant, s'aiser soi-même est quelque chose d'assez difficil. J'ai les ados et jeunes adultes féminines pour ma part et j'arrive plus à les "aider" qu'à ne le faire pour moi-même ! Mais j'en suis heureuse.
Par BlOoDyLoVeR le Samedi 19 mai 2007 à 22:33
On y arrive hinata! :)
Par tania20 le Dimanche 30 décembre 2012 à 0:19
bonsoir
je suis triste car ma soeur jumelle elle est morte y a longtemps et j'arrive pas a tourner la page alors j'essaye de faire de mon mieux , je veux un conseil si ça te derange pas pour m'aider? stp
Par lancien le Dimanche 30 décembre 2012 à 9:03
Tania 20 m'a laissé un commentaire en me demandant de la joindre, mais elle ne me laisse ni l'adresse de son blog, ni une adresse mail.

Peut elle me donner un moyen de la joindre, par "contacter l'auteur" sur ce blog ou m'écrire à jpmalardel@gmail.com
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/1376124

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast