Dimanche 13 avril 2008 à 9:09

Notre cerveau : mémoire; inconscient; Freud



      Ma jeune correspondante “qui atteint le ciel” a eu du courage de lire l'article sur les “neurones miroirs” et pose la question suivante, qui en fait est multiple :   


“....J'ai lu l'article et j'ai à peu près compris; je pense que l'exemple des accords de guitare est bien choisi mais je me dis que c'est sûrement possible d'améliorer ces neurones. Etant donné que certains joueurs arrivent à mémoriser un très long enchainement d'accords en une fois alors que moi je galère après l'avoir vu une dizaine de fois. En tant que musicienne je pose une question, Comment  fait on pour développer ses neurones miroirs?  “

    J'ai bien compris ce que tu voulais dire en parlant d'améliorer ces neurones, mais je crois cependant qu'il faut préciser comment  ces cellules fonctionnent.

    Un neurone ne s'améliore pas : il vit ou il meurt
    C'est une cellule qui recueille des informations sur ses dendrites et ,si la somme des courants reçus est positive et supérieur à un seuil, le neurone transmet une impulsion d'influx nerveux sur son axone, vers la dendrite d'un autre neurone, la liaison entre axone et dendrites suivantes se faisant pas voie chimique au travers d'un intervalle appelé synapse (voir un des premiers articles sur le cerevau sur mon blog.)
    Le cerveau est fait de centres qui groupent des milliers, voire des millions de neurones ayant une fonction donnée (par exemple interpréter une caractéristisue de la vue) et centre après centre l'information est traitée en série, ou bien en parallèle par plusieurs centres à la fois.
    Ces traitements c'est un peu comme des postes d'aiguillages de chemin de fer; il s'agit de mettre en communication certains neurones entre eux et pas d'autres. Par exemple si un neurone du cortex demande à l'hippocampe et au thalamus par quel moyen de transport Paul est venu déjeuner à la maison, le thalamus, en liaison avec l'hippocampe, va aller voir dans les mémoires correspondantes et il mettra les neurones du cortex en communication avec ceux qui représentent une voiture ayant la forme de celle de Paul, avec ceux qui représentent la couleur rouge, et avec les mots auto, la marque X, ret éventuellement d'autres renseignements sur cette voiture.

    Comment font ils ces neurones pour se reconnaitre entre eux?
    Quand le thalamus par exemple, reçoit des perceptions relatives à un même sujet à un moment donné, il envoie des impulsions électriques qui renforcent les connexions entre ces neurones. Donc ces neurones vont être reliés entre eux et si on accède à l'un d'eux, il vous aiguillera sur les autres (éventuellement à nouveau par l'intermédiaire du thalamus). Une autre partie du cerveau qui joue le même rôle notamment pour tout ce qui est souvenirs successifs “datés dans le temps” c'est l'hippocampe (la maladie d'Alzeimer est à l'origine, une dégénérescence de cette partie du cerveau).
    Si le souvenir n'a pas d'importance, le cerveau, ou quelques minutes après l'avoir enregistré, ou pendant le sommeil, supprime (par des impulsions négatives) les connexions correspondantes et le souvenir est effacé.
    Si au contraire il est important sur le plan sentimental ou émotionnel, cela renforce les connexions.
    Mais si vous ne vous servez plus de ce souvenir, alors les connexions s'affaiblissent peu à peu. On a du mal à se rappeler : c'est l'oubli.
    S'il s'agit de connaissances , par exemple acquises à l'école, chaque fois qu'on répète le souvenir (orthographe, exercice de math...) la connexion se renforce un peu plus. A force elle devient presque indélébile.
    Voila le mécanisme de la mémoire et donc d'amélioration du fonctionnement d'un groupe de neurones.

    Revenons en aux “neurones miroir”.
    Pour le moment les chercheurs n'ont constaté que le fonctionnement de ceux des neurones miroirs qui nous permettaient d'imiter, de comprendre et d'anticiper les gestes d'autrui.
    Donc ils nous permetrrons de saisir comment il faut tenir le violon ou l'archet, gratter les cordes de la guitare, mais pas de retenir une mélodie.
    Certains d'entre nous sont plus doués que d'autre pour cette imitation souvent ceux de préférence “Sensitifs” (voir l'article sur la préférence cérébrale de perception Sensitif / Global).
    Pour exercer ces neurones miroirs, il faut exercer notre “don d'observation” c'est à dire notre faculté de regarder dans le détail l'enchaînement des gestes d'une personne, de les comprendre, de les expliquer et de les retenir.
    Ce peut être une ménagère qui fait la cuiine, un maçon qui fait un mur, une personne qui conduit un véhicule, un joueyr de tennis ....
    Il n'y a pas de miracle : l'amélioration vient de la répétition, donc du travail de multiples efforts d'observation et d'imitation.
    Peu à peu nous apprenons à observer, comprendre les gestes et imiter.
    Les neurones miroirs ont pris l'habitude de travailler et de renforcer la connection d'autres neurones entre eux, notamment ceux du cervelet qui vont ensuite prendre en charge tous nos automatismes.

    Revenons à la mélodie :

    Là c'est beaucoup plus compliqué car il s'agit de retenir la mélodie, d'une mémoire complexe et il me faudra plusieurs articles pour la décrire.
   
    Il y a d'abord l'interprétation des sons élémentaires et l'écoute de leur succession ( une mélodie) par l'oreille, puis le décryptage par le cerveau. C'est déjà très compliqué et il me faudra deux articles pour vous le faire comprendre : un sur loreille et un sur le cerveau.

    Puis il y a la mémorisation de cette mélodie, mécanisme complexe. On pourra voir ce qui différencie l'auditeur courant, du joueur d'instrument et à fortiori du chef d'orchestre.

    Enfin il y a un mécanisme de codage par des notes, qui se rapproche de la lecture des caractères liés au langage, aux mots et à leur prononciation. C'est le solfège et sa traduction en sons par l'instrumentiste.

    J'essaierai d'en parler dans de prochains articles, mais peu à peu, pour ne pas vous rebuter, en alternance avec d'autre sujets.
Par Nainah le Dimanche 13 avril 2008 à 10:55
Tu compliques beaucoup trop la chose! Imagine deux minutes que celui qui te lit ne connait rien au cerveau. Puis dans mes souvenirs la mémoire c'est surtout le cerveau lui-même et pas les neurones.
N'empêche que t'as eu une bonne idée pour ton blog ^^.
Par lancien le Dimanche 13 avril 2008 à 12:59
Je répondais à ceux qui avaient lu l'article précédent.
Le cerveau est essentiellement formé de neurones et toutes ses "pensées, toutes ses cations, toutes les choses complexes qu'il produit comme nos sentiments, à l'origine, ce sont des connexions entre neurones (plus de cent milliards et 10 puissance 15 connexions), connexions complexes à base de phénomènes électriques et chimiques.
La mémoire d'une scène ce sont des millions de neurones qui se connectent entre eux et chacune de ces connections nous fournit un petit bout de l'image de la scène et des informations qui s'y rapportent.
Par Missing.Feeling le Dimanche 13 avril 2008 à 14:17
J'avoue que quand je lis Vos articles.. Je suis totalement en admiration devant la connaissance que Vous avez du cerveau et de tout ce qui lui est lié. Vraiment. C'est incroyable. J'admire..
Par Maybe.Be le Dimanche 13 avril 2008 à 14:20
Rahh excusez moi. Pour le commentaire du dessus. C'est maybe.be..
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2523660

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast